Navigation – Plan du site

L’alpiniste Reinhold Messner, écrivain « prolifique »

Michel Mestre
p. 208-243

Résumé

Reinhold Messner, dont la liste des exploits est immense au début des années soixante, est également un « recordman » du monde de la littérature d’alpinisme, suivant un système éditorial précis. Au-delà d’un mythe vivant, l’alpiniste s’impose également comme un homme d’affaires avisé, symbole d’une époque où le sport et l’aventure sont également une affaire d’argent.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Messner (Reinhold)
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Reinhold Messner est un des tout premiers alpinistes contemporains, et même si ce n’est le plus grand de tous les temps, tout ce qui a été écrit jusqu’à présent est bien là pour le (dé)montrer. L’homme est pluriel, hyperactif, sans cesse à la recherche de nouveaux défis, fidèle à son image d’homme des limites. Parmi les éléments constitutifs de sa personnalité, le premier est la suite logique de sa décision d’être alpiniste et uniquement alpiniste. Cette décision a été, de son avis même, la plus importante de sa vie :

  • 1 Mein Leben, p. 255.

Ce fut la décision de vivre selon mes désirs, mes idées et mes rêves et non pas en fonction de ceux de mes parents, de mes professeurs ou de mes frères. J’ai refusé de me plier à un monde bourgeois bien gentil1.

2Dès son adolescence, Messner pense donc à une « carrière » d’alpiniste, au sens d’une vie entièrement consacrée à l’alpinisme, vocable auquel il préfère souvent le terme d’aventure. Il s’en explique, toujours dans son autobiographie :

Messner : Non, je ne voulais pas devenir alpiniste. Parce que ce n’est pas un métier. Je ne pouvais donc pas devenir alpiniste[…] Ma vie était impossible à représenter.

3Et lorsque Hüetlin lui demande de préciser cette impossibilité, ce à quoi il se destinait, quels étaient ses rêves et ses visions d’avenir, Messner répond :

  • 2 Mein Leben, p. 37.

je voulais rester aventurier, […], aller dans des territoires sauvages, […] escalader des parois, voyager, partir simplement dans des contrées sauvages2.

4C’est un choix qui, aujourd’hui, peut paraître légitime, ne serait-ce que parce que beaucoup d’excellents alpinistes vivent pleinement de leur activité, mais ce n’était pas encore le cas au début des années soixante-dix. Pour ce faire, il faut bien autre chose qu’aller en montagne.

5Or, dès le 7e Degré, et de façon récurrente, Messner a toujours longuement analysé les questions financières posées par l’organisation d’expéditions, expliqué comment il finançait ses propres entreprises, sans cacher cette partie de l’alpinisme que, justement, les protagonistes ont tendance à masquer, car elle ne correspond pas à l’image que ce monde là veut transmettre, et il le fait sans détours, entre autres dans son ouvrage de synthèse 1er Vainqueur (p. 111). Il y note que le financement des expéditions est une activité normale pour tout alpiniste professionnel, à une condition :

  • 3 C’est nous qui soulignons.
  • 4 1er Vainqueur, p. 111. 

Il faut toutefois pour cela être prêt à travailler3. En écrivant des récits, en donnant des conférences ou en mettant son expérience au service des industries de l’équipement4.

6Messner l’a vite compris et s’est donc transformé en un véritable chef d’entreprise, un manager aux multiples activités, où chacune d’entre elles a une fonction précise et bien définie, que l’on peut cependant résumer de façon quelque peu provocatrice par : gagner le plus possible d’argent pour financer les nombreux voyages (surtout en Himalaya) qui constitueront l’image de marque de l’alpiniste.

7Mais, la base de ce professionnalisme n’en reste pas moins son activité d’écrivain et de conférencier, ce qui, en soi, n’était pas vraiment nouveau, tant l’alpinisme a suscité des vocations d’écrivain, sans d’ailleurs que l’on parvienne à définir précisément cette spécificité. Mais il le fera à une échelle que l’on rencontre rarement dans ce milieu, et c’est cet élément que nous analyserons ici.

  • 5 Citons, parmi les plus connus, Athesia à Bolzano, BLV, Bruckmann à Munich, Tyrolia à Innsbruck, et (...)

8Agissant dans un milieu géographique et culturel très marqué par la montagne, à cheval sur quatre pays, l’Italie (du nord), l’Autriche, l’Allemagne, et la Suissse alémanique, Messner sait qu’il existe un marché non négligeable pour les livres de montagne. Tous les grands alpinistes qui l’ont précédé (à quelques exceptions près) ont écrit des livres, la bibliothèque du Club alpin allemand est là pour en témoigner et de grands éditeurs spécialisés existent dans tout cet espace géographique, que ce soit à Vienne, Innsbruck, Munich ou Bolzano5. Quelques personnalités emblématiques occupent déjà l’espace (Diemberger, Harrer, Hiebeler, Luis Trenker, etc.), mais ne le barrent pas. Il y a, en outre, tout un mouvement cinématographique du film de montagne, issu du début du XXe siècle, avec le trio Arnold Fanck, Leni Riefenstahl et Luis Trenker, et la période du IIIe Reich n’a pas été avare en films sur les expéditions allemandes dans l’Himalaya. En un mot, Messner sait qu’il peut, s’il est capable de mettre en scène ses exploits, bénéficier d’un très large public, gage d’indépendance financière. Cela, il l’a très vite compris, et ce sera le premier vecteur de sa notoriété.

9Dans Mein Leben, Huetlin et Messner abordent cette question, cruciale comme on le verra :

Huetlin : Vous devez votre succès aussi au fait que vous n’êtes pas seulement allé sur de hautes montagnes, mais que vous avez également su en parler. […] Sans les moyens modernes de communication, il n’y aurait jamais eu le phénomène Messner.

  • 6 Messner utilise dans son interview le mot «Selfmademan» : il évoque ainsi plus, semble t-il, son ac (...)
  • 7 La remarque est d’autant plus intéressante que lui-même ne se prive pas, comme nous le verrons dans (...)

10Messner en convient d’ailleurs volontiers, qui se dit « aventurier et barde ». Il revendique avant tout sa qualité de « self-made-man »6. En revanche il ne tolère pas que d’autres (journaux, revues) s’emparent de ses histoires, car elles constituent en grande partie ce dont il vit7. Hüetlin en tire cependant la conclusion que :

Les médias ont profité de vous et vous des médias.

  • 8 Mein Leben, p. 260-261.

Messner : Oui, il y a collaboration, cohabitation. Pour le financement des expéditions nous avons fait un arrangement. Une histoire a toujours aussi une valeur marchande. Pourquoi en aurais-je fait cadeau ?8

  • 9 Cassarà, p. 59 et 290.

11D’autant plus que Messner a d’emblée compris que tout document d’origine (carnet personnel, lettres, photographies) devenait une marchandise en soi, élément tangible d’information pour l’élaboration d’un livre par exemple, et également document d’appoint négociable avec une maison d’édition. Cassarà en témoigne9 :

Un jour, il me confia : « Posséder un fond d’archives est une véritable richesse : tu peux en retirer suffisamment d’argent ». […] Avec un bon fond d’archives, tu peux survivre et même bien.

12Et, comme dans tout ce qu’il entreprend, Messner a joué sur une grande échelle.

1 Une œuvre littéraire imposante

  • 10 Outre le fait que Messner «publie» chez des éditeurs, avec lesquels il est sous contrat, des livres (...)

13 Établir une liste exhaustive de ses livres relève de la gageure, tant l’auteur est prolifique et sa stratégie d’édition complexe. La bibliographie en annexe montre à l’évidence que Messner est un « grand écrivain », en tout cas par la quantité des livres produits. Autour de quatre-vingt ouvrages, écrits seul la plupart du temps, parfois en collaboration, au départ en allemand pour la quasi totalité d’entre eux, constituent en effet l’œuvre de l’écrivain Messner, depuis 1970, date de parution de son premier livre, jusqu’à aujourd’hui. Mais la multiplication des rééditions, souvent chez des éditeurs différents de l’édition originale, a fait grimper de façon impressionnante le nombre effectif de ses livres et le site de vente amazon.de proposait ainsi, en décembre 2004, 118 références, et en juin 2005, 124 références différentes le concernant. On peut y ajouter quelques ouvrages pour lesquels Messner fait fonction d’éditeur10. Il faudrait y adjoindre de très nombreux articles et des préfaces en quantité, la plupart du temps à des livres consacrés à des aventuriers. C’est à n’en pas douter un record mondial pour ce genre de littérature.

  • 11 On trouve en effet dans son catalogue de nombreux livres concernant à la fois le Tyrol du sud, l’It (...)

14La seconde caractéristique tient à la position spécifique de Messner entre deux mondes culturels, le germanique et l’italien. Messner écrit ses ouvrages en allemand, les éditions originales sont donc dans cette langue, mais presque simultanément ses textes paraissent en italien. Ainsi, à ses débuts, Messner s’appuie sur l’éditeur de Bolzano, Athesia, dont la position géographique et la politique éditoriale favorisent cette double appartenance11. Il en résulte une liste de livres en italien presque aussi importante qu’en allemand (Cf. Bibliographie en fin d’article).

15La troisième « qualité » en quelque sorte de son œuvre est une diffusion mondiale, due pour l’essentiel à la notoriété de l’alpiniste. Son site internet annonce des traductions dans une douzaine de langues. Son éditeur privilégié, BLV, nous précise que les livres de Messner ont été traduits (outre l’italien, qui a un statut assez particulier quand il s’agit de Messner) en français et en anglais (Grande Bretagne et États-Unis), puis en espagnol, hollandais, hongrois, polonais, tchèque, croate, slovaque, danois, finnois, suédois, russe, letton, estonien, japonais, coréen et chinois, soit en une vingtaine de langues. Qui dit mieux ? À titre indicatif, nous renvoyons à la bibliographie pour les parutions en italien et des traductions en anglais et en français.

16Comme certains livres de Messner ont en outre obtenu des prix, comme le prix « Primi Monti » de la Rivista Mensile del CAI, en 1968, le prix ITAS du livre de montagne (pour Il 7° Grado), en 1975, ce même prix ITAS 2002 pour Salvate le Alpi, ce sont autant de faits qui décuplent sa « force de vente ». En revanche, il est très difficile d’obtenir des indications précises sur ces fameux chiffres de vente, les maisons d’édition s’y refusant, qui renvoient à l’auteur qui, bien évidemment, les tait. Nous avons pu toutefois reconstituer, à l’aide d’informations parcellaires fournies par deux de ces éditeurs (Arthaud-Flammarion et Fischer), quelques statistiques concernant cinq de ses livres, autrement dit une goutte d’eau dans l’ensemble de ses publications.

17Pour succinctes qu’elles soient, ces statistiques ne sont pourtant pas inutiles : elles permettent de calculer que, pour les 21 ouvrages français, si l’on accepte comme base de calcul un chiffre moyen de 7000 exemplaires par ouvrage, on obtient un total de ventes autour de 147 000 exemplaires, ce qui est déjà conséquent. Quant aux chiffres fournis par Fischer, ils permettent raisonnablement d’admettre que chaque livre de Messner est édité, en moyenne, quatre, voire cinq fois, soit (avec 75 livres comme base de calcul), entre 300 et 375 éditions : avec le chiffre français de 7000 ventes par édition, cela donne une fourchette comprise entre 2,1 et 2,6 millions d’exemplaires vendus ! Et nous sommes persuadés que ce chiffre de 7000, valable pour des livres français, est inférieur à la réalité du marché de langue allemande. Multiplions encore une fois ces éléments par les éditions en langues étrangères, et nous aurons une approximation, certes, mais non dépourvue de logique, de la « montagne » de livres vendus par Messner. Il s’agit d’une véritable fortune.

  • 12 Il s’agit de la maison bien connue de Bolzano, spécialisée dans les publications sur les Dolomites, (...)
  • 13 L’éditeur munichois Piper (maison créée en 1904) acquiert en 1996 le Malik Verlag. Nous avons donc (...)
  • 14 A noter que l’éditeur, contacté par courrier électronique, nous a signalé que les livres de Messner (...)

18Une quatrième remarque s’impose au sujet de cette production : elle concerne les stratégies d’édition de Messner. Elles sont quasi identiques en allemand et en italien. Les soixante-seize ouvrages (comprenant de nombreuses rééditions) parus pour la première fois en allemand se répartissent dans vingt-cinq maisons d’édition différentes avec une très forte dispersion. Seules les éditions Athesia12 (avec six titres), Piper13 (neuf titres) et surtout BLV (vingt-quatre titres), qui représentent d’ailleurs à elles seules plus de 50 % de la production littéraire de Messner, échappent à ce phénomène. Les autres maisons d’édition interviennent, dans la plupart des cas, pour un seul titre, le plus souvent lors d’une réédition (voir tableaux ci-dessous). À noter la position particulière de l’éditeur Droemer Knaur, qui n’apparaît que deux fois comme premier éditeur, mais en revanche est très représenté dès qu’il s’agit de réédition14.

Tableau n° 1 : les éditeurs d’ouvrages de Messner en allemand
(Classement par ordre alphabétique)

Albert Müller

AS Verlag

Athesia

Audio-buch

BLV

Bruckmann

1

1

6

2

24

1

Bucher

Campus Verlag

Droemer
Knaur

Fischer

Fotokunst Groh

Frederking & Thaler/
National Geogr.

1

1

2

3

1

3

Goldmann

Herbig/
Nymphenburger

Herder

Hezaglot
Inline

Kieppenheuer & Witsch

Monka Medien

1

7

1

1

2

1

Piper (Malik)

Bergverlag Rother

Sigloch Ed.

Sportverlag

Steiger

Stürtz Verlag

9

1

1

1

2

1

Südwest Verlag Tappeiner

1

19En italien, la situation est un peu différente, car il s’agit de la langue de la nationalité de Messner, mais non de sa langue maternelle. Tous ses ouvrages sont, en principe, traduits systématiquement en italien : mais, par le jeu des éditions épuisées et non renouvelées, on constate qu’en février 2005, par exemple, seulement seize livres étaient effectivement disponibles en édition italienne, le plus ancien datant de 1988. Une étude portant toutefois sur un total de quarante-sept livres donne seize noms différents d’éditeurs, donc un effet de dispersion comparable aux éditions en allemand, comme l’illustre le tableau ci-dessous :

Tableau n° 2 : les éditeurs d’ouvrages de Messner en italien
(Classement par ordre alphabétique)

Athesia

Boringhieri

CDA- Vivalda

Corbaccio

Dall’Oglio

7

3

2

2

2

De Agostini

Feltrinelli + BQE

Fondazione Monti

Garzanti

Görlich

12

1

1

4

2

Longanesi

Mondadori

Tappeiner

Vallardi

Zanichelli

1

1

3

1

3

20Athesia y a une place historique à part, puisque c’est (mais pas uniquement) l’éditeur des débuts, mais la maison d’édition nous a signalé, en 2003, qu’il y a plus de vingt ans que Messner n’était plus sous contrat chez eux. C’est manifestement le grand éditeur de livres de géographie et d’atlas, De Agostini, à Novarra, soit seul, soit en collaboration, qui a repris le flambeau.

21Le passage, enfin, à d’autres formes de transmission d’une expérience d’alpiniste, entre autres des éditions récentes incluant CD et vidéo (K7 et/ou DVD), moyens plus accessibles aux nouvelles générations que l’écrit, montre bien l’adaptabilité de Messner à un marché en pleine expansion. Ainsi, Berge versetzen paraît sous forme d’un CD audio en 2003, alors qu’une précédente édition vidéo était déjà sortie en 2000. En 2004, un des thèmes préférés de Messner, le Nanga Parbat, s’enrichit de deux CD audios (éditeur, Audiobuch) On trouvera ci-dessous un tableau d’apparition par ordre chronologique des éditeurs allemands de Messner.

Tableau n° 3 : fréquence d’apparition des éditeurs de livres de Reinhold Messner

Nom de l’éditeur

70

71

72

73

74

75

76

77

78

79

Athesia

x

x

x

x

x

x

Nymphenburger

x

BLV

x

x

x

x

x

x

Kiepenheuer-

Witsch

x

Albert Muller

x

Stürtz

x

Nom de l’éditeur

80

81

82

83

84

85

86

87

88

89

Herbig

x

x

x

BLV

x

x

x

xx

x

Droemer-Knaur

xx

Bruckmann

x

Goldmann

x

Rother

x

Sigloch

x

Piper/Malik

xx

Nom de l’éditeur

90

91

92

93

94

95

96

97

98

99

Herbig

x

x

BLV

x

x

x

xx

x

xx

Kiepenheuer-

Witsch

x

Piper/Malik

x

x

x

Herder

x

Steiger

x

x

Fischer

x

Sportverlag

x

Nom de l’éditeur

00

01

02

03

04

05

Herbig

x

BLV

x

x

x

x

Piper/Malik

x x

x

x

Fischer

x

x

Groh

x

Hezaglot

x

Fredreking-Thaler

x

x

x

Bucher

x

Audiobuch

x

x

AS Verlag

x

Monka

x

Tappeiner

x

Campus Verlag

x

22Ces quelques faits sont bien la marque en tout cas que Messner est un spécialiste du « jonglage » avec les éditeurs, preuve nouvelle de sa capacité hors du commun, en tout cas dans le milieu alpin, à gérer une situation professionnelle. C’est ce qu’il exprime de façon un peu abrupte en réponse à la question de Cassarà, sur la provenance de son argent, p. 290 :

J’ai gagné mon argent grâce aux conférences et, avant tout, aux livres. Et, maintenant, les éditeurs doivent venir signer leurs contrats avec l’avocat, parce que, aujourd’hui, j’ai l’expérience de ces choses. J’ai appris.

23En ce sens, il est le véritable, et le seul précurseur à son époque, d’un management global d’une carrière alpine. Il a largement dépassé ici les premières tentatives de « professionalisation » par la diffusion de leurs exploits du français René Desmaison, de l’italien Walter Bonatti, voire même des alpinistes d’aujourd’hui largement plus médiatisés que leurs aînés. En outre il ne faut certainement pas chercher d’autre modèle à un Jean Christophe Lafaille, par exemple, en qui on peut voir aujourd’hui un de ses plus brillants successeurs. Si l’on s’en tient cependant uniquement à une œuvre écrite, Lafaille n’est alors plus du tout comparable à Messner : sa spécialité est plus dans le film-documentaire que dans le livre.

24Tous ces éléments, surtout le fait que depuis quelques années Messner semble poursuivre une entreprise systématique de rééditions, plus exactement de reprise d’anciennes thématiques remises au goût du jour, conduisent à poser au moins une question : Messner a t-il bien écrit seul tous ses textes, y a t-il eu un, ou plusieurs, collaborateur(s) ? En clair, s’est-il fait aider par ce qu’il faut bien appeler des « nègres » ? Il est bien difficile de le savoir, car nous ne pensons pas que Messner l’avouerait facilement. Il a toujours dit lui-même qu’il écrivait beaucoup dans les avions, il fait souvent référence dans ses récits de courses en Himalaya aux longues journées de mauvais temps passées à relire et à corriger les épreuves de ses livres.

  • 15 Les horizons vaincus, p. 36-38.

25Il dit aussi, par exemple dans Les horizons vaincus, comment il « embauche » Nena Holguin comme « assistante technique » pour une « épuisante tournée de conférences » qu’il doit accomplir à son retour en Europe, preuve qu’il sait déjà organiser, planifier son travail, qu’il a besoin d’aide pour préparer son activité d’écrivain-conférencier. La véritable entreprise actuelle n’est que la démultiplication de ce premier processus, artisanal en quelque sorte, et plus basé sur le feeling (« je lui demande tout de go », écrit-il dans Les horizons vaincus, « tout aussi spontanément, elle accepte ma proposition ») que sur la réflexion du chef d’entreprise, d’autant que, dans ce cas précis, les sentiments jouent un rôle non négligeable15.

26Quoi qu’il en soit, il reste que l’on a bien une preuve de l’existence d’une volonté d’organisation autour de l’activité de l’alpiniste, de ce qui deviendra ensuite le système Messner qu’illustre parfaitement son site internet. Aujourd’hui, Messner dispose d’un fond d’archives de textes, de photos et de documents en tous genres qu’il gère apparemment lui-même, en tout cas qui ne sont pas du ressort de son bureau à Meran. Ces documents constituent la base de tous ses livres, une sorte de base de données sur l’alpinisme dans laquelle il puise ses informations.

  • 16 Il s’agit des sites d’agences de locations de billets Konzertbüro Emmert, www.kbemmert.de. et de ht (...)

27De plus, Messner n’a jamais arrêté de paraître sur scène, pour raconter en direct ses exploits, présenter ses livres. Nous avons indiqué précédemment, qu’à l’époque de son ascension en solitaire de l’Everest, Messner avait accompli une tournée quasi triomphale en Allemagne. À l’automne 2004, son site internet donne la liste des lieux où il se produit avec un diaporama consacré au Nanga Parbat (Titre : Nanga Parbat – Schicksalsberg = la montagne du destin) : entre le 01-10-04 et le 29-10-04 ce ne sont pas moins de onze soirées qui s’enchaînent, dont une à Salzbourg, une à Oberstdorf, quatre en Suisse. Il continue mi-novembre avec, entre autres, des villes aussi importantes que Fürth (Bavière) et Magdebourg (Saxe-Anhalt). Courant avril 2005, on peut déjà trouver sur internet16 la liste de dix soirées, toujours consacrées au Nanga Parbat, que Messner enchaînera sans interruption entre les 11 et 20 novembre 2005.

28Là aussi, il y a parfois une certaine dérive « médiatique », qu’illustre l’anecdote suivante : au cours d’un voyage à Solda, en février 2005, nous avons pu constater que l’Office du Tourisme de la station ne proposait pas moins de cinq soirées de cinéma consacrées à « 200 ans d’alpinisme dans l’Ortlès », à l’occasion de la sortie d’un des derniers livres de Messner (König Ortler, Re Ortles) avec la participation de Messner lui-même : en fait, Messner n’intervenait pas du tout, laissant à d’autres le soin de présenter son ouvrage. Mais la perspective de la présence de l’alpiniste « en chair et en os" servait manifestement d’accroche publicitaire.

29Dans la même veine, lors de la sortie de Mein Leben am Limit, Messner avait bloqué la signature du livre dans les différentes librairies de Meran sur une seule demi-journée, ne consacrant qu’une heure en moyenne à chaque librairie. Car il est manifeste que l’on assiste à une accélération dans le rythme de la production littéraire de Messner : l’année 2004 en est l’illustration la plus convaincante, qui a vu la parution de cinq titres nouveaux, qui s’accompagnent chaque fois d’actions de promotion les plus diverses.

30C’est que la densité des publications de Messner varie au cours du temps. Dans les années soixante-dix, il publiait 16 livres, 17 dans les années quatre-vingt, 20 entre 1990 et 1999 ; il en est déjà à 23 en seulement six ans, entre 2000 et 2005, soit, si l’on prend comme critère le rapport livres/année, la séquence suivante :

Tableau n° 3 : rapport nombre de livres/décennie

1970-1979

1980-1989

1990-1999

2000-2005

1,6

1,7

2

4

31Le tableau suivant, prenant en compte tous ses livres par année, l’illustre encore mieux, le phénomène d’accélération se reflétant dans le pourcentage de 30 % de l’ensemble de sa production sur une période plus courte que les précédentes, soit six ans seulement :

Tableau n° 4 : parutions annuelles des livres de Reinhold Messner

Années

Parutions

Total sur 10 ans

% /total parutions

1970

1

1971

1

1972

2

1973

1

1974

2

1975

1

1976

2

1977

0

1978

2

1979

4

16

21 %

1980

1

1981

0

1982

2

1983

3

1984

0

1985

1

1986

0

1987

2

1988

4

1989

4

17

22 %

1990

4

1991

1

1992

1

1993

1

1994

1

1995

1

1996

2

1997

4

1998

2

1999

3

20

27 %

2000

3

2001

3

2002

8

2003

3

2004

4

2005

3

23

30 %

32Jusqu’en l’an 2000, à côté d’années creuses (1977, 1981, 1984, 1992) et, surtout, 1986, année de la fin de la conquête des 8000, on voit apparaître quelques années plus fastes, notamment 1988 et 1989, manifestement consécutives à cette grande réalisation. Messner a dû se « décharger » alors de son trop plein d’informations accumulées et que la concentration sur son grand projet empêchait de finaliser sous forme de livre. Il est tout aussi manifeste que la veine éditoriale actuelle est la conséquence de sa plus grande liberté malgré les cinq années passées comme député européen, ou grâce à elles ?

2 Les thématiques abordées

33Contrairement à l’idée que l’on peut se faire de l’écrivain Messner en France, ce dernier n’est pas seulement écrivain de montagne ou écrivain-alpiniste (alpiniste-écrivain serait d’ailleurs plus juste), comme une brève étude thématique de l’ensemble de sa production le démontre aisément. Elle fait apparaître un certain nombre de constantes qui permettent de discerner six grands thèmes.

  • Le premier regroupe des livres où différentes escalades, dans plusieurs lieux, constituent la trame générale du texte : c’est le cas d’un de ses premiers ouvrages Aufbruch ins Abenteuer, comme de Die grossen Wände (Les grandes parois), ou Alle meine Gipfel (Tous mes sommets). En général ces comptes-rendus de courses, assez classiques dans leur facture, sont entrecoupés de réflexions sur la pratique ou sur des sujets plus généraux. À quelques exceptions près, il s’agit de livres écrits pendant la première période de la vie de l’alpiniste.

  • Le deuxième groupe est constitué par l’ensemble de ses ouvrages consacrés à l’Himalaya, et c’est en toute logique le plus important. Il débute avec son deuxième livre paru en 1971, Die rote Rakete am Nanga Parbat et le tout s’échelonne jusqu’à sa dernière production dans ce domaine (en 2004), K2 Chogori, en passant par quantité de titres, dont bien sûr Überlebt. Alle 14 Achttausender, qui en est la synthèse en quelque sorte. La tétralogie consacrée au Nanga Parbat, même si la question très personnelle de la mort de Günther y est largement évoquée, appartient de plein droit à cet ensemble.

  • Le troisième rend compte des autres expéditions comme Antarktis, Nie zurück, ou Gobi, die Wüste in mir (2005).

  • Le quatrième aborde pour l’essentiel la vie même de l’alpiniste de façon synthétique, car on peut trouver des bribes de biographie dans la plupart de ses autres livres. Ce sont surtout Ein Bergsteigerleben, 13 Spiegel meiner Seele, Die Grenzen der Seele wirst du nicht finden, et surtout Mein Leben am Limit, tout comme Mein Weg (à paraître en 2006). Nous y ajouterons volontiers un titre comme Bergsteiger werden mit Reinhold Messner.

  • Le cinquième concerne soit les Dolomites (Klettersteige Dolomiten, ou Rund um Südtirol) soit les Alpes en général, et rassemble des livres de présentation de territoires aux illustrations très soignées. Ce sont bien souvent des ouvrages purement commerciaux, dans lesquels le nom de Messner est là avant tout comme accroche marketing.

  • Le sixième voit Messner étudier une question, la plupart du temps directement liée à l’alpinisme, mais pas toujours, dans une perspective historique. Ainsi en est-il de Bergvölker der Erde, Grenzbereich Todeszone, Berge versetzen, Vertical, ou de nombreux ouvrages co-écrits avec d’autres auteurs, comme Die Extremen, Buhl, Lammer ou Karl Maria Herrligkoffer. Die Option, ouvrage consacré à la question du Tyrol du sud, est un peu une exception dans l’œuvre écrite de Messner.

  • 17 Le livre a obtenu, en 1975, le prix ITAS, (Grande compagnie italienne d’assurances) attribué chaque (...)

34Face à une production en telle quantité, il est facile de constater que la qualité des textes de Messner est plutôt inégale. Autant Le 7e degré a été, à son époque, un texte novateur17, autant un livre comme Premier vainqueur des 14 huit mille offre une synthèse intéressante, car très bien documentée, de l’ensemble de la conquête himalayenne (et de ses propres entreprises), autant l’ouvrage jamais traduit en français Grenzbereich Todeszone est rempli de réflexions pertinentes et de témoignages passionnants, a contrario certains de ses livres se présentent plutôt comme des ouvrages de circonstance. Ce sont alors le plus souvent d’habiles montages de carnets de courses, de compilations historiques et de réflexions parfois bien usées. Messner en convient d’ailleurs lors d’une discussion avec Huetlin à propos de l’ascension de l’Everest sans oxygène :

Messner : Oui, l’ascension de l’Everest a été le premier succès mondial. Il en fut même question dans les journaux américains. Pourquoi une telle sensation ? Uniquement parce que tout le monde en avait douté […].

35Il a l’honnêteté d’ajouter que,

le livre sur cette expédition a été celui que j’ai le mieux vendu alors que c’était le plus mauvais.

  • 18 Mein Leben, p. 120. A noter que le chiffre cité par Messner lui-même réévalue d’autant le calcul qu (...)

36Ce qui ne l’empêchera pas d’en vendre, selon ses propres dires « un demi-million d’exemplaires » et de pouvoir ainsi financer de nouvelles expéditions18.

37L’Everest est d’ailleurs bien révélateur de la façon qu’a Messner d’exploiter à fond une mine thématique. Le premier livre sur la question (1978), avec pour titre tantôt Everest, tantôt Everest, Expedition zum Endpunkt, réédité de nombreuses fois, n’est que le premier d’une série comprenant :

  • en 1982, un deuxième ouvrage Everest solo. Der gläserne Horizont (traduction françaises Les horizons vaincus. La face nord de l’Everest en solo), compte rendu de sa seconde ascension de l’Everest, ouvrage de facture classique, mêlant généralités sur la conquête de l’Everest (entre autres avec un chapitre sur Mallory et Irvine), des aperçus sur le Tibet et, en définitive, un court chapitre sur l’ascension elle-même (deux rééditions).

    • 19 Cf. Michel Raspaud, L’Aventure himalayenne, PUG, 2003, p. 29-34.

    En 1999, Messner développe le chapitre consacré à Mallory et le transforme en un livre Mallorys zweiter Tod. Das everest Rätsel, sorte de reconstruction de l’itinéraire supposé de Mallory lors de sa tentative à l’Everest en 192419. Messner, s’insinuant dans la personne de l’alpiniste britannique, s’y attire les foudres de quelques critiques français qui le trouvent bien présomptueux :

    • 20 Alpinisme et Randonnée, n° 218, Janvier/Février 2000, p. 11.

    Son récit romanesque à la première personne de l’expédition de 1924 où il s’incarne à travers Mallory n’est pas du goût de tous. Allez, Reinhold, encore un effort, et tu pourras parler à la place de Dieu …20

  • En 2000 sort un nouveau livre, Everest solo, avec une réédition en 2001.

  • En 2002, Messner innove et lance sur le marché Everest : Himmel und Hölle. Himalaya, sous forme de deux CD audios d’une durée de 120 minutes. Il s’agit d’un ensemble de réflexions sur l’histoire d’ascensions himalayennes, le yeti, le respect de la haute montagne, les phénomènes de massification dans l’alpinisme.

  • En 2003, paraît Mount Everest. Expeditionen sum Endpunkt, comprenant un livre très richement illustré (145 photos couleur), et un CD audio de 45 minutes, qui contient des enregistrements originaux effectués lors de sa première expédition. Le livre coïncide avec l’année du jubilée de l’ascension de l’Everest (1953-2003) : il est, pour l’essentiel, historique, avec des chroniques des expéditions passées et des évocations de Mallory et de Hillary. Pour ajouter quelque peu à la confusion, le titre reprend celui de 1978, avec la toute petite différence que le terme Expedition est désormais au pluriel !

  • Mais, en cette même année 2003, jubilé oblige, Messner sort encore un nouvel opus, Mount Everest Todeszone, un DVD, accompagné d’une version en anglais.

38Sept productions en tout sur une seule et unique thématique ! Ce n’est pas mal du tout quant à la technique du découpage en chapitres différents, qui deviennent autant de publications indépendantes. Les auteurs prolifiques y recourent abondamment.

39Cette technique est à rapprocher de celle qui consiste à modifier quelque peu le titre d’un livre lors de sa réédition, pour en faire, extérieurement du moins, un nouvel ouvrage. Messner la pratique parfois, comme dans Die Göttin der Türkis. Legenden und Bilder von heiligen Bergen, Kiepenheuer & Witsch, Köln, 1990, fort proche de Die Göttin der Türkis. Der Weg zum Cho Oyu, Bergverlag R. Rother, München, 1988. Un premier Bergvölker der Erde, Athesia, Bozen, 1977 (réédité par BLV en 1985), devient Bergvölker im Himalaya en 1983 et réapparaît sous le simple titre Bergvölker en 2001. Messner se laisserait-il un peu aller à la facilité, ou ne serait-il pas touché par le syndrome du vedettariat, lui qui apparaît dans un livre co-écrit avec Hans Dieter Schütt comme Reinhold Messner Superstar (Sportverlag, mai 2002) ?

40Un autre thème prête tout autant à discussion, quand Messner abandonne son domaine (la montagne et l’alpinisme) pour entrer dans celui des prolongements qu’il attribue à l’alpinisme et dont le summum est certainement atteint par Maître des cimes, liste de spéculations assez hasardeuses sur l’application des principes de l’alpinisme aux domaines du business. Car il est manifeste que Messner s’est beaucoup « dispersé » dans ses livres, que les premiers sont à l’évidence les meilleurs et que les livres sont de plus en plus devenus des obligations d’écriture pour conserver une clientèle acquise à sa cause, clientèle qui s’est longtemps précipitée à ses tournées de diapositives et de films, en tout cas dans les pays germanophones. Il s’agit donc bien ici d’une activité lucrative à deux niveaux : un premier, non négligeable, concerne les droits d’auteur, Messner étant un des rares écrivains de montagne à atteindre des tirages importants, et la diversité des éditions en est la preuve : les éditeurs savent que Messner se vend bien. Le second touche à son image, non seulement d’auteur d’exploits alpinistiques, mais aussi de théoricien de l’alpinisme, d’auteur capable de réflexions plus profondes, de quasi gourou de la discipline.

  • 21 A noter l’indication suivante, p. 5 du livre : «L’expédition au K2 a été financée en partie par la (...)

41Parfois, on trouve mélangées dans un seul et même ouvrage les différentes façons de faire évoquées précédemment. Un livre écrit en collaboration avec Alessandro Gogna, K2, paru en traduction chez Arthaud, Paris, 1981 (édition originale, K2, der Berg der Berge, BLV, München/Bern/Wien, 1980) en offre un bel exemple et quelques points méritent que l’on s’y arrête21.

42Les noms des deux auteurs sur la couverture sont déjà de différentes grandeurs, celui de Messner étant deux fois plus gros que celui de Gogna. Certes, Messner est bien allé au sommet et Gogna, non, mais pour un livre cosigné, cela n’a plus aucune importance. Si ce choix est du ressort de l’éditeur, cela signifie clairement que Messner est plus à même de faire vendre que Gogna. Si c’est une exigence de Messner, ce n’est pas très fair play.

43La structure même du livre est pleine d’informations : il est fait pour moitié de photos (102 pages), pour moitié de textes, ce qui renforce l’idée d’un livre aisé à lire (il n’y a que peu de texte), plutôt à regarder d’ailleurs. Sur la centaine de pages de texte, une trentaine appartient à Gogna, alors que Messner n’en a écrit qu’une quinzaine. Il s’agit pour l’essentiel de réflexions assez générales avec des similitudes parfois troublantes : ainsi Gogna intitule t’il un des ses textes « Du rêve à la réalité », alors que Messner parle de « Un rêve, une équipe, une aventure ». Tandis que Gogna analyse par la suite « L’autre visage du K2 », Messner disserte sur « L’ombre du K2 ».

44Quant aux autres pages rédigées, elles consistent pour l’essentiel en une chronique alpine comprenant une vingtaine de pages intitulées « Vingt cinq années au K2 » et se terminant par un tableau (p. 172) des ascensions victorieuses, suivies d’une chronique du K2 allant de 1272 (allusion à Marco Polo) à 1979, année de la réussite de Messner lui-même, reprenant parfois des événements pourtant déjà évoqués dans les pages précédentes. Vient ensuite un tableau des « Expéditions au K2 (1892-1980) », troisième version de cette histoire de l’alpinisme au K2. Pourquoi utiliser trois techniques de présentation différentes pour un seul et même objet : cela ressemble tout de même beaucoup à du « remplissage ». Quant on sait que ce dernier ensemble de pages n’est pas dû seulement à Messner, mais à Joachim Hoelzgen, un reporter du Spiegel faisant partie de l’expédition, étrangement absent d’ailleurs de la page-titre, on est en droit de se poser quelques questions quant au sérieux de l’ouvrage. Certes, toutes les informations se rapportant au K2 sont intéressantes pour l’amateur d’histoire alpine, mais elles ne proviennent que pour partie de Messner. Si l’on dresse le bilan définitif de ce livre, on aura eu en tout et pour tout une trentaine de pages véritablement produites par Messner, les photos de l'expédition non comprises. Les quelques huit pages de 1er Vainqueur (p. 80, « Chronique de la conquête » et p. 89-95 « Le Chogori. Sommet solitaire de la gloire », avec un texte de Messner et un encadré de Gogna) nous en apprennent tout autant, sinon plus.

45Il faut croire que Messner n’était peut-être pas non plus satisfait de ce premier livre sur le K2, puisqu’en 2004 il publie un nouvel ouvrage sur cette montagne, intitulé K2 Chogori. Der grosse Berg (K2 Chogori. La grande montagne), à l’occasion du cinquantenaire de la première ascension italienne. Messner y revient sur l’histoire des différentes expéditions, sur sa propre tentative réussie de 1979. Comme pour le premier livre, deux journalistes allemands du Spiegel, Joachim Hoelzgen encore, et Wilhelm Bittorf proposent une chronologie des expéditions.

3 Structure des ouvrages sur les expéditions en Himalaya

46Avec vingt-trois titres différents, cette partie de l’œuvre de Messner est essentielle, parce qu’elle a assuré sa notoriété d’alpiniste et d’écrivain ; elle est donc tout à fait justifiable d’une étude à part. Cet ensemble de plus de 5000 pages offre certaines caractéristiques extérieures pertinentes.

47La première est la redondance : nous avons vu plus haut comment Messner utilise un même thème, en l’occurrence l’Everest, pour produire pas moins de sept ouvrages. Il en va de même pour le Nanga Parbat avec quatre productions différentes.

48On trouve ensuite le K2, avec deux livres, séparés par une longue période d’édition, puisque le premier paraît en 1980 et le second seulement en 2004. Enfin, c’est le Gasherbrum I (ou Hidden Peak), qui apparaît aussi deux fois, puisque Messner l’a gravi une première fois en 1975 et une seconde fois, en 1984, en traversée avec le Gasherbrum II, lui-même déjà conquis lors d’une ascension en 1982. Il en résulte, sur cette base littéraire, une distinction entre montagnes de première importance (dans l’ordre, Everest, Nanga Parbat, K2 et Gasherbrum I et II) et les autres. Ces cinq sommets ont fait à eux seuls l’objet de seize titres, soit les deux tiers de cette production spécifique.

49Parmi les autres montagnes, on distinguera celles auxquelles Messner dédie chaque fois un ouvrage et celles qui, manifestement, ont peu compté pour lui, puisqu’elles n’ont pas eu ce droit. Dans la première catégorie, on en compte sept, et il reste deux « orphelines" (le Shisha Pangma et le Dhaulagiri), uniquement citées dans les ouvrages collectifs, où les quatorze sommets sont traités ensemble. Il s’agit du livre de synthèse 1er Vainqueur (pour les deux sommets) et, pour le second, de Die grossen Wände, qui porte le sous-titre Von der Eiger-Nordwand bis zur Dhaulagiri Südwand. Le tableau suivant résume cette situation :

Tableau n° 5 : hiérarchie des livres consacrés aux sommets de 8000 m.

Sommets de première grandeur

Sommets de seconde grandeur

Autres sommets

Un sommet, plusieurs livres

Un sommet, un livre

Ouvrage collectif

Everest,
Nanga Parbat, K2, GI et GII

Manaslu, Lhotse, Kangchenjunga, Broad Peak, Cho Oyu, Makalu, Annapurna

Shisha Pangma, Dhaulagiri

50La deuxième spécificité de cet ensemble est la présence de trois ouvrages de synthèse, un premier paru dès la fin de la réalisation du défi des quatorze 8000 en 1986, puisqu’il s’agit de 1er Vainqueur, sorti des presses allemandes dès 1987 et, performance non négligeable, traduit en français cette même année par une germaniste, Noëlle Amy (ce patronyme est bien connu en France dans les milieux de l’alpinisme et de Mountain Wilderness). L’autre Bis ans Ende der Welt. Alpine Herausforderungen im Himalaya und Karakorum (Jusqu’au bout du monde. Défis alpins en Himalaya et au Karakorum) est plutôt un ouvrage historique qui n’a pas été traduit en français. Le dernier de cette courte série est un peu une curiosité : c’est l’ouvrage du pakistanais Ahmad Pervez Khan, Karakorum, lui non plus jamais traduit, pour lequel Messner s’est fait collaborateur.

51La troisième remarque que l’on peut faire à ce groupe de livres est qu’il ne rend pas compte, à lui seul, de toutes les informations données par Messner sur ses expéditions en Himalaya. En effet, des ouvrages que nous avons intégrés à d’autres catégories, abordent parfois la question des expéditions himalayennes, soit pour fournir des éclairages différents sur telle ou telle ascension, soit en reprenant simplement des extraits de textes déjà écrits dans un ouvrage principal, soit en complétant des informations techniques ou événementielles. Ainsi en va-t-il de Die grossen Wände, qui aborde la question du Dhaulagiri, de Tous mes sommets, de Bergvölker im Himalaya, et d’autres livres de la catégorie Histoire.

52Cette activité principale d’écrivain et de conférencier, étroitement liée à ses contrats avec des maisons d’édition et des journaux, qui obéissent manifestement à une stratégie mûrie au fil d’années d’expérience, lui a permis de vivre différemment, de fait certainement mieux que la plupart des autres alpinistes, ce dont il est d’ailleurs pleinement conscient. C’est ce qui lui dicte en tout cas cette conclusion somme toute optimiste :

  • 22 Cf. 1er Vainqueur, p. 238. Cette nouvelle citation confirme une nouvelle fois que ce sont ses livre (...)

53Il m’est devenu facile aujourd’hui de financer mes expéditions. […] Mes droits d’auteur m’ont tant rapporté, que je peux désormais me payer les idées les plus folles22.

  • 23 Alessandro Gogna, "La fatica di essere un mito", in Rivista della Montagna, mai-juin 1982, p. 110-1 (...)

54Cette vision de Messner très optimiste, et on la comprend aisément, n’échappe pourtant pas à une certaine critique, qui n’en a que plus de poids quand elle vient d’un de ses compagnons parmi les plus appréciés, Alessandro Gogna. Dans un article paru dans la Rivista della Montagna au titre révélateur « La fatica di essere un mito » (Assez d’être un mythe)23, Gogna se permet une réflexion distanciée sur les livres de Messner :

55Tes livres semblent mettre en évidence deux tendances. Certains ont fait l’objet d’une réflexion et entreront certainement dans l’histoire de la littérature alpine. Je pense au 7e degré, à Défi. Deux hommes, un huit-mille et Nanga Parbat en solitaire. Les autres ne font que suivre la demande du marché.

56À cette réflexion, Messner se contentera d’ajouter à la première liste Il limite della vita, ce livre paru sous le titre Grenzbereich Todeszone et qui n’a jamais été traduit en français. Nous partageons pleinement l’opinion de Gogna.

4 De quelques problèmes de traduction

57Une remarque s’impose quant aux traductions en français des livres de Messner. Un exemple est, à cet égard, tout particulièrement frappant, celui de Une vie d'alpiniste, paru chez Arthaud, Paris, 1992, 282 pages. À sa lecture, deux réflexions se font jour. Une première concerne la mention « Traduit de l’anglais par Jean-Hugues de Vandière », sans mention de l’édition originale, a priori écrite en allemand, puisqu’il existe bien un livre intitulé Die Freiheit aufzubrechen, wohin ich will. Ein Bergsteigerleben, Piper Taschenbuch, 1991 (réédition sous le même titre Die Freiheit aufzubrechen, wohin ich will. Ein Bergsteigerleben, chez l’éditeur Malik, en 2002). Pourquoi avoir utilisé apparemment une édition anglaise, d’ailleurs non mentionnée explicitement ? Or cette édition existe: c’est Reinhold Messner Free Spirit. A Climber’s Life. Hodder & Stoughton, 1991, Londres, 1st edition.

58Est-ce une question de coût des droits, de disponibilité de traducteur ? J.H. de Vandière est-il un traducteur spécialisé dans les ouvrages de montagne, ou non ? Mystère !

59Une seconde réflexion, qui est une impression de déjà lu, est confirmée par une recherche des textes d’origine. Le tableau suivant en livre la clef.

Tableau n° 6 : Une vie d’alpiniste, Arthaud, Paris, 1992.

Chap

Titre dans éd. française

Pages dans éd. française

Livres d’origine

Chap.

Pages

1

Paradis d’enfance, 1949-1960

7-11
11-12
12-14
14-16

Aufbruch
Id.
Id.
Id.

Villnöss
Daheim
Als erster…
Zwei Buben...

13-19
14
22-25
26-28

2

Avenir en ligne droite, 1961-65

17-34

Aufbruch

Pelmo N-Wand

28-34

3

Mur des murs, 1965-66

35-48

4

Premières hivernales, 66-67

49-50
50-55

Aufbruch
Id.

Stevia
Die lange Kante

46
77-81

5

Escalade libre, 1967

59-61
61-64
64-68

Aufbruch
Id.
Id.

Das Riesendach

38-41
41-45
62-66

6

Faces nord, 68

75-98
Dont Eiger 83-88


Aufbruch


Eiger Nordwand


57-61

7

Andes péruviennes, 69

99-105

Aufbruch

Expedition in den Anden

81-90

8

Chamonix, 69

107-113
113-116

7. Grad
idem

57-64
66-71

9

Solos fous, 69

117-122
122-125
125-127

7. Grad
id.
id.

Alleingang Punta Tissi
Marmolata Rocca
Kein Ausweg

84-93
113-116
126-131

10

Nanga Parbat,
70-71

131-146

11

Ndugundugu, 71

147-154

Aufbruch

Ndugundugu

132-145

12

Sur la montagne, 71

155-159

Aufbruch

Suchexpedition am Nanga

116-120

13

Kenya, 72

161-163

Aufbruch

Äquator

101-107

14

Heures tragiques, Manaslu, 72

165-169

Aufbruch

Schicksalsstunden

110-113

15

Face S Aconcagua, 74

171-176

16

Échec Makalu, 74

177-182

Aufbruch

Umkehr am Makalu

91-100

17

Eiger, 74

18

Hidden Peak, 75

19

Paroi soleil de minuit, 75

20

Dhaulagiri, 77

21

Kilimandjaro, 78

22

Everest sans oxygène, 78

23

Nanga Parbat solo, 78

221-227

Alleingang

Fremde Stim-men (extrait)

164

24

K2, 79

25

Montagne sacrée, 79

26

Everest, solo, 80

27

Autres 8000,
81-86

28

Sept sommets, 86

29

Infini blanc, 89-90

30

Tomo Cesen, Lhotse, 90

Aufbruch = Aufbruch ins Abenteuer, Athesia, Bozen, 1972, 31978.
Alleingang = Alleingang, Nanga Parbat, Albert Müller Verlag, Rüschlikon-Zürich, 1979 (+ BLV).

60Ce tableau permet de voir que (au moins pour les 16 premiers chapitres + le chapitre 23) tous ces textes appartiennent à des livres déjà publiés (deux pour l’essentiel), sans qu’aucune mention de ceux-ci ne soit faite. Là encore, pourquoi ?

61Sans vouloir polémiquer outre mesure sur ces questions, les faits cités n’en démontrent pas moins qu’il peut, qu’il doit y avoir interrogation quant aux traductions des livres de Messner : on peut légitimement admettre que, dans bien des cas, on a plus affaire à des adaptations qu’à des traductions stricto sensu.

Conclusion

62Il ne s’agit que de considérations provisoires, qui s’arrêtent en 2005. Messner aurait du faire paraître, en février 2005, un nouveau titre, Mein Weg. Bilanz eines Bergsteigers ohnegleichen : ce livre n’existait pas encore à cette date, et les dernières informations que nous possédons de la maison d’édition renvoient sa parution effective à l’année 2006. Il s’agit manifestement d’une réédition actualisée d’un premier livre (Mein Weg. Bilanz eines Bergsteigers ohne Gleichen, 1987, cf. annexe 1), dont le titre à lui seul est significatif : Ma voie. Bilan d’un alpiniste sans égal. Il est clair que, depuis cette parution, vingt années se sont écoulées et que Reinhold Messner a évolué. Mais, on sait aussi qu’il a publié récemment son autobiographie (Mein Leben am Limit), qu’il a livré, au travers de ses interviews et, de plus en plus, des films tournés à son sujet, d’innombrables quantités d’informations sur lui-même et son entourage direct. Le livre est d’ailleurs présenté ainsi :

  • 24 Présentation, en allemand, de son livre sur le site http://213.252.28.182/_detail.cfm?ftisbn=389405 (...)

À l’occasion d’interviews et par des contributions personnelles, nous nous rapprochons de l’aventurier et de l’homme Reinhold Messner24.

63Alors, pourquoi encore un livre sur « sa voie » ? N’a t-il pas déjà tout dit ? Ou utilise-t’il encore une fois cette technique consistant à délivrer au compte-gouttes des confidences pour en garder encore quelques-unes qui feront l’objet d’un livre à venir ? Sans être de mauvaise foi, il est parfaitement envisageable que, s’il vit encore vingt ans (ce que d’ailleurs nous pouvons lui souhaiter), il fera paraître, en 2025, une prochaine autobiographie intitulée Mein Weg III.

64Trois autres titres sont parus à la fin de l’année 2005 :

  • en septembre, tout d’abord, un ouvrage collectif, co-écrit avec Stefan Dech, Rüdiger Glaser et Ralf-Peter Märtin (un journaliste déjà rencontré dans l’entourage de Messner), intitulé Berge aus dem All (Montagnes de l’univers), dont le titre en évoque d’autres très proches, comme Bergvölker, Die schönsten Gipfel, Berg Heil, Heile Berge ou Berge. Il s’agit d’un beau livre à l’iconographie impressionnante, qui a été simultanément publié en France aux éditions de la Martinière.

  • en décembre, un CD, accompagné d’un livret, d’une durée de 45 minutes, intitulé Grenzenlos zum Erfolg (traduction : Réussir sans aucunes limites), où l’utilisation des termes « sans limites » semble désormais indispensable pour caractériser toute action Messnerienne, d’autant plus que le sous-titre insiste encore sur cette propension obligatoire à aller au-delà de soi : C’est ainsi que vous vous dépasserez. On sent bien là l’influence du manager rompu aux séminaires de motivation : il faut certainement s’attendre à une réécriture de Maître des cimes.

65Enfin, est paru également le seul livre qui apporte, selon nous, une véritable nouveauté, celui racontant sa traversée du désert de Gobi de 2004, au titre choisi d’ailleurs ambigu, car Gobi. Die Wüste in mir peut tout autant signifier Le désert qui m’habite, au sens de la passion éprouvée pour ce désert, que Le désert qui est en moi, au sens du vide qui habiterait un Messner désormais blasé et qui n’a plus rien à dire. Nous pensons qu’il s’agit là plus d’une négligence que d’une volonté délibérée de l’auteur, à moins qu’il ne faille y voir un message subliminal d’un Messner pris dans une spirale de production sans fin et conscient de la négativité de cet enfermement.

Conclusion 2

66Reprenant la rédaction de cet article quelques mois plus tard, je constate que l’activité « littéraire », plus exactement éditrice, de Messner ne s’est pas ralentie. L’année 2006, notamment, est intéressante à cet égard, puisqu’elle ne compte pas moins de cinq parutions, résumées dans le tableau suivant :

Titres

Éditeurs

Dates de parution

Caractéristiques

Am Limit

Audiobuch Ohg

Janv. 2006

CD tiré du livre paru en 2004

K2 Chogori

Frederking Thaler

Mars 2006

Ouvrage d’histoire alpinistique

Gebrauchsanweisung für Südtirol

Piper Verlag

Avril 2006

Guide de tourisme

Mein Weg

Frederking und Thaler

Sept. 2006

Ouvrage évoqué dans la première conclusion

Der Verzauberte Berg

BLV

Oct. 2006

67En 2007, Messner s’est montré plus discret, puisque seulement deux ouvrages sont parus à l’automne, l’un en septembre (Mit Reihold Messner in die Berge 2008, de fait un calendrier de posters édité par Heye Verlag), l’autre en octobre (Meine Alpen, chez BLV).

68Apparemment, l’année 2008 est une année « sans », car on trouve dans certains catalogues la mention de deux rééditions en langue française chez Arthaud (Le 7e degré et Nanga Parbat en solitaire), mais la maison d’édition contactée par téléphone a démenti cette information. En revanche, elle annonce la parution pour novembre 2009 d’un Cerro Torre, consacré à la montagne de Patagonie riche en épisodes alpins et à polémique(s).

69Messner semble par ailleurs assumer pleinement cette « marchandisation », l’expliquant simplement par une dichotomie existentielle : dans une « interview imaginaire » que Christine Grosjean publiait, en 1986, à partir de mots-clefs glanés au travers des livres et de conversations de Messner, elle lui faisait dire, à la rubrique « argent » :

Moi, j’écris et je vends des livres, je tourne et je vends des films, je me fais payer pour tenir des conférences et je vends même mon nom, aussi bien que mon expérience à l’industrie.

70C’est dans cette même interview (fictive, ne l’oublions pas) que l’on trouve une des rares estimations de ses revenus,

je gagne pas mal d’argent (entre 450 et 750 000 francs par an)* en un temps très restreint,
                        * Soit de 67 500 à 112 500 €, il y a vingt ans.

71Et également la justification première à cet état des choses :

  • 25 Christine Grosjean, «Reinhold Messner, le culte du roi», in Alpinisme & Randonnée, n° 93, novembre (...)

Il me faut retourner dans le monde capitaliste et restreint, pour l’exploiter et pour pouvoir ensuite vivre l’autre vie. (Celle de la montagne et de l’alpinisme, c’est-à-dire du jeu dans la montagne)25.

Haut de page

Bibliographie

Livres et articles sur Reinhold Messner utilisés dans cet article, autres que ses propres publications

Cassarà Emanuele, Le quatro vite di Reinhold Messner, Dall’Oglio editore, Varese, 1981.

Gogna Alessandro, "La fatica di essere un mito", in Rivista della Montagna, mai-juin 1982, p. 110-118.

Grosjean Christine, "Reinhold Messner, le culte du roi", in Alpinisme et Randonnée, n° 93, novembre 1986, p. 26-35.

Raspaud Michel, L’aventure himalayenne. Les enjeux des expéditions sur les plus hautes montagnes du monde, 1880-2000, PUG, Grenoble, 2003.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

74 Ouvrages en allemand : classement par ordre chronologique.

Années 70: (16)

Messner Reinhold, Pertl Ernst, Zurück in die Berge, Bersteigen als Lebensform, Athesia, Bozen, 1970, (rééd. BLV, München/Bern/Wien, 1985).
Messner Reinhold, Rudatis Domenico, Varale Vittorio, Die Extremen, BLV, München, 1971, 1974, 1982 (rééd. Droemer Knaur, 1981).
Messner Reinhold, Die rote Rakete am Nanga Parbat. Drehbuch zu einem Film, der nie gezeigt werden kann, Nymphenburger Verlagshandlung, München, 1971.
Messner Reinhold, Aufbruch ins Abenteuer, Athesia, Bozen, 1972, (31978, 1979 et 1985 chez BLV).
Messner Reinhold, Sturm am Manaslu, BLV, München/Bern/Wien, 1972, (1982 et 1985 chez Droemer Knaur).
Messner Reinhold, Der 7. Grad, BLV, München/Bern/Wien, 1973, (rééditions jusqu’en 1985).
Messner Reinhold, Klettersteige 1 Dolomiten, Athesia, Bozen, 1974, (51980).
Messner Reinhold, Arena der Einsamkeit, Athesia, Bozen, 1976, (BLV, 1982 et Ullstein, 1985).
Messner Reinhold, Die Herausforderung, BLV, München/Bern/Wien, 1976 (1983 et Droemer Knaur, 1987).
Messner Reinhold, Bergvölker der Erde, Athesia, Bozen, 1975, 1977, (BLV, 1985).
Messner Reinhold, Grenzbereich Todeszone, Kiepenheuer & Witsch, Köln, 1978, (1992 et Ullstein, 1980).
Messner Reinhold, Everest. Expedition zum Endpunkt, BLV, München/Bern/Wien, 1978, 1979, 2000, réédition Droemer Knaur, 1984).
Messner Reinhold, Alleingang Nanga Parbat, Albert Müller Verlag, Rüschlikon-Zürich, 1979 (+ BLV, 1983 et Droemer Knaur, 1980).
Messner Reinhold, Klettersteige 2 Ostalpen, Athesia, Bozen, 1979.
Messner Reinhold, Die grossen Wände, BLV, München, 1979, 1987, 2000 (et Droemer Knaur, 1980). Réédition BLV, München, 2000 contenant un CD, « 13 Begegnungen mit dem Extremen ».
Messner Reinhold, Die Alpen, H. Stürtz Verlag, Würzburg, 1979, (réédition Gondrom Verlag, 2002 et Sigloch Ed., 2002.)

Années 80: (17)

Messner Reinhold, Gogna Alessandro, K2, der Berg der Berge, BLV, München/Bern/Wien, 1980, 1985 (réédition Droemer Knaur, 1982).
Messner Reinhold,
Alle meine Gipfel, Herbig, München, 1982, 1993, 2001.
Messner Reinhold,
Der gläserne Horizont. Durch Tibet zum Mount Everest, BLV, München, 1982 (Droemer Knaur, 1984).
Messner Reinhold,
Zurück in die Berge. Bergsteigen als Lebenshilfe. Gedanken und Bilder, Droemer Knaur, 1983.
Messner Reinhold,
Bergvölker im Himalaya, Droemer Knaur, 1983.
Messner Reinhold,
Dreimal achttausend. Mein grosses Himalaya-Jahr. Der Hattrick oder Drei auf einen Streich, Herbig, München, 1983.
Messner Reinhold,
Reinhold Messners Lesebuch, Bruckmann, München, 1985.
Messner Reinhold,
Mein Weg. Bilanz eines Bergsteigers ohne Gleichen, Goldmann, München, 1987. (Réédition sous le simple titre de Mein Weg, National Geographic Taschenbuch, à paraître en 2005).
Messner Reinhold, Überlebt, Alle 14 Achttausender, BLV, München/Bern/Wien, 1987, 1999, (réédition sous le titre Überlebt, Die Achttausender Chronik, BLV, München/Bern/Wien, 1990, 1991, 1999).
Messner Reinhold, Bergsteiger werden mit Reinhold Messner, BLV, 1988.
Messner Reinhold, Meine Dolomiten, Herbig, 1988.
Messner Reinhold, Die Göttin der Türkis. Der Weg zum Cho Oyu, Bergverlag R. Rother, München, 1988.
Messner Reinhold, Freiklettern mit Paul Preuss, BLV, München, 1988 (réédition sous le titre Paul Preuss, Bruckmann, München, 1995, et dans la série Alpine Klassiker, Bd. 20, Bruckmann, München, 1996).
Messner Reinhold,
Die schönsten Gipfel der Welt, Sigloch ed., Künzelsau, 1989.
Messner Reinhold,
Makalu Südwand, BLV, München, 1989.
Messner Reinhold,
Die Freiheit aufzubrechen, wohin ich will. Ein Bergsteigerleben, Piper Taschenbuch, 1989, 1991, 1995, 1999, 2001, 2002, 2004.
Messner Reinhold,
Die Option: 1939 stimmten 86 Prozent der Südtiroler für das Aufgeben ihrer Heimat. Warum?, Piper Taschenbuch, 1989, 1995.

Années 90: (19)

Messner Reinhold, Die Göttin der Türkis. Legenden und Bilder von heiligen Bergen, Kiepenheuer & Witsch, Köln, 1990.
Messner Reinhold,
Bis ans Ende der Welt, BLV, München/Bern/Wien, 1990, 51998, 2002.
Messner Reinhold,
Antarktis, Himmel und Hölle zugleich, Piper, München, 1990, 1991, 1993, 1995, (réédition, Fischer, Frankfurt, 2002, 2004).
Messner Reinhold, (Hrsg.) Khan Pervez Ahmad
, Karakorum, Herbig, München, 1990.
Messner Reinhold,
Rund um Südtirol, Piper, München, 1992,1993, (rééditions Südwest Verlag Tappeiner, Lana, 2002 et Bucher, 2002).
Messner Reinhold, Berge versetzen, das Credo eines Grenzgängers, BLV, München/Bern/Wien, 1993, 21996, (Aufsteiger Verlag, 2000 et un audio CD, Gabal, 2003. Sous le titre Berge versetzen, die mentale Seite des Erfolgs, Video CD, Gabal ; Archiv Media 2000, 2003).
Messner Reinhold, 13 Spiegel meiner Seele, Piper, München/Zürich, 1994, rééd. 1998, 2001, 2003.
Messner Reinhold,
Everest Expedition zum Endpunkt, BLV, 1995 (2e .ed., 1998).
Messner Reinhold, Trende Klaus,
Ohne Maske. Ein Gespräch, s.l.,1996.
Messner Reinhold,
Die Grenzen der Seele wirst du nicht finden. Michael Albus im Gespräch mit einem modernen Abenteurer, Herder, Fribourg, 1996, 2004.
Messner Reinhold,
Berg Heil, Heile Berge? Rettet die Alpen, BLV, 1997.
Messner Reinhold,
Nie zurück, Nordpol, Mount Everest, Südpol. 3 Fluchtpunkte, BLV, 21997.
Messner Reinhold,
Wettlauf zum Gipfel. Strategie und Taktik meiner Höchstleistungen, Herbig, München, 1997.
Messner Reinhold, Höfler Horst,
Buhl, Hermann: Kompromisslos nach oben, Steiger, München, 1997, 2002.
Messner Reinhold,
G I und G II Herausforderung Gascherbrum, BLV, 4e.ed., 1998.
Messner Reinhold,
Yeti. Legende und Wirklichkeit, Fischer, Frankfurt, 1998, 2000.
Messner Reinhold, (Hrsg.), Huber Alexander, Huber Thomas,
The Wall. Die neue Dimension des Kletterns, BLV Verlagsgesellschaft, 1999.
Messner Reinhold,
Mallorys zweiter Tod, BLV, München/Bern/Wien, 1999, 2001 (réédition Piper, München, 2001, 2004).
Messner Reinhold, Höfler Horst,
Lammer, Eugen G.: Durst nach Todesgefahr, Steiger, 1999.

Années 2000: (22)

Messner Reinhold, Annapurna. 50 Jahre Expeditionen in die Todeszone, BLV, 2000.
Messner Reinhold, (Hrsg.), Grenzgänge 2000, Ein Bergfotokalender, Fotokunst Groh, 2000.
Messner Reinhold, Everest solo, Fischer Verlag, Frankfurt , 2000, 2001.
Messner Reinhold, Reinhold Messner, Video CD-Rom, Hezaglot; Inline, 2001.
Messner Reinhold, Bergvölker, BLV, 2001.
Messner Reinhold et autres, Stimmen vom Gipfel, National Geographic, Frederking und Thaler, 2001.
Messner Reinhold, Berge, Herbig, München, 2002.
Messner Reinhold, Dolomiten. Die schönsten Berge der Welt, Bucher, 2002.
Messner Reinhold, Everest, Himmel und Hölle, 2 audio CDs, Audiobuch, 2002.
Messner Reinhold, Rettet die Alpen, Piper, München/Zürich, 2002.
Messner Reinhold, Vertical, BLV, 2002.
Messner Reinhold, Höfler Horst, Karl Maria Herrligkofer, AS Verlag, 2002.
Messner Reinhold, Schütt Hans Dieter, Reinhold Messner Superstar, Sportverlag, 2002.
Messner Reinhold, Die weisse Einsamkeit, Malik, 2003, 2004.
Messner Reinhold, Mount Everest, BLV, Audio CD, 2003.
Messner Reinhold, Mount Everest Todeszone 1 DVD Video, Everest unmasked, 1 DVD, Video, Monka Medienagentur, Film 101, 2003.
Messner Reinhold, Der nackte Berg, Piper, München/Zürich, 2002, 2003, 2004.
Messner Reinhold, K2 Chogori. Der grosse Berg, Frederking & Thaler, mai 2004.
Messner Reinhold, Nanga Parbat, Der Schicksalsberg, 2 Audio CDs, Audiobuch, 2004.
Messner Reinhold, Mein Leben am Limit. Eine Autobiographie in Gesprächen mit Thomas Hüetlin, Malik (Piper Verlag), München, 2004.
Messner Reinhold, König Ortler, Tappeiner, Lana, Edizioni BQE, 2004.
Messner Reinhold, Gobi, die Wüste in mir, Fischer, München, 2004.

Annexe 2

Livres de R. Messner (italien)
Liste non exhaustive

Classement par ordre chronologique.

Messner Reinhold, Ritorno ai Monti, Athesia, Bolzano, 1970, 1976.
Messner Reinhold, Sesto grado, Longanesi & Co, Milano, 1971.
Messner Reinhold, Manaslu, Görlich editore, Milano, 1973.
Messner Reinhold, L’avventura alpinismo, Athesia, Bolzano, 1974.
Messner Reinhold, Il settimo grado, Görlich editore, Milano, 1974.
Messner Reinhold, Il settimo grado, De Agostini, Novara, 1982.
Messner Reinhold, Dolomiti-le vie ferrate, Athesia, Bolzano, 1975.
Messner Reinhold, Popoli montanari-vita fra le pietre, Athesia, Bolzano, 1976.
Messner Reinhold, Arena della solitudine, Athesia, Bolzano, 1977.
Messner Reinhold, Due e un ottomila, Editore Dall’Oglio, Milano, 1977.
Messner Reinhold, Pareti del Mondo, Athesia, Bolzano, 1978.
Messner Reinhold, Alpi orientali - le vie ferrate, Athesia, Bolzano, 1979.
Messner Reinhold, Everest, De Agostini, Novara, 1979.
Messner Reinhold, Nanga Parbat in solitaria, De Agostini, Novara, 1979.
Messner Reinhold, Il limite della vita, Zanichelli, Bologna, 1980.
Messner Reinhold, K2, De Agostini, Novara, 1980.
Messner Reinhold, Orizzonti di ghiaccio, De Agostini, Novara, 1983.
Messner Reinhold, La mia strada, Editore Dall’Oglio, Milano, 1983.
Messner Reinhold, Tutte le mie cime, Zanichelli, Bologna, 1984.
Messner Reinhold, 3 x 8000-il moi grande anno himalayano, De Agostini, Novara, 1984.
Messner Reinhold, scuola di alpinismo, De Agostini, Novara, 1984.
Messner Reinhold, La dea del Turchese, De Agostini, Novara, 1985.
Messner Reinhold, Corsa alla vetta, De Agostini, Novara, 1986.
Messner Reinhold, Sopravvissuto-14 x 8000, De Agostini, Novara, 1988.
Messner Reinhold, Antartide- inferno e paradiso, Garzanti, Milano, 1991.
Messner Reinhold, La libertà di andare dove voglio, Garzanti, Milano, 1992.
Messner Reinhold, Le più belle montagne e le più famose scalate, Vallardi, Lainate, 1992.
Messner Reinhold, Attorno al Sudtirolo, Garzanti, Milano, 1993.
Messner Reinhold, Un modo di vivere in un mondo da vivere, De Agostini, Novara, BQE Trento, 1994.
Messner Reinhold, Rizzi Enrico, Zanzi Luigi, Monte Rosa. La montagna dei Walser, Fondazione Enrico Monti, Anzola d’Ossola, 1994.
Messner Reinhold, 13 specchi della mia anima, Garzanti, Milano, 1995.
Messner Reinhold, Oltre il limite, De Agostini, Novara, BQE Trento, 1997.
Messner Reinhold, Hermann Buhl, Vivalda Editori, Torino, 1998.
Messner Reinhold, Yeti, Leggenda e verità, Feltrinelli, Milano, BQE Trento, 1999.
Messner Reinhold, Annapurna-cinquant’anni di un ottomila, Vivalda Editori, Torino, 2000.
Messner Reinhold, Salvate le Alpi, Bollati Boringhieri Editore, Torino, 2001.
Messner Reinhold, La seconda morte di Mallory, Bollati Boringhieri Editore, Torino, 2002.
Messner Reinhold, Popoli delle montagne, Bollati Boringhieri Editore, Torino, 2002.
Messner Reinhold, Le Dolomiti-Le montagne più belle del mondo, Edition Tappeiner, Lana, Sudtirolo, 2002.
Messner Reinhold, Montagne- immagini, pensieri, De Agostini, Novara, BQE Trento, 2002.
Messner Reinhold, La Montagna nuda, Casa editrice Corbaccio, Milano, 2003.
Messner Reinhold, Vertical, 100 anni di arrampicata su roccia, Zanichelli, Bologna, 2003.

Annexe 3

Bibliographie en Anglais des livres de Reinhold Messner

[01] Messner R., The Seventh Grade. Most Extreme Climbing. Kaye & Ward, 1974, 1st edition. 160 pages, 4 colour plates, black and white photographs, map, 21cm.
[02] Messner R., The Challenge. Two Men alone at 8000m. Kaye & Ward, 1977, 1st edition. 205 pages, 16 colour plates, illustrations, maps, 24cm.
[03] Messner R., The Big Walls. History, Routes, Experiences. Kaye and Ward, 1978, 1st edition. 144 pages, black and white ans coloured photographs, diagrams, 26.5cm.
[04] Messner R., The Big Walls. History, Routes, Experiences. Oxford University Press, New York, 1978, 1st American edition. 144 pages, black and white ans coloured photographs, diagrams, 26.5cm.
[05] Messner R., Everest. Expedition to the Ultimate. Kay & Ward, 1979, 1st edition. 254 pages, 32 colour plates, black and white photographs, maps and sketches, 23.5cm.
[06] Messner R., Solo Nanga Parbat. Kaye & Ward, 1980, 1st edition. 279 pages, including 48 plates, black and white photographs, maps and diagrams, 24cm.
[07] Messner R. & Gogna A., K2 Mountain of Mountains. Kaye & Ward, 1981, 1st edition. 176 pages, many photographs (mostly colour), diagrams, 26.5cm.
[08] Messner R., All 14 Eight-Thousanders. Crowood, 1988, 1st edition. 248 pages, photographs (many in colour), and many other illustrations, 27cm.
[09] Messner R., All 14 Eight-Thousanders. Cloudcap Press, Seattle, 1988, 1st American edition. 247 pages, photographs (many in colour), and other illustrations, 27cm.
[10] Messner R., The Crystal Horizon. Everest - The First Solo Ascent. Crowood, 1989, 1st edition. 322 pages, many blac and white and coloured photographs, 23.5cm.
[11] Messner R., All 14 Eight-Thousanders. 1989 reprint.
[12] Messner R., Reinhold Messner Free Spirit. A Climber’s Life. Hodder & Stoughton, 1991, 1st edition. 250 pages, 24 colour plates, black and white photographs, maps, 25cm.
[13] Messner R., Antartica - Both Heaven and Hell. Crowood, 1991, 1st edition. 381 pages, 32 colour plates, black and white photographs, map, 23cm.
[14] Messner R., To the Top of the World. Alpine Challenges in the Himalayas and Karakoram. Crowood Press, 1992, 1st edition. 256 pages, 64 pages colour plates, black and white photographs, diagrams, 23cm.
[15] Messner R., All 14 Eight-Thousanders. 1993 reprint, well illustrated, many in colour, 27cm.
[16] Messner R., Everest. Expedition to the Ultimate. Bâton Wicks, 1999 edition. Paperback, pages viii + 276, 32 colour plates, black and white photographs, maps and sketches, 23cm.
[17] Messner R., My Quest for the Yeti. Confronting the Himalayas’ Deepest Mystery. Macmillan, 2000, 1st edition. Pages xviii + 169, 16 blac and white plates, a few drawing in text, map, 22cm.
[18] Messner R., Annapurna. 50 Years of Expeditions in the Death Zone. Mountaineers, Seattle, 2000, 1st US edition. 173 pages, 32 colour plates, black and white photographs, map, profile, 23.5cm.
[19] Messner R. & Höfler H., Hermann Buhl. Climbing without Compromise. Bâton Wicks, 2000, 1st UK edition. 205 pages, 32 pages colour plates, black and white photographs, 23.5cm.
[20] Messner R., My Quest for the Yeti. Confronting the Himalayas’ Deepest Mystery. Pan Books, 2001, papeback. Pages xvi + 169, 16 blac and white plates, a few drawing in text, map, 20cm.

Annexe 4

Ouvrages en allemand : classement par thèmes.
NB : un ouvrage peut apparaître éventuellement dans plusieurs rubriques, compte tenu de sa thématique générale qui n’est pas nécessairement univoque.

1 - Escalades

Messner Reinhold, Aufbruch ins Abenteuer, Athesia, Bozen, 1972, (31978, 1979 et 1985 chez BLV).
Messner Reinhold, Der 7. Grad, BLV, München/Bern/Wien, 1973, (rééditions jusqu’en 1985).
Messner Reinhold, Die grossen Wände, BLV, München, 1979, 1987, (et Droemer Knaur, 1980). Réédition BLV, München, 2000. (+ CD, « 13 Begegnungen mit dem Extremen »)
Messner Reinhold,
Alle meine Gipfel, Herbig, München, 1982, 1993, 2001.
Messner Reinhold,
Ortler, BLV, München, 2004.

2 - Expéditions en Himalaya, les 8000

Messner Reinhold, Sturm am Manaslu, BLV, München/Bern/Wien, 1972, (1982 et 1985 chez Droemer Knaur).
Messner Reinhold,
Die Herausforderung, BLV, München/Bern/Wien, 1976 (1983 et Droemer Knaur, 1987). → Lhotse, 1975 et Hidden Peak, ou Gasherbrum I, 1975.
Messner Reinhold,
Everest. Expedition zum Endpunkt, BLV, München/Bern/Wien, 1978, 1979, 2000, réédition Droemer Knaur, 1984).
Messner Reinhold,
Alleingang Nanga Parbat, Albert Müller Verlag, Rüschlikon-Zürich, 1979 (+ BLV, 1983 et Droemer Knaur, 1980).
Messner Reinhold,
K2, der Berg der Berge, BLV, München/Bern/Wien, 1980, 1985 (réédition Droemer Knaur, 1982).
Messner Reinhold,
Der gläserne Horizont. Durch Tibet zum Mount Everest, BLV, München, 1982 (Droemer Knaur, 1984). → Everest solo.
Messner Reinhold,
Dreimal achttausend. Mein grosses Himalaya-Jahr. Der Hattrick oder Drei auf einen Streich, Herbig, München, 1983. → Kangchenjunga, Gasherbrum II et Broad Peak.
Messner Reinhold,
G I und G II Herausforderung Gascherbrum, BLV, …, 4e éd., 1998.
Messner Reinhold,
Überlebt, Alle 14 Achttausender, BLV, München/Bern/Wien, 1987, (rééditions sous le titre Überlebt, Die Achttausender Chronik, BLV, München/Bern/Wien, 1990, 1991, 1999).
Messner Reinhold,
Die Göttin der Türkis. Der Weg zum Cho Oyu, Bergverlag R. Rother, München, 1988. → Expédition au Cho Oyu de 1982.
Messner Reinhold, Makalu Südwand, BLV, München, 1989.
Messner Reinhold, (Hrsg.) Khan Pervez Ahmad, Karakorum, Herbig, München, 1990.
Messner Reinhold,
Bis ans Ende der Welt. Alpine Herausforderungen im Himalaya und Karakorum, BLV, München/Bern/Wien, 1990, 1996, 51998, 2002.
Messner Reinhold,
Everest Expedition zum Endpunkt, BLV, 1995 (2e éd., 1998).
Messner Reinhold,
Annapurna. 50 Jahre Expeditionen in die Todeszone, BLV, 2000.
Messner Reinhold,
Everest solo, Fischer Verlag, Frankfurt , 2000, 2001.
Messner Reinhold,
Everest, Himmel und Hölle, 2 audio CDs, Audiobuch, 2002.
Messner Reinhold,
Die weisse Einsamkeit, Malik, 2003, 2004. → Nanga Parbat.
Messner Reinhold,
Mount Everest, BLV, Audio CD, 2003.
Messner Reinhold,
Mount Everest Todeszone 1 DVD Video, Everest unmasked, 1 DVD, Video, Monka Medienagentur, Film 101, 2003.
Messner Reinhold, Der nackte Berg, Piper, München/Zürich, 2002, 2003, 2004. → Nanga Parbat.
Messner Reinhold,
K2 Chogori. Der grosse Berg, Frederking & Thaler, mai 2004.
Messner Reinhold,
Nanga Parbat, Der Schicksalsberg, 2 Audio CDs, Audiobuch, 2004.

3 - Expéditions et voyages

Messner Reinhold, Antarktis, Himmel und Hölle zugleich, Piper, München, 1990, 1991, 1993, 1995, (réédition, Fischer, Frankfurt, 2002, 2004).
Messner Reinhold, Nie zurück, Nordpol, Mount Everest, Südpol. 3 Fluchtpunkte, BLV, 21997.
Messner Reinhold, Yeti. Legende und Wirklichkeit, Fischer, Frankfurt, 1998, 2000.
Messner Reinhold, Gobi, die Wüste in mir, Fischer, München, 2004.

4-Élements Biographiques

Messner Reinhold, Der 7. Grad, BLV, München/Bern/Wien, 1973, (rééditions jusqu’en 1985).
Messner Reinhold, Zurück in die Berge. Bergsteigen als Lebenshilfe. Gedanken und Bilder, Droemer Knaur, 1983.
Messner Reinhold, Reinhold Messners Lesebuch, Bruckmann, München, 1985.
Messner Reinhold, Bilanz eines Bergsteigers ohne Gleichen, Goldmann, München, 1987.
Messner Reinhold, Bergsteiger werden mit Reinhold Messner, BLV, 1988.
Messner Reinhold, Die Freiheit aufzubrechen, wohin ich will. Ein Bergsteigerleben, Piper Taschenbuch, 1989, 1991, 1995, 1999, 2001, 2002, 2004.
Messner Reinhold, 13 Spiegel meiner Seele, Piper, München/Zürich, 1994, rééd. 1998, 2001, 2003.
Messner Reinhold, Die Grenzen der Seele wirst du nicht finden. Michael Albus im Gespräch mit einem modernen Abenteurer, Herder, Fribourg, 1996, 2004.
Messner Reinhold, Trende Klaus, Ohne Maske. Ein Gespräch, s.l.,1996.
Messner Reinhold, Wettlauf zum Gipfel. Strategie und Taktik meiner Höchstleistungen, Herbig, München, 1997.
Messner Reinhold, Reinhold Messner, Video CD-Rom, Hezaglot ; Inline, 2001.
Messner Reinhold, Schütt Hans Dieter, Reinhold Messner Superstar, Sportverlag, 2002.
Messner Reinhold, Mein Leben am Limit. Eine Autobiographie in Gesprächen mit Thomas Hüetlin, Malik (Piper Verlag), München, 2004.
Messner Reinhold, Mein Weg, National Geographic Taschenbuch, à paraître.

5-Régions

Messner Reinhold, Klettersteige 1 Dolomiten, Athesia, Bozen, 1974, (51980).
Messner Reinhold,
Klettersteige 2 Ostalpen, Athesia, Bozen, 1979.
Messner Reinhold,
Meine Dolomiten, Herbig, 1988.
Messner Reinhold,
Rund um Südtirol, Piper, München, 1992,1993, (rééditions Südwest Verlag Tappeiner, Lana, 2002 et Bucher, 2002).
Messner Reinhold, Rizzi Enrico, Zanzi Luigi, Monte Rosa. La montagna dei Walser, Fondazione Enrico Monti, Anzola d’Ossola, 1994.
Messner Reinhold, (Hrsg.), Grenzgänge 2000, Ein Bergfotokalender, Fotokunst Groh, 2000.
Messner Reinhold,
Dolomiten. Die schönsten Berge der Welt, Bucher, 2002.

6- Histoire

Messner Reinhold, Rudatis Domenico, Varale Vittorio, Die Extremen, BLV, München, 1971, 1974, 1982 (rééd. Droemer Knaur, 1981).
Messner Reinhold,
Der 7. Grad, BLV, München/Bern/Wien, 1973, (rééditions jusqu’en 1985).
Messne
r Reinhold, Arena der Einsamkeit, Athesia, Bozen, 1976, (BLV, 1982 et Ullstein, 1985).
Messner Reinhold,
Bergvölker der Erde, Athesia, Bozen, 1977, (BLV, 1985).
Messner Reinhold,
Grenzbereich Todeszone, Kiepenheuer & Witsch, Köln, 1978, (1992 et Ullstein, 1980).
Messner Reinhold,
Die Alpen, H. Stürtz Verlag, Würzburg, 1979, (réédition Gondrom Verlag, 2002 et Sigloch Ed., 2002.)
Messner Reinhold,
Bergvölker im Himalaya, Droemer Knaur, 1983.
Messner Reinhold, Pertl Ernst
, Zurück in die Berge, Bersteigen als Lebensform, Athesia, Bozen, 1970, (rééd. BLV, München/Bern/Wien, 1985).
Messner Reinhold,
Freiklettern mit Paul Preuss, BLV, München, 1988 (réédition sous le titre Paul Preuss, Bruckmann, München, 1995, et dans la série Alpine Klassiker, Bd. 20), Bruckmann, München, 1996).
Messner Reinhold,
Die schönsten Gipfel der Welt, Sigloch ed., Künzelsau, 1989.
Messner Reinhold,
Die Option : 1939 stimmten 86 Prozent der Südtiroler für das Aufgeben ihrer Heimat. Warum?, Piper Taschenbuch, 1989, 1995.
Messner Reinhold,
Die Göttin der Türkis. Legenden und Bilder von heiligen Bergen, Kiepenheuer & Witsch, Köln, 1990.
Messner Reinhold, Berge versetzen, das Credo eines Grenzgängers, BLV, München/Bern/Wien, 1993, 21996, (Aufsteiger Verlag, 2000 et un audio CD, Gabal, 2003. Sous le titre Berge versetzen, die mentale Seite des Erfolgs, Video CD, Gabal ; Archiv Media 2000, 2003).
Messner Reinhold, Berg Heil, Heile Berge ? Rettet die Alpen, BLV, 1997.
Messner Reinhold, Höfler Horst,
Buhl, Hermann : Kompromisslos nach oben, Steiger, München, 1997, 2002.
Messner Reinhold, Höfler Horst,
Lammer, Eugen G. : Durst nach Todesgefahr, Steiger, 1999.
Messner Reinhold, (Hrsg.), Huber Alexander, Huber Thomas,
The Wall. Die neue Dimension des Kletterns, BLV Verlagsgesellschaft, 1999.
Messner Reinhold,
Mallorys zweiter Tod, BLV, München/Bern/Wien, 1999, 2001 (réédition Piper, München, 2001, 2004).
Messner Reinhold,
Bergvölker, BLV, 2001.
Messner Reinhold,
Stimmen vom Gipfel, National Geographic, 2001.
Messner Reinhold,
Höfler Horst, Karl Maria Herrligkofer, AS Verlag, 2002.
Messner Reinhold,
Berge, Herbig, München, 2002.
Messner Reinhold,
Rettet die Alpen, Piper, München/Zürich, 2002.
Messner Reinhold,
Vertical, BLV, 2002.

Annexe 5

Ouvrages de Messner traduits en français

Messner Reinhold, Le 7e degré, Arthaud, Paris, 1975 et 1987.
Messner Reinhold, Défi, deux hommes, un 8000, Arthaud, Paris, 1977.
Messner Reinhold, Les grandes parois, Nathan, Paris, 1979.
Messner Reinhold, Everest sans oxygène, Arthaud, Paris, 1979.
Messner Reinhold, Les Alpes, H. Stürtz, 1979.
Messner Reinhold, Nanga Parbat en solitaire, Arthaud, Paris,1980.
Messner Reinhold, Gogna Alessandro, K2, Montagne des montagnes, Arthaud, Paris, 1981.
Messner Reinhold, Les horizons vaincus, la face N. de l’Everest en solo, Arthaud, Paris, 1983.
Messner Reinhold, Faites de l’alpinisme avec Reinhold Messner, Arthaud, Paris, 1984.
Messner Reinhold, Tous mes sommets, Atlas, Paris, 1984.
Messner Reinhold, Premier vainqueur des quatorze 8000, Denoël, Paris, 1987.
Messner Reinhold, Antarctique, ciel et enfer, Arthaud, Paris, 1991.
Messner Reinhold, Une vie d’alpiniste, Arthaud, Paris, 1992.
München/Bern/Wien, 1993. Maître des cimes, Arthaud, Paris, 1994.
Messner Reinhold, Yeti, du mythe à la réalité, Glénat, Grenoble, 2000.
Messner Reinhold, Hommes des montagnes du monde, Glénat, Grenoble, 2002.
Messner Reinhold, La seconde mort de Mallory, ?, 2000 ?
Messner Reinhold, La montagne nue, éditions Guerrin, Chamonix, 2003.

Haut de page

Notes

1 Mein Leben, p. 255.

2 Mein Leben, p. 37.

3 C’est nous qui soulignons.

4 1er Vainqueur, p. 111. 

5 Citons, parmi les plus connus, Athesia à Bolzano, BLV, Bruckmann à Munich, Tyrolia à Innsbruck, et surtout le Bergverlag Rudolf Rother, à Munich. Il ne faut pas oublier, non plus, la Suisse, à la fois pays de montagnes par excellence et au multilinguisme avéré.

6 Messner utilise dans son interview le mot «Selfmademan» : il évoque ainsi plus, semble t-il, son activité plurielle (management du risque, conception du MMM, activités diverses autour de Juval) que sa seule fonction d’écrivain. Une autre traduction possible, «autodidacte», renverrait plus à son milieu d’origine, assez loin de ses préoccupations actuelles.

7 La remarque est d’autant plus intéressante que lui-même ne se prive pas, comme nous le verrons dans ce chapitre, pour reprendre des thèmatiques de façon récurrente, et sous des formes à peine différentes dans plusieurs de ses ouvrages.

8 Mein Leben, p. 260-261.

9 Cassarà, p. 59 et 290.

10 Outre le fait que Messner «publie» chez des éditeurs, avec lesquels il est sous contrat, des livres d’autres auteurs que lui-même, il crée, à l’occasion, une maison d’édition (Reinhold Messner Suedtirol Edition), comme c’est le cas pour la publication d’un recueil d’aquarelles, dues à Peter Linnenbrink et vendues au profit de Mountain Wilderness. (Cf. http://www.galerienvirtuell.de/Reinhold-Messner-Suedtirol-Edition).

11 On trouve en effet dans son catalogue de nombreux livres concernant à la fois le Tyrol du sud, l’Italie et l’Autriche, accessibles donc à un public germanophone et italophone.

12 Il s’agit de la maison bien connue de Bolzano, spécialisée dans les publications sur les Dolomites, qui édite aussi bien en allemand qu’en italien.

13 L’éditeur munichois Piper (maison créée en 1904) acquiert en 1996 le Malik Verlag. Nous avons donc considéré les titres parus sous les deux noms comme identiques et les avons assimilés à la maison-mère.

14 A noter que l’éditeur, contacté par courrier électronique, nous a signalé que les livres de Messner n’étaient plus disponibles chez lui.

15 Les horizons vaincus, p. 36-38.

16 Il s’agit des sites d’agences de locations de billets Konzertbüro Emmert, www.kbemmert.de. et de http://www.cityinfonetz.de/tickets/index.

17 Le livre a obtenu, en 1975, le prix ITAS, (Grande compagnie italienne d’assurances) attribué chaque année, depuis 1971, à un ouvrage de montagne dans le cadre du festival du film de montagne de Trento, un des plus anciens et des plus célèbres. Parmi les lauréats, on trouve, à côté de Messner, des noms prestigieux comme Gino Buscaini, Kurt Diemberger, Riccardo Cassin et, récemment, le Français Yves Ballu, pour son livre sur la tragédie de Vincendon et Henry.

18 Mein Leben, p. 120. A noter que le chiffre cité par Messner lui-même réévalue d’autant le calcul que nous faisions plus haut concernant les chiffres de vente de ses livres. Nous sommes donc, certainement, bien en dessous de la réalité.

19 Cf. Michel Raspaud, L’Aventure himalayenne, PUG, 2003, p. 29-34.

20 Alpinisme et Randonnée, n° 218, Janvier/Février 2000, p. 11.

21 A noter l’indication suivante, p. 5 du livre : «L’expédition au K2 a été financée en partie par la BLV, tous les participants ayant offert la libre disposition de leurs journaux intimes et de leurs photos». Bel exemple de pré-financement.

22 Cf. 1er Vainqueur, p. 238. Cette nouvelle citation confirme une nouvelle fois que ce sont ses livres qui ont fait la fortune de Messner.

23 Alessandro Gogna, "La fatica di essere un mito", in Rivista della Montagna, mai-juin 1982, p. 110-118, cit. p. 114.

24 Présentation, en allemand, de son livre sur le site http://213.252.28.182/_detail.cfm?ftisbn=3894052430.

25 Christine Grosjean, «Reinhold Messner, le culte du roi», in Alpinisme & Randonnée, n° 93, novembre 1986, p. 26-35 : citations p. 34.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Reinhold Messner
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mestre, « L’alpiniste Reinhold Messner, écrivain « prolifique » », Babel, 20 | 2009, 208-243.

Référence électronique

Michel Mestre, « L’alpiniste Reinhold Messner, écrivain « prolifique » », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/677 ; DOI : 10.4000/babel.677

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org