Navigation – Plan du site
Présentation

Des mots maudits, allá en el sur del alma

Francisco Albizú Labbé
p. 7-8

Texte intégral

  • 1 Pratiquement tous les pays latino-américains ont connu ou connaissent, à des degrés divers, la prat (...)
  • 2 On calcule à 30 000 le nombre de personnes disparues en Espagne, des républicains victimes du franq (...)

1Ce numéro de la revue Babel est consacré à des mots maudits. Des mots dont le contenu nous est insoutenable. D’autant plus insoutenable qu’ils appartiennent au « dictionnaire de la douleur de chaque peuple », et qu’ils évoquent un autre dictionnaire, celui de l’ignominie universelle. Le substantif « disparition » et son corollaire « disparus » en font partie. L’Amérique latine a le triste privilège d’avoir réactualisé ces mots1 ; mais l’Espagne de la Guerre civile aussi2. Nous pensons, bien entendu, à la disparition comme mort, comme fracture de notre temps historique, personnel ou collectif ; la plus douloureuse des disparitions, celle qui nous oblige au deuil et à la reconstruction de nos souvenirs et de notre mémoire.

2¿Dónde están ? [Où sont-ils ?] est la question posée par tous ceux pour qui la disparition des êtres proches renvoie aux crimes politiques des dictatures qui ont réduit leurs opposants à l’état officiel de « disparus ». C’est ainsi que certains mots deviennent intolérables, car ils commencent à se conjuguer dans toutes leurs modalités signifiantes : disparition des êtres, des peuples, des cultures et civilisations, et avec eux disparition de leurs luttes, utopies et paroles...

3Mais la disparition est aussi objet littéraire, champ ou elle acquiert une toute autre dimension. La disparition comme fictionnalisation dans le roman et la poésie ; comme éloignement volontaire, intentionnel à l’intérieur d’un même monde, figures essentielles qui nourrissent le récit et le rendent donc possible. Et, quand la littérature est tellurique, parfois l’histoire devient littérature...

  • 3 Que tous les collègues et amis ayant participé à la réalisation de ce numéro soient remerciés.
  • 4 Sans compter le symbolique nº13 de cette édition, concours de circonstances que Borges lui-même aur (...)

4C’est à l’ensemble de ces questions, telles qu’elles se posent dans le monde hispanique et latino-américain, telles qu’elles existent dans la vie des hommes et des peuples, telles qu’elles s’expriment dans la littérature, le langage ou le cinéma, que ce numéro de la revue Babel voudrait donner un début de réponse3. L’écrivain chilien Luis Sepúlveda s’est chaleureusement joint à nous dans cette quête. Le hasard a voulu aussi qu’il y ait dans ce numéro des convergences involontaires, comme l’association entre le thème de la disparition, Babel et Borges4.

5Aurons-nous, un jour, une réponse à la façon dont nos mémoires portent nos disparitions et nos disparus ? Où sont-ils, donc, toutes ces personnes, ces peuples, ces personnages, ces mots ? Certainement, comme le résume le poème de Mario Benedetti qui clôt ce numéro…

Ils sont quelque part /nuage ou tombe
ils sont quelque part /j’en suis sûr
là-bas, au sud de l’âme
Están en algún sitio /nube o tumba
están en algún sitio /estoy seguro
allá en el sur del alma

Haut de page

Notes

1 Pratiquement tous les pays latino-américains ont connu ou connaissent, à des degrés divers, la pratique de la disparition forcée des personnes comme méthode répressive de gouvernement. Les dictatures militaires de l’Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, El Salvador, Guatemala, Haïti, Honduras, Paraguay l’ont pratiquée. Des pays aux gouvernements civils ou élus comme le Mexique, Colombie, Pérou et Nicaragua ont aussi adopté ces méthodes de domination. Selon Amnesty International et la Federación Latinoamericana de Asociaciones de Familiares de Detenidos-Desaparecidos (fedefam), entre 1966 et 1986 quatre-vingt-dix mille personnes ont été victimes de cette politique de contrôle social et politique en Amérique latine.

2 On calcule à 30 000 le nombre de personnes disparues en Espagne, des républicains victimes du franquisme pendant et après la Guerre civile.

3 Que tous les collègues et amis ayant participé à la réalisation de ce numéro soient remerciés.

4 Sans compter le symbolique nº13 de cette édition, concours de circonstances que Borges lui-même aurait apprécié…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Albizú Labbé, « Des mots maudits, allá en el sur del alma », Babel, 13 | 2006, 7-8.

Référence électronique

Francisco Albizú Labbé, « Des mots maudits, allá en el sur del alma », Babel [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 06 août 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/841

Haut de page

Auteur

Francisco Albizú Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org