Navigation – Plan du site
Entretien avec Michel Ocelot

Cinéma d’animation : « Le conte de fées est à l’aise au Moyen Âge »

Propos recueillis par Sandra Gorgievski
Michel Ocelot et Sandra Gorgievski
p. 207-211

Résumé

Le réalisateur français de cinéma d’animation Michel Ocelot a réalisé une trentaine de courts métrages avant son premier long métrage au succès retentissant, Kirikou et la sorcière (1998), suivi de Kirikou et les bêtes sauvages (2005). Dans cet entretien, il s’exprime sur deux de ses œuvres proches du conte de fées, faisant la part belle au Moyen Âge : Princes et princesses (1999), film d’animation dont le montage suit la technique des ombres chinoises et Azur et Asmar (2006), film d’animation en 3D aux décors somptueux inspirés de l’iconographie de la fin du Moyen Âge. L’entretien met à jour la fascination exercée par les traditions visuelles et narratives, tant occidentales qu’orientales, de l’imaginaire médiéval.

Haut de page

Texte intégral

Dans deux de vos films – Le Château de la Sorcière des contes en théâtre d’ombres Princes et Princesses (1999) et la première partie du film d’animation en 3D Azur et Asmar (2006) –, le jeune public peut reconnaître aisément la période du Moyen Âge européen, grâce aux costumes, aux détails architecturaux, aux armes, à la figure obligée de l’attaque du château, etc., sans qu’il y ait forcément d’ancrage historique précis. Souhaitez-vous renverser l’imagerie hollywoodienne et plus particulièrement disneyienne du Moyen Âge ?

Je ne cherche pas à me placer en opposition à l’Amérique ou à Disney. J’existe d’une manière autonome, avec ma culture et mes goûts. Bien sûr, je suis conscient de grandes différences avec les produits Disney. Je ne suis pas une entreprise commerciale, mais un auteur qui a des choses à transmettre.

Mettre en scène le Moyen Âge, est-ce pour vous une façon de débusquer certaines idées reçues sur une période dite d’« obscurantisme » ? Vous rappelez que c’est une époque de foisonnement intellectuel : les manuscrits enluminés de la Sorcière et du Sage Yadoa, le développement des sciences et techniques chez la Sorcière ou l’observatoire d’astronomie chez la Princesse Chamsous Sabah…

Dans Le Château de la Sorcière des contes en silhouette, je n’ai pas choisi le Moyen Âge pour parler de cette époque, mais par commodité pour installer une fable sur l’intolérance, la violence, et l’intelligence. Le conte de fée est à l’aise au Moyen Âge.

Princes et Princesses, Michel Ocelot

Princes et Princesses, Michel Ocelot

© 1999 – Les Armateurs/Studio O/La Fabrique/Gebeka Films

Vous traitez de la superstition à travers le personnage de la Sorcière, désignée comme telle par les villageois, comme si ses connaissances intellectuelles et artistiques faisaient peur : objet de convoitise et d’appréhension, elle doit être détruite… mais le héros l’épousera ! Les lieux qui recèlent le savoir sont presque hermétiques : une grotte sous le palais de la Sorcière, le palais bien gardé de la princesse Chamsous Sabah. Asmar n’a pas accès aux leçons d’épée, de danse, d’équitation et de latin que reçoit Azur. Le savoir fait-il peur ? Comment voyez-vous l’accessibilité au savoir ?

Outre le savoir, l’indépendance de la Sorcière et ses manières différentes inquiètent, aggravées par le fait que c’est une femme. Le savoir fait peur aux autorités, car il entame cette autorité. Il fait peur aussi aux ignorants, qui n’osent pas s’y mettre. Le savoir n’a jamais autant été à la portée des gens qu’aujourd’hui, mais toute une population ne sait pas aller en bibliothèque municipale, caverne d’Ali Baba ouverte à tous.

Dans Azur et Asmar, Occident et Orient médiévaux rivalisent de splendeur : architecture somptueuse, matières nobles, tissus brodés, couleurs flamboyantes, etc. Vous rappelez que, en dépit de la misère, le Moyen Âge est aussi une période de grand raffinement technique et artistique. Le souci du détail et les prouesses visuelles de la réalisation graphique représentent une grande somme de travail, comme pour les miniatures médiévales. Comment avez-vous procédé ?

Dans Azur et Asmar, j’ai choisi le Moyen Âge pour montrer la civilisation islamique à l’époque où elle était brillante et ouverte. J’ai un peu triché pour profiter de belles architectures et de beaux costumes. Au lieu de traiter le Haut Moyen Âge, je me suis servi de la toute fin, le XVe siècle, en trichant encore pour les costumes orientaux des princes, la mode d’Ispahan du XVIe siècle.

Azur et Asmar, Michel Ocelot

Azur et Asmar, Michel Ocelot

© 2006 - Diaphana Films

Parlez-nous du choix du style architectural gothique et de la peinture flamande du XVe siècle dans Azur et Asmar

Nous avions autour de nous une grande collection de beaux livres sur les sujets traités. Pour la peinture du XVe siècle, nous nous régalions des Frères de Limbourg, de Jean Fouquet et de Jan Van Eyck. Nous avons travaillé « à l’ancienne », il n’y avait que des artisans fiers de leur travail et ne livrant l’ouvrage que parfaitement terminé.

Azur et Asmar, Michel Ocelot

Azur et Asmar, Michel Ocelot

© 2006 - Diaphana Films

La tradition littéraire du récit chevaleresque médiéval paraît évidente dans les deux films : mise à l’épreuve de l’audace, du courage, de l’astuce et de la compassion du jeune héros, découverte des objets magiques (les clefs) ou du savoir menant à l’objet de la quête (la Sorcière, la Fée des Djinns), présence d’adjuvants (Crapoux, la princesse Chamsous Sabah, le sage Yadoa) et d’opposants (soldats, brigands, dragon, animaux effrayants), rites de passage (épreuves des portes, du pont). Quels textes ou souvenirs avez-vous utilisés ?

J’ai beaucoup lu sur la civilisation musulmane, et tout au cours de ma vie, j’ai lu et vu. Ensuite j’ai écrit mon conte comme il venait, sans références précises.

De quelle(s) tradition(s) orientale(s), de quels récits vous êtes-vous inspiré pour la quête de la fée des Djinns ? Que signifient les noms des personnages ?

Le conte est original, la Fée des Djinns inventée pour les besoins de l’histoire. Les noms des personnages signifient en arabe ‘Asmar –Brun, Ouard – suivant l’interlocuteur, Cafard ou Rose ! –, Chamsous Sabah – Soleil du Matin, et Yadoa – Savant (en hébreu).

Vous traitez du préjudice culturel à travers le personnage sympathique et naïf de Crapoux – qui n’évite pas les lieux communs du touriste (occidental) intrigué par ce qui est différent –, adoptant une attitude puérile et cherchant à retrouver ses repères (« C’est du couscous, c’est un truc de blé avec du mouton, pff ! ils n’ont pas de cassoulet ! »). Pensez-vous que l’image de l’« autre » soit en évolution ?

C’est une fable. Ne croyez pas que « Le corbeau et le renard » ne concerne que les animaux. Crapoux peut être un français au Maghreb, il peut être également un émigré maghrébin en France. L’« autre » est moins étranger aujourd’hui que dans les temps passés.

Vous montrez la superstition des villageois de l’“autre côté de la mer”, leur peur irrationnelle des yeux bleus, qui procède de l’ignorance, mais n’y a-t-il pas une part d’attirance/répulsion, comme le disent la petite princesse Chamsous Sabah et Jénane, qui admirent les yeux bleus d’Azur ?

Pour la petite princesse et Jénane, il n’y a que de l’attirance ! Et les servantes voient vite la beauté d’Azur…

L’image du « Sarrazin fourbe et cruel », vêtu de noir, armé jusqu’aux dents, apparaît de façon récurrente dans les nombreux opposants que rencontrent Azur et Asmar : le marchand sournois Ouard et ses acolytes, les pillards masqués dans le cirque romain, les chasseurs d’esclaves et les brigands de la Falaise Noire. Ne craignez-vous pas une confusion avec ce stéréotype ?

J’espère que le public sentira que c’est d’abord une fable, avec des bons, des méchants et des « entre-deux », qui peut s’appliquer à n’importe quel lieu et n’importe quel temps. Il y a en plus des notations, essentiellement positives, sur la civilisation musulmane. Mais dire qu’il n’y a eu que douceur et non violence dans les pays musulmans ne serait pas honnête. Il y a eu des violences de toutes sortes.

Dans Azur et Asmar, les personnages parlent chacun leur langue, sans sous-titrage, ce qui crée une expérience (relative) de l’« ailleurs » pour le public non-arabophone. Vous n’aviez pas fait ce choix pour le film précédent, Kirikou (1998), qui se passe dans un pays d’Afrique francophone. Comment le public a-t-il réagi ?

Il n’y a qu’une langue dans Kirikou, dont le sujet n’était pas deux communautés en concurrence. Celui d’Azur et Asmar, oui. Il passe par le problème des langues. Les adultes sont un peu troublés, les enfants pas du tout, ils ne posent pas de questions à ce sujet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Princes et Princesses, Michel Ocelot
Crédits © 1999 – Les Armateurs/Studio O/La Fabrique/Gebeka Films
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Azur et Asmar, Michel Ocelot
Crédits © 2006 - Diaphana Films
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Azur et Asmar, Michel Ocelot
Crédits © 2006 - Diaphana Films
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/800/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ocelot et Sandra Gorgievski, « Cinéma d’animation : « Le conte de fées est à l’aise au Moyen Âge » », Babel, 15 | 2007, 207-211.

Référence électronique

Michel Ocelot et Sandra Gorgievski, « Cinéma d’animation : « Le conte de fées est à l’aise au Moyen Âge » », Babel [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 04 août 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/800 ; DOI : 10.4000/babel.800

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org