Navigation – Plan du site

Construction et composition des recueils français du XVe siècle : apports de la codicologie quantitative

Octave Julien
p. 13-30

Résumés

L'analyse d'un échantillon de 37 recueils manuscrits du fond français de la BnF, datés du XVe siècle et retenus pour la diversité de leur contenu, révèle la forte présence des manuscrits composites, composés de plusieurs livrets, c'est-à-dire de sous-parties d'origines distinctes ou potentiellement autonomes. Le rassemblement de ces livrets, qui ne contiennent souvent qu'un texte ou quelques uns, et qui présentent une homogénéité du contenu en termes de genre, est une modalité possible de constitution des recueils. Par ailleurs, l'étude de cet échantillon révèle une tendance à hiérarchiser les textes selon leur longueur, dans les livrets comme dans les recueils entiers. Les textes les plus courts ont souvent un rôle clé en diversifiant le contenu d'un recueil, ou en y introduisant des œuvres populaires sous forme d'extraits.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude de la littérature médiévale s’appuie nécessairement sur une connaissance approfondie d’une de ses sources privilégiées, les livres manuscrits. D’une part, parce qu’ils constituent le support principal de la production écrite de l’époque et qu’en dernière instance, nous dépen-dons d’eux pour connaître les textes alors écrits et lus. La connaissance, toujours partielle, de ce patrimoine suppose donc une archéologie du livre que la codicologie actuelle se propose de réaliser. D’autre part, parce qu’en tant qu’objets, ils ne sont pas un médium neutre dans la diffusion de cette littérature. On conçoit aisément que la généralisation rapide de l’imprimerie ait induit de profondes transformations culturelles et sociales dans l’Occident moderne. De même, la culture médiévale et sa littérature sont indissociables du système technique du manuscrit, peu productif mais aussi parfois très souple.

2La codicologie permet dans une certaine mesure de faire le lien entre l’histoire et la critique littéraire, en mettant au jour les racines histo-riques, géographiques et socio-économiques de manuscrits aujourd’hui muséifiés et, ce faisant, en inscrivant leurs textes dans leur contexte culturel. Les recueils médiévaux sont un objet de choix pour les deux disciplines puisque ce contexte culturel semble donné d’avance, au moins en partie, par le seul fait de la pluritextualité. C’est dans cette perspective que nous avons entrepris d’étudier 37 manuscrits du fonds français de la Bibliothèque nationale de France datés du XVe siècle, lesquels témoignent chacun d’une diversité de contenu, mettant côte à côte des matières aussi différentes que la littérature dévotionnelle, le droit ou la médecine. Ces recueils peuvent alors être lus comme autant de témoignages de ces liens entre les disciplines qui forment la trame de la culture du Moyen Âge au sens large.

3La tâche est loin d’être accomplie, mais le détour par la codicologie qu’elle suppose nous permet déjà de partager quelques observations ou analyses qui, espérons-le, dresseront une toile de fond utile à l’analyse monographique d’autres recueils. À vrai dire, la première de ces observations consiste surtout en une importante mise en garde, car le regard codicologique est indispensable pour éviter les pièges que constituent de nombreux recueils à la structure matérielle un peu particulière. Considérés en tant qu’objets, et non simplement en tant que regroupements abstraits de textes, beaucoup sont en effet construits à partir de plusieurs petits manuscrits de même format. La composition d’un recueil, c’est-à-dire la logique sous-jacente à la réunion des textes qui y figurent, peut dans ce cas être liée à la forme de son support. Une fois ce facteur pris en compte, l’analyse sérielle révèle quelques règles-type gouvernant la sélection des textes et dresse un tableau surprenant d’un pan de la littérature médiévale.

Quand deux manuscrits ne font qu’un

  • 1  On trouvera des précisions et développements sur ces questions dans J. P. Gumbert, « Codicological (...)

4L’importance du rôle du support dans certains recueils manuscrits est malheureusement négligée dans de trop nombreux catalogues, et de graves erreurs d’analyse peuvent être faites si l’on ne s’appuie que sur la description qu’ils en font, sans les observer directe-ment. Vu de près, un manuscrit est un ensemble de cahiers rassemblés sous une même reliure. Ces cahiers sont simplement constitués de feuilles de papier ou de parchemin pliées ensemble et au milieu desquelles passent les coutures rattachées à la reliure. C’est généralement dans cet état du support que la copie des textes et leur décoration étaient exécutées. En l’absence de reliure, ces cahiers sont mobiles et indépendants les uns des autres. Si le texte est copié sans césure sur plusieurs cahiers, ceux-ci sont liés ensemble par leur contenu. On ne pourrait en retirer ou n’en déplacer un qu’au prix d’une mutilation du texte. Mais si l’on a affaire à un recueil et que la césure entre deux textes coïncide avec le passage d’un cahier à un autre, ce recueil peut être décomposé en deux unités autonomes. Nous désignerons sous le terme de “livrets” de telles unités, qui peuvent être constituées d’un ou plusieurs cahiers et contenir un ou plusieurs textes. Un recueil sera qualifié de composite s’il peut se décomposer en livrets, et d’homogène dans le cas contraire1.

  • 2  Dans le manuscrit Oxford, Digby 176, cité par G. Hasenohr, « Les recueils littéraires français du (...)

5Nous ne définissons là que des concepts opératoires et leur utilisation n’est qu’une étape dans l’étude d’un système technique si souple qu’il a autorisé des pratiques extrêmement diverses au Moyen Âge. Un livret peut être une partie d’un autre volume récupérée, un petit fascicule acheté bon marché chez un libraire, ou le fruit d’une commande faite à un copiste pour compléter un manuscrit existant. Situation plus ennuyeuse, un livret qu’on croit avoir décelé dans un manuscrit peut n’être que le fruit du hasard et de la rencontre fortuite entre la fin d’un texte et celle d’un cahier. Un détour par l’Angleterre du XIIIe siècle nous offre une illustration particulièrement parlante des multiples origines possibles des livrets et de la manière dont ils peuvent constituer un volume unique : l’ex-libris du recueil d’un évêque nous apprend ainsi que « ce livre appartient à maître Guillaume Rede, évêque de Chichester. Il en reçut une partie de maître Nicolas de Sandwich ; il en acheta une partie aux exécuteurs testamentaires de maître Thomas de Bradwardine et une autre partie à ceux de maître Richard Camsale ; il en écrivit lui-même une partie et en fit écrire une autre partie »2.

6De tels témoignages restent malheureusement rares dans les livres ; la plupart des catalogues ne donnent pas d’indications sur une éventuelle division d’un manuscrit en livrets et ne permettent pas d’établir le moment où ceux-ci auraient été rassemblés. Tant qu’ils n’auront pas été analysés de près, on ne pourra supposer qu’ils ont la même origine et la datation de l’un ne pourra pas être a priori étendue aux autres.

  • 3  Les livres de la collection Que sais-je ? sont par exemple quasiment tous composés de 4 cahiers de (...)

7Cette analyse suppose de connaître la collation des cahiers, autrement dit les séquences de feuillets qui correspondent à chacun d’entre eux3. On peut ensuite repérer les livrets en confrontant les limites des textes à celles des cahiers. Par exemple, dans un manuscrit composé de 3 cahiers de 12 feuillets (f. 1-12, 13-24 et 25-36), on pourrait distinguer 2 livrets si le ou les premiers textes finissaient au verso du f. 12 (ou un peu avant), si un autre débutait au f. 13 et si un même texte se poursuivait du verso du f. 24 au f. 25. Seuls les deux derniers cahiers seraient ainsi liés et ils constitueraient le second livret de ce volume. Si l’on ne connaît pas la collation des cahiers, l’expérience montre qu’une suite de feuillets vierges entre deux textes indique souvent la fin d’un livret. C’est par exemple le cas dans le manuscrit BnF, fr. 15218 qui contient quatre textes : le Doctrinal de noblesse (f. 1-122v), une adresse en vers à la cité de Metz (f. 122v-128v), l’Art et science de bien parler et de se taire (f. 131-138) et un recueil de formules de lettre (f. 143-157). Cette description sommaire suffit pour voir que les deuxième et troisième textes sont suivis de deux et quatre feuillets laissés vierges (f. 129-130 et f. 139-142). Or ces blancs marquent la division du manuscrit en trois livrets : le premier, composé de 11 cahiers, du f. 1 au f. 130, le deuxième, d’un seul cahier, du f. 131 au f. 142, et le troisième, de 3 cahiers, du f. 143 au f. 174. L’observation révèle aussi que les 4 textes ont été copiés par la même main avec une mise en page homogène. Les livrets composant ce manuscrit ont donc été produits dans le même contexte et dans un intervalle de temps relativement court, peut-être en même temps. La présence de deux césures, à la fois textuelles et matérielles, et le nombre de pages laissées blanches autorisent toutefois à croire que l’autonomie des livrets était recherchée.

  • 4  Elle est indiquée dans G. Ouy, Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor. Catalogue établi sur la (...)

8La diversité d’origine des livrets est au contraire évidente dans le manuscrit fr. 25547, qui provient de la bibliothèque de l’abbaye parisienne de Saint-Victor. Ce recueil de littérature dévotionnelle, morale et hagiographique rassemble une quarantaine de textes de formes variées, répartis dans 13 livrets. Contrairement au manuscrit précédent, d’appa-rence homogène, la succession des livrets met ici en vis-à-vis presque autant d’écritures, de mises en page et d’appareils décoratifs différents. La décomposition du manuscrit en livrets, qui est évidente à l’œil de l’observateur, est malheureusement occultée dans la notice du catalogue de la BnF4. On verra plus loin que la longueur des textes peut cependant trahir une telle structure comme le fait la présence des pages blanches du manuscrit fr. 15218. Mais déjà le repérage des livrets amène une autre question : si les livrets ont été copiés par des mains différentes, dans des contextes de production distincts, quand ont-ils été rassemblés ?

  • 5  C’est ainsi qu’est né le manuscrit fr. 15210, par exemple (cf. O. Julien, « Les marginaux : quelqu (...)
  • 6  Par exemple chez G. Hasenohr, op. cit., p. 39.
  • 7  Les manuscrits fr. 15210 et fr. 1356 sont des recompositions tardives, et l’on n’a pas pu dater le (...)
  • 8  Voir aussi le manuscrit fr. 19994, un recueil médical dont la production semble avoir été organisé (...)

9La prudence invite à s’interroger, car des livrets ont pu être utilisés séparément puis réunis par des bibliophiles quelques siècles plus tard. Les moins scrupuleux ont même pu démembrer des manuscrits qu’ils jugeaient de peu d’intérêt pour obtenir une recomposition de leur goût5. De tels recueils factices ont leur intérêt propre, mais ils introduisent de faux témoignages des pratiques médiévales, ce qui a suscité chez les historiens du Moyen Âge un grand scepticisme quant à l’utilité des recueils composites comme matériau d’étude6. L’observation de notre échantillon montre toutefois que cette attitude est un peu exagérée. Sur 37 manuscrits, la composition de seulement deux d’entre eux est manifestement postérieure à la moitié du XVIe siècle, et quatre autres n’offrent aucun indice permettant de dater le rassemblement des livrets7. Le manuscrit fr. 25547 cumule quant à lui ce type d’indication : la même main apparaît dans quatre livrets différents, une foliotation commune a été adoptée pour l’ensemble du manuscrit et une table des matières assez exhaustive a été inscrite au f. 1v. Le même échantillon se décompose en 9 manuscrits homogènes et 28 composites. On trouve parmi ces derniers des volumes à l’apparence tout à fait homogène, produits dans le même contexte, mais dans lesquels la structure en livrets semble avoir été exploitée ou préservée, à l’image du manuscrit fr. 152188. Le caractère composite n’est vraiment douteux que dans le cas du manuscrit fr. 14989, où il pourrait bien n’être que la conséquence d’une rencontre purement accidentelle entre la fin d’un texte et celle d’un cahier. Il apparaît finalement que le problème n’est pas l’origine incertaine des recueils composites mais leur omniprésence même dans les fonds manuscrits.

Pluralité du support et pluralité du contenu des recueils manuscrits

  • 9  C. Bozzolo, E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicolo (...)

10L’étude sérielle des recueils peut s’appuyer sur des volumes homogènes ou composites, dès lors que l’origine médiévale de ceux-ci est assurée. Il faut rappeler ici que les analyses qui suivent s’appuient sur un échantillon de 37 volumes, relativement réduit au regard de son hétérogénéité intrinsèque, et que ces recueils ont été retenus pour la diversité des textes qu’ils contiennent. Les observations que l’on pourra faire ne prétendent donc pas à l’exhaustivité, objectif de toute façon irréaliste dans la mesure où les manuscrits existants aujourd’hui ne constituent qu’une part très faible et peu représentative de la production médiévale réelle9.

11Au premier abord, cette diversité inhérente à l’échantillon s’observe selon les mêmes modalités dans les recueils homogènes et composites. Aucune de ces catégories ne se caractérise par un nombre de sujets distincts tendant à être plus grand, ou par des dissonances plus frappantes entre les textes. Le manuscrit BnF, nouv. acq. fr. 14313, homogène, témoigne ainsi de la même diversité que les deux recueils composites décrits auparavant. Remontant à la décennie 1450-1460, il contient le Voyage d’Outremer (f. 1-183v), un récit de voyage de Jean de Mandeville où se mêlent descriptions géographiques et inventions chimériques, le Jardin de dévotion (f. 184-197v), une lettre de l’Amiral de France (f. 198-202) et une autre du roi Charles VII (f. 202-203), la Vie de saint Alexis (f. 204-232v), un quatrain religieux non identifié (f. 232v), la Vie de sainte Catherine (f. 233-257v) et, pour finir, les Dits et proverbes des Sages (f. 258-263), à savoir des quatrains attribués à des personnages bibliques ou des auteurs antiques, tels que Salomon et Caton. La même main apparaît dans tout le recueil et elle a inscrit à la fin, sur le feuillet de garde, un ex-libris nous renseignant sur son propriétaire, un certain Martin Court, châtelain dans le Rhône. Ce recueil a donc été pensé et effectivement utilisé comme tel. Il ne faut pas s’arrêter à la bizarrerie apparente de son contenu hétéroclite mais plutôt y voir une projection des goûts et intérêts d’un petit noble laïc du milieu du XVe siècle.

  • 10  Darwin Smith, « Plaidoyer pour l’étude des plis. Codex, mise en page, transport et rangement », Ga (...)

12La perspective codicologique qu’on porte sur les recueils manuscrits et qui amène à distinguer les homogènes et les composites permet cependant d’observer deux logiques différentes de mise en recueil des textes. Alors que les recueils homogènes apparaissent comme l’aboutissement d’un projet particulier, à l’image du manuscrit nouv. acq. fr. 14313, le caractère pluriel des composites peut être le résul-tat presque contingent de l’accumulation de livrets d’origines différentes sous une même reliure. Chaque livret est par définition potentiellement autonome, et ceux qui l’étaient effectivement ont eu moins de chances de parvenir jusqu’à nous, devant faire face aux outrages du temps et à la négligence humaine. Ceux que nous voyons aujourd’hui n’étaient pas nécessairement destinés à être inclus dans un recueil plus vaste, même si cette pratique n’était pas dénuée de sens. Le manuscrit fr. 1356 est composé de six livrets qui n’ont vraisemblablement été reliés ensemble qu’au XVIe siècle, comme l’indique l’écriture utilisée pour marquer d’une lettre chacun d’entre eux en vue de leur rassemblement. Surtout, d’autres signes montrent indubitablement qu’au moins trois d’entre eux ont été utilisés de manière autonome10. Tous sont composés d’un unique cahier, et les trois en question – le deuxième, le quatrième et le sixième, auxquels on peut peut-être ajouter le troisième – portent des traces de plis, comme s’ils avaient circulé pliés dans la poche de leur propriétaire. Le sixième a même ses feuillets extérieurs usés et noircis.

13Le contenu des livrets peut expliquer l’intérêt qu’on avait à les plier pour les emporter avec soi. Le premier contient le Petit livre des fortunes et infortunes selon les douze mois de l’année (f. 1-17v) suivi, comme tous les autres textes, d’une page blanche. Le deuxième contient un ensemble de recettes médicales (f. 18-19v), le troisième un autre texte médical, les Vertus et propriétés de la mélisse (f. 20-23v), le quatrième la liste populaire des 32 jours périlleux (f. 24-25v), le cinquième des pronostications pour l’année 1454 (f. 26-31v), le sixième l’Arrêt et condamnation du connétable de Saint-Pol (f. 32-37v), le dernier des stances sur les lyonnaises et une ballade en guise de réponse (f. 38-39v). Deux ou trois des livrets portant des traces de circulation autonome avaient une fonction médicale ou astrologique qui justifiait qu’un praticien les emmène dans ses déplacements.

14Manifestement, le contenu majoritairement “technique” de ce manuscrit nous intéresse moins que sa forme. Par la suite, nous exclurons de l’échantillon étudié les cinq recueils au contenu essentielle-ment médical ou astrologique. Les recueils consacrés principalement au droit, une autre discipline technique, seront en revanche conservés, car ils témoignent souvent d’un certain goût de leurs lecteurs pour la littérature. Mais en tant que recueil composite, le manuscrit fr. 1356 illustre en quoi l’accumulation des livrets est le processus-clé par lequel un recueil est constitué, car ces livrets ne contiennent bien souvent qu’un texte unique. Ainsi l’ensemble des volumes composites de notre échan-tillon, sans les recueils scientifiques donc, se décompose en 83 livrets : 39 d’entre eux ne contiennent qu’un seul texte, 34 en contiennent entre deux et cinq, et 10 autres en ont six ou plus. Si l’on considère comme un unique et même livret les livrets semblables et successifs, comme ceux du manuscrit fr. 15218 vu plus haut, il en reste tout de même 27 avec un texte unique, 34 avec deux à cinq textes et 10 avec au moins six textes. Dans chaque recueil composite que nous avons rencontré sauf un, les livrets avec le moins de textes sont les plus fréquents, et lorsque nous n’avons trouvé aucun livret monotextuel, il y en avait au moins un avec seulement deux textes. Pour se faire une idée de ce que représentent ces vecteurs de la production écrite, disons que 73 % de ces livrets contiennent au plus cinq textes et font moins de 80 feuillets, la moyenne s’établissant à 27 feuillets.

15Construction et composition des recueils composites tendent donc à être synonymes. Le rassemblement des livrets induit le rapprochement des textes mais aussi le mélange des genres. En effet, en s’appuyant sur le même échantillon, 67 livrets sur 83 (soit 81 %) ne contiennent qu’une seule catégorie de textes, que ce soit un genre comme la littérature dévotionnelle ou historique, ou une discipline telle que le droit. Ce décompte inclut les livrets à un seul texte, mais aussi 28 livrets qui en comptent plusieurs. Ceci ne veut pas dire que l’observateur moderne trouvera forcément un sens dans de tels regroupements, mais seulement qu’ils ne présentent pas de dissonances dans les matières utilisées.

  • 11  J.-P. Boudet, « Le bel automne de la culture médiévale (XIVe-XVe siècles) », dans Histoire culture (...)

16Le recueil fr. 1563 est principalement consacré à l’œuvre de Jean de Meun, mais son contenu est ainsi diversifié par l’usage de livrets qui, bien que copiés par la même main et donc produits dans le même contexte, témoignent chacun d’une claire unité thématique. Le premier (f. 1-147v) contient le Roman de la Rose, suivi d’un extrait de l’Art de chevalerie, la traduction par Jean de Meun du De Re Militari de Végèce. Le Testament occupe la plus grande part du deuxième livret (f. 148-177), suivi d’extraits du Codicille, son prolongement littéraire. Les cinq dernières pages de ce livret ont été laissées blanches. Le troisième (f. 178-202) ne contient pas d’autres œuvres de Jean de Meun mais cinq lettres de Christine de Pizan, Jean Gerson et Pierre Col qui constituent la trame du vif débat de 1401-1402 autour du Roman de la Rose et de la vision des femmes et du mariage qui y est développée11. Le dernier livret (f. 203-224) rassemble des œuvres plus courtes, le Livre de pauvreté et de richesse et une ballade, dont les auteurs nous sont inconnus, ainsi que le Lai d’amour et d’unité d’Alain Chartier. L’assemblage de différents livrets permet ainsi de constituer un recueil qui, tout en ayant une grande cohérence thématique, mêle différents auteurs et genres littéraires, du simple extrait à l’écrit polémique.

  • 12  G. Ouy, op. cit., p. 420-421.

17Le manuscrit fr. 25547 provenant de l’abbaye de Saint-Victor, qu’on a vu auparavant, montre d’une autre manière comment les livrets sont manipulés pour organiser le contenu du recueil. La table des matières et le catalogue de la bibliothèque dressé en 1514 mentionnent des textes aujourd’hui absents du volume12 : un texte sur les sept grades de la chevalerie, un sur les propriétés du romarin et trois autres qui, d’après leur description dans le catalogue, abordent des questions pratiques relatives au pèlerinage à Jérusalem. Ces textes occupaient sans doute deux ensembles de cahiers distants l’un de l’autre (f. 279-300 et 342-356 ?) qui ont pu être aisément retirés sans détériorer la structure du manuscrit ; ce sont donc à proprement parler deux livrets qui manquent. Il est impossible de savoir qui a fait ces modifications, quand et dans quel but. Mais force est de constater qu’ont ainsi été exclus des textes dissonants par rapport à l’ensemble du volume. Le manuscrit fr. 25547, gros de 356 feuillets à l’origine, faisait partie d’un fonds monastique de plus d’un millier d’ouvrages. Sa taille et son environnement le destinaient à une fonction de conservation, et non à l’usage fréquent qui était la raison d’être des recueils possédés et lus par un public laïc. Notons que ceci autorisait sans doute son allure dépareillée, conséquence du rassemblement d’une dizaine de livrets d’origines différentes. Dans ce cas, la diversité des matières de son contenu résulte d’avantage d’un problème de classement que de l’intention même d’un lecteur aux goûts éclectiques. Nous ne connaissons pas la raison du retrait de ces livrets, mais le fait est que cette opération a harmonisé le contenu du recueil en excluant les textes sur la chevalerie, les vertus médicinales d’une plante et sur le voyage jusqu’à Jérusalem. Un doute subsiste néanmoins, car un autre livret a été laissé alors qu’il contient un texte versifié sur la chasse (Le déduit [divertissement] de chiens et de chasse, f. 163-199v).

Régularités et règles dans la composition des recueils

  • 13  Il s’agit en fait de la main de Guillaume Tuysselet, celui-là même qui a constitué ce recueil.

18Le contrôle du contenu de ce même recueil apparaît en un autre endroit du manuscrit. On trouve au f. 278 un petit texte intitulé les Quinze conditions du bon cheval selon lequel la monture idéale doit avoir quinze qualités qu’on retrouve chez d’autres espèces : le « bon pied » de l’âne, par exemple, le regard vif du lièvre, les « courtes oreilles » et la « belle queue » du renard et, pour finir, les « beaux crins » et la « belle poitrine » de la femme. Ces quelques lignes sont manifestement plus dissonantes que la description des vertus du romarin, et n’ont pas laissé insensible un autre lecteur. Un commentaire a en effet été ajouté à la suite du texte, blâmant celui qui a copié ces vers et regrettant leur présence indigne parmi les « honnêtes vies » de saints rassemblées dans le recueil. Naturellement, la notice du catalogue de la bibliothèque ne signale pas le texte humoristique, alors même qu’il avait déjà été écrit. Ceci est certain, car la main qui l’a copié a aussi noté des citations d’auteurs illustres (philosophes antiques et chrétiens ou saints) qu’on trouve en divers endroits du recueil (f. 42-43v, 51-54, 55-57, 59-59v, 60v, 75-78v et 339-341v) et qui, elles, ont été indiquées dans le catalogue13.

19Si l’on ne considère plus le genre et la valeur de ces différents textes mais leur forme, on voit leur fonction particulière dans l’économie du recueil : ils remplissent les pages laissées blanches autour de textes plus longs. Le dernier livret du manuscrit contient ainsi un dialogue allégorique qui occupe les f. 313-339, et ses trois derniers feuillets (f. 339-341v) ont été remplis de citations latines. Quoiqu’inadapté au contenu du recueil d’un point de vue moral, le texte humoristique, par ailleurs impossible à retirer, présentait l’avantage de remplir facilement un blanc. Il en est de même pour ces petits florilèges qui pouvaient de plus être ajustés à l’espace disponible.

20La même logique d’utilisation du support rend compte des extraits présents à la fin de certains livrets du manuscrit fr. 1563, le recueil consacré à l’œuvre de Jean de Meun. Le premier s’ouvre sur le Roman de la Rose (f. 2-144v), suivi d’un extrait de l’Art de chevalerie recopié par une main hâtive (f. 144v-147v). Le deuxième contient le Testament (f. 148-174), un extrait du Codicille (f. 174v-175) et se finit par quelques pages blanches (f. 175v-177v).

21La régularité de cette forme de répartition des textes nous amène à préciser l’analyse quantitative de l’utilisation des livrets. On a vu que sur les 83 livrets des manuscrits composites de l’échantillon, 39 ne contiennent qu’un texte. Parmi les 22 qui en comptent deux, 15 voient le texte le plus long représenter plus de 80 % de leur volume. La présence d’un texte principal, en termes quantitatifs, se maintient dans les 22 derniers livrets comptant trois textes ou plus puisqu’il est supérieur à 80 % dans 11 d’entre eux. Ainsi, sur l’ensemble de l’échantillon, seuls 9 livrets n’ont pas un texte qui se distingue des autres en représentant plus de 50 % de leur volume.

22Le support est utilisé de la même manière dans les recueils homogènes, qu’on peut considérer stricto sensu comme des livrets uniques. C’est par exemple le cas dans le manuscrit fr. 15103, matériellement homogène, qui illustre de plus comment le statut des petits textes est varié : il s’ouvre sur le Roman de Girard de Roussillon qui occupe l’essentiel du volume (f. 1-138v). Le texte est doté d’un appareil décoratif assez riche : les initiales sont peintes, des encres de couleur sont utilisées dans la mise en page et plusieurs grandes illustrations, parfois inachevées, agrémentent le texte. À la fin, un colophon nous apprend qu’il a été copié par un prêtre de Châtillon-sur-Seine en 1416 (f. 138v). Ce même personnage a ensuite copié trois textes bien plus courts. Le premier, les Complexions du corps humain (f. 139-139v), a été copié avec soin mais les décorations sont plus limitées que celles du Roman. Quant aux derniers, un texte sur les sept vertus et les sept péchés capitaux (f. 140-141v) et le Paternoster de saint Julien (f. 141v-142), leur mise en page est dépourvue de tout élément esthétique ou fonctionnel. Les dernières pages n’ont servi qu’à inscrire quelques notes diverses et à faire des essais de plume (f. 142v-144v). La présence du colophon à la suite du Roman laisse penser que ce texte était la raison d’être de ce volume et que l’inclusion des petits textes est à cet égard assez contingente, ce qui n’est pas le cas de tous les textes de ce format qu’on peut trouver dans d’autres manuscrits. D’ailleurs, le même effort n’a pas été consacré à tous les petits textes et ceci peut indiquer un intérêt plus ou moins grand du lecteur pour eux.

23Quant à la structure générale de ce recueil, l’analyse quantitative confirme qu’il ne fait pas exception et que l’utilisation de textes de longueur inégale est aussi la pratique dominante dans les manuscrits homogènes de notre échantillon, quoiqu’avec des contrastes moins marqués que dans les livrets. Sur les neuf recueils de ce type, cinq contiennent un texte dominant, occupant plus de 80 % du volume, et seul le manuscrit fr. 12475 n’en a aucun dépassant la barre des 50 %. Il est très particulier puisqu’il ne fait que quatre feuillets. Les pages extérieures ont été laissées blanches, ce qui laisse penser qu’il devait être utilisé isolément et sans reliure, mais il aurait tout à fait pu trouver sa place dans un recueil composite en tant que livret. Il contient une énigme (f. 1v), quatre prières à l’Agneau de Dieu ou à la Vierge (f. 2v-3) et neuf oraisons à la Vierge qui sont surtout des exercices de style ou des jeux littéraires (f. 3v-4). On y trouve par exemple une louange dont les 24 mots commencent par les 24 lettres de l’alphabet médiéval. Malgré sa faible taille, ce manuscrit où se mêlent religieux et ludique est peut-être celui qui ressemble le plus à un recueil thématique, dans la mesure où ses différents éléments prennent leur sens dans leur regroupement. Or cette pluritextualité assumée se reflète dans l’équilibre du poids des textes, et donc dans le fait qu’aucun texte n’est dominant quantitativement.

  • 14  D. Muzerelle, E. Ornato, « La terza dimensione del libro. Aspetti codicologici della pluritestuali (...)

24On pourrait légitimement objecter qu’une douzaine de manuscrits constitue un ensemble bien maigre et que la nature apparemment désordonnée de la plupart d’entre eux empêche de tirer des conclusions sur les règles de composition des recueils médiévaux. Celles-ci s’accordent cependant avec les analyses faites par Denis Muzerelle et Ezio Ornato qui ont observé la même tendance au déséquilibre dans un échantillon bien plus vaste d’environ 1600 volumes, originaires pour la plupart de la France du nord et d’Angleterre, et datés du IXe au XVe siècles14. Ils ont aussi montré que ces textes tendent à être hiérarchisés, leur position étant liée à leur longueur. Ainsi, le texte le plus long est généralement placé en tête du recueil, comme ceci s’observe dans cinq des neuf volumes homogènes de notre échantillon. Ce n’est pas le cas dans le manuscrit fr. 12475 que l’on vient de voir, où tous les textes sont du même ordre de grandeur. Les trois autres manuscrits suivant ce schéma inhabituel sont plus gros mais ils sont surtout étonnamment semblables du point de vue du contenu. Dans le manuscrit fr. 24112, le Grand coutumier de Normandie (f. 4-71v) est précédé par quatre feuillets de petits textes, à savoir le Cisio Ianus (f. 2, un court poème mnémotechnique rappelant les principales fêtes de l’année), deux notes sur les années bissextiles et sur les dates de Pâques (f. 2-2v), et trois textes moraux : les Distiques de Caton (f. 2v-3), un texte sur les « notables meurs » (f. 3v) et des extraits de la Consolation de Philosophie de Boèce (f. 3v). Dans le manuscrit fr. 14550, le même coutumier (f. 34-143) fait suite à d’autres petits textes divers : un calendrier (f. 2-7v), une compilation de psaumes, prières et autres textes religieux (f. 8-33v), et des notes sur la naissance des enfants du propriétaire entre 1483 et 1494 (f. 33v). Dans le petit et richement décoré manuscrit fr. 14397, ce sont des extraits de l’Evangile selon saint Jean (f. 1-4v) qui se trouvent avant la Coutume de Bretagne (f. 5v-204v). La dimension “pratique” de ces recueils peut peut-être expliquer qu’ils partagent la même structure. Les coutumiers offrent en effet une synthèse des coutumes légales en vigueur dans une région ; ce sont en cela des textes de référence pour les propriétaires terriens ou les juristes. D’une autre manière, les textes ayant une fonction de calendrier ou à dimension morale ou spirituelle, parfois sous forme de courts extraits ou de sentences, pouvaient être consultés fréquemment, à des fins évidemment différentes. Dans ce cas, il était sans doute plus commode de les placer en tête du volume plutôt qu’après des textes de plusieurs dizaines, voire centaines de feuillets. Ce faisant, il suffisait de ne tourner que quelques pages pour retrouver les textes en question.

25La hiérarchisation des textes est aussi la règle dans la composition des livrets, comme l’ont illustré la plupart de ceux donnés à titre d’exemple jusqu’ici. Sur les 44 qui constituent les recueils composites et qui comptent plusieurs textes, seuls cinq voient leur plus grand texte occuper une position autre que la première. On compte parmi eux le troisième livret du manuscrit fr. 1563 contenant le débat épistolaire sur le Roman de la Rose. Il était naturel dans ce cas de copier les cinq lettres qui le composent dans l’ordre chronologique. Le troisième livret du manuscrit fr. 25547, le recueil de l’abbaye de Saint-Victor, serait quant à lui hiérarchisé si des sentences n’avaient pas été copiées sur ses deux premiers feuillets (f. 42-43v). Ce livret présentait probablement la particularité d’avoir des feuillets vierges non seulement à la fin mais aussi au début. En copiant à différents endroits du recueil des sentences et citations, notre copiste à ainsi brisé la hiérarchie des textes dans ce livret. Ce genre d’accidents d’ordre codicologique mis de côté, la critique littéraire devrait donc s’attarder sur les rares cas où l’on voit un texte court précéder un texte plus long. Ceci témoigne d’un intérêt particulier pour certains petits textes, comme ceux copiés avant les trois coutu-miers, ou d’un projet rhétorique original allant à l’encontre des pratiques habituelles. Cette perspective est justifiée dans l’analyse des recueils homogènes et des livrets, car la disposition des textes dans les uns et les autres suit généralement les mêmes règles ou procède d’une même évolution, les petits textes comblant l’espace laissé par les plus grands.

  • 15  Les dimensions des marges de la page, par exemple (cf. E. Ornato, « Exigences fonctionnelles, cont (...)

26La structure des recueils composites se révèle en revanche beaucoup plus désordonnée. L’accumulation de livrets comptant plusieurs textes hiérarchisés fait naturellement succéder les textes longs aux plus courts, ce qui fournit par ailleurs un autre indice pour repérer les recueils composites d’après les notices de catalogues les plus sommaires. Dans environ la moitié des cas cependant, le livret contenant le texte le plus long est le premier du recueil. L’adoption d’une telle structure approximativement hiérarchique n’est donc pas aussi fréquente que dans les recueils homogènes ou dans les livrets considérés individuellement, mais elle reste statistiquement significative. L’ordon-nancement de livrets existants n’est pas soumis aux mêmes contraintes que celui de textes à copier sur un support donné ; le problème de l’espace disponible ne se pose pas si l’on souhaite adjoindre un livret à un autre, tant que le manuscrit n’est pas trop épais. La disposition hiérarchisée des livrets s’explique donc ici par l’intérêt porté aux textes les plus longs, ceux qui ont mérité l’investissement en argent et en temps nécessaire à leur copie, ou par une préférence d’ordre esthétique. Cette dernière explication devrait certainement être approfondie, d’autant plus que l’histoire du livre compte de nombreux cas où une pratique d’abord justifiée par des contraintes matérielles est devenue par la force de l’habitude un canon esthétique15. Mais il reste que le problème de l’espace disponible n’est pas déterminant dans le choix et la disposition des textes, et que les plus courts ne doivent pas nécessairement leur inclusion dans un recueil à leur petit format.

La littérature du bas Moyen Âge à travers le prisme des recueils

  • 16  Ces valeurs arrondies ne sont données qu’à titre indicatif. Elles ne distinguent pas les textes en (...)

27En adoptant une démarche quantitative pour étudier plusieurs dizaines de recueils, on renonce à éclaircir la fonction de chacun de leurs textes et à comprendre leur éventuelle cohérence symbolique ou littéraire. Mais cette perspective permet de décrire le corpus des textes accessibles au XVe siècle et de voir comment ceux-ci étaient utilisés dans la composition des recueils. Comme l’analyse des manuscrits et de leurs livrets l’a montré, ces textes sont très divers en taille. Les grandes œuvres, dans tous les sens du terme, comme le Roman de la Rose occupent une place importante mais sont peu nombreuses. Les textes de longueur moyenne sont plus nombreux, mais restent minoritaires par rapport à la multitude de textes courts. Dans notre échantillon, il en va des textes comme des pépites d’or, les plus longs étant les plus rares : un quart compte moins de 260 mots, un quart entre 260 et 1300 – cette dernière longueur équivalant à environ neuf pages dans un manuscrit de format moyen –, un quart en compte entre 1300 et 5500, et ceux du dernier quart se dispersent entre 5500 et 123000 mots16. Ce déséquilibre marqué entre le nombre et la taille fait que les 20 % de textes les plus longs représentent 84 % de la masse textuelle de l’ensemble de l’échantillon.

28Les petits textes présentent-ils un intérêt pour l’historien de la culture malgré leur faible poids ? L’étude sérielle d’un grand nombre de manuscrits empêche de lire avec toute l’attention qu’ils méritent les 385 textes de cet échantillon, mais on peut centrer l’analyse sur ceux qui apparaissent dans différents recueils et qui témoignent de ce fait d’une certaine popularité chez les lecteurs médiévaux. Parmi les textes récurrents les plus courts, deux ne devraient pas intéresser la critique littéraire. Il s’agit de la liste des 32 jours périlleux, à savoir les jours de l’année défavorables d’un point de vue astrologique, et le Cisio Ianus, qu’on a vu dans le manuscrit fr. 24112 précédant le Grand coutumier de Normandie. Outre leur fonction pratique, ces textes apparaissent dans des recueils consacrés essentiellement à la médecine ou au droit, à l’exception de la liste des jours périlleux du manuscrit fr. 15219. Ce volume est composé de trois livrets copiés par la même main, l’un consacré à l’astrologie, les deux autres contenant des textes dévotionnels et une Histoire du noble roi Pontus. Plus littéraires sont les Complexions du corps humain qui offrent une courte déclinaison en vers des humeurs et des caractères de l’âme dans les manuscrits fr. 14989 (f. 13-14) et fr. 15103 (f. 139-139v).

29D’autres œuvres trouvent aussi leur place dans la masse des textes relativement courts en étant copiées sous forme d’extraits. C’est ainsi qu’apparaît le Codicille de Jean de Meun dans le manuscrit fr. 1563 décrit plus haut (f. 174v-175). De même, l’imposante Consolation de Philosophie se trouve réduite à une page d’extraits dans le manuscrit fr. 24112 (f. 3v), tout comme le Dialogue de saint Grégoire dans le manuscrit fr. 991 (f. 151v). Toujours parmi les œuvres récurrentes, certains textes présentent l’avantage de pouvoir être facilement découpés et réorganisés, tels les Distiques de Caton. Ils constituent le texte principal d’un des livrets du manuscrit fr. 18419 (f. 149-163), tandis que dans le fr. 24112, matériellement homogène, ils apparaissent sous forme d’extraits en deux endroits, aux f. 2v-3 et, avec des redondances et accompagnés d’autres citations, aux f. 94-95v. Dans le premier manuscrit, le texte approche les 7000 mots et figure parmi le quart des textes les plus longs, tandis que dans le second il est inférieur à 1300 mots, la longueur médiane de l’échantillon.

30Cette étude des petits textes montre, si l’on en doutait, que les lecteurs du XVe siècle y accordaient un grand intérêt. En outre, il apparaît que ce sont généralement les textes les plus courts, relativement au contenu d’un volume, qui introduisent une diversité de matières et d’éventuelles dissonances dans un recueil. Sur les 21 livrets présentant ce caractère, c’est dans 11 cas le résultat de la présence d’un ou plusieurs textes de dimensions modestes, dont le poids total ne dépasse pas 20 % de l’ensemble. Si l’on ne considère plus les livrets mais les neuf manuscrits homogènes, leur éclectisme procède du même mécanisme dans quatre cas, auxquels on peut ajouter les trois coutumiers vus plus haut où les textes dissonants sont aussi relativement courts, mais placés en tête de l’ouvrage. En recherchant des recueils manuscrits témoignant par leur diversité de l’éventail des intérêts de leurs lecteurs, nous avons donc trouvé des volumes assez strictement organisés autour de quelques grands textes ou thèmes principaux, mais où ce sont les textes les plus courts qui permettent une ouverture vers d’autres genres, vers des œuvres populaires ou dans des domaines plus techniques ou pratiques.

31Au terme de cette analyse, le détour par la codicologie quantitative s’avère certes un peu fastidieux mais riche d’enseignements. Il invite d’abord à la prudence, vu la part importante des recueils composites dans un fonds comme celui des manuscrits français de la BnF. La manière dont ces recueils sont composés s’explique en partie par la manière dont ils ont été construits. Leur apparence désordonnée cache souvent une réunion de textes à l’origine séparés et isolés, ou un motif hiérarchisé – les textes se succédant dans chaque livret selon leur longueur décroissante – rendu invisible par sa répétition dans un même volume. L’apparent mélange des genres s’explique de même par l’association de différents livrets ou par leur remplissage par des textes courts qui autorisent des évasions du lecteur vers d’autres genres ou d’autres disciplines. La forme et le contenu de ces recueils est donc intimement liée aux deux caractères essentiels du système technique du livre manuscrit : d’une part la copie manuelle, qui autorise les rajouts de textes au fur et à mesure dans le temps, et d’autre part le système des cahiers qui permet le rassemblement de livrets de même format et, partant, un regroupement synchronique des textes, pratique inusitée mais tout à fait possible avec la plupart des livres imprimés.

32Allons plus loin : on peut penser que ce système technique et la multiplication des recueils, composites ou homogènes, a structuré la littérature médiévale elle-même en favorisant la diffusion des textes courts ou moyens. Le format-type des livrets était en effet adapté aux textes vernaculaires généralement plus courts que ceux écrits en latin, à la même époque ou aux siècles précédents. De plus, le souci de remplir les pages laissées vierges à la fin d’un livret ou d’un manuscrit homogène a dû démultiplier les occurrences de textes courts, les rendant ainsi à la fois plus populaires et plus accessibles. Cette littérature de petits textes autonomes était en revanche sans doute moins adaptée au monde de l’imprimerie, où les contraintes matérielles et le calcul économique incitaient l’éditeur-imprimeur à proposer lui-même une mise en recueil standardisée, figée. Par comparaison, les recueils manuscrits font apparaître, derrière l’image du copiste aux mains douloureuses, un monde de livres, de textes et de lecteurs particulièrement vivant et créatif.

Haut de page

Notes

1  On trouvera des précisions et développements sur ces questions dans J. P. Gumbert, « Codicological units : towards a terminology for the stratigraphy of the non-homogeneous codex », dans Il codice miscellaneo. Tipologie e funzioni. Atti del Convegno internazionale, Cassino 14-17 maggio 2003, E. Crisci et O. Pecere (éds), Cassino, Università degli Studi di Cassino, 2004, p. 17-42, et M. Maniaci, « Il codice greco ‘non unitario’. Tipologie et terminologia », dans ibid., p. 75-107.

2  Dans le manuscrit Oxford, Digby 176, cité par G. Hasenohr, « Les recueils littéraires français du XIIIe siècle : public et finalité », dans Codices Miscellanearum – Colloque Van Hulthem, Bruxelles 1999 (Archives et Bibliothèques de Belgique, numéro spécial 60), R. Jansen-Sieben, H. Van Dijk (dir.), Bruxelles, 1999, p. 38-39.

3  Les livres de la collection Que sais-je ? sont par exemple quasiment tous composés de 4 cahiers de 32 pages (soit 16 feuillets), comme cela peut s’observer sur leur tranche au niveau de la reliure. Leur collation, ici donnée avec les numéros de pages, est la suivante : 1er cahier : p. 1-32 ; 2e : p. 33-64 ; 3e : p. 65-96 ; 4e : p. 97-128.

4  Elle est indiquée dans G. Ouy, Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor. Catalogue établi sur la base du répertoire de Claude de Grandrue. Tome 2 : Texte, Turnhout, Brepols, 1999, p. 420-422. G. Ouy ne distingue que huit sous-parties codicologiques.

5  C’est ainsi qu’est né le manuscrit fr. 15210, par exemple (cf. O. Julien, « Les marginaux : quelques utilisations inhabituelles des “livrets” », Gazette du livre médiéval 49 (2006), p. 15-24).

6  Par exemple chez G. Hasenohr, op. cit., p. 39.

7  Les manuscrits fr. 15210 et fr. 1356 sont des recompositions tardives, et l’on n’a pas pu dater le rassemblement des livrets dans les manuscrits fr. 12481, fr. 17272, fr. 24435 et nouv. acq. fr. 4518.

8  Voir aussi le manuscrit fr. 19994, un recueil médical dont la production semble avoir été organisée autour des livrets (cf. O. Julien, art. cit.).

9  C. Bozzolo, E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Éditions du CNRS, Paris, 1980, p. 72-83.

10  Darwin Smith, « Plaidoyer pour l’étude des plis. Codex, mise en page, transport et rangement », Gazette du livre médiéval 42 (2003), p. 1-15.

11  J.-P. Boudet, « Le bel automne de la culture médiévale (XIVe-XVe siècles) », dans Histoire culturelle de la France – Le Moyen Âge, J.-P. Rioux, J.-F. Sirinelli (dir.), Paris, Seuil, 1997, p. 318-319.

12  G. Ouy, op. cit., p. 420-421.

13  Il s’agit en fait de la main de Guillaume Tuysselet, celui-là même qui a constitué ce recueil.

14  D. Muzerelle, E. Ornato, « La terza dimensione del libro. Aspetti codicologici della pluritestualità », dans Il codice miscellaneo…, op. cit., p. 43-74.

15  Les dimensions des marges de la page, par exemple (cf. E. Ornato, « Exigences fonctionnelles, contraintes matérielles et pratiques traditionnelles dans le livre médiéval : Quelques réflexions », dans La face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vue par Ezio Ornato, ses amis et ses collègues, E. Ornato (dir.), Rome, Viella, 1997, p. 132-136).

16  Ces valeurs arrondies ne sont données qu’à titre indicatif. Elles ne distinguent pas les textes en français et en latin, et elles reposent sur un décompte des mots en tant que formes graphiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Octave Julien, « Construction et composition des recueils français du XVe siècle : apports de la codicologie quantitative », Babel, 16 | 2007, 13-30.

Référence électronique

Octave Julien, « Construction et composition des recueils français du XVe siècle : apports de la codicologie quantitative », Babel [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://babel.revues.org/686 ; DOI : 10.4000/babel.686

Haut de page

Auteur

Octave Julien

Université de Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org