Navigation – Plan du site

La montagne dans la presse illustrée suisse entre 1920 et 1945. Le récit visuel des couvertures

Gianni Haver
p. 244-268

Résumé

A travers l’iconographie de la montagne en images fixes ou mobiles - le « Bergfilm » ou film de montagne, les pages des magazines – cet article livre un récit visuel des couvertures mettant en perspective le sens et l’importance symbolique, économique et militaire de la montagne dans la presse Suisse entre 1920 et 1945.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une introduction à l’histoire de ce média en Suisse, je me permets de renvoyer à mon récent ar (...)

1 À travers ce bref article, je me propose d’explorer la représentation de la montagne au travers des couvertures de la presse illustrée suisse durant l’Entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale1. Le choix de cet objet se justifie à mon sens par l’importance, si souvent négligée, des magazines en tant que support médiatique pendant les années prises en considération. Si la littérature ou le cinéma ont souvent été pris en considération lorsqu’il s’agissait d’étudier leur rapport à la montagne, on ne peut pas en dire autant de la presse illustrée. Quant à l’accroche helvétique, si elle découle en partie de mon domaine de compétence, elle assume également un sens particulier lorsque l’on songe à l’importance, à la fois économique et symbolique et plus tard militaire, de la montagne dans la Suisse de l’époque.

2Se limiter à la seule couverture comme élément d’analyse ne constitue pas à mon sens un fractionnement arbitraire d’un objet d’étude qui exigerait d’être pris en compte dans son intégralité. En effet, la « une » d’un illustré fonctionne en large partie comme un média indépendant, car elle doit pouvoir se donner à lire (dans le sens graphique) indépendamment du contenu interne du magazine et qu’elle touche un public plus large que les acheteurs de ce dernier. Durant la période que nous prenons en considération, la couverture est d’ailleurs encore plus indépendante qu’aujourd’hui du contenu interne, car il n’est pas rare que le thème traité par sa partie figurative ne soit pas l’annonciation d’un article à retrouver dans les pages internes. Elle n’est souvent au contraire qu’une accroche esthétique destinée à flatter le goût et la curiosité de l’acheteur potentiel. Ce caractère ne lui enlève en rien son intérêt, au contraire, il se révèle le point d’ancrage idéal pour questionner l’imaginaire sollicité par ce média populaire.

3L’approche que je propose ici a une double caractéristique. Premièrement, elle s’inspire des méthodes d’histoire visuelle et laisse donc une part essentielle aux images. Ces éléments visuels ne sont cependant pas proposés en tant que simples illustrations, mais sont au contraire choisis et agencés dans le but de participer à l’analyse, ou du moins de la soutenir. Deuxièmement, je construis mes propos autour d’axes thématiques, approche qui découle logiquement du choix méthodologique précédent. Je ne ferais intervenir qu’à la fin l’aspect chronologique, lorsque des éléments liés au contexte provoquent un soudain réinvestissement de l’imaginaire de la montagne, comme c’est le cas pour la période 1939-1945.

Montagne paysage

4 La presse illustrée suisse peut être partagée en quatre catégories de base. La première est constituée par les magazines d’actualité, dont la une est largement employée pour rendre compte des événements marquants de la semaine dans le domaine du politique, du spectacle, des catastrophes ou des conflits. Rentrent dans cette catégorie des titres comme Schweizer Illustrierte Zeitung, L’Illustré, Zürcher Illustrierte et L’Écho Illustré. La deuxième regroupe les hebdomadaires de type familial tels Schweizer Familie ou Ringiers Unterhaltungs Blätter. Ces derniers, bien qu’intégrant une part d’actualité dans les pages internes, n’y font que rarement recours pour la couverture, préférant la consacrer à des images plus atemporelles comme des paysages, des scènes de la vie quotidienne ou des représentations folkloriques. Enfin, le troisième et le quatrième groupe sont constitués par la presse féminine et spécialisée (cinéma, sport, automobile, etc.) que nous ne prenons pas en considération dans cet article.

  • 2 Voir notamment les numéros du 19 janvier et du 27 juillet 1935.

5Les images de montagne sont très largement mises à contribution dans la presse familiale. Un pointage nous a permis d’évaluer leur présence à la une du Ringiers Unterhaltungs Blätter de 1942 à 25 % de l’ensemble et dans Schweizer Familie de l’année suivante à 60 %. La photographie – plus rarement le dessin – d’un chalet, une chapelle ou un troupeau de bétail sur fond de massif montagneux semble remplir un rôle si fondamental dans l’imaginaire helvétique qu’elle peut être proposée avec insistance dans les couvertures des magazines sans peur de lasser le lectorat potentiel (fig 1). Un familial comme L’Abeille revient à maintes reprises sur l’image de la montagne suisse par excellence, le Cervin, allant jusqu’à la proposer plusieurs fois dans la même année.2

fig. 1 : La montagne comme paysage. De gauche à droite et de haut en bas : L’Abeille du 9 avril 1927, Die Woche im Bild du 1er septembre 1940, Illustrierter Familenfreund du 15 février 1941 et La Patrie Suisse du 4 décembre 1941.

fig. 1 : La montagne comme paysage. De gauche à droite et de haut en bas : L’Abeille du 9 avril 1927, Die Woche im Bild du 1er septembre 1940, Illustrierter Familenfreund du 15 février 1941 et La Patrie Suisse du 4 décembre 1941.

Montagne identitaire

  • 3 Pour approfondir cet aspect voir notamment : Hans Christoph von Tavel, L'iconographie nationale, Di (...)

6 Il est évident que ces paysages de montagne revêtent un rôle identitaire : ils inscrivent dans le territoire la notion de Patrie, de Vaterland. Le territoire alpin est en Suisse investi par ce rôle déjà depuis le XIXème siècle et ces couvertures ne font que le réaffirmer aux membres de la nation3. L’énonciation de l’assemblage montagne/nation trouve aussi une iconographie plus explicite, presque redondante, lorsque l’alpe est redoublée par le symbole national attitré : le drapeau (fig. 2). La couverture du 1er août, véritable marronnier de la presse illustrée suisse, y fait volontiers recours. Cependant, le rôle identitaire de la montagne ne se limite pas à celui de lieu où s’enracine la nation. Il se prête à une affectation plus large, plus universalisante : la montagne est aussi pour la Suisse le lieu de l’identité religieuse. La représentation du drapeau sur fond de montagne joue donc l’alternance avec celle de la croix chrétienne sur fond de montagne, et ces éléments peuvent être également tous présent sur de couvertures comme celle de la Schweizer Familie du 2 novembre 1935 (fig. 3) ou celle de L’Écho Illustré du 29 juillet 1944.

fig. 2 : Le drapeau et la montagne, deux symboles nationaux qui se renforcent mutuellement à l’occasion de la fête nationale suisse. Ringiers Unterhaltungs Blätter du 1er août 1942 et L’Écho Illustré du 1er août 1930.

fig. 2 : Le drapeau et la montagne, deux symboles nationaux qui se renforcent mutuellement à l’occasion de la fête nationale suisse. Ringiers Unterhaltungs Blätter du 1er août 1942 et L’Écho Illustré du 1er août 1930.

fig. 3 : Montagne et identité religieuse dans la presse illustrée familiale. Schweizer Familie du 2 novembre 1935 et En Famille du 31 mai 1941.

fig. 3 : Montagne et identité religieuse dans la presse illustrée familiale. Schweizer Familie du 2 novembre 1935 et En Famille du 31 mai 1941.

Montagne détente

7 L’investissement de la montagne comme lieu du sacré, de la nation et donc de la tradition n’empêche pas d’autres usages. Elle est aussi le lieu de la modernité voire même du plaisir. Ce qui semble être une dichotomie inconciliable ne pose aucun problème au niveau de la représentation, pour le moins celle qu’on trouve dans les couvertures de la presse illustrée. Il est vrai que dans la Suisse de l’Entre-deux-guerres il n’est plus possible de penser la montagne sans la composante liée à l’importante industrie touristique qui s’y développe. Cette vision des localités alpines comme lieux de divertissement est véhiculée avant tout par les hebdomadaires d’actualité comme l’Illustré ou son pendant alémanique la Schweizer Illustrierte Zeitung (fig. 4). C’est principalement dans leurs couvertures que cet univers relié au luxe des grands hôtels de Davos ou Zermatt est évoqué. La détente montagnarde des hebdomadaires familiaux fait plus appel à l’expérience potentielle de leur lectorat : la randonnée, activité à la portée de presque tous les habitants de la Suisse, y trouve plus de place (fig. 5).

fig. 4 : La montagne d’hiver comme lieu de détente et de divertissement. Schweizer Illustrierte Zeitung du 8 janvier 1921, L’Illustré du 21 janvier 1922 et du 5 janvier 1928, Sie und Er du 10 mars 1934.

fig. 4 : La montagne d’hiver comme lieu de détente et de divertissement. Schweizer Illustrierte Zeitung du 8 janvier 1921, L’Illustré du 21 janvier 1922 et du 5 janvier 1928, Sie und Er du 10 mars 1934.

fig. 5 : La randonnée en montagne, une activité populaire et estivale. Sie und Er du 14 juin 1934, Schweizer Familie du 17 juin 1939, Die Woche im Bild du 11 août 1940 et La Patrie Suisse du 18 juillet 1942.

fig. 5 : La randonnée en montagne, une activité populaire et estivale. Sie und Er du 14 juin 1934, Schweizer Familie du 17 juin 1939, Die Woche im Bild du 11 août 1940 et La Patrie Suisse du 18 juillet 1942.

Montagne performance

8 Du tourisme au sport, le pas est facile à franchir. Situées entre détente et recherche de la performance, les sports alpins ont droit eux aussi à de nombreuses unes. L’utilisation de l’image de la pratique de l’alpinisme permet d’exploiter des composantes visuelles à deux couches. D’une part, le paysage, dont on a déjà évoqué la fonction, peut être mis en place au premier plan (la paroi escaladée en est une composante) mais aussi sur le fond afin de pouvoir ancrer la scène dans le territoire national, reconnaissable par les sommets en arrière plan dont les noms sont souvent rapportés par la légende (fig. 6). D’autre part, la performance trouve également sa place dans la mise en scène de situations extrêmes et spectaculaires du moment de l’escalade.

9De son côté, la pratique du ski n’est pas toujours assimilable à la performance : elle peut rejoindre l’idée de divertissement ou s’approcher de celle de randonnée. C’est parfois aussi l’occasion de montrer la prise de possession de l’espace alpin, les traces laissées par les skis en étant la marque (fig. 7). Le saut à ski permet de revenir au spectaculaire, en offrant l’image de corps propulsés dans les airs, délivrés de la force de gravité, et en rejoignant ainsi l’exhibition du corps face au vide caractéristique de la représentation de l’escalade (fig. 8).

fig. 6 : La mise en scène de la performance : l’escalade. Orell Füsslis Illustrierte Wochenschau du 11 juin 1926, Schweizer Illustrierte Zeitung du 17 août 1932, L’Echo Illustré du 20 août 1932 et le mensuel Alte und Neue Welt du juin 1937.

fig. 6 : La mise en scène de la performance : l’escalade. Orell Füsslis Illustrierte Wochenschau du 11 juin 1926, Schweizer Illustrierte Zeitung du 17 août 1932, L’Echo Illustré du 20 août 1932 et le mensuel Alte und Neue Welt du juin 1937.

fig. 7 : La neige tracée par les skis rend visible la prise de possession de la montagne pas l’humain. Schweizer Familie du 7 janvier 1939 et En Famille du 30 décembre 1942.

fig. 7 : La neige tracée par les skis rend visible la prise de possession de la montagne pas l’humain. Schweizer Familie du 7 janvier 1939 et En Famille du 30 décembre 1942.

fig. 8 : La mise en scène de la performance : le saut à skis. Schweizer Illustrierte Zeitung du 31 décembre 1925.

fig. 8 : La mise en scène de la performance : le saut à skis. Schweizer Illustrierte Zeitung du 31 décembre 1925.

Montagne et guerre

  • 4 Sur cet aspect voir également : Gianni Haver G, « Le sport dans le cinéma militaire Suisse (1939-19 (...)

10 Dès 1939, avec la guerre, la montagne est mise au service de la mobilisation. Son rôle identitaire déjà bien assuré permet au binôme armée/montagne d’être immédiatement opérationnel. La sentinelle armée veillant sur sa montagne à l’inviolabilité du pays fait partie des icônes suisses de la période 1939-1945. Elle est reprise avec insistance par le cinéma, l’affiche, la carte postale et elle ne pouvait pas manquer sur les couvertures de la presse illustrée (fig. 9). Le soldat suisse doit être montré comme étant à l’aise sur ses sommets, la connaissance des techniques de montagne est censée lui donner un avantage sur son potentiel ennemi. Ainsi, le soldat-alpiniste et le soldat-skieur auront droit à leur lot de unes. Cet avantage, bien plus moral que militaire, permet à la propagande de guerre helvétique d’éviter la comparaison avec la réelle puissance de son armée et celle des possibles envahisseurs4.

11Déclinée en diverses formes répondant à des imaginaires aussi variés que ceux liés à la performance ou au religieux (mais tous complémentaires dans la formation d’une identité nationale), l’image de la montagne dans la presse illustrée suisse des années 1920-1945 se présente avant tout comme un objet symbolique largement acquis dans le pays en dépit des cultures, langues et religions différentes qui le composent. Certes, la presse illustrée n’est pas le seul média à s’en servir, néanmoins elle le fait avec une régularité qui transcende les différents choix éditoriaux des divers titres. Ce bref parcours a avant tout permis d’isoler les principales thématiques au travers desquelles l’imaginaire de la montagne se décline.

fig. 9 : La sentinelle veille sur sa montagne à l’inviolabilité de la nation. La Patrie Suisse du 25 février 1939

fig. 9 : La sentinelle veille sur sa montagne à l’inviolabilité de la nation. La Patrie Suisse du 25 février 1939

fig. 10 : La performance du soldat-alpiniste au service de la nation en arme. Die Woche im Bild du 15 octobre 1939.

fig. 10 : La performance du soldat-alpiniste au service de la nation en arme. Die Woche im Bild du 15 octobre 1939.

12Schweizer Illustrierte Zeitung, L’Illustré, Zürcher Illustrierte et L’Echo Illustré. La deuxième regroupe les hebdomadaires de type familial tels Schweizer Familie ou Ringiers Unterhaltungs Blätter

Haut de page

Notes

1 Pour une introduction à l’histoire de ce média en Suisse, je me permets de renvoyer à mon récent article : « La presse illustrée en Suisse, 1893-1945 » in Gianni Haver (dir.) Photo de presse. Usages et pratiques, Lausanne, Antipodes, pp. 39-65.

2 Voir notamment les numéros du 19 janvier et du 27 juillet 1935.

3 Pour approfondir cet aspect voir notamment : Hans Christoph von Tavel, L'iconographie nationale, Disentis, Ed. Desertina, 1992 et Guy P. Marchal, Aram Mattioli (Hg.), Erfundene Schweiz – La Suisse imaginée, Zurich, Chronos, 1992, pp. 217-234.

4 Sur cet aspect voir également : Gianni Haver G, « Le sport dans le cinéma militaire Suisse (1939-1945) : une double institutionnalisation » in Christophe Jaccoud et Thomas Busset (dir.) Sports en formes, Antipodes, Lausanne, 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 : La montagne comme paysage. De gauche à droite et de haut en bas : L’Abeille du 9 avril 1927, Die Woche im Bild du 1er septembre 1940, Illustrierter Familenfreund du 15 février 1941 et La Patrie Suisse du 4 décembre 1941.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre fig. 2 : Le drapeau et la montagne, deux symboles nationaux qui se renforcent mutuellement à l’occasion de la fête nationale suisse. Ringiers Unterhaltungs Blätter du 1er août 1942 et L’Écho Illustré du 1er août 1930.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre fig. 3 : Montagne et identité religieuse dans la presse illustrée familiale. Schweizer Familie du 2 novembre 1935 et En Famille du 31 mai 1941.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre fig. 4 : La montagne d’hiver comme lieu de détente et de divertissement. Schweizer Illustrierte Zeitung du 8 janvier 1921, L’Illustré du 21 janvier 1922 et du 5 janvier 1928, Sie und Er du 10 mars 1934.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre fig. 5 : La randonnée en montagne, une activité populaire et estivale. Sie und Er du 14 juin 1934, Schweizer Familie du 17 juin 1939, Die Woche im Bild du 11 août 1940 et La Patrie Suisse du 18 juillet 1942.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre fig. 6 : La mise en scène de la performance : l’escalade. Orell Füsslis Illustrierte Wochenschau du 11 juin 1926, Schweizer Illustrierte Zeitung du 17 août 1932, L’Echo Illustré du 20 août 1932 et le mensuel Alte und Neue Welt du juin 1937.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre fig. 7 : La neige tracée par les skis rend visible la prise de possession de la montagne pas l’humain. Schweizer Familie du 7 janvier 1939 et En Famille du 30 décembre 1942.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre fig. 8 : La mise en scène de la performance : le saut à skis. Schweizer Illustrierte Zeitung du 31 décembre 1925.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre fig. 9 : La sentinelle veille sur sa montagne à l’inviolabilité de la nation. La Patrie Suisse du 25 février 1939
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre fig. 10 : La performance du soldat-alpiniste au service de la nation en arme. Die Woche im Bild du 15 octobre 1939.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/681/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gianni Haver, « La montagne dans la presse illustrée suisse entre 1920 et 1945. Le récit visuel des couvertures », Babel, 20 | 2009, 244-268.

Référence électronique

Gianni Haver, « La montagne dans la presse illustrée suisse entre 1920 et 1945. Le récit visuel des couvertures », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 01 août 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/681 ; DOI : 10.4000/babel.681

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org