Navigation – Plan du site

Notes sur « la charpente secrète » et sur la thématique de L’Automne du patriarche de G. García Márquez

Richard Renaud
p. 141-159

Résumés

Roman compact et foisonnant, L’Automne du patriarche de Gabriel García Márquez a été écrit avec une précision d’horloger. Une lecture attentive du texte y décèle plusieurs séries de thèmes ou de motifs récurrents qui n’ont pas encore été mis au jour, comme celui des vautours, par exemple : il reparaît à la fin du volume où, associé au plus ancien souvenir du patriarche ainsi qu’au motif des excréments (fréquent dans l’œuvre narrative de l’auteur), il duplique l’image de la mère, et symbolise la nature œdipienne de l’amour qui unit le personnage central à Bendición Alvarado, puis à celle qui sera sa maternelle épouse : Leticia Nazareno.
Plus étonnante est la composition des chapitres du roman. En effet, l’exact milieu de chacun d’eux renferme un élément qui en représente l’essentiel. Trois sont centrés sur un personnage lumineux qui ne se plie pas à l’autorité du patriarche : la jeune et belle Manuela Sánchez (chapitre II), le religieux Demetrio Aldous (chapitre IV), et le poète Rubén Darío (chapitre V). Les trois autres s’articulent autour de la bassesse du protagoniste, mise en évidence par sa duplicité – qu’exprime le thème du double ou du miroir (chapitre I) ; par sa corruption (chapitre III) ; et par un goût infantile du pouvoir qui le pousse à vendre les eaux territoriales afin d’éviter une nouvelle occupation du pays par une puissance étrangère dominatrice (chapitre VI).

Haut de page

Dédicace

À Daniel-Henri Pageaux

Texte intégral

« Ne trépane pas le lion qui rêve »,
recommandait René Char...

1Le respect qu’impose un roman poétique aussi compact et foisonnant que L’Automne du patriarche trouve cependant dans les pratiques de lecture de son auteur l’autorisation de l’examiner avec une froide curiosité :

Bien des romans que je lisais alors et que j’admirais ne m’intéressaient que par leurs enseignements techniques. C’est à dire par leur charpente secrète

2écrit G. García Márquez dans son autobiographie, avant de revenir à la charge une bonne centaine de pages plus loin :

  • 1 Cf. respectivement, dans Vivir para contarla (Barcelona, Mondadori, 2002), la p. 324 : "Muchas de l (...)

(...) je me mis à lire comme un véritable romancier artisanal, non seulement par plaisir, mais poussé par la curiosité insatiable de découvrir comment étaient écrits les livres des grands maîtres. Je les lisais d’abord à l’endroit, puis à l’envers, et les soumettais à une espèce de dissection jusqu’à extirper les mystères les plus dissimulés de leur structure1.

3Or, la structure de L’Automne du patriarche s’avère elle aussi des plus dissimulées, et la thématique qui lui est liée, très régulièrement répartie. Et ce, non seulement, bien entendu, parce que la fin de l’histoire racontée (la mort du patriarche) ouvre aussi les six chapitres du roman ; ou encore parce que le motif symbolique des vautours a été placé au tout début et à la fin du volume – formant ainsi un autre cercle narratif ; mais surtout du fait que le centre mathématique de chacun de ses chapitres mentionne un personnage ou une action qui en symbolise le thème essentiel – distribuant ainsi sa thématique en deux moitiés parfaitement égales. Examinons le premier de ces points.

I. La fin est aussi (le) commencement

4Ce sous-titre est employé dans deux sens : si dans un premier temps il souligne une évidence – à savoir que le thème des pages finales du roman a déjà servi à introduire chacune de ses subdivisions –, cette remarque banale mérite néanmoins d’être creusée. En effet, la découverte réitérée du cadavre du patriarche qui ouvre les six parties du récit assimile ce dernier à une suite de longues ruminations sur l’existence passée du dictateur, amorçant ainsi une série de retours en arrière d’où toute référence au futur a été bannie.

5 C’est pourquoi la mort naturelle du mythe du père dominateur qu’incarne le personnage principal débouche implicitement sur un point d’interrogation : si « le temps incommensurable de l’éternité » est « enfin révolu » ; si les enfants du patriarche peuvent se réjouir ouvertement de la mort de leur père (« mon papa est mort, vive la liberté » crient-ils en courant dans les rues) ; si la foule en liesse se trouve donc bien à l’aube d’une nouvelle époque, l’auteur omniscient a cependant pris le soin de nous dire dès les premières pages que la ville est « encore innocente du lundi historique » qu’elle commence à vivre – ce qui sous-entend qu’elle sera responsable du contenu de la nouvelle période qu’ouvre le début de cette symbolique semaine.

  • 2 Ces citations renvoient au texte espagnol de la première édition du roman : El otoño del patriarca (...)

6 La fin du patriarche, et celle du livre, est donc aussi le commencement d’une ère inédite, que l’auteur nous présente d’ailleurs comme une « bonne nouvelle » – en employant à dessein l’expression « buena nueva », spécialement utilisée en espagnol pour désigner l’Évangile (ce que la traduction française ne peut indiquer avec autant de précision). Tout ceci, joint aux six parties qui composent le roman, en confirme la portée parodique : si dans l’Ancien Testament Yahvé crée le monde en six jours, García Márquez nous montre en autant de chapitres comment le patriarche détruit la nation et inaugure, par sa mort, un « troisième testament » (tercer testamento) – dont nul ne peut savoir ce qu’il sera puisqu’il dépend de l’action du « nous » collectif et anonyme qui, à la fin du roman, couvre la voix du patriarche. La fin est donc bien, à plus d’un titre, commencement, puisque les premières et les dernières lignes de ce livre donnent en fait sur une page blanche2.

7 Mais l’évidente composition circulaire de ce roman se double aussi d’une autre structure annulaire.

II. Les récurrences du motif des vautours (et des excréments)

8Dans les ultimes pages du roman, et la nuit même de sa mort, le patriarche – qui n’a pas encore conscience que sa dernière heure est venue – se remémore involontairement, pour la première fois de sa vie, un lointain souvenir d’enfance :

(...) il se rappela une enfance lointaine qui pour la première fois lui renvoyait sa propre image grelottant dans le froid glacial du haut désert andin et celle de sa mère Bendición Alvarado qui arracha aux vautours du dépotoir des intestins de mouton pour le repas de midi (...).

9Pareil souvenir ne peut manquer d’intriguer.

10 D’abord, parce que l’image initiale du livre est précisément celle de vautours attirés par le cadavre du patriarche dans le palais présidentiel. Or, cet édifice sera assimilé à un « dépotoir » (muladar). Par ailleurs, ces mêmes vautours qui ont « volé toute une journée en cercles lents autour de la maison du pouvoir », puis ont découvert et à moitié mangé la dépouille du chef de l’État, seront qualifiés un plus loin d’« oiseaux de dépotoir » (pájaros de muladar), de sorte que la composition des premières lignes et des dernières pages du roman présente un schéma ternaire qui boucle – par une autre mise en abyme – une nouvelle série de cercles convergents :

début du ch. I : vautours (de dépotoir) / palais (– dépotoir) / cadavre du patriarche

  • 3 Cf. respectivement, dans El otoño del patriarca, éd. cit., la p. 266 : "(...) se acordó de una infa (...)

fin du ch. VI : vautours du dépotoir / palais (– dépotoir) / mort du patriarche3

11 Mais au-delà de cette remarque relative, pour l’essentiel, à la structure de l’œuvre, il convient d’observer que ce souvenir d’enfance imaginé par l’auteur, et placé par lui à la fin du volume, s’avère symboliquement bien choisi, et rétrospectivement lourd de présages négatifs.

  • 4 Cf. le Dictionnaire des Symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant (Paris, Ed. Robert Laffont, 1982 (...)

12 Il est bien choisi tout d’abord parce que le vautour est traditionnellement assimilé au premier âge de la vie : comme un enfant, il se traîne sur le sol, et mange des excréments. Ensuite parce qu’il est le symbole tout aussi traditionnel d’une présence maternelle4.

13 De sorte que, dans le texte de García Márquez tout comme dans le tableau Sainte Anne, la Vierge et l’enfant Jésus avec un agneau de Léonard de Vinci, la figure maternelle n’est pas unique, mais bien double. D’autant plus qu’en lui désignant indirectement cet aliment, les vautours, auxquels Bendición Alvarado « arracha » des intestins de mouton pour son repas de midi et celui de son fils, ont contribué à leur procurer cette nourriture, jouant ainsi indirectement le rôle de mère vis-à-vis de chacun d’eux.

  • 5 Cf. de S. Freud Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, Paris, Gallimard, 1980 (1927 pour la 1èr (...)

14 Si l’on ajoute qu’à l’époque de Léonard de Vinci une légende affirmait que les vautours étaient « tous femelles » et pouvaient « se reproduire sans l’aide de mâles », et que le patriarche, « homme sans père », passe, comme Jésus, pour « avoir été conçu sans l’entremise d’aucun homme », on voit que ce souvenir d’enfance pourrait bien être un écho (certes, très élaboré, si tel est le cas) de certaines des analyses freudiennes sur Sainte Anne, la Vierge et l’enfant Jésus avec un agneau qui figurent dans Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci...5.

15 Ce souvenir d’enfance du patriarche est surtout rétrospectivement lourd de présages négatifs. On n’a d’ailleurs pas étudié, à ma connaissance, dans l’ensemble de l’œuvre narrative de García Márquez, la place le plus souvent stratégique qu’y occupent, et les significations qu’y prennent les éléments scatologiques.

  • 6 Cf. respectivement La hojarasca, Barcelona, Plaza & Janés, 1979, p. 140; La mala hora, Barcelona, P (...)

16 Qu’il s’agisse, par exemple, de l’envie de déféquer que ressent le jeune garçon à l’avant-dernier paragraphe de La Hojarasca ; ou de la jeune Remedios qui, dans Cien años de soledad, dessine de petits animaux sur les murs de la maison familiale « avec une baguette enduite de son propre caca » ; qu’il s’agisse aussi du père Ange qui « urina abondamment en retenant sa respiration pour ne pas sentir la forte odeur d’ammoniaque qui lui faisait brusquement venir les larmes aux yeux » au tout début de La mala hora ; ou encore, à la fin de Crónica de una muerte anunciada, de cette « terrible odeur de merde » qui frappe Poncho Lanao lorsque Santiago Nasar blessé à mort passe près de lui avec ses tripes dans ses mains, on voit que les occurrences scatologiques ne sont pas rares dans l’œuvre romanesque de l’écrivain colombien, et que leur valeur thématique dans les quelques romans qui viennent d’être cités est loin d’être négligeable6.

17 En ce qui concerne L’Automne du patriarche, l’aliment que constituent ces intestins en forme de cordon ombilical, et que Bendición Alvarado donne à son enfant « pour le repas de midi », symbolise dès le départ ce qu’est et ce que sera leur relation : pour le fils devenu adulte, l’attachement à la mère demeurera ce qu’il était dans sa petite enfance, tentaculaire et viscéral.

18 Au point que le complexe d’Œdipe qui, sur le plan psycho-affectif, l’unit profondément à la figure maternelle, se manifestera plusieurs fois grâce au motif des excréments.

  • 7 Cf. El otoño del patriarca, éd. cit., pp. 263, 168 et 175.

19Ainsi, lorsque, parvenu à la fin de sa vie, le patriarche s’endort pendant sa sieste dans l’eau du bassin de son palais, retrouvant alors inconsciemment la sécurité du fœtus dans l’amnios primitif, il rêve de sa mère et s’abandonne au point de déféquer dans son sommeil. D’autre part, après la mort de Bendición, et au moment où le patriarche possède pour la première fois Leticia Nazareno après avoir attendu deux ans pour s’assurer qu’il peut lui faire confiance comme à sa propre mère, il se laisse complètement aller et défèque pendant l’orgasme. Cette défécation n’a rien, d’ailleurs, d’un acte accidentel. Elle deviendra habituelle, au contraire, avec la stabilisation de leur union puisque l’on apprendra que, lorsque sa maternelle épouse lui fait réciter ses leçons avant de lui donner son bain comme à un enfant, elle a coutume de « lui enlever les restes du caca de leur dernier amour »7.

  • 8 Cf. ibid., pp. 10 et 48.

20Par ailleurs, et pour compléter (sans complaisance particulière) ce motif des intestins de moutons, il est aisé de montrer que l’une des caractéristiques physiques et symboliques les plus importantes du patriarche est sa hernie testiculaire (en espagnol potra), c’est-à-dire, en fait, le sac herniaire formé par une partie des intestins qui s’enroule autour de l’un des testicules – lequel sera précisément la seule partie de son cadavre que les vautours ne toucheront pas...8 Or, on sait que l’intense activité sexuelle du patriarche (à la mesure de ce testicule hypertrophié) se manifeste par la naissance de plusieurs milliers d’enfants, mais que ceux-ci sont tous des prématurés de sept mois (sietemesinos).

21 C’est dire que, de ce point de vue également, le destin du patriarche était bien indiqué par cet étrange et tardif souvenir d’enfance, à savoir l’image des « intestins de mouton » que sa mère « arracha » à des « vautours de dépotoir » pour servir de « repas de midi » à son fils. Le personnage s’avère marqué, en effet, par cette image fortement symbolique qui établit un lien entre la présence rassurante d’une image maternelle et l’abandon – ou le don – d’excréments ; entre une suractivité anarchique et les imperfections de toute nature (enfants ou réalisations politiques) qu’elle génère.

22 La place stratégique donnée par l’écrivain colombien à cette petite scène s’explique donc aisément.

23 Mais quittons cette région aux miasmes méphitiques pour respirer l’air ô combien plus salubre qui règne autour de la composition rigoureusement géométrique de chacun des six chapitres du roman.

III. L’exact milieu de chaque chapitre en contient le thème central9

  • 9 L’essentiel de ce développemnet a fait l’objet, en 1995, d’une série de conférences en espagnol des (...)

24Tout lecteur un tant soit peu attentif est frappé, dans L’Automne du patriarche, par le fait que les quatre premiers chapitres ont pratiquement le même nombre de pages (quarante, à une unité près, dans la première édition espagnole), alors que les deux derniers comportent en revanche huit et douze pages de plus.

25 Il est raisonnable de penser que cette (relative) excroissance est due au souci esthétique de l’auteur de bâtir un roman à l’architecture quantitativement équilibrée, sans pour autant, malgré tout ce qu’il avait encore à dire à la fin du volume, aller au-delà des six parties qu’il s’était fixées – afin sans doute, comme il a été dit ci-dessus, de parodier le nombre de jours que met Yahvé à créer le monde dans le Livre de La Genèse (le septième jour, destiné au repos du démiurge, ne pouvait en effet avoir de correspondant dans le roman, puisque, après la mort naturelle du patriarche et la destruction de la patrie, il ne convient pas de se reposer, mais de travailler à la régénération de celle-ci).

26 La lecture de Vivir para contarla montre que cette pagination méticuleuse est une habitude d’écriture de l’écrivain colombien :

  • 10 Cf. G. García Márquez, Vivir para contarla, éd. cit., pp. 472-3 : "(...) soy eclavo de un rigor per (...)

(...) je suis l’esclave d’une rigueur perfectionniste qui me force à faire à l’avance un calcul exact de la longueur du livre, avec un nombre de pages pour chaque chapitre et pour l’ensemble du livre10.

27Mais cette minutie va encore plus loin, car on peut constater que le milieu mathématique de chacun des six chapitres mentionne un personnage ou un événement qui en symbolise le thème majeur.

28 Le premier chapitre, par exemple, tourne autour du leitmotiv du miroir – représenté, pour l’essentiel, par la farce tragique que constitue la fausse mort du patriarche (on sait que c’est son sosie qui reçoit à sa place le coup mortel qui lui était destiné). Or, c’est précisément dans la page centrale de ce chapitre que le « double parfait » du patriarche est « blessé à mort » par un « dard empoisonné », de sorte que les habitants de la capitale, croyant être débarrassés du tyran, laissent imprudemment éclater leur joie – ce qui permet à celui-ci de démêler, dans l’image que lui renvoie le miroir de ses funérailles fictives, ses rares amis de ses nombreux ennemis – et ainsi de les récompenser ou de les châtier en conséquence.

29 Cette image du miroir, amorcée avec l’apparition du « double » du despote, se poursuit avec le motif des fausses manifestations populaires que les services de sécurité organisent dans les rues de la capitale afin de faire croire au chef de l’État qu’il est aimé de ses sujets – lui tendant ainsi un reflet trompeur de lui-même.

30 Elle est aussi prolongée par les visites répétées qu’il rend à tous ces dictateurs déchus auxquels il accorde un asile intéressé – parce qu’en contemplant l’exemple de leur infortune, il peut savourer à loisir, grâce à l’image inversée de lui-même que lui renvoient ces exilés, la conscience qu’il a d’exercer encore un pouvoir absolu sur la nation.

31 Enfin, la conclusion de ce chapitre nous propose un reflet doublement spéculaire : celui des premières pages jamais écrites sur le monde latino-américain, c’est-à-dire du passage du Journal de bord de Christophe Colomb daté du vendredi 12 octobre 1492, dans lequel Bartolomé de Las Casas (au lieu de le résumer comme il en a l’habitude) reproduit fidèlement le texte du Découvreur – où il est dit notamment, à propos des autochtones des Indes, qu’ils feront « de bons serviteurs » et qu’il sera possible de leur « apprendre à parler »... Mais si García Márquez greffe sur son propre texte des expressions ou même des lignes entières écrites par Christophe Colomb, il le fait en adoptant le point de vue opposé, celui d’autochtones imaginaires qui se moquent de ces étranges nouveaux venus. Cette scène fictive permet donc à l’auteur de tenir ironiquement à distance la vision traditionnellement dominante des colonisateurs, tout en lui superposant l’image inverse que les futurs colonisés pouvaient se faire d’un événement dont l’importance s’avérera capitale dans l’histoire de l’Amérique – et que l’on peut comparer à celle de la mort du patriarche puisque le texte du roman la situe également (comme celle du Christ...) un vendredi.

32 La structure de ce premier chapitre est donc parfaitement géométrique, et la thématique de la spécularité qui le caractérise, d’une grande cohérence.

33Il se présente en effet sous la forme d’un miroir en forme de diptyque, articulé autour de l’image centrale du coup mortel qui atteint le sosie du patriarche, et se dédouble ainsi en deux parties égales (la pagination renvoie à la première édition espagnole du roman) :

  • 11 Ce schéma ne tient pas compte, pour des raisons de place, des transitions de type musical qui, à l’ (...)

première moitié (pp. 5 à 25)

1

2

3

4

découverte du palais et du cadavre du patriarche

le sosie, miroir du patriarche

la farce des manifestations

visite du patriarche aux dictateurs renversés

centre du chapitre (p. 26) : mention de la "blessure mortelle" du sosie du patriarche (ou : la fausse mort du patriarche)

seconde moitié (pp. 26 à 46)

1

2

3

4

le sosie agonisant tend au patriarche le miroir de la vérité

les funérailles fictives du patriarche

visite du patriarche aux dictateurs renversés

vision inversée de la découverte de l’Amérique11

34 Le deuxième chapitre, quant à lui, est dominé par la figure des deux femmes que le patriarche a le plus intensément aimées au monde : sa mère Bendición Alvarado, et la belle Manuela Sánchez. Il s’avère également divisé en deux parties symétriques de longueur parfaitement identique, séparées par la première apparition, dans le texte du roman, du nom de la jeune femme. La répartition de sa matière thématique peut être résumée de la sorte :

première moitié (pp. 47 à 66)

1

2

3

découverte du palais et du cadavre du patriarche

visites du patriarche à sa mère dans sa maison des faubourgs

histoire de la conquête du pouvoir par le patriarche

centre du chapitre (p. 67) : première mention de Manuela Sánchez

seconde moitié (pp. 68 à 87)

1

2

3

genèse de l’amour du patriarche pour Manuela Sánchez

visites du patriarche à Manuela dans sa maison d’un quartier déshérité

le patriarche échoue à conquérir Manuela malgré la comète et l’éclipse

35 Ce chapitre, lui aussi écrit au cordeau, s’avère également très cohérent.

36 Il l’est d’abord par l’organisation de ses coordonnées spatio-temporelles.

37 En effet, les différentes scènes se déroulent dans trois espaces différents : le palais présidentiel, la grande demeure des faubourgs où vit Bendición Alvarado, et la pauvre maison de Manuela Sánchez. Or, l’introduction de ce chapitre décrivait successivement trois pièces situées dans le palais présidentiel, à savoir tout d’abord deux chambres de femmes – celle de Bendición Alvarado et celle de Laetitia Nazareno (l’épouse du président, qu’aurait pu être Manuela) –, puis la chambre à coucher personnelle du patriarche.

38 À ce parallélisme au niveau de la structure spatiale correspond, malgré les apparences, un parallélisme temporel – doublé d’une homologie thématique qui s’avère essentielle à la compréhension du roman.

39 En effet, si l’on relève un fort contraste entre, d’une part, l’important retour en arrière qui clôt la première partie de ce chapitre (l’histoire de la conquête du pouvoir par le patriarche), et, d’autre part, dans la seconde, le déroulement lui aussi parfaitement chronologique de l’amour du dictateur pour Manuela, le fait que l’auteur y insère à la fin le motif de la comète rétablit le parallélisme temporel des deux moitiés du chapitre. En effet, le passage de cette « méduse de lumière » qui « à chaque empan de sa trajectoire <remonte> un million d’années en direction de son origine » correspond bien, à la fin de la première moitié du chapitre, au retour en arrière que constitue la reconstitution de la carrière du patriarche : le parallélisme structurel est là encore globalement respecté.

40 Mais de plus, non seulement cette comète mesure, par ses apparitions répétées, la durée du pouvoir plus que séculaire du chef de l’État (il voit deux fois ce phénomène qui, d’après le texte, a lieu tous les cent ans...), mais elle ouvre aussi aux yeux de Manuela « l’abîme de l’éternité » – ce qui l’assimile à ce « temps incommensurable de l’éternité » qui définit, à la fin du volume, le long règne du patriarche-dictateur. Le retour en arrière que constitue le passage de cette comète « plus vieille que le monde » s’avère donc thématiquement homologue à la structure « archaïque » que constitue le mythe du père dominateur. Certes, l’idée que le patriarche symbolise cette structure mentale aussi ancienne que l’humanité pouvait se déduire du fait qu’il existait déjà lors de la découverte de l’Amérique par les Espagnols (puisqu’il assiste, à la fin du premier chapitre, à l’arrivée de Christophe Colomb), mais cette interprétation est confortée par l’homologie thématique qui vient d’être mise au jour.

41 Cette homologie est par ailleurs renforcée par la présence d’autres motifs.

  • 12 Cf. El otoño del patriarca, éd. cit., pp. 59-60 – relatives à l’assassinat des rivaux politiques du (...)

42On peut remarquer, par exemple, qu’à des années de distance, la stratégie adoptée par le patriarche pour conserver le pouvoir est identique à celle qu’il emploie pour s’assurer l’amour de Manuela : c’est ainsi que dans la première moitié du chapitre, il fait assassiner les compagnons d’armes qui étaient capables de menacer son pouvoir ; et, que dans la seconde, il se débarrasse physiquement des prétendants (et même des amies) de la jeune femme12.

  • 13 Cf. ibid., pp. 55 et 80.

43 Enfin, un autre motif – celui des cadeaux – permet d’établir une corrélation entre l’amour œdipien du patriarche pour Bendición, et celui qu’il voue à Manuela Sánchez : dans la première partie de cette section du livre, le patriarche se rend dans la demeure de sa mère avec des paquets qu’il ouvre devant elle pour lui en montrer le contenu ; or, ces paquets renferment les présents qu’il apportera, dans la seconde moitié, à la maison de Manuela afin de la séduire – ce qui donne à penser qu’il a besoin de l’approbation maternelle – de la bénédiction de Bendición, pour ainsi dire... – avant de les offrir à la jeune femme – révélant ainsi la racine œdipienne de son amour. C’est le cas, par exemple, de cet ange mécanique « grandeur nature » (sic !) qui dans les deux moitiés du chapitre vole en sonnant une cloche pour donner l’heure13.

  • 14 La conque marine est présentée à Bendición, puis à Manuela ibid., cf., respectivement, les pp. 55 e (...)

44 Mais plus intéressant peut-être est le motif de la conque marine, dans laquelle on entend non point la rumeur de la mer, mais des marches militaires à la gloire du régime. Là aussi, le patriarche fait voir cet objet à sa mère avant de l’offrir à Manuela. Mais ce nouvel exemple ne se limite pas à indiquer la nature œdipienne de ses sentiments : il annonce aussi ce qui peut être considéré comme la pire de ses actions, à savoir la vente de la mer, à laquelle il consentira à la fin de son règne pour éponger les dettes de la nation et ainsi éviter qu’une puissance anglo-saxonne – facilement indentifiable... – ne débarque une deuxième fois dans le pays, et ne le prive à nouveau de son pouvoir absolu. Ainsi, « le vice démesuré de l’autorité » du patriarche s’avèrera-t-il plus fort que son amour – pourtant profond – pour sa mère, ce que préfigurait cette conque marine vidée dès le départ de ses connotations affectives par la vanité autoritaire et infantile du personnage. Manuela ayant pris la fuite, Bendición étant décédée, l’épouse maternelle étant morte assassinée, l’ultime image de la mère qu’est la mer pourra bien être bradée si cela permet au patriarche de conserver ce qu’il croit être le pouvoir14.

45 La composition de ce roman, on le voit, est des plus soignées et le rend inépuisable, car plus on le relit, et plus on se rend compte que chaque chapitre a connaissance de tous les autres...

46 Si le deuxième chapitre s’articule autour du thème de l’Éros œdipien du personnage principal, le troisième, par contraste, apparaît dominé par Thanatos (il peut s’agir soit d’une mort consécutive à des exécutions physiques, soit de la corruption, qui équivaut à la mort de l’idéal). Le schéma suivant aspire à le résumer :

première moitié (pp. 89 à 108)

1

2

3

4

découverte du cadavre et du palais du patriarche

origines du pouvoir et mort de la voyante

viol de Francisca Linero et assassinat de son mari

le cyclone meurtrier

pages centrales (108-109) : la corruption morale
(vente de l’aide internationale et des droits de pêche)

seconde moitié (pp. 109 à 127)

1

2

3

massacre des innocents de la loterie

châtiment des coupables des mouvements de rébellion

assassinat du traître Rodrigo de Aguilar

47 On voit que les morts se succèdent dans ce chapitre particulièrement sombre. Quant à son point d’orgue, plus peut-être que dans la conclusion (où le cadavre cuisiné de Rodrigo de Aguilar est offert aux commensaux d’un grand dîner présidentiel), il se trouve dans les pages centrales – qui montrent la corruption morale du patriarche. Celui-ci, désireux de s’assurer la fidélité de ses partisans, leur permet de vendre à leur profit l’aide internationale apportée dans le pays à la suite du cyclone dévastateur ; puis il vend à son tour les droits de pêche dans les eaux territoriales à une nation anglo-saxonne afin de financer un prêt – destiné en principe à reconstruire le pays...

48 Le quatrième chapitre, pour sa part, peut se décomposer ainsi :

première moitié (pp. 129 à 147)

1

2

3

4

embaumement du corps du patriarche

maladie et mort de la mère du patriarche

sa canonisation est refusée

représailles anticléricales

pages centrales (147-150) : l’envoyé du Pape, Demetrio Aldous, enquête dans la capitale

seconde moitié (pp. 151-168)

1

2

3

4

Aldous enquête dans la région natale du patriarche

Aldous tend au patriarche le miroir de la vérité

canonisation civile de Bendición

Laetitia, amante et mère

49 Un des apports originaux de ce chapitre consiste dans le fait qu’en possédant une femme qui se destinait aux ordres (Laetitia Nazareno est une novice qui devait, par conséquent, devenir l’épouse du Christ), le patriarche, comme Don Juan, cocufie Dieu – blasphème accentué par le détail scatologique de la conclusion.

50 Mais l’essentiel se situe sur le plan structurel et thématique : le patriarche trouve en Demetrio Aldous, qui refuse de recommander au Saint-Siège la canonisation de sa mère, une personne sur laquelle son pouvoir est sans effet. Or, la première apparition de Demetrio occupe le centre de ce chapitre, comme celle de Manuela – qui elle aussi a résisté victorieusement au patriarche – se trouvait au cœur du deuxième. Un nouveau parallélisme structurel et thématique apparaît. Il sera confirmé par l’examen du chapitre suivant, dont la page centrale mentionne « le désordre de la poésie » de Rubén Darío – qui force le respect du tyran.

51L’organisation de ce chapitre peut être représentée comme suit :

première moitié (pp. 169 à 193)

1

2

3

v4

découverte du cadavre et du palais du tyran

Laetitia, épouse et mère

népotisme et rapacité de Laetitia

le tyran assagi

pages centrales (193-195) : triomphe du "désordre de la poésie" de Rubén Darío

seconde moitié (pp. 195 à 217)

1

2

3

4

premier attentat contre Laetitia

assassinat de Laetitia et de son fils

apparition de Nacho, sadique asexué

cérémonies du centenaire

52 L’unité thématique de ce cinquième chapitre réside dans le fait que le despote vieillissant délègue de plus en plus son pouvoir, d’abord à son épouse, puis, après l’assassinat de celle-ci, à Nacho, son favori. Et c’est ainsi qu’il décline, préparant les ultimes crépuscules automnaux du dernier chapitre :

première moitié (pp. 219 à 247)

1

2

3

4

découverte du cadavre et du palais du tyran

pédophilie sénile du patriarche

cruauté sadique de Nacho

chute de Nacho

page centrale (247) : le patriarche vend la mer

seconde moitié (pp. 248 à 276)

1

2

3

4

la mer est remplacée par un désert

les débuts du pouvoir du patriarche

les dernières années du tyran sénile

son souvenir le plus ancien précède sa mort

53 La conclusion du dernier chapitre présente ainsi la plus grande amplitude temporelle du roman, puisque le souvenir d’enfance le plus reculé du patriarche est l’antichambre de sa mort. Elle ferme aussi un cercle mortifère : originaire du haut désert andin, le patriarche, Ulysse raté et malfaisant, a finalement éliminé la mer, cette maternelle image de la vie, pour la remplacer par un chaos désertique semblable à celui qui l’a vu naître ; ce Yahvé au petit pied a ainsi achevé de détruire la nation – la déformant à son image et à sa ressemblance.

  • 15 Cf. ibíd., p. 95 : "(...) aún se creía mortal y tenía la virtud de la duda (...)" : "(...) il se cr (...)

54 Cette conclusion renferme enfin la philosophie du livre, car si elle relate la mort d’un tyran qui a compris que « le mensonge est plus commode que le doute », et qui s’en est cyniquement servi pour asseoir un autoritarisme infantile, cette formule nous rappelle que l’homme avait jadis pratiqué « la vertu du doute »15 : cette dernière expression, pareille au phare du port dont la lueur éclaire par intermittences le palais présidentiel, projette un bref rayon de lumière au fond de ce roman en ré majeur – labyrinthe exaltant immergé dans l’horreur.

Haut de page

Notes

1 Cf. respectivement, dans Vivir para contarla (Barcelona, Mondadori, 2002), la p. 324 : "Muchas de las novelas que entonces leía y admiraba sólo me interesaban por sus enseñanzas técnicas. Es decir: por su carpintería secreta", et les pp. 440-441 : "(...) empecé a leer como un auténtico novelista artesanal, no sólo por placer, sino por la curiosidad insaciable de descubrir cómo estaban escritos los libros de los sabios. Los leía primero por el derecho, luego por el revés, y los sometía a una especie de destripamiento quirúrgico hasta desentrañar los misterios más recónditos de su estructura". Les traductions françaises qui figurent dans cet article sont miennes.

2 Ces citations renvoient au texte espagnol de la première édition du roman : El otoño del patriarca (Buenos Aires, Editorial Sudamericana,1975), cf. respectivement les pp. 271, 33 et 7; l’expression "tercer testamento" est utilisée par l’auteur pour caractériser la période qui suivra la mort du patriarche à la p. 84. A propos de la portée parodique du roman, on peut rappeler, en ce qui concerne l’Ancien Testament (il s’agit là d’un exemple parmi beaucoup d’autres), que lorsque Moïse lui demande son nom, Yahvé se définit ainsi: "Je suis celui qui suis" (cf. le Livre de l’Exode, III, 14); ce passage donne en espagnol "Yo soy el que soy" dans la Sagrada Biblia traduite par E. Nácar et A. Colunga et parue à Madrid (Biblioteca de Autores Cristianos) en 1962; or, le patriarche emploie deux fois la même expression – notamment pour mieux asseoir son autorité face à celle du Pape qui refuse de canoniser sa mère : "(...) aquí yo soy el que soy yo (...)" (cf. El otoño..., éd. cit., p. 147). Pour ce qui a trait au Nouveau Testament, il suffira de remarquer (là aussi parmi bien d’autres allusions) que le patriarche, sa femme Laetitia Nazareno (en français : Nazaréen...), et leur fils Emmanuel (nom de Jésus), sont une projection parodique de la Sainte Famille.

3 Cf. respectivement, dans El otoño del patriarca, éd. cit., la p. 266 : "(...) se acordó de una infancia remota que por primera vez era su propia imagen tiritando en el hielo del páramo y la imagen de su madre Bendición Alvarado que les arrebató a los buitres del muladar una tripa de carnero para el almuerzo (...).", et la p. 5 : "Durante el fin de semana los gallinazos se metieron por los balcones de la casa presidencial (...)". Le mot muladar ‘décharge publique’, ‘dépotoir’définit le palais présidentiel ibid., p. 90; l’expression généralisatrice pájaros de muladar, appliquée aux vautours qui découvrent le cadavre présidentiel, apparaît ibid. à la p. 169.

4 Cf. le Dictionnaire des Symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant (Paris, Ed. Robert Laffont, 1982), pp. 425 et 994-5.

5 Cf. de S. Freud Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, Paris, Gallimard, 1980 (1927 pour la 1ère édition), p. 60; et de G. García Márquez, El otoño del patriarca, éd. cit. p. 51 : "(...) era un hombre sin padre (...) el único pariente que se le conoció y tal vez el único que tuvo fue su madre (...) Bendición Alvarado a quien los textos escolares atribuían el prodigio de haberlo concebido sin concurso de varón (...)." On remarquera par ailleurs que la présence d’un ovin est un autre point commun au souvenir d’enfance du patriarche et au tableau du peintre toscan.

6 Cf. respectivement La hojarasca, Barcelona, Plaza & Janés, 1979, p. 140; La mala hora, Barcelona, Plaza & Janés, 1979, pp. 5-6 : "Orinó en abundancia, conteniendo la respiración para no sentir el intenso olor amoniacal que le hacía saltar las lágrimas." Cf. également Cien años de soledad, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1969, p. 172 : "(...) había que vigilarla para que no pintara animalitos en las paredes con una varita embadurnada en su propia caca"; et Crónica de una muerte anunciada, Barcelona, Bruguera, 1981, p. 192 : "Empezaban a desayunar cuando vieron entrar a Santiago Nasar empapado de sangre llevando en las manos el racimo de sus entrañas. Poncho Lanao me dijo: ‘Lo que nunca pude olvidar fue el terrible olor a mierda’."

7 Cf. El otoño del patriarca, éd. cit., pp. 263, 168 et 175.

8 Cf. ibid., pp. 10 et 48.

9 L’essentiel de ce développemnet a fait l’objet, en 1995, d’une série de conférences en espagnol destinées aux étudiants de troisième cycle de la Faculté de Filología y Letras de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle.

10 Cf. G. García Márquez, Vivir para contarla, éd. cit., pp. 472-3 : "(...) soy eclavo de un rigor perfeccionista que me fuerza a hacer un cálculo previo de la longitud del libro, con un número exacto de páginas para cada capítulo y para el libro en total." On peut aussi remarquer que les vingt chapitres de Cien años de soledad ont eux aussi pratiquement le même nombre de pages.

11 Ce schéma ne tient pas compte, pour des raisons de place, des transitions de type musical qui, à l’intérieur d’un même chapitre, séparent deux développements thématiques différents; ces transitions apparaissent tout au long du roman (sauf en deux occasions); elles ne seront pas mentionnées non plus dans l’étude des cinq chapitres suivants. En ce qui concerne l’expression "histórico viernes de octubre", jour de l’arrivée de Christophe Colomb, elle figure à la fin du chapitre, à la p. 44 l’édition citée de El otoño del patriarca, et fait écho au "lunes histórico" (cf. ibid., p. 7) au cours duquel se répand la "bonne nouvelle" de la mort du patriarche décédé le vendredi précédent.

12 Cf. El otoño del patriarca, éd. cit., pp. 59-60 – relatives à l’assassinat des rivaux politiques du patriarche –, et p. 82 – qui mentionne la disparition des prétendants ainsi que des amies de Manuela : "(...) sus antiguos pretendientes habían muerto uno después de otro fulminados por colapsos impunes y enfermedades inverosímiles, sus amigas desaparecían sin dejar rastros (...)."

13 Cf. ibid., pp. 55 et 80.

14 La conque marine est présentée à Bendición, puis à Manuela ibid., cf., respectivement, les pp. 55 et 79; l’expression "el inmenso vicio de mandar" apparaît ibid., p. 171.

15 Cf. ibíd., p. 95 : "(...) aún se creía mortal y tenía la virtud de la duda (...)" : "(...) il se croyait encore mortel et avait la vertu du doute (...)" dit du patriarche la tireuse de cartes que celui-ci, dévoré d’incertitude, consultait régulièrement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Renaud, « Notes sur « la charpente secrète » et sur la thématique de L’Automne du patriarche de G. García Márquez », Babel, 13 | 2006, 141-159.

Référence électronique

Richard Renaud, « Notes sur « la charpente secrète » et sur la thématique de L’Automne du patriarche de G. García Márquez », Babel [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 06 août 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/913 ; DOI : 10.4000/babel.913

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org