Navigation – Plan du site

Des textes dramatiques mis en recueil et des recueils dits “de théâtre”1

Aurélie Mazingue et Xavier Leroux
p. 253-292

Résumé

L’étude de plusieurs manuscrits médiévaux dits ‘de théâtre’ fait apparaître que la mise en recueil des textes au Moyen Âge est généralement sous-tendue par un projet édifiant. Tandis que l’ordonnancement des Mystères de la procession de Lille, conservés dans le ms. Guelf. 9 Blankenburg, témoigne du projet didactique et édifiant du maître d’œuvre du recueil, l’étude du ms. 57 de la Bibliothèque Municipale de Rodez, qui mêle le Mystère de l’Ascension de la Vierge à des textes non dramatiques, montre que le volume a été conçu comme un livre de méditation. Enfin, l’analyse du ms. Condé 616, qui ne contient que le Mystère de la Conception de Nostre Dame par parsonages, tend à démontrer que le travail de compilation qui est à l’origine de cette pièce peut être envisagé comme une forme particulière de mise en recueil propre à l’écriture dramatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Pour offrir au lecteur une réflexion d’ensemble sur la question de la mise en recueil des textes d (...)
  • 2  Nous ne traiterons que des mystères médiévaux. Les recueils composés de farces ou d’autres textes (...)
  • 3  Nous pensons en particulier au BnF, fr. 1528-1529 et au ms. 2282 de la Bibliothèque Municipale de (...)

1Tandis que l’étude de la mise en recueil de textes narratifs et poétiques est aujourd’hui considérée comme un moyen privilégié pour mieux appréhender les œuvres et les pratiques littéraires de la période médiévale, la question de la mise en recueil des pièces de théâtre demeure relativement marginale2. Ce phénomène s’explique facilement. En effet, dans la première partie du Moyen Âge, la tradition manuscrite du genre dramatique est particulièrement limitée. Les pièces les plus anciennes qui nous sont parvenues se trouvent généralement dans des recueils volumineux, comme le célèbre BnF, fr. 837 qui contient le Jeu de la Feuillée, Courtois d’Arras et l’une des deux versions du Miracle de Théophile de Rutebeuf. Mêlées à des textes nombreux et variés, ces œuvres ont le plus souvent été étudiées par les spécialistes du théâtre médiéval hors de leur contexte; quant aux critiques qui ont examiné le recueil dans son intégralité, ils ne leur ont accordé qu’une attention naturellement proportionnelle à l’intérêt qu’elles présentent. Dans la deuxième partie du Moyen Âge, des pièces de théâtre, relativement brèves, apparaissent encore dans des recueils de textes variés. Toutefois, les mystères comptent désormais jusqu’à plusieurs milliers de vers et sont ordinairement copiés dans des manuscrits qu’ils ne partagent avec aucun autre texte ou simplement avec un (ou deux) autre(s)3. Dans ce cas, la question de la mise en recueil ne paraît pas devoir être posée. Enfin, c’est grâce à quelques rares recueils dits “de théâtre” que la question qui nous occupe semble pouvoir être appliquée au genre dramatique. Ces manuscrits ne comptent (presque) que des œuvres théâtrales. Il faut alors tenter de discerner la cohérence du volume au-delà du classement chronologique que paraît adopter parfois le scribe et que systématisent encore les éditeurs modernes.

Des recueils dits “de théâtre”

  • 4  Afin d’être précis, signalons que le recueil contient soixante-treize textes, le mystère de L’Anno (...)
  • 5  Sur ce recueil, voir Gabriella Parussa, « Le manuscrit 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de (...)

2Dans le domaine français, les recueils dits “de théâtre” sont particulièrement rares. On connaît le recueil La Vallière (BnF, fr. 25467) composé de pièces comiques et édifiantes, mais aussi le manuscrit BnF, fr. 819-820, qui contient les Miracles de Nostre Dame par personnages, et le codex Guelf. 9 Blankenburg de la Herzog August Bibliothek de Wolfen-büttel, dans lequel ont été recueillis soixante-douze textes dramatiques joués au Moyen Âge lors de la procession de Lille4. On est enfin tenté de citer le manuscrit 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, également bien connu des mystérophiles, mais ce n’est que de manière abusive qu’on parle dans ce cas de recueil “de théâtre”. En effet, celui-ci n’est pas uniquement composé de pièces dramatiques, puisqu’il compte un texte hagiographique en prose et plusieurs prières en latin ou en français5.

3La rareté de ces manuscrits suffit à rendre inefficace et superflue la création d’une classe de recueils “de théâtre”. En outre, cette appellation ne pourrait se justifier que du point de vue descriptif. Si l’homogénéité d’un manuscrit se vérifie parfois dans l’unité générique des textes qui le composent, sa cohérence se situe sans nul doute à un autre niveau. Autrement dit, les textes contenus, par exemple, dans le BnF, fr. 819-820 ou le codex Guelf. 9 Blankenburg n’ont pas été rassemblés parce qu’ils appartiennent tous au genre dramatique, et c’est très certainement d’abord pour des raisons historiques, géographiques, sociales ou personnelles qu’ils ont été mis en recueil. On peut raisonnablement supposer que, si le critère générique avait effectivement été primordial, l’enthousiasme suscité par le théâtre au XVe siècle aurait provoqué de plus nombreuses mises en recueil de textes dramatiques.

  • 6  Mystères inédits du XVe siècle, d’après le ms. unique de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, (...)
  • 7  Les Mystères de la procession de Lille, Genève, Droz, t. 1 (TLF 535 ; pièces 1-12), 2001 ; t. 2 (T (...)

4Une fois dénoncée l’inadéquation du terme et de la chose – et, ce faisant, la tentation de réduire le recueil à ce qu’il n’est pas, c’est-à-dire un recueil “de théâtre” –, un tel manuscrit peut être examiné comme n’importe quel autre et le critique peut entreprendre de déceler un sens spécifique à son organisation. Encore faut-il bien prendre garde à suivre l’ordonnancement des textes dans le recueil, ordonnancement qu’il est souvent nécessaire de reconstituer, puisque les éditeurs modernes ont fréquemment pris le parti de réorganiser les textes suivant un ordre chronologique. C’est ce que fit Achille Jubinal en publiant les œuvres dramatiques contenues dans le ms. 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève6; c’est encore ce qu’a fait Alan E. Knight dans son édition des mystères du codex Guelf. 9 Blankenburg7.

Le codex Guelf. 9 Blankenburg

  • 8  La pertinence de ce choix nous semble discutable. Nous partageons le point de vue de G. Parussa da (...)
  • 9  MistLilleK, t. 1, p. 26.
  • 10  Ibid., p. 26-27.

5Pour éditer les nombreuses pièces que contient le recueil, Alan E. Knight a choisi de les réorganiser dans un ordre plus ou moins chronologique8. Ce dernier considère comme un fait évident que « celui qui dirigeait la fabrication de ce manuscrit avait, au début, choisi d’arran-ger les pièces d’après la chronologie biblique. Les vingt-neuf premières pièces constituent un groupe d’histoires de l’Ancien Testament qui ont été ordonnées, à peu d’exceptions près, conformément à la chronologie de la Bible Vulgate. Les vingt pièces suivantes ont visiblement été groupées ensemble parce qu’elles sont des histoires du Nouveau Testament. Quoique celles-ci ne soient pas disposées d’une façon strictement chronologique, il y a tout de même quelques indices d’un ordre temporel. […] étant donné que ces quarante-neuf mystères occupent les deux premiers tiers du volume, il est facile de voir que celui-ci pourrait être vu comme une œuvre d’histoire biblique »9. Après avoir rappelé que, lors de leur représentation, ces textes « ne constituaient pas une série chronologique de mystères »10, l’éditeur précise que les mystères du dernier tiers du recueil sont organisés sans ordre apparent et il signale que quatre pièces romaines semblent former un petit groupe vers la fin du volume.

  • 11  Ibid., p. 17. L’éditeur fonde son argumentation sur les travaux de Pamela Sheingorn: « Illustratio (...)
  • 12  Ibid., p. 27. Ces « nouveaux mystères » sont des textes qui auraient été acquis alors que le trava (...)
  • 13  Ibid., p. 18.

6L’analyse codicologique du recueil permet à Alan E. Knight de concevoir « ce manuscrit non pas comme un codex achevé, mais comme un modèle que d’autres scribes et enlumineurs devaient suivre en exécutant un manuscrit de luxe »11, ce qu’il convient d’appeler avec l’éditeur une minute. Non sans l’avoir argumentée, Alan E. Knight ajoute que cette hypothèse permettrait d’expliquer l’accumulation désordonnée de textes – du point de vue strictement chronologique – dans le dernier tiers du recueil: « il se peut que le chef de l’atelier ait fait copier les nouveaux mystères à la fin du volume, avec l’intention de les insérer à leur place chronologique au fur et à mesure qu’il faisait copier la version finale »12. L’éditeur reconnaît cependant les limites de cette proposition: « on ne peut prouver de telles hypothèses, mais elles constituent au moins une tentative de rendre cohérents les éléments de ce manuscrit qui, autrement, sont difficiles à expliquer »13.

7Nous ne chercherons pas à réfuter ici le fait que le codex Guelf. 9 Blankenburg puisse être envisagé comme une minute. Si la dé-monstration d’Alan E. Knight n’est pas, de son propre aveu, définitive, elle demeure convaincante. Cependant, deux objections au moins semblent s’opposer à ce que cette hypothèse puisse expliquer l’absence de cohérence chronologique des textes rassemblés dans ce volume.

8En premier lieu, rien ne nous interdit a priori de penser que l’ensemble des mystères a été acquis par le maître d’œuvre avant de commencer la copie de la minute et que l’ordre des pièces dans le volume correspond effectivement à l’agencement prévu dans la version finale. Postulant vraisemblablement que notre conception moderne de l’ordon-nancement d’un recueil concorde avec celle d’un copiste au Moyen Âge, Alan E. Knight a voulu supposer que le chef d’atelier avait l’intention de ranger ultérieurement les pièces dans l’ordre biblique, supposition que la composition générale du manuscrit contredit au moins partiellement. Par ailleurs, les études actuelles sur la mise en recueil des textes médiévaux et notre difficulté à saisir la cohérence de certains manuscrits montrent les divergences qui séparent notre conception de ce type d’assemblage et les principes médiévaux qui en étaient effectivement à la base.

  • 14  Par commodité, nous abrégeons chaque partie du recueil, délimitée par nous, en P1 (f. 1r-140v), P2 (...)
  • 15  Sauf indication, nous conservons les noms attribués par l’éditeur à chaque mystère ; nous indiquon (...)

9En second lieu, cette hypothèse n’explique pas les nombreuses entorses à l’ordre chronologique constatées au sein même des deux premiers tiers du recueil14. Dans P1, où sont rassemblés des textes dont la matière est empruntée à l’Ancien Testament, nous remarquons avec Alan E. Knight que Les Tables de la Loi (12 [10]) précède La manne du ciel (10 [11]) et La victoire sur Amalek (11 [12])15. Nous trouvons d’autres exemples de ce type dans P1, mais ils sont bien plus nombreux dans P2, la partie consacrée aux mystères inspirés du Nouveau Testament; à tel point que nous n’y relevons qu’un seul cas d’enchaînement correct, du point de vue chronologique s’entend: Le débiteur impitoyable (56 [39]) est suivi dans l’édition et le manuscrit d’une autre parabole adaptée pour la scène, Les ouvriers envoyés à la vigne (57 [40]).

  • 16  Art. cit., p. 248.

10Certes, P1 et P2 semblent organisés grosso modo dans un ordre chronologique. Du moins une répartition entre l’Ancien et le Nouveau Testament semble-t-elle avoir été opérée. Mais il nous paraît difficile de considérer que la chronologie biblique ait pu servir de principe d’organisation aux quarante-neuf mystères contenus dans ces deux parties, à moins de reconnaître l’incompétence grossière du maître d’œuvre du recueil, qui note pourtant assez régulièrement les références précises des sources bibliques. Si l’on veut postuler que l’organisation des textes dans un recueil résulte bien d’une intention plutôt que du hasard – ce que nous soutenons –, ne serait-il pas plus satisfaisant de supposer que l’ordre des mystères dans le recueil est en lui-même cohérent? Les conclusions de G. Parussa dans son étude du ms. 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève confirment le bien-fondé d’une telle hypothèse: « Un ordre existe donc, mais il n’obéit pas aux critères que nous appliquons volontiers à cet ensemble de textes »16. Ainsi, l’incohérence toute relative du recueil dans l’organisation des textes ne doit pas, selon nous, être résolue par la réorganisation de ces mystères dans l’édition suivant l’ordre biblique, mais par la recherche d’une autre cohérence que celle qui s’impose volontiers ou inconsciemment à nous, autrement dit la chronologie, fût-elle biblique.

11Dans le cadre relativement restreint de cette contribution, nous n’entreprendrons pas l’étude systématique de l’ensemble de chaque texte dans l’ordre du recueil. Nous avons volontairement limité notre analyse à l’organisation générale des pièces dans le volume, ainsi qu’aux prologues et épilogues des mystères. Les principes d’organisation qui se dégagent de cet examen pourront être précisés par l’analyse littéraire et stylistique des textes en eux-mêmes, à laquelle nous ne manquerons pas d’ailleurs de recourir ponctuellement. D’ores et déjà, ces principes nous permet-tent d’affirmer dans ses grandes lignes la cohérence du recueil. Nous postulons que le découpage du manuscrit en trois parties résulte d’une intention plutôt que de ses conditions de fabrication. Cette intention peut avoir été celle du maître d’œuvre ou du commanditaire. Il nous faut donc accepter, sans pouvoir la cerner, la part très personnelle qu’au moins l’un des acteurs de la composition du volume a pu y prendre. Il nous faut également renoncer à rechercher et à déterminer une organisation du recueil qui ne laisserait aucune place à une certaine subjectivité.

  • 17  Voir la remarque d’Alan E. Knight sur les v. 264-269 et 404-415 de ce mystère (MistLilleK, t. 3, p (...)

12Les choix effectués pour ordonner les textes dans le recueil ont également pu être influencés par le traitement particulier de la matière narrative par un fatiste (ou un remanieur). Son point de vue transparaît alors dans le prologue, l’épilogue ou le texte lui-même. Ainsi, dans L’enlèvement d’élie au ciel (34 [50]) qui ne contient ni prologue ni épilogue, la position adoptée dans deux répliques du prophète élisée vis-à-vis de l’histoire sainte est clairement celle du XVe siècle17. Alors que ce texte est le premier de P3, cette mise en perspective de la matière biblique nous laisse penser que les mystères de cette partie du manuscrit, même s’ils mettent en scène des événements de l’Ancien Testament, n’ont pas la même fonction dans le recueil que ceux conservés dans P1. Leur place n’est d’ailleurs pas sans conséquence sur la lecture qu’il faut en faire. Si le respect d’une certaine chronologie structure effectivement P1 et P2, la cohérence des textes de P3 nous paraît relever de la valeur édifiante que le fatiste leur a conférée ou que le maître d’œuvre y a trouvée.

13Les principes d’organisation du manuscrit que nous tenterons maintenant de préciser ne contredisent pas fondamentalement mais dépassent l’ordre chronologique des événements relatés pour donner à la lecture du recueil une dimension édifiante.

  • 18  L’analyse des titres des mystères dans le manuscrit confirme que, dans P1, leur enchaînement revêt (...)
  • 19  Contrairement à ce que laisse penser le titre de l’éditeur et celui du copiste (« Coment Salomon f (...)

14Les vingt-neuf premiers textes du recueil sont pour l’essentiel classés dans l’ordre de la Bible18. Cependant, il nous paraît plus approprié de considérer que, dans P1, les mystères sont réunis autour des grandes figures de l’Ancien Testament, formant ainsi une succession de groupements de pièces que nous considérerons comme biographiques: Adam et ève: La création d’Adam et ève (1 [1] / f. 1r); Abraham: Abraham et les trois hôtes (2 [2] / f. 4r), Le sacrifice d’Abraham (3 [3] / f. 7v); Isaac: Le sacrifice d’Abraham (3 [3]), Le mariage d’Isaac et Rebecca (4 [4] / f. 10v), La bénédiction d’Isaac (5 [5] / f. 15v); Jacob (également appelé Israël): La bénédiction d’Isaac (5 [5]), L’échelle de Jacob (6 [6] / f. 19r), Le viol de Dina (7 [7] / f. 20v), Joseph vendu par ses frères (8 [8] / f. 26v); Joseph: Joseph vendu par ses frères (8 [8]), Joseph et la provision des blés (9 [9] / 38r); Moïse: Les Tables de la Loi (12 [10] / f. 47r), La manne du ciel (10 [11] / f. 51r), La victoire sur Amalek (11 [12] / f. 55v); Gédéon: Gédéon et la toison (15 [13] / f. 59r); Booz: Le mariage de Booz et Ruth (16 [14] / f. 64v); Saül: Le sacre de Saül (18 [15] / f. 68v), La guerre de Saül contre Amalek (19 [16] / f. 74v), L’attentat de Saül contre David (20 [17] / f. 80r); David: L’attentat de Saül contre David (20 [17]), David et Jonathan (21 [18] / f. 83v), David et Abigaïl (22 [19] / f. 86v), David et Bethsabée (24 [20] / f. 92r), Le viol de Tamar (25 [21] / f. 95r), La guerre d’Absalom contre David (26 [22] / f. 100r), La révolte de Sheba contre David (27 [23] / f. 104v), Le dénombrement du peuple d’Israël (28 [24] / f. 108r), Joab et Abner (23 [25] / f. 111r), Le couronnement de Salomon19 (29 [26] / f. 115v); Judas Maccabée: Judas Maccabée (41 [27] / f. 118v); Esther: Esther et Asuérus (40 [28] / f. 127v); Judith: Judith et Holopherne (39 [29] / f. 134v).

  • 20  Au sein de ce groupement de pièces, l’antéposition des Tables de la Loi, en dépit de la chronologi (...)

15La cohérence de cet ensemble est confortée par les transitions que constituent logiquement certains mystères mettant en scène deux figures vétérotestamentaires. À titre d’exemple, le passage du groupe de textes consacrés à Isaac à celui dont Jacob est le personnage central est effectué par La bénédiction d’Isaac (5 [5]). Comme nous allons le voir, la succession de ces groupements biographiques a pour fonction de rendre compte de la filiation des grands patriarches de l’Ancien Testament. Naturellement, cet enchaînement coïncide avec l’ordre chronologique de la Bible, mais l’organisation généalogique des textes prime sur leur enchaînement temporel. En effet, il convient de préciser que les entorses faites à la chronologie dans P1 ne perturbent pas cette organisation par groupements biographiques. Ainsi, alors que le déplacement du mystère intitulé Les Tables de la Loi (12 [10]) avant La manne du ciel (10 [11]) et La victoire sur Amalek (11 [12]) va à l’encontre de la chronologie biblique, il ne nuit pas à l’unité des textes regroupés autour du personnage de Moïse.20 De la même façon, le déplacement de Joab et Abner (23 [25]) après Le dénombrement du peuple d’Israël (28 [24]) conserve toute sa cohérence au groupement des pièces qui retrace l’histoire de David.

  • 21  Soit Gédéon, Booz, Judas Maccabée, Esther et Judith.
  • 22  Soit Abraham, Ysaac, Jacob, Joseph, Moïse, Saül et David auxquels il convient d’ajouter Adam et èv (...)

16Hormis quelques personnages brièvement mis en scène dont la présence dans P1 peut nous sembler a priori inattendue21, les principaux personnages représentés sont en fait des figures essentielles de l’Ancien Testament22. Ce n’est pas tant la chronologie biblique qui organise ces textes que la constitution d’une lignée de patriarches capable, à la manière d’une galerie de portraits, de conduire le lecteur jusqu’à Jésus. Dans les grands mystères du XVe siècle et notamment la Passion d’Arnoul Gréban, la représentation de la vie du Christ est régulièrement précédée d’une mise en scène de la création du monde et du péché originel. Puis, c’est après avoir entendu les lamentations des patriarches dans les limbes que Dieu, au terme du Procès de paradis, décide d’offrir son Fils en sacrifice pour racheter l’humanité. Délibérément ou non, le maître d’œuvre du recueil a organisé les textes dans la même perspective. Nous croyons que, parmi les mystères à sa disposition, il a sélectionné ceux qui étaient le plus à même de figurer la lente progression de l’« humain lignaige » (Joseph vendu par ses frères, 8 [8], v. 58) jusqu’à l’avènement du Christ. Disposant d’un nombre relativement restreint de textes au regard des épisodes relatés dans l’Ancien Testament, le maître d’œuvre a donc choisi d’organiser P1 autour d’Abraham, d’Isaac, fils d’Abraham, de Jacob, fils d’Isaac, et de Joseph, fils de Jacob.

17Cette conception du monde de l’Ancien Testament toujours tourné vers l’Incarnation est plusieurs fois évoquée. Elle est illustrée dans Joseph vendu par ses frères (8 [8]). Le prologue y rappelle les six âges de l’histoire du monde (v. 37-112) et se concentre évidemment sur la lignée dont est issu Joseph. Après avoir énuméré la descendance d’Abraham, le texte expose la finalité de cette filiation: « Et en ceste lignie ycy / ouvra Dieu mervilleusement: / car son benoit filz en yssy, / ce fu pour nostre sauvement » (v. 109-112). Le même prologue précise encore que l’« Escripture Sainte / digne est de reconmandation, / car la est la figure atainte / de la saintisme Passion » (v. 17-20). Dans l’épilogue de La manne du ciel (10 [11]), il est également fait référence au « sixisme ëaige » (v. 472) du monde. Ailleurs, le texte met l’accent sur les figures patriarcales des âges passés. Dans Les Tables de la loi (12 [10]), Moïse apaise l’ire divine en rappelant la promesse faite à Abraham, Isaac et Israël (v. 278-280; voir aussi le v. 377). Dans La guerre de Saül contre Amalek (19 [16]), il nous est raconté comment « la generation / de Saül la succession / de Ysrael perdi » (v. 727-729). Parmi les pièces dont la présence dans P1 a pu sembler inopinée, au moins deux sont justifiées par la fonction qu’elles occupent dans la reconstruction d’une lignée patriarcale. Le choix du mystère intitulé Le mariage de Booz et Ruth (16 [14]) se comprend mieux à la lecture de l’épilogue (notamment des v. 528-547). La généalogie de Booz à David y est rappelée dans le seul but d’annoncer l’Incarnation: « La chose dont nous est bien clere, / que Jhesus, nostre Dieu et maistre, / du lignaige de Ruth vot naistre » (v. 542-544). Quant à Esther et Assuérus (40 [28]), sa présence dans P1 a sans doute été motivée par le long poème en alexandrins (v. 483-517) que le roi se fait lire pour s’endormir. Cette « chanson » (v. 513) retrace la succession des personnages de l’Ancien Testament, depuis Adam jusqu’à David.

18À travers les personnages vétérotestamentaires mis en scène dans ces mystères, c’est la préfiguration du Christ que les fatistes et le maître d’œuvre du recueil font apparaître à l’assistance et au lecteur. Ceci est particulièrement évident dans Joseph vendu par ses frères (8 [8]) qui s’impose comme une œuvre majeure dans le recueil. Joseph y préfigure clairement Jésus. Il est bien spécifié que des marchands l’achètent à ses frères pour trente deniers (v. 578-581). Les dernières paroles du pharaon annoncent que Joseph est « d’Egipte sauveur » (v. 1858); elles sont reprises dans les derniers vers de l’épilogue: « En toute Egipte a la rëonde / le faisoit Phararon nommer / cely qui est sauveur du monde » (v. 1895-1897). Certes, le fatiste n’invente rien, mais il met en lumière ce que contiennent les écritures dans une perspective christologique.

19P1 a donc pour fonction de préparer le lecteur à l’avènement du Christ relaté dans P2, qui forme la partie centrale du recueil. Ceci implique, a contrario, que le maître d’œuvre du volume n’a pas jugé suffisamment représentatifs de cette progression les textes de l’Ancien Testament qui se trouvent dans P3. L’étude de certaines “anomalies” relevées dans P1 nous amène à mieux percevoir la cohérence de cette dernière partie.

20Le personnage de Josué n’apparaît pas dans P1, fait d’autant plus remarquable que les deux mystères qui se rapportent au fils de Noun sont placés à la fin du recueil. Le premier texte, La destruction de la cité de Aï (13 [66]), fait suite à la version A de L’Annonciation et la Visitation (45 [65]); le second, Josué au secours de Gabaôn (14 [73]), succède à la version B de L’Annonciation et la Visitation (45 [72]); c’est par ailleurs le dernier texte du recueil. Entre ces deux couples de mystères qui semblent faire écho, le copiste a placé cinq pièces: les quatre textes inspirés de l’histoire romaine et Octavien et la sibylle (69 [70] / f. 297r) qu’Alan E. Knight classe parmi les textes de la légende chrétienne, mais que le prologue nous invite à replacer « es histoires de Romme » (f. 297rb). Leur lien avec le personnage de la Vierge paraît a priori ténu; toutefois, le titre d’Octavien et la sibylle, tel qu’il apparaît dans le manuscrit, pourra nous éclairer:

Coment Octovien, empereur de Rome, ne fut point content d’estre aouré de ses senateurs sans mander Sebille Tiburtine, laquelle Sebille luy dit et moustra que il en estoit ung plus grant que luy; et vit ledit Octovien la vierge Marie tenant son filz Jhesus ou ciel. (f. 297r)

21Nous pouvons donc supposer que ce groupement de pièces est organisé autour du personnage de Marie. Cette supposition est confirmée par les trois textes qui précèdent immédiatement ceux dont il vient d’être question. Il s’agit d’une Moralité de l’Assomption (72 [62]) et de deux mystères intitulés Le siège de Samarie (36 [63]) et Le miracle de l’abbesse grosse (71 [64]), autrement dit deux textes dont Marie est soit un personnage, soit le sujet, et auxquels vient s’ajouter une pièce de l’Ancien Testament traitant d’un thème commun aux mystères inspirés de l’histoire romaine. Ainsi, tandis que P3 compte vingt-quatre textes, les douze derniers de cette partie (désormais P3b) forment un ensemble où la figure mariale, sans être à proprement parler centrale, occupe une fonction organisatrice. Il n’est pour s’en persuader que de lire l’introduction à la Moralité de l’Assomption (72 [62]) qui ouvre P3b:

  • 23  Au début du texte manque une lettrine.
  • 24  Ms. : exellence ; nous corrigeons pour le sens et la rime.

[…]23 n’est langue cha jus tant eloquente
qui de loenge et de gloire condigne
sache exauchier et loer l’exellente24
mere de Dieu et des sains chieulx roïne.
Elle est tant bonne aux pecheurs tant begnigne
tant bien parfaite et de vertus tant plaine
que sa beaulté qui les chieulx enlumine
inextimable est a puissanche humaine
mais ja soit ce que ses perfections
homme ne puelt declairer amplement
une histoire remoustrer en voulrons
sy vous taisiés et vous orez coment. (f. 259ra)

  • 25  Voir l’introduction d’Alan E. Knight (MistLilleK, t. 1, p. 31-48).
  • 26  Le mot est à comprendre dans un sens érotique.

22La répétition du mystère de L’Annonciation et la Visitation (chaque fois suivi d’un texte mettant en scène les guerres menées par Josué) sert de cadre à cinq récits de guerres et de vengeances empruntés à l’histoire romaine. Ceux-ci ont été choisis « pour donner exemplaire / de bien » (f. 290ra): le premier et le dernier illustrent la vertu de patience, les trois autres celles de chasteté, de justice et d’humilité. Dans tous ces textes, les prologues et épilogues insistent sur la recherche et le souci du bien de la « chité », de la « chose publicque ». Cet intérêt pour les Anciens et le bien commun nous permettra de mieux comprendre les épilogues des deux versions de L’Annonciation et la Visitation, qui ne laissent pas de surprendre. Au lieu d’attirer l’attention du lecteur ou de l’auditoire sur les « haulx misteres precïeux » (v. 3) que constituent ces épisodes fondamen-taux, les épilogues insistent pour que les jeunes gens trouvent dans l’attitude de Marie vis-à-vis d’élisabeth un bon exemple du respect qu’ils doivent porter aux anciens (et non plus aux Anciens), « en leur administrant des biens / et faisant euvres et services / a iceulx congrus et propices, / sans les courouchier ne tourbler » (v. 461-464). Cette morale paraît bien dérisoire au regard des commentaires théologiques qu’inspirent généralement l’Annonciation et la Visitation. Mais sans doute s’agit-il, ici comme dans les cinq pièces encadrées par les deux versions de ce mystère, d’insister sur la sagesse que doivent inspirer à la jeunesse ces récits exemplaires et, plus encore, de rappeler le respect dû aux « anchiens » (v. 460), lequel doit être envisagé comme un fondement de la cité et du bien commun. N’est-ce pas justement à cause de tumultueuses « compagnies de jeunesse », qui joueront elles-mêmes des mystères et des farces pour la procession de Lille, que ces représentations seront à plusieurs reprises interdites25? Certes, l’attention portée à l’édification de la jeunesse n’est pas propre à cet ensemble de textes. Dans Joseph vendu par ses frères (8 [8]) qui se trouve dans P1, la tentative de séduction de Joseph par l’épouse de Phutifar (v. 916-1095) est l’occasion de rappeler à l’assistance les dangers de « folle amour » (v. 939) que Joseph oppose à la femme tentatrice qui, à grand renfort de sentences populaires, prône une vie de plaisirs et de jeux amoureux: « Cellui est fol qui ne labeure26 / quant on a pooir d’en user. / En jonesse doit on jouer. » (v. 1026-1028). Mais ce qui caractérise effectivement P3b, c’est que l’intention d’édifier la jeunesse, qui devient explicite et primordiale dans les épilogues, est érigée en principe organisateur.

  • 27  Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, Paris, Sedes, 1998, p. 242.

23Le choix d’une moralité – la seule du recueil – pour introduire cette section mariale prend dès lors tout son sens. Cette forme drama-tique, où interviennent Desir de savoir, Inquisition, Philozophie…, fait passer le lecteur d’un théâtre essentiellement narratif à un théâtre didactique « directement et explicitement destiné à l’édification religieuse et morale du public »27. Cette pièce rehausse et signale le caractère édifiant du groupement de textes au seuil duquel elle est placée. Structuré par la figure mariale dont prime ici la fonction d’avocate du genre humain auprès de Dieu, P3b se caractérise donc par une morale très concrète qui contraste fortement avec la dimension christologique de P1.

  • 28  D’ailleurs, nous avons fait remarquer précédemment qu’il ne fallait sans doute y rechercher aucune (...)

24P3b est précédé d’un groupe de douze mystères (désormais P3a) auquel il paraît difficile de trouver une unité thématique. Nous constatons que quelques-uns des derniers textes sont organisés autour du personnage d’Achab: La vigne de Naboth (32 [56]), La mort du roi Achab (33 [59]) et élie et les prophètes de Baal (31 [61]). Mais rien ne nous permet d’appliquer à P3a le principe d’organisation par groupes biographiques constaté dans P128. à mieux y regarder, on s’aperçoit que le personnage d’élie encadre ces douze pièces. Le premier texte de P3a, L’enlèvement d’élie au ciel (34 [50]) succède à L’Ascension (61 [49]) auquel il fait écho du point de vue thématique. Le dernier mystère de P3a, élie et les prophètes de Baal (31 [61]), est précédé de La prise de l’arche par les Philistins (17 [60]), où élie est en fait le personnage principal. Ces remarques ne font cependant que suggérer une tentative d’organisation des textes par le maître d’œuvre du recueil.

25Paradoxalement, la cohérence de P3a nous est révélée par la relative hétérogénéité des textes réunis: parmi les onze mystères dont la matière est empruntée à l’Ancien Testament, on trouve dans P3a un texte inspiré de l’histoire chrétienne, L’histoire d’Eufrosine (70 [57]); du point de vue chronologique et narratif, on ne relève dans cette partie qu’un enchaînement correct: Héliodore et le trésor du temple (42 [51]) succède à Darius et les trois jouvenceaux (43 [52]) dans l’édition comme dans le recueil. En fait, ce qui caractérise et réunit cet ensemble de pièces, c’est qu’elles n’ont pas été jugées nécessaires à la représentation dans P1 des grandes familles patriarcales, d’où l’incapacité dans laquelle nous nous trouvons de reconstituer plusieurs groupements de textes biographiques. La fonction primordiale des mystères en question n’est pas de mettre en scène l’histoire de l’Ancien Testament, mais seulement une histoire, empruntée à l’Ancien Testament et choisie pour sa dimension édifiante.

26Comme nous l’avons signalé plus haut, dans le premier mystère de P3a, autrement dit L’enlèvement d’élie au ciel, le point de vue adopté vis-à-vis de l’histoire sainte est radicalement nouveau. La perspective du prophète élisée est eschatologique:

Dieu le veult la faire tenir
jusques bien pres la fin du monde.
Lors venra il a la reonde
conforter les bons crestïens
a l’encontre des faulx engiens,
maise doctrine, ypocrisie,
esreur et parverse heresie
du faulx Antecrist desloial. (v. 402-409)

27C’est dans cette perspective qu’un des enfants de Jéricho, auquel est attribuée la dernière réplique en guise d’épilogue, invite à prier Dieu afin qu’il « nous doinst cha jus tellement vivre, / que de tous maulx soions delivre » (v. 431-432). Le ton, semble-t-il, est donné à l’ensemble des textes contenus dans P3a; il n’est pas éloigné de cette dimension morale constatée dans P3b.

  • 29  Nous relevons les passages qui indiquent expressément que la matière narrative du texte dramatique (...)

28Ce qui ressort à la lecture de l’ensemble des pièces de P3, c’est que l’histoire représentée a explicitement été choisie pour son exempla-rité. De plus, dans la majorité des vingt-quatre textes en question, le prologue ou l’épilogue signale que le fatiste a délibérément choisi la « matere » du mystère29. Au minimum, le texte met en avant la volonté (emploi du verbe voloir) de représenter une histoire qui a généralement été « prise » ou « eslute » (donc choisie) dans la Bible. Le plus souvent, le développement du texte montre que le choix du sujet a été fait parmi plusieurs autres (« entre lesquelz nous avons pris », « es histoires de Romme », etc.), que le sujet a été « trouvé » grâce à l’intervention d’un tiers (« l’un de leur conmis », « a l’aïde de nos amis ») ou que ce choix résulte d’une recherche (« avons quis », « trouvé avons », etc.), d’une lecture approfondie de la Bible (« estudïé l’avons », « a la Bible visité », « par lire et considerer », etc.).

29Dans P1, le choix de la matière biblique, dont la notoriété est indéniable, n’a pas besoin d’être exhibé: il paraît s’imposer de lui-même. Il s’agit d’« une ystoire notable » (David et Jonathan, 21 [18], v. 9), « qui tantost vous sera notoire » (La création d’Adam et ève, 1 [1], v. 12) ou « dont a toujours sera memoire » (Judith et Holopherne, 39 [29], v. 831); parfois même, il est d’emblée question de « L’istoire » (Judith et Holo-pherne, 39 [29], v. 1), l’emploi de l’article défini servant à référer à un récit particulier envisagé par le locuteur comme préexistant à son discours.

30Lorsque le verbe trover est employé dans P1, il ne sert pas à indiquer où les sources bibliques ont été trouvées (c’est-à-dire recherchées), mais simplement là où elles sont, là où elles se trouvent et peuvent être retrouvées (Le sacrifice d’Abraham, 3 [3], v. 8; Le mariage d’Isaac et Rebecca, 4 [4], v. 27; L’échelle de Jacob, 6 [6], v. 10; Ester et Assuérus, 40 [28], v. 1). Quand apparaît le verbe querir, ce n’est pas pour rendre compte de la recherche d’un sujet parmi d’autres, mais simplement pour mettre en scène, dans une “quête” toute rhétorique, les efforts du fatiste dont l’œuvre est ainsi revalorisée:

A la loenge et reverence
de Dieu nostre haultain seigneur,
aussy par ma povre scïence,
je me suis mis en grant peur,
c’est de querir ceste mistere,
qui est en Genesis traittie, (Joseph et la provision des blés, 9 [9], v. 1-6)

31Quant à la volonté qu’exprime le verbe voloir, elle ne porte pas sur le choix du texte à représenter, mais simplement sur l’intention de le représenter (La victoire sur Amalek, 11 [12], v. 19; David et Abigaïl, 22 [19], v. 3, où l’emploi du verbe résulte de la correction du vers par l’éditeur). On comparera encore la très anonyme formule « ce qui est pris » utilisée dans P1 (L’attentat de Saül contre David, 20 [17], v. 1; David et Bethsabée, 24 [20], v. 5) et les fréquents « avons pris » relevés dans P3 (et peu employés dans P1, e.g. Le sacrifice d’Abraham, 3 [3], v. 434).

  • 30  On pourra comparer cette formule, dans sa fonction rhétorique, avec le prologue d’une autre pièce (...)

32Rares sont en fait dans P1 les textes pour lesquels on note l’intervention d’un je (ou d’un nous) marquant l’implication d’une instance énonciatrice, d’une autorité littéraire. C’est qu’en lui-même, le texte “fait autorité”. La formule employée dans les premiers vers du mystère intitulé Le viol de Tamar est une précaution oratoire prise par l’auteur pour introduire un sujet délicat: « [U]ne ystoire avons fait extraire / du second des Roix belle et gente » (25 [21], v. 1-2). Il s’agit de préserver l’autorité du fatiste, d’insinuer entre lui et le texte un mystérieux intermédiaire qui puisse lui servir de caution morale30. Enfin, le choix particulier d’une matière narrative n’est clairement exprimé qu’à deux reprises par l’emploi du verbe eslire (“choisir”) dans Les Tables de la Loi (12 [10], v. 7: « Pour tant en avons une eslite ») et dans Le couronnement de Salomon (29 [26], v. 4: « une ystoire que avons eslu »).

33Il semble donc que nous ayons affaire, à quelques exceptions près, à deux types de textes. Les uns, placés dans P1, relatent des épisodes bien connus de l’Ancien Testament. Le choix de leur sujet paraît aller de soi et ne nécessiter aucune espèce de justification. Ils s’intègrent naturellement à la mise en scène de l’Ancien Testament dans ses grandes lignes. Les autres, qui ont été regroupés dans la dernière partie du recueil, pouvaient paraître anecdotiques à leur public. L’auteur a donc pris le soin de justifier son choix. Il va jusqu’à préciser que le sujet a été retenu parmi plusieurs autres possibles pour l’exemplarité de sa matière et il insiste sur le caractère délibéré de ce choix. Largement soumise au point de vue adopté par le fatiste, cette opposition entre deux types de textes conserve une part de subjectivité; et seule l’analyse attentive des prologues et des épilogues nous a permis de confirmer une impression d’ensemble qui, pour nous, s’est dégagée de la lecture (puis seulement de l’étude) des textes dans l’ordre du recueil.

  • 31  La naissance de Jean-Baptiste (44 [36]), Le baptême de Jésus (46 [37]) et La décollation de Jean-B (...)

34L’essentiel étant ici de vérifier que l’organisation du codex Guelf. 9 Blankenburg répond effectivement à un principe fédérateur, nous avons entrepris de démontrer la cohérence particulière et relative de chacune des deux parties, P1 et P3, qu’Alan E. Knight a jugé nécessaire de rassembler. Par conséquent, dans le cadre de cette contribution, nous n’envisagerons que brièvement la question du désordre chronologique constaté dans P2. Le principe d’organisation par groupements de textes biographiques paraît, ici encore, difficilement applicable. On relève un cycle de trois mystères consacré à saint Jean-Baptiste31, mystères d’ailleurs désassemblés par la redistribution des textes pour l’édition dans l’ordre biblique. Mais, dans P2, la quasi-omniprésence de Jésus occulte les autres personnages et nous interdit sans doute d’envisager une organisation des textes par groupements biographiques. Il faut chercher ailleurs la cohérence de P2.

  • 32  Suivant l’ordre biblique, Alan E. Knight place L’arrestation de Pierre (64 [48]) à la fin des text (...)

35Il paraîtrait logique que l’organisation de ces vingt mystères forme une progression vers la Passion du Christ, mais il faut souligner que bien des épisodes fondamentaux des évangiles (et particulièrement la Passion) ne sont mis en scène dans aucun des mystères de la procession de Lille. De ce fait, l’agencement des textes selon la chronologie biblique paraît inadapté. N’ayant à présenter à son lecteur qu’un résumé très lacunaire de la vie du Christ, le maître d’œuvre du recueil a dû chercher un autre fil conducteur auquel rattacher les vingt pièces du volume qui trouvent leur achèvement dans L’Ascension (61 [49])32.

36Conformément au principe adopté pour son édition du recueil, Alan E. Knight introduit P2 par La naissance de Jean-Baptiste (44 [36]), qu’il fait suivre de L’Annonciation et la Visitation dont il donne in extenso la version A (45 [65] et [72]). Dans le manuscrit, le premier texte de ce groupe est Le bon Samaritain (55 [30]). L’emploi de cette parabole à cet endroit pourra surprendre le lecteur tant qu’il n’en aura pas lu le long épilogue (v. 247-385). L’interprétation qui nous est proposée de cette histoire explique « que cest homme, descendant / de Jheruzalem et venant / en Jherico, nous magnifeste / Adam » (v. 266-269). Quant au Samaritain qui vient le soigner, c’est Dieu qui est descendu du ciel pour sauver le genre humain (v. 317-326). Ainsi, la glose de cette parabole illustre, justifie et introduit l’Incarnation du Christ, semble-t-il mieux aux yeux du copiste que le récit de la conception du Christ en Marie lors de l’Annonciation que l’on retrouve pourtant deux fois dans P3b (L’Annonciation et la Visitation, 45 [65] et [72]). Par conséquent, et à l’instar de ce nous avons pu constater dans l’organisation de P1 et P3, nous supposons que l’ordonnancement des textes dans P2 témoigne du projet soit édifiant, soit didactique du maître d’œuvre du recueil. Mais l’étude approfondie des textes de P2 nous conduirait bien au-delà des limites que nous nous sommes imposées dans cet article.

37En conclusion, la mise en recueil des textes de la procession de Lille nous semble avoir pour fonction d’organiser les textes en trois parties relativement équilibrées. La première, fondée sur les épisodes essentiels de l’Ancien Testament, raconte l’histoire du peuple élu par Dieu dans l’attente de son incarnation. Les textes y sont organisés par groupes biographiques dans une perspective généalogique et christo-logique. La seconde met en lumière la vie de Jésus et contient à ce titre tous les épisodes du Nouveau Testament que compte le volume. La chronologie biblique n’y étant pas plus respectée que dans les autres parties du recueil, nous suggérons que P2, pour l’édification du lecteur, est formée d’un ensemble de textes dont le principe ne saurait être temporel ou narratif. Une troisième partie relate des histoires de l’Ancien Testament et du sixième âge du monde inauguré par l’avènement du Christ, autrement dit de notre temps, dans une perception médiévale et chrétienne de l’univers. Cet ensemble répond à une organisation synthétique des textes dans deux groupements de douze pièces chacun, encadrés par une figure organisatrice, élie ou Marie. Sa finalité réside clairement dans l’édification du destinataire.

  • 33  MistLilleK, t. 1, p. 273.
  • 34  Le lien qui unit ces deux textes peut être confirmé par l’emploi, dans le manuscrit, de la formule (...)

38Il ressort également de ces quelques pages que l’une des pratiques du copiste, notamment dans P1, consiste à lier l’un à l’autre deux mystères qu’il fait se succéder. Dans certains cas, cet enchaînement paraît si naturel que le premier doit être envisagé comme la suite du second, tant du point de vue narratif que dramatique. Alan E. Knight note ainsi que L’échelle de Jacob (6 [6]) « pourrait être la conclusion de la pièce précédente »33, c’est-à-dire de La bénédiction d’Isaac (5 [5])34. Nous faisons nôtre cette hypothèse, sans exclure la possibilité que ces deux pièces, à l’occasion d’une représentation, aient pu former les deux journées d’un même mystère.

  • 35  Soit Joseph vendu par ses frères (8 [8]) et Joseph et la provision des blés (9 [9]). Notons que le (...)
  • 36  MistLilleK, t. 1, p. 329.

39P1 fournit un autre exemple de ce type. Il est cette fois indiscutable, car explicite. Alan E. Knight peut effectivement affirmer que les deux mystères mettant en scène Joseph35 forment « une unité dramatique de deux “demi-journées”. Ceci est évident du fait que la deuxième pièce fait référence à la première »36. Il convient cependant de préciser l’analyse du passage du prologue auquel fait allusion l’éditeur:

  • 37  Nous citons d’après le manuscrit cet extrait qui correspond aux v. 17-24 de l’édition d’Alan E. Kn (...)

et ce pour tant que au gré de Dieu
ses songes il lui declaira,
ainsy comme en ce meismes lieu
par vous estre leü poura
au propre point ou on laissa
cestë ystoire ycy devant. (Joseph et la provision des blés, 9 [9], f. 38b)37

  • 38  L’irrégularité rimique mais non syntaxique du passage en question (voir la note précédente) nous s (...)

40La simple lecture de cet extrait montre que les deux mystères sont explicitement liés l’un à l’autre; mais ce qu’elle démontre surtout, c’est que cette mise en relation des deux pièces a été effectuée par le copiste lui-même au moment de la composition du recueil. En effet, quand, un peu plus loin, le prologue s’adresse au public, il utilise naturellement le verbe veoir (« ainsy que veoir on poura », v. 31), mais lorsqu’est employé le verbe lire (« ainsy comme […] / […] estre leü poura », v. 19-20), c’est clairement au lecteur que le texte est destiné. L’extrait cité constitue donc une interpolation qu’il convient d’attribuer au copiste38. Ces quelques vers suffisent à prouver (et viennent confirmer pour nous) la part que le copiste ou le maître d’œuvre a prise à la composition de ce volume, à la mise en recueil des textes qu’il a liés et répartis suivant des principes organisateurs que nous avons tenté plus haut de faire apparaître.

  • 39  Le Cycle de Mystères des Premiers Martyrs du manuscrit 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, G (...)

41Ce travail de combinaison de différents textes dramatiques pour la représentation a trouvé sa plus belle illustration dans le cycle des premiers martyrs contenu dans le ms. 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève39. Dans ce manuscrit bien connu des mystérophiles comme dans le cas vu ci-dessus, l’intervention du copiste est manifeste; elle poursuit, réaffirme et ratifie par l’écrit l’action même du fatiste qui a rassemblé différentes pièces pour la scène. Ainsi, cette forme de mise en recueil de mystères médiévaux nous paraît faire écho à leur mise en scène; elle témoigne et même participe d’un procédé consubstantiel à l’écriture dramatique au Moyen Âge.

  • 40  Voir justement, dans L’Annonciation et la Visitation, l’intervention du prologue aux v. 122-142.

42Cette pratique, nous semble-t-il, est encore illustrée par le codex Guelf. 9 Blankenburg dans le mystère intitulé L’Annonciation et la Visitation (45 [65 et 72]). Nous constatons en effet que le prologue dit avoir l’intention d’« ung mistere / ou deux de ceulx dont nous avons / cy dessus touchié contendons / par personnaiges remoustrer » (v. 16-19). L’emploi de l’expression « par personnaiges » dans ce passage confère au mot « mistere » une valeur dramatique autant que religieuse; et ce sont en effet les deux « misteres » (v. 3) de l’Annonciation et de la Visitation que met en scène ce mystère. L’intervention du prologue au beau milieu d’une pièce théâtrale est plusieurs fois constatée dans les textes de ce recueil. Il s’agit le plus souvent de résumer la matière narrative qui ne peut être mise en scène, et parfois de commenter la scène jouée40. Mais, dans L’Annonciation et la Visitation, la seconde intervention du prologue (v. 278-312) constitue davantage un épilogue à la première partie du mystère qui met en scène l’Annonciation; vient ensuite la Visitation avec son épilogue propre (v. 451-484). Faudrait-il voir dans cette pièce le résultat de l’assemblage de deux très courts mystères, indépendants à l’origine? Rien ne permet ici de l’affirmer, mais les remarques formulées ci-dessus le laissent supposer.

43Ce procédé constitue donc une caractéristique de l’écriture dramatique médiévale qu’il est intéressant de comparer à la notion de mise en recueil. Nous voudrions à ce propos aborder le cas du manuscrit Condé 616. Ce volume ne contenant qu’un seul mystère, sa mise en recueil ne devrait pas même être envisagée. Nous essaierons pourtant de voir dans quelle mesure et selon quelle définition cette notion peut amener à une meilleure compréhension de la genèse des textes dramatiques au Moyen Âge et de la composition des manuscrits qui ne contiennent qu’un seul texte.

Le ms. Condé 616

  • 41  Le Mystère de la Conception (Chantilly, ms. Condé 616), éd. critique par Xavier Leroux, thèse pour (...)

44Conservé à la Bibliothèque du musée Condé, à Chantilly, le ms. Condé 616 (anc. 657) ne contient qu’un seul texte, le Mystère de la Conception de Nostre Dame par parsonages (désormais Conception)41. Il est composé de trois journées comptant chacune approximativement 4000, 5000 et 2500 octosyllabes. Paradoxale jusque dans sa formulation, la question de la mise en recueil de la Conception dans le ms. Condé 616 ne se justifie pas a priori. Aussi les lignes qui suivront devront-elles être envisagées comme un prolongement de notre réflexion sur la mise en recueil des textes dramatiques au Moyen Âge.

  • 42  Voir, dans le présent volume, « Cohérence et éclatement : réflexion sur les recueils littéraires d (...)

45Ces considérations nous ont été suggérées par la confrontation, d’une part, d’une hypothèse développée dans notre thèse sur l’analyse de la composition du ms. Condé 616 et, d’autre part, d’une remarque sur le vocabulaire des copistes pour décrire leur travail de mise en recueil des textes, remarque formulée par Wagih Azzam, Olivier Collet et Yasmina Foehr-Janssens42. Ceux-ci signalent en effet que le verbe compiler apparaît régulièrement dans les recueils pour désigner l’assemblage et l’ordonnancement d’un ensemble de textes homogène.

46Le mystère de la Conception est introduit par un texte liminaire que l’on ne confondra pas avec le prologue. Tandis que le second est adressé par le messagier du jeu aux spectateurs au début de la représentation, le premier, reproduit ci-dessous, est destiné au lecteur. Ainsi, contrairement au prologue qui peut avoir été remanié par le copiste après avoir été écrit par le fatiste, il est certain que le texte liminaire a exclusivement été rédigé pour la composition du manuscrit. Or le copiste y utilise le verbe compiler. Certes, l’emploi de ce terme ne suffit pas à signifier que nous avons affaire à un recueil – et d’ailleurs tout indique le contraire –, mais il nous pousse à préciser notre analyse de la structure du mystère:

S’ensuit le mistere de la tressainte conception de la glorieuze Vierge Marie par parsonages, et puis aprés s’ensuyt la sainte nativité d’ycelle, et puis aprés coment elle fut menee par sez parans dans le saint temple a son eage de quatre a cinq ans. Item, coment elle demeura audist temple l’espace de .x. ans ou environ et coment fut mariee par miracle, coment il pleut a Dieu. Aprés trouverés le tresque saint et sacré mistere de la sainte incarnation de Jesus Crist et coment nature humeyne fut rechaptee. Et est fait et compilé a l’onneur de Dieu et sa glorieuze mere, hé a la singuliere devotion de treshaulte et puissante dame, madame la contesse de Monpansier. (f. 1r)

  • 43  Le mot mistere est fréquemment employé au Moyen Âge pour désigner une pièce théâtrale dont la défi (...)

47Le copiste annonce donc à son lecteur que le texte est composé du « mistere de la tressainte conception de la glorieuze Vierge Marie par parsonages » (soit la première et la deuxième journée) et du « tresque saint et sacré mistere de la sainte incarnation de Jesus Crist » (soit la troisième journée)43. Après chacun de ces deux titres sont énumérés les différents épisodes que chaque « mistere » met en scène. Enfin, on apprend que le texte a été « fait et compilé » pour la comtesse de Montpensier, la mère du fameux Connétable de Bourbon. Coordonné au verbe faire qui pourrait davantage désigner la fabrication du manuscrit (copie, rubrication, reliure, etc.), le verbe compiler nous semble renvoyer à un travail d’assemblage et d’ordonnancement, à une certaine forme de “mise en recueil” des deux mystères qui constituent la Conception.

48L’étude des prologues et des épilogues vient en effet confirmer la conclusion tirée de l’analyse du texte liminaire: la Conception est bel et bien conçue comme une pièce dramatique formée de deux mystères. Cette bipartition du texte est clairement exprimée dans le prologue de la deuxième journée. Alors que les trois parties de la Conception ont vraisemblablement été jouées dans un intervalle de trois journées consécutives, voici comment commence la deuxième:

  • 44  = “notre mystère”, le déterminant possessif noz est une forme picarde.

Aujourdui fin et conclusion
a noz mistere44 voullons donner
et achever nostre intencion
de ce que comansames ier. (v. 4130-4133)

  • 45  La deuxième journée de la Conception ne met en scène aucun mystère, au sens théologique du terme ; (...)

49Le passage indique précisément que les deux premières journées de la Conception forment un tout, et que ce tout constitue à lui seul un « mistere » (v. 4132)45. Dès lors, la troisième partie doit bien être considérée séparément de ce qui la précède; c’est d’ailleurs ainsi qu’elle est présentée dans l’épilogue de la deuxième journée: « Nous jourrons mieulx l’istoere aultre » (v. 9456).

  • 46  Le Procès de paradis est un passage presque obligé dans un mystère qui met en scène la vie du Chri (...)

50L’analyse littéraire, dramaturgique et scénique de la Conception montre également comment cette troisième journée se distingue des deux premières. Alors que le Procès de paradis46 est traditionnellement placé dans les premières scènes d’un mystère, il occupe dans la Conception les premières pages de la dernière partie. Alors que les deux premières journées comptent respectivement 4000 et 5000 vers, la troisième est moitié moins développée avec ses 2500 vers. Du point de vue scénique, on s’aperçoit que l’organisation de l’édifice théâtral doit être largement modifiée pour cette troisième journée: la mansion « Chez Jozefz » remplace le Temple de Jérusalem qui est essentiel dans les deux premières journées. Ajoutons encore que la progression dramatique, quoique lente dans les deux premières parties, s’interrompt brusquement dans la troisième où, une fois passé le Procès de paradis, l’action est réduite au strict minimum.

51Différents arguments nous poussent donc à croire que le texte de la Conception résulte bien de la fusion de deux mystères. Rien à cela de surprenant. On sait qu’au Moyen Âge, l’écriture d’une pièce dramatique s’appuie sur un texte antérieur – sur un “original” – que le fatiste remanie, qu’il amplifie et auquel il agrège éventuellement plusieurs passages de son cru ou empruntés à d’autres textes. Cette technique d’assemblage doit donc intervenir à ce niveau de la création littéraire comme une forme de conjointure appliquée au genre dramatique. Aussi paraît-il étonnant qu’au détriment de l’unité de l’œuvre normalement garantie par le travail du fatiste, le messagier du jeu distingue encore deux mystères au moment de la représentation. C’est alors au copiste d’assumer la mise en recueil de ces deux textes dans un même volume.

  • 47  Le manuscrit est formé de 20 cahiers : la première journée a été copiée sur les cahiers a, b, c, d(...)
  • 48  Cette pratique est constatée dans plusieurs recueils médiévaux.
  • 49  Plusieurs mystérophiles seraient sans doute très heureux de voir dans cet exemple la possibilité d (...)

52L’analyse codicologique du manuscrit montre que les trois journées de la Conception ont été copiées par une seule main sur des ensembles de cahiers distincts47. L’unité des deux textes recueillis dans ce volume est telle que le scribe n’a pas rempli d’un (ou de plusieurs) texte(s) bref(s) les pages restées vierges (f. 83v-85r) à la fin du cahier g et au début du cahier h, c’est-à-dire à la fin du dernier cahier de la première journée et au début du premier cahier de la deuxième journée48. Toutefois, afin de garantir la cohérence du manuscrit, le copiste, s’adres-sant au lecteur, écrit pour introduire la troisième journée du mystère: « Le tiers jour du jeu comance » (f. 192v). Tracée sur le verso du dernier cahier de la deuxième journée, cette phrase relie explicitement les deux parties du volume. Le « jeu » désigne donc ici l’œuvre dramatique envisagée dans son unité49, une unité qui ne paraît finalement acquise que grâce à la compilation, à cette forme particulière de mise en recueil effectuée par le copiste pour la composition du ms. Condé 616.

Des textes dramatiques mis en recueil : le Mystère de l’Ascension de la Vierge dans le ms. 57 de la Bibliothèque Municipale de Rodez

  • 50  À ce sujet, nous tenons à signaler l’étude du recueil Bigot (BnF, fr. 1707 et 15080) réalisée par (...)

53Sans doute n’aura-t-il pas échappé au lecteur que la démarche scientifique qui motive l’analyse d’un recueil est encore souvent tributaire de la critique générique. Or, pour qui veut éviter cette approche simplificatrice – voire erronée – d’un recueil varié contenant une ou plusieurs œuvres dramatiques, la principale difficulté consiste à embrasser, avec la même intelligence critique, l’ensemble du volume dans la diversité qui le caractérise50. Dès lors, il s’agit de dépasser le cloisonnement des textes par genre pour parvenir à une lecture globale du recueil, sans nier pour autant la spécificité de chaque pièce. L’étude des œuvres dramatiques acquiert un intérêt supplémentaire, indépendant de sa forme théâtrale au détriment de laquelle peut s’effectuer leur insertion dans un recueil.

54Le manuscrit 57 de la Bibliothèque Municipale de Rodez fait partie de ces recueils variés au sein desquels une ou plusieurs œuvres dramatiques côtoient des textes appartenant à des genres littéraires différents. C’est dans ce manuscrit qu’est conservé le Mystère de l’Ascension de la Vierge.

  • 51  Nous pensons notamment à l’édition d’Alain Collet des Vigiles des morts, Paris, Champion (CFMA 141 (...)

55L’unité des textes de ce recueil n’a rien d’évident et sa structure incite effectivement à penser qu’il s’agit d’un montage pour le moins hétéroclite. L’analyse codicologique du manuscrit a été établie dans une notice à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes. Parmi les textes qu’il contient, quelques-uns sont encore inédits. Quant aux autres pièces, elles ont fait l’objet d’une édition critique, mais les versions proposées par ce manuscrit ont souvent été délaissées51. Ce recueil n’a guère retenu l’intérêt de la critique jusqu’à présent.

  • 52  Ce mystère long de 1727 vers relate les derniers instants de la Vierge, de la visite de l’ange Gab (...)

56Ce manuscrit nous a d’abord intéressée pour un seul des textes qu’il conservait, le Mystère de l’Ascension de la Vierge (désormais Ascension)52. Comme la plupart des textes du théâtre médiéval, ce mystère nous a été transmis par cet unique manuscrit. Mais la place de ce texte dans un recueil ne contenant aucune autre pièce de nature dramatique nous a assez rapidement intriguée et nous a amenée à prendre en considération son entourage textuel. Il nous a en effet semblé nécessaire de resituer ce texte dans son contexte manuscrit afin de mieux comprendre pourquoi il avait été écrit et comment il avait été perçu, reçu. De l’intérêt porté à un seul texte, nous nous sommes penchée sur l’ensemble du recueil et sa composition.

  • 53  Nous empruntons ce terme à G. Parussa, art. cit., p. 229.

57L’étude du recueil nécessite d’abord de porter une attention particulière à son aspect matériel : le format, le papier, le type d’écriture, les éléments de décoration apparaissant dans le recueil, la disposition des cahiers et les marques de possesseurs. Vient ensuite le recensement des diverses œuvres contenues dans le recueil : œuvres d’auteurs ou anonymes, appartenant à une période bien délimitée dans le temps, répondant à une cohérence thématique ou générique. Une fois ces différents points éclaircis, il s’agit de voir si l’organisation matérielle du manuscrit et la succession des pièces au sein du recueil semble cohérente et « signifiante »53. Les pièces s’étendent-elles sur plusieurs cahiers ? La longueur des cahiers correspond-elle à la longueur des pièces ? Les pièces contenues sont-elles proches ou éloignées dans le temps de la date de composition du manuscrit ? Le manuscrit est-il composé de divers fragments réunis a posteriori ou une cohérence dans le choix et l’ordre des textes préside-t-elle à sa composition ?

étude codicologique du ms. 57 de la Bibliothèque Municipale de Rodez

58Le manuscrit 57 conservé à la Bibliothèque Municipale de Rodez est de format in-folio et mesure 187 mm sur 149 mm. Une écriture de la fin du XIXe siècle donne les précisions suivantes au dos de la reliure :

Recueil de poésies françaises des XIVe et XVe siècles (quelques unes connues et publiées, d’autres inédites ou du moins peu connues ou même inconnues du bibliographe) : voir la table des pièces.
ota Quoique d’une écriture assez régulière du milieu du XVe siècle, ce manuscrit offre de nombreuses incorrections, quelques lacunes, et des irrégularités d’orthographe que n’excuse pas entière-ment l’époque, parce que diverses rimes sont totalement détruites ou défigurées.
Mais malgré ces défectuosités, ce manuscrit n’en est pas moins fort précieux et mérite d’être conservé avec le plus grand soin.
La pièce la plus importante, le mystère de l’ascension de la Vierge, a été publiée par M. Lunet, dans le quatrième volume des Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, seulement quelques erreurs ont été par lui commentées.

  • 54  B. Lunet, « édition du Mystère de l’Ascension de la Vierge », dans Mémoires de la Société des lett (...)

59La table des pièces annoncée dans cette notice n’apparaît pas dans le manuscrit et l’édition de l’Ascension par Bonaventure Lunet reste fragmentaire54. Ces quelques notes portées sur le manuscrit par une main du XIXe siècle laissent apparaître d’emblée que ce volume a retenu l’attention du bibliographe uniquement pour son aspect matériel, en sa qualité de témoin important de l’histoire du livre. Il nous semble que ce manuscrit, étant donné la diversité et la richesse des œuvres qu’il recèle, mérite également d’être considéré comme un témoin des pratiques de lecture et de méditation du XVe siècle. Ceci se trouve conforté par divers aspects matériels du manuscrit liés notamment à la répartition des œuvres sur les différents cahiers et aux éléments de décoration.

  • 55  Briquet, Les Filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier (1282-1600), 1907, Reprints (...)

60Le manuscrit 57 comporte 133 feuillets de papier numérotés par une main moderne, en haut et à droite. Ces 133 feuillets sont répartis en 10 cahiers irréguliers. Les filigranes du papier sont tous du midi de la France, au nombre de trois, ils représentent trois variantes d’une tête de bœuf couronnée, retrouvée chez Briquet (14367)55. Différents filigranes apparaissent au sein d’un même cahier. L’organisation des cahiers au sein du manuscrit est la suivante :

C1 : f. 1-13 (5 + 8), trois premiers feuillets manquants
C2 : f. 14-21 (4 + 4)
C3 : f. 22-36 (7 + 7 (+ 1))
C4 : f. 37-52 (8 + 8)
C5 : f. 53-68 (8 + 8)
C6 : f. 69-85 (8 + 8 (+ 1))
C7 : f. 86-99 (7 + 7)
C8 : f. 100-113 (7 + 7)
C9 : f. 114-128 (7 + 7 (+ 1))
C10 : f. 129-133 (3 + 2), dernier feuillet manquant

61Les f. 36, 85 et 128 sont collés au cahier auquel ils appartiennent. Les textes sont copiés à pleine page et justifiés à gauche par réglure. On dénombre environ une trentaine de lignes par page.

62Une seule main a procédé à la rédaction de l’ensemble des textes ; un doute subsiste cependant pour un texte, l’Enfant sage (dans C10), mais il s’agit peut-être de la même main, avec seulement une écri-ture moins soignée. Deux autres mains, sans doute celles de possesseurs, semblent être à l’origine des prières situées au sein du recueil. Diverses mains plus ou moins modernes (XVIe / XIXe siècles) apparaissent en marge pour des annotations ou sur la reliure pour donner les indications bibliographiques citées précédemment.

  • 56  Ces deux ex-libris apparaissent au f. 17v, celui de Guillaume Pelosy au f. 21v et la marque de cop (...)

63Le manuscrit recèle trois ex-libris. Ce recueil aurait appartenu successivement à Deodatus Pilosi, recteur de Saint-Martin à Toulouse qui en aurait également achevé la copie en 1452, puis à Frère Guillaume Neguerii, enfin à Guillaume Pelosy, bibliophile du XVIe siècle. Une marque de copiste indique le deuxième jour du mois de juillet 1453 comme date d’achèvement de la copie56.

64La décoration est assez sommaire. Les incipit et les titres des œuvres sont rubriqués, ainsi que les noms de certains personnages, les sentences latines, les pieds de mouche et les initiales des unités métriques. Les pieds de mouche et les initiales sont également rehaussés de brun à partir du f. 22. La couleur bleue apparaît à partir du Mystère de l’Ascension de la Vierge, à la fin du quatrième cahier, en alternance avec le rouge jusqu’au f. 127, à la fin du neuvième cahier.

65Les deux premiers cahiers renferment deux œuvres, Les Distiques de Caton et les Dits moraux des philosophes. Le verso du dix-septième folio contient deux ex-libris puis le bas du folio est laissé blanc ; les Dits ne commencent qu’en haut du f. 18r. Ce folio présente des annotations marginales en latin et en français : « Bona doctrina dicet [som] », « Quant tu vouldras commencer quelques choses regarde qui parfoy peut advenir ». Le bas du f. 21 est laissé blanc, il contient le troisième ex-libris et le début du « Je te salue Marie… » est écrit à main levée, sans doute par Guillaume Pelosy.

66Les troisième et quatrième cahiers contiennent les Vigiles des morts et le début de l’Ascension qui commence en haut du f. 51v. À plusieurs reprises dans les Vigiles, des annotations marginales signalent que « l’acteur parle » et une référence aux Distiques est signalée au f. 43r : « Mitte archana dei et filii, Catho ». Quelques annotations apparaissent également dans le mystère : « Je servis le Createur du monde et me suis promis de tout bon cuer et dy tout bon cuer » (f. 67v), « Veni esposa mea veiri amica mea » (f. 84v), et certains passages du texte sont mis en évidence par des accolades (f. 68 et 82v). Au f. 85v, le dernier de C6, le Lai en l’honneur de Notre Dame suit immédiatement l’Ascension, il n’est annoncé par aucune rubrication.

67Le septième cahier renferme la fin du Lai, une Prière à Notre Dame, l’Oraison devant le crucifix, l’Oraison et la Prière à Notre Dame de G. Alecis. La première oraison succède à la prière aux deux tiers du f. 94v et se termine au bas du f. 95r ; la deuxième oraison commence en haut du f. 95v et se termine au bas du f. 98v. La dernière prière occupe le recto du f. 99 et le verso est laissé blanc.

68Les huitième et neuvième cahiers contiennent deux Lais, le Bréviaire des Nobles, les Enseignements moraux de Christine de Pizan, un Ave et un Stabat. Les œuvres s’enchaînent sur une même page, les incipit et explicit sont rubriqués.

69Le dixième cahier contient l’Enfant sage, dont le début et la fin manquent.

70Chaque œuvre est identifiable dans le manuscrit par un titre ou un incipit et un explicit, à l’exception du Lai qui apparaît alors comme le prolongement de l’Ascension (f. 85v). Outre que cela unit étroitement les deux œuvres au sein du recueil, cela confère un statut particulier au mystère qui se voit alors doté d’un prolongement textuel non dramatique. L’Ascension, dans ce manuscrit, s’apparente davantage à une œuvre destinée à la méditation.

71L’étude codicologique de ce manuscrit révèle une certaine cohérence quant à sa composition et à son histoire. Actuellement conservé à Rodez, ce recueil semble être toujours resté aux environs de Toulouse et, par intermittence, en possession des membres d’une même famille, les Pelosi. Le lieu de copie coïncide en outre avec l’origine géographique du papier. Une seule main semble à l’origine de l’ensemble du recueil. Quant à l’évolution de la décoration, il semblerait qu’elle corresponde à deux étapes de constitution du recueil. En effet, le f. 51r mentionne la fin de la copie du livre alors que la couleur bleue apparaît au verso du même folio. Ainsi, l’évolution des éléments de décorations, aussi minime soit-elle, correspondrait à une seconde étape de copie. Le dixième cahier pose alors problème, car les éléments décoratifs de ce dernier correspondent à ceux de la première étape de copie.

72Enfin, les nombreuses annotations marginales laissent penser que ce recueil a effectivement servi de livre de méditation, elles sont également le signe d’une lecture attentive qui établit des liens entre les différentes œuvres du recueil.

L’ordonnancement des œuvres dans le recueil

73Le manuscrit 57 contient seize textes différents dont six prières à la Vierge. La plupart sont de portée morale ou édifiante. Les œuvres d’auteurs présentes dans ce recueil datent de la seconde moitié du XIVe et du début du XVe siècle. Les pièces apparaissent dans le recueil selon l’ordre suivant :

Distiques de Caton par Jean Le Fèvre (f. 1r-17v)
Dits moraux des philosophes de Guillaume de Tignonville (f. 18r-21v)
Vigiles des morts de Pierre de Nesson (f. 22r-51r)
Mystère de l’Ascension de la Vierge (f. 51v-85v)
Lai en l’honneur de Notre Dame (f. 85v-86v)
Prière à Notre Dame (f. 87r-94v)
Oraison devant le crucifix (f. 94v-95r)
Oraison à Notre Dame de Pierre de Nesson (f. 95v-98v)
Prière à Notre Dame de Guillaume Alecis (f. 99r)
Lai de Paix d’Alain Chartier (f. 100r-105r)
Lai de Vérité (f. 105r-110r)
Bréviaire des Nobles d’Alain Chartier (f. 110r-118v)
Enseignements moraux de Christine de Pizan (f. 119r-127r)
Ave sanctissima Maria (f. 127v)
Stabat mater (f. 128r)
Enfant sage (f. 129r-133v)

74L’ensemble de ces œuvres présente un certain nombre de points communs d’ordre thématique. Un premier groupement semble pouvoir être constitué autour des personnages qui apparaissent dans les Distiques de Caton, les Dits moraux des philosophes et l’Enfant sage. Ces trois œuvres proposent des aphorismes des Anciens.

75La traduction des Distiques de Caton par Jean Le Fèvre (1320-1380), auteur et traducteur d’ouvrages moraux notamment, connut un grand succès jusqu’au XVIe siècle.

76Guillaume de Tignonville traduit en prose les Dicta et gesta philosophorum avant 1402 sous le titre Dits moraux des philosophes. Il s’agit d’un recueil didactique de biographies et de paroles proférées par des philosophes et des hommes illustres. La traduction propose une adaptation abrégée de l’œuvre de départ. Elle est conservée dans plus de cinquante manuscrits et plusieurs imprimés du XVIe siècle ; cette traduction connut, elle aussi, un grand succès.

77Quant à l’Enfant sage, il s’agit d’une œuvre anonyme. C’est un dialogue entre l’Empereur et Sénèque. Ce dernier, sous les traits d’un enfant, répond aux diverses questions que lui pose l’Empereur. Il s’agit là encore d’une œuvre morale.

78La portée de ces trois œuvres est non seulement morale mais aussi didactique. Les sentences, par leur forme brève, facilitent leur mémorisation et, pour cette raison, les Distiques de Caton ont été utilisés pour l’apprentissage des langues anciennes par les néophytes. Les Dits moraux des philosophes présentent les mêmes avantages et permettent en plus l’acquisition d’un savoir historique sur la vie des Anciens. L’Enfant sage propose une réflexion proche de la morale chrétienne en mettant dans la bouche d’un enfant, aussi philosophe soit-il, des vérités relatives non seulement à la nature humaine mais également à Dieu et aux liens entre l’âme et le corps.

79À cette morale des Anciens vient s’ajouter dans le manuscrit un groupement de textes sur la morale chrétienne, plus précisément sur la conduite à tenir à l’approche de la mort et l’importance des liens familiaux qui unissent la mère à son enfant. Ces deux thèmes fusionnent dans plusieurs œuvres du recueil grâce au personnage de la Vierge.

80Les Vigiles des morts de Pierre de Nesson, originaire de la Basse-Auvergne (1383-1443), sont la paraphrase commentée des Neuf leçons extraites du Livre de Job et font partie de l’Office des morts. Dans l’Oraison à Notre Dame, également conservée dans le manuscrit 57, Pierre de Nesson rend hommage à la Vierge en montrant, à l’aide d’une argumentation empruntée au discours juridique, que Jésus ne serait pas le seul à pouvoir prétendre à cet hommage. L’auteur cherche alors à mettre sur un même pied d’égalité Jésus et Marie. En tant que mère et fils, ils ont tous deux partagé l’épreuve de la Croix, Jésus par sa crucifixion et Marie par sa présence au pied de la Croix. Par ailleurs, ils ont témoigné l’un et l’autre le même amour au seuil de la mort.

81De même l’Oraison devant le crucifix, oraison de Marie à Jésus, peut être reliée à l’Oraison à Notre Dame, oraison de Jésus à Marie. La mise en regard de ces deux textes manifeste alors pleinement la réciprocité qui unit Jésus et Marie, le fils et sa mère.

82Parmi les œuvres anonymes, la mise en page du manuscrit nous invite à établir une relation étroite entre l’Assomption et le Lai en l’honneur de Notre Dame.

83Guillaume Alecis est né sans doute au début du XVe siècle et mort en 1486. Toute son œuvre est d’inspiration morale et religieuse, notamment le Dialogue du crucifix et quelques prières à la Vierge dont une conservée dans le manuscrit 57 (f. 99r). C’est sur cette dernière œuvre que se clôt dans le recueil le groupement de textes de portée édifiante.

84Une dernière thématique, commune à plusieurs pièces, apparaît encore dans le manuscrit. Ce groupement de textes se rapproche du premier en cela qu’il s’agit également d’œuvres de portée morale et didactique. Mais ces textes, de par leur forme et leurs auteurs, mettent davantage l’accent sur les leçons proposées par les auteurs contemporains du copiste ou du commanditaire du manuscrit tout en opérant une reprise des thématiques précédentes.

85Le Bréviaire des Nobles est le texte en vers le plus répandu d’Alain Chartier (vers 1390-1430), conservé dans plus de 53 manuscrits. Il est composé selon le modèle de la prière. Noblesse y invite le lecteur à la récitation d’heures placées sous le signe des douze vertus. La leçon morale se présente alors sous une forme empruntée aux œuvres pieuses. La présence des douze vertus permet également d’établir un lien avec les deux œuvres précédentes : le Lai de Paix et le Lai de Vérité donnent, elles aussi, la parole à deux vertus divines. Nous signalons en outre que ces deux vertus font le lien entre Justice et Miséricorde dans les Procès de paradis, mis en scène dans les mystères.

86Les Enseignements moraux de Christine de Pizan (vers 1364-avant 1442) sont une œuvre didactique construite sur une série de courtes sentences destinées à son fils Jean Castel. La forme sentencieuse n’est pas sans rappeler celle des aphorismes du premier groupement de textes. Cette œuvre met également en évidence le lien qui unit la mère à son fils et rejoint en cela le deuxième groupement, en plaçant cette relation en dehors du contexte religieux qui unit Marie et Jésus.

  • 57  Nous avons déjà suggéré cette hypothèse de lecture dans « Paroles et présence de Marie dans le Mys (...)

87Ainsi, l’ensemble des œuvres appartient à une période relativement brève (quelques décennies entre les Distiques et les Enseignements moraux) et toutes ont une portée morale ou édifiante à laquelle s’ajoute une visée didactique. Par ailleurs, l’ordonnancement des œuvres dans le recueil correspond aux trois regroupements que nous avons mis en évidence, à ceci près que l’Enfant sage se trouve isolé à la fin du recueil. Cet ordre répond également à une progression chronologique qui place d’abord la morale des Anciens puis la morale chrétienne avant de se clore sur la morale dispensée par les contemporains. Enfin, la Vierge Marie est grandement mise à l’honneur dans ce recueil et le personnage semble être à la croisée des thématiques qui traversent le recueil : la réflexion sur la mort, la transmission de la sagesse et les relations parentales57.

La cohérence du manuscrit recueil 57 de Rodez

88La cohérence matérielle dans la constitution du manuscrit et la cohérence thématique des œuvres sont indéniables mais ne suffisent pas pour considérer le recueil comme un tout cohérent.

89Si l’ensemble des pièces du recueil laisse apparaître des regroupements thématiques en relation étroite avec leur ordonnance-ment dans le manuscrit, les trois dernières œuvres posent cependant problème. Pourquoi deux prières à la Vierge se trouvent-elles intercalées entre les Enseignements moraux et l’Enfant sage ?

90Ce sont les éléments matériels qui permettent de répondre à cette question. En effet, il apparaît clairement que le dixième cahier présente les mêmes caractéristiques décoratives que les deux premiers cahiers. La couleur bleue n’apparaît pas et des pieds de mouche rouges indiquent les prises de paroles de l’Empereur et de l’Enfant. D’autre part, ce texte est incomplet de son début et de sa fin, du fait notamment de l’absence du dernier feuillet du cahier. Mais il faut chercher une autre raison pour justifier l’omission du début du texte. Nous pensons que le dixième cahier a été amputé, non pas d’un seul folio, mais de trois, ce qui ramènerait sa structure à 4 + 4 feuillets et correspondrait à l’espace nécessaire pour copier le nombre de lignes manquantes.

91Si l’on revient maintenant sur la composition des cahiers, on s’aperçoit que l’irrégularité que nous avions d’abord signalée ne concerne que deux cahiers : C2 et C10. Or, en tenant compte de l’hypothèse formulée précédemment, on s’aperçoit que ces deux cahiers réunis pourraient constituer à eux deux un seul cahier d’un gabarit correspondant à celui des autres cahiers du manuscrit, soit 8 + 8. En outre, le fait de considérer C10 comme la deuxième moitié de C2 résout la question de l’ordre des trois dernières pièces : l’Enfant sage trouve alors sa place à la suite des deux premières pièces avec lesquelles il partage nombre de traits communs, tant dans sa structure que dans les personnages qu’il met en scène. Les deux prières deviennent alors les deux dernières pièces du recueil auquel elles servent de conclusion.

92Une fois C2 et C10 réunis en un seul et même cahier C2’, le recueil peut être ainsi reconstitué :

C1 : f. 1-13 (5 + 8),
    trois premiers feuillets manquants

 
Distiques de Caton

C2’ : (C2 : f. 14-21 (4 + 4)
    + C10 : f. 129-133 (3+2)
    trois feuillets manquants)

}

Dits moraux des philosophes
Enfant sage

C3 : f. 22-36 (7 + 7 (+ 1))

C4 : f. 37-52 (8 + 8)

Vigiles des morts

C5 : f. 53-68 (8 + 8)

}

Mystère / Lai Notre Dame

C6 : f. 69-85 (8 + 8 (+ 1))

Oraison / Oraison / Prière

C7 : f. 86-99 (7 + 7)

 
C8 : f. 100-113 (7 + 7)

 }

Lai de Paix / Lai de Vérité
Bréviaires des Nobles
Enseignements moraux

C9 : f. 114-128 (7 + 7 (+ 1))

Ave / Stabat

93Nous supposons que les feuillets contenant l’Enfant sage ont été reliés tardivement, peut-être au moment où le manuscrit a été doté de sa reliure moderne. Ce serait alors l’aspect incomplet du texte qui aurait empêché le relieur de le resituer correctement au sein du recueil. Il est probable qu’au moment de la copie, le cahier a été divisé en deux pour l’écriture simultanée de deux pièces dont le calibre correspondait justement à deux demi-cahiers.

  • 58  D. Smith, op. cit., p. 61.

94Le recueil ainsi reconstitué acquiert une cohérence matérielle, par rapport au gabarit de ses cahiers, doublé de la cohérence thématique mise en évidence plus haut. Il s’organise effectivement en trois temps : dans un premier temps, les œuvres morales dispensant les enseignements des auctoritates ; dans un second temps, les œuvres de dévotion et de piété consacrées à la Vierge et à Jésus ; dans un troisième temps, les œuvres morales et didactiques des contemporains. Ainsi organisé, ce recueil propose un programme de meditatio visant à l’édification personnelle et au salut, par une réflexion sur la conduite à tenir face à la mort et les relations qui unissent la mère à son enfant. Cette pratique est à replacer dans le contexte de la Devotio moderna, la méditation étant alors pratiquée hors des milieux théologiques au cours des XIVe et XVe siècles. « Du point de vue de la lecture personnelle, on distingue la méditation de la dévotion en fonction de la perspective pieuse ou religieuse conférée à des œuvres qui ne sont normalement pas associées à la pratique dévote »58. Ainsi, la réunion d’œuvres appartenant à des genres différents dans le manuscrit 57 en un livre répondant parfaitement adapté aux besoins de la méditation personnelle, les diverses annotations marginales venant par ailleurs confirmer ce statut.

95Ce travail sur la cohérence et l’usage du recueil 57 nous invite à une relecture du Mystère de l’Ascension de la Vierge. Sans remettre en cause la possible représentation de ce texte – ce qui reviendrait à nier son caractère dramatique –, nous constatons que le genre des mystères, en plein essor à la fin du Moyen Âge, trouve ici une autre fonction, jusque-là délaissée par la critique. Ce mystère, placé au cœur d’un recueil de méditation, se trouve investi d’un supplément de sens grâce à son entourage textuel. Au-delà d’une réflexion sur la mort et le salut de l’âme semble poindre notamment une réflexion sur les relations filiales, en filigrane dans l’ensemble du recueil et annoncée au début du mystère :

Mayz pour Dieu louer seullement
Qui nous commande a honnourer
Pere et mere pour demourer
Sur terre en vie longuement. (v. 51-54)

96La figure de Marie, à la fois fille et mère de Dieu, illustre alors parfaitement cette traduction du quatrième commandement qui pourrait être considéré comme le fil conducteur de l’ensemble du recueil. Fille de Dieu, Marie incarne parfaitement l’amour de l’enfant pour ses parents, du fidèle pour Dieu. Mère de Jésus, elle offre le visage d’une mère souffrante et aimante à l’égard de son fils, qui fera preuve en retour d’une attention toute particulière pour sa mère. Elle est alors un modèle de piété et de dévotion. L’exemplarité de Marie placée au centre du manuscrit rayonne sur l’ensemble du recueil, confirmant les œuvres qui précèdent dans les préceptes énoncés et l’attitude à adopter à l’approche de la mort, annonçant les leçons de bonne conduite morale qui suivent. Marie apparaît alors comme la figure par excellence de la dévotion et de la méditation contemplative pour le lecteur.

Conclusion

97Corroborant les conclusions d’autres chercheurs et notamment de D. Smith dans son étude du recueil Bigot, les différents travaux présentés ci-dessus sur des textes dramatiques mis en recueil et des recueils dits “de théâtre” nous poussent à réfuter à notre tour la pertinence du critère générique dans l’analyse et la compréhension des manuscrits et des mystères. Le cloisonnement des textes par genre, bien loin de mettre à jour la cohérence d’un recueil, la rend moins évidente, au point parfois de l’occulter. Ainsi, l’étude du codex Guelf. 9 Blankenburg démontre que l’uniformité des textes recueillis – soixante-douze mystères et une moralité – ne suffit pas à en garantir l’unité et la cohérence. Celle du manuscrit 57 de la Bibliothèque Municipale de Rodez nous révèle que l’insertion d’un texte dramatique dans un recueil se fait parfois au détriment de sa forme littéraire. L’étude d’une pièce médiévale dans son contexte manuscrit exige donc de la part du médiéviste et du mystérophile un effort tout particulier, puisqu’il s’agit d’envisager le texte en reléguant au second plan ce qui le caractérise du point de vue littéraire.

  • 59 Dans ce recueil factice : « Ci encoumence la repentance Theophilus » et « C’est la priere Theophilu (...)

98Cette démarche intellectuelle est d’autant plus nécessaire qu’elle a sans doute été celle de plusieurs copistes. Le cas du Mystère de l’Ascension de la Vierge vient d’être commenté, mais il pourrait être complété par celui du Miracle de Théophile de Rutebeuf. En effet, inséré dans le BnF, fr. 1635, ce texte a pour ainsi dire perdu toutes les marques du genre dramatique. Sans la “version longue” conservée dans le BnF, fr. 837, nous ne soupçonnerions même pas que La Repentance Theophilus et La Prière Theophilus du BnF, fr. 163559 sont des fragments d’un texte drama-tique, dont l’antériorité, implicitement supposée, peut d’ailleurs être constestée. Ces remarques doivent en tout cas contribuer à nous faire mesurer l’écart qui sépare souvent le texte joué du texte effectivement écrit ensuite sur les pages d’un manuscrit.

99Enfin, l’application de la notion de “mise en recueil” à un volume qui ne contient qu’un long mystère, en l’occurrence le mansucrit Condé 616, nous pousse à préciser notre vision de l’écriture des pièces médiévales.

100Au terme de ces pages, l’analyse d’un mystère dans un recueil ou d’un recueil de mystères ne doit pas seulement permettre une meilleure compréhension du manuscrit, mais également de la genèse et de la transmission des textes dramatiques au Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1  Pour offrir au lecteur une réflexion d’ensemble sur la question de la mise en recueil des textes dramatiques au Moyen Âge, le présent article portera sur trois manuscrits du milieu et de la fin du XVe siècle. L’analyse du codex Guelf. 9 Blankenburg et les remarques sur le ms. Condé 616 formulées par X. Leroux viennent s’associer à l’étude d’A. Mazingue sur le ms. 57 de la Bibliothèque Municipale de Rodez ; ce recueil contient un Mystère de l’Ascension de la Vierge dont elle prépare actuellement l’édition critique dans le cadre d’une thèse de 3e cycle sur les mystères de l’Assomption de la Vierge dans le théâtre médiéval.

2  Nous ne traiterons que des mystères médiévaux. Les recueils composés de farces ou d’autres textes brefs sont fréquemment des imprimés et leur produc-tion est fortement marquée par des enjeux techniques et commerciaux qui nécessitent une approche différente de la question.

3  Nous pensons en particulier au BnF, fr. 1528-1529 et au ms. 2282 de la Bibliothèque Municipale de Troyes qui contiennent respectivement le Mystère des Actes des apôtres et le Mystère de la Passion.

4  Afin d’être précis, signalons que le recueil contient soixante-treize textes, le mystère de L’Annonciation et la Visitation ayant été copié deux fois. Les versions A et B de ce texte ne se distinguent que par leur épilogue.

5  Sur ce recueil, voir Gabriella Parussa, « Le manuscrit 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris : un montage signifiant ? », dans Mouvances et jointures. Du manuscrit au texte médiéval. Actes du Colloque international organisé par le CeReS – Université de Limoges, 21-23 novembre 2002, études réunies par Milena Mikhailova, Orléans, Éditions Paradigme (Medievalia 55), 2005, p. 229-251.

6  Mystères inédits du XVe siècle, d’après le ms. unique de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, Téchener, 2 vols, 1837.

7  Les Mystères de la procession de Lille, Genève, Droz, t. 1 (TLF 535 ; pièces 1-12), 2001 ; t. 2 (TLF 554 ; pièces 13-28), 2003 ; t. 3 (TLF 569 ; pièces 29-43), 2004 ; t. 4 (TLF 588 ; pièces 44-64), 2007 ; t. 5 (pièces 65-72), à paraître. Nous citons l’édition d’Alan E. Knight pour les textes édités et le manuscrit pour les huit pièces qui paraîtront dans le cinquième et dernier tome.

8  La pertinence de ce choix nous semble discutable. Nous partageons le point de vue de G. Parussa dans le compte rendu qu’elle donne du tome 3 des Mystères de la procession de Lille dans la Revue Critique de Philologie Romane 4-5 (2003-2004), p. 108-118 (voir p. 108-109). Conformément au principe de cette revue, la réponse d’Alan E. Knight figure à la suite du compte rendu (p. 118-121).

9  MistLilleK, t. 1, p. 26.

10  Ibid., p. 26-27.

11  Ibid., p. 17. L’éditeur fonde son argumentation sur les travaux de Pamela Sheingorn: « Illustrations in the Manuscript of the Lille Plays », Research Opportunities in Renaissance Drama 30 (1988), p. 173-176.

12  Ibid., p. 27. Ces « nouveaux mystères » sont des textes qui auraient été acquis alors que le travail des copistes avait déjà commencé.

13  Ibid., p. 18.

14  Par commodité, nous abrégeons chaque partie du recueil, délimitée par nous, en P1 (f. 1r-140v), P2 (f. 141r-203r) et P3 (f. 203v-310r).

15  Sauf indication, nous conservons les noms attribués par l’éditeur à chaque mystère ; nous indiquons la place du mystère dans l’édition d’Alan E. Knight et mettons entre crochets droits sa place dans le manuscrit. Le cas échéant, nous indiquons le numéro du feuillet où commence le mystère. Par exemple, Les Tables de la Loi (12 [10] / f. 47r) signifie que ce mystère est le 12e de l’édition d’Alan E. Knight et le 10e dans le recueil.

16  Art. cit., p. 248.

17  Voir la remarque d’Alan E. Knight sur les v. 264-269 et 404-415 de ce mystère (MistLilleK, t. 3, p. 167).

18  L’analyse des titres des mystères dans le manuscrit confirme que, dans P1, leur enchaînement revêt une importance particulière. Sur l’ensemble des pièces du volume, neuf sont introduites par la formule « S’ensieult… » (e.g. « S’ensieult le mariaige de Ysaac et de Rebecca »). Le choix de cette expression par le copiste – plutôt que la tournure « Coment… » relevée 43 fois (e.g. « Conment Joseph fut vendu de ses freres ») – signale au lecteur la cohérence de l’enchaînement des deux mystères ainsi reliés. Or huit des neuf pièces introduites par « S’ensieult… » se trouvent dans P1. C’est donc dans cette partie du recueil que l’enchaînement des pièces prend aux yeux du copiste un sens spécifique. A contrario, le fait que cette expression n’apparaisse qu’une seule fois dans le reste du recueil (Le jugement de Salomon, 30 [58]) nous semble témoigner du caractère très secondaire de l’enchaînement des textes dans P2 et P3 au profit d’une cohérence synthétique plutôt que séquentielle.

19  Contrairement à ce que laisse penser le titre de l’éditeur et celui du copiste (« Coment Salomon fut couronné roy d’Israel ; et le trespas du roy David », f. 115v), David est le seul personnage principal de ce mystère. Dans une pièce qui compte 311 vers, déduction faite du prologue et de l’épilogue, Salomon dit moins de onze vers et seulement quatre répliques ; le roi David dit un peu moins d’une centaine d’octosyllabes. Nous n’incluons donc pas Salomon dans la liste des personnages susceptibles d’être au centre d’un groupement de textes.

20  Au sein de ce groupement de pièces, l’antéposition des Tables de la Loi, en dépit de la chronologie biblique, peut s’expliquer. Alors que les dix commande-ments ne sont énumérés par Moïse qu’à la fin du mystère (v. 508-540), le texte insiste particulièrement sur le respect du septième jour consacré à Dieu (v. 146-165 et 473-476). Or, c’est justement ce commandement qu’illustre La manne du ciel (voir notamment les v. 363-377). N’est-il pas naturel que, dans le recueil, le rappel d’un commandement précède la mise en scène de sa transgression et son commentaire (voir l’épilogue de La manne du ciel) ? Par ailleurs, dans Les Tables de la Loi, les paroles de Dieu, aux v. 370-383, résonnent comme un envoi, une invitation au départ (« Va en la terre que jadis… », v. 377 ; « Maine y ton peuple… », v. 378), comme si, en dépit de l’histoire biblique, cet épisode marquait véritablement le début de l’exode du peuple élu. à l’inverse, les intro-ductions in medias res des deux autres mystères, La manne du ciel et La victoire sur Amalek, mettent en scène le peuple élu déjà entré dans le désert. C’est donc au détriment du respect rigoureux de leur source biblique que l’enchaînement des trois mystères recompose pour le lecteur une trame narrative cohérente et sans doute plus à même d’illustrer le message chrétien que le fatiste y a placé ou que le maître d’œuvre du recueil y a trouvé.

21  Soit Gédéon, Booz, Judas Maccabée, Esther et Judith.

22  Soit Abraham, Ysaac, Jacob, Joseph, Moïse, Saül et David auxquels il convient d’ajouter Adam et ève qui n’apparaissent que dans un texte mais que leur faute originelle rend incontournables.

23  Au début du texte manque une lettrine.

24  Ms. : exellence ; nous corrigeons pour le sens et la rime.

25  Voir l’introduction d’Alan E. Knight (MistLilleK, t. 1, p. 31-48).

26  Le mot est à comprendre dans un sens érotique.

27  Charles Mazouer, Le Théâtre français du Moyen Âge, Paris, Sedes, 1998, p. 242.

28  D’ailleurs, nous avons fait remarquer précédemment qu’il ne fallait sans doute y rechercher aucune espèce de cohérence chronologique.

29  Nous relevons les passages qui indiquent expressément que la matière narrative du texte dramatique a fait l’objet d’un choix particulier : L’enlèvement d’élie au ciel (34 [50] / f. 203v) : texte sans prologue ni épilogue ; Héliodore et le trésor du temple (42 [51] / f. 207v) : Ø ; Darius et les trois jouvenciaux (43 [52] / f. 212r) : « Une ystoir voulons remoustrer, / prinse… » (v. 1-2) ; Suzanne (38 [53] / f. 215v : « En l’Anchien Testament trouvons / - ainsy que estudïé l’avons » (v. 1-2) – « Che hault et notable mistere, / que prins avons… » (v. 659-660) ; L’histoire de Tobie (37 [54] / f. 221v) : « Eslute avons une matere » (v. 1) – « Cela voulons nous remoustrer » (v. 42) ; La guérison de Naamân (35 [55] / f. 227v) : « Une ystoire vollons moustrer, / comme j’ay oÿ recorder » (v. 1-2) ; La vigne de Naboth (32 [56] / f. 230v) : « en l’onneur de Dieu avons pris / une exemple que avons trouvé / a l’aïde de nos amis » (v. 8-10) ; L’histoire d’Eufrosine (70 [57] / f. 234v) : « En la vie des anchiens peres / […] / avons pris nostre election / de matere… » (f. 234va) ; Le jugement de Salomon (30 [58] / f. 242r) : « avons prins partie petitte / d’icelle » (v. 21-23) ; La mort du roi Achab (33 [59] / f. 245v) : « Une histoirë avons quis et trouvé / dedens la Bible… » (v. 1-2) ; La prise de l’arche par les Philistins (17 [60] / f. 251r) : « bon voloir nous a incité / de avoir la Bible visité, / ou, par lire et considerer, / une ystoire y avons trouvé » (v. 7-10) ; élie et les prophètes de Baal (31 [61] / f. 254v) : Ø ; Moralité de l’Assomption (72 [62] / f. 259r) : « une histoire remoustrer en voulrons » (f. 259ra) ; Le siège de Samarie (36 [63] / f. 265v) : « De fait l’un de leur conmis / a la Bible visité, / en pluisseurs pas regardé ; / sy a leüt et trouvé / beaucop d’istoires de pris. / En fin sy s’est aresté / a une bien a son gré / que les dessusdits ont pris. » (v. 17-24) ; Le miracle de l’abbesse grosse (71 [64] / f. 271r) : « entre lesquelz nous avons pris / ung miracle de bien hault pris » (f. 271va) – « d’autres grans fais comme lisons / par escript ou trouvé l’avons » (f. 277rb) ; L’Annonciation et la Visitation (version A ; 45 [65] / f. 277v) : Ø ; La destruction de la cité de Aï (13 [66] / f. 280v) : « veullans une histoire moustrer » (v. 5) ; Actilius Regulus (66 [67] / f. 285v) : Ø ; Le viol d’Orgia (67 [68] / f. 290r) : Ø ; Le juge d’Athènes (68 [69] / f. 293r) : Ø ; Octavien et sibylle (69 [70] / f. 297r) : « par ung exemple que trouvé / avons es histoires de Romme » (f. 297rb) ; Mucius Sevola (65 [71] / f. 299v) : « ung preeslu nous en avons / entre aultres » (f. 300ra) ; L’Annonciation et la Visitation (version B ; 45 [72] / f. 303r) : Ø ; Josué au secours de Gabaôn (14 [73] / f. 306r) : Ø.

30  On pourra comparer cette formule, dans sa fonction rhétorique, avec le prologue d’une autre pièce traitant d’un sujet similaire, Le viol de Dina (7 [7]).

31  La naissance de Jean-Baptiste (44 [36]), Le baptême de Jésus (46 [37]) et La décollation de Jean-Baptiste (50 [38]).

32  Suivant l’ordre biblique, Alan E. Knight place L’arrestation de Pierre (64 [48]) à la fin des textes du Nouveau Testament ; cette conclusion est sans doute moins édifiante et enthousiasmante pour le lecteur que L’Ascension (61 [49]).

33  MistLilleK, t. 1, p. 273.

34  Le lien qui unit ces deux textes peut être confirmé par l’emploi, dans le manuscrit, de la formule « S’ensieult… » au début du titre donné par le copiste à L’échelle de Jacob, formule dont l’emploi a fait plus haut l’objet d’une remarque.

35  Soit Joseph vendu par ses frères (8 [8]) et Joseph et la provision des blés (9 [9]). Notons que le titre du second mystère est encore introduit, dans le manuscrit, par la formule « S’ensieult… ».

36  MistLilleK, t. 1, p. 329.

37  Nous citons d’après le manuscrit cet extrait qui correspond aux v. 17-24 de l’édition d’Alan E. Knight. Quoique cette remarque demeure présentement sans conséquence, signalons qu’Alan E. Knight corrige le dernier vers cité en « ceste ystoire ycy [par] devant » (v. 24). La prononciation d’un e final devant un mot à initiale vocale est cependant bien attestée dans le théâtre médiéval. Ceci nous dispense donc de corriger le texte (cf. Les Tables de la Loi, 12 [10], v. 567, où la même prononciation est requise dans un passage également attribuable au copiste, voir infra n. 37). Par ailleurs, afin de rectifier la versification du prologue et d’obtenir un huitain sur le schéma ababbcbc, Alan E. Knight suppose l’omission de deux octosyllabes après le quatrième vers cité. Le prologue est en effet composé d’une succession de huitains de ce type, mais leur enchaînement n’est pas régulièrement assuré par la répétition d’une même rime d’un huitain au suivant. De notre point de vue, le passage doit être conservé en l’état. Nous constatons tout d’abord qu’il est syntaxiquement correct. En outre, si ces vers introduisent une irrégularité dans la structure rimique du prologue, ils demeurent suffisants, puisqu’on obtient le schéma suivant : …ababbcbc–dede(ef)–fefeefef… ; aucun vers n’est laissé sans rime. A contrario, au début du même prologue, l’omission des deux vers relevée par Alan E. Knight est double-ment vérifiée par l’incohérence syntaxique et rimique du passage, puisqu’« il n’y a pas de verbe pour le sujet Joseph » (MistLilleK, t. 1, p. 473) et que le système rimique est incomplet. On obtient le schéma suivant : abab–cd–efeffgfg…

38  L’irrégularité rimique mais non syntaxique du passage en question (voir la note précédente) nous semble être la marque de l’intervention du copiste plutôt que de sa négligence. En d’autres endroits, l’emploi du verbe lire peut également signaler un remaniement du texte par le copiste (e.g. Les Tables de la Loi, 12 [10], v. 567). Notons enfin que l’ajout ou la correction d’un prologue lors de la copie d’un mystère dans un volume est une pratique constatée dans d’autres manuscrits (voir notamment notre article : « Les remaniements dans quelques pièces du ms. 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève », dans Moult belle œuvre faicte. Études sur le théâtre médiéval offertes à Graham A. Runnalls, Denis Hüe, Mario Longtin et Lynette Muir (éds), Orléans, Paradigme, 2005, p. 313-340).

39  Le Cycle de Mystères des Premiers Martyrs du manuscrit 1131 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Graham A. Runnalls (éd.), Droz (TLF 223), Genève, 1976.

40  Voir justement, dans L’Annonciation et la Visitation, l’intervention du prologue aux v. 122-142.

41  Le Mystère de la Conception (Chantilly, ms. Condé 616), éd. critique par Xavier Leroux, thèse pour le doctorat, Université de Paris IV-Sorbonne, 2003.

42  Voir, dans le présent volume, « Cohérence et éclatement : réflexion sur les recueils littéraires du Moyen Âge », p. 36-38.

43  Le mot mistere est fréquemment employé au Moyen Âge pour désigner une pièce théâtrale dont la définition précise reste bien délicate à établir tant elle échappe aux catégories que nous avons héritées du théâtre classique. Il peut également désigner, dans un sens religieux, un dogme inaccessible à la raison, comme le mystère de l’Incarnation ou celui de l’Immaculée Conception, qui n’est devenu un article de foi qu’en 1854. Ainsi les expressions relevées dans le texte liminaire sont-elles susceptibles, avec une ambiguïté particulièrement riche de sens pour la critique littéraire, de désigner tout à la fois la pièce dramatique et le dogme qu’elle met en scène. Dans le cas présent, l’emploi de l’expression « par parsonages » nous garantit que le terme est d’abord employé dans son acception théâtrale, comme le constate Graham A. Runnalls : « the item which appears most often of all […] is par personnages or a personnages. This is really the key expression which distinguishes dramatic from non-dramatic literature. » (« When is a ‘mystère’ not a ‘mystère’? Titles and Genres in Medieval French Religious Drama », Tréteaux 2 (1980), p. 23-28, à la p. 26).

44  = “notre mystère”, le déterminant possessif noz est une forme picarde.

45  La deuxième journée de la Conception ne met en scène aucun mystère, au sens théologique du terme ; elle est ainsi rattachée, du point de vue dramatique, à la journée précédente. On ne s’étonnera pas que le copiste écrive à la fin de cette première journée : « La fin de la sainte conception / Nostre Dame et de sa sainte / nativité par parsonnagez » (f. 83r). Cette note indique la fin de la mise en scène des événements qui constituent le cœur de la première journée, et non la fin du mystère, cette fois au sens théâtral du terme ; le copiste se garde bien d’ailleurs d’utiliser ici le mot mistere.

46  Le Procès de paradis est un passage presque obligé dans un mystère qui met en scène la vie du Christ. Dieu le Père assiste au débat qui oppose Justice et Verité à Paix et Misericorde autour de la question du rachat de l’« humain lignage ». Au terme de ce « procés », Dieu le Père prend la décision d’envoyer son Fils.

47  Le manuscrit est formé de 20 cahiers : la première journée a été copiée sur les cahiers a, b, c, d, e, f et g ; la deuxième sur les cahiers h, j, l, m, n, o, p, q et r ; la troisième sur les cahiers s, t, v et x.

48  Cette pratique est constatée dans plusieurs recueils médiévaux.

49  Plusieurs mystérophiles seraient sans doute très heureux de voir dans cet exemple la possibilité de préciser, en les opposant, les sens des mots jeu et mistere. Mais plusieurs autres occurrences de ces termes dans la Conception en font de parfaits synonymes : « Au plesir Dieu de paradiz, / bel mistere ycy vous voyrrés / et cilence vous nous donrez / affin que le jeu se parface. / Joachin, premier, vous voyrrés en place, / le quel comance nostre jeu. / Joachin, sa, de par Dieu, / comancéz nostre saint mistere ! » (v. 35-42 ; extrait du prologue de la première journée).

50  À ce sujet, nous tenons à signaler l’étude du recueil Bigot (BnF, fr. 1707 et 15080) réalisée par Darwin Smith dans son introduction à l’édition de Maistre Pierre Pathelin, laquelle nous paraît exemplaire (cf. D. Smith, Maistre Pierre Pathelin. Le Miroir d’Orgueil, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2002, p. 37-161).

51  Nous pensons notamment à l’édition d’Alain Collet des Vigiles des morts, Paris, Champion (CFMA 141), 2002, qui exclut le manuscrit de Rodez.

52  Ce mystère long de 1727 vers relate les derniers instants de la Vierge, de la visite de l’ange Gabriel à l’Assomption en corps et en âme de Marie. En l’état actuel de nos recherches, nous n’avons trouvé aucune trace de représentation de ce mystère.

53  Nous empruntons ce terme à G. Parussa, art. cit., p. 229.

54  B. Lunet, « édition du Mystère de l’Ascension de la Vierge », dans Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, t. 4, p. 300-373, 1842-1843.

55  Briquet, Les Filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier (1282-1600), 1907, Reprints Amsterdam, 4 vols.

56  Ces deux ex-libris apparaissent au f. 17v, celui de Guillaume Pelosy au f. 21v et la marque de copie au f. 51r.

57  Nous avons déjà suggéré cette hypothèse de lecture dans « Paroles et présence de Marie dans le Mystère de l’Assomption de la Vierge de Rodez », European Medieval Drama 8 (2004), p. 173-183.

58  D. Smith, op. cit., p. 61.

59 Dans ce recueil factice : « Ci encoumence la repentance Theophilus » et « C’est la priere Theophilus » (Edmond Faral et Julia Bastin, Œuvres complètes de Rutebeuf, t. II, Paris, Picard, 1977, p. 194-199 pour les passages en question et p. 194 et 196 pour les citations).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Mazingue et Xavier Leroux, « Des textes dramatiques mis en recueil et des recueils dits “de théâtre” », Babel, 16 | 2007, 253-292.

Référence électronique

Aurélie Mazingue et Xavier Leroux, « Des textes dramatiques mis en recueil et des recueils dits “de théâtre” », Babel [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/babel.710

Haut de page

Auteurs

Aurélie Mazingue

Université de Reims-Champagne-Ardenne

Xavier Leroux

Université du Sud Toulon-Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org