Navigation – Plan du site

Disparus : les procédures de l’élimination politique en Amérique Latine

Traitement littéraire d’un concept paradoxal1
José García-Romeu
p. 107-120

Résumés

La disparition des opposants fut une méthode de répression employée de façon massive par les dictatures latino-américaines entre les années 1960 et 1980. Elle devait soutenir une politique de terreur totalitaire qui à bien des égards ressemblait à un autodafé honteux. Par ailleurs, le concept de disparition et les arguments de défense qu’il inspira aux bourreaux ne sont pas sans rappeler le discours des négationnistes sur la Shoah. Le traumatisme collectif provoqué par cette répression se lit dans de nombreuses œuvres de fiction qui révèlent toutes la diversité des choix esthétiques qui traversent la littérature contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette étude fait suite à celle entreprise dans le cadre d’une thèse de doctorat (Dictature et litté (...)
  • 2 Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire, La découverte, Paris, 2005, p. 38, à propos des i (...)

L’opération de gazer, comme celle de se nourrir,
peuvent être réalisées dans des conditions immensément différentes2.

  • 3 Paris, La Table Ronde, 1961. Voir également Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort : l’école fra (...)
  • 4 En Argentine, de nombreux séquestrés furent également jetés à la mer depuis des avions après avoir (...)
  • 5 La dimension traumatique de la répression politique a été explorée dans de nombreux travaux de psyc (...)
  • 6 Nous-mêmes ferons souvent référence, pour l’Argentine, au rapport Nunca más de la CONADEP (op. cit.(...)

1Dans les années 1960 à 1980, les dictatures sud-américaines instaurent dans la logique de la Doctrine de Sécurité Nationale dont elles se réclament un système de répression, concerté entre elles, qui laissera de profonds traumatismes dans les mentalités collectives. Cette doctrine, développée dans le contexte de la guerre froide, est issue de l’interprétation par les nations américaines (en tout premier lieu le Brésil et les États-Unis) des théories de lutte antisubversive élaborées par l’armée française suite aux guerres d’Indochine et d’Algérie, exposées par le colonel Roger Trinquier dans La guerre moderne3. Elle détermine l’existence d’un conflit idéologique insidieux et universel, qui traverse les frontières nationales, et prescrit des méthodes de renseignement et d’élimination des adversaires, marxistes en l’occurrence, particulièrement radicales et sophistiquées. De nombreux opposants, réels ou présumés, sont enlevés, internés dans des centres clandestins de détention où leur réclusion non reconnue les livre à l’arbitraire absolu exercé par l’autorité. Torturés puis exécutés, la dernière étape de leur sinistre parcours est logiquement le cimetière clandestin ou la fosse commune dont l’anonymat prolonge la disparition4. À l’exception de simulacres grâce auxquels on fait connaître la mort de tel « subversif » lors d’un accrochage fictif avec les forces de l’ordre, ces personnes sont souvent supprimées sans que leurs familles, qui espèrent les retrouver vivantes, puissent connaître avant longtemps, parfois jamais, leur sort exact. Ce système de répression pose en termes inédits les rapports du secret politique à la réalité et suscite le trouble de la communauté nationale. Pour l’ensemble d’une société menacée par l’ampleur de la répression, dire cette réalité problématique dans la perspective d’une cure post-traumatique devient alors une tâche nécessaire qui trouvera diverses médiations à sa communication5. Parmi elles, la plus frappante est le témoignage des survivants et des bourreaux. Après le retour à la démocratie, les rapports des commissions d’enquête mandatées par les gouvernements seront les premiers à recueillir méthodiquement cette parole souvent insoutenable6. Une autre médiation intéressante, dont l’élaboration esthétique offre un matériel d’analyse complexe, est la littérature. Nous nous y intéresserons à la fin de notre réflexion en évoquant quelques textes argentins et chiliens.

2En nous centrant sur le cas argentin pour lequel nous disposons depuis longtemps d’un matériel considérable, nous nous efforcerons d’abord d’arpenter le concept de disparition politique, concept qui se réfracte en celui de réclusion clandestine, de meurtre de masse et de réapparition. Cette investigation nous mènera parfois à comparer les discours associés aux pratiques répressives effectuées dans le cadre de la Doctrine de Sécurité Nationale à ceux rattachés au génocide nazi. S’ils renvoient à des réalités fort différentes du point de vue quantitatif, l’un et l’autre se rapprochent du point de vu qualitatif. D’ailleurs, nombreux sont les survivants de la dictature argentine qui placèrent à l’horizon de leur expérience la référence à la Shoah, indiquant de la sorte, sans qu’il soit raisonnable de leur reprocher un abus de langage, que le crime nazi et ses méthodes offraient un modèle de représentation où inscrire leur vécu personnel. Confirmant la pertinence de cette comparaison, le général Viola répondit lui-même à un journaliste qui évoquait la responsabilité des militaires dans le crime répressif :

  • 7 Journal Clarín, Buenos Aires, 18 mars 1981. Cité dans Nunca más…, p. 476.

Me parece que lo que Ud. quiere decir es que investiguemos a las Fuerzas de Seguridad, y eso sí que no. En esta guerra hay vencedores, y nosotros fuimos vencedores y tenga la plena seguridad que si en la última guerra mundial hubieran ganado las tropas del Reich, el juicio no se hubiera hecho en Nuremberg sino en Virginia 7.

  • 8 Nous choisissons cette expression car les acteurs de la répression (police, militaires de différent (...)
  • 9 Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme, Quarto Gallimard, Paris, 2002, p. 632.
  • 10 Ibid. p. 633.

3La dictature argentine (1976-1983), ou plutôt son régime global d’autorité8, recourt à l’élimination d’opposants afin d’établir une société uniforme où la contestation sera interdite et tout discours divergent rendu muet. Si cette élimination est directe quand elle cible un individu particulier, elle est également indirecte lorsque, par l’exemple qu’elle institue, elle incite les personnes épargnées à se taire sous l’effet de la terreur. Chaque fois qu’elle est ainsi menée à son terme, la disparition n’annihile pas seulement un être humain, elle vise l’ensemble d’un discours et de ses producteurs. Réduire le dialogue démocratique au monologue agoraphobe de l’autorité, tel est l’objectif de cette politique. En ce sens, si l’exercice du pouvoir par les militaires argentins tient d’un système dictatorial classique, il vise sur le long terme un véritable totalitarisme, la différence entre l’un et l’autre, selon Hannah Arendt, résidant dans l’élimination des opposants avérés dans le premier cas, et dans l’extension de cette liquidation aux « inoffensifs citoyens qui n’ont pas toujours d’opinions politiques »9 dans le second. Au sujet du totalitarisme stalinien, la philosophe écrit en effet : « Pour détruire tous les liens sociaux et familiaux, les purges sont conduites de manière à menacer du même sort l’accusé et toutes ses relations habituelles, des simples connaissances aux amis et aux parents les plus proches »10. Cette observation est à rapprocher d’une analyse tirée du prologue de Nunca más :

  • 11 Op. cit., p. 9-10.

Todos caían en la redada: dirigentes sindicales que luchaban por una simple mejora de salarios (…), periodistas que no eran adictos a la dictadura, psicólogos y sociólogos por pertenecer a profesiones sospechosas (…), monjas y sacerdotes que habían llevado las enseñanzas de Cristo a barriadas miserables. Y amigos de cualquiera de ellos, y amigos de esos amigos, gente que había sido denunciada por venganza personal y por secuestrados bajo tortura11.

  • 12 Journal La Nación. Edición internacional, Buenos Aires, 6 décembre 1976, p. 1. C’est nous qui souli (...)

4Citons également ces propos de l’amiral Lambruschini qui élargissent à l’extrême le cercle des ennemis de la dictature : « El enemigo no son sólo los terroristas, también son enemigos de la República, los impacientes, los que ponen por encima del país los intereses de sector, los asustados, los indiferentes »12.

5Ayant précisé les effets visés par la terreur d’État, terreur dont la liquidation sans traces était le principal vecteur, nous pouvons nous concentrer maintenant sur l’analyse de ce concept particulièrement troublant de disparition politique. En droit criminel, la non découverte du corps de la victime compromet la condamnation d’un coupable, le cadavre étant la seule preuve irréfutable de la mort. Faire disparaître a pour effet de dissimuler le crime. L’acte est contradictoire, car quel intérêt y a-t-il à dissimuler, dans un système où la terreur joue un rôle dissuasif, le crime terrible ? Par ailleurs, la censure qui s’exerce sur l’ensemble des médias renforce l’impossibilité de dire. Il est ainsi interdit de représenter à la télévision argentine certains actes de violences sous prétexte qu’il s’agit d’actes sadiques :

  • 13 In « Pautas para la calificación del material televisivo », document officiel rédigé sous l’autorit (...)

Será considerado [no apto para televisión] el material que : (…) evidencie agresiones mentales o físicas como la tortura o medios sofisticados de muerte, que constituyen formas sádicas de la conducta humana ; (…) deje sensaciones de amenazas latentes y reales, creando estados colectivos de angustia (…)13.

6Ici, nous sommes confrontés à un double paradoxe :

  1. D’une part on commet le crime afin que l’exemple induise au silence ; mais on le tait également afin qu’il demeure dissimulé.

  2. D’autre part on commet sans état d’âme ce crime odieux, puis on interdit avec un cynisme formidable de le dire sous prétexte que son caractère sadique pourrait troubler le public.

  • 14 Propos du général Viola, journal La Nación. Edición internacional, Buenos Aires, 22 novembre 1976, (...)

7En réalité, le paradoxe se résout si nous comprenons que le discours de censure et l’acte de répression physique appartiennent à deux niveaux différents de la réalité exposée par les autorités selon qu’elles s’adressent à l’un ou l’autre des publics qu’elles distinguent. On terrorise, on fait disparaître, on torture, on tue les dissidents présumés en raison de leur activité politique ou intellectuelle. Par contre on établit pour le reste de la population, moins suspecte, un discours de propagande où les militaires, vrais sadiques selon leur propre système de censure, se présentent en héros, garants, face à la subversion marxiste, des valeurs chrétiennes. Le procédé provoque une séparation de la population : d’une part les réseaux subversifs, les inquiets et les endoctrinés par le discours marxiste qui menacent l’harmonie sociale, d’autre part le citoyen moyen qui aspire à la paix dans le respect des traditions. Si la distinction paraît grossière, elle est inévitable de la part d’un régime qui se réclame d’une conception catholique du monde, qui simule l’adhésion aux doctrines libérales occidentales et qui inscrit son action dans une guerre sans quartier contre ce qu’elle présente comme un chaos subversif issu du totalitarisme soviétique. Sujette à une dichotomie radicale, la pensée totalitaire produit un examen de la réalité qui autorise la simplification meurtrière. Celle-ci est consacrée par l’idée que la Nation doit être un ensemble homogène : « (…) el Ejército (…) no ahorrará esfuerzos para superar las estériles antinomias históricas o políticas, clasistas o sectoriales, para lograr la unidad nacional, supremo desafío que la historia plantea a las naciones con sentido de grandeza »14.

  • 15 Il faut mettre ceci en rapport avec les observations qu’Hannah Arendt consacre aux mouvements de ma (...)

8Le partage de la société par classes étant nié au nom de l’uniformité nationale, le libéralisme qui organisait à l’intérieur de ce partage la concurrence entre partis et syndicats étant démantelé, l’autoritarisme ne peut expliquer les problèmes sociaux qu’au moyen d’un raisonnement paranoïaque qui attribue à certains éléments dissolvants, étrangers aux valeurs nationales15, une fantastique capacité de nuisance. Ces éléments dissolvants sont dès lors désignés par des termes qui tiennent d’avantage au domaine médical et sanitaire (on parle de vermine, de cancer, de gangrène, de pathologie subversive) plutôt que sociétal, justifiant ainsi une chirurgie de l’amputation. Le juif –pour le nazisme– et le subversif –pour la Doctrine de Sécurité Nationale– représentent la maladie, qui ne sera soignée que par la disparition définitive des agents infectieux.

  • 16 Bien que Vidal-Naquet relève l’existence de négationnistes sincères (op. cit., p. 184), il est prob (...)
  • 17 Voir Vidal-Naquet, op. cit., p. 53-55. Pour les arguments déclinant la responsabilité des autorités (...)

9Voyons maintenant comment le discours autoritaire, dans lequel s’incarnent à la fois ces contradictions et cette radicalité totalitaire que nous venons de mettre en exergue, redouble les effets de la disparition politique. Rappelons les termes du concept de disparition : on fait disparaître afin de rendre le crime politique invisible ; on interdit également d’en parler, afin de ne pas inquiéter l’ensemble de la nation (ni la communauté internationale), tout en espérant que la frange politisée, du fait de sa réceptivité, soit renseignée des menaces qui la vise. On met donc en place une sorte de négationnisme instantané qui associe, de même que le négationnisme portant sur le génocide nazi, une contrevérité à un jeu complexe d’intérêts contradictoires. En effet, le négationniste –antisémite notoire– dément un fait dont il est en réalité heureux de la réalisation effective16. Il est contraint à cette acrobatie car il désire réhabiliter des hommes et un système depuis les modes de pensées humanistes (auxquels appartiennent les valeurs démocratiques et le discours scientifique rationnel, entre autres celui de la discipline historique qu’il prétend servir) alors que leur action ne peut être justifiée que depuis l’idéologie nazie (irrationnelle, mythique et totalitaire). Être ailleurs (dans l’extrémisme assassin) et prétendre être ici (dans l’humanisme libéral) afin de réhabiliter ici et maintenant des hommes dont l’action n’est justifiable qu’ailleurs : là réside la fraude intellectuelle des révisionnistes. Ce trait particulier du discours de Faurrisson et autre Bennett est directement mis en œuvre par les régimes autoritaires latino-américains grâce au système de la disparition, qui est une négation intrinsèque du crime perpétré. Pierre Vidal-Naquet détermine d’ailleurs des caractères propres à l’argumentation négationniste que l’on retrouve presque en termes identiques dans le discours que la dictature argentine consacra à la question de la répression en général et de la disparition en particulier17 :

    • 18 Dans sa défense remise au tribunal qui devait le juger, le général Viola indique en 1985 que les te (...)

    La répression et le meurtre politique (ou l’extermination) n’en sont pas. Ce sont des actes divers –pour lesquels on admet la possibilité d’excès occasionnels mais dont on nie qu’ils aient été planifiés en vue d’une « solution finale »– participant d’une guerre défensive contre des agresseurs armés et parfaitement organisés (dans le cas argentin, les actions violentes perpétrés par des groupes terroristes tels que Montoneros ou ERP justifient une répression massive18).

  1. L’absence des supposés disparus (ou des juifs supposés exterminés) s’explique par leur exil.

    • 19 Cf. Vidal-Naquet, op. cit., p. 115

    Les bourreaux sont innocents des crimes qu’on leur impute, tandis que leurs victimes sont coupables. Ainsi, dans Der Jude Süss, les tortionnaires sont des juifs19 ; dans le discours autoritaire argentin, les subversifs sont les vrais fossoyeurs des droits de l’homme :

  • 20 Propos de l’amiral Massera, rapportés par Claudio Uriarte, Almirante Cero, Planeta, Buenos Aires, 1 (...)

¿Qué duda (…) cabe de que en la Argentina no se respetan los derechos humanos (…)? ¿Qué significa, si no, la larga, la inmensa lista de miembros de las Fuerzas Armadas, del empresariado, de los dirigentes de la comunidad y de personas ajenas a la política, mujeres y niños, asesinados sin misericordia o mantenidos durante meses en las llamadas cárceles del pueblo en condiciones de vida que resultarían agraviantes para el más despreciable de los animales?20

10Le disparu, de même que le déporté, meurt donc plusieurs fois. La première, au moment de son rapt, puisque cette action a pour but de le soustraire à la communauté et de le déshumaniser au moyen de traitements dégradants. La deuxième mort (la mort physique) n’est que l’aboutissement logique de la réification précédente, une formalité réalisée selon le mode bureaucratique. Enfin, la troisième mort est celle qu’exécute le discours autoritaire ou négationniste, en s’inscrivant contre la mémoire et la réalité historique.

11Aussi faut-il constater que le concept de disparition risque de pénétrer les versions de l’histoire, du moins dans leur versant autoritaire et complice. Dans le jeu de concurrence entre plusieurs interprétations historiques, l’histoire des disparus a donc été niée par les oppresseurs dès les prémices, chose d’autant plus facile que cette histoire est un récit, une construction discursive. On la nie de même que toute affirmation peut être niée, l’histoire n’étant pas le fait référentiel concret, mais la référence, symbolique. Nous comprenons dès lors l’enjeu qu’il y a à rendre le référent aussi confus que possible. Ainsi est attestée la corrélation nécessaire qui lie la disparition en tant qu’acte à la négation en tant que discours.

  • 21 Miguel Bonasso, Recuerdo de la muerte, Puntosur, Buenos Aires, 1988.

12Les témoignages recueillis dans Nunca más mais également dans de nombreux ouvrages dont un singulier roman vrai (les anglo-saxons appelleraient cela une non-fiction novel), Recuerdo de la muerte21 de Miguel Bonasso, assument la mission de remplir par le récit le vide de la disparition. Les survivants, les revenants de cette mise au secret produisent donc une parole qui servira à soustraire le disparu définitif des limbes auxquels il est condamné. Grâce à cela, il apparaît alors que les disparus ne l’ont jamais été que dans l’ordre public. Pour eux-mêmes et pour leurs bourreaux, tant qu’on veilla à les garder en vie, ils furent bien là, présents, en enfer. Par ailleurs, les personnes enlevées, exposées au statut de disparus, furent souvent soumises à la torture afin d’avouer leur faute et de dénoncer leurs complices. Si la disparition permet de dissimuler le crime de l’autorité, ce crime est réalisé selon des procédés qui doivent favoriser à l’inverse les aveux par la victime de ses propres fautes.

13La disparition est finalement le terme obligé d’un processus d’inquisition qui ne peut pas se dire intégralement et doit jouer de l’euphémisme car, à l’inverse de l’inquisition médiévale, le régime moderne de la punition tel qu’il est pratiqué par les sociétés occidentales renonce au châtiment barbare et disproportionné tout en dérobant au regard public la scène de l’exécution. Face à une opinion internationale qu’il ne faut pas scandaliser, face à une majorité silencieuse qu’on ne doit pas troubler, l’autodafé devient honteux.

14La littérature est un système complexe et ouvert où les différentes instances productrices versent leur interprétation, intuitive ou élaborée, de la société. La question des disparus ayant profondément altéré la conscience collective, son rapport trouble au dit et au non dit, au montré et au dissimulé, à la falsification et à la vérité n’a point manquer d’habiter certains textes littéraires. Oscillant entre réalisme et métaphore, mettant en mouvement les engrenages de l’autocensure ou de la crudité, la représentation littéraire de la disparition a d’ailleurs suscité la réflexion des écrivains. Ainsi, José Pablo Feinmann insiste sur le caractère tabou que la question eut pour certains :

  • 22 José Pablo Feinmann, « La muerte argentina », journal Página/12, Buenos Aires, 11 mars 1995, p. 32.

Nuestra narrativa se ha ocupado escasamente de la temática. Es demasiado «referencial». Somos, los narradores argentinos, tan elusivos con este tema que hemos terminado por no tratarlo. O peor aún: cuando se trata se dice que se incurre en la «desaparedología». Recuerdo la primera vez que escuché este concepto. Estaba en un bar con algunos escritores y hablábamos de la novela de un colega que acababa de ser editada. Uno dice: «Pero… me dijeron que se mete con los desaparecidos». Otro le responde: «Muy poco. No como para pertenecer a la desaparedología». Y esto pretendía ser un gran elogio para la novela22.

15À ces écrivains, le traitement direct de la disparition en tant que thème pose problème. Il semblerait que la vieille règle de bienséance dont Auerbach analysait la constitution dans Mimesis retrouve ici une nouvelle raison d’être. On ne pourrait cependant tirer de conclusion définitive de cette réflexion de Feinmann qu’en réalisant un travail de fond. Nous nous contenterons, à travers certains titres, de discerner quelques unes des stratégies narratives mises en place par les écrivains pour rendre compte de ce phénomène. Nous observerons que dans les textes littéraires qui aborderont le thème, le disparu pourra être l’absent, le torturé soustrait au regard de la communauté, le réapparu à la vie brisée, ou encore le cadavre anonyme découvert dans un cimetière clandestin.

  • 23 Ricardo Piglia, Respiración artificial, Pomaire, Buenos Aires, 1980.

16Dans Respiración artificial23, roman expérimental inscrit dans l’autoréférentialité propre au récit post-moderne, l’écrivain argentin Ricardo Piglia illustre l’absent à travers la figure de Maggi, historien subversif qui disparaît sans laisser de traces. À travers la discussion nocturne qu’ils entretiennent à son égard, deux de ses amis (le critique littéraire Renzi, par ailleurs neveu de Maggi, et le philosophe polonais Tardewski) s’efforcent, dans une sorte d’hommage mortuaire qui formule le sort véritable de Maggi, de reconstituer son parcours. La mémoire que l’on a de l’absent définitif permet ainsi de sauvegarder sa parole subversive, déjouant le projet de liquidation totale élaboré par l’autorité.

  • 24 Roberto Bolaño, Estrella distante, Anagrama, Barcelona, 1996.

17Estrella distante24 de l’écrivain chilien Roberto Bolaño inverse les termes du processus de disparition. Le roman décrit, à travers le sort des personnages et du narrateur homodiégétique, les méthodes de répression dont furent victimes les chiliens après le coup d’État du 11 septembre 1973, mais il s’intéresse surtout à la disparition volontaire d’un tortionnaire, Carlos Wieder, lieutenant expulsé de l’armée de l’air pour avoir fait du meurtre politique et de la torture non pas un instrument de contrôle qu’il fallait dissimuler mais un art digne d’être représenté. Ses photographies de victimes mutilées provoquent le scandale de ses supérieurs, pourtant partisans de ces méthodes de liquidation. Ainsi, celui qui rend public le crime le fait non pas pour le dénoncer mais pour soutenir une étrange expression esthétique qui tient du sadisme le plus radical. Commandité par un inconnu aux motivations secrètes, un ex policier chilien poursuivra « l’artiste » dans son exil européen clandestin avant de l’exécuter. Estrella distante pose le problème du châtiment des criminels et de la représentation de la violence, ainsi que celui de la conscience du bourreau sur la nature sadique de ses actes.

  • 25 Ricardo Piglia, La ciudad ausente, Seix Barral, Buenos Aires, 1995.
  • 26 Guillermo Martínez, Infierno grande, Destino, Buenos Aires, 2000.

18Évoquons aussi la réapparition des victimes, le plus souvent cadavres exhumés grâce à des découvertes hasardeuses. Dans La ciudad ausente25 de Ricardo Piglia, l’étrange machine à raconter des histoires qui se trouve au centre d’une fiction plurivoque produit des récits que l’autorité s’efforce de censurer et qui parle de fosses communes clandestines mises à jour accidentellement. Dans Infierno grande26 de Guillermo Martínez, la nouvelle éponyme tirée de ce recueil évoque la vie d’un petit village, Puente Viejo, qui semble tout ignorer de la violence politique. Intervient alors la disparition d’un couple d’amants, attribué d’abord à un mari jaloux par les commérages de voisinage. En réalité, la femme supposée adultère reviendra d’un long séjour auprès d’un père mourant. Mais l’alerte aura conduit le village a entamer des recherches débouchant sur la découverte d’un cimetière clandestin. L’irruption macabre de la réalité politique sera censurée par le commissaire qui ordonne que les tombes soient à nouveau recouvertes et qui tue le chien errant dont le flaire avait contribué à mettre au jour ce lieu sinistre.

  • 27 Luis Sepúlveda, Nombre de torero, Tusquets editores, Barcelona, 1998.

19D’autres fois, la victime réapparaît vivante, mais totalement brisée, plongée dans une complète catatonie. C’est le cas de Verónica, l’ancienne fiancée du narrateur Juan Belmonte dans Nombre de torero27 de Luis Sepúlveda, qui après une disparition d’un an et demi refait surface, symboliquement, dans une décharge de Santiago.

20Ce rapide tour d’horizon permet d’observer la diversité thématique du problème. L’analyse textuelle devrait permettre également de mesurer la diversité formelle qui oppose, entre autres, les choix esthétiques de Sepúlveda à ceux de Piglia. Elle permettrait également de considérer comment le traitement de la disparition s’inscrit dans une complexe intertextualité qui élargit la question politique à de vastes horizons : interrogation sur le discours totalitaire nazi dans Piglia et Bolaño, insertion de la disparition politique dans les catégories du récit policier chez l’ensemble de ces écrivains, choix de la métaphore complexe qui suscite une lecture accidentée et active, ou de l’impact direct qui vise à secouer le lecteur, représentation de la violence, etc. Du fait qu’il mobilise un système contradictoire de références, le thème de la disparition politique révèle avec acuité les débats contemporains qui traversent la discipline littéraire et illustre de façon éclatante les différentes sensibilités des auteurs.

Haut de page

Notes

1 Cette étude fait suite à celle entreprise dans le cadre d’une thèse de doctorat (Dictature et littérature en Argentine, L’Harmattan, Paris, 2006) et vise à approfondir le concept de disparition politique comme préalable à une analyse de son traitement littéraire, laquelle devra examiner les nombreuses dimensions de la question (idéologiques, sociologiques, psychanalytiques…).

2 Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire, La découverte, Paris, 2005, p. 38, à propos des interprétations concernant le cannibalisme et la Shoah.

3 Paris, La Table Ronde, 1961. Voir également Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort : l’école française, La Découverte, Paris, 2004 ; CONADEP, Nunca más. Informe de la Comisión Nacional sobre la Desaparición de Personas, « Capítulo V. El respaldo doctrinario de la represión », Eudeba, Buenos Aires, 1984, p. 473-476 ; Catherine Durandin, « L’idéologie de la sécurité nationale au Brésil », in Problèmes d’Amérique Latine, XLIV, 17 juin 1977, p. 5-18.

4 En Argentine, de nombreux séquestrés furent également jetés à la mer depuis des avions après avoir été drogués. Cf. Horacio Verbitsky, El Vuelo, Planeta, Buenos Aires, 1995.

5 La dimension traumatique de la répression politique a été explorée dans de nombreux travaux de psychanalyse dont Janine Puget et al., Violence d’État et psychanalyse, Dunod, Paris, 1989.

6 Nous-mêmes ferons souvent référence, pour l’Argentine, au rapport Nunca más de la CONADEP (op. cit.). Citons également, pour l’Uruguay : Uruguay nunca más : informe sobre la violación a los derechos humanos (1972-1985), Servicio Paz y Justicia-Uruguay, 1989 ; et pour le Chili, le rapport Rettig que l’on peut trouver en ligne à l’adresse http://freespace.virgin.net/nicole.drouilly/rettig.htm.

7 Journal Clarín, Buenos Aires, 18 mars 1981. Cité dans Nunca más…, p. 476.

8 Nous choisissons cette expression car les acteurs de la répression (police, militaires de différentes armes, paramilitaires, et dans le cas Chilien services d’intelligence états-uniens…) furent nombreux et pour certains assez autonomes. Cette « polycratie » est propre aux régimes autoritaires. Comme l’indique Pierre Vidal-Naquet (op. cit., p. 23), nous devons ce concept à F. Neumann (Béhémoth. Structure et pratique du national-socialisme, Payot, Paris, 1987).

9 Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme, Quarto Gallimard, Paris, 2002, p. 632.

10 Ibid. p. 633.

11 Op. cit., p. 9-10.

12 Journal La Nación. Edición internacional, Buenos Aires, 6 décembre 1976, p. 1. C’est nous qui soulignons.

13 In « Pautas para la calificación del material televisivo », document officiel rédigé sous l’autorité du capitaine de frégate Clodomiro Enrique Núñez, responsable du Comité Federal de Radiodifusión, 31 août 1977. Cité par Andrés Avellaneda, Censura, autoritarismo y cultura : Argentina, 1960-1983/2, Centro Editor de América Latina, Buenos Aires, 1986, p. 155.

14 Propos du général Viola, journal La Nación. Edición internacional, Buenos Aires, 22 novembre 1976, p. 1.

15 Il faut mettre ceci en rapport avec les observations qu’Hannah Arendt consacre aux mouvements de masse totalitaire : « Les mouvements totalitaires sont possibles partout où se trouvent des masses qui, pour une raison ou une autre, se sont découvert un appétit d’organisation politique. Les masses (…) n’ont pas cette logique spécifique des classes qui s’exprime par la poursuite d’objectifs précis, limités et accessibles », op. cit., p. 618. À la lumière de ces observations on comprend le penchant de la dictature argentine à s’adresser à un peuple massifié dans le cadre patriotique de la Nation.

16 Bien que Vidal-Naquet relève l’existence de négationnistes sincères (op. cit., p. 184), il est probable que la plupart d’entre eux falsifient volontairement l’histoire.

17 Voir Vidal-Naquet, op. cit., p. 53-55. Pour les arguments déclinant la responsabilité des autorités argentines dans les disparitions massives, voir le compte rendu d’une conférence de presse du général président Videla dans le journal La Opinión, Buenos Aires, 13 décembre 1977, p. 1.

18 Dans sa défense remise au tribunal qui devait le juger, le général Viola indique en 1985 que les terroristes de gauche tuèrent 687 personnes entre 1969 et 1979. Il faut opposer ce chiffre aux 8.960 disparus effectifs comptabilisés avec rigueur par la CONADEP en 1984 (p. 16) et aux évaluations d’Amnesty Internationale évoquant quant à elles un total de 30.000 victimes de la dictature.

19 Cf. Vidal-Naquet, op. cit., p. 115

20 Propos de l’amiral Massera, rapportés par Claudio Uriarte, Almirante Cero, Planeta, Buenos Aires, 1992, p. 139, cités par Verbitsky, op. cit., p. 78.

21 Miguel Bonasso, Recuerdo de la muerte, Puntosur, Buenos Aires, 1988.

22 José Pablo Feinmann, « La muerte argentina », journal Página/12, Buenos Aires, 11 mars 1995, p. 32.

23 Ricardo Piglia, Respiración artificial, Pomaire, Buenos Aires, 1980.

24 Roberto Bolaño, Estrella distante, Anagrama, Barcelona, 1996.

25 Ricardo Piglia, La ciudad ausente, Seix Barral, Buenos Aires, 1995.

26 Guillermo Martínez, Infierno grande, Destino, Buenos Aires, 2000.

27 Luis Sepúlveda, Nombre de torero, Tusquets editores, Barcelona, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José García-Romeu, « Disparus : les procédures de l’élimination politique en Amérique Latine », Babel, 13 | 2006, 107-120.

Référence électronique

José García-Romeu, « Disparus : les procédures de l’élimination politique en Amérique Latine », Babel [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 06 août 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/897 ; DOI : 10.4000/babel.897

Haut de page

Auteur

José García-Romeu

Université du Sud (Toulon-Var)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org