Navigation – Plan du site

Le récit de course au temps de Victoria : une littérature de mâts de cocagne ?

Michel Tailland
p. 194-207

Résumé

Avec la naissance de l’alpinisme sportif se popularisent les récits de course, que leur modestie et minimalisme font passer pour des productions sans grand intérêt, selon les critiques initiées par John Ruskin. Mais au-delà de l’aspect factuel et descriptif, il s’agit bien d’une véritable geste et d’une épopée où il est question tout autant d’une histoire culturelle des élites victoriennes que de l’affirmation de la puissance impériale britannique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

geste épique, histoire

Personnes citées :

Ruskin (John)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 John RUSKIN, Sesame and Lilies, Allen, London, 1890, p. 74.

« The Alps themselves, which your poets used to love so reverently, you look upon as soaped poles in a bear garden, which you set yourselves to climb and slide down again, with « shrieks of delight. » » John Ruskin1

  • 2 W. COXE, Travels in Switzerland in a series of letters to William Melmoth Esq., London, 1789, 3 vol (...)
  • 3 W. BROCKEDON, Illustration of the Passes of the Alps, London, 1828-29, 2 vol. 
  • 4 C.J. LATROBE, The Pedestrian, London, 1832.
    C.J. LATROBE,
    The Alpenstock, London, 1839.
  • 5 Voir dans ce volume l’article de Michel Raspaud. Voir également : M. TAILLAND, Un demi siècle d’asc (...)

1 Nombre de voyageurs anglais abordant l’univers montagnard ont eu à cœur de mettre en mots le récit de leurs expériences, s’inscrivant ainsi dans la longue tradition de la littérature de voyage. Sur un temps long qui va du Moyen Âge au XVIIIe siècle, de nombreux écrivains relatent les expériences terribles vécues pendant les passages des cols alpestres en chemin vers l’Italie. Pèlerins, moines, adeptes du Grand Tour, leur consacrent des pages qui pour être souvent noyées dans un corpus plus vaste n’en sont pas moins le témoignage d’émotions intenses. De Gervais de Tilbury, John Spence, John Evelyn, Thomas Gray à Horace Walpole, tous se sont attachés à décrire les dangers et l’horreur de l’univers de la haute montagne, expérience douloureusement subie comme nécessité d’un périple, mais jamais choisie pour l’intensité des émotions qu’elle peut procurer. Au tournant du XIXe siècle certains audacieux consacrent leur voyage aux régions de montagne qui deviennent désormais le but principal de leur projet. Il s’agit à présent de vastes périples vers la Suisse, comme les relatent les volumes de William Coxe2 ou quelques années plus tard les ouvrages à succès de William Brockedon3 ou de Charles Joseph Latrobe4. Le regard se porte alors vers les sommets dont la contemplation subit la mode du temps, qui les perçoit à présent comme des éléments sublimes de la nature. Dans ces récits, les sommets sont alors conquis par le regard avant de l’être par l’alpenstock ou le piolet. Dans un mouvement parallèle, les aventuriers du mont Blanc5, qui dans la lignée de Windham et Pockocke venus découvrir les « Glacières de Chamouni » en 1741 se lancent à l’assaut du sommet conquis par Balmat et Paccard en 1786, livrent presque tous une relation de leur ascension dont certaines (celles de John Auldjo, Markham-Sherwill et surtout celle d’Albert Smith) rencontrent un immense succès auprès des élites britanniques. S’il s’agit à présent de relater une course en montagne (l’exploit le plus prestigieux), c’est cependant le récit d’un exploit unique, sorte d’intense voyage initiatique qui ne sera jamais renouvelé et dans lequel le rôle des guides de Chamonix est totalement prépondérant. Ce type d’ouvrage qui devient presque un genre littéraire, connaît un réel succès, jusqu’à ce que le changement de pratique et l’avènement de l’alpinisme sportif au tournant des années 1850 ne viennent banaliser totalement le genre « ascension du mont Blanc » par la voie normale.

  • 6 Date de la première ascension par Balmat et Paccard.
  • 7 J.D. Forbes publia un texte “Pedestrianism in Switzerland” dans la Quarterly Review N° 202, avril 1 (...)
  • 8 Notons que le titre de l’ouvrage marque la première occurrence du terme “Mountaineering” dans le se (...)

2Avant 17866 et l’ascension du mont Blanc l’année suivante par Horace Benedict de Saussure la science s’était invitée sur les sommets en un Siècle des Lumières qui voulait décrire et mesurer le monde. La géologie et la science des glaciers allait susciter des vocations comme celles de James David Forbes - qui constitue le lien entre de Saussure et les alpinistes victoriens - et plus tard John Tyndall ou T.G. Bonney, tenants d’un alpinisme scientifique qui allait durablement influencer le sport alpinisme, en lui offrant son plus efficace système de légitimation désamorçant ainsi les critiques les plus virulentes. Si les pages écrites par ces différents auteurs sont parfois passionnantes et sont le fait de véritables alpinistes7, elles n’en constituent pas moins un genre hybride ou la science et les préoccupations scientifiques rivalisent en permanence avec l’aventure en montagne. « The aspects of nature are more varied and impressive in Alpine regions than elsewhere. The mountains themselves are permanent objects of grandeur. The effects of sunrise and sunset ; the formation and distribution of clouds ; the discharge of electricity… the precipitation of hail, rain and snow; the creeping of glaciers and the rushing of rivers ; the colouring of the atmosphere and its grosser action in the case of storms; all these things tend to excite the feelings and bewilder the mind » . C’est ainsi que s’exprime John Tyndall dans son ouvrage « Mountaineering in 1861 » mettant ainsi en évidence des motivations communes à l’alpinisme, la physique et la géographie8.

3 Tous ces récits que l’on ne peut totalement qualifier de littérature de montagne s’y rattachent cependant en ce sens qu’ils allaient durablement et profondément marquer l’imaginaire de nombreux adolescents de la bourgeoisie britannique, ceux qui étaient en passe de devenir les acteurs majeurs de ce que qu’il est coutume d’appeler l’âge d’or de l’alpinisme, des années 1850 jusqu’à l’apogée de l’ère victorienne et de l’empire britannique. Que ces écrits aient visé à propager une connaissance scientifique, qu’ils aient constitué des formes de « proto-guides touristiques » ou simplement cherché à faire connaître des régions mal connues, ils n’en constituaient pas moins une merveilleuse initiation à l’univers montagnard et symbolisaient l’avènement d’un immense désir de haute montagne.

Where there’s a will, there’s a way 

  • 9 A. WILLS, Wanderings among the High Alps, Bentley, London, 1856.
  • 10 C. HUDSON, E.S. KENNEDY, An ascent of Mont Blanc by a New Route and without Guides, Longman, London (...)

4 L’ascension du Wetterhorn par Alfred Wills en 1854, relatée dans son ouvrage Wandering among the High Alps9 fut longtemps considérée comme l’événement fondateur de l’alpinisme sportif. C’est bien sur une convention qui au-delà de son aspect un peu arbitraire présente le mérite de situer la période de sa genèse. Mais c’est en 1856, l’ouvrage de Charles Hudson et Edward Shirley Kennedy Where there’s a will, there’s a way : An ascent of Mont Blanc by a New Route and Without Guides10 qui annonce également le changement d’époque en train de s’opérer. Il relate une ascension du mont Blanc, démarche qui à l’époque ne constitue plus un exploit notable, mais qui est alors accomplie par une voie nouvelle et surtout sans guide, ce qui apparaît alors comme un fait tout à fait remarquable, car on avait souvent reproché aux « touristes » d’être hissés comme des colis au sommet du mont Blanc. Dépassant largement l’anecdote elle-même, les auteurs inscrivaient alors l’alpinisme dans la dimension universelle symbolisée par cet aphorisme.

Peaks, Passes and Glaciers, l’Alpine Journal ou l’avènement du récit de course

  • 11 Dès l’origine, l’Alpine Club se situe au-delà de la sociabilité masculine et de la commensalité qui (...)
  • 12 J. BALL, Peaks, Passes and Glaciers, Longman, London, 1859.
    E.S. KENNEDY,
    Peaks, Passes and Glaciers
    (...)
  • 13 C.E. ENGEL, La littérature alpestre en France et en Angleterre au XVIIIe et XIXe siècle, Chambéry, (...)

5 Mais c’est en 1857 la création de l’Alpine Club qui va marquer un tournant dans le type de productions écrites consacrées à la montagne. Dès les débuts de l’institution les fondateurs avaient affirmé la nécessité de promouvoir et de mettre à la disposition à la fois des membres du club et d’un lectorat plus vaste une source d’information écrite à propos de la haute montagne11. Ce fut fait entre 1859 et 1862 avec la publication de trois volumes des Peaks, Passes and Glaciers12, puis à partir de 1863 avec la publication régulière de l’Alpine Journal. Ainsi, dès 1859, le style du « Récit de course » était-il fondé. Selon Claire-Eliane Engel, « Ces deux revues amenèrent une véritable renaissance de la littérature alpestre13 ». L’essence de la démarche des membres de l’Alpine Club (c’est bien eux qui étaient en train de créer l’alpinisme sportif et allaient en concevoir les règles implicites et le style) était de gravir des sommets si possible invaincus. Le récit de course est donc bien une manière de fixer sur le papier et de porter témoignage de l’exploit accompli. Il exprime aussi un rapport à la montagne bien différent de celui des voyageurs alpestres jusqu’alors. Le sous-titre de l’Alpine Journal: A Record of Mountain Adventure and Scientific Observation renseigne bien sur les visées de la revue. Si l’objectif scientifique est toujours mis en avant (quoiqu’en deuxième rang), il s’agit avant tout de courses en montagne. Le récit qu’on en donne sera nécessairement court (l’ascension se passe sur un temps relativement réduit et les contraintes éditoriales poussent à la concision). Bien au-delà de l’aspect factuel et pratique de ces relations, il s’agit véritablement de la mise en récit d’une geste épique et de la création d’une littérature de haute montagne et d’alpinisme.

Facts and figures

  • 14 Thomas BROOKSBANK, Alpine Journal, nov. 1872, vol. VI, p. 75.
  • 15 Selon le titre de l’ouvrage de Leslie STEPHEN, The Playground of Europe, Longmans, Green, London, 1 (...)

6 J’ai choisi de limiter l’étude de ces récits de course à une période relativement courte, qui va de 1859 date de publication du premier volume de Peaks, Passes and Glaciers à 1890, qui voit définitivement la fin de la période de conquête des grands sommets des Alpes où la majorité des premières ascensions est accomplie (les alpinistes victoriens avaient pu parler à ce propos, en le redoutant comme la fin possible de leur aventure, d’un phénomène « d’épuisement des Alpes » « …the peaks have all been scaled…every pass has been crossed…not a valley recess has been left unpenetrated… Switzerland is in a word exhausted14 »). La période qui suit infirma ces craintes et vit une extension du « Terrain de jeu15 » à des chaînes de montagnes extra-européennes, Caucase, Andes, Himalaya, Montagnes Rocheuses, Alpes de Nouvelle Zélande. De même que cette période chronologique a pu être qualifiée « d’âge d’or de l’alpinisme », elle constitue véritablement la matrice du genre récit de course.

7La tendance est donnée dès la publication des trois volumes de Peaks, Passes and Glaciers. La revue se démarque nettement de la teneur des publications des sociétés savantes. En effet, sur les 66 articles publiés, 54 sont des récits de course. De même, pendant la période citée plus haut, sur 879 articles que publie l’Alpine Journal 73 % sont également des récits de course. Ces articles sont assez courts, d’une dizaine à une vingtaine de pages en moyenne.

  • 16 Il faut en effet noter que parmi les noms cites, H.B. George, Leslie Stephen, D. Freshfield et W.A. (...)

8 On constate qu’un grand nombre des membres de l’Alpine Club éprouvent le désir de coucher sur le papier le récit de leurs aventures. En effet 308 de ces alpinistes écrivent au moins un article dans l’Alpine Journal, soit beaucoup plus d’un tiers des 818 membres du club pendant la période 1857-1890. Mais parmi ces hommes certains sont beaucoup plus productifs, comme Douglas W. Freshfield qui en écrit 70, W.A.B. Coolidge 38, Francis Fox Tuckett 36, H.B. George 21, F.T. Whethered 20. Des alpinistes de très grand renom comme William Matthews, Leslie Stephen, Charles Packe, C.T. Dent, Frederick Gardiner ou encore Edward Whymper font également partie des auteurs prolifiques. L’activité sur le terrain peut certes rendre compte de leur production d’articles, mais il est néanmoins des alpinistes très actifs qui restent modestement à l’écart. Les membres du club sont-ils tous égaux16 dans l’accès aux colonnes du journal ? Il est vraisemblable que ce ne fut pas toujours le cas, des réseaux informels internes au club ayant pu jouer en la matière en « poussant » certains auteurs et en réfrénant certains autres.

  • 17 Peaks, Passes and Glaciers, 5th edition, Longman, London 1860, p.viii.
  • 18 Et une cinquième l’année suivante dans une « Pocket » ou « Knapsack edition » destinée à prendre mo (...)
  • 19 Le grand éditeur William Longman avait été avec John Ball l’un des initiateurs des deux séries de P (...)
  • 20 En anglais mais également dans des traductions. Le 1er volume de Peaks, Passes and Glaciers, par ex (...)

9 Le lectorat de ces courts récits est important : il compte naturellement les membres de l’Alpine Club, mais bien au-delà un public d’amateurs dont le nombre est beaucoup plus vaste. Les articles s’adressent au « …pedestrian traveller and…the general reader17 ». En 1890 à la fin de la période étudiée, l’effectif du club culmine à 497 membres, alors que dès 1859, le premier volume de Peaks Passes and Glaciers avait déjà atteint 2 500 exemplaires. Quatre éditions successives en six mois18 alors que cette même année, le club ne comptait modestement que 123 membres. Ces tirages n’allaient cesser d’augmenter avec la publication régulière de l’Alpine Journal qui sur la période cumule 110 numéros répartis en quinze volumes. On peut donc raisonnablement affirmer que l’influence de ces publications s’étendit rapidement à des milliers de lecteurs19 non seulement en Grande Bretagne, mais également à l’étranger20 reflétant ainsi l’immense prestige que l’Alpine Club avait acquis en peu d’années.

Un succès sur le long terme

  • 21 C’est le cas en particulier pour Leslie Stephen.

10 Les Escalades dans les Alpes d’Edward Whymper, Le terrain de jeu de l’Europe de Leslie Stephen, Hours of Exercise in the Alps de John Tyndall, sont incontestablement les grands classiques de la littérature victorienne de montagne. Mais si ces ouvrages ont connu dès leur publication un succès immense, ce sont en réalité bien souvent soit des compilations d’articles ou de réécriture de récits parus dans l’Alpine journal, le Cornhill Magazine ou le Fraser’s Magazine21.

  • 22 Le but de J.M. Dent qui avait créé la collection était de fournir à tous les lecteurs des classique (...)
  • 23 Peaks, Passes, and Glaciers, an Anthology, était le n° 778 de la collection, peu de temps après les (...)
  • 24 Dès la création de la collection en 1906, les ouvrages de John TYNDALL : The Glaciers of the Alps a (...)

11 La notoriété importante de ces récits de course devait se prolonger bien après le début du XXe siècle, en effet, en 1926 la série Everyman’s Library qui depuis 190622 visait à mettre à la portée de tous des textes consacrés23, reprit une sélection d’articles des Peaks, Passes and Glaciers dans sa série « Travel and topography »24. L’ouvrage connut plusieurs réimpressions prouvant ainsi que le récit de course avait atteint le statut de classique de la littérature.

Typologie des auteurs

  • 25 Mis à part Leslie Stephen.
  • 26 Notamment les neuf Public-schools les plus prestigieuses ou « Sacred Nine ».
  • 27 Pour une typologie précise, voir M. TAILLAND, Les Alpinistes victoriens, Presses Universitaires du (...)

12 Dès la préface du deuxième volume de Peaks Passes and Glaciers, E.S.Kennedy rejetait l’idée d’une dimension littéraire de la démarche « Its publication », écrivait-il « was thought a bold experiment, inasmuch as the writers were mountain climbers and not experienced authors ». La réalité en revanche est plus nuancée, car si les auteurs de ces articles ne sont pas des écrivains professionnels25 et repoussent apparemment la tentation littéraire, leur niveau moyen d’éducation et de culture est extrêmement élevé pour l’époque. La majorité d’entre eux sont passés par les Public-Schools les plus prestigieuses26 et ont accompli des études universitaires à Oxford et surtout à Cambridge27, tous sont des hommes fort cultivés et capables d’écrire avec précision et souvent un talent certain leurs courses en montagne. Tous exercent des professions compatibles avec le statut informel de « gentleman », qu’ils soient juristes, professeurs d’université, hauts fonctionnaires ou hommes d’affaires. Les membres de l’Alpine Club évoluent dans le cercle de l’élite intellectuelle britannique et possèdent par conséquent un fort capital culturel.

Des styles bien différents

  • 28 C.E. ENGEL, op. cit., p. 230.
  • 29 W.R. NEATE, Mountaineering and its Literature, Seattle, 1980, p. 102.
  • 30 C.E. ENGEL, op. cit., p. 230-32.
  • 31 Id. p. 226.
  • 32 Id. p. 227.

13Le succès de ces écrits est certes basé sur les exploits de chacun des auteurs, mais la qualité littéraire n’y est pas étrangère. « …il est rare de trouver dans les revues de l’Alpine Club des articles totalement dénués de valeur », écrivait Claire-Éliane Engel dont le jugement peut difficilement être contredit28. Si le format du récit de course tel que l’induit l’Alpine journal est à peu près figé, chaque auteur y apporte son style et sa personnalité profonde. Ainsi, W.A.B. Coolidge est-il reconnu pour sa précision et son érudition plus que pour ses qualités littéraires comme l’exprime W.R. Neate « His literary style is generally extremely dull, but his books are invaluable for detail and accuracy29 ». À l’opposé, Leslie Stephen fait preuve de finesse et d’un humour bien britannique ainsi que d’un sens aigu du mouvement. Ses pages sont devenues des « Textes classiques de littérature alpine à l’accent personnel et vibrant30. » Douglas W. Freshfield, qui fut le contributeur le plus prolifique de L’Alpine Journal, révèle au fil de ses nombreux articles une plume précise et nuancée. John Tyndall, bien que scientifique de premier plan, se livre volontiers à de grandes descriptions « …ses pages sont souvent belles. Il a une vision sûre, une grande précision d’analyse et, dans certains cas de remarquables intuitions poétiques31. » Ce n’est pas le cas de Whymper dont C.É. Engel dit : « Il est sec, ne sait pas décrire, ses paysages restent vagues, ses tours d’horizon plats32. » C’est incontestablement vrai de ses articles et de ses ouvrages et pourtant ses « Escalades dans les Alpes » sont bien le classique impérissable de la littérature de montagne victorienne. Se pourrait-il alors que l’intensité du fond dépasse une certaine médiocrité de la forme ?

Porosité avec les guides écrits

  • 33 C’est l’éditeur William Murray qui l’avait chargé de la rédaction de ces chapitres au vu du succès (...)
  • 34 Ce guide fut le premier véritable guide écrit publié à l’usage des alpinistes : Charles PACKE, A gu (...)
  • 35 Mais à d’autres également, comme l’Annuaire du CAF, la Revue Alpine, mais également La Rivista ou b (...)

14De même qu’en 1838 les ouvrages de William Brockedon avaient servi de source principale33 pour les chapitres consacrés aux Alpes et à la Savoie du guide Murray Handbook for Switzerland, les guides écrits publiés à l’intention des Alpinistes, guides Ball, guides Conway-Coolidge, guides de Whymper sur Chamonix et le massif du mont Blanc, sur Zermatt et le Matterhorn, guide de Charles Packe sur les Pyrénées34, puisent ouvertement dans les récits de course et s’en nourrissent à chaque page. Aucun soupçon de plagiat cependant, car ces guides imprimés précisent scrupuleusement les auteurs des premières et citent leurs sources en faisant référence aux articles (récits de course) des revues et en particulier à l’Alpine Journal35.

Un contenu pratique

  • 36 Citée dans l’Alpine Journal, Vol 62, 1957, p. 28.

15S’il s’agit au départ de coucher un exploit sur le papier et de l’authentifier aux yeux des pairs et du public, la teneur des récits de l’Alpine Journal respecte à la lettre les statuts du club tels qu’ils sont exprimés dès la deuxième circulaire de décembre 185736. « It will…give to all the opportunity of interchanging information, of recording the results of novel expeditions… » C’est ainsi que l’on y trouve le compte-rendu fidèle de premières ascensions qui constituent naturellement l’exploit le plus recherché de ces alpinistes victoriens à une époque où cela est encore possible car beaucoup de sommets sont invaincus. Des voies nouvelles bien sûr, itinéraires de plus en plus exigeants à mesure que se complexifient les pratiques techniques. Mais également des traversées de cols glaciaires qui sont prisées par les pratiquants de l’époque. On rencontre enfin le compte-rendu plus ou moins exhaustif de saisons en montagne à une époque où l’alpinisme demeure exploration et aventure.

16Dans l’immense majorité des cas, les récits de course sont extrêmement factuels. On y retrouve bien sur les noms des membres de la cordée ainsi que celui des guides (et des porteurs) manière de reconnaître leur rôle fondamental. Les dates précises des courses ainsi que les horaires qui peuvent permettre aux autres de refaire les mêmes voies. Il peut également s’agir d’inscrire l’exploit sportif dans des critères temporels à une époque où le chronométrage devient le critère majeur pour d’autres disciplines athlétiques. On relève également une foule de détails topographiques précis qui sont absolument essentiels sur un terrain hostile et périlleux. En toute logique les indications météorologiques sont fréquentes. On peut enfin noter de nombreuses indications sur la manière de s’abriter, bivouacs en haute montagne, chalets, cabanes dans les alpages, auberges, hôtels, hébergements chez des particuliers, lorsque l’alpiniste est dans un village ou dans la vallée.

  • 37 Charles PILKINGTON, Alpine Journal, vol. IX, 1878-80, p. 413.

17Pas de recherche de détails superflus ni de répétitions, on tente d’aller à l’essentiel dans le récit « A general description of the mountain is unnecessary, after Mr Coolidge’s careful paper in the february number of the Alpine Journal.37 », écrit Charles Pilkington l’un des précurseurs de l’alpinisme sans guide démontrant ainsi que l’Alpine Journal est bien une somme en train de se constituer. Beaucoup de ces récits semblent avoir été rédigés par des hommes pressés, comme s’ils redoutaient que d’autres viennent leur ravir leur exploit. À une époque où les blancs demeurent nombreux sur les cartes des massifs montagneux, chaque article, chaque récit est une pièce de plus dans la réalisation de ce vaste puzzle. C’est un apport à la connaissance d’un milieu extrême et l’affirmation d’un rapport nouveau à la montagne, mais également de manière objective la prise de possession symbolique des lieux les plus hauts du globe au nom de l’Empire britannique.

Modestie générale du ton

  • 38 A.W. MOORE, « The ascent of Mont Blanc from the Glacier of Brenva », Alpine Journal n° 16, vol. II, (...)
  • 39 W.A.B. COOLIDGE, Explorations amongst the Cottian Alps, Alpine Journal vol. X, 1880-82, p. 453.
  • 40 A.W. MOORE, « The ascent of Mont Blanc from the glacier of Brenva », Alpine Journal n° 16, vol. II, (...)
  • 41 Ces hommes grimpent sans crampons ni broches à glace.
  • 42 Henry GALE GOTCH, “The Meije”, Alpine Journal vol. VIII, 1876-78, p. 191.

18 Les contributeurs de l’Alpine Journal n’écrivent pas des traités d’esthétique, le style mystique et poétique de Ruskin souvent exalté et grandiloquent leur sert toujours de contre-exemple. Leur ton est modeste et sans emphase. Ce sont des notes détachées, simples et rapides. Ils ne se posent pas en héros prométhéens défiant les forces de la nature. Pour Charles Pilkington, la cordée est : « …a large party, of which I had the honour to be a humble member…38 » Les obstacles à vaincre qui sont objectivement difficiles au regard des conditions de l’époque, le matériel est rudimentaire (on grimpe avec de minces vestes de tweed, de fragiles cordes de chanvre, et longtemps sans crampons) et la technique balbutiante. Souvent, tout semble facile : « We found no difficulty , save the ice-covered rocks, and the rocks generally are firm and good.39 » écrit Coolidge. Pour F.F. Tuckett au Viso « The descent…is rapid, but presents no difficulty. » Lorsque c’est un peu plus délicat, on parle simplement de « serious difficulty », le terrain est décrit comme « unpleasant » car on rencontre un « very steep rock », une « sharp inclination » ou un « conspicuous snow or ice couloir ». Pour A.W. Moore, « The ice arête is the only very serious difficulty on the route…40 » Le passage critique est simplement décrit comme : « The great question of the climb » où l’on peut toutefois rencontrer de : « frightful rolling stones ». Risque-t-on une mort certaine que l’on parle de « momentary fear » ou d’une situation qui est « sufficiently serious ». Un passage en glace extrêmement difficile41 dont le guide dit qu’il n’a jamais rien affronté d’aussi dangereux de sa vie : « …such a place is awkward42 ». La fin d’une ascension relativement technique est ainsi décrite « The remainder of the ascent gave us little trouble, except where the rocks were covered with hard ice… » alors qu’une tentative d’ascension de la Meije qui devait longtemps demeurer le dernier grand sommet invaincu des Alpes n’est appréhendée que comme une « Most difficult and dangerous expedition. »

  • 43 Charles PILKINGTON, Alpine Journal, vol. IX, 1878-80, p. 416.
  • 44 Ibid., p. 416.
  • 45 Leslie STEPHEN, The Playground of Europe, Longmans, Green and c°, London, 1871, p. 102.
  • 46 Leslie STEPHEN, op. cit., p. 108.
  • 47 De ce point de vue là, le Cervin fait exception à la règle.
  • 48 Charles PILKINGTON, Alpine Journal , vol. IX, 1878-80, p. 411.
  • 49 Ibid., p. 411.

19 L’humour et l’auto-dérision se retrouvent dans la description des postures et des contorsions que l’alpiniste est obligé d’adopter pour franchir un passage difficile : Charles Pilkington résume ainsi un moment délicat : « It is hard work tugging at a loose stone with one hand, the other in a crack, and only one foot finding anything to rest on.43 » Les comparaisons entomologiques sont également de mise pour décrire la condition de faiblesse et d’inconfort du grimpeur là où d’autres plumes exaltent et glorifient le « combat » avec la montagne. « …worming ourselves up…we reached a small shelf…44 » écrit encore Pilkington alors que Leslie Stephen se voit sur la paroi tel une chenille « …our method of progression was not unlike that of the caterpillar, who may be observed first doubled into a loop and then stretched out at full length45. », ou une mouche « …the appearance of a fly on a pane of glass. » Leslie Stephen plein d’appréhension rétrospective narre son ascension du Rothorn « I will not tell at length how I was sometimes half suspended like a bundle of goods by the rope ; how I was sometimes curled up into a ball, and sometimes stretched over eight or nine feet of rock ; how the rope got twisted round my legs and arms and body, into knots…46 » Dans ces descriptions décalées et humoristiques, on est bien loin des postures grimaçantes ou conquérantes d’un alpinisme prométhéen qui seront de mise à d’autres époques de l’alpinisme, induisant nécessairement un tout autre genre de littérature de montagne. Le ton épique qui sera la règle dans l’histoire de la conquête de l’Himalaya n’est certainement pas « convenable » aux yeux de ces victoriens qui font preuve de pudeur et de flegme. La conquête des sommets des Alpes ne recourt qu’assez peu à la métaphore militaire. On ne fait pas le siège d’un pic invaincu47. Le repérage des sommets à gravir se fait souvent au cours d’une saison précédente et sans dramatisation excessive même lorsqu’il s’agit d’une ascension extrêmement difficile : « The summer before last…we looked carefully at la Meije…the idea of climbing it occured to us…48 » La reconnaissance d’un sommet depuis le bas se concentre sur les possibles passages « …we had a good view of the northern face, and one of the party pointed out a sort of couloir leading high into the mountain...49 »

Des compagnons indispensables

  • 50 E. WHYMPER, Scrambles amongst the Alps in the years 1860-69, Century Publishing, London, 1985, pp.  (...)
  • 51 Ibid., p. 148.

20 Lorsqu’ils sont de l’aventure, les guides, mais parfois également les porteurs sont mis en valeur comme des éléments essentiels dans le tableau du récit de course. On vante leurs qualités de courage ou de prudence, vertus cardinales d’un bon guide. On loue également leur caractère, comme A.W. Moore qui à propos de Melchior et Jacob Anderegg parle de leur « cheerfulness, good humour » en les qualifiant de « fair mountaineers. » J.B. Rodier, quant à lui, est un « cheerful, good-natured fellow . » Henry Gale Gotch parle de Devouassoud comme d’un « splendid fellow » Pour Whymper : « Bennen was…a good-looking man, with courteous gentlemanly manners, skilful and bold50 » alors que Melchior Anderegg est couvert de louanges « …in Alpine Switzerland…the name of Melchior Anderegg is as well known as the name of Napoleon…Melchior too is an emperor in his way-a very prince among guides. His empire is among the eternal snows-his sceptre is an ice-axe51. »

  • 52 Claude WILSON, Mountaineering, George Bell and sons, London, 1893, p. 69.
  • 53 T. CLIFFORD ALBUTT, « On the Health and Training of Moutaineers », Alpine Journal vol. VIII, p38.
  • 54 L. STEPHEN, Notes an queries, Alpine Journal vol. I, 1863, p. 253.
  • 55 John BALL, Guide to the Western Alps, London, 1863, p.xxxiii.

21 Cependant, si les récits de course sont très souvent laudatifs à l’égard des guides, il ne faut pas cependant croire qu’il sont considérés en égaux, comme l’exprime Claude Wilson auteur en 1893 d’un manuel d’alpinisme « …it is undesirable to spend all one’s spare time in guides’ society, though it is right to treat them more or less as comrades, and to show them the same kindly and courteous consideration which the best of them always show for us52. » À l’époque, dans leur pratique, les guides utilisent leurs multiples connaissances techniques qui souvent consistent à tailler des marches dans la glace, mais ils se livrent également à d’autres tâches plus prosaïques et subalternes qui les rangent au rang de simples domestiques. Ils allument le feu, préparent la cuisine, font sécher chaussettes et chaussures, cirent ces dernières et portent parfois le sac du client. « So long as I can find five shillings to pay another man to carry my knapsack, so long shall I decline to stoop my back to the burden53 », indique sans remords Clifford Allbutt un membre important de l’Alpine Club. Même Leslie Stephen qui pourtant professait des sympathies libérales écrit en 1863 : « ...I do not myself ever cut steps when I can get a guide to do it for me, first, because a guide can do it very much better ; and secondly, because he is paid to do it54 ». John Ball, premier président de l’Alpine Club et auteur des premiers véritables guides d’alpinisme résume le problème en déclarant : « Le devoir d’un guide n’est pas simplement de montrer le chemin, mais également de se montrer utile à son employeur55 ».

  • 56 A. Wills cité par William LONGMAN, « Chamonix and the Death on the Mer de Glace », Alpine Journal, (...)
  • 57 William LONGMAN, Alpine Journal, vol. VI, 1872-74, p. 307.
  • 58 C.T. DENT, Alpine Journal vol. .IX, 1880, p. 70.
  • 59 En réalité le niveau technique des guides avait sans doute augmenté grâce aux politiques de formati (...)
  • 60 Clinton Thomas DENT, Amateurs and professional guides of the present day, Alpine Journal vol. XII, (...)

22 À de nombreuses reprises, on exprime une critique sévère et récurrente de la Compagnie des guides de Chamonix et particulièrement du système du « tour de rôle » qui certes imposait un guide non choisi à des clients, mais permettait à chacun de travailler régulièrement. Ce système égalitaire allait totalement à l’encontre de l’idée de liberté que se faisaient les Anglais et déclencha de violentes réactions dues en définitive à un choc de cultures : « The Chamonix regulations are as system of the rankest comunism, framed with the purpose of destroying all wholesome and honourable rivalry56. » Ces attaques finissent par induire une critique de la qualité des hommes : « ...if they wish to regain their former reputation, much larger measures are necessary. Mountaineers have for some time known that many of those on the Chamonix roll were unfit for their work. The men who can take the lead on a glacier and the men who are only capable of following a mule must be placed on separate lists...57 » « Une multitude d’hommes inférieurs a vu le jour... qui tendent à faire baisser l’excellence du niveau » constate C.T. Dent58 président de l’Alpine Club. C’est sans doute en partie vrai, mais on doit surtout y voir la conséquence, comme dans tous les grands centres, Chamonix, Zermatt, Grindelwald d’une demande accrue de la part d’un grand nombre de touristes qui ont peu en commun avec les véritables alpinistes. Une augmentation des flux touristiques qui pose le problème du renouvellement des générations de guides, l’accroissement de leurs effectifs et les dangers du mercantilisme qui peut gagner la profession. Cette baisse apparente de niveau et sans doute en partie fantasmée59 peut même justifier la pratique de l’alpinisme sans guide : « Le niveau moyen en alpinisme parmi les amateurs d’aujourd’hui se rapproche beaucoup plus du niveau moyen des guides que ce n’était le cas il y a vingt ans60 » pouvait ainsi écrire C.T. Dent dans l’Alpine Journal.

  • 61 John TYNDALL, Hours of Exercise in the Alps, D. Appleton and Co, New-York, 1873, p. 31.

23 D’autres considérations peuvent apparaître, comme les qualités respectives des guides de « race » germanique ou latine. Les premiers étant sérieux et fiables, alors que les seconds seraient par nature plus légers et superficiels : « A type of mountain race having many of the simple heroic qualities which we associate… with Teutonic blood, and essentially different from-to my mind infinitely superior-to the French-speaking, versatile, wily Chamouniard.61 »

  • 62 D.W. FRESHFIELD, in C.T. DENT, Mountaineering, The Badmington Library, Longman, London 1892, p. 297

24Dans d’autres circonstances, les hiérarchies s’inversent : « Guides of Latin race…do better, as a rule, than the more stay at home and solid Teutons.62 »

  • 63 Francis Galton l’un des fondateurs de l’eugénisme fut membre de l’Alpine Club. Il était également l (...)

25Il ne faut cependant pas y voir autre chose que l’expression d’ethnotypes largement répandus à une époque où les nationalismes sont en train de monter alors que le débat intellectuel tourne bien souvent autour de questions de types nationaux, de race (supérieures ou inférieures, « the white man’s burden ») ou même d’eugénisme63.

  • 64 C.E. MATTHEWS, in C.T. DENT, op. cit., p. 363.

26Chacune des opinions émises n’a pas valeur universelle et si les opinions exprimées oscillent entre vision rousseauiste, stéréotypes pesants et appréciations plus objectives, c’est à Charles Edward Matthews qui exprime la meilleure conclusion : « Whatever success a mountaineer may have achieved, he owes entirely to some or other of the Alpine guides64 . »

Écrire et décrire une dynamique

  • 65 Charles PILKINGTON, Alpine Journal , vol. IX, 1878-80, p. 416.

27 À travers les récits de course l’alpiniste apparaît peu contemplatif et ses écrits ne font pas la part belle aux descriptions des somptueux paysages de la haute montagne, ce qui somme toute peut sembler logique de la part d’individus qui sont dans une approche dynamique plutôt que statique dans la mise en récit de leurs expériences. La précision des descriptions se concentre sur de multiples détails orographiques et topographiques. Pas d’exaltation du sentiment de la nature ou de la grandeur du créateur, mais ça et là des indications botaniques, zoologiques et géologiques. Peu de sensations visuelles, sonores ou olfactives. On regarde plus souvent ses mains, ses pieds ou le rocher qui fait face que l’on n’embrasse les paysages qui bien souvent sont derrière le grimpeur. Ce sont les courtes haltes qui offrent le rare privilège de la contemplation : « There we stopped a few minutes to have our first look over the ridge at Mont Blanc…65 » Quelques minutes à peine après des heures d’ascension, modeste récompense avant d’aborder une descente dangereuse et épuisante.

  • 66 Charles PILKINGTON, Alpine Journal, vol. IX, 1878-80, p. 421.
  • 67 William BELLOWS, A traverse of the Matterhorn, Alpine Journal , vol. 54, 1943-44, p. 389.

28Les descriptions de paysages sont bien souvent réduites et généralement assez banales, comme l’illustrent les citations suivantes de la montagne sous la lune : « The moon was half full…making everything look very beautiful.66 » « The moon …was shining on the rock with wonderful brilliancy.67Même chez Leslie Stephen qui excelle dans la description des corps en mouvement on peut trouver des platitudes. Une pente herbeuse est un « flat, green carpet », une arête rocheuse est « sharp as the blade of a knife. »

  • 68 W.H. HAWKER, Corsica, Alpine Journal , vol IV, p. 269.
  • 69 F.F. TUCKETT, A night on the summit of Monte Viso, Alpine Journal, vol I 1863-64, p. 31.
  • 70 On trouve des descriptions presque identiques dans chacun des récits d’Auldjo, Markham Sherwill ou (...)

29On invoque parfois l’expression poétique pour souscrire aux canons supposés de l’époque, mais les images sont bien souvent communes. W.H. Hawker décrit ainsi la Corse : « Venus-like out of the sea, her many snow-peaks, like a diadem of pearls, catching the rising sun, and her base clothed with sleepy haze68. » Francis Fox Tuckett inspiré par le sommet du Viso écrit : « The sunset was magnificent, the huge pointed shadow of the mountain stretching away over the light veil of fleecy clouds69. » Leslie Stephen plagie presque mot à mot les description des “ascensionistes” du mont Blanc quelques dizaines d’années plus tôt70 : « The whole plain of Switzerland lay with a faint purple haze drawn over it like a veil. »

30L’impression de banalité que dégagent ces descriptions tient bien souvent aux adjectifs utilisés qui sont dans l’ensemble assez plats, tel Coolidge – qui n’est certes pas le meilleur style parmi les alpinistes – pour qui une vue, le temps, une journée, un sommet, sont suivant le cas : « fine, grand, magnificent, glorious, marvellous » . Chez Whymper, une brise est « gentle », une pente « severe », une aîguille « lovely » une montagne « noble ».

Conclusion

  • 71 B. AMY, Décrire ou écrire l’alpinisme ? in Montagne et littérature, Revue L’Alpe, n° 26 Janvier 200 (...)

31 Les alpinistes victoriens n’ont-ils été capables que d’une littérature de « mâts de cocagne » (soaped poles) selon la citation de Ruskin mise en exergue de cet article ? On pourrait s’en convaincre si l’on se limite à une lecture superficielle des milliers de pages que constituent les récits de course de l’Alpine Journal. De courts récits prosaïques, factuels, informatifs, sans recherche d’effets, de métaphores littéraires ou poétiques, refusant la dramatisation (leurs écrits ne visent pas à fabriquer des héros ou des surhommes), l’exaltation du danger ou de la souffrance et le recours facile au mysticisme. L’importance et la variété du corpus sont certes une mine pour le spécialiste d’histoire culturelle. Mais au-delà, s’ils peuvent encore passionner le lecteur contemporain, s’ils ont servi de récit initiatique à un grand nombre d’alpinistes et résisté aux condamnations ruskiniennes, c’est sans doute qu’ils doivent leur intérêt à d’autres raisons que leur simple valeur littéraire. Leurs codes sont différents, ils expriment un rapport original et nouveau avec la haute montagne grâce à une déconstruction des styles jusqu’alors employés. Ils offrent par leurs mots le seul spectacle possible d’un sport sans spectateurs. En rupture aussi bien avec les contemplateurs rousseauistes ou ruskiniens qu’avec les descendants des savants du XVIIIe siècle, pratiquant assez largement un « understatement » tout britannique, ils réussissent néanmoins à écrire la geste des premiers âges de l’alpinisme. Littérature minimaliste, ils incarnent l’essence du souffle de l’épopée alpine. En effet, tout n’est pas exprimé dans le récit de ces courses, mais cependant sous la banalité apparente du discours, celui-ci parvient à produire du symbolique efficace. C’est sans doute parce que comme le dit Bernard Amy à propos de la littérature d’alpinisme : « Ils pressentent qu’au-delà de ses aspects sportifs, leur activité possède une dimension créatrice qui fait de chaque ascension une œuvre d’art. Or si le peintre n’a pas besoin de parler de son œuvre…l’alpiniste n’a pas d’autre moyen de parler de sa course que d’en parler… Pour beaucoup d’alpinistes, l’ascension des sommets est une sorte de poésie physique qui leur rend inutile toute expression littéraire de leurs émotions71 ».

Haut de page

Notes

1 John RUSKIN, Sesame and Lilies, Allen, London, 1890, p. 74.

2 W. COXE, Travels in Switzerland in a series of letters to William Melmoth Esq., London, 1789, 3 vol. 

3 W. BROCKEDON, Illustration of the Passes of the Alps, London, 1828-29, 2 vol. 

W. BROCKEDON, Journals of Excursions in the Alps, Duncan,London, 1833.

4 C.J. LATROBE, The Pedestrian, London, 1832.
C.J. LATROBE,
The Alpenstock, London, 1839.

5 Voir dans ce volume l’article de Michel Raspaud. Voir également : M. TAILLAND, Un demi siècle d’ascensions au mont Blanc, mise en récit d’un voyage initiatique entre science et aventure, Revue Babel, n° 8 2003, pp. 37-57.

6 Date de la première ascension par Balmat et Paccard.

7 J.D. Forbes publia un texte “Pedestrianism in Switzerland” dans la Quarterly Review N° 202, avril 1857, pp 285-323, (Soit 8 mois avant la création de l’Alpine Club) qui préfigurait assez bien ce qu’allait devenir l’alpinisme.

8 Notons que le titre de l’ouvrage marque la première occurrence du terme “Mountaineering” dans le sens d’alpinisme sportif.

9 A. WILLS, Wanderings among the High Alps, Bentley, London, 1856.

10 C. HUDSON, E.S. KENNEDY, An ascent of Mont Blanc by a New Route and without Guides, Longman, London, 1856.

11 Dès l’origine, l’Alpine Club se situe au-delà de la sociabilité masculine et de la commensalité qui constituent le fondement principal de bien des clubs.

12 J. BALL, Peaks, Passes and Glaciers, Longman, London, 1859.
E.S. KENNEDY,
Peaks, Passes and Glaciers, second series, Longman, London, 1862, 2 vol. 

13 C.E. ENGEL, La littérature alpestre en France et en Angleterre au XVIIIe et XIXe siècle, Chambéry, Dardel, 1930, p. 223.

14 Thomas BROOKSBANK, Alpine Journal, nov. 1872, vol. VI, p. 75.

15 Selon le titre de l’ouvrage de Leslie STEPHEN, The Playground of Europe, Longmans, Green, London, 1871.

16 Il faut en effet noter que parmi les noms cites, H.B. George, Leslie Stephen, D. Freshfield et W.A.B. Coolidge on été rédacteurs en chef de l’Alpine Journal ce qui certes témoigne d’une réelle implication dans la revue mais forcément d’une plus grande facilité de publication.

17 Peaks, Passes and Glaciers, 5th edition, Longman, London 1860, p.viii.

18 Et une cinquième l’année suivante dans une « Pocket » ou « Knapsack edition » destinée à prendre moins de place et à peser moins lourd dans un sac à dos ce qui confirme bien sa vocation de « proto » guide imprimé pour les alpinistes à une époque où ce type de publication n’existe pas encore.

19 Le grand éditeur William Longman avait été avec John Ball l’un des initiateurs des deux séries de Peaks Passes and Glaciers ainsi que de l’Alpine Journal, tous publiés par sa maison Longmans, Green and C°. Il n’est pas interdit de penser que son expertise fut une aide précieuse dans le succès rapide de l’entreprise.

20 En anglais mais également dans des traductions. Le 1er volume de Peaks, Passes and Glaciers, par exemple fut traduit en français sous le titre Les grimpeurs des Alpes, Paris, M. Levy, 1862.

21 C’est le cas en particulier pour Leslie Stephen.

22 Le but de J.M. Dent qui avait créé la collection était de fournir à tous les lecteurs des classiques à prix modique dans une édition de qualité “to appeal to every kind of reader: the worker, the student, the cultured man, the child, the man and the woman’, so that ‘for a few shillings the reader may have a whole bookshelf of the immortals”.

23 Peaks, Passes, and Glaciers, an Anthology, était le n° 778 de la collection, peu de temps après les poèmes d’Edgar Poe devaient prendre le n° 791.

24 Dès la création de la collection en 1906, les ouvrages de John TYNDALL : The Glaciers of the Alps ainsi que : Mountaineering in 1861 avaient été publiés en un seul volume non pas dans la série Travel and Topography mais dans la série Science, ce qui était logique pour le premier mais moins pour le second.

25 Mis à part Leslie Stephen.

26 Notamment les neuf Public-schools les plus prestigieuses ou « Sacred Nine ».

27 Pour une typologie précise, voir M. TAILLAND, Les Alpinistes victoriens, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Asq, 1996, p. 189-232.

28 C.E. ENGEL, op. cit., p. 230.

29 W.R. NEATE, Mountaineering and its Literature, Seattle, 1980, p. 102.

30 C.E. ENGEL, op. cit., p. 230-32.

31 Id. p. 226.

32 Id. p. 227.

33 C’est l’éditeur William Murray qui l’avait chargé de la rédaction de ces chapitres au vu du succès des ouvrages de William Brockedon.

34 Ce guide fut le premier véritable guide écrit publié à l’usage des alpinistes : Charles PACKE, A guide to the Pyrenees, especially intended for the Use of Mountaineers, London, Longman, 1862.

35 Mais à d’autres également, comme l’Annuaire du CAF, la Revue Alpine, mais également La Rivista ou bien encore le D.OE.A.V. Zeitschrift.

36 Citée dans l’Alpine Journal, Vol 62, 1957, p. 28.

37 Charles PILKINGTON, Alpine Journal, vol. IX, 1878-80, p. 413.

38 A.W. MOORE, « The ascent of Mont Blanc from the Glacier of Brenva », Alpine Journal n° 16, vol. II, 1866, p. 370.

39 W.A.B. COOLIDGE, Explorations amongst the Cottian Alps, Alpine Journal vol. X, 1880-82, p. 453.

40 A.W. MOORE, « The ascent of Mont Blanc from the glacier of Brenva », Alpine Journal n° 16, vol. II, 1866, p. 381.

41 Ces hommes grimpent sans crampons ni broches à glace.

42 Henry GALE GOTCH, “The Meije”, Alpine Journal vol. VIII, 1876-78, p. 191.

43 Charles PILKINGTON, Alpine Journal, vol. IX, 1878-80, p. 416.

44 Ibid., p. 416.

45 Leslie STEPHEN, The Playground of Europe, Longmans, Green and c°, London, 1871, p. 102.

46 Leslie STEPHEN, op. cit., p. 108.

47 De ce point de vue là, le Cervin fait exception à la règle.

48 Charles PILKINGTON, Alpine Journal , vol. IX, 1878-80, p. 411.

49 Ibid., p. 411.

50 E. WHYMPER, Scrambles amongst the Alps in the years 1860-69, Century Publishing, London, 1985, pp. 54-55.

51 Ibid., p. 148.

52 Claude WILSON, Mountaineering, George Bell and sons, London, 1893, p. 69.

53 T. CLIFFORD ALBUTT, « On the Health and Training of Moutaineers », Alpine Journal vol. VIII, p38.

54 L. STEPHEN, Notes an queries, Alpine Journal vol. I, 1863, p. 253.

55 John BALL, Guide to the Western Alps, London, 1863, p.xxxiii.

56 A. Wills cité par William LONGMAN, « Chamonix and the Death on the Mer de Glace », Alpine Journal, vol. VI, 1872-74, p. 311.

57 William LONGMAN, Alpine Journal, vol. VI, 1872-74, p. 307.

58 C.T. DENT, Alpine Journal vol. .IX, 1880, p. 70.

59 En réalité le niveau technique des guides avait sans doute augmenté grâce aux politiques de formation mises en place par les clubs continentaux.

60 Clinton Thomas DENT, Amateurs and professional guides of the present day, Alpine Journal vol. XII, n° lxxxix, 1885, p. 289.

61 John TYNDALL, Hours of Exercise in the Alps, D. Appleton and Co, New-York, 1873, p. 31.

62 D.W. FRESHFIELD, in C.T. DENT, Mountaineering, The Badmington Library, Longman, London 1892, p. 297.

63 Francis Galton l’un des fondateurs de l’eugénisme fut membre de l’Alpine Club. Il était également le neveu de Charles Darwin.

64 C.E. MATTHEWS, in C.T. DENT, op. cit., p. 363.

65 Charles PILKINGTON, Alpine Journal , vol. IX, 1878-80, p. 416.

66 Charles PILKINGTON, Alpine Journal, vol. IX, 1878-80, p. 421.

67 William BELLOWS, A traverse of the Matterhorn, Alpine Journal , vol. 54, 1943-44, p. 389.

68 W.H. HAWKER, Corsica, Alpine Journal , vol IV, p. 269.

69 F.F. TUCKETT, A night on the summit of Monte Viso, Alpine Journal, vol I 1863-64, p. 31.

70 On trouve des descriptions presque identiques dans chacun des récits d’Auldjo, Markham Sherwill ou Smith.

71 B. AMY, Décrire ou écrire l’alpinisme ? in Montagne et littérature, Revue L’Alpe, n° 26 Janvier 2005, p. 76-78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tailland, « Le récit de course au temps de Victoria : une littérature de mâts de cocagne ? », Babel, 20 | 2009, 194-207.

Référence électronique

Michel Tailland, « Le récit de course au temps de Victoria : une littérature de mâts de cocagne ? », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/676 ; DOI : 10.4000/babel.676

Haut de page

Auteur

Michel Tailland

Laboratoire BABEL
Université du Sud, Toulon/Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org