Navigation – Plan du site

Géographie et héritage : les manuscrits du Roman de la Violette

Kathy Krause
p. 81-99

Résumé

Abordant également la question de la réception des textes médiévaux à la lumière de leur mise en recueil, Kathy Krause s’intéresse à l’insertion d’un texte long, le Roman de la Violette, dans quelques recueils. Son étude démontre que la cohérence de ces manuscrits tient au contexte historique et géographique dans lequel ils ont été composés plutôt qu’à des considérations littéraires et génériques. Ainsi, l’unité du volume relève davantage des motivations personnelles de son commanditaire que de la nature des pièces qu’il contient.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le manuscrit fait pour le duc de Bourgogne est aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale de Saint-Pé (...)

1Le Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil ne jouit pas d’une grande renommée aujourd’hui. Largement éclipsé chez les médiévistes par le roman dont il s’inspire, le Roman de la Rose (ou le Guillaume de Dole) de Jean Renart, la Violette continue aussi à souffrir, comme beaucoup d’autres romans en vers du XIIIe siècle, de l’attention prépondérante donnée aux romans de Chrétien de Troyes. Si on le considère aujourd’hui, c’est presque exclusivement dans le cadre d’une étude l’associant au roman de Jean Renart, axée soit sur l’inclusion de morceaux lyriques dans la trame narrative, soit sur l’utilisation du motif de la gageure. Pourtant, au Moyen Âge, le roman de Gerbert connut une réelle popularité, comme en témoignent non seulement les quatre manuscrits existants, mais également sa mise en prose au XVe siècle. Au moins un autre manuscrit du XIIIe ou du début XIVe siècle aujourd’hui perdu doit avoir existé, car dans l’inventaire des livres de Mahaut d’Artois, pillés par son neveu Robert en 1316, on cite « un roman de la violette, petit », description qui ne correspond ni au BnF, fr. 1553 ni au BnF, fr. 1374, les deux manuscrits du XIIIe siècle encore conservés. Quant à la version en prose, intitulée le Roman de Gerart de Nevers, elle fut écrite vers 1450 pour Charles Ier, comte de Nevers et de Rethel et baron de Donzy, le beau-fils de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Comme beaucoup de romans en prose composés à la cour de Bourgogne, le Roman de Gerart de Nevers reste très proche de son modèle, mais il est pourtant plus qu’un simple dérimage de la Violette. Ce qui veut dire que le texte de la Violette a relativement peu changé au cours des derniers siècles du Moyen Âge et que l’on continuait à l’apprécier aussi bien en vers qu’en prose. On peut même dire qu’il était prisé, au moins à la cour de Bourgogne, car l’un des deux manuscrits du XVe siècle de la version en vers est un somptueux codex enluminé fait pour le duc lui-même, et les deux manuscrits de la version en prose sont aussi des manuscrits de luxe1.

  • 2  Des codicologues ont suggéré que les deux derniers textes du codex actuel, la Violette et Florimon (...)
  • 3  À cause d’une lacune après le f. 434 (perte des trois derniers feuillets du 55e cahier contenant v (...)
  • 4  Voir ci-dessous et Lepage, art. cit.
  • 5  Richard H. Rouse et Mary A. Rouse, Manuscripts and Their Makers: Commercial Book Producers in Medi (...)

2En revanche, alors que le texte de la Violette est lui-même relativement stable, le contexte manuscrit du roman s’avère notablement varié. Les œuvres qu’il côtoie appartiennent en effet à des formes littéraires et à des aires linguistiques très différentes. Cette variation est d’autant plus remarquable que, comme je l’ai dit, le texte ne nous est parvenu que dans quatre manuscrits. Datant du milieu du XIIIe siècle, la copie la plus ancienne (BnF, fr. 1374) est une compilation de textes narratifs en vers, comprenant des chansons de gestes (Parise la duchesse et Girart de Vienne), des romans (Cligés, Florimont, la Violette) et une vie de saint Eustache ; selon les codicologues qui se sont penchés sur ce volume, il proviendrait de la frontière sud-est de la langue d’oïl2. Le deuxième manuscrit du XIIIe siècle (BnF, fr. 1553) est un gros codex renfermant une collection hétéroclite de textes : romans (e.g. Troie, Eustache le Moine, la Violette), textes religieux et didactiques en prose et en vers (e.g. Image du monde en romans, Vie de saint Brendain, Les XV joies Nostre Dame), fabliaux (e.g. Dame Aubree), ainsi que des lais courtois (le Lai de l’Ombre de Jean Renart, le Lai de l’Espine)3. Comme en témoigne les marques régionales du manuscrit, il fut produit en Picardie peu après 1285 (n.s.), date donnée dans le colophon de la Violette4. Ensuite, nous trouvons deux manuscrits ne recelant que ce roman : le manuscrit perdu de Mahaut d’Artois et un petit volume simple du XVe siècle aujourd’hui à la Morgan Library à New York (Morgon Library, M. 36). Viendrait enfin le quatrième manuscrit, lui aussi du XVe siècle, composé à Paris pour le duc de Bourgogne et aujourd’hui à Saint-Pétersbourg. Ce recueil finement enluminé contient la Violette et la Panthère d’amours de Nicole de Margival ; il contenait à l’origine aussi le Roman d’Athis et Prophilias, maintenant relié séparément5.

  • 6  Comme les deux manuscrits ont été chacun l’objet de plusieurs descriptions codicologiques, je ne r (...)

3Ainsi, même en se limitant aux manuscrits du XIIIe siècle, nous trouvons la Violette dans un très grand codex picard (BnF, fr. 1553) et dans un recueil plus restreint du sud-est du territoire français (BnF, fr. 1374). Quant au petit manuscrit perdu de Mahaut d’Artois, il ne contenait probablement que la Violette. Ces témoins montrent déjà un écart géographique et contextuel assez remarquable. C’est donc sur eux, et plus particulièrement sur les deux manuscrits existants, que je me propose de m’attarder, dans l’intention de voir ce qu’ils peuvent nous révéler de la réception du roman de Gerbert de Montreuil dans le siècle même de sa création6.

BnF, fr. 1553

4Vu le nombre et la variété des textes que contient le manuscrit BnF, fr. 1553, on ne s’attendrait peut-être pas à trouver un lien les unissant. Pourtant, quand on y regarde d’un peu plus près, on voit que bon nombre de ces textes présentent des rapports avec la Picardie, au-delà des marques régionales que les scribes ont en commun, à commencer par la Violette. Gerbert de Montreuil (Montreuil-sur-Mer) nous informe qu’il a écrit son roman pour Marie, comtesse de Ponthieu ; le lien avec le comté de Picardie est d’autant plus fort que, dans l’épilogue du roman, Gerbert lie poétiquement le sort de son héroïne, Euriaut, à celui de son mécène : les termes qu’il emploie pour parler de la persévérance de Marie face à Philippe Auguste (le roi a confisqué ses terres à cause de la rébellion de son mari, Simon de Dammartin) sont ceux que son héros, Gerart, applique à la fidélité et à la constance d’Euriaut (v. 6625 et 6647). Ainsi, le roman devient non pas un reflet de la situation historique du mécène mais plutôt une métaphore de son combat pour son héritage. L’autre roman picard du recueil, Le Roman de Wistasse le Moine, est encore plus enraciné dans l’histoire de la région, du fait de l’intrigue même du récit : il narre les aventures du pirate boulonnais bien réel du XIIe siècle, et ses déboires avec le comte de Boulogne, qui lui avait volé son héritage.

  • 7  William Chester Jordan, « The Struggle for Influence at the Court of Philip III: Pierre de la Broc (...)

5Deux textes plus courts ont aussi des liens “historiques” avec des familles nobles picardes. D’abord, l’Ordene de chevalerie (f. 412v-415r) qui raconte comment Saladin a été adoubé chevalier par Hugues de Saint-Omer, seigneur de Tabarie, puis un extrait d’un récit en prose de la mort de Pierre de la Broce, conseiller de Philippe III le Hardi. Ce texte a bien pu avoir lui aussi des échos régionaux, car, par serment féodal, Pierre était devenu l’homme de Gui de Saint-Pol et de Robert Ier d’Artois lors de leur retour de Terre Sainte après la mort de saint Louis. Mais quelques années plus tard, quand on chercha à le perdre, ce fut le fils de Robert d’Artois, Robert II, qui se révéla l’un de ses principaux ennemis7. Enfin, de manière plus générale, nous trouvons aussi dans le recueil des textes dus à des auteurs picards, ainsi Barlaam et Josaphat de Gui de Cambrai, Courtois d’Arras, ou encore le Meunier de Aleus d’Engerran le Clerc d’Oisi, et encore un destinataire grand feudataire de Picardie, ce même Robert Ier d’Artois, pour qui Gossuin de Metz composa son Image du monde. Comme l’ont noté les nombreux chercheurs qui ont examiné le manuscrit, ces liens régionaux suggèrent fortement que le BnF, fr. 1553 a été conçu pour plaire à un commanditaire picard.

  • 8  Noter, par exemple, l’utilisation de la première personne et l’inclusion des phrases exprimant l’o (...)
  • 9  Eugène Bouly de Lesdain, Histoire de Cambrai et du Cambrésis, Cambrai, 1841. Certains historiens o (...)
  • 10  Ibid.

6Un lien picard plus intime et plus précis encore est établi par l’inclusion dans le recueil d’un éloge funèbre pour Enguerrand de Créquy, évêque de Cambrai. Ce texte unique déplore dans des strophes d’Hélinand et sur un ton très personnel la mort récente de l’évêque8. D’après Bouly, citant l’abbé Dupont, Enguerrand mourut en septembre, 12849. Si on accepte la date de février 1285 (n.s.) donnée par le colophon de la Violette comme la date approximative de l’achèvement de tout le codex (ce qui concorde bien avec toutes les autres données dont nous disposons), il faut conclure que le manuscrit ne peut vraisemblablement avoir été produit que dans la ville de Cambrai ou dans ses proches environs, vu le si court laps de temps qui sépare la mort de l’évêque de la mise sur parchemin de l’éloge funèbre poétique. Pour sa part, s’appuyant sur la figure portant une robe bleue de chanoine et agenouillée devant une statue de la Vierge au frontispice, Alison Stones suggère de manière convaincante que BnF, fr. 1553 était destiné à un chanoine de la cathédrale de Cambrai10.

  • 11  Pour sa part, Lepage divise le manuscrit en 4 parties, dont la dernière serait binaire. Les trois (...)

7La Violette et Le Roman de Wistasse le Moine forment une unité au centre du manuscrit. Écrits par le même scribe, ils suivent un groupe de petits textes en prose (Voyage de saint Brendain, Enseignements des saints lieux d’Outremer, De Marie et de Marthe, Enfances Nostre Dame, Des Songes, De Adam et Eve, De sainte Anne) et précèdent Le Roman des sept Sages, qui, lui, est suivi par un autre groupe de récits en vers et en prose, tous religieux (Roman de Mahomet, Vie de saint Alexis, Vie de sainte Agnès, Le Chevalier au barisel, etc.) ou didactiques (e.g. Ordene de chevalerie, Proverbes dont Tulles dist). En fait, le manuscrit est scandé par l’alternance de textes longs et de textes courts, de romans et de récits didactiques ; après chaque texte long sauf la Violette (Le Roman de Troie, L’Image du monde, Le Roman des sept Sages, Le Roman de Fergus) vient une série de textes soit religieux soit didactiques plutôt courts. Ce format global du manuscrit revient du reste à mettre en relief la section comprenant la Violette et Le Roman de Wistasse le Moine, car, là où tous les autres romans sont suivis de textes non romanesques, cette section est la seule à regrouper deux romans, et deux romans de type “historique”11.

8En plus de cette structure globale, on devrait aussi noter que la déploration d’Enguerrand de Créquy et la très courte Complainte des jacobins et des cordeliers, qui ne remplit même pas la totalité du verso du f. 161, se trouvent à la fin du dernier cahier du Roman de Troie. Ils y figurent, bien évidemment, pour remplir tout le cahier, évitant ainsi de devoir défaire un cahier régulier de 8 feuillets. On peut constater la même utilisation de l’extrait sur Pierre de la Broce à la fin de Barlaam et Josaphat. Ce procédé suggère que les textes devaient être très proches du milieu où le manuscrit a été produit, car ce ne sont pas, justement, des textes répandus : ils ne se trouvent que dans ce manuscrit à notre connaissance. Il s’agissait donc de morceaux “locaux”, disponibles au moment où le scribe a eu besoin de quelque chose pour remplir le peu de place qui lui restait, mais toutefois suffisamment intéressant pour le commanditaire, sinon le scribe aurait très bien pu employer de petits textes largement diffusés.

  • 12  Charles-Victor Langlois, Le Règne de Philippe III le Hardi, reprint éd., Genève, Mégariotis Reprin (...)

9La qualité “historico-géographique” de ces textes, qui sortent un peu des habitudes du recueil, m’a poussée, pour éclairer leur présence dans le BnF, fr. 1553, à explorer les liens familiaux qu’entretiennent les personnages auxquels ils font référence. En fait, il se trouve que l’évêque déploré, Enguerrand de Créquy, était cousin de Marie de Ponthieu : sa mère, Aalis de Picquigny, était cousine germaine de Marie. En plus, les seigneurs de Boulogne à l’époque du pirate, Eustache de Boulogne (pendu par les Anglais en 1217), étaient Ide et Renaud de Dammartin, lequel était le frère de Simon de Dammartin, mari de Marie de Ponthieu. Pour Pierre de la Broce, le lien n’est pas directement d’ordre familial, bien sûr, mais historique, via Robert II d’Artois, qui fut non seulement un des ses ennemis, mais aussi celui qui l’amena au gibet à Montfaucon en 1278, avec les ducs de Bourgogne et de Brabant12. Cependant, avec Robert d’Artois, on se retrouve dans le réseau familial : sa mère, Mathilde (ou Mahaut) de Brabant épousa en deuxièmes noces Gui de Châtillon, comte de Saint-Pol, peu après la naissance de Robert, fils posthume de Robert Ier, mort à Mansourah. Les comtés de Saint-Pol et de Ponthieu étaient voisins, et leurs familles comtales apparentées par mariage elles aussi, la grand-mère de Marie ayant été Béatrix de Saint-Pol.

  • 13  La Violette fut composée vers 1227, après que Marie eut récupéré ses terres mais avant le retour d (...)

10Ponthieu, Boulogne, Saint-Pol et, englobant tout, l’Artois : des familles, des terres et des histoires intimement liées qui se croisent et s’entrecroisent dans notre manuscrit. Il nous paraît fort probable que le chanoine commanditaire avait des attaches avec (et dans) ces régions côtières de la Picardie. Pourtant, la Violette et Le Roman de Wistasse le Moine sont déjà vieux d’au moins 50 ans à l’époque de la fabrication du codex et les liens familiaux relevés ci-dessus datent eux aussi de la génération précédente. Ce ne sont que les morts d’Enguerrand de Créquy et de Pierre de la Broce qui sont contemporaines du manuscrit ; c’est-à-dire qu’à la fin du XIIIe siècle, les aspects historiques de la Violette, avec Le Roman de Wistasse le Moine et probablement l’Ordene de chevalerie, étaient encore palpables. Ces textes poétiques transmettaient un héritage familial, assuraient une continuité généalogique et géographique toujours d’actualité, toujours assez pertinente pour être incluse dans un manuscrit à vocation largement religieuse et didactique quelques 50 ans après la composition des textes13.

BnF, fr. 1374

11À la différence du BnF, fr. 1553, le manuscrit BnF, fr. 1374 n’a pas de point d’attache évident avec la région d’origine de la Violette. Il n’est pas non plus aussi facile à dater que le fr. 1553, n’ayant ni colophon ni enluminures. Au contraire, il paraît bien plus aisé d’apercevoir une unité de contenu, vu que le codex ne recèle que des textes narratifs en vers. Pourtant, les choses se compliquent et les questions surgissent quand on l’étudie de manière systématique. D’abord, les textes n’ont en commun que d’être écrits en vers ; autrement, du point de vue générique ou thématique, ils sont très variés. On y trouve trois romans : l’un arthurien, Cligés, dont l’action se passe à la cour d’Arthur et, surtout, à Byzance ; un autre dit “réaliste”, la Violette, fortement ancré, comme nous l’avons déjà vu, dans la géographie du nord de la France ; un troisième, Florimont, lui aussi plutôt “oriental”, mais sans attache arthurienne, et fortement imprégné de féerie. Puis, nous trouvons trois chansons de geste encore plus variées que les romans : Girart de Vienne est une chanson “classique” du cycle des barons révoltés ; Parise la duchesse raconte les péripéties de la fille d’Aye d’Avignon, injustement accusée de meurtre, et celles de son fils ; enfin, la Venjance Nostre Seigneur marie la forme et le ton épique avec des légendes de la prise de Jérusalem par l’empereur Vespasien, le tout baigné d’antisémitisme. Nous y trouvons encore la plus ancienne version en français, datée du XIIe siècle, de la Vie de saint Eustache.

  • 14  P. Gehrke, Saints and Scribes: Medieval Hagiography in its Manuscript Context, Berkeley, Univ. of (...)
  • 15  K. Busby, Codex and context: Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, 2 vols, Amsterdam, (...)
  • 16  N. V. Durling, « Birthmarks and Bookmarks: The Example of a Thirteenth-Century French Anthology », (...)

12Malgré cette variété, plusieurs chercheurs (parmi lesquels Pamela Gehrke14, Keith Busby15 et, plus récemment, Nancy Vine Durling16) se sont efforcés de trouver une logique derrière le choix des textes. Ce désir de “décoder” le recueil provient des parallèles évidents établis entre certains textes : par exemple, Parise, Euriaut et Eustache sont tous injustement exilés et le récit de leurs “aventures” pendant leur exil occupe la majeure partie de ces textes. Il en va de même, à un moindre degré, de Florimont qui se voit contraint d’errer sous un nom d’emprunt, mais n’est pas pour autant exilé, ni injustement accusé. Par ailleurs, Cligés, la Violette, Girart et, d’une manière un peu différente, Parise racontent les mariages contrariés de leurs héros et, plus précisément, l’union forcée de l’héroïne avec un autre homme que le protagoniste. Ainsi, Fenice doit épouser l’oncle de Cligés, la duchesse de Bourgogne destinée à Girart devient l’épouse de Charlemagne lui-même et, dans la Violette, l’héroïne, Euriaut, est convoitée par le jaloux Lisiart qui arrive à séparer le couple en jurant avoir couché avec elle ; enfin, le mariage de Parise est défait (temporairement) par des traîtres, désireux de cacher leur part dans la mort de son père, Garnier. Néanmoins, à la différence des autres textes, ce n’est pas elle mais son mari qui est le destinataire des machinations maritales : les traîtres veulent remplacer Parise par une des leurs. Mais en même temps que nous trouvons des thèmes en commun à plusieurs groupements de textes, d’autres ne les partagent pas, ou les partagent seulement en partie. Ainsi, la Vie de saint Eustache ne raconte pas d’amours contrariés, même si effectivement les époux sont séparés par l’exil, tandis que dans Florimont, il y a bel et bien un amour contrarié – celui du héros éponyme pour la fée de l’île Selée –, mais c’est son non-respect de l’interdit de la voir qui met fin à leur union, et c’est lui qui trouve un deuxième amour, non pas forcé comme dans les autres textes, mais voulu et présentant une fin heureuse. Enfin et surtout, la Venjance Nostre Seigneur ne contient ni couple contrarié ni exil du protagoniste ; de plus, son sujet ne se prête pas à des rapprochements thématiques avec les autres textes, pas même avec la Vie de saint Eustache.

  • 17  Tout aussi intriguant est le fait que trois des sept textes dans fr. 1374 sont des “unica” : le ma (...)
  • 18  K. Busby, op. cit., vol. I, p. 554-555. Pour sa part, T. Nixon résume: « The language has been cha (...)
  • 19  T. Nixon, art. cit., p. 43. Il note aussi les ressemblances avec deux exemples dans Samaran, l’un (...)

13Partant d’une étude du contexte manuscrit de la Violette et non du codex en lui-même, je me suis d’abord demandé comment ce roman écrit par un auteur ponthevin pour un mécène, la comtesse de Ponthieu, s’est retrouvé dans un manuscrit produit à l’autre extrémité du domaine francophone, et cela seulement 20 à 30 ans après sa composition17. Car, d’après l’opinion de tous les chercheurs qui l’ont examiné, le BnF, fr. 1374 montre des traits linguistiques du sud, et plus particulièrement du domaine franco-provençal. K. Busby résume: « While the dialectal features of the different scribes seem to be rather complex, they point in the last instance to southern Burgundy, perhaps even as far south as the Franco-Provençal border area. The inclusion of Girart de Vienne might support May Plouzeau’s suggestion that the manuscript comes from the region of Vienne itself (a few kms south of Lyon). »18 Quant à la date de sa production, je me réfère encore une fois à la description de T. Nixon, qui précise: « The hand shows juncture between bowed and round letters also suggesting a date from the second quarter of the thirteenth century or later. Other features, uncrossed tironian note, preference for tall s, suggest a date toward the middle of the thirteenth century rather than in the second half. »19 Mon analyse part donc des conclusions de ces spécialistes : le manuscrit BnF, fr. 1374 a été produit au milieu du XIIIe siècle, dans le domaine franco-provençal, entre la Bourgogne et le sud du Lyonnais.

  • 20  Chrétien de Troyes, Cligés, éd. critique du ms. BnF, fr. 12560, Charles Méla et Olivier Collet (éd (...)

14C’est peut-être parce que la question de l’arrivée de la Violette en terre franco-provençale était à la base de mon investigation qu’en réexaminant les autres textes du manuscrit, j’ai été frappée, dans l’introduction de son édition de Cligés, par le commentaire de Charles Méla disant que Chrétien avait écrit son roman en 1176 « pour des raisons d’actualité liées aux intrigues matrimoniales entre l’empereur d’Allemagne et de Constantinople, au plus vif de la lutte du Sacerdoce et de l’Empire… »20. Fenice est, bien sûr, la fille de l’empereur d’Allemagne ; de là à se rappeler qu’au XIIIe siècle la majorité de la Bourgogne et du Lyonnais, y compris Vienne, faisait partie de l’Empire et non du royaume de France, il n’y avait qu’un pas. Ensuite, cette observation m’a poussée à regarder les autres textes du fr. 1374 pour voir si des liens avec l’Empire ne pourraient s’y trouver. En fait, on en relève, certains évidents, d’autres plus subtils.

  • 21  Wolfgang van Emden, « Hypothèse sur une explication historique du remaniement de Girart de Vienne (...)

15Les liens les plus clairs avec la région se trouvent évidemment dans Girart de Vienne. Le conflit entre Girart et Charlemagne naît de la décision de l’empereur d’épouser lui-même la veuve du duc de Bourgogne au lieu de la donner à Girart comme il l’avait promis. À la place de la Bourgogne, Charles offre Vienne à Girart et, comme cela s’avérera intéressant dans la suite de mon analyse, Genève à son frère Renier. Quand la guerre éclate entre Girart et son seigneur, Girart prend Mâcon et espère prendre toute la Bourgogne ; Charles assiège Vienne et le conflit n’est résolu qu’avec le fameux duel entre Olivier et Roland sur une île du Rhône auprès de Vienne. Rita Lejeune et, après elle, Wolfgang von Emden ont suggéré de manière très plausible que la chanson reflète les conflits qui opposèrent aux Capétiens – surtout à Louis VII au XIIe siècle – le Girart historique, comte de Mâcon, et Vienne21. Ainsi, la chanson aurait des associations régionales aussi bien extradiégétiques qu’intradiégétiques, tout comme Cligés.

  • 22  P. Gardette, « Aimon de Varennes, Lyonnais », Romania 77 (1956), p. 506-510. Le fait si “naturel” (...)

16Comme ce dernier roman, Florimont se déroule essentiellement en Orient ; son point d’attache avec la région qui nous intéresse n’est donc pas dans le cadre géographique de son récit mais celui de son auteur, Aimon de Varennes, car Varennes, c’est Varennes-lès-Mâcon. En outre, dans sa préface, Aimon nous dit avoir écrit son roman non pas « en france » mais « en lionois » (v. 14 et 16, nous transcrivons le ms.) et plus précisément à « chastellon » (v. 18). Pierre Gardette a très bien montré qu’il s’agit là de Châtillon d’Azergues, dans le Beaujolais22.

17Si Florimont et Girart nous plongent au cœur de la région située à la frontière entre la France et l’Empire, les deux récits de femmes persécutées présentent un cadre géographique plus large, mais où l’Empire joue un rôle important de pays de refuge. Dans Parise, l’héroïne éponyme, fille de Garnier de Nanteuil et Aye d’Avignon, est exilée après une fausse accusation de meurtre : elle a donné une pomme empoison-née qui lui était destinée au frère de son mari qui en est mort. Après avoir accouché dans la forêt (près de la Hongrie !) et avoir perdu son fils nouveau-né, dérobé par des brigands, elle se refugie auprès du duc de Cologne et devient la nourrice de son fils. À la différence de son mari, Raymond, duc de Saint-Gilles, qui écoute et suit très facilement les conseils des traîtres, le duc de Cologne devient le protecteur de Parise et, quand son fils retourne chercher son héritage, il les aide à se munir en armes et en hommes. De même, dans la Violette, Euriaut est faussement accusée d’infidélité envers son ami, Gerart de Nevers. Abandonnée par ce dernier dans la forêt, elle est recueillie par le duc de Metz qui, faute de pouvoir l’épouser parce qu’elle refuse et invente une histoire pour le repousser, l’amène chez lui où elle devient la compagne de sa fille. Pendant ce temps, Gerart apprend son innocence et part la retrouver, parcourant l’Empire à sa recherche. Il commence son périple en Bourgogne, à Vergy, puis se dirige au nord à Châlons-sur-Marne, traverse les Ardennes et échoue à Cologne, où il reste un temps et sert le duc, avant de retourner vers le sud et d’arriver à Metz juste au bon moment pour sauver Euriaut d’une seconde fausse accusation.

18Des attaches soit intradiégétiques soit extradiégétiques avec l’Empire, des mariages et des héritages en danger, souvent à cause des traîtres mauvais conseillers et des seigneurs faibles : les liens entre Parise, la Violette, Cligés, Girart de Vienne et, à un degré différent, Florimont suggèrent à la fois une géographie et des soucis communs. Mais que faire des deux récits “religieux” du recueil, la Venjance Nostre Seigneur et la Vie de saint Eustache ? Si la Vie de saint Eustache partage des points thématiques avec les autres textes, pour sa part, la Venjance ne relate aucun mariage et ne traite d’aucune question d’héritage ; en plus, les événements se déroulent presque entièrement à Jérusalem et à Rome. Pourtant, il y a une attache géographique, plutôt inattendue : prisonnier de Vespasien après le siège de Jérusalem, Pilate est jugé à Rome par le Sénat et envoyé à Vienne pour y être mis à mort, car, dit le texte, c’est là que les malfaiteurs de Rome sont habituellement châtiés :

  • 23  Loyal A. T. Gryting, The Oldest Version of the Twelfth-Century Venjance Nostre Seigneur, Universit (...)

Sire, droiz emperere, nos avomes jugé
Que il soit a Vïenne sor le Roigne envoiez ;
Cil qui mefont a Rome sont illuec crucïé
Et selonc leur mesfait pené et travaillé, (v. 2256-2259)23

19Ainsi, c’est effectivement à Vienne que Pilate est suspendu dans un puits, la tête en bas, pendant deux ans avant qu’on ne le laisse mourir ; son corps est ensuite jeté dans le Rhône.

  • 24  F. A. G. Cowper, « Review of Loyal A. T. Gryting, “The Oldest Version of the Twelfth-Century Poem (...)

20Je pense pouvoir ajouter un détail géographique pour renforcer l’association régionale. Dans son compte rendu de l’édition de L. Gryting, F. Cowper essaie de corriger quelques détails dans les notes. En particulier, il critique la note au vers 1486 où L. Gryting suggère que la « noire montagne » en question se trouve près d’Antioche : « I question the location of ‘la noire montaigne,’ for which Gryting quotes Langlois as saying that it is ‘near Antioch.’ The context would indicate that it was much farther away »24. F. Cowper a évidemment raison : d’après le contexte la « noire montagne » devrait bien se trouver « en Alamaigne / Ou en une autre terre, en France ou en Bretaigne » (v. 1484-1485), comme on peut voir en regardant le passage complet :

Dedanz Jherusalem ot .i. temps mout estrange,
Mout i ot de viatille delirose bargainne,
On i prant .i. denier d’une sole chastaigne.
Morte est la povre gent, n’i a cel ne se plaigne,
Mout on[t] fait en cest an doloirose bargainne.
S’an i ot tel .xx.m, n’i a cel qui s’en fraigne
De proier chascun jor qu’il fust en Alamaigne
Ou en une autre terre, en France ou en Bretaigne,
Ou fust best salvage en la noire montaigne,
Ou si loing de ça mer – ce sachez sans ensaigne –
Que ja mais l’emperere, cui hardemenz engrane,
N’oïst de negun d’ax novell[em]ent enseigne.

                                         (v. 1478-1489, je souligne)

  • 25  Ibid., p. 886.
  • 26  Ibid.
  • 27  « This [Le Mans] with the reference to ‘la noire montaigne’ and another in v.1121 (‘.is denier ang (...)

21À la place d’Antioche, F. Cowper situe la « Montagne-Noir » près de Carcassonne à cause de la référence quelques vers plus tôt aux châtaignes, qui sont, selon lui « among the principal products of this region »25 ; il suggère aussi que la correction faite par L. Gryting de « lemanz » à « Melanz » (pour la ville de Milan) au v. 1594, d’après des versions postérieures de la légende, n’est nullement nécessaire puisque cela pourrait faire référence à la ville de Le Mans26. À partir de ces deux points, F. Cowper imagine une origine angevine possible pour le poème27. Si l’on admet que Carcassonne et Le Mans faisaient partie du domaine angevin à la fin du XIIe siècle, date de rédaction de la chanson, ces villes sont quand même bien éloignées l’une de l’autre, et la terre angevine est au demeurant sans incidence dans cette version de la Venjance. En plus, si on regarde bien le passage où il est question de la « noire montagne », il est évident que le narrateur différencie l’Empire de la France, car il dit : « De proier chascun jor qu’il fust en Alamaigne / Ou en une autre terre, en France ou en Bretaigne » ; pour lui, la France comme la « Bretaigne », est « une autre terre ».

  • 28  édouard Paul Lucien Philipon, Dictionnaire topographique du département de l’Ain comprenant les no (...)
  • 29  Selon le site officiel du village : http://www.noirmont.ch/commune/html/histoire.html, consulté le (...)
  • 30  Bengt Hasselrot, « Les limites du francoprovençal et l’aire de nostron », Revue de Linguistique Ro (...)

22Enfin, si on se fie au rôle important, et inédit à ma connaissance (sauf dans d’autres versions du poème), de la ville de Vienne, ainsi qu’à la présence de l’unique copie de la chanson dans un manuscrit originaire de la région comprise entre la Bourgogne du sud et le Lyonnais, on trouve des explications intéressantes pour « lemanz » et pour la « noire montagne ». Dans cette optique régionale, « lemanz » pourra faire référence au lac Léman, dont le nom date de l’époque romaine, même si la dénomination « lac de Lausanne » paraît plus fréquent au Moyen Âge ; pourtant une référence à un nom “latin” pour une chanson dont l’intrigue se passe à l’époque romaine présente une certaine logique. Aussi le lac Léman et la ville de Vienne circonscrivent-ils un territoire bien “romain”, et connu comme tel, car ce sont les limites de l’ancien pagus de la Bourgogne. Quant à la « noire montagne », le nom fut associé à de nombreux endroits fortement boisés au Moyen Âge. On relève plusieurs lieux dont le nom dérive de « noire montagne » dans ou près de la région qui nous intéresse, y compris deux communes et plusieurs sites de montagne. Le village de Niermont près de Mâcon dans l’Ain est attesté comme Nigro Monte dès 1075 et Nigromonte, en un mot, au XIVe siècle ; il faisait partie de la seigneurie de Bâgé28. L’autre commune, Le Noirmont, se trouve actuellement sur la frontière franco-suisse, près de La Chaux-de-Fonds et à peu près 50 kilomètres à l’est de Besançon ; elle doit son existence à l’évêque de Bâle (XIVe siècle), mais la région était déjà connue sous le nom de La Noire Montagne29. Les deux communes se trouvent près de la frontière entre le franco-provençal et la langue d’oïl30 ; or le trait linguistique majeur du fr. 1374, noté par tous les spécialistes, c’est le mélange de formes du sud et du nord, amenant la plupart à proposer une provenance justement sur la frontière entre ces deux parlers.

  • 31  Même si les recherches de P. Gardette ont établi très probablement que Châtillon-sur-Azergues est (...)
  • 32  Site officiel du village, consulté le 17/07/20 : http://www.noirmont.ch/ commune/html/html_histoir (...)
  • 33  Bien sûr, l’association entre un endroit densément boisé et la chasse va de soi. C’est la prolifér (...)

23La première commune, celle de Niermont dans l’Ain, s’avère aussi intéressante à cause de sa proximité avec Mâcon et donc Varennes-lès-Mâcon31. Elle soulignerait les liens géographiques que nous nous efforçons de mettre en évidence au sein du manuscrit. Le village suisse n’est pas tellement intéressant en lui-même, vu qu’il n’a été fondé qu’au XIVe siècle, mais plutôt pour ces associations héraldiques : figure aujourd’hui sur les armes de la commune une tête de cerf avec une croix dans les bois, car, dit le site officiel de la commune, les habitants ont placé « dès le commencement la collectivité noirmontaine sous la protection de saint Hubert »32. Saint Hubert, premier évêque de Liège et patron des chasseurs n’est autre bien sûr qu’un avatar flamand de saint Eustache. Je ne veux pas pour autant suggérer que l’on puisse établir des liens directs entre le BnF, fr. 1374 et la commune du Noirmont, car, au XIIIe siècle, la région n’était guère habitée. Cependant, le lien entre la « noire montagne » et la chasse se trouve en filigrane dans la Venjance Nostre Seigneur, avec la référence aux bêtes sauvages (« Ou fust best salvage en la noire montaigne », v. 1486)33, et cela permet d’amorcer un dernier rapprochement avec le seul texte du manuscrit que je n’ai abordé qu’en passant, le seul qui n’a aucun lien évident avec le territoire de l’Empire, la Vie de saint Eustache. Entre le saint patron d’une commune pas encore fondée à l’époque et la Vie du saint, le fil est bien mince mais il s’ajoute aux autres coïncidences géographiques, qui s’insinuent de texte en texte à travers tout le recueil, et vient compléter les éléments narratifs communs : l’exil du héros ainsi que la souffrance des parents face à la perte de leurs enfants que nous trouvons non seulement dans Parise la duchesse et la Vie de saint Eustache, mais aussi dans la Venjance Nostre Seigneur, où un épisode important du récit du siège de Jérusalem raconte le cas horrible d’une mère amenée à manger son propre enfant pour survivre.

  • 34  Voir Jonn W. Baldwin, « “Once there was an emperor…”: A Political Reading of the Romances of Jean (...)

24Ce réseau d’associations et de liens avec la géographie de la région frontalière entre l’Empire et la France, entre Le Noirmont, Mâcon et Vienne, me permet enfin de retourner à la question par laquelle j’ai commencé : qu’est-ce que le contexte manuscrit nous dit de la réception du Roman de la Violette au XIIIe siècle ? Gerbert de Montreuil a en partie formé son roman comme une révision profrançaise du Roman de la Rose de Jean Renart, lequel affiche une politique fortement pro-Empire34 : alors que Jean Renart commence par « il y avait un empereur », Gerbert situe le début de son roman à la cour de France ; alors que les chevaliers victorieux au tournoi de Saint-Trond dans la Rose portent tous des hauts noms de la chevalerie impériale, ceux du tournoi qui clôt la Violette seront les meilleurs hommes de guerre français, etc. Cette orientation politique de la Violette reflétait sans aucun doute le fait que Marie de Ponthieu venait de se montrer suffisamment loyale à la couronne pour que Louis VIII acceptât de lui redonner les terres confisquées à son père après Bouvines.

25C’est-à-dire qu’un roman soulignant la loyauté de Marie envers le roi de France se trouve inclus dans un codex, le BnF, fr. 1374, qui penche du côté de l’Empire, le présentant en général sous un jour favorable. De plus, le codex montre l’Empire comme un lieu de refuge pour des gens fuyant l’injustice dans le royaume de France dans plusieurs textes, y compris la Violette, et va même jusqu’à critiquer sévèrement la royauté capétienne dans Girart et, à un degré moins flagrant, dans Parise. Dans cette optique, le manuscrit présenterait une lecture de la Violette comme un texte anti-capétien. Ceci n’est pas incompatible avec les faits. Au moment de sa rébellion, Simon de Dammartin n’était pas en effet seigneur de Ponthieu, non seulement parce que c’était Marie l’héritière et qu’il n’était comte que par son mariage, mais aussi parce que le père de Marie, Guillaume Talvas, était vivant au moment de Bouvines et était resté fidèle à Philippe Auguste. En admettant que Philippe Auguste n’ait donné la seigneurie de Ponthieu à son fils Philippe de Dreux qu’après la mort de Guillaume, sa prétention à pouvoir disposer du comté et ainsi à déshériter Marie et ses enfants pouvait être considérée comme une infraction aux règles féodales. Ainsi, bien que Gerbert de Montreuil ait orienté clairement son roman dans une voie profrançaise, dans le BnF, fr. 1374, on peut lire la Violette comme un texte pro-Empire, ci-inclus à cause de l’injustice faite à son mécène par Philippe Auguste et à cause du refuge trouvé par ses héros en territoire impérial.

Conclusions

26Les deux manuscrits datés du XIIIe siècle de la Violette nous présentent des portraits assez différents l’un de l’autre. Provenant des côtés opposés de la francophonie, les deux recèlent un choix très distinct de textes et sont également très différents dans leur présentation matérielle : l’un est assez modeste et presque sans décoration, et l’autre est un grand recueil enluminé. Pourtant, dans les deux cas, c’est la géographie qui paraît servir de fil conducteur entre les différents textes du codex et, dans les deux cas, cette géographie infléchit notre lecture de la Violette. Le BnF, fr. 1553 a été composé pour un chanoine de la cathédral de Cambrai, très peu après la mort de son évêque, Enguerrand de Créquy ; quant aux liens géographiques évidents dans les textes du manuscrit, ils suggèrent que le commanditaire lui était très proche. Ainsi, dans le fr. 1553, la Violette est surtout un roman “historique” ponthevin, présent dans le codex en tant que tel, et les liens géographiques que nous avons détaillés ci-dessus sont doublés par des liens familiaux associant Marie de Ponthieu, d’un côté, à Ide de Boulogne et, de l’autre, à l’évêque déploré.

27D’une manière intéressante et relativement inattendue, l’autre manuscrit, le BnF, fr. 1374, présente aussi des relations géographiques entres ses textes. Cependant, là où le fr. 1553 fait ressortir les éléments ponthevins de la Violette, le fr. 1374 soulignerait plutôt le rôle joué par l’Empire germanique au sein du texte lui-même. Marie de Ponthieu y conserve son importance, peut-être, non pas pour ses attaches géographiques mais pour l’exemplarité de sa position comme héritière déchue de ses terres suite à la rébellion de son mari.

  • 35  Le père de Robert III, Philippe d’Artois, est mort en 1297 des suites de blessures reçues lors de (...)

28Dans les deux manuscrits, le réseau de liens géographiques (et également thématiques dans le fr. 1374) suppose un regard, un intérêt notablement “historique” de la part du commanditaire ou du compilateur. Géographie, héritage et famille s’entrecroisent dans les deux manuscrits et leur imbrication me permet de clore cette exploration en rappelant le troisième manuscrit (probablement) du XIIIe siècle, celui de Mahaut d’Artois, aujourd’hui perdu. Car, là aussi, la géographie, la famille et l’héritage jouent un rôle prépondérant. Mahaut a hérité de son père, Robert II, après sa mort à la bataille de Courtrai, le 11 juillet 1302, mais son héritage fut longtemps et âprement contesté par son neveu, Robert III qui, selon la coutume picarde, ne put hériter par représentation de son grand-père35. Mahaut épousa Othon V, comte de Bourgogne en 1297. En 1316, elle affronta le soulèvement des nobles de l’Artois, poussés par son neveu qui pilla sa bibliothèque pendant le conflit. Enfin, deux des filles de Mahaut, Jeanne et Blanche, furent accusées d’adultère dans l’affaire dite « des brus de Philippe le Bel » : une fille fut innocentée, l’autre condamnée. La Bourgogne, l’héritage contesté, les accusations d’adultère… Les liens entre la vie de Mahaut et le Roman de la Violette tel qu’il se présente dans les manuscrits BnF, fr. 1553 et 1374 ne manquent pas. Il paraîtrait donc que tous les manuscrits connus du XIIIe siècle de la Violette partageaient les mêmes regards sur le roman où géographie et héritage priment sur d’autres explications possibles comme, par exemple, l’intercalation de morceaux lyriques si importants au regard des critiques modernes.

Haut de page

Notes

1  Le manuscrit fait pour le duc de Bourgogne est aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale de Saint-Pétersbourg (fr. F. r. XIV) ; ceux du Roman de Gerart de Nevers se trouvent à Paris (BnF, fr. 24378) et à Bruxelles (Bibliothèque Royale de Belgique, ms. 9631).

2  Des codicologues ont suggéré que les deux derniers textes du codex actuel, la Violette et Florimont, ne faisaient pas partie du manuscrit à l’origine, car le nombre de lignes par feuillet change au début de Florimont : stable à 38 jusque là, le nombre varie ensuite entre 40 et 43. Cependant, d’autres éléments restent inchangés, notamment la place laissée mais jamais remplie pour la lettrine au début du roman comme au début de la Venjance et de Saint Eustache. Dans sa description du manuscrit, Terry Nixon conclut: « Probably different hands wrote the Violette and Florimont, but they are similar to the hand of part one and contemporary in date to it » (T. Nixon, « Catalogue of Manuscripts », dans Les Manuscrits de Chrétien de Troyes / The Manuscripts of Chrétien de Troyes, Keith Busby, T. Nixon, Alison Stones et Lori J. Walters (éds), Amsterdam, Rodopi, 1993, p. 42). Ainsi, je considérerai le manuscrit comme un tout, et comme ayant été voulu tel dès sa composition.

3  À cause d’une lacune après le f. 434 (perte des trois derniers feuillets du 55e cahier contenant visiblement le gros de la Lettre de Prestre Jean dont il ne reste qu’un fragment aujourd’hui), Yvan G. Lepage suggère que la dernière section du manuscrit, commençant avec le Roman de Fergus, ne faisait pas partie du reste à l’origine. Si l’hypothèse de Lepage ne peut être écartée, il faut aussi noter que le même artiste a peint les petites lettrines à feuillages et têtes d’animaux dans tout le manuscrit, et que, d’après mon examen, les initiales filigranées sont elles aussi l’œuvre d’une seule main dans tout le manuscrit sauf à l’intérieur d’un bifolio (406v-407r selon la foliation médiévale) où les lettrines, plus grandes et beaucoup plus élaborées, sont assez différentes du reste. Enfin, la foliation du manuscrit a été faite après l’adjonction (si adjonction il y a eu) de Fergus et des petits textes qui le suivent et avant la perte des derniers feuillets de la Lettre de Prestre Jean. Ainsi, jusqu’à ce que l’on trouve des indices moins contradictoires, je pense que l’on ne peut pas trancher et donc qu’il faut considérer le manuscrit tel qu’il existe aujourd’hui comme ayant été un tout dès le début. Voir Yvan G. Lepage, « Un recueil français de la fin du XIIIe siècle : le manuscrit fr. 1553 de la Bibliothèque Nationale », Scriptorium 29, 1 (1975), p. 23-46.

4  Voir ci-dessous et Lepage, art. cit.

5  Richard H. Rouse et Mary A. Rouse, Manuscripts and Their Makers: Commercial Book Producers in Medieval Paris, 1200-1500, 2 vols, vol. 1, Illiterati et uxorati, Turnhout, H. Miller, 2000.

6  Comme les deux manuscrits ont été chacun l’objet de plusieurs descriptions codicologiques, je ne répéterai pas l’exercice ici, concentrant mes remarques sur les éléments qui touchent directement à mon analyse. Pour le BnF, fr. 1553, voir surtout Lepage, art. cit. ; pour le BnF, fr. 1374, la description la plus détaillée se trouve dans le grand travail sur les manuscrits de Chrétien de Troyes effectué par T. Nixon, art. cit., p. 41-43.

7  William Chester Jordan, « The Struggle for Influence at the Court of Philip III: Pierre de la Broce and the French Aristocracy », French Historical Studies 24, n° 3 (2001), p. 439-468.

8  Noter, par exemple, l’utilisation de la première personne et l’inclusion des phrases exprimant l’opinion personnelle du poète. Le texte fut édité par édouard Le Glay, « Complainte ou élégie romaine sur la mort d’Enguerrand de Créqui, évêque de Cambrai », Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai 14 (1834), p. 129-144.

9  Eugène Bouly de Lesdain, Histoire de Cambrai et du Cambrésis, Cambrai, 1841. Certains historiens ont confondu les deux Enguerrand de Créquy : le nôtre, évêque de Cambrai, et son neveu, fils de son frère, Baudouin III, comte de Créquy et évêque de Thérouanne. Voir Alison Stones, « The Terrier de l’Évêque and some Reflections of Daily Life in the Second Half of the Thirteenth Century », dans Tributes to Jonathan J. G. Alexander, S. L’Engle et G. Guest (éds), London – Turnhout, Harvey Miller – Brepols, 2006, p. 372, n. 9.

10  Ibid.

11  Pour sa part, Lepage divise le manuscrit en 4 parties, dont la dernière serait binaire. Les trois premières parties de sa découpe correspondraient à trois scribes, chacun travaillant en parallèle, tandis que la dernière partie serait l’œuvre de plusieurs scribes se relayant. Son analyse correspond assez bien à la nôtre, sauf que nous voyons plusieurs mains à l’œuvre dans sa deuxième section (Image du monde, etc.) où il ne voit, pour sa part, qu’une main agissant. Aussi, nous voyons le retour de la main du scribe de la Violette à partir du f. 394, tandis que Lepage ne fait remarquer qu’une série de scribes qu’il ne dénombre pas. Ceci dit, comme notre analyse des “sections” du codex se concentre surtout sur les textes eux-mêmes, leur genre et leur longueur, elle n’est nullement incompatible avec celle de Lepage, qui n’étudie que les données purement codicologiques.

12  Charles-Victor Langlois, Le Règne de Philippe III le Hardi, reprint éd., Genève, Mégariotis Reprints, 1979, p. 21-30 et W. Jordan, « The Struggle for Influence… », op. cit., p. 458.

13  La Violette fut composée vers 1227, après que Marie eut récupéré ses terres mais avant le retour de son mari, Simon de Dammartin, de l’exil en Angleterre ; voir l’introduction à l’édition de Buffum : Gerbert de Montreuil, Le Roman de la Violette ou de Gerart de Nevers, Douglas Labaree Buffum (éd.), Paris, Honoré Champion, 1928. Le Roman de Wistasse le Moine daterait d’une période s’étirant de 1227 à 1240 selon ses éditeurs les plus récents, A. J. Holden et J. Monfrin. Le pirate boulonnais perdit la vie dans la bataille navale de Sandwich en 1217. Quant à l’Ordene de chevalerie, il date aussi du début du XIIIe siècle et relate des événements, fictifs bien sûr, qui auraient eu lieu pendant la 3e croisade.

14  P. Gehrke, Saints and Scribes: Medieval Hagiography in its Manuscript Context, Berkeley, Univ. of California Press, 1993.

15  K. Busby, Codex and context: Reading Old French Verse Narrative in Manuscript, 2 vols, Amsterdam, New York, Rodopi, 2002.

16  N. V. Durling, « Birthmarks and Bookmarks: The Example of a Thirteenth-Century French Anthology », Exemplaria 161, n° 1 (2004), p. 73-94.

17  Tout aussi intriguant est le fait que trois des sept textes dans fr. 1374 sont des “unica” : le manuscrit recèle la seule copie existante de la Chanson de Parise la duchesse, et la seule copie des versions du XIIe siècle de la Venjance Nostre Seigneur et la Vie de saint Eustache. En plus, fr. 1374 est un des rares manuscrits non-cyclique de la Chanson de Girart de Vienne (K. Busby, op. cit.). Si les raisons de ces choix restent dans la pénombre, on peut au moins dire que le compilateur ou le patron du manuscrit ne suivait pas les modes codicologiques de son époque, d’où encore le désir des chercheurs de comprendre l’agencement du codex.

18  K. Busby, op. cit., vol. I, p. 554-555. Pour sa part, T. Nixon résume: « The language has been characterized as belonging to the southern part of the French speaking area by Foerster (1884, p. XXVII) or to the Midi by (Micha, 1939, p. 42). Gryting (1952, p. 24) concludes that the language is “eastern, and not very far north from Franco-Provençal.” The heavily follicled parchment, occasional flaking of the ink, and the light blue and orangey colors may indicate a southern production. » (art. cit., p. 43).

19  T. Nixon, art. cit., p. 43. Il note aussi les ressemblances avec deux exemples dans Samaran, l’un daté de 1243 (vol. 3, pl. 44 bas) et l’autre de 1270 (vol. 1, pl. 15).

20  Chrétien de Troyes, Cligés, éd. critique du ms. BnF, fr. 12560, Charles Méla et Olivier Collet (éds), Paris, Livre de poche, 1994, p. 5.

21  Wolfgang van Emden, « Hypothèse sur une explication historique du remaniement de Girart de Vienne par Bertrand de Bar-sur-Aube », dans Société Rencesvales IVe Congrès International, Heidelberg, 28 août-2 septembre 1967. Actes et Mémoires, Heidelberg, Winter, 1969.

22  P. Gardette, « Aimon de Varennes, Lyonnais », Romania 77 (1956), p. 506-510. Le fait si “naturel” de trouver un texte écrit à la fin du XIIe siècle dans le Beaujolais dans un manuscrit du milieu du XIIIe siècle fabriqué dans la même région ou une région voisine ne fait que souligner le caractère légèrement surprenant de la présence dans ce même recueil de la Violette.

23  Loyal A. T. Gryting, The Oldest Version of the Twelfth-Century Venjance Nostre Seigneur, University of Michigan Contributions in Modern Philology, Ann Arbor, Univ. of Michigan Press, 1952, reprint, Revision of the editor’s thesis, Univ. of Michigan. Toutes les citations de la Venjance proviennent de cette édition.

24  F. A. G. Cowper, « Review of Loyal A. T. Gryting, “The Oldest Version of the Twelfth-Century Poem La Venjance Nostre Seigneur” », Speculum 28 (1953), p. 884-886, à la p. 885.

25  Ibid., p. 886.

26  Ibid.

27  « This [Le Mans] with the reference to ‘la noire montaigne’ and another in v.1121 (‘.is denier angevin’) might suggest an Angevin origin for the poem (see also Montoire below). », ibid.

28  édouard Paul Lucien Philipon, Dictionnaire topographique du département de l’Ain comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Dictionnaire topographique de la France, Paris, Imprimerie nationale, 1911, p. 292. Voir aussi <http://s.home. cern.ch/suter/topoN0.html>, consulté le 15/07/2007.

29  Selon le site officiel du village : http://www.noirmont.ch/commune/html/histoire.html, consulté le 15/07/2007.

30  Bengt Hasselrot, « Les limites du francoprovençal et l’aire de nostron », Revue de Linguistique Romane 30 (1966).

31  Même si les recherches de P. Gardette ont établi très probablement que Châtillon-sur-Azergues est l’endroit mentionné par Aimon au début de Florimont, il est toutefois intéressant de noter la présence, non loin de Niermont, de la commune de Châtillon-sur-Chalaronne, autrefois Châtillon-les-Dombes.

32  Site officiel du village, consulté le 17/07/20 : http://www.noirmont.ch/ commune/html/html_histoire/histoire_suite.html.

33  Bien sûr, l’association entre un endroit densément boisé et la chasse va de soi. C’est la prolifération de mentions qui tissent un réseau significatif que nous essayons de mettre en évidence, non pas des liens précis ou historiques.

34  Voir Jonn W. Baldwin, « “Once there was an emperor…”: A Political Reading of the Romances of Jean Renart », dans Jean Renart and the Art of Romance: Essays on Guillaume de Dole, N. V. Durling (éd.), Gainseville, Univ. Press of Florida, 1997.

35  Le père de Robert III, Philippe d’Artois, est mort en 1297 des suites de blessures reçues lors de la bataille de Furnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kathy Krause, « Géographie et héritage : les manuscrits du Roman de la Violette », Babel, 16 | 2007, 81-99.

Référence électronique

Kathy Krause, « Géographie et héritage : les manuscrits du Roman de la Violette », Babel [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/694 ; DOI : 10.4000/babel.694

Haut de page

Auteur

Kathy Krause

Université de Missouri-Kansas City

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org