Navigation – Plan du site

Déconstruction et recomposition de La Belle Dame sans mercy dans le ms. Regina Latina 1363

Nathalie Urdékian-Gassier
p. 209-238

Résumé

Le Ms Reg.Lat.1363 constitue un témoignage vivant de la tradition de La Belle Dame sans mercy, poème écrit par Alain Chartier en 1424. Mais sa composition détruit la logique littéraire du cycle et propose une recomposition signifiante dont la clé de voûte est la disparition de la dame au profit du sort de l’amant. L’originalité de ce manuscrit réside dans le fait que l’absence de la dame est un hommage, le codex en est son cénotaphe. Si la dame a disparu de la narration, elle reste toutefois un formidable sujet d’inspiration, en témoignent les huit pièces, preuves d’une régénération de la tradition. La « mort narrative » de la dame est ce qui redonne vie au « motif » de la dame d’Alain Chartier en le libérant de certains carcans conventionnels de la tradition.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Arthur Piaget les a dénombrés et répertoriés dans sa série d’articles intitulée « La Belle dame sa (...)
  • 2  Sur cette répartition, lire les propos de David F. Hult et Joan E. McRae, dans l’introduction de l (...)
  • 3  Ibid., p. XXXIII.
  • 4  Ibid., p. XXXV.
  • 5  Daniel Poirion, Précis de littérature française du Moyen Âge, Paris, PUF, 1983, p. 282.
  • 6  Ibid., p. 208.
  • 7  Ibid., p. 281.

1En 1424, Alain Chartier écrit un poème intitulé La Belle Dame sans mercy, qui va donner naissance à une longue série de textes s’en inspirant1. Ceux-ci ont ensuite été répartis tantôt dans ce que l’on a nommé “le cycle” de La Belle Dame sans mercy, tantôt dans ses “imitations”2. Ils s’inscrivent dans une tradition : la toile de fond des œuvres des troubadours et des trouvères du XIIIe siècle, chez qui la femme aimée est la plus belle, la meilleure ; toutefois, sans mercy, indifférente, elle résiste aux requêtes d’amoureux éperdus et prêts à tout pour la servir. « Puisque la dame est dans une position de pouvoir, souvent de ce fait assimilée au seigneur du poète-chevalier, elle peut le repousser si elle veut, entraînant par là le décès de l’amant. »3 Le genre du débat, du jugement d’amour voit alors le jour, genre dans lequel le langage courtois, la situation de l’amant et la personnalité de la dame constituent des éléments-clés que reprendront le Roman de la Rose et toute la tradition du dit. Ainsi, « tributaire de toutes ces traditions »4, hanté par l’image insensible d’une belle dame pour qui il se meurt d’amour, Alain Chartier offre un texte qui fait entendre trois voix : celle du narrateur, celle de la dame et celle de l’amant. Cette œuvre exalte le double thème de l’amant martyr et de la dame cruelle, de sorte que « la dame n’est plus une déesse inaccessible. On la voit comme une femme froide et prudente à la dialectique sans défaut. L’image de la belle dame sans mercy hante cette poésie prenant la valeur d’un mythe. »5 Ainsi le poème d’Alain Chartier va-t-il bouleverser les habitudes sociales et littéraires de son époque, alors dominée par deux cadres, l’un courtois, l’autre juridique. Le cadre courtois, ou amoureux, se caractérise par la glorification et l’idéalisation de la femme aimée, le service rendu à la dame, la double attitude de peur et de fascination de la part de l’amant, de « culpabilisation et [d’]exaltation du désir »6. Le cadre juridique, quant à lui, concerne les jugements, les procès, les révisions de procès qui marquent cette époque. Quant au cadre juridique qui concerne les jugements, les procès et les révisions de procès, il est désormais marqué par un langage qui « se met à traduire toutes les formes de la sensibilité et, en premier lieu, l’amour. Parler d’amour devient un plaidoyer, joute oratoire qui détrône les joutes guerrières […]. L’image du tournoi demeure […] dans la poésie amoureuse de l’époque. »7

  • 8  A. Piaget, La Belle dame sans mercy et les poésies lyriques d’Alain Chartier, Genève, Droz (TLF 1) (...)
  • 9  A. Piaget, Romania 20 (1891), p. 417-454.
  • 10  Ibid., p. 422.
  • 11  Jacqueline Cerquiglini-Toulet, La Couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au XVIe si (...)

2Or, dans le poème d’Alain Chartier, le cadre juridique sert la dénonciation et la condamnation de la cruauté des dames ; le code courtois se voit alors renversé. « Pour comprendre l’espèce d’émotion que souleva le petit poème de Chartier […], il faut faire intervenir ici une association poétique et amoureuse, plus amoureuse que poétique, créée en 1400 et qui existait encore, d’une vie un peu diminuée, en 1424 : la Cour Amoureuse dite de Charles VI. Imaginée par Pierre de Hauteville, échanson du roi, qui s’intitulait Prince d’Amours, cette cour avait été fondée pour la glorification du sexe féminin. »8 Dans son article intitulé « La Cour Amoureuse dite de Charles VI »9, A. Piaget rappelle les explications fournies par Emmanuel-Joseph de Turck qui, dans son Inventaire des Archives de l’ordre de la Toison d’or, revient sur cette fameuse cour, « fondée sur l’humilité et la fidélité ou probité, et instituée à l’honneur des dames »10. A. Piaget replace cette « cour amoureuse » dans son contexte, c’est-à-dire d’une part le succès du Roman de la Rose, cet « art de decepvoir les femmes », qui avait inspiré de nombreux poèmes se plaisant à éreinter les dames, et d’autre part la fondation, un an auparavant, de l’ordre de l’Escu vert à la dame blanche par treize chevaliers soucieux de défendre et de réhabiliter les femmes injustement vilipendées. A contrario, deux qualités principales, intimement liées, étaient requises pour intégrer la cour amoureuse et ne pas en être exclu : glorifier la femme et honorer la poésie. « La Cour d’Amour, en fait, est un jeu de rôles, dont le principe est d’acquérir de la louange, de la renommée. […] Une théorie de l’amour […] sous-tend cette institution ; elle relève de la morale courtoise qu’[avaient] énoncée et magnifiée la poésie lyrique des troubadours et le roman du XIIème siècle. [… ] Par l’amour d’une dame et d’une seule – “pour l’amour d’une” est la formule consacrée –, on honore toutes les femmes. Nul ne peut donc valoir, avoir du prix, s’il n’aime. […] Partant, dire que l’on aime, c’est affirmer son mérite. »11 L’on comprend donc mieux à quel point le poème d’Alain Chartier se terminant sur un vers éponyme du texte a pu défrayer la chronique et entraîner, dans les cercles proches de la Cour Amoureuse, de vives attaques contre son auteur. Celles-ci prirent l’aspect d’un procès intenté à Chartier devant la cour des dames. Accusé d’avoir écrit un « libelle diffamatoire », selon l’expression même de la Charte de fondation de la Cour Amoureuse, le poète fut chassé de toutes les assemblées des dames.

  • 12  D. Poirion, « Lectures de la Belle Dame sans Mercy », dans Mélanges de langue et de littérature mé (...)
  • 13  A. Piaget, op. cit., p. XII-XIII.
  • 14  L’Amant rendu Cordelier est le titre communément admis pour ce texte que nous reprendrons par cons (...)
  • 15  Poème attribué à Pierre de Hauteville et édité par R.-M. Bidler, Le Moyen Français, « Inedita & Ra (...)
  • 16  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 424.
  • 17  R.-M. Bidler, avec La Complainte de l’Amant trespassé de deuil, Le Moyen Français 18 (1986).

3Dans cette conjoncture, la pièce d’Alain Chartier a donc réellement donné naissance à une querelle que l’on peut ériger au statut de tradition littéraire, et ce pour deux raisons principales. La première, c’est que cette querelle de La Belle Dame sans mercy a un rapport avec celle du Roman de la Rose, « puisqu’il s’agit, dans les deux cas, de définir la condition féminine par rapport à l’amour courtois. »12 La seconde réside dans le fait que La Belle Dame sans mercy sera le point de départ d’une longue série de suites et d’imitations. Ainsi, pour ne citer que les titres dignes de l’être, selon Arthur Piaget13, paraîtront dans ce climat judicaire : Les Accusations contre la Belle Dame sans merci (aussi intitulé dans les manuscrits Le Jugement ou Le Procès de la Belle Dame sans merci et publié sous le titre Le Parlement d’Amour) composé par Baudet Herenc ; La Dame loyale en Amour ; La Cruelle femme en Amour et L’Hôpital d’Amour d’Achille Caulier ; La Belle Dame qui eut mercy, poème attribué à Oton de Grandson ; Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans merci ; Le Jugement du povre triste amant banny ; le Débat de la dame et de l’écuyer ; L’Amant rendu Cordelier14. On peut ajouter à cette liste La Confession et le Testament de l’amant trespassé de dueil15, poème « assez curieux et non sans intérêt »16, qu’Arthur Piaget rattache au Parlement d’Amour, à la Dame leale, à La Cruelle femme, au Jugement du povre triste amant banny et à L’Amant rendu Cordelier. En effet, ce poème s’achève par un Inventaire des biens demourez du decez de l’amant trespassé de deuil17 dans la bibliothèque duquel figurent quelques-uns des ouvrages cités précédemment.

4Le manuscrit Regina Latina 1363 contient huit pièces, dont 6 parmi les textes importants que l’on vient d’énoncer ; ce codex s’affirme ainsi d’emblée comme un témoignage particulièrement vivant de cette tradition de La Belle Dame sans mercy. Mais l’on constate très vite que l’ordre des textes dans le manuscrit n’est pas chronologique, eu égard non pas tant à la dimension temporelle du terme (la datation des œuvres littéraires de cette époque étant particulièrement délicate et nécessitant la plus grande prudence) qu’à l’aspect logique de l’enchaînement des textes. En effet, les continuateurs et imitateurs de La Belle Dame sans mercy suivent un fil d’Ariane qui les conduit à écrire un texte en forme de réponse au précédent.

  • 18  A. Piaget, op. cit., p. XIII.

5Dans toutes ces œuvres qui développent la tradition de La Belle Dame sans mercy, on retrouve deux types de discours : « chez certains [poètes], l’amant éconduit se répan[d] en complaintes, en lamentations et en invectives contre la cruauté de sa dame et contre Amour ; chez d’autres […], l’amoureux désespéré [vient] porter ses griefs devant le dieu d’Amour lui-même, d’où toute la série de jugements, procès, révisions de procès, qui aboutira aux Arrêts d’Amour de Martial d’Auvergne. »18 Dans la seconde configuration, il n’y a que deux issues : soit la dame est acquittée, soit elle est condamnée. Les suites et imitations de La Belle Dame sans mercy vont alterner ces deux « décisions de justice » : dans Le Parlement d’Amour, la dame est condamnée ; dans La Dame loyale en Amour, elle est acquittée ; dans La Cruelle femme en Amour, elle est même condamnée à la noyade. Cette sentence sera confirmée dans Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans merci, où les héritiers de la dame demandent la révision du procès et la réforme du jugement pour tenter de la réhabiliter. Mais, après délibération, la cour décide que la dame a subi un juste châtiment et qu’en conséquence le jugement ne sera pas modifié. Puis vient Le Jugement du povre triste amant banny, qui inspire (logiquement, oserions-nous dire) Les Erreurs du jugement de l’amant banny et surtout L’Amant rendu Cordelier a l’Observance d’Amours. Autant de poèmes que l’on retrouve en toile de fond dans La Complainte de l’amant trespassé de deuil, La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil et L’Inventaire des biens demourez du decez de l’amant trespassé de deuil qui signent, après celle de la dame, la mort de l’amant. Or, le manuscrit Regina Latina 1363 ne propose pas un ordre de lecture conforme à cet enchaînement littéraire ; il faut donc chercher ailleurs la logique et la cohérence de cette composition qui déconstruit la tradition pour la recomposer de manière signifiante. Pourquoi détruire la logique d’un cycle ? Pourquoi bouleverser les schémas de lecture proposés par les continuations successives qui s’éclairaient les unes les autres ? Qu’est-ce qui est mis en lumière au-delà des liens manifestes et évidents entre ces textes ? Les tentatives de réponses nous conduirons à nous interroger, au-delà de la recomposition, de l’établissement d’un autre ordre, sur le choix de ces huit pièces dont les particularités font du manuscrit Regina Latina 1363 un véritable messager en forme de cénotaphe.

Étude historique et codicologique du ms. Regina Latina 1363

6Il s’agit d’un manuscrit pour la composition duquel le plus grand soin semble avoir été porté : il ne propose que deux strophes par folio, l’écriture est particulièrement soignée. Cette clarté de la mise en page et de l’écriture semble illustrer une volonté manifeste de rendre le texte plus lisible, plus clair, au sens propre et au figuré. Après consultation du manuscrit à la Bibliothèque du Vatican, voici les informations d’ordre codicologique que nous avons pu relever :

  • 19  Dans Notices des manuscrits français et provençaux de Rome antérieurs au XVIème siècle, dans Notic (...)

7Regina Latina 1363, parchemin, XVe siècle, 249 f., 4 feuillets de garde au début qui forment un binion, sur le verso du premier folio on lit « 1363 Reg », sur le recto du deuxième folio apparaît un sommaire19 écrit à l’encre dorée :

Le contenu en ce livre :
La Complainte de l’amant trespassé de deuil
La Confession et Testament de l’amant
L’Inventaire des biens de l’amant trespassé
Le Débat d’une damoyselle et d’une bourgeoise
L’amoureux rendu Cordelier de l’observance d’amours
Le Jugement du pauvre amoureux banny
Les Erreurs du jugement de l’amoureux banny
Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy

8Quatre feuillets de garde à la fin, dont les trois premiers sont vierges, et sur le recto du quatrième, une signature à l’encre dorée : « Duhamel S. », et les mots suivants à l’encre brunie : « A moy donné par monseigneur Cleutin seigneur de ville Parisis et Doyan de Bayeulx ».

9Dimension des feuillets : 204 mm x 140 mm ; justification : 132 mm x 80 / 88 mm (f. 106-110 et 136-164v) et 138 mm x 80 mm (f. 110v-135v ; « L’amant » mentionné quand celui-ci prend la parole). Précisons toutefois que la largeur est assez variable dans la mesure où le scribe dépasse régulièrement la ligne verticale tracée pour finir les vers.

1019 lignes horizontales et 2 lignes verticales forment un quadrilatère. On ne voit ni petits trous ni points dessinés. Nombre de lignes : pour la pièce 5 : 16 / 18 lignes par folio selon la présence des noms des interlocuteurs (« L’amant » / Damp Prieur pour la pièce 5 par exemple), 1 colonne par folio ; pour les autres textes du manuscrit : de 3 lignes (titre uniquement) à 18.

11La foliotation est la même pour tous les feuillets : dans la marge supérieure droite du recto, parfois au-dessus, au-dessous ou encore sur la première ligne horizontale tracée, toujours en chiffres arabes.

1232 cahiers dont 30 quaternions, 1 ternion et 1 binion (21e cahier), de sorte que la pièce 5 occupe uniquement des cahiers complets ; en effet, le texte de L’Amant rendu Cordelier commence avec le début du 14e quaternion, le titre se trouvant seul au f. 105v, et s’achève ainsi sur le dernier feuillet du binion. Le ternion, quant à lui, constitue le dernier cahier. La réclame apparaît à chaque fin de cahier.

13Le texte est écrit à l’encre noire. On rencontre des pieds de mouche, alternativement rouges et bleus (alternance parfois irrégulière), devant le premier vers du titre, mais aussi devant le premier vers de chaque strophe (excepté la première strophe et au f. 113), devant le nom des personnages ou encore devant la première lettre de la réclame (excepté l’oubli pour la réclame f. 144v). La première lettre de chaque vers est rehaussée de jaune, tout comme la première lettre des noms des interlocuteurs.

14La première lettre de chacun des huit textes du manuscrit est une lettrine dorée, encadrée de rouge, dont les interstices sont colorés en bleu. Chacune de ces lettrines est ornée d’une même frise représentant des ramages avec une fleur à chaque extrémité (deux rouges et une bleue) ; sur chaque ramage figurent des oiseaux dorés plus ou moins bien représentés. La frise occupe horizontalement et verticalement l’équiva-lent d’une moitié de vers. Elle est en adéquation avec l’ensemble des textes du codex dans la mesure où cette frise renvoie à la thématique sentimentale de l’amour courtois qui est centrale dans chaque poème. Par ailleurs, elle symbolise le décor champêtre qui est celui du locus amoenus de la première strophe des pièces 5, 6 et 7.

15L’écriture est gothique, soignée, régulière et nette ; le manuscrit semble avoir été écrit d’une seule main, aucun changement notoire n’est à relever.

16La reliure est en maroquin fauve et sur la tranche apparaît la mention « Reg 1363 », ainsi que les armes du Pape Léon XIII.

  • 20  Les pièces 1 et 3 ont été éditées par R.-M. Bidler, Le Moyen français 18 (1986), qui, en revanche, (...)
  • 21 A. de Montaiglon a édité ce texte dans son Recueil de poésies françoises des XVe et XVIe siècles, t (...)
  • 22  Nous avons édité cette cinquième pièce dans le cadre d’une thèse pour le doctorat intitulée « L’Am (...)
  • 23  Dans la marge supérieure centrale du f. 209r, avant le premier vers, apparaît le titre qui semble (...)
  • 24  Dans la marge inférieure du f. 249v, l’on peut lire ceci (là encore, écriture plus petite et encre (...)

Contenu du manuscrit : 8 pièces :

1) f. 1r-9r : La Complainte de l’amant trespassé de deuil

Incipit :

« O triste mort felonne et oultrageuse »

Explicit :

 

 

 

« Cy fine la Complainte de l’amant
Trespassé de dueil qui fist paravant
son testament en la maniere
qui s’ensuit »

2) f. 9v-63v : La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil

Incipit :

« Le povre amant en amours maleureux »

Explicit :

 

« Cy fine la Confession et le Testament
de l’amant trespassé de deuil »

Bas du f. 63v :

 

 

« Cy aprés commence l’Inventaire des
biens demourez du decés de l’amant
trespassé de dueil »

3) f. 64r-84v : L’Inventaire des biens de l’amant trespassé de deuil

Incipit :

« Aprés ce doloreux trespas » 

Explicit :

 

 

 

 

« Cy fine l’Inventaire des biens
demourez du decés de l’amant trespassé
de dueil
S’ensuit le Débat d’une damoiselle
et d’une bourgoise »20

4) f. 85r-105r : Le Débat d’une demoiselle et d’une bourgeoise

Incipit :

« Ung jour de may trouble et pluvieux »

Explicit :

 

« Cy fine le Débat de la damoiselle
et de la bourgoise »21

5) f. 105v-164v : L’Amoureux rendu Cordelier de l’Observance d’Amours

Incipit :

 

 

« Cy commence le livre de L’Amoureux
rendu Cordelier de l’Observance
d’Amours »

f. 106r :

« Au son d’un batouer cliquant »

Explicit :

 

 

 

 

« Cy fine le livre de L’Amoureux
rendu Cordelier de l’Observance
d’Amours
Cy aprés commence le Jugement
du povre amoureux banny »22

6) f. 165r-208v : Le Jugement du pauvre amoureux banny

Incipit :

« Entre chien et leu sur le tart »

Explicit : 

« Cy fine le Jugement du povre amoureux banni »

7) f. 209r-216v : Les Erreurs du jugement de l’amant banny

Incipit :

« Au sault d’un bain a paveillon »23

Explicit :

 

 

« Cy finent les Erreursdu
jugement de l’amant banny
Cy commencent les Erreurs du jugement
de la belle dame sans mercy »

8) f. 217r-249v : Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy

Incipit :

« Non pas pour la court corriger »

Explicit :

« Car l’en ferma le parlement »24

  • 25  D’après les informations fournies par La France Pontificale (Gallia Christiana), histoire chronolo (...)

17Il n’y a aucun colophon ni aucune souscription. Les mentions historiques dont nous disposons sont les suivantes : nous savons que le manuscrit date de la première moitié du XVe siècle. La signature et la dédicace figurant à la fin du manuscrit nous apprennent que le manuscrit a appartenu, au XVIe siècle, à Charles Ier Clutin (dit aussi Cleutin), fils de Pierre Clutin (conseiller au Parlement de Paris en 1516, puis président aux enquêtes du Parlement, mort le 16 Juillet 1533). Après que Sébastien de l’Aubépine eut démissionné en sa faveur, Charles Clutin prit en 1547 possession du doyenné de Bayeux, mais une maladie le força bientôt à léguer ce bénéfice à son neveu qu’une attaque d’apoplexie enleva. François Ier permit alors à Charles de percevoir les revenus jusqu’à sa mort survenue en 155125. C’est Charles Clutin qui donna le manuscrit à celui qui a signé du nom de Duhamel sur la page de garde finale. Grâce à la signature G. 24 qui apparaît sur le recto de la deuxième feuille de garde au début du manuscrit, nous savons que le manuscrit a ensuite fait partie de la collection de Paul Pétau (1568-1614), conseiller au Parlement de Paris dès 1588, puis de son fils Alexandre (mort en 1672), collection dont la Reine Christine, reine de Suède (1626-1689), fit l’acquisition en 1650, semble-t-il. En 1690, un an après sa mort, le manuscrit entra au Vatican.

  • 26  Les Arrêts d’Amour de Martial d’Auvergne, J. Rychner (éd.), SATF, Paris, Picard, 1951, introductio (...)

18D’où Charles Clutin tenait-il ce manuscrit ? Dans son introduction des Arrêts d’Amour de Martial d’Auvergne, Jean Rychner nous apprend que « tous les poèmes repris par Martial, dont chacun nous est connu par plusieurs manuscrits, se trouvent groupés, à l’exclusion d’autres œuvres, dans le Reg. Lat. 1363, le seul qui les contienne tous et qui ne contienne que ceux-là. Il est extrêmement tentant d’en conclure que le Reg. Lat. 1363 est celui-là même que Martial possédait. » J. Rychner convient alors que « la transmission du Reg. Lat. 1363 des mains de Martial d’Auvergne [qui fut procureur en parlement dès 1458], ou de ses fils, en celles de la famille Clutin n’a rien d’invraisemblable » dans la mesure où « Charles Clutin […] appartenait à une famille qui donna plusieurs conseillers au Parlement de Paris, dans la seconde moitié du XVème siècle et la première du XVIème »26.

Une déconstruction de la tradition…

19Revenons en détail sur la chronologie littéraire attendue des continuations de La Belle Dame sans mercy présentes dans le manuscrit Regina Latina. Elle concerne sept des huit pièces et devrait être la suivante :

  • Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, qui confirme la sentence de mort appliquée au sort de la dame qui a été noyée à la fin du Jugement de la Belle Dame sans mercy ;

  • Le Jugement du povre triste amant banny, qui focalise désormais sur l’amant ;

    • 27  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 412. Ce texte n’est présent que dans le ms. Reg. Lat. (...)

    Les Erreurs du jugement de l’amant banny (« Le jugement du povre triste amant banny renfermait non seulement la condamnation d’un jeune amoureux, mais comme une sorte d’approbation des faits et gestes de Danger et Malebouche, deux “officiers d’Amours”. Il devait appeler une réponse. Un anonyme composa, sans grands frais d’imagination, les Erreurs du jugement de l’amant banny : le bannissement est rapporté et l’amant est remis entièrement “en grace de sa dame” ; en guise de dommages et intérêts, la cour lui adjuge “douze baisers sans embrassees”. »27) ;

    • 28  Ibid., p. 411.

    L’Amant rendu Cordelier a l’Observance d’Amours, qui développe l’idée du dernier vers du Jugement du povre triste amant banny. En effet, ce dernier s’achève non seulement sur une valorisation de Danger et Malebouche, mais aussi sur la condamnation de l’amant qui, par manque de persévérance, décide d’abandonner le service amoureux en s’exclamant : « Ma personne sy est mauldite / N’amours jamais ne servira. / Adieu, je m’en vois rendre hermite ! » (v. 1366-1368)28. Ce sujet sera développé dans L’Amant rendu Cordelier qui met en scène un jeune amant, déçu par l’amour des femmes, « banny » de sa dame (v. 88), venant chercher refuge auprès des Cordeliers de l’Observance d’Amours. Il engagera un long dialogue remarquablement argumenté avec le Prieur du monastère afin de devenir Cordelier lui-même ;

  • La Complainte de l’amant trespassé de deuil, La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil et L’Inventaire des biens de l’amant trespassé de deuil, sorte de triptyque dans lequel l’on peut lire les lamentations de l’amant déplorant la mort de sa dame et mettant en scène la sienne propre, son testament et enfin l’inventaire des biens qu’il laisse, notamment sa bibliothèque dans laquelle figurent, outre « le livre Lancelot du lac / Et un vielz Romman de la Rose »,

  • 29  L’Inventaire des biens demourez du decés de l’amant trespassé de dueil, v. 431-432 et v. 439-444, (...)

          La Belle Dame sans Mercy
          Et aussi l’Ospital d’Amours ;
          […]
          L’Amoureux rendu cordelier
          Et d’autres livres ung millier
          Ou le Defunct si s’esbatoit.29

20Rappelons l’ordre des textes dans le manuscrit :

  • La Complainte de l’amant trespassé de deuil

  • La Confession et Testament de l’amant

  • L’Inventaire des biens de l’amant trespassé

  • (Le Débat d’une damoyselle et d’une bourgeoise)

  • L’amoureux rendu Cordelier de l’observance d’amours

  • Le Jugement du povre triste amant banny

  • Les Erreurs du jugement de l’amant banny

  • Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy

21Il s’agit donc d’une véritable déconstruction de ce que l’on peut appeler communément la tradition de La Belle Dame sans mercy au vu de l’enchaînement narratif logique des textes, déconstruction qui fait émerger plusieurs réflexions dont deux majeures.

22La première repose sur la présence – incongrue, certes, au premier abord – de la quatrième pièce que nous avons mentionnée entre parenthèses. Nous considérons en effet Le Débat d’une demoiselle et d’une bourgeoise un peu en marge de la tradition de La Belle dame sans mercy, puisqu’il ne reprend que de très loin les motifs qui la caractérisent. Le seul motif qui soit véritablement réutilisé est la situation du débat à la cour d’Amour. Par ailleurs, ce texte ne met en scène ni la dame ni l’amant mais oppose une demoiselle et une bourgeoise pour savoir laquelle est meilleure que l’autre. Toutefois, cette pièce mérite une attention particulière dans la mesure où il s’agit d’une “inspiration”, très édulcorée au demeurant, d’une “dérivation”, pourrions-nous dire, de la tradition de La Belle Dame sans mercy. Même si elle ne figure dans aucune des listes établies par les différents éditeurs du cycle et de ses imitations ou continuations, cette pièce apparaît pourtant dans sept manuscrits (preuve d’une certaine réception favorable de la part du public) dont le ms. Reg. Lat. 1363 qui nous occupe. La présence de ce texte, qu’on peut presque considérer comme un hapax dans le manuscrit, ne constitue-t-elle donc pas une piste de réflexion en faveur de la compréhension de la “construction” de ce codex ? Ce poème n’est-il pas une clé de lecture du manuscrit ? En effet, il invite à s’interroger sur la nature des textes présents dans le manuscrit par rapport au texte inaugural qu’est La Belle Dame sans mercy. Quelle place chacun d’entre eux occupe-t-il, eu égard à la “source” ? Qu’est-ce qui, en somme, légitime leur présence et leur assemblage dans ce manuscrit ?

  • 30  D. F. Hult et J. E. McRae, op. cit., p. LXIX-LXX.

23En confrontant la composition du manuscrit aux analyses proposées par David F. Hult et Joan E. McRae dans leur édition du cycle de La Belle Dame sans mercy, nous remarquons qu’il apparaît indispensable de distinguer avec précision les différentes pièces que nous avons dans un premier temps qualifiées de “continuations” de La Belle Dame sans mercy , de les classer en deux catégories distinctes : « les “suites” proprement dites, c’est-à-dire des poèmes qui reprennent le fil narratif et les personnages de la Belle Dame, et les “imitations”, œuvres qui reprennent certains motifs, certains types de personnages, certaines situations (telles que la cour d’Amour, le personnage de l’amoureux languissant, etc.) sans se relier directement au poème de Chartier. Si on élimine ces dernières, on arrive à cerner un cycle d’ouvrages qui ont une cohérence narrative et qui ont été conçus comme faisant partie d’un ensemble : L’Accusation contre la Belle Dame La Dame loyale en Amour La Cruelle Femme en Amour et Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans Mercy. »30 Nous pouvons donc établir le classement des textes figurant dans le Reg. Lat. 1363 de la manière suivante :

  • “suite” de La Belle Dame sans mercy : Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy ;

  • “imitations” de La Belle Dame sans mercy (dans l’ordre d’apparition dans le manuscrit) : La Complainte de l’amant trespassé de deuil, La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil, L’Inventaire des biens de l’amant trespassé de deuil, L’Amant rendu Cordelier, Le Jugement du povre triste amant banny,  ;

    • 31 A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 570-574 et 585-589.

    ce que nous nommerons “dérivation” de La Belle Dame sans mercy : Le Débat d’une demoiselle et d’une bourgeoise (à la différence des textes Le Débat sans conclusion et Le Débat de la Dame et de l’Escuyer tous deux considérés comme des “imitations” de La Belle Dame sans mercy.31

24Autrement dit, le Reg. Lat. 1636 ne contient qu’une “suite” et celle-ci constitue la dernière pièce du codex. Toutes les autres ne sont que des continuations plus ou moins proches du poème inaugural d’Alain Chartier.

25La seconde réflexion concerne la nécessaire distinction à établir entre les intentions du copiste et celles du relieur, toutes deux révélatrices du principe de déconstruction. Les intentions du premier se déchiffrent à l’observation des réclames au bas de certains feuillets (précieux repères à l’attention du relieur, certes), mais surtout à la mention des titres de certaines pièces. À cet égard, nous distinguons la volonté du copiste de réunir ces textes en trois groupes :

  • La Complainte de l’amant trespassé de deuil, La Confession et Testament de l’amant, L’Inventaire des biens de l’amant trespassé, Le Débat d’une demoiselle et d’une bourgeoise (en effet, les f. 9r, 63v et 84v rappellent le titre du texte qui s’achève et annoncent celui du texte à venir) ;

  • L’Amoureux rendu Cordelier de l’Observance d’Amours, Le Jugement du povre triste amant banny (le f. 164v reprend en conclusion le titre du premier texte et annonce le second) 

  • Les Erreurs du jugement de l’amant banny, Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy (le f. 216v rappelle le titre du premier et annonce celui du second texte

26Le copiste distingue donc trois blocs ayant chacun leur unité propre, leur justification, que nous allons tenter de comprendre. Si l’enchaînement des deux derniers textes peut être appréhendé par rapport à la notion d’« erreur de jugement », que penser de la réunion pour le moins curieuse du triptyque Confession Inventaire avec Le Débat ? Comment comprendre que L’Amoureux rendu Cordelier se trouve avant Le Jugement du povre triste amant banny, alors même que le premier texte s’affiche clairement comme une suite du second ?

27Par ailleurs, l’ordonnancement de ces trois blocs unitaires semble témoigner d’une intention du relieur. En quoi cette ouverture (le “quatuor” étonnant) et cette conclusion (le “duo” si surprenant entre un texte n’apparaissant qu’une fois et un autre considéré comme le dernier des « suites » de La Belle Dame sans mercy) sont-elles signifiantes ?

28La déconstruction du manuscrit ne semble donc pas tant devoir être envisagée sous l’angle de la destruction de la logique narrative d’une tradition que comme une fabrication rendant un hommage particulier et réfléchi à cette même tradition, à un “courant littéraire” illustré par une série de “déclinaisons”.

En forme de recomposition signifiante

  • 32  La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil, R.-M. Bidler (éd.), Le Moyen Français, « (...)
  • 33  Manuscrits consultés : La Haye, Bibliothèque Royale, 71 E 49 ; Paris, Arsenal 3523 ; Paris, BnF, a (...)
  • 34  Paris, BnF, ancien fonds 1661 ; Regina Latina 1720.

29Pour commencer, il est important de préciser que les huit textes présents dans le manuscrit sont anonymes. R.-M. Bidler a toutefois rappelé les raisons de l’attribution des trois premiers à Pierre de Hauteville32, ce qui invite d’emblée à s’interroger sur les raisons de la réunion de ce triptyque avec Le Débat d’une demoiselle et d’une bourgeoise. Nous n’avons pu consulter que cinq des sept manuscrits contenant ce dernier et dans aucun d’entre eux nous ne retrouvons ce même enchaînement33. Il ne semble donc pas s’agir d’une copie d’un autre manuscrit mais plutôt d’une intention particulière du copiste du Reg. Lat. 1363. Cependant, le fait de n’avoir pu travailler sur la totalité des témoins du texte nous oblige à la plus grande prudence. En ce qui concerne le “duo” qui suit, à savoir le bloc constitué par L’Amant rendu Cordelier et Le Jugement du povre triste amant banny, aucun des autres manuscrits contenant le premier texte ne propose cet enchaînement ; en revanche deux d’entre eux placent plus “logiquement” Le Jugement avant L’Amant34. Le copiste du Reg. Lat. 1363 fait donc un choix précis qui distingue ce manuscrit des autres témoins, preuve d’une volonté particulière à l’égard de la compréhension des textes.

30Il en va de même du troisième bloc présent dans le manuscrit, formé des Erreurs du jugement de l’amant banny et des Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy. La seule observation légitime que nous pouvons faire repose sur l’idée que les deux pièces se regroupent autour de la notion d’“erreur de jugement”. En effet, dans Les Erreurs du jugement de l’amant banny, la sentence est corrigée, alors que dans Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, soit le dernier texte des “suites” de La Belle Dame sans mercy, le châtiment est confirmé, contrairement à ce qu’annonce le titre. Quel était donc le projet du copiste ? En avait-il un en particulier ? Pourquoi n’obéit-il pas à la cohérence, à la chronologie littéraire des textes ?

31Si ces réflexions laissent un certain nombre de questions en suspens quant à l’enchaînement des textes, elles nous rappellent, en revanche, que la composition des manuscrits obéit à des règles parfois complexes à saisir pour le lecteur d’aujourd’hui. Au-delà donc des interrogations sur l’absence de cohérence chronologique, sur les regroupements de textes qui peuvent laisser perplexe, il nous a semblé fondamental d’analyser le lien qui unit les huit pièces de ce manuscrit, un lien littéraire et linguistique illustré par l’exploitation, dans chaque texte, des motifs appartenant à la tradition de La Belle Dame sans mercy.

  • 35  La dame a injustement rejeté l’amant, a fait preuve de cruauté et n’a donc pas respecté le fondeme (...)
  • 36  L’amant s’est montré trop insistant ou trop peu, a fait preuve de faiblesse, de lâcheté.
  • 37 A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 381, v. 92-96.
  • 38 Ibid., p. 413, v. 43-44 et 53-56.
  • 39  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 183, v. 1.
  • 40  Recueil de poésies françoises…, op. cit., t. V, p. 5, v. 16.

32Le premier motif concerne la notion même de débat qui met en scène le code courtois (ou code amoureux) et le code juridique. Dans les suites ou imitations de La Belle Dame sans mercy, il est toujours question d’un personnage, tantôt l’amant, tantôt la dame, qui est assigné à comparaître devant une cour, devant un tribunal, afin de répondre de ses actes et d’être jugé. De plus, les accusations portent toujours sur un manquement au code courtois, soit de la part de la dame35, soit de la part de l’amant36, de sorte que dans ces textes le code juridique est censé corriger le code courtois, même si les auteurs cultivent l’ambiguïté quant à la représentation des juges. En effet, le cadre du débat est presque toujours un tribunal où siège le juge Amour. L’on comprend alors que, dans ces poèmes, le code amoureux et le code juridique sont les deux composantes d’une seule et même réalité : le fonctionnement de la Cour Amoureuse. Chacun doit répondre de ses actes en fonction des règles qui régissent les relations instaurées entre dames et amoureux. On retrouve cette thématique de manière plus ou moins diffuse dans les huit pièces du manuscrit. Elle est évidente dans les trois derniers textes du manuscrit qui portent chacun dans leur titre le terme « jugement » et où le décor narratif ne varie guère : il est question d’un « pretoire / Ou vismes tenir l’auditoire / Par Amour et ses conseilliers : / Sages estoient, comme on peut croire, / Pour jugier procez a milliers » dans Le Jugement du povre triste amant banny37 ; d’un « parlement / d’Amours » où « estoit escript comment / Venus, grant dieu d’Amours et juge, / Vendra au jour du jugement / Juger faulx amans par deluge » dans Les Erreurs du jugement de l’amant banny38  ; de la « cour » dans Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy39 L’on retrouve le cadre juridique du tribunal dans Le Débat d’une demoiselle et d’une bourgeoise où les deux femmes viennent répondre de leurs actes devant l’« echiquier d’Amours »40 où :

  • 41  Ibid., p. 6, v. 22-24 et 30-32.

[…] gens d’Amours, qui là estoient,
Savoient les drois sans reciter
Et sur le champ en disputoient.
[…]
Car c’estoient trestous coustumiers,
Et font les laix et en disposent
Comme s’ils en estoient sommiers.41

  • 42  R.-M. Bidler, Le Moyen français 18 (1986), p. 23, v. 97-98.
  • 43  M. Garapon, « Introduction à la lecture d’Alain Chartier », Annales de Normandie IX, 1959, p. 95-1 (...)
  • 44 A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 187, v. 289-290.

33Dans L’Amant rendu Cordelier, le cadre juridique est revisité dans la mesure où le décor archétypal du débat est transposé du monde laïc au monde religieux. En effet, le tribunal est un monastère de Cordeliers dans lequel l’amant éploré vient se plaindre des douleurs endurées à cause d’une dame trop cruelle et demander son intégration à l’Ordre. Les lois du code courtois seront confrontées aux lois d’un code juridique extérieur, celui du code religieux, avec toute la sévérité et l’austérité des règles qu’on lui connaît. Le poète propose ici une situation radicalement nouvelle qui vient, de surcroît, transgresser la conception que l’on a alors du code courtois, à savoir un système de valeurs qui lui est propre, complètement détaché de tout lien avec la morale, et donc détaché de la religion. Or, dans ce texte, l’amant va devoir se justifier devant un Prieur, et le cadre choisi constitue l’un des lieux parmi les plus réglementés et austères qui soient : un monastère de Cordeliers, Frères Mineurs de l’Ordre des Franciscains. L’exploitation de la thématique juridique, illustrée par la plainte déposée devant un tribunal, est portée à son paroxysme dans La Complainte de l’amant trespassé de deuil, puisque l’amant pleure le décès de sa dame en s’adressant à la Mort et vient donc porter ses plaintes devant Dieu : « La, devant Dieu, suivray ceste querelle / Et monstreray qu’elle n’estoit point mortelle »42. De plus, le principe du débat permet toujours de satisfaire à une double attente : en premier lieu, le public est rassemblé pour entendre un jugement qui doit être rendu en vertu des règles de la Cour Amoureuse (autrement dit, la parole dialoguée a d’abord une valeur consécutive, elle doit déboucher sur un résultat) ; en second lieu, ce débat permet à chaque parti de présenter sa plaidoirie ou son réquisitoire, et les pièces 4 à 8 du manuscrit font état d’un goût prononcé pour l’argumentation. Chaque texte utilise à plein les ficelles du débat juridique, les mises en scène s’avèrent particulièrement soignées et le dialogue joue un rôle essentiel parce qu’il présente toutes les caractéristiques d’un véritable jugement au tribunal, dont notamment l’alternance quasi-égale des deux camps, le souci du réalisme et la recherche de l’objectivité. M. Garapon l’a, à juste titre, fait remarquer pour le texte d’Alain Chartier : « L’essentiel est dans l’impartialité qu’il sait montrer en faisant parler l’un, puis l’autre de ses deux person-nages. »43 Ce qui est mis en place dans La Belle Dame sans mercy se retrouve dans ces textes : la « demoiselle » et la « bourgeoise » ont, à quelques vers près, le même temps de parole ; le partage se veut arithmétique dans L’Amant rendu Cordelier puisque l’amant et le Prieur du monastère disposent chacun de 51 strophes pour s’exprimer au cours de leur échange ; dans Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, on entend de manière équitable les voix des héritiers de la dame condamnée venus réclamer que le jugement soit réformé, et celles des « ayans cause / Du feu amant »44 qui refusent qu’on en change une ligne. Là encore, la recherche de l’impartialité argumentative passe par un partage très soucieux du respect du temps de parole de chaque partie, partage marqué par les douze points du jugement discutés par les héritiers de la dame d’une part et confirmés par les défenseurs de l’amant de l’autre. Ces textes sont ainsi de parfaits héritiers de La Belle Dame sans mercy quant à l’exploitation du thème du débat, de la confrontation entre le code amoureux et le code juridique, tels qu’ils apparaissent sous la plume d’Alain Chartier.

34Par ailleurs, les huit textes sont fédérés autour d’un langage commun, entendons par là un lexique typiquement représentatif de la tradition de La Belle Dame sans mercy. À commencer par la description des personnages principaux.

  • 45  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 27, v. 145 et 161-163.
  • 46  R.-M. Bidler, Le Moyen Français, « Inedita & Rara » I (1982), p. 21, v. 1-5.
  • 47  Édition figurant dans notre thèse pour le doctorat (op. cit., tome I, p. 239, v. 82-84). Cette édi (...)
  • 48  Ibid., v. 90 et 92-93.
  • 49  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 380, v. 44-45.
  • 50  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 190, v. 455-456.

35L’amant est toujours affublé des mêmes qualificatifs : il se dit « doloreux », « le plus desconforté, / Courcé, marry, dolent et tourmenté / Qui feust onques en ce monde aporté » dans La Complainte45, ce qu’il confirme à l’ouverture de La Confession et Testament en se décrivant comme un « povre amant, en amours maleureux, / Le plus doulant de tous les douleureux, / Gisant au lit malade griefvement, / Transi de dueil et de ennuy rigoureulx, / Triste de cueur et de corps langoureulx »46. Nous retrouvons cet amant transi dans L’Amant rendu Cordelier qui « pleure fort, / Portant le noir en sa devise / Comme tout plein de desconfort »47 et dont la tenue manifeste un profond mal-être (« Longue robe noire desceinte », « Cornete de beau veloux tainte / En couleur de refuz et plainte »48). Les adjectifs déjà très explicites contenus dans le titre du texte Le Jugement du povre triste amant banny sont confirmés par la description d’un « povre amant qui lamentoit / Et tresfort se des-confortoit »49 et repris dans Erreurs du jugement de l’amant banny. Tous ces éléments apparaissent encore dans Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy lorsque les ayants cause de l’amant défunt rappellent à la cour les souffrances endurées par la cruauté de la dame à cause de qui, déplorent-ils, l’amant « y print la merencolie / Dont il est mort avant ses jours »50. Même la demoiselle et la bourgeoise se reprochent réciproquement d’être incapable de rendre les amants heureux.

36La dame, quant à elle, se caractérise par les mêmes attributs, qu’elle soit montrée du doigt ou valorisée, dans les textes du manuscrit. Ainsi l’amant consacre-t-il quatre huitains dans L’Amant rendu Cordelier à l’éloge de la dame, sur le plan physique, moral et social. Il commence par la présenter en ces termes au huitain XXXI : « Tant estoit parfaicte et entiere / Pour soy maintenir ça et la, / Feust en langaige ou en maniere. / D’onneur estoit la tresoriere, / Bonne et belle sans quelque glose. / A chascun faisoit bonne chere » (v. 242-247). Puis au huitain XXXIII, il poursuit en prenant soin de préciser : sa dame était unique et inégalable (« Jamais n’en sera de pareille. / Dieu lui doint bon jour ou qu’el soit / Et a tous ceulx de sa sequele. », v. 258-260). Au huitain XXXV, l’amant brosse un portrait typique de la dame de la Cour Amoureuse, dotée de toutes les qualités :

Helas ! C’estoit la plus prudente
Que veiz onques et plus parfaicte,
Sage, savant, doulce, plaisante,
En beauté et bonté complete.
Brief, de tous biens estoit replete ;
Il n’y faloit mettre n’oster. (v. 273-278)

37Puis il termine son tableau par le triste constat que la « dame de hault pris » (v. 307) est placée sous la haute protection de Danger qui a pour charge principale de chasser les prétendants. Toutes ces qualités mises en exergue par l’amant paraient déjà la dame d’Alain Chartier en qui

  • 51  D. F. Hult et J. E. McRae, op. cit., p. 28.

[…] ne failloit riens,
Ne plus avant ne plus arriere.
C’estoit garnison de tous biens
Pour faire a cuers d’amans frontiere :
Jeune, gente, fresche, et entiere ;
Maintien rassis et sans changier ;
Doulce parole et grant maniere,
Dessoubz l’estandart de Dangier. (v. 145-152)51

38Ces mêmes qualités sont également attribuées à la dame décrite par l’avocat de l’amant dans Jugement du povre triste amant banny :

  • 52  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 382.

Ceste dame cy que je dis
Si est tresbelle et bien plaisante,
Saige femme en fais et en dis,
Courtoise, graceuse et gente,
Doulce, joyeuse et advenante,
Digne d’un peuple gouverner
Par sa grant maniere prudente
Qu’elle scet bien a point mener. (v. 169-176)52

39Elles seront l’apanage de la dame que décrit Pierre de Hauteville dans La Complainte de l’amant trespassé de deuil, qui développe 32 vers en forme de panégyrique dont voici quelques fragments, parmi les plus clairement inspirés de la tradition littéraire de La Belle Dame sans mercy :

Las ! elle estoit si doulce et debonnaire,
Si gracieuse et de benin affaire
Qu’elle n’eust sceu a personne desplaire. (v. 53-55)

  • 53  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 20-21.

Elle sçavoit ce qu’il faloit savoir
Feust en parler, en maintien, en maniere,
Vers tout le monde si faisoit son devoir.
S’on eust perdu honneur, pour le ravoir
L’en feust venu a elle car pour voir
Elle en estoit la Dame et tresoriere,
Le port d’acueil, de grace l’aumosniere. (v. 67-73)53

40Lorsqu’elle est dénoncée, les éléments qui qualifient la dame se recoupent également ; il est question de cruauté, de froideur, mais surtout de l’intervention de Malebouche et Danger qui viennent perturber les desseins de l’amant. Ces deux personnifications sont récurrentes dans les textes de la tradition de La Belle Dame sans mercy et se retrouvent dans la plupart des pièces du manuscrit.

41De plus, le lien linguistique entre les textes du manuscrit apparaît à travers le lexique employé pour décrire certains comportements ou phénomènes.

  • 54  « à propos de “fievre traversaine” », Le Moyen Français 17 (1985), p. 149.

42Nous pensons notamment à la « fievre traversaine » qui figure dans La Confession et Testament (v. 345), dans L’Amant rendu Cordelier (v. 700), dans Le Jugement du povre triste amant banny (v. 902), dans Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy (v. 469). R.-M. Bidler commente ce groupe nominal en précisant que « son emploi semble être restreint au vocabulaire amoureux propre aux textes du cycle de La Belle Dame sans merci  ; il fait partie du vocabulaire de la “fievre longue, persistante” […], d’origine sentimentale »54.

43Notons également le lexique botanique propre au vocabulaire amoureux dans les textes appartenant à cette tradition. En effet, certains végétaux sont de véritables constantes, à l’image de l’ancolie, qui permet la rime avec « merencolies ». Cette rime donne le ton dès l’ouverture des Erreurs du jugement de l’amant banny, donnant par là le “ton” du texte :

Au saut d’un bain a paveillon,
Couvert d’amouretes jolies
Gettans et miel et aguillon,
De soucies et fleurs d’ancolies,
M’en entray en telles folies
Que feuz lors, comme il m’est advis,
Tant par joies que merencolies,
Ou pays d’amours tout ravis. (v. 1-8)

44Elle est reprise dans La Confession et Testament, non plus pour agrémenter un bain, ou encore pour habiller un amant choisissant de quitter le monde amoureux, mais pour recouvrir les cierges qui escorteront le corps de l’amoureux défunt :

Oultre y aura six cierges vers
Au convoy du corps, tous convers
De soucyes et fleurs d’ancolies
Et a l’oposite ou travers
Six autres noirs trestout divers,
Empannez de merencolies. (v. 1117-1122)

45L’Amant rendu Cordelier y renvoie aussi :

[…] l’amant, en ung oratoire,
Estoit la, tendu de soie noire
Ouvré a grans fleurs d’encolies,
Puis sur lui avoit ung suaire
Tout couvers de merencolies (v. 1196-1200)

46La giroflée, le romarin, l’aubépine fleurissent régulièrement les textes ; l’« eaue rose » est aussi très exploitée par les différents auteurs pour évoquer la guérison, le réveil d’un évanouissement (Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, v. 832 ; L’Amant rendu Cordelier, v. 1296 ; L’Inventaire, v. 156).

47Par ailleurs, un certain nombre d’expressions, locutions et proverbes se retrouvent dans les différents textes du manuscrit, à l’instar de « la botte faulve » qui apparaît dans Le Jugement du povre triste amant banny (v. 56), L’Amant rendu Cordelier (v. 496) et La Confession et Testament (v. 969), ou encore le proverbe « Tire t’arriere, Moreau rue » qui figure dans Le Jugement du povre triste amant banny (v. 208), L’Amant rendu Cordelier (v. 1616) et L’Inventaire (v. 400). La liste pourrait être longue et il suffit de se reporter aux notes ou aux glossaires des éditions des textes pour prendre la mesure des recoupements linguistiques possibles entre les continuations de La Belle Dame sans mercy, notamment dans les éditions de R.-M. Bidler.

48De ce fait, nous voyons à quel point chaque texte éclaire les autres au sein même d’une tradition commune. Une lecture chronologique du manuscrit conduit à constater que chaque texte éclaire le précédent grâce à son apport lexical et sémantique, notamment lorsque certaines expressions apparues pour la première fois dans L’Amant rendu Cordelier reviennent dans La Complainte, La Confession et Testament L’Inventaire, ou lorsqu’un mot qui prend un sens particulier dans un texte se trouve repris tel quel dans un autre texte (c’est le cas du mot « leçon » qui désigne le “chant religieux” dans L’Amant, v. 1733 et dans L’Inventaire, v. 433). Ainsi, nous constatons à quel point la recherche d’une quelconque chronologie littéraire est vaine au double sens du terme, c’est-à-dire à la fois impossible et surtout inutile, dans la mesure où toute la richesse du manuscrit émane des recoupements linguistiques, des échos lexicologiques entre les différents textes du codex, qui se veulent bien plus édifiants quant à la tradition de La Belle Dame sans mercy que le simple respect d’un ordre chronologique. La déconstruction de la tradition est donc bien ici au service d’une recomposition signifiante puisqu’elle propose un éclairage différent de la notion de suite narrative, un éclairage sémantique et linguistique.

49En ce sens, si nous avons observé ce qui pouvait justifier le rapprochement des différentes pièces du manuscrit par la présence d’éléments récurrents, parfois même clichés, ceux-ci semblent masquer un point sur lequel ils se recoupent aussi et qui est peut-être au fond la véritable clé de voûte de la construction de ce codex : la disparition de la dame.

Un codex messager

  • 55  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 17.

50La déconstruction de La Belle Dame sans mercy paraît devoir être ici envisagée au premier et au second degré : au premier, puisque, nous l’avons bien vu, la chronologie littéraire de la tradition n’est pas reprise ; au second également, puisque cette déconstruction vient détruire l’existence même du personnage de la dame et sa raison d’être, à savoir être l’enjeu d’une condamnation ou d’une réhabilitation. Rien de tel, en effet, dans les textes du Reg. Lat. 1363, puisqu’à y voir de plus près, la dame d’Alain Chartier a disparu du codex, et ce, dès le premier vers du premier texte (La Complainte) dans lequel l’amant s’exclame « O triste Mort, felonne et oultrageuse » qui laisse le lecteur en suspens quant à l’identité de la personne décédée jusqu’au v. 12 où l’on apprend qu’il s’agit de « De toutes femmes la tres plus gracieuse, / Saige, plaisant et parfaicte en beauté / Qui fut onques en toute qualité »55.

51L’observation des titres des textes figurant dans le manuscrit se veut, à cet égard, particulièrement édifiante. Pour les pièces 1, 2, 3, 5, 6 et 7, il est question de l’« amant » (La Complainte de l’amant ; La Confession et Testament de l’amant > L’Inventaire des biens de l’amant  L’Amant rendu Cordelier  ; Le Jugement du povre triste amant banny ; Les Erreurs du jugement de l’amant banny) ; le titre de la pièce 4 met, certes, en lumière deux personnages féminins, une « demoiselle » et une « bourgeoise », mais pas une « dame » ; enfin, si seul le titre du dernier texte du manuscrit fait mention de la dame Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy), l’on perçoit bien à quel point le substantif prend l’apparence d’un hommage posthume puisque, dans Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, non seulement la dame est déjà morte noyée, victime de la sentence prononcée à la fin du Jugement de la Belle Dame sans mercy, mais ses héritiers n’obtiennent même pas que le jugement soit réformé pour laver le nom de la dame ; la sentence est au contraire confirmée, tuant une deuxième fois la dame, achevant de la faire définitivement disparaître, car entériner le jugement s’entend comme une mise à mort de son âme même.

  • 56  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 182.
  • 57  D. F. Hult et J. E. McRae, op. cit., p. XXXI. Fascination qui surprend A. Piaget : « Aucun poème, (...)
  • 58  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 561.
  • 59  Ibid., p. 375-376.

52Ce que nous révèle ces titres correspond tout à fait, dans un premier temps, à la réalité de l’activité littéraire de la tradition puisque, si jusqu’aux Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, les titres faisaient quasiment tous mention de la « dame », la tendance s’inverse en déplaçant, dans les textes suivants, le projecteur sur l’« amant ». Comme si Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy constituaient l’axe, le pivot autour duquel l’intérêt va basculer ; comme si l’erreur consistait à écrire davantage de poèmes qui condamnent ou réhabilitent la dame ; comme si, tout à coup, le sort de l’amant devait devenir un nouveau pôle d’intérêt (socialement et littérairement parlant). Plusieurs motifs peuvent expliquer ce phénomène : sans doute faut-il d’abord y voir une forme de lassitude de la part des auteurs ; en effet, après les nombreux textes aboutissant aux Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, tout semble avoir été dit au sujet des dames. A. Piaget suppose d’ailleurs même que « l’auteur inconnu des Erreurs a imaginé, par fiction poétique et pour renouveler quelque peu le sujet, diverses circonstances étrangères aux poèmes qui avaient précédé le sien. »56 Aussi les auteurs, sans doute essoufflés, manquant d’inspiration pour offrir du neuf sur le destin de la dame, victimes d’une sorte d’effritement de la querelle littéraire (entre les défenseurs et les accusateurs de la dame), ont-ils pris un nouveau parti poétique. Par ailleurs, cette querelle littéraire pouvait avoir lassé le public médiéval, pourtant d’abord très enthousiaste et « de toute évidence fasciné par la polémique qui avait entouré la Belle Dame »57. Le nombre de copies des textes appartenant au cycle de La Belle Dame sans mercy révèle d’ailleurs que le poème qui a suscité le plus vif engouement est L’Hôpital d’Amour. Pourquoi celui-ci ? Parce qu’il évite toute condamnation extrême, il dépasse déjà en quelque sorte la querelle. En effet, dans son texte, Achille Caulier (qui avait vivement dénoncé le caractère « sans merci » de la dame dans son précédent poème, Cruelle femme en Amour) « se représente comme aimant lui-même une dame qui refuse d’abord de se laisser fléchir, mais qui finit par se montrer beaucoup moins inexorable, en songe il est vrai. Ce poème était bien fait pour incliner le cœur des belles à merci et pour donner de l’espoir à tout amant persévérant. »58 La réception médiévale révèle ainsi un penchant pour la mesure et davantage de justesse (l’« échec » des Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy tend à le confirmer). D’autre part, un regain d’intérêt semble s’être manifesté avec Le Jugement du povre triste amant banny qui, il est vrai, outre ses « liens manifestes au cycle de La Belle Dame sans merci, a de plus en plus modifié la donnée primitive. Il s’agit toujours d’un pauvre amant repoussé par une dame qui se montre sans merci, mais tandis que d’autres s’en étaient pris à la jeune dame elle-même qu’ils accusaient de tous les crimes, le poète du Jugement de l’amant banni la laisse en dehors du débat et met en scène deux personnages de la cour d’Amour, Danger et Malebouche. »59

  • 60  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 189, v. 416.

53Dans le Reg. Lat. 1363, force est de constater que l’originalité de la compilation des huit textes vient de la lumière projetée sur l’amant qui, paradoxalement, met en valeur l’ombre dans laquelle se cache la dame. Si les textes ne traitent plus de son cas de manière explicite, la dame reste la toile de fond de chacun d’entre eux. Son absence se lit comme un hommage ; le codex s’offre comme un cénotaphe, un monument funèbre duquel le corps de la dame est absent, mais pas son esprit. L’âme de la dame plane au-dessus de chaque texte du manuscrit ; il semblerait que le copiste ait souhaité lui rendre le plus bel hommage en ne la plaçant plus au centre des regards, des jugements et des éventuelles condamnations mais en faisant parler d’elle. La faire disparaître du manuscrit n’est-il pas une manière de la faire revivre, délivrée de tout ce que l’on a pu dire à son sujet ? N’est-ce pas le meilleur moyen de la revaloriser sans passer par le motif narratif, plus qu’usé, du jugement qui l’innocenterait ? En effet, le copiste assemble des textes dans lesquels ce sont les autres personnages qui en font mention de manière élogieuse ou qui, en tout état de cause, ne la rendent pas coupable de leur sort, à l’instar de La Complainte (dans laquelle la mort de la dame revient comme un leitmotiv lancinant et obsédant en forme de justification à la mort même de l’amant dans La Confession et Testament puis dans L’Inventaire), de L’Amant rendu Cordelier et d’une partie des Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy. Dans Le Débat d’une demoiselle et d’une bourgeoise, nous constatons non seulement que la « dame » est soigneusement laissée en dehors de ces considérations mais aussi que les deux protagonistes présentent toutes deux des qualités et qu’il aurait été impossible à la cour d’en faire prévaloir une sur l’autre sans l’acte sournois commis par la bourgeoise à la fin du récit. Cet acte semble donc davantage à considérer comme une petite raillerie à l’égard de cette catégorie sociale plutôt qu’une mise en relief du caractère pervers de la femme. Dans Le Jugement du povre triste amant banny et Les Erreurs du jugement de l’amant banny, il n’est pas question de la dame mais des fautes commises par l’amant, c’est donc lui qui se voit assigné à comparaître. De fait, la dame n’est jamais condamnée dans le manuscrit, hormis dans la dernière pièce qui mérite notre attention, puisque ce que le titre laisse présager en matière de correction de jugement, de réhabilitation de l’honneur, n’a pas lieu dans la narration : au contraire, le nom de la dame est une fois de plus souillé et déshonoré. Or, il semblerait que la composition réalisée par le copiste ait pour but ultime de laver cet affront et de réparer cette injustice. En effet, le premier texte est le pendant du dernier, un écho anticipé mais d’emblée affiché, de sorte que ce qui pouvait paraître surprenant dans l’assemblage des textes du manuscrit se révèle en fait tout à fait habile et lumineux. Dès son ouverture, le codex donne le ton : il sera une voix pour chanter la gloire de la dame, un témoin pour lui rendre hommage. Dans le dernier texte, Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy, ses héritiers réclament non pas de la « susciter »60 mais au moins de réformer le jugement, afin de la laver de toutes les cruelles accusations dont elle fut victime, en invoquant une série de justificatifs, dont l’existence d’un testament dans lequel l’amant défunt ne charge nullement la dame :

  • 61  Ibid., p. 187, v. 233-240.

Decimo, et le peremptoire,
Cest amant par son testament
Ne fist mencion ne memoire
De l’en chargier aucunement,
Mais pardonna entierement
A chascun, par quoy fut oultraige
D’ennoier si villainement
Ceste dame, dont fut dommage.61

à quoi répondent les ayants cause de l’amant défunt, qui persistent à accuser la dame, qu’ils n’ont vu nulle part ce fameux testament :

  • 62  Ibid., p. 192, v. 577-584.

Au dixiesme ou il pardonna
Le meffait par son testament,
Respondoient que n’avoit ne n’a
Trop bien ; peult estre voirement
Qu’il, estant ou derrenier tourment,
Dist a Dieu, en plourant adoncques,
Mais qu’il parlast expressement
De ce cas icy, non fist onques.62

  • 63  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 18, v. 18-19.
  • 64  R.-M. Bidler, Le Moyen Français, « Inedita & Rara » I (1982), p. 25, v. 103-104.

54Le manuscrit donne ce testament dès son ouverture : c’est La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil. Alors que dès La Complainte il explique à quel point la dame défunte était parfaite et innocente (« Je m’esbahiz, veu que n’a point forfait / N’entreprins riens qui n’ait esté bien fait »63), qu’il confirme sa gloire en insistant sur le caractère vital de la dame pour l’homme dans sa Confession (« D’elle je prenoye ma sustance / Mon bien, mon estre et mon essance »64), son Testament, qui constitue la deuxième partie de La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil, commence de la manière suivante :

  • 65  Ibid., p. 64, v. 1033-1038.

Je faiz mon executerresse
Seule ma feue Dame et maistresse
Pour acomplir mon testament,
Dont l’ame respouse en liesse,
Et vueil qu’elle en face et dresse
Tout a son bon commandement.65

  • 66  Ibid., p. 82.

55Dans cette partie, l’amant écrit son oraison funèbre dans laquelle il rappelle la gloire de la dame, l’affublant une fois de plus des qualificatifs les plus nobles (v. 1429-1434)66 avant de déclarer qu’il « pardonn[e] entierement / A chascun le meffeit en soy » (v. 1496-1497) qui n’est pas sans rappeler les mots du testament de l’amant défunt invoqué par les héritiers de la dame dans Les Erreurs du jugement de la Belle Dame sans mercy. Un peu plus tôt, s’en prenant à Dieu qu’il accuse de lui avoir injustement enlevé sa dame, il s’écrie :

  • 67  Ibid., p. 24, v. 67-72.

Je ne dy pas s’elle eust forfait
Envers toy ou commis meffait,
Mais jamais ne se trouvera
car tout en elle estoit parfait,
Par quoy congnoistras que as mal fait
Ou justice me faillira67

56Autrement dit, le premier texte du manuscrit vise à réparer l’injustice commise dans le dernier afin de redorer le blason de la dame déchu avec la dernière “suite” de La Belle Dame sans mercy. Le codex se présente ainsi, contrairement à ce que l’on pouvait penser étant donné l’absence de la dame dans les huit pièces, comme un message d’espoir à l’égard de ce personnage littéraire. En effet, si la dame a disparu de la narration, elle n’en reste pas moins bien vivante au sein de la création dans la mesure où elle constitue toujours un formidable sujet d’inspiration, propre à générer du nouveau, peut-être justement parce qu’elle est morte. Ce codex nous montre aussi que si la tradition de La Belle Dame sans mercy s’est à un moment essoufflée, la disparition narrative de la dame lui a donné un second souffle, une autre anima. Finalement, loin de laisser apparaître un certain effritement de la tradition, ce manuscrit en favorise a contrario la régénération. Preuve, s’il en est, que la création littéraire se nourrit et alimente à la fois les textes originels et féconds. En somme, le Reg. Lat. 1363 s’ouvre comme un écrin révélant les mille et une facettes resplendissantes du diamant créatif qu’est le personnage de la dame dans la tradition de La Belle Dame sans mercy.

57Pour conclure, nous dirons simplement que le Reg. Lat. 1363 surprend par son originalité. En effet, sa composition déroutante au premier regard cache en réalité une véritable réflexion dans la compilation grâce aux qualités du copiste capable de mettre des textes au service d’un projet particulier. Ainsi le manuscrit se présente-t-il à la fois comme un tombeau et un berceau dans la mesure où il évoque à travers la disparition du personnage de la dame sa formidable fécondité en soulignant combien son absence dans les narrations s’inspirant de la tradition de La Belle Dame sans mercy a donné naissance à un renouveau poétique. Le message du manuscrit semble ainsi reposer sur l’idée que la “mort narrative” de la dame est ce qui redonne vie au “motif” de la dame du poème d’Alain Chartier en le libérant de certains carcans conventionnels de la tradition. Dans chacun des huit textes, la disparition de la dame nous permet de poser un autre regard sur elle et sur la tradition à laquelle elle appartient dans la mesure où le manuscrit propose une série de tableaux en ombres chinoises révélant la formidable influence de la dame sur la création. Ainsi la déconstruction de La Belle Dame sans mercy dans ce manuscrit est-elle au service d’une recomposition hautement signifiante faisant de ce codex non pas un mausolée mais un cénotaphe qui, loin d’emprisonner le corps et l’âme de la dame, célèbre sa gloire et la longévité d’une tradition littéraire.

Haut de page

Notes

1  Arthur Piaget les a dénombrés et répertoriés dans sa série d’articles intitulée « La Belle dame sans mercy et ses imitations », Romania 30 (1901), p. 22-48 et 317-351 ; 31 (1902), p. 315-349 ; 33 (1904), p. 179-208 ; 34 (1905), p. 375-428 et 559-602.

2  Sur cette répartition, lire les propos de David F. Hult et Joan E. McRae, dans l’introduction de leur édition, Le Cycle de la Belle Dame sans mercy, Champion Classiques (série « Moyen Âge »), Paris, 2003, p. LXIX-LXX.

3  Ibid., p. XXXIII.

4  Ibid., p. XXXV.

5  Daniel Poirion, Précis de littérature française du Moyen Âge, Paris, PUF, 1983, p. 282.

6  Ibid., p. 208.

7  Ibid., p. 281.

8  A. Piaget, La Belle dame sans mercy et les poésies lyriques d’Alain Chartier, Genève, Droz (TLF 1), 1949, 2e éd., p. X.

9  A. Piaget, Romania 20 (1891), p. 417-454.

10  Ibid., p. 422.

11  Jacqueline Cerquiglini-Toulet, La Couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au XVIe siècle (1300-1415), Paris, Hatier (coll. « Brèves »), 1993, p. 53.

12  D. Poirion, « Lectures de la Belle Dame sans Mercy », dans Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Pierre Le Gentil, Paris, SEDES et CDU, 1973, p. 692.

13  A. Piaget, op. cit., p. XII-XIII.

14  L’Amant rendu Cordelier est le titre communément admis pour ce texte que nous reprendrons par conséquent chaque fois qu’il en sera question, même si le texte apparaît dans le manuscrit… sous le titre L’Amoureux rendu Cordelier de l’observance d’Amours.

15  Poème attribué à Pierre de Hauteville et édité par R.-M. Bidler, Le Moyen Français, « Inedita & Rara » I (1982).

16  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 424.

17  R.-M. Bidler, avec La Complainte de l’Amant trespassé de deuil, Le Moyen Français 18 (1986).

18  A. Piaget, op. cit., p. XIII.

19  Dans Notices des manuscrits français et provençaux de Rome antérieurs au XVIème siècle, dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, XXXIII, 2e partie, Paris 1889, p. 140-142, E. Langlois date cette table des matières du XVIIe siècle.

20  Les pièces 1 et 3 ont été éditées par R.-M. Bidler, Le Moyen français 18 (1986), qui, en revanche, a choisi le ms. Ars pour la pièce 2, ibid., « Inedita & Rara » I (1982).

21 A. de Montaiglon a édité ce texte dans son Recueil de poésies françoises des XVe et XVIe siècles, t. V, Paris, Jannet, 1856, sans préciser quel manuscrit il a choisi. Il dit seulement avoir pris pour modèle l’exemplaire de M. Cigongne (note 1, p. 5).

22  Nous avons édité cette cinquième pièce dans le cadre d’une thèse pour le doctorat intitulée « L’Amant rendu cordelier a l’observance d’Amours. Édition critique et étude littéraire d’après le manuscrit Regina Latina 1363 », Université du Sud Toulon-Var, novembre 2006, sous la direction de Monique Léonard.

23  Dans la marge supérieure centrale du f. 209r, avant le premier vers, apparaît le titre qui semble ajouté (écriture plus petite que celle du texte et encre différente) : « S’ensuivent les Erreurs du jugement de l’amant banny ».

24  Dans la marge inférieure du f. 249v, l’on peut lire ceci (là encore, écriture plus petite et encre plus claire) : « Cy finent les Erreurs du jugement de la belle dame sans mercy ». Précisons par ailleurs que les pièces 6, 7 et 8 ont toutes trois été éditées par A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 179-199 ; 34 (1905), p. 375-416. L’éditeur précise que le ms. Reg. Lat. 1363 s’avère « excellent » (Romania 33 (1904), p. 183 ; 34 (1905), p. 377).

25  D’après les informations fournies par La France Pontificale (Gallia Christiana), histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours, divisée en 17 provinces ecclésiastiques, M. H. Fisquet, Paris, 1864-1873, 22 vols, volume consacré au Diocèse de Bayeux, p. 170. Tous ces volumes sont consultables en ligne sur le site http://www.gallica.bnf.fr.

26  Les Arrêts d’Amour de Martial d’Auvergne, J. Rychner (éd.), SATF, Paris, Picard, 1951, introduction, p. XXXV-XXXVI.

27  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 412. Ce texte n’est présent que dans le ms. Reg. Lat. 1363.

28  Ibid., p. 411.

29  L’Inventaire des biens demourez du decés de l’amant trespassé de dueil, v. 431-432 et v. 439-444, d’après R.-M. Bidler, Le Moyen français 18 (1986), p. 70-71.

30  D. F. Hult et J. E. McRae, op. cit., p. LXIX-LXX.

31 A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 570-574 et 585-589.

32  La Confession et Testament de l’amant trespassé de deuil, R.-M. Bidler (éd.), Le Moyen Français, « Inedita & Rara » I (1982), p. 9-14.

33  Manuscrits consultés : La Haye, Bibliothèque Royale, 71 E 49 ; Paris, Arsenal 3523 ; Paris, BnF, ancien fonds 1661 ; Reg. Lat. 1363 et 1720. Manuscrits non consultés : Bern, B.B., 274 et Paris, BnF, nouv. acq. fr. 4513.

34  Paris, BnF, ancien fonds 1661 ; Regina Latina 1720.

35  La dame a injustement rejeté l’amant, a fait preuve de cruauté et n’a donc pas respecté le fondement principal de la relation amoureuse, celui qui unit un seigneur à son serviteur, le fameux principe du don et du guerredon.

36  L’amant s’est montré trop insistant ou trop peu, a fait preuve de faiblesse, de lâcheté.

37 A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 381, v. 92-96.

38 Ibid., p. 413, v. 43-44 et 53-56.

39  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 183, v. 1.

40  Recueil de poésies françoises…, op. cit., t. V, p. 5, v. 16.

41  Ibid., p. 6, v. 22-24 et 30-32.

42  R.-M. Bidler, Le Moyen français 18 (1986), p. 23, v. 97-98.

43  M. Garapon, « Introduction à la lecture d’Alain Chartier », Annales de Normandie IX, 1959, p. 95-100 : référence donnée par D. Poirion, art. cit., p. 691.

44 A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 187, v. 289-290.

45  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 27, v. 145 et 161-163.

46  R.-M. Bidler, Le Moyen Français, « Inedita & Rara » I (1982), p. 21, v. 1-5.

47  Édition figurant dans notre thèse pour le doctorat (op. cit., tome I, p. 239, v. 82-84). Cette édition sert de base à toutes les citations de ce texte.

48  Ibid., v. 90 et 92-93.

49  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 380, v. 44-45.

50  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 190, v. 455-456.

51  D. F. Hult et J. E. McRae, op. cit., p. 28.

52  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 382.

53  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 20-21.

54  « à propos de “fievre traversaine” », Le Moyen Français 17 (1985), p. 149.

55  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 17.

56  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 182.

57  D. F. Hult et J. E. McRae, op. cit., p. XXXI. Fascination qui surprend A. Piaget : « Aucun poème, aucun traité d’Alain Chartier n’eut au XVe siècle plus de succès que la Belle Dame sans merci. Ce succès nous étonne […] il n’y avait dans ce poème rien de nouveau. » (art. cit., Romania 30 (1901), p. 25-26). D’autant que ce poème et la querelle qu’il va générer paraissent en pleine Guerre de Cent Ans qui coûte, à cette époque-là, très cher à la France.

58  A. Piaget, art. cit., Romania 34 (1905), p. 561.

59  Ibid., p. 375-376.

60  A. Piaget, art. cit., Romania 33 (1904), p. 189, v. 416.

61  Ibid., p. 187, v. 233-240.

62  Ibid., p. 192, v. 577-584.

63  R.-M. Bidler, Le Moyen Français 18 (1986), p. 18, v. 18-19.

64  R.-M. Bidler, Le Moyen Français, « Inedita & Rara » I (1982), p. 25, v. 103-104.

65  Ibid., p. 64, v. 1033-1038.

66  Ibid., p. 82.

67  Ibid., p. 24, v. 67-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Urdékian-Gassier, « Déconstruction et recomposition de La Belle Dame sans mercy dans le ms. Regina Latina 1363 », Babel, 16 | 2007, 209-238.

Référence électronique

Nathalie Urdékian-Gassier, « Déconstruction et recomposition de La Belle Dame sans mercy dans le ms. Regina Latina 1363 », Babel [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/706 ; DOI : 10.4000/babel.706

Haut de page

Auteur

Nathalie Urdékian-Gassier

Laboratoire Babel – Université du Sud Toulon-Var

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org