Navigation – Plan du site

Gautier architecte : étude sur la disposition des récits dans les deux Livres des Miracles1

Gérard Gros
p. 123-154

Résumé

L’auteur montre dans cet article comment Gautier de Coinci s’est lui-même fait l’architecte consciencieux de son œuvre. Dans les deux Livres des Miracles, il ne s’agit pas de mettre en évidence la cohérence d’un recueil qui s’impose d’emblée par l’auteur, la forme et les thèmes qu’ont en commun les textes réunis. Avec Gautier de Coinci, la mise en recueil des œuvres de l’auteur devient à proprement parler une mise en œuvre littéraire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les Miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, publiés par V. Frédéric Koenig, Genève, Droz (T (...)
  • 2  La Bruyère, Les Caractères, « Des ouvrages de l’esprit », 3. Œuvres complètes, édition établie et (...)

« C’est un métier que de faire un livre,
comme de faire une pendule… »2

1Lorsque l’on rédige, à ce qu’il semble, avec facilité, pour des raisons de circonstance éventuellement, lorsque l’on a composé d’abondance, et que, se retournant vers son passé, l’on publie ses écrits intégralement, grand est le péril de se réduire au compilateur de soi-même. Il est satisfaisant de rassembler des miscellanées. Gautier pouvait se contenter de faire nombre: il a fait œuvre. à bien y regarder, le souci de cohérence répond à la recherche de l’unité de soi par l’auteur, en même temps qu’il atteste le sens de l’idéal artistique.

2La somme qui nous est familière sous le nom de Miracles de Nostre Dame ne comprend pas que des récits merveilleux, édifiants et donnés pour vrais, mais aussi des chansons, du sermon, de la paraphrase de prière. Le tout, lyrisme compris, est un, bien entendu, puisque les chansons sont pieuses, les prédications d’un prêtre et l’oraison romane d’un prieur. De surcroît les images poétiques circulent d’une forme à l’autre.

3Aussi Gautier aurait-il pu limiter sa tâche à simplement juxtaposer ses textes narratifs: dans sa collection, telle quelle, apparaissait la grandeur de son effort. On s’avise avec un peu d’attention que les miracles n’ont pas été ordonnés sans concertation et que, même à laisser provisoirement de côté le prologue général de chacun des deux Livres et l’épilogue, il y a, dans la disposition des récits, des effets qui relèvent du souci architectural. Il en découle qu’il n’est d’œuvre digne de ce nom que “réflexive”.

Les proportions des deux Livres

4En apparence, il y a, quant au nombre de textes recueillis, déséquilibre entre les deux Livres.

5Au premier, Gautier rassemble trente-cinq miracles de Notre-Dame; il les a comptés, ce premier Livre venu à terme et le second entrepris, puisque li prologues en la seconde partie, lorsque l’auteur promet une suite, les dénombre avec l’approximation que voici:

De sez myracles plus de trente
Ai mis en ce premerain livre.
Puis qu’a mon chief santé me livre,
Encommencier veil le secont:
Talens me prent qu’ancor vos cont
Ce que la letre de li conte. (v. 40-45; III, p. 266-267)

  • 3  Adgar, Le Gracial, Pierre Kunstmann (éd.), Éditions de l’Université d’Ottawa, Ottawa, Canada, 1982

6Comme on voit, dans ces vers, c’est encore et toujours de Notre-Dame que parle Gautier. Plus de trente miracles: le décompte est fait par défaut, non sans suggérer l’ampleur de l’œuvre accomplie, qui d’ores et déjà représente les trois cinquièmes du Gracial d’Adgar3, composé de quarante-neuf récits. La seconde partie devrait-elle équivaloir à la partie mise au net, l’ensemble excéderait nettement l’œuvre du promoteur du genre.

  • 4  Hormis, par conséquent, prologues et textes lyriques.
  • 5  L’ensemble des miracles d’Adgar atteint 8616 vers.

7Le Livre II, cependant, réunit vingt-quatre miracles, onze de moins que le Livre I. La disproportion paraît manifeste. Elle est illusoire, à compter le nombre de vers atteint par les textes narratifs4 dans chacun des deux Livres: sauf erreur, au premier, 14643 octosyllabes, et 15733 au second. Différence infime: le moins qu’on puisse dire est que le volume de chacun des deux Livres est calibré. Quant à l’ensemble narratif, il comprend 30376 vers, soit trois à quatre fois le volume des miracles d’Adgar5.

8Cet effet d’équilibre est confirmé chez Gautier par d’autres sous-ensembles. Chacun des Livres comporte, avant la série narrative, sept chansons. Il n’est pas jusqu’aux prologues qui, dans chacun des Livres, ne soient de proportions équivalentes. Au premier, le prologue se scinde entre la présentation des miracles et l’annonce des chansons: il y a deux prologues. Le prologue du Livre II, d’une seule coulée, introduit aux textes narratifs puis aux poèmes qui suivent immédiatement. Les deux prologues du Livre I comprennent 330 + 74 vers, soit 404 octosyllabes; au Livre II, le prologue atteint 410 octosyllabes. Dans celui-ci, le passage à l’évocation du chant se repère aisément, aux vers 321-326, après l’incitation à prier la Vierge soir et matin:

Chantons de li sons et sonnés.
Ne soit ne clers ne clerçonnés
Qui ne la serve et aint et lot.
De Tyebregon et d’EmmelotLaissons ester les chançonnetes,
Car ne sont pas leurs chanchons netes. (v. 321-326; III, p. 277)

9Dans ce prologue du Livre II, Gautier consacre 90 vers aux chansons qui suivent. Dans l’un et l’autre des Livres, le prologue à l’œuvre lyrique forme un quart à un cinquième du discours d’introduction tout entier: la proportion est proche, ici et là, de celle du nombre des chansons par rapport au nombre des miracles.

10Certainement Gautier aura voulu ces proportions, en vue d’un effet d’équilibre. On est fondé à parler d’un projet d’architecte, appliqué à une œuvre monumentale. Quant au volume équivalent, à moins de 10% près, de chacune des parties, il paraît bien suggérer qu’un moment donné, Gautier aura rêvé son œuvre sous la forme du livre, au sens de l’objet composé de folios et copié en colonnes: travail d’auteur et plus encore d’éditeur.

  • 6  Chez Adgar, le miracle le plus court (XLVI) compte 18 vers, le miracle le plus long (XXVI, sur Thé (...)
  • 7  Philippe Ménard, Les Lais de Marie de France, contes d’amour et d’aventure du Moyen Âge, PUF (Litt (...)
  • 8  « Le mètre ordinaire du fabliau est le couplet d’octosyllabes. Sa longueur, le plus souvent de que (...)
  • 9  Pour le lai (narratif) : « Ce type de lai est apparu au XIIe siècle et s’est maintenu au siècle su (...)
  • 10  IV, p. 73-75, Comment li horsfevres fu renluminez : ce miracle se rattache à l’histoire mariale de (...)
  • 11  III, p. 303-459, De l’empeeris qui garda sa chasteé contre mout de temptations.

11La moyenne de longueur des textes s’établit à 514 vers6. Au vrai, ce nombre est peu significatif, si ce n’est pour confirmer, sans aucune espèce de surprise, l’affinité purement formelle qui existe entre le miracle et d’autres genres narratifs, de catégorie brève eux aussi, le lai7 et le fabliau8, dont la carrière est contemporaine9. En revanche, la disparité de proportions des textes, qui rappelle l’étonnante variation du volume des laisses dans la chanson de geste, ne laisse pas d’être instructive. Ici, le miracle le plus court, qui figure au Livre II, ne compte que 54 vers10: le récit le plus copieux est plus de soixante-dix fois plus ample, en totalisant 3980 octosyllabes11. Justement, on constate que les miracles les plus importants, non seulement d’après leurs proportions, mais encore au regard de leur sujet, se trouvent à l’ouverture de chacun des Livres. Au monument devait convenir le portique.

Les miracles initiaux des Livres

  • 12  I, p. 50-176 : Comment Theophilus vint a penitance.
  • 13  Dans le Gracial, le Miracle de Théophile est de loin, comme on l’a vu, le texte narratif le plus l (...)
  • 14  Gautier suit peut-être encore l’exemple d’Adgar dans le choix qu’il fait des dédicataires-destinat (...)
  • 15  Paris, BnF, nouv. acq. fr. 24541.
  • 16  Le manuscrit s (Tours, BM 948, XIVe siècle) offre un titre très voisin : Ici commencent li miracle (...)

12C’est avec le très canonique Miracle de Théophile que commence le Livre I12. Il s’agit après tout du plus ancien exemple attesté de miracle de la Vierge. En son Gracial, quelque cinquante ans plus tôt, Adgar, déjà, l’avait mis en vedette en l’enregistrant13: Gautier suit peut-être son exemple14. Il a priorité dans le recueil miraculaire, et c’est bien ce qu’énonce le titre que lui donne par exemple le manuscrit S15: Ici commencent les miracles de Nostre Dame, premierement de Theophilus16.

  • 17  Sur ce récit, voir Annette Garnier, Mutations temporelles et cheminement spirituel. Analyse et com (...)

13En tête du Livre II figure le récit le plus long de toute la collection, que le même manuscrit S intitule: De l’empereris de Romme qui garda chasteé en mout de temptations17. Ces deux miracles relèvent du passé. Dans l’introduction du premier, Gautier écrit:

Il m’est avis que truis el livre
Qui matere me donne et livre
Qu’ainz que Persant par leur pooir
Rome venissent asseoir,
Un evesque eut doz et propice
En la contree de Celice. (v. 13-18; I, p. 51)

  • 18  Cette ancienne région d’Asie Mineure a été intégrée en 1921 à la Turquie, dont elle forme la parti (...)
  • 19  « La letre dit qu’a ce tempoire… » (v. 35 ; III, p. 304). Pour confirmation du sens de “texte en l (...)

14Succinctement, c’est un modèle d’exposition, avec, outre l’indication de la source (écrite, en latin selon toute vraisemblance, et par conséquent digne de foi), la présentation des circonstances de temps et de lieu, et l’évocation d’un personnage. On observe que, si la région situant l’histoire est la Cilicie18, la référence centrale, au point de vue géographique, est Rome. Au miracle inaugural du Livre II, l’auteur présente, sous l’autorité de la letre19, autant dire l’“écrit en latin”, un couple impérial, à Rome:

  • 20  = “Très engagé dans la foi”.

Un empereür eut a Romme
Mout bien creant20 et mout preudomme
Et de mout grant auctorité.
Dame de grant nobilité,
Josne pucele, avoit a fame.
De sa biauté couroit grant famme. (v. 43-48; III, p. 305)

15Envisageant de transmettre ces deux miracles anciens, enregistrés en latin, la langue de la Vulgate, Gautier fait œuvre de la translatio, dans le sens technique et plus encore culturel du terme. Du premier au second de ces récits initiaux, le mouvement est centripète. On en vient au centre de l’Empire, à Rome, où s’est établie la foi dans la légende mariale, illustrée par le second de ces textes vénérables. Au parvis de chacun de ses livres monumentaux, le moine-écrivain convoque une autorité qui donne en quelque sorte au propos la dignité d’une Bible mariale. Ainsi les miracles relativement récents de Notre-Dame de Soissons (et d’autres sanctuaires marials en France) sont-ils ancrés dans une tradition qui les autorise et qu’en retour, sans rupture, ils actualisent, étant donné que le livre en latin reste garant de la tradition.

  • 21  Rappelons et signalons que ce nom, venu du grec, correspond au latin Amadeus et au slave Bogomil.
  • 22  Voir par exemple le mouvement final de Comment Theophilus, v. 1785-2092, I, p. 157-176, où Gautier (...)

16Entre l’un et l’autre des commencements, Gautier observe un effet de parallélisme. À côté de ce procédé de construction, la correspondance entre les deux entrées en matière est de symétrie du point de vue moral. Ici, la princesse, et des plus éminentes, là, Théophile, un clerc dont le nom même avoue son amour pour Dieu21. Ici, la dame préservée du péril de luxure, et là, le clerc recouvrant la vertu d’humilité. Ce sont, pour la femme et pour l’homme, deux modèles de comportement vérifiant la bonté tutélaire de Notre-Dame; ce sont aussi deux leçons de sagesse – il y aurait long à dire, en effet, sur le sermon qui, faisant office de moralité, vise à rendre la narration profitable22; on y peut voir enfin, de près ou de loin, deux exemples d’imitation de la Vierge. Il n’est pas moins vrai qu’alors, Gautier évite ou brise un parallélisme convenu qui voulait qu’à l’histoire de Théophile correspondît celle de Marie l’Égyptienne: on apercevra plus loin ce qui peut avoir guidé le prieur de Vic dans son choix du modèle féminin.

Les miracles premier et deuxième au Livre I

17Il convient maintenant d’examiner de quelle manière, après Comment Theophilus et De l’empeeris, Gautier continue. De quelle nature, après le recours initial à la tradition miraculaire, est la suture avec la légende mariale en Soissonnais et en France, en somme ici et maintenant? Quel est le style de l’architecte?

  • 23  éd. citée, p. 63-65 (114 vers). Adgar fait de Tolède une illustre cité dans la promotion du culte (...)
  • 24  Dans le manuscrit a (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 9229-9230, XIVe siècle), par exemple, Comment (...)
  • 25  Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10747, XIIIe siècle.
  • 26  Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3517-3518, 2 vols, XIIIe siècle.
  • 27  En E (Paris, BnF, fr. 817, XVe siècle) et S, le titre est : De saint Ildefont (Hyldefonse S) arcev (...)

18Au Livre I, le deuxième miracle du recueil est intitulé: D’un archevesque qui fu a Tholete. Tholete est Tolède, et l’archevêque, saint Ildefonse, neveu, et successeur, au trône archiépiscopal, de saint Eugène. Au Gracial d’Adgar, c’était le récit inaugural23. Chez Gautier, il s’agit derechef, après Théophile, d’un récit très long: 2356 vers. Il est vrai que dans sa partie centrale, il prête longuement à la satire. Il n’est pas moins vrai que son ampleur semble d’emblée le rattacher, à l’instar de Comment Theophilus et De l’empeeris, au genre appelé vie dans la langue vernaculaire24, et des titres tels que De saint Yldefons, au manuscrit B25, De sant Hyldefons qui fu archeveskes de Toulete, en D26, etc.27, sont là pour confirmer cette impression.

19Le texte du miracle se ressent d’ailleurs de la Vita qu’aura consultée Gautier; au détour d’une phrase, tel détail, dûment authentifié, concourt à la caractérisation de l’époque aussi bien qu’à la précision du portrait; ainsi n’est-il pas anodin d’apprendre qu’Ildefonse avait été l’élève d’Isidore de Séville:

  • 28  = “d’éminentes qualités”.

Abbes fu ainz, evesques puis.
Yssidorus, li parfons puis,
La grans fontainne de clergie,
Ses maistres fu, ce dist sa vie.
Bien i parut que bon maistre ot.
Qui bien sa vie entent et ot
Entendre puet bien et savoir
Qu’eut grant bonté28 et grant savoir. (v. 693-700; II, p. 31-32)

  • 29  Il s’agit d’un texte de 3792 alexandrins à rime suivie. Voir Gautier de Coinci, La Vie de sainte C (...)

20Cette vie, dont il est important d’entendre et de comprendre le récit, désigne en Gautier l’éventuel hagiographe. Il le fut par le passé, de sainte Christine29, comme on l’apprend incidemment, plus loin, dans le même récit; le prieur, alors, s’adresse familièrement à Léocadie pour lui demander de favoriser en somme auprès de la Vierge, en sa faveur, une intercession double:

  • 30  = “prairies”.
  • 31  La distinction entre chanter et lire, au dernier vers, est intéressante. D’une part, Gautier ne ti (...)

Quant por deduire en ses preax30
Maine ses virges la roïne,
Prent avec toi sainte Cristine,
Dont rimoiai l’autr’an l’istoire,
Se li prïez que face en gloire
Por celui faire un petit lit
Qui chante tant de li et lit. (v. 2238-2244; II, p. 90)31

21Au présent récit D’un archevesque, la biographie (du saint prélat) se conjuguant avec un miracle de la Vierge, et un autre de sainte Léocadie, en l’occurrence il s’agit moins d’une vie que d’une tranche de vie. Gautier hagiographe, ainsi, ne se limite pas (si l’on ose dire) à la légende de Notre-Dame; à côté de ce culte d’hyperdulie, le culte de dulie, à la gloire des saints, nourrit son dessein littéraire. On voit bien cette double portée du texte avec le présent miracle, où le culte de dulie se partage entre saint Ildefonse et, du côté féminin, sainte Léocadie principalement.

  • 32  Saint Théophile le pénitent est fêté par l’Église à la date du 4 février.
  • 33  Au cours du miracle, Gautier dit que chacun de nous doit combattre trois champions, qui sont « Li (...)
  • 34  La fin de cette sainte (entrée dans les ordres) est sublime : « Quant defina la sainte fame, / De (...)

22De même, on ne saurait oublier que le clerc Théophile, à la suite et en raison du pardon que lui avait obtenu la Vierge, a été canonisé par l’Église32. Au miracle De l’empeeris, enfin, le chrétien peut s’inspirer d’une sainte laïque33 et, comme il en existe tant, anonyme34. Alors que la Vierge intercède entre la créature et son Fils, il est entre le pécheur et la Vierge des intercesseurs pour ainsi dire intermédiaires, les saints, et les saintes surtout, qui composent la cour céleste de Notre-Dame. Ainsi l’écrit de Gautier, s’il a toujours pour fin de louer et supplier Notre-Dame, envisage éventuellement l’édification par l’hagiographie, qui justifie à son tour, avec un même foisonnement, la satire du moraliste ulcéré de voir le monde aller à l’envers. Importe en toute chose la vérité: du miracle puisé dans l’écriture, ou de la vie pareillement authentifiée, que l’auteur, évoquant celle qu’il a composée de sainte Christine, appelle justement istoire.

  • 35  Comment Theophilus : « Un evesque eut doz et propice / En la contree de Celice » (v. 17-18 ; I, p. (...)
  • 36  Le vidame (le mot vient du latin vice-dominus) était l’officier qui remplaçait le seigneur ecclési (...)

23Pour en venir, après ces considérations sur le genre, aux éléments thématiques, le prélat de ce deuxième miracle rappelle évidemment, par simple allusion, l’évêque de Cilicie35, dont, au récit précédent, Théophile était le vidame36. Et, bien entendu, entre cette histoire et l’Espagne wisigothique, le temps a passé, qui nous rapproche pour ainsi dire des temps modernes, le XIIIe siècle. Outre ces menus faits, la raison d’être de ce miracle, à cette place au premier Livre, est autrement justifiée.

  • 37  Paris, BnF, fr. 25532, XIIIe siècle.

24Ici encore, le titre développé dont une version, contenue dans le manuscrit N37, pare D’un archevesque est à cet égard éloquent: De sainte Leochade au tans que sainz Hyldefons estoit arcevesques de Tholete cui Nostre Dame donna l’aube de prelaz. De fait, Gautier ne tarde pas à présenter ainsi les bonnes dispositions de saint Ildefonse:

Veritez est que doucement,
De tout son cuer, de tout[e] s’ame
Amoit et servoit Nostre Dame.
Aprez la mere au roy de gloire
Mout eut en cuer et en memoyre
Ma dame sainte Leochade. (v. 16-21; II, p. 6)

  • 38  La fête de sainte Léocadie de Tolède tombe le 9 décembre. En écho, pour confirmation, voir Comment (...)
  • 39  « En air la tombe s’est levee, / Qui tant ert grans et tant ert lee / Et tant pesanz, ce truis ou (...)

25Cette dévotion spéciale et ardente est récompensée lors d’une cérémonie qui, « en uns avens », célèbre la fête de la sainte38. Son tombeau se soulève39, puis:

En mi la fosse en es le pas
Se rest drecie la pucele
Si bele et si plaisanz com cele
Qui tant eut bel et cler le vis.
De sa biauté, ce lor fu vis,
Toute l’eglyse enlumina. (v. 90-95; II, p. 8-9)

26Tel est, dans cette vie, le miracle nommé l’“Apparition de sainte Léocadie”.

27Puis, de saint Ildefonse encore, à propos de la Vierge Marie:

De sa sainte virginité
Un livre fist si biau dité
Si biau diter ne le peüst
Se grant amor a li n’eüst. (v. 587-590; II, p. 27)
Une nuit, la Vierge, ce livre à la main, apparaît au prélat:
En sousriant a bele chiere,
Une aube li donoit mout chiere,
Plus blanche assez, ce li ert vis,
N’est nois negie ou fleur de lis. (v. 617-620; II, p. 29)

28Tel est, dans cette vie, le second miracle, marial cette fois: la “Collation de la chasuble”, pour parler comme les hagiographes.

  • 40  « Faite li fu sa sepulthure / Lez Eügene, son ancestre. / Ne volt gesir ne ne volt estre / En autr (...)
  • 41  « La virge adonques, saint et saintes, / Filatere et reliques maintes / De la vile furent ostees. (...)
  • 42  « Tholete est toute enpaienee ; / Encor fust ele ou païs nee, / Ne les prise ele un pois baien, / (...)

29L’archevêque a voulu être inhumé dans l’église de sainte Léocadie40. Puis le temps a passé; de la contrée tolédane anéantie par la guerre, la relique de sainte Léocadie a été transférée en France41. À présent, il ne faut pas compter qu’elle retourne à Tolède ni même à Saint-Médard de Soissons42. Aujourd’hui, Vic-sur-Aisne est sa résidence de prédilection:

  • 43  = “la demeure”.
  • 44  = “à cette époque”.

Le liu de Vi mout aimme et l’estre43;
Bien a moustré qu’ele i vielt estre.
Encor vivent cil qui me dirent
Que leur pere les larrons virent
Qui la ravirent et emblerent;
Mais li dui luez i avulerent,
Li tiers les niers eut si retrais,
Si boçus fu et si contrais
Qu’ainc puis seur ses deus piez n’ala.
Une viez crois encor a la
Qui faite i fu a ce tempoire44
Por ce myracle estre en memoire. (v. 2059-2070; II, p. 83-84)

  • 45  III, p. 214-248.
  • 46  « Quatre jors plains et quatre nuiz / Dura cis enuieus anuis, / Mais cele a cui m’en atendi, / Dev (...)
  • 47  « A demander pas ne convient / Se grant joie eut aval la vile, / Car samedis ert et vegile / De la (...)
  • 48  « Que de memoyre ne dechaie, / Talens me prent que vos retraie / Une merveille que je vi, / Queque (...)
  • 49  Voir par exemple Comment Theophilus, où, après avoir évoqué la mort et l’inhumation du clerc, l’au (...)

30Comment, dès lors, ne pas souhaiter entendre des nouvelles de sainte Léocadie, dont le prieur de Vic est si proche? On l’a deviné: parce qu’un thème subsidiaire du présent texte, piquant suffisamment la curiosité pour appeler une suite, une mise à jour, devient le sujet principal et attendu d’un autre, voici que par-delà plus de trente récits, ce deuxième miracle est relié directement avec le dernier du Livre I: Comment sainte Leochade fu perdue45: nous sommes alors au bord de l’Aisne, en Soissonnais. La relique de la sainte, après quatre jours d’angoisse46, est retrouvée la veille de la Pentecôte de 121947. Gautier dès l’incipit a dit vouloir rapporter ce qu’il a vu et ressenti48. C’est du témoignage direct que se nourrit le texte du miracle, et la somme de Gautier s’enrichit au présent. Le miracle est inépuisable. Aussi appartient-il à la dynamique de l’œuvre de rejoindre notre temps. Dans l’actualité se vérifie la vigilance intacte de la Vierge. Il en résulte qu’échappant aux traditionnels critères du conte merveilleux, tout autorisés qu’ils paraissent par l’écriture hagiographique49, un tel récit baigne dans l’exaltation d’un lieu réel et sanctifié par la présence de la relique.

  • 50  D’un archevesque : « Faite li ai fiertre novele, / Riche cyboire et riche lit : / Or se repost, or (...)
  • 51  Gautier d’Ildefonse, à propos de Léocadie puis de la Vierge : « Ne vos sai dire ne ne puis / Com i (...)
  • 52  « Por plus acorer mon corage, / Avec la pucele une ymage / De ma dame sainte Marie / Embler me fis (...)
  • 53  Gautier à la Vierge : « Hyldephonsus, vos bons amis, / Bien commandés s’estoit et mis / En vostre (...)

31Plus subtilement, cette mise à jour esquisse un parallèle entre Ildefonse et Gautier. Tous deux sont de fervents dévots de la Vierge, et le prieur de Vic entoure de ses soins la relique autrefois vénérée par l’archevêque50; en outre, sur la Vierge et sur Léocadie, tous deux auront écrit51. Le malheur du vol de la châsse, à Vic, n’est pas venu seul: on a dérobé du même coup, pour en piller les joyaux, la statue de la Vierge qu’avait fait sculpter et peindre le prieur52. Notre-Dame, ensuite, a rétabli l’ordre. En fin de compte on peut considérer les miracles reçus par l’évêque de Tolède en son église cathédrale comme un exemple idéal pour le prieur de Vic53, et comme un modèle Ildefonse. Incontestablement, la vie de ce saint prélat confirme Gautier dans son entreprise.

  • 54  Gautier, en cette occurrence, avait encore Adgar pour devancier. Le Gracial présente en effet (XXV (...)
  • 55  III, p. 60-73 (324 vers).

32Ce rapprochement implicite et personnel n’empêche pas un écho secondaire, ou plutôt une correspondance avec un autre texte mis en roman par Gautier. En effet, le miracle de saint Ildefonse étoffe, et, pour ainsi parler, redouble en l’anticipant le schéma du récit nommé De un evesque de Clermont54, le vingt-septième du Livre I55, dont l’histoire fait contrepoint à celle de l’évêque de Tolède.

  • 56  « L’archangele pria et requist / Qu’il depriast a Nostre Dame / Merci daignast avoir de s’ame » (v (...)
  • 57  Voir, juste après la nuit du miracle : « L’endemain mout isnelement / Qu’esclairié fu et ajorné / (...)

33De même qu’Ildefonse est un fervent dévot de sainte Léocadie, saint Bon, l’évêque de Clermont, demande à saint Michel d’intercéder pour le salut de son âme auprès de Notre-Dame56. Au demeurant, c’est dans une église dédiée à saint Michel, hors de Clermont57, que nuitamment se produit le miracle en sa faveur. Ildefonse avait écrit sur la virginité de Marie: c’est au titre de cette preuve de piété qu’il a reçu des mains de la Vierge l’aube inconsutile; Bon, absorbé dans sa prière, est invité à célébrer une messe de Notre-Dame: Notre-Dame, en récompense de son service, lui donne une chasuble:

  • 58  = “préparer”.

Biaus doz amis, je ne veil mie
Que por nïent m’aies servie,
Ainz en aras ceste chasuble.
A mon service adez l’afuble.
Si bien la t’ai faite atirier58
Qu’enviesir ne puet n’empirier. (v. 139-144; p. 65)

  • 59  « Bien pert n’est pas d’ovre terrestre, / Car nus n’i muse si grant piece / Cousture i puist trove (...)
  • 60  « Li livres dist, ou je le lui, / C’un fol evesque ot aprés lui. / Tant fu folz et de fol affaire (...)
  • 61  « Mais tant de mez ot enmalez / Et tantes fois baisa sa coppe / Qu’il estoit yvres comme soppe » ( (...)

34Cette chasuble de facture céleste, évidemment inconsutile59 et que seul aura méritée saint Bon, va susciter l’envie de son indigne successeur au trône épiscopal. Exactement, sans aller, comme Syagrïus de Tolède, jusqu’à s’approprier à son dam le vêtement sacré, ce malheureux et fol evesque60, à souhait présomptueux, imite l’ardente piété de saint Bon, dans le désir d’en être à son tour gratifié par la Vierge. À mi-parcours, le récit de Gautier bascule ainsi dans une sorte de miracle inverse, où Notre-Dame, à ce qu’il semble, et pour notre agrément, se pastiche (il faut préciser que ce prétentieux d’évêque est de plus un ivrogne61): au lieu de s’éveiller au matin, dégrisé, sur le dallage de l’église, il se retrouve chez lui, dans son lit, telle est la maternelle indulgence et bonté de Notre-Dame, et s’en doit contenter pour toute récompense.

  • 62  « Cis myracles bien nos descuevre / Qu’en yvrece a mout vilainne oevre » (v. 225 (alinéa)-226 ; p. (...)
  • 63  « Qui sougis est a gloutrenie / Plus en est vielz en ceste vie, / En l’autre siecle en rest perdus (...)
  • 64  « Tenons nous net, tenons nous sobre / Se nos volons que nos prïeres / Soient plaisanz, netes et c (...)

35Avec les motifs du saint pressenti comme intercesseur entre la Vierge et le suppliant, du salaire de la ferveur et du successeur indigne, on reconnaît une structure employée déjà dans le miracle de saint Ildefonse. Ici, toutefois, la mésaventure du mauvais prélat donne à Gautier l’occasion de fustiger, dans un long sermon, l’ivresse62, variante du péché de gloutrenie63: rien ne plaît à la Vierge Marie comme un priant sobre64.

Les miracles premier et deuxième au Livre II

  • 65  III, p. 460-505.
  • 66  D’un archevesque, en effet, comporte 2356 octosyllabes.

36Au Livre II, le deuxième “miracle”, après De l’empeeris, est intitulé Des nonains Nostre Dame de Soissons65 et comporte 1178 vers, soit exactement la moitié du deuxième miracle du Livre I66. Cette indication de proportion numérique est de peu d’intérêt, si ce n’est pour suggérer que Gautier s’astreignait peut-être (et avant lui, dans ce cas, Adgar) à composer par séances dont le résultat devait être un nombre de vers déterminé.

  • 67  Les autres versions laissent ce prologue sans rubrique et intitulent le texte qui suit.

37Des nonains pose problème du point de vue du genre: un mot s’impose sur sa composition, son sujet et sa destination. Trois versions manuscrites du texte distinguent entre un prologue de 76 vers67, d’autant plus autonome qu’il se clôt sur Amen, et le “miracle” proprement dit: D annonce Li prologes de cest miracle qui vient aprés; on lit dans N: Ci commence li prologues de la chasteé des nonnains. Dès le début, ce prologue annonce, en justification d’un désir qui enfreint la continuité de la logique architecturale, une apparente bifurcation de sujet:

  • 68  = “un plateau”.
  • 69  = “garçon de courses”.
  • 70  = “coureur à pied”.

Ici me prent, ici m’aard
Granz volentez, par saint Maard,
Qu’a mes dames que mout ai chieres,
As damoyseles, as cloistrieres
De Nostre Dame de Soissons,
Envoy un mes de tes poissons
Com j’ai pechié a Vi seur Aisne.
Par un garçon sour un ais68 ne
Lor tramet je pas cest present,
Ainz lor envoy, ainz lor present
Par cest biau livre et par ces pages,
Qui parleront plus bel q’uns pages,
C’unz troteapié69 ne c’unz corliuz70. (v. 1-13; III, p. 460)

  • 71  Blois, BM 34, XIIIe siècle.
  • 72  Paris, BnF, fr. 2163, XIIIe siècle.
  • 73  « Des myreoirs dont je vous cont / Deus en i a qui propre sont / A vous cloistrieres, a vous dames (...)

38C’est là d’ailleurs que le troisième des manuscrits à pourvoir d’une rubrique ce prologue, A71, se montre (excepté sur la destination) tout à fait explicite: Il envoie son livre a Saint-Maart. Si l’adresse est erronée, ce prologue est bel et bien l’envoi, la dédicace d’un texte offert par Gautier aux moniales de Notre-Dame de Soissons. Comme abondance de biens ne nuit pas, le recueil des Miracles de Nostre Dame, au commencement du Livre II, inclut un livre précédemment ou simultanément conçu. Ce livre a pour objet la défense et illustration de la chasteté des moniales, et, dès après le texte du prologue, les rubriques des différents manuscrits y insistent, exprimées, comme dans E et M72, en latin, De castitate sanctimonialium, en roman, De la chasteé des seintes nones (A), De la chasteé des nonnains (N) ou encore insistant, à la façon de B, sur les deux “miroirs”, Des deus mireours, à savoir, comme en instruit le texte lui-même, les deux modèles proposés aux religieuses par Gautier, la Vierge et Marie-Madeleine73. Il y a donc, outre la bifurcation de sujet, un changement de genre, puisqu’il ne s’agit plus, momentanément et provisoirement, de miracle, à savoir un récit rapportant et glosant un fait merveilleux, mais d’un sermon, si poétique soit-il.

39Nul n’est moins sermonneur et ratiocineur, en effet, que l’auteur de cette homélie: De la chasteé as nonains consiste en un lyrique et vibrant éloge de la féminité vierge et chaste. Ainsi, de proche en proche, la reprise de l’apostrophe en anaphore, exalte, avec un effet presque incantatoire, et de toute façon sous forme de longs couplets, la sainteté de ces moniales aspirant au salut par consentement au sacrifice:

Vous damoyseles, vos velees
Cui a s’amor a apelees
Li crïeres qui tout cria,
Le siecle et tout quanqu’il i a
Haïr devez et defuïr,
Et plus que fiens vos doit puïr. (v. 159-164; p. 466)

  • 74  = “vos rôtis”.
  • 75  Voir aussi v. 77-79, 132-135, 259-267, 297-303, 439-447, 527-530, 731-743, 855-859, 869-877, 901-9 (...)

Vous damoyseles, vos cloistrieres,
Qui les robes riches et chieres
Avez guerpies pour noirs froz
Et vos chevaliers et vos roz74
Avez perdu pour Dieu avoir,
En l’eschequier dou ciel pour voir
Vos fera Diex toutes roÿnes. (v. 701-707; p. 487)75

  • 76  Contrefaire ayant pour sens “reproduire par imitation”, on appelle contrafacture la réfection reli (...)

40Il s’agit d’un sermon qui, persuasif de proche en proche et graduellement, suppose et prépare une telle adhésion des moniales qu’il se termine en contrafacture lyrique adressée, pour sa mise en œuvre, à un chœur de vierges76. Au sens exact du terme, tout le propos finit en chanson. De la chasteé as nonains montre comment, chez le prieur de Vic, un discours échappé du modèle livresque, et par conséquent librement choisi, s’épanouit en poème.

  • 77  « Toutes rendues, toutes dames / Noires et blanches qui le monde / Pour l’ame faire pure et monde (...)

41Cependant il faut définir plus précisément la composition matérielle et la destination du livre que Gautier, signant son présent et son œuvre77, adresse à la communauté de Notre-Dame de Soissons. Pour la destination, l’auteur, dans le prologue, fait de l’objet de la mission, le livre, son propre chargé de mission:

Livres, va t’en isnelement,
Salue moy mout doucement
L’abbeesse de Nostre Dame,
Qui mout est certes douce fame.
Les damoiseles, les cloistrieres
Salue moi, quant en cloistre ieres,
Cent mile fois a tout le mains… (v. 23-29; p. 461)

42Un envoi protocolaire, et déjà quelque espoir de fructification du texte, ensuite, auprès des moniales. Cependant Gautier compte sur une diffusion plus large, ou du moins sur une migration de plus grande envergure du livre, auquel il assigne une mission nouvelle:

  • 78  Lieux, adjectif, est enregistré par Godefroy (IV, p. 778c), au sens de “joyeux”, avec évidemment r (...)
  • 79  La forme esqueue est la première personne du singulier du présent du subjonctif de escoer, qui, pr (...)

Quant de Soissons departiras,
Cinc cenz fois salüer m’yras
L’abeesse de Fronteuvraut,
Que je mout aim et qui mout vaut… (v. 43-46; p. 462)
Quant au contenu du livre, le même prologue, par allusion, est clair:
De toutes celes qui cors liuz78
Pour Jhesu Crist ont esleüs
Doit cis presens estre leüs
Et li myracles de la dame
Qui jeta puer le cors por l’ame.
Par le myracle et par la queue
Daint Diex voloir qu’encor esqueue79
Aucune bonne crestïenne
D’amer la joie terrïenne. (v. 14-22; p. 460-461)

  • 80  « […] / Un bel miracle weil retraire / Et en rommans de latin traire. / L’empeerris dou grant empi (...)

43Le livre en question, ou du moins le présent livresque (en deux volumes éventuellement), comprenait donc De l’empeeris et le sermon qui suit, présenté dans le prologue intermédiaire comme la queue du miracle, un miracle à longue queue. Certes, avec De l’empeeris, Gautier espérait exhorter à la chasteté les gens du monde qu’il voyait perdre leur âme80: il est probable qu’il n’a pas écrit ce miracle en pensant d’abord et pour l’offrir aux moniales de Soissons. C’est bien pourquoi la fin de l’épilogue, au miracle, est pourvue de quatre vers de suture ajoutés soit lorsque le sermon devenait la queue du miracle, soit pour assurer la succession des deux textes au moment de concevoir le recueil des Miracles en édition définitive:

  • 81  = “ma provision de graines”.

Qui vielt oïr oie comment
Un petitet de mon froment
Veil ci semer et de m’anone81:
Parler encor veil de ma none. (v. 3977-3980; p. 459)

44Dans le corps du sermon, jamais le miracle n’est perdu de vue. De la chasteé as nonains a été écrit en référence à De l’empeeris. Dès les premiers vers du second texte, l’attention des moniales est attirée sur la résolution qu’avait prise l’impératrice:

Vous damoyseles et vos dames
Qui de cuer et de cors et d’ames
Au roy dou ciel estes donnees,
Qui beneoytes et sacrees
Estes au roy de paradys,
Prenez garde que fist jadis
L’empereris de grant bonté
Dont ci devant vos ai conté. (v. 77-84; p. 463)

  • 82  V. 77-119 ; p. 463-464.

45Ce sont les 43 premiers vers du sermon qui, s’adressant directement aux moniales, rappellent l’histoire qui précède: une entrée en matière aux proportions d’un prologue82. Plus loin, lorsqu’il est question de préférer au mariage la chasteté consacrée au Seigneur, est allégué de nouveau le modèle de l’impératrice; il faut citer un peu longuement, pour discerner les valeurs que Gautier prête à l’exemple:

Mout vos vient certes de haut cuer
Quant mortel home jetez puer,
Qui petit dure et petit vaut,
Pour le signeur qui maint en haut,
Qui toz tans dure et toz tanz vit.
En son cuer bien tout ce provit
L’empereris dont j’ai conté:
Ne roy ne conte ne conté
Ne prisa pas vers Dieu un pois.
A la grant livre et au grant pois
Seut bien que Diex li renderoit
Quanqu’ele pour s’amour feroit.
Mout joua bien, mout fist bon trait
Quant de richece se retrait
Pour enserrer en povre cloistre.
Mout se seut bien ou ciel acroistre
Quant en terre s’apetisa.
L’amours de Dieu bien l’atisa,
Bien l’embrasa et bien l’esprist
Quant laissa Rome et cloistre prist.
Mout joua bien et gentilment
Et mout traist bien et soutilment
Quant pour le ciel jeta puer Romme
Et quant pour Dieu guerpi sen homme
Et quant vaut perdre son auffin
Pour le roy qui durra sanz fin. (v. 675-700; p. 486-487)

46La prise de voile, en l’occurrence, aura signifié bien plus qu’une initiative individuelle: un renversement social, moral et spirituel plein d’avenir, au sens personnel et spirituel du terme, où l’apparence est démentie par la réalité, les promesses de l’humilité consentie l’emportant sur les grandeurs d’état. L’impératrice aura bien joué: comme il est question d’un acte réfléchi dans un milieu social élevé, pointent subsidiairement les métaphores inspirées du jeu d’échecs, comme cet « auffin » (v. 486), qui en désigne le fou. En définitive, irait-on jusqu’à voir en Gautier l’écrivain d’une utopie, celle d’un monde où la foi parviendrait un jour à changer les valeurs, au plus grand profit de la contemplation, c’est-à-dire d’une joie sans mélange acquise à force de volonté?

47De l’empeeris est pour les moniales une lecture où régler sa conduite. On voit que la succession des textes n’a rien de fortuit ou de factice, où le premier est proposé comme un exemple, historique en somme, et venu de Rome; un exemple moral aussi d’abandon à Dieu, plus précisément un exemple sociologique, attestant de la part de la femme la plus haut placée dans la hiérarchie des états le rejet du monde. On perçoit alors le désir de Gautier architecte, au moment de donner essor à chacun de ses Livres. Le premier expose le sens fondamental de la clergie chez l’homme; au second, l’appel à la sainteté féminine implique un vœu de chasteté, sinon de virginité: certainement, c’est le public à toucher, aristocratique d’abord, ensuite religieux, qui détermine le choix d’un modèle et d’un sujet, celui de l’impératrice, éludant l’aventure de Marie l’Égyptienne. Chacun des Livres commence par un miracle illustre, et traduit. D’un archevesque qui fu a Tholete, au Livre I, a pour nouveauté le développement sur sainte Léocadie, qui désormais repose à Vic-sur-Aisne: un exemple de sainteté féminine et de virginité consacrée repris en clôture du même Livre. Au Livre II, Des nonains exhorte à une vie pure les moniales de Notre-Dame de Soissons. Du prieur auteur aux moniales, du moine à la femme cloîtrée, le Soissonnais devient cette contrée pieuse où par la grâce d’un talent et à la lumière d’une foi, fructifie la grâce de Notre-Dame.

L’enseignement des préambules

48Si Gautier a conçu son œuvre monumentale avec tant d’attention et de soin, en respectant la loi de l’équilibre et en ménageant des effets de parallélisme et de correspondance, il est probable que les préambules des récits, justifiant en quelque façon la place des textes nouveaux dans une succession, reflètent à leur tour, en somme dans le détail, la conscience de l’architecte.

  • 83  Voir, supra, note 16.

49En partant du principe qu’un prologue s’écrit a posteriori, justement pour situer un récit dans un ensemble, on s’aperçoit que Gautier pourvoit le Miracle de Théophile d’un préambule qui vaut préface au recueil entier: comme on l’a peut-être repéré83, certains des titres dont ce texte liminaire est affecté dans plusieurs manuscrits sont à cet égard évocateurs.

Pour chaus esbatre et deporter
Qui se deportent en porter
Honeur celi qui Dieu porta,
Myracles ou grant deport a
Rimoier vuel par grant deport,
Car en trouver mout me deport
De celi qui fist la portee
Qui toute joie a aportee.
En li loer est mis depors,
Car c’est la rive et li drois pors
Qui toz les dous depors aporte
Et qui dou ciel est pons et porte. (v. 1-12; I, p. 50- 51)

  • 84  Sur ce point, les versions dans leur ensemble paraissent d’accord.

50Au fond ce préambule énonce un programme: en tant que tel, il représente le recueil entier. Comme il présente l’entreprise à son commencement, on peut imaginer la rédaction de ce douzain postérieure à la collecte d’un certain nombre de récits. La figure de l’antanaclase, enrichie par la dérivation, traduisant la griserie d’une notion par le débordement de la rime au corps du vers, donne à l’extrait son unité, fonde la cohérence du projet: au port du Sauveur par Notre-Dame (« pors », v. 49) vient rimer le deport du miracle littéraire en tant que sujet (« depors », v. 48), mais aussi, plus encore peut-être, en tant qu’objet de création poétique et d’audience. Il n’est pas jusqu’au terme de « trouver », au vers 6 (au milieu de la déclaration) qui ne prenne ses distances avec la définition du lyrisme contemporain – que pratique l’auteur en tant que trouvère – puisque trouver, ici, veut dire explorer un fonds livresque, interroger la mémoire collective, en somme puiser dans un gisement inépuisable, et au mieux développer la louange de la Vierge en œuvrant dans la nouveauté. Quoi qu’il en soit, Gautier dans ces vers liminaires emploie « myracles » au pluriel84: le préambule du premier récit prélude au recueil entier.

51Certainement le retour à l’identique de l’antanaclase repérée plus haut dans la péroraison du miracle ultime – le cinquante-neuvième – n’a rien de fortuit. Gautier vient de louer la Vierge et de la supplier d’emporter avec elle en paradis sa malheureuse âme; il ajoute, en considérant maintenant la destinée de son œuvre, à la toute fin de ce dernier texte:

  • 85  Ces vers sont suivis, dans le manuscrit choisi par l’éditeur, de la mention « Explicit liber secun (...)

Et par ta tres grant cortoisie
Bone fin done et bone vie
A touz ceuz et a toutes celes,
Clers et lais, dames et puceles,
Qui cest livre deporteront
Et qui honeur li porteront.
D’or en avant chascuns l’emport,
Si chant et lise par deport.
Maint myracle i a deportant
Et si a d’autre deport tant
Que chascuns se doit deporter
En lui tenir et comporter. (v. 297-308; IV, p. 429-430)85

  • 86  Au demeurant, colporter, enregistré pour la première fois dans notre langue par le Dictionnaire fr (...)

52Maintenant la notion d’honneur est transférée de Notre-Dame au Livre de ses miracles. L’œuvre est complète, et le Livre achevé; certainement il faut entendre: les deux Livres. Gautier en envisage l’audience. Il s’agit d’abord d’un public, des deux sexes et des deux catégories, séculière et régulière, sur lequel l’auteur implore la Vierge de veiller: « bone vie » suppose une assistance spéciale à ces hommes et femmes de bonne volonté, néanmoins faillibles; « bone fin » signifie l’aide et peut-être l’intercession lors du trépas, ainsi que les derniers siècles du Moyen Âge en inscriront le vœu dans l’Ave Maria. Cette œuvre en somme est appelée à devenir leur livre de chevet – ce qu’il faut entendre par « deporteront », « tenir » – pour leur plus grand plaisir, à cause de son contenu, narratif et lyrique, à lire et à chanter: on va lire aussi dans le monde, et l’on va chanter aussi dans le cloître. En raison même de sa substance, assimilée au « deport », c’est-à-dire au “divertissement”, en l’occurrence édifiant et sain, chacun se doit de « comporter » ce livre – on dirait, en langage moderne, “colporter”86. Gautier ne stipule pas encore de le contrescrire, autrement dit de le “recopier”, ce qu’il va préciser plus loin, dans son épilogue (en désignant des volontaires). Il n’en demeure pas moins que dorénavant son public est pressenti pour diffuser, par voie orale ou autrement, son ouvrage. Une parole qui fructifie, tel est le sens de l’acte d’écriture et de la publication selon le moine écrivain, confiant dans l’avenir de son œuvre.

53Ordinairement, les préambules, en leur sobriété, sont des modèles d’expositions. Ainsi par exemple au quatrième miracle du Livre II, Comment Nostre Dame desfendi la cité de Constantinnoble:

  • 87  Un détail, en passant : sous la plume de Gautier, « noble » rime à « Constantinoble ». On va retro (...)

Au tanz que de la cité noble
Qui nomee est Constantinoble87
Ert, ce me conte ma matere,
Theodosyus emperere
Et patriarches sainz Germains,
Uns sarrasinz, uns rois mout plains
De grant orguel, de grant beubance,
Par sa tres grant outrecuidance,
Vint Constantinnoble asseoir
Com cil qui ert de grant pooir,
De grant affaire et de grant non.
Muselinus avoit a non. (v. 1-12; IV, p. 31)

54Exposé succinct des circonstances de temps et lieu, rappel de l’autorité livresque et annonce d’une péripétie qui crée l’effet de suspens (et, dès l’abord, avoue le parti pris, sensible à l’accumulation des notions d’arrogance et de prétention de cet assiégeant dont l’identité est différée): douze vers ont suffi.

55Autre part il arrive que la présentation d’un nouveau récit prenne en compte l’effort de rédaction par rapport au projet d’ensemble. Ainsi peut-on lire, au commencement du trente-quatrième miracle, De la nonain:

A la gloire la glorïeuse
Une merveille mervilleuse
Ançois vos veil encor retraire
Qu’ariver veille n’a port traire.
La mere Dieu tel vent m’envoit
Qui me conduie et qui m’avoit,
A grant joie et a grant deport,
A droite rive et a droit port. (v. 1-8; III, p. 191)

56Les happy few, lecteurs fervents de Gautier, reconnaissent avec bonheur le chiffre de l’artiste au polyptote inaugural et constatent que ce petit huitain s’achève en boucle, avec le souhait d’accostage à bon port. Cependant, la métaphore filée du voyage maritime au long cours ne manque pas d’allure, si l’on peut dire, en résumant le biau rimer de longue haleine; il n’est pas jusqu’à cette évocation de la prochaine arrivée qui ne soit juste et bien venue, puisque ce miracle est l’avant-dernier du Livre I. Il n’empêche que l’image de la « droite rive » est aussi littéraire, puisque c’est au rivage de l’Aisne que le lecteur, guidé par Gautier, aborde, à Vic, avec le miracle tout récent de sainte Léocadie…

57Au Livre II, c’est-à-dire au moment d’envisager les proportions de l’ensemble et par conséquent d’incorporer au projet la notion d’achèvement, Gautier, parfois, confie tout haut sa perplexité quant au choix qu’il fait des sujets: un choix incertain plutôt qu’arbitraire, étant donné le foisonnement de la matière narrative, et l’on devine bien que l’hésitation même est encore louange :

  • 88  = “violettes”.
  • 89  = “bleues”.

Tant truis escrit, foi que doi m’ame,
Des doz miracles Nostre Dame
Que je ne sai les quelz choisir
Ne je n’ai pas si grant loisir
Que je les pregne toz affait,
Ainz faz ausi comme cil fait
Qui les fleurs quiert aval la pree
Qui toute est vers et enflouree
Et qui tant voit de fleurs diverses -
Vermeilles, indes88, jaunes, perses89
Et par derriere et par devant
Ne seit les queles cueille avant.

(Dou gïuis qui reçut l’ymage Dieu en wages, v. 1-12; IV, p. 110)

  • 90  Voir par exemple Comment sainte Leochade fu perdue : « Bien doit ovrer la tres grans dame, / La tr (...)

58Après un incipit pour ainsi dire in medias res, propre à suggérer l’immersion dans les sources miraculaires, comparer l’auteur à qui s’en vient cueillir des fleurs aux prairies printanières ne manque pas de somptuosité, quand on sait combien, chez Gautier, cette beauté de la saison nouvelle est ici-bas le signe anticipé d’un paradis certain, paré des fleurs de la sainteté féminine90. Et c’est justement par là que Gautier reste invinciblement attachant: la moindre remarque sur son travail ou son état d’esprit, la moindre confidence autobiographique adoptent une expression poétique où la cohérence imaginative est pour ainsi dire enluminée de symbolique spirituelle.

  • 91  IV, p. 190-200. Le titre annonce, on le verra, les quatre miracles qui suivent. Il s’agit plutôt d (...)

59Le rappel de la source, et l’incitation à écrire, en quelque façon se renouvellent au commencement du texte intitulé Les miracles Nostre Dame de Soissons91:

  • 92  = “empressé”.

Se Diex m’aït hui et demain,
Tanz myracles me vient a main
En un grant livre ou je les puis
Que je ne sai ne je ne puis
Les plus plaisanz choisir n’eslire.
Quant a la fois repreng a lire
Cialz qu’arriere ai entrelaissiez,
Lors m’est avis que j’ai laissiez
Et les milleurs et les plus bialz.
Or vous reveil conter de cialz
Qu’entrelaissiez arriere avoie.
Et nepourquant j’en trouveroie
Et d’aussi bialz et d’ausi grans,
Mais pour ce un peu en sui engrans92
Que la contesse Ade m’en prie
De Soissonz, qui mout est m’amie
Et qui mout aimme de cuer fin
La mere Dieu, qui bonne fin
Li daint donner et bone vie,
Et mes cuers plus tost s’i raplie
Pour ce qu’avinrent a Soissonz,
Ou me norri de ses poissonz,
De ses flaons et de ses miches
Mesire sainz Maars li riches. (v. 1-24; IV, p. 190-191)

  • 93  IV, p. 201-215. Ici encore le titre est vague. La leçon la plus précise est celle que donne le man (...)
  • 94  V. 153 et suivants ; ibid., p. 196.

60Ce préambule développé jusqu’au prologue annonce en fait un projet formant dans la somme un ensemble: après le présent récit, Item dou soller93 (item est intéressant), De Gondree, comment Nostre Dame li rendi son nez, enfin Comment Nostre Dame rendi un homme le piet, soit quatre récits. L’auteur du grant livre, Hugues Farsit, est, d’ailleurs, un peu plus loin cité comme irréfutable témoin94. On voit cependant que l’attestation locale des miracles intervient non pas comme une raison primordiale à la rédaction de l’œuvre, mais à partir d’une sollicitation (probablement propice à la diffusion du recueil), que vient confirmer le souvenir heureux, reconnaissant, des années passées à Saint-Médard de Soissons.

61Gautier déclare en préambule du troisième de ces quatre récits:

Ançois que fors dou livre issonz
Des Myracles qui a Soissonz
Avinrent si grans et si haut
Au tanz l’abbeesse Mahaut,
Encor deus biax vos retrairons
Et puis as autres nous trairons. (v. 1-6; IV, p. 216)

  • 95  Par exemple au manuscrit B.

62Les deux miracles annoncés sont en effet celui-ci, De Gondree et le suivant, Comment Nostre Dame rendi un homme le piet – autrement intitulé De Robert de Joï95 – dont voici le préambule:

Qui vielt oïr vers moy se traie:
Talenz me prent qu’encor retraie
De la soutil phisicïenne,
De la sage cyrurgïenne
De Soissonz une bele cure.
Nostre Dame plus d’enfers cure
Que tuit li haut phisicïen
Ne tuit li bon cyrurgïen
De Montpellier ne de Salerne.
Maus, tant soyt griez feuz d’enfer ne
Puet durer pour rien qui aviengne
En liu n’en place ou ele viengne. (v. 1-12; IV, p. 244)

  • 96  Cinquième douzain, v. 49-60 ; Œuvres complètes de Rutebeuf, publiées par Edmond Faral et Julia Bas (...)

63Il n’aura pas échappé combien la métaphore empruntant à l’art médical (et filée sur une quarantaine de vers) est appropriée dans ce début, puisque le présent récit rapporte la guérison, par Notre-Dame de Soissons, d’un homme au pied gangrené. Plus original est probablement le double titre de « soutil phisicïenne » et de « sage cyrurgïenne », où mire ou miresse était semble-t-il accoutumé. On voit en tout cas d’où vient la rime analogue dont Rutebeuf, une génération plus tard, orne sa magnifique Repentance, autrement nommée La Mort Rutebeuf96: sous la plume du trouvère laïc, on relève la même référence à la notion de cure, ainsi qu’une semblable hyperbole géographique, moins pertinente apparemment, cependant assez claire pour signaler et souligner l’emprunt; Rutebeuf au demeurant ne reproduit pas, pour fisiciene et serurgiene, la graphie précisément étymologique de son devancier. En retour l’amateur de poésie religieuse du Moyen Âge découvre comment l’inspiration chemine d’une manière insoupçonnée jusqu’ici, de la narration miraculaire au lyrisme marial.

64Ailleurs, introduisant le miracle à venir, le plus admirable qui soit (le sentiment de la merveille à faire partager se croise alors, sans effet de surprise, avec la captatio benevolentiae), Gautier rappelle sa fonction de translateur auprès d’un public de laïcs:

[…]
Le biau myracle veil retraire
De l’ymage de Sardenai.
Encor conté myracle n’ai,
Ce m’est avis, plus mervilleuz.
En latin est en mout de leuz.
Et en latin est bialz et genz,
Mais pour ce que toutes les genz
N’entendent pas tres bien la lettre,
Ici le veil en romans mettre.

(De l’ymage Nostre Dame de Sardanei, v. 6-14; IV, p. 378)

  • 97  « […] Une merveille mervilleuse / Qu’encor vos veil dire et retraire, / Et puis atant me volrai ta (...)

65Enfin, présentant le cinquante-neuvième récit, Le myracle qui desfendi les samedis Nostre Dame, le dernier du Livre II, dont, on l’a vu, la conclusion reproduit l’antanaclase du préambule de Comment Theophile, Gautier d’emblée annonce la fin de l’œuvre. à Byzance, la moderne Constantinople, il est une merveille mariale qu’il veut encore énoncer, traduite, et là-dessus il se taira97. Voici comment il justifie sa décision d’en finir:

Des myracles ai rimé tanz
Qu’aucuns dit ja que trop est grans
Et mes livres et ma volume.
Pour ce c’om ne li face frume
Et c’on nel dout a contre escrire,
Un seul myracle encor veil dire
Et puis si me reposerai
Et les autres escouterai
Qui, se Dieu plaist, diront aprés.
Je sui toz las et il sont fres,
S’escouterai et cil diront
Qui senz assez pour bien dire ont. (v. 9-20; IV, p. 418-419)

66Suit une cinquantaine de vers où l’auteur apprécie humblement son travail. Cependant, comme on voit, Gautier, dès ce préambule, épilogue. Envisageant d’abord la somme de son ouvrage, il adopte l’image de l’objet codicologique: livre et volume – apparente redondance où le second terme évoque en réalité, certainement, un format, qui serait imposant. Le moine-auteur aurait-il été, chemin faisant, le copiste de son recueil, auquel il veut éviter qu’on fasse « frume », autant dire grise mine? Avancer ainsi l’image du livre anticipe en tout cas la destinée de l’œuvre, sa diffusion par la copie, sa fructification. Puis le conteur fatigué cède le pas: aux autres d’entrer en lice dorénavant; las, fres caractérise-raient aussi bien des combattants. Le personnage de l’auteur se fond alors dans le public écoutant un conteur.

67Finalement, sauf à envisager la thématique, ou la genèse, ou encore à étudier la tradition manuscrite assez complexe, pour ne pas dire inextricable de l’œuvre de Gautier, c’est une erreur, on le voit, de parler à son sujet de collection, et même de recueil. à côté de l’unité du sens, du genre (le récit édifiant et bref) et par conséquent de la forme narrative, une apparente diversité des sujets, en fait la richesse des attestations, confirme l’inépuisable bonté de la Vierge en tous lieux, en tous temps. Diverse, cette œuvre l’est à des fins monumentales.

68Ce sont deux Livres de miracles, chacun pourvu d’un prologue, soit dédoublé, soit double, étant donné qu’il fallait préparer aux poèmes lyriques et aux textes narratifs. Un épilogue (sans titre) envisage l’avenir de l’œuvre autant qu’il la conclut, faisant office d’envoi autant que de congé. C’est encore une transition vers un sermon suivi principalement d’une très ample série de saluts où se maintient la cohérence de l’inspiration après que l’auteur a mis un terme à sa lecture du fonds latin.

69Bref: Gautier lui-même a construit une œuvre en justifiant la nécessité, l’esthétique et la portée de la mise en recueil. Sa réflexion d’architecte est sensible aussi dans ces seuils de l’audience que sont l’épilogue et les prologues. Au fil du temps, l’œuvre elle-même, à entre-prendre, à reprendre ou à terminer, devient sous la plume du moine un sujet littéraire, en fin de compte illustré par cette image du livre où l’auteur résume en écrivain l’exercice et la fructification de son talent.

Haut de page

Notes

1  Les Miracles de Nostre Dame par Gautier de Coinci, publiés par V. Frédéric Koenig, Genève, Droz (TLF 64, 95, 131 et 176), 1966-1970, 4 vols.

2  La Bruyère, Les Caractères, « Des ouvrages de l’esprit », 3. Œuvres complètes, édition établie et annotée par Julien Benda, NRF, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade 23), 1951, p. 65.

3  Adgar, Le Gracial, Pierre Kunstmann (éd.), Éditions de l’Université d’Ottawa, Ottawa, Canada, 1982.

4  Hormis, par conséquent, prologues et textes lyriques.

5  L’ensemble des miracles d’Adgar atteint 8616 vers.

6  Chez Adgar, le miracle le plus court (XLVI) compte 18 vers, le miracle le plus long (XXVI, sur Théophile), 1102 vers. La longueur moyenne des récits, dans le Gracial, est d’un peu moins de 176 vers, avec les extrêmes disparités de proportions qu’on vient de signaler.

7  Philippe Ménard, Les Lais de Marie de France, contes d’amour et d’aventure du Moyen Âge, PUF (Littératures modernes 19), 1979, p. 80 : « La plupart des lais étant des œuvres courtes qui ne dépassent guère cinq cents vers, le fil conducteur du récit apparaît avec une suffisante netteté. » Pour le miracle, le lai et le fabliau, la brièveté formelle implique, en effet, la clarté de la structure et la rapidité du récit.

8  « Le mètre ordinaire du fabliau est le couplet d’octosyllabes. Sa longueur, le plus souvent de quelques centaines de vers, dépasse parfois le millier. » (J. Rychner, notice “Fabliaux”, Dictionnaire des Lettres Françaises. Le Moyen Âge (La Pochothèque, s.d.), Paris, Fayard, 1992 (éd. revue et mise à jour), p. 439-441a, ici p. 439a).

9  Pour le lai (narratif) : « Ce type de lai est apparu au XIIe siècle et s’est maintenu au siècle suivant » (Sylvie Lefèvre, ibid., p. 908b-910b, ici p. 909b). Pour le fabliau : « Dès le milieu du XIIe siècle, et plus vigoureusement après 1170, la littérature en langue vulgaire cesse de se consacrer à la seule célébration de l’héroïsme, de la sainteté, de l’amour ou d’un lignage. […] Les fabliaux occuperont la scène littéraire jusque dans la première moitié du XIVe siècle, avant de disparaître brutalement au profit du développement de la nouvelle (Boccace, Chaucer). » (Dominique Boutet, “Les formes de la dérision, I. Au Moyen Âge : le fabliau”, Histoire de la France littéraire, Naissances, Renaissances, Moyen Âge – XVIe siècle, Frank Lestringant et Michel Zink (dir.), Quadrige / PUF, 2006, p. 501-513, ici p. 501). Cf., pour le miracle, ibid., p. 463-464, et Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink (dir.), Quadrige / PUF, 2002, notice “Miracles”, p. 929a-931b (Gérard Gros).

10  IV, p. 73-75, Comment li horsfevres fu renluminez : ce miracle se rattache à l’histoire mariale de Notre-Dame de Laon, pour conter comment un vieil orfèvre arrageois recouvre la vue.

11  III, p. 303-459, De l’empeeris qui garda sa chasteé contre mout de temptations.

12  I, p. 50-176 : Comment Theophilus vint a penitance.

13  Dans le Gracial, le Miracle de Théophile est de loin, comme on l’a vu, le texte narratif le plus long ; d’autre part sa place est centrale, puisqu’il s’agit du récit XXVI : double façon de souligner son importance.

14  Gautier suit peut-être encore l’exemple d’Adgar dans le choix qu’il fait des dédicataires-destinataires de son œuvre. Au Gracial, un Grégoire est cité à deux reprises (XX, v. 29, éd. citée, p. 143, et Épilogue, v. 37, ibid., p. 328) comme l’ami qui, ayant incité le pieux auteur à recueillir les miracles, en reçoit finalement l’hommage.

15  Paris, BnF, nouv. acq. fr. 24541.

16  Le manuscrit s (Tours, BM 948, XIVe siècle) offre un titre très voisin : Ici commencent li miracles Nostre Dame, premerement li miracles de Theophile.

17  Sur ce récit, voir Annette Garnier, Mutations temporelles et cheminement spirituel. Analyse et commentaire du Miracle de l’Empeeris de Gautier de Coinci, Paris, Champion (Essais 11), 1988.

18  Cette ancienne région d’Asie Mineure a été intégrée en 1921 à la Turquie, dont elle forme la partie méridionale, à l’ouest de la Syrie et donnant sur la Méditerranée au nord de l’île de Chypre.

19  « La letre dit qu’a ce tempoire… » (v. 35 ; III, p. 304). Pour confirmation du sens de “texte en latin” qu’il faut entendre par le mot letre, voir un peu plus haut : « Un bel miracle weil retraire / Et en rommans de latin traire » (v. 21-22).

20  = “Très engagé dans la foi”.

21  Rappelons et signalons que ce nom, venu du grec, correspond au latin Amadeus et au slave Bogomil.

22  Voir par exemple le mouvement final de Comment Theophilus, v. 1785-2092, I, p. 157-176, où Gautier fustige orgueil et vaine gloire pour restaurer le sens de l’humilité : l’auteur est alors moraliste chrétien.

23  éd. citée, p. 63-65 (114 vers). Adgar fait de Tolède une illustre cité dans la promotion du culte marial. Pour l’essentiel, son miracle premier narre la collation de la sainte tunique à l’évêque, auteur du traité marial, par la Vierge, et le châtiment du successeur d’Ildefonse au trône épiscopal, un certain Siagrius (Syagrïus chez Gautier, v. 661 du miracle), pour avoir, en dépit de l’interdit, endossé cette tunique.

24  Dans le manuscrit a (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 9229-9230, XIVe siècle), par exemple, Comment Theophilus est intitulé : Ci commence la vie Theophilus et comment la mere Dieu le delivra de la main au deable.

25  Bruxelles, Bibliothèque Royale, 10747, XIIIe siècle.

26  Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3517-3518, 2 vols, XIIIe siècle.

27  En E (Paris, BnF, fr. 817, XVe siècle) et S, le titre est : De saint Ildefont (Hyldefonse S) arcevesque de Tholete.

28  = “d’éminentes qualités”.

29  Il s’agit d’un texte de 3792 alexandrins à rime suivie. Voir Gautier de Coinci, La Vie de sainte Cristine, Olivier Collet (éd.), Genève, Droz (TLF 510), 1999.

30  = “prairies”.

31  La distinction entre chanter et lire, au dernier vers, est intéressante. D’une part, Gautier ne tient pas du tout son art lyrique pour mineur. Lire, d’autre part, ne désigne pas la recherche d’information préalable à la rédaction en langue romane, mais signifie proprement : “enseigner une leçon”. C’est ainsi que l’auteur considère ses miracles : leur spécificité par rapport aux récits profanes de mêmes proportions est donc moins dans l’audience qu’on leur assigne, utile et profitable, à des fins de conversion, que dans l’intention même qui procède à leur mise au jour. Autrement dit, pour convertir, il y a narration de la vérité, et non pas ruse du talent.

32  Saint Théophile le pénitent est fêté par l’Église à la date du 4 février.

33  Au cours du miracle, Gautier dit que chacun de nous doit combattre trois champions, qui sont « Li mondes, la chars, li dyables » (v. 2983). Il ajoute un peu plus loin : « L’empeeris, la sainte fame, / A l’aiue de Nostre Dame / Ensi ces trois fors anemis / A soz ses piez boutez et mis. / Se noz volomes autel faire, / N’aront pooir en nostre affaire / Ne nule rien nes cremirons, / Mais maugré auz a Dieu yrons » (v. 3029-3036 ; III, p. 422).

34  La fin de cette sainte (entrée dans les ordres) est sublime : « Quant defina la sainte fame, / De son saint cors la saintisme ame / La mere Dieu mist es sainz cielz. / Li roys des roys, li Diex des diex, / Li emperere, li grans sire / Pour cui guerpi eut son empire, / Em paradys la corona / Et en douayre li donna / Com a s’espeuse et a s’amie / S’amor et pardurable vie / Et la joie qui tant est fine / Qu’ele ne faut ne ne define » (v. 3959-3970 ; ibid., p. 458). On voit que l’ancienne impératrice a la Vierge pour intercesseur, et que Dieu la couronne au paradis, à l’instar de la Vierge de l’Assomption.

35  Comment Theophilus : « Un evesque eut doz et propice / En la contree de Celice » (v. 17-18 ; I, p. 51) ; cf. : « Un archevesque eut a Tholete / Qui mena vie sainte et nete » (v. 1-2 ; II, p. 5). Encore ceci, de saint Ildefonse : « Li sainz hom, li sainz archevesques / Qui le cuer eut doz et propice… » (v. 66-67 ; ibid., p. 8).

36  Le vidame (le mot vient du latin vice-dominus) était l’officier qui remplaçait le seigneur ecclésiastique (abbé ou évêque) dans certaines fonctions temporelles.

37  Paris, BnF, fr. 25532, XIIIe siècle.

38  La fête de sainte Léocadie de Tolède tombe le 9 décembre. En écho, pour confirmation, voir Comment sainte Leochade fu perdue : « Nuef jors fina dedens decembre, / Ce nos dist sa vie et ramenbre » (v. 779-780 ; III, p. 244).

39  « En air la tombe s’est levee, / Qui tant ert grans et tant ert lee / Et tant pesanz, ce truis ou livre, / Que trente home fort et delivre / Plain pié ne la levassent pas » (v. 85-89 ; II, p. 8).

40  « Faite li fu sa sepulthure / Lez Eügene, son ancestre. / Ne volt gesir ne ne volt estre / En autre liu, ce dist sa vie, / Qu’en l’eglise sa douce amie, / Ma dame sainte Leochade. / L’arcevesques la virge sade / Honora mout tant con veschié. / L’eglise de l’archeveschié / De la pucele estoit adonques » (v. 1734-1743 ; ibid., p. 71).

41  « La virge adonques, saint et saintes, / Filatere et reliques maintes / De la vile furent ostees. / N’en voldrent pas faire tostees / Prince de France qui la furent ; / Li plus puissant plus en reçurent / Et porterent par divers lius. / La virge eut Loëys li Pius, / Li fix au bon roi Charlemainne, / Qui a ce tanz metoit grant painne / A redefïer Saint Maart, / Que li Wandle plain de mal art / Avoient ja ars et destruit » (v. 1749-1761 ; ibid., p. 72). On voit que le transfert de relique est, selon Gautier, matière à chronique.

42  « Tholete est toute enpaienee ; / Encor fust ele ou païs nee, / Ne les prise ele un pois baien, / Car il sont tuit demi paien. / Demoree est a demorance / Ou doz païs de douce France. / A Vi seur Aisne est demoree ; / La est servie et honeree. / N’en rira mais a Saint Maart » (v. 2047-2055 ; ibid., p. 83).

43  = “la demeure”.

44  = “à cette époque”.

45  III, p. 214-248.

46  « Quatre jors plains et quatre nuiz / Dura cis enuieus anuis, / Mais cele a cui m’en atendi, / Devant cui piez m’en estendi / Plus de cent fois a tout le mains, / Droit au quint jor entre les mains / Nos renvoia no damoysele » (v. 223-229 ; ibid., p. 222-223).

47  « A demander pas ne convient / Se grant joie eut aval la vile, / Car samedis ert et vegile / De la joieuse Pentecouste » (v. 232-235 ; ibid., p. 223). Aussi : « Se faire veil relatïon / Des ans de l’Incarnatïon, / Lors eut escrit ou cierge nuef / Mil ans deus cenz et dis et nuef » (v. 615-618, p. 237-238). Et encore : « Samedis ert assez matins / Et s’estoit feste saint Urbaing / Quant ele issi de ce dur baing » (v. 302-304, p. 225). La relique a donc été retrouvée le 25 mai 1219, samedi de Pentecôte.

48  « Que de memoyre ne dechaie, / Talens me prent que vos retraie / Une merveille que je vi, / Queque prïeus ere de Vi, / D’une pucele Nostre Dame… » (v. 1-5 ; ibid., p. 214).

49  Voir par exemple Comment Theophilus, où, après avoir évoqué la mort et l’inhumation du clerc, l’auteur enchaîne : « Cis myracles n’est pas de fables, / Ains est si vrais et si estables / Qu’en sainte eglyse est receüs / Et en maint haut covent leüs » (v. 1785-1788 ; I, p. 157).

50  D’un archevesque : « Faite li ai fiertre novele, / Riche cyboire et riche lit : / Or se repost, or se delit, / Soit a repos, soit a sejor » (v. 2140-2143 ; II, p. 87).

51  Gautier d’Ildefonse, à propos de Léocadie puis de la Vierge : « Ne vos sai dire ne ne puis / Com il l’ama de tout son cuer. / Ne ne vos sai dire a nul fuer / Comment de cuer, de cors et d’ame / Amoit et servoit Nostre Dame. / Il l’ama mout, bien le prova : / Maint soutil dit de li trova, / Maint biau conduit, mainte sequence » (v. 196-203 ; ibid., p. 12-13). Encore ceci : « Bons prelas fu Hyldephonsus. / Ses cuers toz tanz estoit lassus, / Ne mie es choses transitoires. / Assez fist livres et hystoires : / Vies de sainz, vies de saintes / Fist li preudom et dita maintes » (v. 683-688 ; p. 31).

52  « Por plus acorer mon corage, / Avec la pucele une ymage / De ma dame sainte Marie / Embler me fist par sa boisdie. / Faite entaillier l’ymage avoie / Et paindre au mielz que je savoie / En l’onneur de la glorïeuse. / Tant estoit bele et deliteuse / Qu’assez cuidoient mout de gens / Que toute fust d’or et d’argent » (v. 191-200 ; III, p. 221-222 ; le double méfait relève d’une initiative du diable). Et encore, une fois la statue retrouvée : « Li traïtres grant duel ravoit / De l’ymage qui tant ert bele / Et honeree en sa chappele. / Embler en fist l’or et les pierres, / Mais, se Diex m’aït et sains Pierres, / Or est plus bele qu’ainc ne fu / Et si a plus clarté et fu / Et luminaire que devant » (v. 596-603 ; p. 237).

53  Gautier à la Vierge : « Hyldephonsus, vos bons amis, / Bien commandés s’estoit et mis / En vostre france comandise / Quant vos, franche par vo franchise, / De son livre le merciastes / Et la riche aube li donastes / Ou n’avoit piece ne cousture » (v. 2191-2197 ; ibid., p. 88-89).

54  Gautier, en cette occurrence, avait encore Adgar pour devancier. Le Gracial présente en effet (XXVII, éd. citée, p. 195-200, 212 vers), un miracle de saint Bonit, ou Bonite (Bonitus, Bonicius, à savoir Bon[n]et), qui suit immédiatement le miracle de Théophile, et, de très loin, comme chez Gautier, celui de saint Ildefonse.

55  III, p. 60-73 (324 vers).

56  « L’archangele pria et requist / Qu’il depriast a Nostre Dame / Merci daignast avoir de s’ame » (v. 22-24 ; p. 61).

57  Voir, juste après la nuit du miracle : « L’endemain mout isnelement / Qu’esclairié fu et ajorné / Et son affaire ot atorné, / A Clermont tost s’en repaira » (v. 148-151 ; p. 66) ; voir aussi les v. 179-180.

58  = “préparer”.

59  « Bien pert n’est pas d’ovre terrestre, / Car nus n’i muse si grant piece / Cousture i puist trover ne piece. / Tele est defors comme dedens, / Tenve et legiere comme vens. / Tant par est souez sanz mentir / Qu’a painnes la puet on sentir, / Et s’est plus clere et plus tres blanche / Que nois negie n’est sor branche » (v. 156-164 ; p. 66).

60  « Li livres dist, ou je le lui, / C’un fol evesque ot aprés lui. / Tant fu folz et de fol affaire / Qu’autel com cil fist cuida faire » (v. 175(alinéa)-178 ; p. 67). Suivent seize vers de monologue intérieur où, savoureusement, le personnage, en effet, se trahit.

61  « Mais tant de mez ot enmalez / Et tantes fois baisa sa coppe / Qu’il estoit yvres comme soppe » (v. 202-204 ; p. 68). Ce trait d’intempérance épiscopale est absent du miracle correspondant d’Adgar.

62  « Cis myracles bien nos descuevre / Qu’en yvrece a mout vilainne oevre » (v. 225 (alinéa)-226 ; p. 69).

63  « Qui sougis est a gloutrenie / Plus en est vielz en ceste vie, / En l’autre siecle en rest perdus » (v. 291-293 ; p. 71).

64  « Tenons nous net, tenons nous sobre / Se nos volons que nos prïeres / Soient plaisanz, netes et chieres / A ma dame sainte Marie » (v. 298-301 ; p. 72).

65  III, p. 460-505.

66  D’un archevesque, en effet, comporte 2356 octosyllabes.

67  Les autres versions laissent ce prologue sans rubrique et intitulent le texte qui suit.

68  = “un plateau”.

69  = “garçon de courses”.

70  = “coureur à pied”.

71  Blois, BM 34, XIIIe siècle.

72  Paris, BnF, fr. 2163, XIIIe siècle.

73  « Des myreoirs dont je vous cont / Deus en i a qui propre sont / A vous cloistrieres, a vous dames ; / Ce sont deus resplendisanz gemmes, / Deus saintes pierres glorïeusez, / Deux esmeraudes precïeuses / Dont tout li mondes resplendist. / Mais tout autant, qui voir en dit, / Est plus clere de l’autre l’une / Com li solaus plus de la lune. / La premiere de ces deus gemmes / Ou remirer devez voz ames, / C’est la pucele precïeuse, / C’est la roÿne glorïeuse / Qui roÿne est de tout le monde. / La Magdelaynne est la seconde » (v. 297-312 ; III, p. 471-472). Entre ces deux modèles de chasteté, c’est la virginité qui fait le partage, comme la suite, longuement et brillamment, le démontre.

74  = “vos rôtis”.

75  Voir aussi v. 77-79, 132-135, 259-267, 297-303, 439-447, 527-530, 731-743, 855-859, 869-877, 901-907, 1059-1066, 1075-1078 et 1113-1116.

76  Contrefaire ayant pour sens “reproduire par imitation”, on appelle contrafacture la réfection religieuse d’une chanson profane. Elle consiste généralement, la mélodie restant la même, à substituer au texte existant des paroles pieuses.

77  « Toutes rendues, toutes dames / Noires et blanches qui le monde / Pour l’ame faire pure et monde / Avez guerpi et jeté puer, / D’or en avant d’ententil cuer / Entendez la page presente / Que vos tramet, que vos presente / Li prïeuz de Vi, danz Gautiers » (v. 56-63 (prologue) ; p. 462).

78  Lieux, adjectif, est enregistré par Godefroy (IV, p. 778c), au sens de “joyeux”, avec évidemment renvoi à lié. Sans doute s’agit-il de ce mot, ici en épithète à cors : faut-il penser à un rapprochement avec des expressions telles que cuer lié, chiere lie, et traduire le terme par “avenant”, “agréable” ?

79  La forme esqueue est la première personne du singulier du présent du subjonctif de escoer, qui, proprement, signifie “couper la queue à” (ce verbe est transitif direct). Moyennant la hardiesse de l’image, il convient de comprendre, au sens figuré, “j’empêche”.

80  « […] / Un bel miracle weil retraire / Et en rommans de latin traire. / L’empeerris dou grant empire / Qui toz tans croist n’onques n’empire, / Qui la sorse est de chasteé, / Fontainne et doiz de netteé / Si le me face reciter / Qu’a chasteé puisse esciter / Ces grans signeurs et ces grans dames / Qui por les cors perdent les ames / Et en enfer les enlandonnent / Par le frain qu’au cors abandonnent ; / Les las de cors ont si tenriers / Que les ames laissent en riers » (v. 21-34 (prologue du miracle De l’empeeris) ; p. 304).

81  = “ma provision de graines”.

82  V. 77-119 ; p. 463-464.

83  Voir, supra, note 16.

84  Sur ce point, les versions dans leur ensemble paraissent d’accord.

85  Ces vers sont suivis, dans le manuscrit choisi par l’éditeur, de la mention « Explicit liber secundus ».

86  Au demeurant, colporter, enregistré pour la première fois dans notre langue par le Dictionnaire français-latin de Robert Estienne en 1539, est une altération, d’après porter a col ( = “transporter sur soi, à son cou, sur son dos”), de cet ancien comporter, “transporter ici et là”, du latin comportare, “transporter (diverses choses ensemble)”. Voir par exemple O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, p. 142b, et TLF, vol. 5, p. 1071a-b.

87  Un détail, en passant : sous la plume de Gautier, « noble » rime à « Constantinoble ». On va retrouver cette rime plus de deux siècles plus tard, dans la Ballade […] en vieil langage françoys de Villon ; Villon y adjoindra, vraisemblablement pour prendre en compte le dauphin Louis, futur Louis XI, Grenobles (Testament, v. 393, 395 et 401).

88  = “violettes”.

89  = “bleues”.

90  Voir par exemple Comment sainte Leochade fu perdue : « Bien doit ovrer la tres grans dame, / La tres grans fleurs, la tres grans rose / En cui Sains Esperis repose / Quant ensi ovrent ses flouretes. / Leochade est des vïoletes / Et des flouretes Nostre Dame » (v. 428-433 ; III, p. 230-231). Voir encore, entre maints autres exemples, Des nonains de Nostre Dame de Soissons : « Vouz indes fleurs, vos vïoletes, / Qui les grans plices d’erminetes, / Qui la soie, le vair, le gris / Avez laissiez pour les dras bis, / Qui pour les ames faire blanches / Vestez les fros as noires manches, / Saichiez que Diex em paradys / De vos fera ses flors de lis » (v. 1059-1066 ; III, p. 500-501).

91  IV, p. 190-200. Le titre annonce, on le verra, les quatre miracles qui suivent. Il s’agit plutôt d’une rubrique. à cet égard, la leçon du manuscrit N est très intéressante : D’un enfant qui gardoit les porciaus de Gonfroicourt qui fu raviz ou ciel, et dans la marge : Ci commencent les miracles Nostre Dame de Soissons.

92  = “empressé”.

93  IV, p. 201-215. Ici encore le titre est vague. La leçon la plus précise est celle que donne le manuscrit A : D’un vilein qui ala en pelerinage au seint soller Nostre Dame de Soissons, et compaignons ovec lui ; ses compaignons offrirent, et il ne volt offrir, ainz dist mal de soller (sic) et il enraja, mes Nostre Dame en ot pitié, si le gueri. Il s’agit, comme on voit, d’un titre-programme, et même d’un titre-résumé.

94  V. 153 et suivants ; ibid., p. 196.

95  Par exemple au manuscrit B.

96  Cinquième douzain, v. 49-60 ; Œuvres complètes de Rutebeuf, publiées par Edmond Faral et Julia Bastin, Paris, Picard (Fondation Singer-Polignac), 1977, 2 vols, I, p. 577 : « Je sai une fisiciene / Que a Lions ne a Viane / Ne tant comme li siecles dure / N’a si bone serurgiene. / N’est plaie, tant soit anciene, / Qu’ele ne netoie et escure, / Puis qu’ele i veut metre sa cure. / Ele espurja de vie obscure / La beneoite Egypciene : / A Dieu la rendi nete et pure. / Si com c’est voirs, si praingne en cure / Ma lasse d’ame crestiene ! »

97  « […] Une merveille mervilleuse / Qu’encor vos veil dire et retraire, / Et puis atant me volrai taire » (v. 6-8 ; IV, p. 418).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Gros, « Gautier architecte : étude sur la disposition des récits dans les deux Livres des Miracles », Babel, 16 | 2007, 123-154.

Référence électronique

Gérard Gros, « Gautier architecte : étude sur la disposition des récits dans les deux Livres des Miracles », Babel [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/699 ; DOI : 10.4000/babel.699

Haut de page

Auteur

Gérard Gros

Université d’Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org