Navigation – Plan du site

Présentation

Xavier Leroux
p. 7-12

Texte intégral

  • 1  A. Micha, étude sur le « Merlin » de Robert de Boron, roman du XIIIe siècle, Genève, Droz (Publica (...)

1Les recueils manuscrits du Moyen Âge ont longtemps été considérés par les médiévistes eux-mêmes comme des objets hétéroclites et sans autre mérite que celui d’avoir porté à notre connaissance un grand nombre de textes. Au mieux ces manuscrits volumineux pouvaient-ils faire figure de bibliothèque. Mais l’hétérogénéité des œuvres rassemblées par les copistes et l’absence apparente (ou supposée) de principes organisateurs dans les recueils ont souvent déconcerté les plus grands spécialistes de la langue et de la littérature médiévales. C’est ainsi qu’à la fin du XXe siècle, Alexandre Micha écrivait que « les manuscrits accueillent à la queue leu leu des œuvres de toute sorte »1. Cette diversité reste encore aujourd’hui pour certains la preuve qu’un recueil est dépourvu de toute espèce de cohérence. Depuis plusieurs années cependant, l’évolution de la critique moderne nous invite à porter un nouveau regard sur ces manuscrits.

  • 2  Pour les principales références bibliographiques sur le sujet, on pourra se reporter à la n. 1 de (...)

2Ce numéro de la revue Babel s’inscrit résolument dans cette perspective et vient s’associer aux travaux déjà effectués dans ce domaine2. Certes, il ne s’agit pas pour le critique de forcer l’objet de son étude afin d’y découvrir un sens totalement détaché des conditions de la mise en recueil des textes par le copiste – encore que, de ce point de vue, on pourrait dans certains cas considérer d’un même regard critique la fameuse “intention d’auteur” et l’intention du maître d’œuvre du volume. Sans jamais renoncer à l’analyse codicologique du manuscrit, donc à sa matière comme à sa matérialité, à son histoire comme à son historicité, le critique cherche à déterminer les conditions et les pratiques qui ont permis et provoqué l’assemblage, puis la copie des textes dans un volume. Simultanément, il s’intéresse, du point de vue littéraire, aux effets de sens que cette mise en recueil a suscités dans les œuvres en question.

3Notre compréhension de la culture et de la littérature médiévales est enrichie par l’analyse du support livresque, cet objet grâce auquel l’écrit circule dans l’espace et dans le temps. Aussi l’analyse codicologique est-elle un préambule, peut-être fastidieux, mais nécessaire à l’étude d’un texte ou d’un groupement de textes contenus dans un manuscrit. C’est dans cette perspective qu’Octave Julien rend compte ici des premières conclusions auxquelles le conduit l’étude systématique d’un nombre important de recueils ; il dresse ainsi « une toile de fond utile à l’analyse monographique d’autres recueils » (p. 14). En effet, grâce aux apports de la codicologie quantitative, la connaissance des pratiques des copistes au Moyen Âge permet, par exemple, de déterminer ce qui doit être ou non considéré comme significatif dans l’organisation d’un recueil.

4La notion de “recueil” mérite elle-même d’être employée avec discernement. Par définition, un recueil est un « ouvrage ou [une] publication rassemblant des documents de même nature ou appartenant au même genre, écrits, reproduits ou imprimés » (TLFi) ; mais ce n’est pas avant le XVIe siècle que le mot apparaît dans une acception proche du sens actuel : « ouvrage réunissant des écrits » (cf. le Recueil de Jean Marot, 1532). Portant tout particulièrement leur attention sur le vocabulaire employé par les copistes ou les auteurs eux-mêmes pour parler de leur ouvrage ou du travail de mise en recueil, Wagih Azzam, Olivier Collet et Yasmina Foehr-Janssens nous invitent à une réflexion globale sur le recueil au Moyen Âge, et plus précisément sur le principe de cohésion tel qu’il apparaît – ou transparaît – dans le manuscrit. Sont alors commentées la fameuse conjointure de Chrétien de Troyes et l’esthétique de l’unité qui caractérise le Tristan de Thomas. Comme l’affirme Francis Gingras, c’est donc « au cœur même de la poétique du roman médiéval » (p. 66) que nous conduit l’étude de la mise en recueil des textes médiévaux.

5La connaissance des conditions de réception d’une œuvre, littéraire ou non, au Moyen Âge nécessite préalablement de placer dans une perspective médiévale cette autre notion, théorisée notamment par H. R. Jauss, la notion de “réception”. Alors que les développements structuralistes et post-structuralistes ont favorisé la “textualisation” de la littérature médiévale, Francis Gingras suggère que la recontextualisation de la réception du roman médiéval passe par un retour aux manuscrits. Appliquée au manuscrit du Vatican, Regina Latina 1725, cette hypothèse de recherche révèle une technique de contrepoint que permet la juxtaposition de différents romans et dont, en dernier recours, le lecteur « est toujours un peu juge » (p. 80).

6Abordant également la question de la réception des textes médiévaux à la lumière de leur mise en recueil, Kathy Krause s’intéresse à l’insertion d’un texte long, le Roman de la Violette, dans quelques recueils. Son étude démontre que la cohérence de ces manuscrits tient au contexte historique et géographique dans lequel ils ont été composés plutôt qu’à des considérations littéraires et génériques. Ainsi, l’unité d’un volume peut davantage relever des motivations personnelles de son commanditaire que de la nature des pièces qu’il contient.

7En revanche, lorsque le même type d’enquête est effectué sur l’insertion d’un texte court, Les Quinze Signes du Jugement dernier, dans plus d’une vingtaine de manuscrits, la multiplication des cas de figure rencontrés oblige Richard Trachsler et Salvador Rubio Real à « admettre l’existence de plusieurs configurations concurrentes, qui obéissent à des logiques et des nécessités différentes » (p. 108). Ils suggèrent notamment que l’organisation des textes d’un recueil est fonction de leur nature, mais également de leur taille ; ce faisant, ils fournissent un exemple pertinent aux conclusions d’Octave Julien touchant à la répartition des textes longs et courts au sein des recueils.

8Considérant, dans les dernières pages de leur article, la mise en recueil de la version espagnole des Quinze Signes attribuée à Gonzalo de Berceo, Richard Trachsler et Salvador Rubio Real nous rappellent que la constitution d’un “manuscrit d’auteur” est une pratique déjà bien établie dans la période médiévale. Deux articles s’intéressent à des recueils de ce type. Gérard Gros nous montre tout d’abord comment Gautier de Coinci s’est lui-même fait l’architecte consciencieux de son œuvre. Dans les deux Livres des Miracles, il ne s’agit pas de mettre en évidence la cohérence d’un recueil qui s’impose d’emblée par l’auteur, la forme et les thèmes qu’ont en commun les textes réunis. Avec Gautier de Coinci, la mise en recueil des œuvres de l’auteur devient à proprement parler une mise en œuvre littéraire. Ensuite, Clotilde Dauphant étudie l’organisation du manuscrit des Œuvres complètes d’Eustache Deschamps, recopiées notamment par Raoul Tainguy, dans le manuscrit BnF, fr. 840. Alors qu’une impression de désordre se dégage du volume, celle-ci témoigne d’une « esthétique de la discontinuité » (p. 160), qui introduit la variété dans une œuvre fondamentalement répétitive.

9Dans de tels recueils, la figure de l’auteur garantit l’unité des textes rassemblés. Mais, lorsque sont réunies des œuvres poétiques attribuées à différents auteurs, la cohérence du volume ne paraît pas s’imposer autrement que du point de vue générique, surtout lorsqu’il s’agit d’un recueil “factice”. N’est-il pas alors préférable de parler d’anthologie plutôt que de recueil ? Hélène Basso suggère que la reliure tardive d’un Recueil de galanteries est l’occasion d’une relecture littéraire des œuvres ainsi mises en perspective, parmi lesquelles nous retrouvons des textes de Guillaume de Machaut et d’Eustache Deschamps. Aussi Hélène Basso nous offre-t-elle un aperçu complémentaire du BnF, fr. 840, auquel est partiellement comparé le tardif Recueil de galanteries.

10Ainsi mises en recueil, les œuvres d’un Deschamps ou d’un Machaut sont « dévoyées de leur appréhension habituelle, muées en “galanteries” » (p. 208). D’une façon similaire, Nathalie Urdékian-Gassier constate que la compilation d’œuvres s’inspirant d’un même motif littéraire en favorise la remotivation. Les textes contenus dans le manuscrit Regina Latina 1363 constituent soit des suites, soit des imitations de La Belle Dame sans mercy d’Alain Chartier. Leur étude démontre que le désordre qui caractérise apparemment l’enchaînement de ces textes résulte en fait du projet littéraire propre à ce volume : il s’agit pour son maître d’œuvre de renouveler, d’une manière paradoxale, le motif central de La Belle Dame sans mercy.

11Sans trop nous éloigner du lyrisme courtois des textes poétiques vus ci-dessus, nous nous aventurerons ensuite dans le domaine encore peu étudié des chansonniers. Jane Alden met à profit la comparaison de trois manuscrits composés en grande partie par le même copiste. Le cas est suffisamment rare pour être signalé et permet de mesurer l’implication du scribe dans la mise en recueil de chansons. L’étude du chansonnier de Dijon, malgré son hétérogénéité, révèle des traces d’organisation ou, plus précisément, de réorganisation des pièces par le copiste.

12Dans les derniers articles du présent volume, les textes et les manuscrits étudiés sont fortement marqués par une dimension édifiante ou didactique. La question de la mise en recueil des mystères médiévaux est envisagée sous différents angles et dans plusieurs volumes. L’analyse du codex Guelf. 9 Blankenburg, qui contient les soixante-douze (ou soixante-treize) mystères de la procession de Lille, cherche à déterminer la cohérence de l’organisation des pièces, conformément au projet manifestement édifiant de son maître d’œuvre. Il ressort par ailleurs de cette étude que le procédé de mise en recueil est comme consubstantiel à l’écriture dramatique au Moyen Âge. Ainsi, cette nouvelle approche de la genèse des mystères médiévaux nous permet de préciser notre com-préhension de la structure du manuscrit Condé 616 et de l’unique mystère qu’il contient.

13Aurélie Mazingue se penche ensuite sur le manuscrit 57 de la Bibliothèque Municipale de Rodez, où se trouvent un Mystère de l’Ascension de la Vierge et, parmi d’autres textes, les Enseignements moraux de Christine de Pizan. Il est intéressant de constater que les conclusions auxquelles parvient Aurélie Mazingue et celles de Karen Fresco, dans l’article suivant, se recoupent partiellement. Celle-ci étudie en effet un autre manuscrit, le BnF, fr. 1181, où l’on retrouve les Enseignements moraux de Christine de Pizan. Ainsi, il semble que la présence au sein de différents recueils d’une même œuvre, dont la notoriété n’est pas à démontrer, suffit à renseigner le lecteur (et donc le critique) sur le caractère, ici moral ou édifiant, que le copiste a voulu apposer à son ouvrage.

14Dans le domaine spécifique de la littérature para-académique, Dirk Claes envisage ensuite le cas de ces aids-to-study copiés au Moyen Âge à l’intention des étudiants, afin de leur faciliter l’accès à la connaissance par un jeu de renvois aux sources scripturaires et aux multiples commentaires dont elles ont pu faire l’objet. L’exemple du Memoriale Decreti de Jean de Jean permet à Dirk Claes de montrer comment un compilateur a pu organiser les différentes parties de son ouvrage aux prétentions encyclopédiques.

15Enfin, nous avons choisi de clore ce recueil d’articles par celui que K. Sarah-Jane Murray consacre au fameux manuscrit Digby 23. S’y côtoient le Timée de Platon et la Chanson de Roland. Alors que cette étude nous ramène vers le genre narratif – et même à la genèse de la littérature française –, celle-ci fait apparaître que la mise en recueil – ne serait-ce que de deux textes – peut être l’occasion d’une mise en perspective d’une œuvre par une autre.

16Contestant l’opinion qui veut que ces deux textes aient été réunis pour des raisons essentiellement pratiques, les conclusions de K. Sarah-Jane Murray nous rappellent également que les nouvelles orientations de la critique moderne, et notamment l’étude des textes médiévaux dans leur contexte manuscrit, sont susceptibles de remettre en question les connaissances parfois considérées comme les plus indiscutables.

Haut de page

Notes

1  A. Micha, étude sur le « Merlin » de Robert de Boron, roman du XIIIe siècle, Genève, Droz (Publications Romanes et Françaises, 61), 1980, p. 10.

2  Pour les principales références bibliographiques sur le sujet, on pourra se reporter à la n. 1 de l’article de Karen Fresco dans le présent volume (p. 293).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Leroux, « Présentation », Babel, 16 | 2007, 7-12.

Référence électronique

Xavier Leroux, « Présentation », Babel [En ligne], 16 | 2007, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://babel.revues.org/685

Haut de page

Auteur

Xavier Leroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org