Navigation – Plan du site

Les Enseignements moraux de Christine de Pizan dans l’ordre des textes d’un recueil pieux du XVe siècle (BnF, fr. 1181)

Karen Fresco
p. 293-308

Résumé

Cet article propose une lecture basée sur la construction codicologique du manuscrit, le système des rubriques et la mise en page. Le choix et la disposition des textes révèlent un groupement en deux séries complémentaires, une première comprenant des conseils moraux pratiques et une seconde d'ordre spirituel. Un fil thématique du fils et de la mère relie les deux séries et renforce la cohérence de ce recueil. Les Enseignements moraux, composés par Christine de Pizan pour son fils, contribuent à fixer la cohérence thématique de cette anthologie manuscrite.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les études suivantes sont pourvues de riches bibliographies: A. G. Rigg, A Glastonbury Miscellany (...)

1Des travaux récents sur les recueils manuscrits ont mis en évidence le fait qu’un grand nombre d’entre eux, considérés jusqu’à présent comme des groupes de textes disparates, sont au contraire des unités cohérentes dont les éléments ont été sélectionnés et ordonnés selon des thèmes ou des principes qui deviennent évidents au fur et à mesure que l’on étudie le manuscrit comme un texte en soi1.

  • 2  S. Huot, From Song to Book: The Poetics of Writing in Old French Lyric and Lyrical Narrative Poetr (...)
  • 3  Ralph Hanna III, « Miscellaneity and Vernacularity: Conditions of Literary Production in Late Medi (...)
  • 4  Pamela Gehrke, Saints and Scribes: Medieval Hagiography in its Manuscript Context, Univ. of Califo (...)
  • 5  Sarah Westphal, Textual Poetics of German Manuscripts 1300-1500, Columbia, South Carolina, Camden (...)
  • 6  Andrew Taylor, Textual Situations: Three Medieval Manuscripts and Their Readers, Philadelphia, Pen (...)
  • 7  Darwin Smith, Maistre Pierre Pathelin : Le Miroir d’Orgueil, avec l’édition et la traduction de la (...)
  • 8  La publication des actes du colloque, édités par Tania Van Hemelryck et Claude Thiry, est prévue e (...)

2L’étude de Sylvia Huot sur le dessin des anthologies lyriques et lyrico-narratives est devenue un texte de référence2. Ralph Hanna a montré qu’avant 1450 le livre manuscrit composé pour des particuliers qui ont des besoins spécifiques révèle une cohérence thématique, même relative3. Pamela Gehrke, qui s’est penchée sur les récits hagiographiques dans leur contexte manuscrit, considère la plupart des recueils comme des « carefully organized literary constructs » (p. 2). Son travail l’amène à conclure que c’est en étudiant l’ensemble des textes compris dans l’anthologie manuscrite que l’on peut découvrir les principes qui ont déterminé le choix et l’ordre des textes du recueil4. Dans la tradition allemande, Sarah Westphal met en cause la notion de recueils manuscrits comme mélanges hétéroclites de textes accessibles aux copistes en montrant que les compilateurs ont tendance à copier des récits d’amour fidèle et des discours d’amour courtois en séries de cinq à huit textes – des « Minne constellations » (p. 10)5. Andrew Taylor a examiné des manuscrits qui, bien qu’ils contiennent des ouvrages célèbres – tel le Roland d’Oxford ou les Lais de Marie de France – n’ont pas été étudiés dans leur ensemble et sont donc restés eux-mêmes quasi invisibles (« all but invisible », p. 2). Il cherche à remédier à cet état des choses en examinant l’aspect matériel de ces manuscrits – les écritures, les mises en page, les signes marginaux, la provenance et la diffusion – comme étant une partie intégrale de leur signification en tant que textes en soi6. En 2002, Darwin Smith a publié une étude sur le recueil Bigot (XVe siècle) qui présente la Farce de Maistre Pathelin comme un exemple de l’orgueil dans le contexte d’une série de textes profanes dont chacun met en scène un des péchés cardinaux7. En mai 2007, un colloque sur “Le recueil à la fin du Moyen Âge” a été organisé par le Groupe de recherche sur le moyen français à l’Université catholique de Louvain8. Il est donc évident que les chercheurs américains et européens portent un vif intérêt au phénomène des recueils variés manuscrits.

Contexte : le corpus

  • 9  Un fruit de ces recherches est une édition critique des Enseignements moraux de Christine de Pizan (...)

3Cet article fait partie d’un projet de recherche sur la place des ouvrages de Christine de Pizan dans les anthologies manuscrites des XVe et XVIe siècles9. Je m’intéresse non seulement aux autres textes qui accompagnent ceux de Christine dans ces manuscrits mais aussi aux rapports qui pourraient exister entre ses ouvrages et les autres éléments du recueil. Quelle “voix” les poèmes de Christine ajoutent-ils à la thématique du recueil – si cohérence thématique il y a – soumis à ce que Claudia Geggenbühl appelle une « lecture ‘continue’«  (p. XIX) ?

4C’est un corpus extrêmement varié. Certains de ces manuscrits sont des in-folios sur parchemin ou sur vélin richement ornés de miniatures tandis que d’autres sont simplement produits sur papier sans couleur, lettrines ni miniatures. Tels présentent des textes selon un système standard de titres rubriqués qui assure un aspect cohérent au recueil comme c’est le cas du BnF, fr. 1181. D’autres sont des assem-blages de textes variés, écrits par diverses mains à différentes époques et parfois sur du papier de qualités diverses. Dans ce corpus, à peu près 50 % des manuscrits sont sur papier, 35 % sur parchemin et 15 % sur un mélange de papier et de parchemin. La plupart de ces recueils variés contiennent seulement un ouvrage de Christine ; une petite minorité en contient deux ; aucun n’en comprend davantage.

5Les individus qui ont commandé et possédé ces manuscrits sont aussi différents que les manuscrits eux-mêmes. Dans Rodez, BM 57, copié en 1452, nous trouvons l’ex-libris d’un certain Deodatus Pilosi, recteur de Saint-Martin à Toulouse. En revanche, le BnF, fr. 825 a été confectionné pour Jeanne de Cambrai (d. 1474), une dame noble.

6À l’exception d’un petit groupe de manuscrits à tonalité courtoise, presque toutes ces anthologies sont didactiques mais présentent des nuances différentes. Un groupe, par exemple, incorpore des textes qui prônent une pédagogie spirituelle, voire ascétique, tels le BnF, fr. 1181 ou le Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève 2879. Un autre groupe de recueils associe des textes didactiques à des ouvrages historiques ou politiques (par exemple, le BnF, fr. 1623 et le Metz, BM 855, qui renferment tous les deux les Enseignements moraux, ou le Grenoble, BM U 909, qui comprend un fragment du Ditié de Jehanne d’Arc).

Cohérence codicologique du manuscrit

7Le manuscrit BnF, fr. 1181 mesure 260 mm x 190 / 192 mm, avec une justification de 190 mm x 120 mm. La reliure, en peau havane marbrée, entourée sur les plats d’une légère frise d’or, est en mauvais état. Le dos est à nervures et porte l’N impérial avec la couronne et, dans le compartiment inférieur, les abeilles napoléoniennes. Le titre est en or : « Poemes morales par divers auteurs ».

  • 10  Des descriptions de ce manuscrit se trouvent dans le Catalogue des Manuscrits Français, Ancien Fon (...)
  • 11  Les filigranes sont les suivants :
    1. Armoirie : 3 fleurs de lys (Briquet 1744 ?) aux f. 2, 4, 6, 8 (...)

8Les textes ont été copiés de manière simple mais soignée dans une écriture cursive homogène du XVe siècle. Chaque page contient de 24 à 28 longues lignes avec des interlignes de 7 mm10. Le recueil est fait sur papier. On y distingue six filigranes, dont deux reviennent dans plusieurs cahiers. Certains de ces filigranes suggèrent une date et une provenance approximatives : entre le dernier quart du XVe siècle et la première décennie du XVIe siècle dans le nord-est de la France11. Une seule indication de possesseur se trouve dans le manuscrit : le nom « nicolas bonney » (f. 10v), personnage inconnu, est inscrit verticalement dans la marge de gauche à côté du premier quatrain des Enseignements moraux de Christine.

  • 12  1-8 (4/4) 14 f. manquant au début ; 9-16 (4/4) ; 17-24 (4/4) ; 25-34 (5/5) ; 35-46 (6/6) 2 f. manq (...)

9Le manuscrit est constitué de treize cahiers de composition irrégulière sans réclames ni signatures12. L’absence de feuillets au début, à la fin et à l’intérieur du manuscrit est signalée par le décalage constaté entre les deux systèmes de foliotation du volume : le premier est moderne en chiffres arabes ; le second ancien, rubriqué, en chiffres romains.

  • 13  Voir la table du recueil en appendice à cet article.

10Les textes sont copiés de façon continue, le début d’un texte se trouvant à la même page que la conclusion du précédant. Ainsi, Le régime pour tous serviteurs prend fin au f. 10v et les Enseignements moraux de Christine de Pizan commencent à la même page. Ce texte-ci se termine au f. 19v, suivi à la même page par les Enseignements saint Bernard, et ainsi de suite13. Malgré les feuillets qui manquent, nous avons donc l’impression d’une série de textes présentée comme une suite cohérente.

  • 14  C’est une prière qui dans plusieurs recueils manuscrits se trouve en position finale. Sa présence (...)

11De plus, la même mise en page se produit à travers tout le manuscrit. Des titres rubriqués annoncent chaque élément de l’anthologie et une initiale à l’encre rouge d’environ deux interlignes ouvre chaque texte. C’est ainsi que nous avons pu identifier un texte qui ne figure pas dans la description du catalogue d’Omont. Une grande initiale rubriquée distingue le début de la prière de Gautier de Coinci, Dieu tu qui es sans fin et sans inicion (f. 109r-109v), de la section qui le précède, les Letanies (f. 105r-109r). Selon le système de mise en page dans ce recueil, cette prière appartient à la section des Letanies et en constitue comme un épilogue ou une conclusion14.

Pratiques de lecture

  • 15  Ce phénomène se trouve aussi dans le BnF, fr. 1551, un recueil manuscrit de la même époque qui con (...)

12La disposition des titres rubriqués suggère une certaine pratique de la lecture, comme nous allons le voir. Un petit groupe de textes très brefs se trouve approximativement au milieu du manuscrit (f. 79r-82r), ce qui le rend facile à repérer. À mesure que l’on feuillette le recueil, la densité des titres et des initiales rubriqués dans cette partie du manuscrit attire l’attention du lecteur. Il s’agit d’une petite série de textes très courts – Les .X. commandemens de la loi, Les cinq commandemens de leglise, Les douze articles de la foy – dont chacun présente une liste de règles essentielles exprimées dans des vers faciles à retenir, des quatrains octosyllabiques qui riment selon le schéma abab. Le format de la liste ainsi que la forme poétique associent étroitement les différents textes de ce groupe, qui constitue une sorte de manuel d’instruction au cœur du recueil. L’enchâssement de ce “manuel” dans les séries de textes qui le précèdent et qui le suivent en souligne l’importance15.

  • 16  Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, doctrine et histoire, Marcel Viller (dir.) et (...)

13Cette courte série au milieu du manuscrit est suivie de plusieurs textes qui semblent former un livre d’heures en miniature : 12. Orloge de la passion Jhesu Crist, 13. Devotes meditacions sur les heures de la passion nostre seigneur, 14. Les heures de la croix en francoys, 15. Les heures de la croix en francoys a matines, 16. Les sept psaulmes penitenciales en francoys, 17. Les Letanies (f. 82r-109v). Le livre d’heures est lui-même une anthologie, composée d’abord d’une cellule primitive à laquelle viennent s’ajouter d’autres éléments au fil du temps16. Certains textes dans notre recueil appartiennent à ce groupe primitif et se suivent dans l’ordre originel : les sept psaumes pénitentielles et ensuite les litanies. Les autres textes dans cette section du recueil – les numéros 12 à 15 – figurent parmi les éléments qui ont été ajoutés éventuellement au groupe primitif du livre d’heures. Cette section de notre recueil invite à une sorte de lecture qui diffère de celle exigée par le reste de l’anthologie : elle est méditative. Les séries de textes qui précèdent et qui suivent cette partie nous instruisent à travers des maximes, des commandements ou des exempla (telle l’histoire de saint Amadour). D’autre part, le petit livre d’heures constitué par cette partie du recueil présente des séries de tableaux dramatiques des souffrances et de la mort du Christ. Ces très courtes scènes alternent avec des prières. Le lecteur, ému, est invité à se repentir, à demander le pardon de Dieu. Les titres rubriqués soulignent la dynamique de la répétition en vigueur ici. Lus l’un après l’autre, ces textes (12, 13, 14, 15) guident le lecteur d’abord à travers le simple récit de la Passion (12) et ensuite à travers trois cycles de méditations et de prières scandées par les heures canoniques (13, 14, 15).

Les Enseignements moraux dans l’ordre des textes

14Deux groupes de textes se dégagent dans ce recueil. Le premier est constitué de textes qui enseignent au lecteur comment mener une vie réussie et digne dans le monde. Le second nous montre comment se comporter en bon chrétien en s’orientant vers les biens spirituels plutôt que vers les biens terrestres, qui sont éphémères. La première série s’adresse à la jeunesse au seuil de la vie ; la seconde, illuminée par la Passion du Christ, vise le chrétien au seuil de la mort.

  • 17  Ces détails se révèlent au cours du poème : « Par ung limosin suis deffait / qui m’a tourmenté com (...)

15Au point d’articulation entre les deux groupes, le neuvième texte, Les .X. commandemens de la loy, est signalé comme le début d’une nouvelle section. Le titre vient tout en haut de la page (f. 79r) et le premier mot du texte se trouve en grandes lettres gothiques : « SENSUIVENT les commandemens… ». L’organisation interne de ces deux parties se révèle à une lecture attentive. Dans le premier groupe, des recommandations assez spécifiques et pratiques cèdent la place, au cours de la série, à des conseils plus généraux d’ordre moral. Ainsi, dans les Contenances de table, nous trouvons des règles telles que « ne torche de nappe tes dens » et « oultre la table ne crache point », alors que dans ses Enseignements moraux Christine recommande à son fils des principes de comportement qui vaudront, quelle que soit la carrière qu’il choisisse. Les Dits des philosophes et les Enseignements saint Bernard présentent un mélange de bons conseils : connais-toi toi-même (« Mieulx vault assez congnoistre soy / Questre pape empereur ou roy / Et toutes sciences scavoir / Et tout savoir du monde avoir », f. 25v), apprends un métier (« Bon fait savoir aucun mestier / Pour soy aider sil est mestier / Ou quelque science hounourable / Contre fortune variable », f. 26r), il n’y a trésor plus précieux que l’honneur (« Ou monde na tresor si grant / Quest honneur qui le va querant / Ne peut faillir je vous affye / Davoir la pardurable vie », f. 29v), élève bien tes enfants (« Instruire les enfans et les faire tenir / De jurer follement et de mauvais motz dire », f. 23v), etc. La Complainte de François Garin ajoute une note concrète et personnelle à la conclusion de cette première partie. L’auteur s’identifie à un changeur lyonnais qui, ayant été ruiné par un limousin, désirait tirer profit de ses malheurs en communiquant à son fils la sagesse qu’ils lui ont apprise17.

  • 18  Philibert surprend une dispute entre l’âme et le corps. L’âme essaie de blâmer le corps pour l’avo (...)

16La seconde moitié du recueil se répartit dans les subdivisions suivantes. La série s’ouvre avec un groupe de textes très courts dont chacun présente une liste de règles essentielles de la foi chrétienne, comme nous l’avons vu. La seconde subdivision est facile à reconnaître aussi : ce sont les textes qui constituent un livre d’heures en miniature. Au niveau thématique, ils se centrent sur la Passion. D’abord l’Orloge de la passion Jhesu Crist, un texte narratif qui décrit les vingt-quatre dernières heures du Christ, depuis sa veillée dans le jardin de Gethsémani jusqu’à l’ensevelissement de son corps. Suivent les trois textes qui demandent au lecteur de méditer sur les rapports entre la Passion et sa propre évolution spirituelle : les Devotes meditacions sur les heures de la passion nostre seigneur et les deux Heures de la croix. Dans ces textes, la narration à la troisième personne, retenue seulement dans les hymnes, cède la place à la deuxième personne et à la première personne du singulier. Le lecteur est invité à s’ouvrir à la compassion divine et à communiquer avec Dieu directement dans les oroisons. Les sept psaulmes penitenciales et Les Letanies sont essentiel-lement des prières, des amplifications d’un élément introduit dans les Heures. L’histoire de saint Amadour fournit un exemple personnel et dramatique, comme le fait la Complainte de François Garin dans la première partie. Les deux poèmes, La Vision de dam Philibert et la Complainte de l’ame dampnee, sont étroitement associés, celui-ci se présentant comme la suite de celui-là18. Les Quinze Signes du jugement final et la Danse macabre aux hommes concluent cette série de textes en développant les thèmes du jugement et de la mort, inéluctables pour tous.

17Un thème renforce l’unité et la cohérence de ce recueil : celui de l’enfant et des parents, ou, plus précisément, du fils et de la mère. Ce thème sert de pont et relie les deux séries de textes. Les rubriques du manuscrit soulignent ce thème dès le début du recueil :

Sensuit introduction et regime que Christine de pise jadiz / donna a son filz pour linduire en bonnes meurs (f. 10v)

Cy fine la premiere partie de lintroduction francois / garin changeur a lyon contenant sa complainte Et / sensuit apres la seconde partie contenant certainne / doctrine et bel enseignement general a tous Et / a son filz par especial (f. 47r)

18Dans le second Contenances de table, chaque strophe commence par l’apostrophe « Enfant ». Le groupe de textes sur la Passion reprend le thème maternel. L’Orloge raconte la façon dont on descend de la croix le corps du Christ pour le mettre dans le giron de Marie, qui le confie ensuite à son vrai père :

De la croix fut jhesucrist deposé
Sur le giron sa mere on le recline
Qui de larmes son corps a arousé
Et puis fut oing de mirre pure et fine

En ung suaire net fut enveloppé
Puis fut enclos dedans le monument
La mere au pere a son filz commandé
En la cité rentre a fin simplement (f. 84r)

19L’évocation de la souffrance de la mère qui pleure son fils est reprise brièvement dans les Devotes meditacions : « Et vostre doulce mere ploroit amerement » (f. 85v). Les premières Heures de la croix accordent un développement important à ce thème qui s’étend sur trois heures canoniques. Dans ce texte, la série d’hymnes et d’oroisons évoque non seulement la souffrance de Marie, une sorte de martyre parallèle à celui de son fils, mais aussi le soin que prend Jésus de confier sa mère à saint Jean :

  • 19  La citation est tirée d’un huitain dont le schéma est irrégulier.

[…]
Le cher enfant recommande
A saint jehan sa mere esploree
Femme et non mere la nomma
Lors fut virginal assemblee (f. 88v)19

20La relation entre mère et fils est réciproque, une réponse et un complément aux conseils paternels et maternels que l’on trouve dans la première partie du recueil. Le lecteur est appelé à « contemple[r] la mere et l’enfant » (f. 89r) et cette relation devient en soi un enseignement sur l’amour divin.

21Le thème fils-mère revient dans l’histoire de saint Amadour (f. 109v-114r), où l’esprit tourmenté de la mère du saint lui apparaît pour lui demander de l’aider. Elle avait tué son nouveau-né ; maintenant elle demande à son fils de mettre fin à ses souffrances en acceptant de réciter la « messe nostre dame » pendant un an et un jour (f. 112v). Voici de nouveau l’idée de la réciprocité – le fils qui s’occupe de sa mère. Dans le contexte de ce recueil, la présence des Enseignements moraux de Christine est pleinement justifiée par ce fil thématique qui relie les deux séries de textes. C’est en fait son texte qui lance le thème.

22Tous ces éléments montrent que, loin d’être un assemblage de textes compilés au hasard, le BnF, fr. 1181 est une suite de textes choisis et ordonnés avec soin. On peut voir dans ce recueil une somme de principes qui permettront de vivre la bonne vie, depuis l’enfance jusqu’à la mort. Puisque l’ordre des textes reflète cette progression, on peut aussi y voir comme un “enseignement” en soi.

Conclusion

23Comparons le rôle des Enseignements moraux dans ce recueil à celui qu’il joue dans d’autres manuscrits. Dans le BnF, fr. 2307, le British Library Add. 17446 et le BnF, fr. 25434, des poèmes sur la mort et sur les misères de la vie terrestre engendrent des séries de textes qui enseignent comment se conduire de manière méritoire. Ces derniers se divisent en deux séquences distinctes : ceux qui indiquent comment se comporter dignement et réussir dans le monde, et ceux qui enseignent comment vivre une vie chrétienne axée sur les biens spirituels et l’au-delà.

24Le fait que les Enseignements moraux sont attribués à une femme qui les adresse à son fils, attribution notée par les titres de ces manuscrits, sert à relier les séries de textes dans ces recueils. La suite de textes peut créer un écho entre les Enseignements moraux et des poèmes ou des prières à la Vierge. Dans le manuscrit Brit. Libr. Add. 17446, par exemple, une section qui célèbre l’honneur des femmes, annoncée par un titre, présente trois femmes sages – Ève, Christine et Marie. Dans cette triade, les Enseignements moraux représentent une pédagogie basée sur la raison et sur l’expérience en contraste avec celle de la Vierge qui est mystique.

  • 20  Voir mon article, « The Enseignemens moraulx in the Order of the Texts in Paris, BnF, fr. 25434 », (...)

25Les Enseignements moraux, en tant que des conseils adressés par une mère à son fils, est un élément-clé dans le manuscrit BnF, fr. 25434, mais d’une manière un peu différente. Ici le poème de Christine, avec la Danse macabre des femmes et le Dictamen de beata Maria Virgine prolonge dans le temps et pour les générations futures la sagesse prônée par les textes du recueil20. Alors que d’autres textes dans l’anthologie (par exemple, Le debat de lhomme mondain et de son compaignon qui veult estre religieux) font passer cet enseignement des clercs aux laïcs, une dimension temporelle diachronique est introduite dans le recueil par un groupe de textes associés aux femmes. Le thème de la traduction et de la translatio évoqué dans le prologue du Facet en francoys en constitue un écho.

26Donc, le motif de la mère et du fils joue un rôle important dans ces recueils manuscrits, car il associe des groupes de textes tout en enrichissant la cohérence thématique de ces anthologies.

Haut de page

Annexe

Table du manuscrit

BnF, fr. 1181
XVe siècle
Reg. 73982, Baluze 394

[14 f. manquent]
1. [Ballades]
1a. fragment : envoi de ballade (1r)
« Servans se vous estes divers
mettez la mort devant vos yeux
car vos estes hommes mortieulx
le corps nest q[ue] viande a ver[s] »

1b. « Ballade a ce mesmes » (1r-1v)
Premier vers : « Servans se vous voulez suivir… »
Dernier vers : « …Ainsi devient le varlet maistre »

2. « Sensuive[n]t les contenances de la table » (1v-5v)
« Enfant qui veult estre courtois… »
         « Ballade a ce mesmes » (5r-5v)
         « Enfant, oultre quoy que tu faces… »
         « …Prier Dieu pour les trespassez »

3. [Contenance de la table] (5v-7r)
« [S]e tu veulx estre bien courtois… »
« …Qui daucun bien ne porte signe »

4. « Regime pour tous serviteurs » (7r-10v)
« Se tu veulx bon serviteur estre… »
« …De ton ame le sauvement »

5. « Sensuit introductio[n] et regime q[ue] [christi]ne de pise jadiz / donna a son filz pour linduire en bonnes meurs » (10v-19v
« Filz je nay mie grant tresor… »
« …Trestous ses biens sont gentiz sour »

6. « Sensuivent les enseignemens de monsr. saint bernard contenans le regime de toutes manieres de gens » (19v-25r)
« Plusieurs foys par escript tu mas fait demander… »
« …Chose parquoy puissions tous a sa gloire traire »

7. « Sensuivent les dits moraulx des philosophes et des anciens saiges. Et premier aristote » (25r-39v)
« Morir convient cest chose dure… »
« …Pour le meffait dautruy entendre »

8. [Complainte de François Garin, premiers 44 vers manquent] (40r-78v)
« trop en aucuns de mon avoir… »

« Cy fine la premiere partie de lintroduction francois/garin changeur a lyon contena[n]t sa complainte Et / sensuit apres la seconde partie contena[n]t certainne / doctrine et bel enseigneme[n]t general a tous Et / a son filz par especial » (47r)

« Apres ma douleur recitee… »
[4 f., soit 134 v., manquent entre 47v et 48r]

« Cy fine la seconde partie de lintroduction francoys / garin et apres sensuit la tierce et la derreme / ou il reprens tous estas mondains mal faisa[n]s / et mal vivans » (61v)

« Lan mil quatre cent et soixante… »
« …envers son filz le roy de gloire »

« Amen. Explicit »

9. « Sensuivent les .X. commandemens de la loi » (79r-80r)
« Lacteur
Sensuyvent les commandemens
Qui nous fault garder et tenir
Qui veult euader les tourmens
Denfer et paradis auoir… »

« Le premier commandeme[n]t »
« Le second »
« Le tiers » [etc.]

« La conclusion » (80r)
Dernier vers : « …Sans iamais auoir allegeance »

10. « Les cinq commandemens de leglise » (80r-80v)
« Les dimenches messes arras… »
« …Paradis a ton finement »

11. « Sensuivent les douze articles de la foy » (80v-82r)
« Je croy en dieu le pere tout puissant… »
« …Fault estre en peine pardurable »

12. « Orloge de la passion jhesucrist » (82r-84v)
« Cest orologe est de la passion… »
« …Pour mon meffait et desobeyssance »

13. « Devotes meditacions sur les heures de la passion nostreseigneur » (84v-85v)
« Jhesucrist a matines fu vostre char vendue… »
« …Si quen gloire je puisse veoir vostre doux viaire »

14. « Les heures de la croix en francoys ovre labia mea » (85v-90v)
« Mes lieffres oeuvre sire dieu… »
« …Avoir ta benediction
Amen »

15. « Sensuiuent les heures de la croix en francoys a matines » (90v-94v)
« Sire ouvre mes lieffres a toy mon cuer sadresse… »
« …Lors prens delle mercy et la mes en la gloire
Amen »

16. « Sensuivent les sept pseaulmes penitenciales en francoys » (94v-105r)
« Sire dieu tout puissant plaist toy moy entendre… »
« …Donne moy paradis mon pas par ma droicture »

17. « Sensuivent les letanies » (105r-109v)
« Doulz dieu pere eternel… »
« …Amen dieu ainsi tu len face »
         « Dieu tu qui es sans fin et sans inicion… »
         « …Cum quo erit fletus et stridor dencium
         Amen »

18. « Comment saint amadour delivre lame de sa mere des peines de purgatoire. Bel exemple » (109v-114r)
« Se le monde fust tel comme il estoit jadis… »
« …Qua tous trespassez octroy remission »

19. « Sensuit la vision de dam philebert hermite contenant le debat et disputacion du corps et de lame » (114r-121r)
« Une grant vision est en ce livre escripte… »

« Lame se plaint du corps et de ses grans oultraiges » (114v)
« …Contes tretous amen sur cy fine mon livre »
20. « Sensuit la complainte de lame dampnee » (121r-135r)

« Helas helas et plus que helas… »
[texte incomplet suite à la mutilation des f. 134 et 135]

21. « Les quinze signes du jugement final » (135r-137v)
« Au temps que dieu jugier vouldra… »
« …Que ce jour nous soit proffitable.
Amen »

22. « Cy apres sensuit la danse macabre aux hommes » (137v tout en bas de la page-140v
[incomplet au début : manque 1 feuillet = 6 premiers huitains]
« Vous faites lesbahi ce semble… »
[2 feuillets manquent entre 138v et 139r, et 1 feuillet entre 139v et 140r]
Dernier vers : « …Tel a vieulx yeulx qui ne voit goute »
[3 ou 4 feuillets manquent à la fin]

Haut de page

Notes

1  Les études suivantes sont pourvues de riches bibliographies: A. G. Rigg, A Glastonbury Miscellany of the Fifteenth Century: A Descriptive Index of Trinity College, Cambridge, MS. 0.9.38, Oxford, Oxford Univ. Press, 1968; Book Production and Publishing in Britain, 1375-1475, Jeremy Griffiths et Derek Pearsall (éds), Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1989; The Whole Book: Cultural Perspectives on the Medieval Miscellany, Stephen G. Nichols et Siegfried Wenzel (éds), Ann Arbor, Univ. of Michigan Press, 1996; Claudia Geggenbühl, Recherches sur la composition et la structure du ms. Arsenal 3516, Romanica Helvetica 118, Basel-Tübingen, Francke, 1998; Codices Miscellanearum. Brussels Van Hulthem Colloquium 1999, Colloque Van Hulthem, Bruxelles 1999, Numéro spécial-Extranummer 60 des Archives et Bibliothèques de Belgique / Archif-en Bibliotheekwezen in Belgie; Studies in the Harley Manuscript: The Scribes, Contents, and Social Contexts of British Library, MS Harley 2253, Susanna Fein (éd.), Kalamazoo, MI, Medieval Institute Publications, 2000; George Shuffleton, « The Miscellany and the Monument: Collecting in Chaucer, Gower, and Langland », Ph. D., Yale Univ., December 2002; Mouvances et jointures. Du manuscrit au texte médiéval. Actes du Colloque international organisé par le CeReS – Université de Limoges, 21-23 novembre 2002, études réunies par Milena Mikhailova, Orléans, Éditions Paradigme (Medievalia 55), 2005.

2  S. Huot, From Song to Book: The Poetics of Writing in Old French Lyric and Lyrical Narrative Poetry, Ithaca – London, Cornell Univ. Press, 1987.

3  Ralph Hanna III, « Miscellaneity and Vernacularity: Conditions of Literary Production in Late Medieval England », dans The Whole Book: Cultural Perspectives on the Medieval Miscellany, Stephen J. Nichols et Siegfried Wenzel (éds), Ann Arbor, MI, Univ. of Michigan Press, 1996, p. 37-52, à la p. 37.

4  Pamela Gehrke, Saints and Scribes: Medieval Hagiography in its Manuscript Context, Univ. of California Publications in Modern Philology 126 (Berkeley, Univ. of California Press, 1993).

5  Sarah Westphal, Textual Poetics of German Manuscripts 1300-1500, Columbia, South Carolina, Camden House, Inc., 1993.

6  Andrew Taylor, Textual Situations: Three Medieval Manuscripts and Their Readers, Philadelphia, Penn., Univ. of Pennsylvania Press, 2002.

7  Darwin Smith, Maistre Pierre Pathelin : Le Miroir d’Orgueil, avec l’édition et la traduction de la version inédite du Recueil Bigot (XVe siècle) (mss Paris, BnF, fr. 1707 & 15080), Saint-Benoît-du-Sault, France, éditions Tarabuste, 2002.

8  La publication des actes du colloque, édités par Tania Van Hemelryck et Claude Thiry, est prévue en 2008 dans la série Texte, Codex & Contexte (Brepols).

9  Un fruit de ces recherches est une édition critique des Enseignements moraux de Christine de Pizan, en cours de préparation, qui sera publiée par Champion dans la série Études christiniennes.

10  Des descriptions de ce manuscrit se trouvent dans le Catalogue des Manuscrits Français, Ancien Fonds, t. 1, Paris, Librairie Firmin Didot Frères, 1868, p. 197-198, et dans Les Diz et proverbes des sages (Proverbes as philosophes), éd. J. Morawski, Université de Paris, Bibliothèque de la Faculté des Lettres, 2e série, II, Paris, PUF, 1924, p. XXVII-XXIX.

11  Les filigranes sont les suivants :
1. Armoirie : 3 fleurs de lys (Briquet 1744 ?) aux f. 2, 4, 6, 8, 10 ( = cahiers 1-2) ; 101, 102, 104, 105, 108, 111, 113, 114, 118, 119, 120, 123 ; 136, 137, 140 ( = cahiers 10-13). Filigrane assez répandu entre 1482 et 1509 dans une région qui comprend Paris, Arras, Cologne, Saint Omer, Honfleur et Namur.
2. Coupe (Briquet 4590) aux f. 11, 13, 14, 15, 16, 21, 23, 24, 28, 30, 31, 32, 35, 37, 38, 40, 43 ( = cahiers 2-4). Mayence et Bruxelles, 1489-1490.
3. Armoirie : 3 fleurs de lis sur un écu tranché ou taillé (Briquet 1810) : f. 46, 49, 50, 51, 52, 53, 56, 57, 60, 61, 64, 66, 69, 71, 72, 74, 76, 77, 79, 81, 83, 85 ( = cahiers 5-9). Raon-l’Étape et Paris 1489 ; Rouen et Colmar 1490, Troyes 1491-1498.
4. Cœur (Briquet 4233) : f. 88, 89, 91, 94, 95, 97 ( = cahiers 9-10). C’est une « marque essentiellement française » qui a « une provenance champenoise ou lorraine » (Briquet II, p. 259).
5. Main ou gantelet (Briquet 11404 ?) : f. 125, 129, 131, 132, 133, 135 ( = cahiers 12-13). Bar-le-Duc 1507. C’est une marque « banale dans le nord-est de la France » (Briquet III, p. 575).
La notice pour ce manuscrit à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Paris, remarque une instance d’un sixième filigrane sans en préciser le feuillet : « Fragment de grande armoirie sur feuillet mutilé (les détails du partour, qui demeure, évoquent : Épée 1422, ou Fasce 1461) ». C. M. Briquet, Les Filigranes : Dictionnaire historique des marques du papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600… ; 2e éd., 4 vols, Leipzig, Verlag von Karl W. Hiersemann, 1923.

12  1-8 (4/4) 14 f. manquant au début ; 9-16 (4/4) ; 17-24 (4/4) ; 25-34 (5/5) ; 35-46 (6/6) 2 f. manquant entre 39v et 40r ; 47-58 (6/6) 4 f. manquant entre 47v et 48r ; 58-69 (6/6) ; 70-81 (6/6) ; 82-95 (7/7) ; 96-107 (6/6) ; 108-119 (6/6) ; 120-131 (6/6) ; 132-140 (5/4), 2 f. manquant entre 138v-139r, 1 f. entre 139v-140r, 3 ou 4 f. à la fin.

13  Voir la table du recueil en appendice à cet article.

14  C’est une prière qui dans plusieurs recueils manuscrits se trouve en position finale. Sa présence ici signalerait donc la conclusion d’une série de textes. Dans BnF, fr. 837 cette prière fait suite à La litanie en français. A. Långfors, « Notice du manuscrit français 24436 de la Bibliothèque Nationale », Romania 41 (1912), p. 206-246, aux p. 233-234. Sonet 515 ; Sinclair (1978) et (1987).

15  Ce phénomène se trouve aussi dans le BnF, fr. 1551, un recueil manuscrit de la même époque qui contient les Enseignements moraux de Christine. Les titres du manuscrit présentent comme une seule suite trois textes courts de Jean Gerson : L’instruction pour la confession, La Science de bien mourir et L’ABC des simples gens. Cette série se trouve approximativement au point central du manuscrit. Voir mon article, « Christine’s Enseignemens moraulx in the Order of Texts of Paris, BnF, fr. 1551 », dans Actes du colloque international : « Christine de Pizan, une femme de science, une femme de lettres », Université de Liège, 11-15 janvier 2005, J. Dor et M.-E. Hénault (éds), avec la collaboration de B. Ribémont (à paraître dans Études Christiniennes).

16  Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, doctrine et histoire, Marcel Viller (dir.) et al., Paris, G. Beauchesne et ses fils, 1932-1995, s.v. “Heures (Livres d’)”.

17  Ces détails se révèlent au cours du poème : « Par ung limosin suis deffait / qui m’a tourmenté comme ung dyable… » (f. 42v) ; « A mon filz je rescrips ce livre… or mon chier filz soies plus saige / bel toy mirer tu as en moy… » (f. 47r) ; « Ainsi men va changeur jestoye » (f. 78v).

18  Philibert surprend une dispute entre l’âme et le corps. L’âme essaie de blâmer le corps pour l’avoir induite en péché mais, par la suite, est forcée à assumer sa propre responsabilité et finit par être emmenée en enfer de force par des démons. La Complainte serait, dans ce contexte, le cri de regret et de désespoir de l’âme.

19  La citation est tirée d’un huitain dont le schéma est irrégulier.

20  Voir mon article, « The Enseignemens moraulx in the Order of the Texts in Paris, BnF, fr. 25434 », dans Une voix féminine lyrique, politique et didactique, papers from the Fifth International Conference of the Christine de Pizan Society, 17-21 July 2003, University of Salzburg, R. Reisinger (dir.), Salzburg, Mueller Speiser, à paraître. Christine Reno traite du Brit. Lib. Add. 17446 et du BnF, fr. 25434 dans son article, « Christine de Pizan’s Enseignemens moraux : Good Advice for Several Generations », p. 10-11. Accessible sur le site « The Making of the Queen’s Manuscript », http://www.pizan.lib.ed.ac.uk/output.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karen Fresco, « Les Enseignements moraux de Christine de Pizan dans l’ordre des textes d’un recueil pieux du XVe siècle (BnF, fr. 1181) », Babel, 16 | 2007, 293-308.

Référence électronique

Karen Fresco, « Les Enseignements moraux de Christine de Pizan dans l’ordre des textes d’un recueil pieux du XVe siècle (BnF, fr. 1181) », Babel [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/712 ; DOI : 10.4000/babel.712

Haut de page

Auteur

Karen Fresco

University of Illinois, Urbana-Champaign

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org