Navigation – Plan du site

Variable élégie

Michèle Monte
p. 7-12

Résumé

Dans cet article d’ouverture, nous proposons une brève présentation du genre élégiaque dans son contenu thématique, sa tonalité et son rapport au chant. Dans l’élégie, la poésie entendue comme rythme et forme canalise l’expression de la douleur au risque de la faire paraitre artificielle. L’élégie oscille ainsi entre l’écueil d’une trop grande maitrise et celui d’un abandon à l’informe, avec des arbitrages très différents entre ces deux risques selon les esthétiques et les époques, comme le montrent la variété des textes étudiés qui vont de l’Antiquité latine à l’extrême modernité en passant par André Chénier, le romantisme, Baudelaire, Verlaine et Laforgue. Sur le versant énonciatif, on observe aussi une grande diversité depuis des textes qui visent à faire communier dans la plainte locuteur et récepteur et d’autres qui cultivent une distance ironique ou visent à une disparition du sujet. L’élégie n’est pas dépourvue non plus d’une dimension communautaire et politique dans certaines de ses manifestations et le volume lui fait justice en montrant à la fois la pérennité de ce genre et sa plasticité.

Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Babel consacré à l’élégie, par la variété des époques (Antiquité, période classique, romantique et contemporaine) et des domaines linguistiques (latin, hébreu, français, slovène, allemand, espagnol) concernés, montre la richesse d’un genre pourtant mineur dans la classification traditionnelle, telle qu’elle est illustrée par exemple par Boileau dans son Art poétique. Il fait aussi la preuve de l’intérêt de l’approche générique dans l’analyse des œuvres littéraires. En regroupant sous une même étiquette des œuvres apparemment fort diverses, le terme d’«  élégie » soulève en fait de nombreuses interrogations et fonctionne comme un outil heuristique.

  • 1 Ce que Jean-Marie Schaeffer dans Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? (1989, Seuil) appelle le niveau (...)
  • 2 Les élégies libertines du XVIIIe siècle constituent à cet égard une exception significative.
  • 3 Derrière ce destinataire affiché dont l’existence garantit le pacte de lecture, il est à noter que, (...)

2Le contenu thématique de l’élégie1 a beaucoup varié selon les époques : dans l’Antiquité, période d’éclosion du genre, l’élégie est essentiellement consacrée à l’expression du sentiment amoureux et, selon la chance ou l’infortune du locuteur, oscille entre l’enthousiasme, la colère, la douleur ou la nostalgie. Quand le genre réapparaît et connaît un nouvel essor (de la Renaissance au romantisme), il est la plupart du temps associé au deuil et au regret2, et le destinataire affiché n’en est plus forcément le partenaire amoureux, mais l’ami dont on déplore la perte, ou la collectivité que l’on veut émouvoir ou rassembler par le récit d’une catastrophe ou l’évocation d’un illustre disparu3. L’article d’Asher Salah sur « L’élégie dans la poésie hébraïque italienne à l’âge des ghettos (XVIe-XVIIIe siècles) » nous montre, par son enquête minutieuse sur les différents types d’évènements déplorés dans ces élégies, que les évolutions dans le positionnement et les représentations d’une communauté culturelle donnée se répercutent sur les formes littéraires qui en émanent. Le contenu thématique de l’élégie apparaît ici comme un indice de l’évolution des relations internes à la communauté juive ainsi que de ses rapports avec l’extérieur.

  • 4 On observe le même écart entre le nom « comédie » et l’adjectif « comique ».
  • 5 Daniel Madalénat observe très justement à l’article « élégie » du Dictionnaire des littératures de (...)
  • 6 La semaison, Gallimard, 1984, p. 29.

3Si les autres articles ne font pas du contenu sémantique l’axe principal de leur étude, ils ne nous livrent pas moins de précieux renseignements à son sujet : on peut ainsi opposer les poèmes de deuil (éloges funèbres de Prešeren, exercices de conjuration de Miguel Hernández ou Jacques Roubaud) aux badinages amoureux de l’école fantaisiste ou aux implications politiques des Iambes de Chénier ou des Élégies posthumes d’Ovide d’Ernst Fischer. On observe alors que, si l’adjectif « élégiaque » dans son emploi non technique désigne une tonalité émotive marquée par une tristesse tendre et volontairement résignée, le ton de l’élégie peut, quant à lui, être fort variable4, allant de l’invective la plus acerbe à la plainte la plus déchirante. Cette diversité ne doit toutefois pas masquer un point commun fondamental entre tous ces textes : l’importance qu’y prend le chant ou le rythme. Même si certains des textes de Cœur élégie rouge ou de Quelque chose noir questionnent fortement cette possibilité du chant et optent pour la prose, les deux notions de « prose » et d’« élégie » sont perçues généralement comme antinomiques. Dans l’élégie, l’expression du sentiment se sublime dans le chant qui permet la nécessaire prise de distance par rapport aux affects et la réorganisation de l’expérience5. La poésie s’y manifeste donc comme la capacité de donner forme et nom à ce qui semble a priori le plus rebelle à toute forme, à tout nom : le cri de douleur devant l’absence irrémédiable de l’enfant disparu ou le sentiment de déréliction né de la perte de la bien-aimée. C’est ainsi que Bernadette Hidalgo-Bachs et Bénédicte Mathios dans « L’élégie dans les derniers poèmes de Miguel Hernández : une négation de la mort ? » montrent comment Hernández, dans un style très dépouillé, rend sensible le vide créé par la mort tout en rendant possible, à partir de ce vide même, une communication entre vivants et morts. Si l’on pense comme Jaccottet que « toute poésie est la voix donnée à la mort »6 l’élégie serait ainsi le noyau central de la poésie lyrique, ou du moins l’un de ses pôles, l’autre étant la célébration vibrante du monde.

4Mais les pouvoirs de la parole sont fragiles et souvent illusoires, et le triomphe du langage sur le néant s’inverse vite en mise à l’épreuve de la poésie par l’expérience de la mort, comme le montrent les deux articles consacrés aux œuvres de James Sacré et Jacques Roubaud : Benoît Conort dans « Cœur elle y gît rouge (qui gît dans l'élégie ?) » montre par une étude précise de la structure du livre qu’en faisant le deuil d’une poétique qui vaudrait pour le réel, James Sacré invente une forme ouverte qui tourne l’élégie vers l’avenir et fomente l’espérance que suscite tout recommencement de l’écriture. Michèle Monte, dans « Quelque chose noir : de la critique de l’élégie à la réinvention du rythme », suit pas à pas l’émergence d’un ordre au sein de la fragmentation et de l’hétérogénéité caractéristiques du poème de Roubaud. L’élégie apparaît ici comme ce qui conduit la littérature au point où la maîtrise doit cesser pour que surgisse « dans la langue quelque chose dont l’écrivain n’est plus responsable ». A l’autre extrémité de l’échelle temporelle, et à l’opposé de cette perte de maîtrise, l’article de Jean-Marie Montana, « Élégie, image et rhétorique dans les Héroïdes d’Ovide », éclaire l’écriture de l’œuvre par le contexte de sa réception tout en montrant indirectement que la virtuosité rhétorique de l’auteur dans un texte alliant les ressources de l’épopée et celles du lyrisme ne fait l’objet à son époque d’aucun soupçon. Seules nos consciences modernes, façonnées par l’insistance mise depuis le XIXe siècle sur l’expression personnelle dans la poésie réduite à son versant lyrique, peuvent être agacées par les complaisances stylistiques d’André Chénier et préférer à ses Élégies l’indignation véhémente des Iambes : ceux-ci plus que celles-là pourraient ainsi être considérés, ainsi que le propose Anne Coudreuse dans « Élégie, souffle historique et pathétique dans la poésie d’André Chénier », comme le point de départ du lyrisme moderne.

  • 7 Telle est du moins la lecture rétrospective et nécessairement partiale qu’en feront les post-romant (...)
  • 8 G. Deleuze, C. Parnet, Dialogues, Champs/Flammarion, p. 47 et 56.
  • 9 On pense bien sûr à Chants d’en bas ou Pensées sous les nuages de Philippe Jaccottet, mais aussi bi (...)

5Si ces articles posent tous la question de la tension entre l’élaboration nécessairement concertée d’une forme esthétique et l’expérience dilacérante de la perte, d’autres articles explorent une autre question essentielle dans l’élégie, celle du sujet énonciateur et de son éthos. Alors que l’élégie romantique avait tendu à faire de la plainte personnelle son ressort essentiel7 en construisant un pacte de lecture où le lecteur communiait avec le je éploré ou nostalgique, la génération suivante prend ses distances avec une telle débauche de confidences. Dans « Baudelaire et l’élégie », Pierre Loubier montre avec finesse comment, dans ce contexte, l’auteur des Fleurs du mal et du Spleen de Paris accouple paradoxalement élégie et ironie et, entre aversion et attirance, construit des images allégoriques de l’élégie comme autant de figures possibles de la « muse des derniers jours ». C’est aussi à une certaine fin de la poésie (ou plutôt à la fin d’une certaine poésie) que s’intéresse Hugues Laroche dans « Élégie fin de siècle et mort du lyrisme » lorsqu’il propose de voir dans les Complaintes de Laforgue et les Élégies de Verlaine deux « tombeaux » de l’élégie romantique qui, par la disparition du sujet dans un cas et l’exhibition sans médiation du biographique dans l’autre, prennent congé du lyrisme personnel et mettent en œuvre parallèlement une déconstruction du vers qui en portait la voix. Mais cette « entreprise finale de devenir imperceptible »8 qu’Hugues Laroche discerne dans ces œuvres fin-de-siècle, Jean Grosjean semble mieux qu’un autre l’exemplifier dans le parcours qui le mène d’Apocalypse à Nathanaël en passant par Élégies et que Guy Auroux retrace pour nous avec beaucoup de précision dans son article « Jean Grosjean : de l’élégie divine à une plainte sans sujet ». Une telle évolution, au-delà du seul cas de Grosjean, nous semble exemplaire d’une certaine modernité poétique qui, comme le dit Guy Auroux, conjugue « une réconciliation avec le monde tel qu’il est, et l’acceptation d’un langage aux pouvoirs restreints ». Nathanaël serait ainsi à cet égard un exemple parmi d’autres9 d’élégie désenchantée. C’est à plus de désinvolture que nous convie Emmanuel Hocquard dans ses Élégies impersonnelles où le je n’est plus qu’un énonciateur anonyme qui construit son poème avec des matériaux récupérés ici et là dans le passé de la littérature, comme le montre Glenn Fetzer qui, dans « L’élégie en jeu chez Emmanuel Hocquard », insiste sur la dimension performative de cette poésie et son refus de toute nostalgie.

6Mutatis mutandis, c’est d’un même évidement de la subjectivité et d’un semblable mouvement de réappropriation créatrice des modèles que fait état Evrard Delbey dans « L'eau et le vin de l'élégie classique à l'élégie chrétienne » : analysant les motifs ambivalents de l’eau et du vin dans l’élégie latine, il établit une correspondance entre la façon dont ils se transforment en passant de Properce, Ovide ou Tibulle à Venance Fortunat et le changement du statut conféré à la vérité et à l’amour lorsque se développe une littérature élégiaque chrétienne qui ne vise pas tant à l’expression de sentiments personnels qu’à la constitution d’une communauté partageant la même foi.

7Déjà inscrite peu ou prou dans les études que nous venons de présenter, la dimension intertextuelle inhérente à tout cadrage générique est particulièrement présente dans trois des articles de ce numéro. La relecture des textes fondateurs, initiée dès l’Antiquité, se poursuit jusqu’à nos jours, que ce soit à des fins de satire politique, pour créer une littérature nationale, ou pour affirmer des goûts communs et quelque peu en marge dans la société corsetée et bien pensante du premier XXe siècle.

8Patrick Hubner dans « Les Élégies posthumes d’Ovide ou la ruse poétique d’Ernst Fischer » nous fait découvrir le texte étonnant d’un poète dissident à l’époque des démocraties populaires, qui, feignant de donner la parole à Ovide, réécrit les Tristes en faisant du poète exilé l’emblème des peuples opprimés par un Auguste ayant pris les traits de Staline, et qui transforme la plainte ovidienne en instrument de combat et d’espérance. La force de la littérature quand elle contribue à créer un sentiment national encore balbutiant, voilà ce qui fonde l’entreprise de France Prešeren dans ses Élégies dont Matej Hriberšek nous retrace la genèse et les enjeux en indiquant comment le grand poète slovène s’approprie les modèles classiques et les retravaille pour créer une poésie nationale. Quant à Daniel Aranjo, dans son article « Catulle au début du XXe siècle : une anthologie », tout en nous faisant découvrir la personnalité attachante de Jean de Tinan, ami de Pierre Louÿs et traducteur de Catulle et en nous donnant à lire les élégies tendres et libertines des poètes fantaisistes, il tisse d’impalpables réseaux affinitaires entre poètes alexandrins, latins et pré-islamiques dans cet « orient lointain » propice à une sensualité ardente.

9Entre désir et deuil, entre absence et présence, l’élégie n’a sans doute pas fini d’intéresser les poètes. Ses variations, révélatrices d’un contexte culturel et d’un projet de communication déterminés, sont aussi influencées par l’évolution de nos conceptions de la poésie et du statut de son énonciateur. Que ce numéro de Babel qui en explore certaines facettes puisse inviter au dialogue dans le temps et dans l’espace, et à la prise en compte de la dimension énonciative fondamentale du poème, tel est notre souhait au moment où nous le confions à votre lecture.

Haut de page

Notes

1 Ce que Jean-Marie Schaeffer dans Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? (1989, Seuil) appelle le niveau sémantique (cf. p.108 sq.).

2 Les élégies libertines du XVIIIe siècle constituent à cet égard une exception significative.

3 Derrière ce destinataire affiché dont l’existence garantit le pacte de lecture, il est à noter que, dès ses débuts, l’élégie vise en réalité le plus souvent un lecteur anonyme qui s’identifie à l’acte d’énonciation du poète.

4 On observe le même écart entre le nom « comédie » et l’adjectif « comique ».

5 Daniel Madalénat observe très justement à l’article « élégie » du Dictionnaire des littératures de langue française (Beaumarchais, Couty et Rey éds, Bordas 1984) que « l’élégiaque prend avec la réalité [la] distance du chant ».

6 La semaison, Gallimard, 1984, p. 29.

7 Telle est du moins la lecture rétrospective et nécessairement partiale qu’en feront les post-romantiques, mais on pourrait montrer que les Méditations de Lamartine dépassent de beaucoup la simple confidence personnelle et Daniel Madalénat (art. cit.) nous rappelle opportunément que Les Contemplations de Victor Hugo peuvent être considérées comme « l’aboutissement lointain » et grandiose d’une élégie qui s’amplifie aux dimensions du cosmos.

8 G. Deleuze, C. Parnet, Dialogues, Champs/Flammarion, p. 47 et 56.

9 On pense bien sûr à Chants d’en bas ou Pensées sous les nuages de Philippe Jaccottet, mais aussi bien à certains textes de Dominique Fourcade ou Claude Esteban, et peut-être aussi à Ce qui fut sans lumière d’Yves Bonnefoy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Monte, « Variable élégie », Babel, 12 | 2005, 7-12.

Référence électronique

Michèle Monte, « Variable élégie », Babel [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 08 août 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/999

Haut de page

Auteur

Michèle Monte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org