Navigation – Plan du site

Les voyages pédestres de scolaires à la fin du XIXe siècle. Santé, éducation et littérature de de voyage

Olivier Hoibian
p. 180-193

Résumé

L’article met en perspective deux tentatives d’initiation de la jeunesse à la montagne, en comparant leurs mises en récit et leurs influences respectives, destinées aux élèves de Rodolphe Töpffer et ceux des caravanes scolaires organisées par le Club Alpin Français. Associant éducation physique, intellectuelle et morale, les caravanes scolaires se présentaient comme une pédagogie novatrice visant à lutter contre la « dégénérescence » de la nation française après la défaite de 1870.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Le programme des « caravanes scolaires » mis en œuvre en Suisse sous l’égide de Rodolphe Töpffer puis en France par la direction du Club alpin français à partir de 1874 représente une innovation pédagogique tout à fait original. Simultanément , il donne lieu à une littérature de voyage inédite : le récit d’excursion collective qui occupe une place singulière dans la production littéraire de l’époque. Ces excursions collectives consistent à organiser des voyages pédestres de jeunes gens puis de jeunes filles à partir de 1900, tous de « bonne famille » pour leur faire découvrir des sites pittoresques et des lieux chargés d’histoire. Ce projet s’inscrit dans le grand mouvement en faveur du développement des exercices corporels dans l’éducation de la jeunesse qui traverse l’ensemble de l’Europe à cette période. Par la réhabilitation de l’activité physique régulière il s’agit de lutter contre les « menaces dégénératives » et les risques du surmenage engendrés par « les excès d’intellectualité » des systèmes scolaires trop souvent inspiré de la discipline du régime militaire des casernes. Le projet des « excursions collectives » pour la jeunesse satisfait au contraire à une exigence d’éducation complète, « à la fois physique, intellectuelle et morale » dont l’ambition vise à « distraire l’esprit sans cesser de l’instruire, élever l’âme en fortifiant le corps ».

2Quelles sont les sources d’inspiration de ces excursions pour jeunes gens ?

3En quoi consistent-elles ?

4Quelles en sont les traductions sur le plan de la littéraire de voyage ?

Les origines des « caravanes scolaires »

Les « voyages pédagogiques » de Rodolphe Töpffer à travers les Alpes

  • 1 Töpffer, R., Voyage en zigzag ou excursion d'un pensionnat en vacances dans les cantons de Suisse e (...)

5Rodolphe Töpffer est un pédagogue suisse qui a l’issue d’une solide formation universitaire prend, dans les années 1820, la direction d’un pensionnat de jeunes gens. Né en 1779, dans une famille protestante de Genève, fils d’un artiste peintre réputé, il voue aux excursions en montagne une passion sans partage. En tant que directeur d’une institution éducative, il décide renouer avec la tradition helvétique des sorties pédestres à travers les Alpes en organisant chaque année avec ses élèves des voyages de plusieurs semaines. A la belle saison, il prend la tête de la petite bande de ses joyeux pensionnaires pour les entraîner « par monts et par vaux » depuis Genève en direction des vallées et des cols des montagnes environnantes. Les différentes régions parcourues, souvent fort lointaines, donnent lieu à des évocations historiques et à digressions culturelles mais sans que cela s’apparente à des leçons magistrales. Ainsi à Milan, la troupe juvénile s’attache à visiter les arènes, à profiter de son séjour pour admirer un opéra ou un ballet donné à la Scala et elle procède de même chaque fois que l’occasion s’en présente à Gènes, à Vérone ou à Venise. De ces pérégrinations estivales, Töpffer tirera la matière des récits de ses « Voyages en zigzag », réunis dans différents ouvrages qui connaîtront un formidable succès à travers toute l’Europe1.

6Car ces excusions collectives permettent de rompre la monotonie de l’alternance quotidienne de la classe et de l’étude et représentent pour ses jeunes « potaches » une expérience pleine de charme et de surprise qui suscite l’enthousiasme général. Pour le maître, il s’agit sans que ses élèves en prennent véritablement conscience, de prolonger les enseignements livresques dispensés à l’école par les leçons prodiguées par la nature elle-même, complémentarité tout à fait profitable puisque qu’elle recueille l’assentiment général et surtout entretient la curiosité de tous.

  • 2 Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1870-1960, une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000

7La philosophie pédagogique de Töpffer se laisse percevoir à l’occasion de cette démarche originale. Elle consiste à initier ses élèves sous un double aspect. Il s’agit de susciter leur intérêt dans « l’accès aux connaissances » mais également de les sensibiliser « à des choses restées jusque là relativement mystérieuse ». Quoi de plus mystérieux, en effet, en ce début de XIXe siècle, que ces contrées reculées des hautes altitudes, encore rangées à l’époque parmi les « terra incognita » que les Clubs alpins européens s’attacheront bientôt à décrire et à faire connaître2. Pour Töpffer, la nature arpenté lors des excursions constitue le cadre de prédilection pour « commencer à instruire en donnant les premiers éléments d’un art ou d’une science... », tout en conservant intacte la capacité juvénile à s’émouvoir et à aiguiser sa curiosité.

8Cette initiative originale s’inscrit donc totalement dans le mouvement de rénovation pédagogique de grande ampleur qui entend bien, à la fin du XIXe siècle, révolutionner la forme traditionnelle de l’enseignement jugée dépassée, inadaptée aux nouvelles exigences de la modernité industrielle en plein essor.

  • 3 Töpffer, R., Nouveaux Voyages en zigzag à la Grande Chartreuse, autour du Mont-Blanc, Paris, Ed. Le (...)

« Aujourd’hui, l’instruction classique, faite précipitamment durant les années de la première adolescence, et basée de plus en plus sur des méthodes abréviatives, - comme s’il s’agissait non de faire croître des fruits, mais d’en distribuer hativement de tout cueillis -, non seulement n’offre plus, pour le développement de l’intelligence comme de l’ornement de l’esprit, que de bien médiocres résultats, mais de plus, combinée avec une kyrielle d’autres études qui occupent et remplissent les années entières de l’adolescence et de la jeunesse, elles ne laissent au développement naturel des forces du corps, de l’âme ou de l’esprit, ni temps, ni espace, ni aliments. Aussi, et quelques admirables que puissent être les institutions modernes, une chose est devenue rare, presque introuvable aujourd’hui : ce sont des hommes, des caractères, ou encore des esprits vraiment élégants, ornés ou puissants ; et si tout le monde n’est pas placé pour en convenir, tout le monde, du moins, le remarque et s’en afflige »3.

Les « caravanes scolaires » du Club alpin français

  • 4 Olivier (dir), L’invention de l’alpinisme, La montagne et l’affirmation de la bourgeoisie cultivée, (...)
  • 5 « Statut du Club alpin français », Annuaire de CAF, 1874, 31.

9En France, le Club alpin français (CAF) est créé en avril 1874, à l’initiative des représentants de la bourgeoisie cultivée qui souhaitent donner à la fréquentation de la montagne une impulsion nouvelle. Inspirés d’avantage du Club alpin suisse que de l’Alpine Club Britannique jugé trop élitiste, les fondateurs du Club alpin français se montrent sous un jour plus libéral que leurs prédécesseurs, par exemple, en acceptant avec empressement l’adhésion des femmes4. Le projet culturel des dirigeants du CAF montre que leurs préoccupations essentielles concernent le développement de la connaissance scientifique des montagnes et l’encouragement du tourisme cultivé et mondain. La définition des buts de la société : « Faciliter et propager la connaissance exacte des montagnes de la France et des pays limitrophes par la publication de travaux scientifiques, littéraires ou artistiques, par des réunions ou des conférences périodiques »5 s’attache principalement à des préoccupations hexagonales, contrairement par exemple aux ambitions transnationales de l’Alpine club britannique fondé dés 1857. Les finalités affichées par le CAF se révèlent avec le temps l’objet de tiraillement entre des orientations divergentes. Ces oppositions recoupent en partie les distinctions observées par Maurice Agulhon entre sociétés savantes et cercles mondains, différenciations que Christophe Charles retrouvera dans le recrutement des trois académies qui constituent l’Institut de France (Académie des Sciences, Académie Française et Académie des Sciences morales et politiques).

  • 6 Cézanne, E., « Préface aux statuts du C.AF »., Annuaire 1874, p1.
  • 7 Annuaire du CAF, 1874, p. 429.
  • 8 Annuaire du CAF, 1874, p. 487.

10Le projet des caravanes scolaires figure dans les textes fondateurs du Club alpin français. La première notification se trouve dans l’exposé des finalités de l’association, sous la plume de son second président Ernest Cézanne : il s’agit « d’arracher les jeunes gens à l’énervante oisiveté des villes et d’organiser pendant les vacances, les caravanes scolaires dès longtemps pratiquées en Suisse et en Allemagne, dont Töpffer a si spirituellement illustré les joyeuses péripéties et qui laissent dans la mémoire de ceux qui y on pris part un souvenir ineffaçable »6. A la suite des actions engagées au cours de cette première année d’existence du Club, il souligne l’importance accordée à cette question par ses dirigeants : « La préoccupation constante de la direction centrale était l’organisation des caravanes scolaires, destinées à développer dans notre jeunesse, sous la conduite d’hommes prudents et éclairés, le goût des courses à pied et la connaissance des montagnes »7. Si « les excursions isolées appartiennent surtout à l’initiative individuelle », les instances de direction souhaitent aussi encourager le développement des sorties collectives : « les excursions faites en commun, les caravanes scolaires, les voyages en zigzag renouvelés de Töpffer, appellent tout particulièrement notre sollicitude8. »

  • 9 Annuaire du CAF, 1874, p. 487.
  • 10 Vigarello, G., Le corps redressé : histoire d'un pouvoir pédagogique, Paris, Éd. Delarge, 1978.
  • 11 Lallemand, F., Éducation publique, Paris, Comon, 1848, p. 150.
  • 12 Vernay, E., Alliance de l'hygiène et de la pédagogie en médecine et en éducation, Lyon, impr. Vve M (...)

11L’organisation des caravanes scolaires est manifestement associée à la lutte contre le déclin de la nation française, par une action en faveur d’une régénération de la jeunesse et de sa protection vis-à-vis des effets néfastes de la ville. « Nous aimerions nous étendre sur ce sujet, à vous dire tout le bien physique, intellectuel et moral que doivent attendre des excursions tous ceux qui ont à cœur l’éducation de notre jeunesse et la régénération de notre France »9. Georges Vigarello, dans son ouvrage sur Le corps redressé10, montre à quel point la France du XIXe siècle est littéralement obnubilée par l’idée de la dégénérescence. D’abondantes études quantitatives stigmatisent les diminutions staturales des conscrits, comme autant d’indices d’affaiblissement de la constitution générale de la population. Ces alarmes dégénératives répandent le sentiment d’une déchéance nationale que les événements politiques liés à la défaite de 1870 viennent en quelque sorte cautionner. « La détérioration de la race en France est un fait d’une immense gravité qui doit intéresser tout le pays »11. Les scrutateurs autorisés de cette malédiction généralisée prescrivent une mobilisation dans tous les secteurs de la santé, de l’hygiène et de l’éducation. D’autant que l’affection ne concerne pas exclusivement le développement morphologique. « Il faut montrer le physique et le moral unis dans les dégénérescences »12.

  • 13 Cézanne, E., « Préface aux statuts du CAF », Annuaire du CAF, 1874, p. 1.
  • 14 Rousseau, J-J., cité par Casella, G., Le sport et l’avenir : opinions des écrivains contemporains s (...)
  • 15 Voir à ce sujet Corbin, M., Le miasme et la joinquille, Paris, Flammarion, 1986.
  • 16 Cézanne, E., op. cit. , p. 1.

12Le projet des caravanes scolaires s’inscrit donc dans cette démarche rédemptrice. Ernest Cézanne, dans sa préface, insiste sur cette dimension : « tous les hommes éclairés qui se préoccupent de l’avenir de la France, reconnaissent que nos jeunes gens négligent trop les exercices du corps ; il faut les y attirer par toutes les routes. Or, quel attrait plus puissant que la montagne, avec son air vif qui réconforte et l’admirable variété des grands et sévères tableaux ? »13. A cette célébration des atmosphères limpides, de « ces bains d’air salutaires et bienfaisants des altitudes » que Jean-Jacques Rousseau louait déjà comme « l’un des remèdes de la médecine et de la morale »14 s’ajoutent d’autres bénéfices. L’effet hygiénique des atmosphères purifiées qui permettent d’échapper « aux nuisances putrides de la ville » et à « ses odeurs infectes », devenues insupportables aux citadins dans le courant du XVIIIe siècle15, se conjugue désormais avec la préoccupation d’une efficience morale. La vision des spectacles grandioses de la nature, où « les forces telluriques » en action modèlent des masses gigantesques en de « sévères tableaux », favorise l’élévation de l’âme. Face aux menaces que recèlent les grandes cités « il faut arracher les jeunes gens à l’énervante oisiveté des villes »16. Derrière cette construction d’une opposition radicale entre un espace urbain cerné par les « émanations viciées » et un espace montagnard purificateur, se profile toute une symbolique de l’ascension qui constitue, manifestement en France, l’une des sources d’inspiration des discours sur l’alpinisme.

  • 17 La loi de 1869 institue la gymnastique obligatoire dans les lycées de garçons.
  • 18 Vigarello, G., Le corps redressé, op. cit.
  • 19 Amoroz y Ondeano, don Francisco, (1769-1848), fondateur de l’École française d’éducation physique, (...)
  • 20 Foucault, M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975. Cette thèse a aussi largement inspiré le (...)
  • 21 Töpffer, R., Oeuvres complètes de Rodolphe Töpffer, Genève, Éd. du Centenaire, P. Coutter, 1945 (1è (...)

13Le projet des caravanes scolaires en France, se présente donc comme une initiative pédagogique novatrice puisqu’il associe, dans un même mouvement, éducation physique, intellectuelle et morale. Si la marche en montagne, après avoir renforcé des constitutions trop fragiles, parvient à « tendre le ressort de l’âme », elle contribue également au développement de l’intelligence. Dans une période où l’intégration des exercices corporels s’impose progressivement comme une nécessité17, l’ambition des instances de direction du CAF de « distraire l’esprit sans cesser de l’instruire, d’élever l’âme en fortifiant le corps » s’inscrit dans un mouvement de renouvellement des principes d’éducation. Comme l’indique très clairement Georges Vigarello18, le projet amorosien de gymnastique scolaire s’établit dans une perspective sociale assez nettement définie19. Il s’agit, par des exercices bien réglés, de discipliner la gestualité trop désordonnée des enfants des classes populaires et, à travers le modelage de corps plus dociles, d’escompter, comme le souligne Michel Foucault, un contrôle social d’autant plus efficace qu’il est plus intériorisé20. Par leurs références systématiques et redondantes aux Voyages en zigzag de Rodolphe Töpffer21, la direction du CAF se distingue nettement du modèle de la gymnastique préconisée par le ministère de l’Instruction publique.

14Rompant avec une esthétique de l’émerveillement des récits de course classique au style convenu, Töpffer s’attache en effet à rappeler ses héros juvéniles aux pâles contingences de la nature humaine. Dormir, se sustenter, surmonter l’épreuve de la fatigue que suscitent les longues randonnées, autant de nécessités qui sollicitent d’autres ressources qu’une sensibilité esthétique de commande. Bref, tout en recueillant sur le vif les enseignements que promulgue généreusement la nature, les voyages de Töpffer convient le lecteur à la découverte d’une école de volonté et d’humilité. En proposant une éducation qui trempe le caractère tout en éveillant la curiosité par l’expérience du terrain, et qui renforce la solidarité entre les membres de l’expédition partageant les mêmes épreuves, l’auteur dispense ici son message le plus novateur.

  • 22 Gide, Ch., « Conférence à l'université de Montpellier », le 4 février 1886, publiée dans l'Annuaire (...)
  • 23 Annuaire du CAF, 1878.

15Cette conception éducative rencontre un écho très favorable au sein des instances de direction du CAF et les préceptes pédagogiques de Töpffer sont au cœur des intentions des promoteurs des caravanes scolaires : « Nul enseignement de chaire ou de livre, nulle expérience de laboratoire ne peut remplacer l’initiation dans ces régions mystérieuses »22. Faire profiter la jeunesse dorée qui fréquente les collèges et les lycées des enseignements de la nature : ici réside la rupture la plus manifeste des caravanes scolaires avec l’institution scolaire. Elle nous révèle la position résolument réformiste adoptée par la direction du CAF dans le débat qui s’instaure, à l’époque, à propos de la réforme du système éducatif. L’inspiration de ce projet trouve donc sa source en terre réformée. Ce lien de filiation transparaît encore plus clairement lorsque le pasteur Freundler, ancien élève de Töpffer et président du Club alpin suisse, vient en France exposer les principes d’organisation des caravanes scolaires à ses homologues du CAF. Mais, dans cette période de montée en puissance de l’intransigeance cléricale, c’est l’image d’un protestantisme pétri d’œcuménisme qui apparaît à la lecture du compte rendu du premier Congrès international d’alpinisme tenu à Paris en 1878. « La fête eut lieu à cette occasion, le 10 septembre à Fontainebleau, où le pasteur Freundler porta un toast plein d’humour à nos caravanes scolaires et l’abbé Bugniot ayant porté à son tour un toast à la santé du pasteur, son ami, les ministres des deux religions se donnèrent une fraternelle accolade, aux applaudissements unanimes »23.

  • 24 Brégeault, J., « Les caravanes scolaires », Annuaire du CAF, 1899, p. 410-444.
  • 25 Ebel, E., Muleur, G., La première caravane d'Arcueil : récit du voyage de la caravane scolaire de l (...)

16Le développement des caravanes scolaires du CAF repose à la fois sur l’action et la mobilisation d’enseignants laïques ou croyants, issus d’établissements publics et privés. À Paris, elles furent surtout l’œuvre d’Émile Talbert, directeur du collège Rollin « qui conduisit à plusieurs reprises un nombre certain de ses élèves dans diverses régions de France, de Suisse et d’Allemagne »24 et qui fut, semble-t-il, le grand animateur de la cause des caravanes au sein des instances de direction du CAF (vice-président de 1874 à 1876). Il fut secondé par les préfets des études des collèges Rollin et Chaptal. Au collège dominicain d’Arcueil, l’abbé Barral organisa en 1878, au profit des élèves de cette institution célèbre, un voyage à travers la Savoie et l’Italie qui donna lieu à la publication d’un ouvrage sur La première caravane d’Arcueil25. En province, comme en Saône-et-Loire, à Langres, à Dijon, à Lyon, différents responsables des instances du CAF, généralement liés à l’enseignement, encadrent des voyages de vacances avec des groupes de collégiens ou de lycéens.

  • 26 Circulaire du 22 juin 1878, ministère de l'Instruction publique.
  • 27 Agénor Bardoux (1829-1897), ministre de l’Instruction publique.
  • 28 Cité par Brégeault, J., op. cit., 1899.
  • 29 Bulletin du CAF, 1876.

17Pour assurer la réussite de son projet, la direction centrale, après une première missive sollicitant le concours des chefs d’établissements publics et privés en 1878, obtient le soutien de l’administration. Le ministre de l’Instruction publique, William Henry Waddington, dans la circulaire du 22 juin 1878, recommande cette initiative aux proviseurs des lycées tout en souhaitant « qu’elle trouve dans notre université de nombreux adeptes »26. De même, Adolphe Joanne, au cours de sa présidence (1876-1878), fait état d’une lettre de Monsieur Bardoux27 l’informant d’instructions aux recteurs des différentes académies pour encourager les familles à « faire entreprendre à leurs enfants ces utiles voyages que vous avez su rendre si faciles »28. Ferdinand Buisson, membre du CAF dès 1875 et futur dirigeant du parti radical, en tant que directeur de l’enseignement primaire, essaya d’inciter les écoles normales d’instituteurs à organiser, en relation avec le CAF, des caravanes d’élèves-maîtres. Ce projet rencontra aussi un certain écho dans la presse, même s’il fut relativement limité. Émile Talbert, dans son rapport du 29 avril 1876, remercie le publiciste Francisque Sarcey qui « a plaidé à plusieurs reprises dans le journal Le XIXe siècle avec sa verve et son esprit habituels, la cause des caravanes scolaires »29.

  • 30 Blanc, X., « Éloge funèbre d’Émile Talbert » , Annuaire du CAF, 1882.
  • 31 Durier, Ch., « Les caravanes scolaires », La Revue pédagogique, n° 5, 15 mai 1883.

18La disparition durant l’année 1882 de plusieurs responsables de ces activités semble leur porter « un coup aussi funeste qu’inattendu »30. Malgré une conférence de Charles Durier sur les caravanes scolaires et les colonies de vacances au grand amphithéâtre de la Sorbonne, lors du Congrès pédagogique de 188331 et la constitution d’une nouvelle commission des caravanes scolaires au sein du CAF, en 1885, l’activité paraît stagner puis décroître, les rares initiatives relevant essentiellement des sections de province.

  • 32 Brégeault, J., op. cit., 1899.
  • 33 En 1892, Messieurs Brœuning et Richard rassemblent un effectif de 110 élèves en vallée de Chevreuse (...)
  • 34 Ottogali-Mazzacavallo, C., Femmes et alpinisme, un genre de compromis, 1874-1919, Paris, L’Harmatta (...)

19Les caravanes vont cependant connaître un nouveau souffle. Selon Julien Brégeault, la renaissance du dynamisme des caravanes scolaires à partir de 1890, est à rapprocher « du grand mouvement qui se produit à cette époque, dans notre pays, en faveur des sports, du tourisme et de tous les exercices physiques, salutaire réaction contre le surmenage »32. Ce nouvel élan, essentiellement parisien, s’appuie dans un premier temps, sur la participation de l’École alsacienne, institution fondée par la haute société protestante au lendemain de la défaite de 1870, après l’amputation de l’Alsace et de la Lorraine. À l’initiative de son directeur adjoint, monsieur Brœunig, elle va inaugurer les sorties scolaires à la journée, d’abord le jeudi puis ultérieurement le dimanche, dans la proche région parisienne. Elle sera bientôt rejointe par différents professeurs des lycées parisiens, parmi lesquels monsieur Richard, professeur au lycée Charlemagne, qui deviendra l’un des ardents partisans des caravanes collectives33. Initialement réservées aux garçons, elles seront bientôt ouvertes également aux filles dans des conditions garantissant une moralité irréprochable34. Après une première période florissante, les sorties collectives vont progressivement se trouver concurrencées, à partir des années 1900-1905, par d’autres formes de mobilisation de la jeunesse, notamment les associations sportives dont le succès prendra une ampleur considérable dans la période de l’immédiat avant-guerre. Après quelques tentatives de relance, elles s’éteindront au début des années 1930, supplantées définitivement par le grand mouvement en faveur du scoutisme.

Excursions collectives et littérature

  • 35 Voir par exemple Ebel, E., Muleur, G., La première caravane d'Arcueil, Paris, Librairie Lecoffre, 1 (...)

20Il faut bien admettre que les récits d’excursion rédigés à la suite des caravanes scolaires organisées en France à l’initiative du CAF n’ont pas donné de résultats très probants d’un point de vue littéraire. L’évocation de ces voyages pédestres dans les colonnes des publications du Club (Les annuaires principalement puis la revue La montagne à partir de 1904) relève pour l’essentiel du simple compte rendu d’activité. Quelques pages furent bien consacrées à la relation des péripéties des sorties collectives sous la plume de jeunes participants mais sans nécessairement trouver un style suffisamment affirmé pour échapper aux formules convenues du genre35.

  • 36 Sainte-Beuve, « Portraits », Revue des deux mondes, 15 mars 1841.

21Il en va bien différemment des excursions scolaires organisées à partir de Genève par Rodolphe Töpffer dont les talents littéraires seront salués en de nombreuses occasions du vivant même de l’auteur. Dés le début de carrière de directeur d’institution pédagogique, il se fait connaître des cercles littéraires par la publication en 1832, d’un ouvrage intitulé « La bibliothèque de mon oncle » évoquant les premiers émois amoureux d’un étudiant genevois, livre qui rencontre un certain succès. Au cours des années suivantes, il publie plusieurs textes inspirés de la thématique alpestre qui seront réunis en 1840 dans un volume ayant pour titre « Nouvelles genevoises ». Ce recueil lui vaut des critiques élogieuses notamment à Paris, sous la plume de Sainte-Beuve qui lui consacre un des ses portraits dans les colonnes de la prestigieuse « Revue des deux mondes » en mars 184136. Par la suite il publie principalement « Le presbytère » relatant l’enfance difficile d’un enfant abandonné, « Rosa et Gertrude », sorte roman moralisateur, inspiré par la figure tutélaire et quelque peu idéalisé d’un pasteur exemplaire ainsi que toute une série de romans agrémentés d’illustrations humoristiques.

  • 37 Töpffer, R. « Réflexion à propos d’un programme » in Bibliothèque universelle de Genève, Genève, 18 (...)

22Cependant, Töpffer doit pour une bonne part d’être passé à la postérité pour « ses histoires en estampes » qui se composent : « de dessins autographiés au trait. Chacun de ces dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Le dessin sans le texte n’aurait qu’une signification obscure. Le texte sans le dessin ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman, d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose »37.

  • 38 Cité par Groensteen, T., Peeters, B., Töpffer et l’invention de la bande dessinée, Paris, Herman, 1 (...)
  • 39 Töpffer, R., Essai de physiognomonie, Genève, Schmidt, 1845.

23Nommé en octobre 1832 à l’Académie de Genève pour tenir la chaire de Rhétorique et des Belles Lettres, Töpffer n’aurait jamais envisagé l’édition de ses récits illustrés s’il n’y avait été encouragé par le grand poète allemand, Goethe, qui écrivait à leur propos : « C’est vraiment trop drôle ! C’est étincelant de verve et d’esprit ! Quelques unes de ces pages sont incomparables ! S’il choisissait, à l’avenir, un sujet un peu moins triviale et devenait encore plus concis, il ferait des choses qui dépasseraient l’imagination »38. Conscient d’inaugurer une forme d’expression nouvelle, il consacre un petit fascicule, intitulé « Essai de physiognomonie », à une réflexion théorique sur les fondements de cette « littérature en estampes ». Ces différents écrits lui vaudront quelques décennies plus tard de se voir consacré en tant que « Père fondateur » de la bande dessinée39.

  • 40 Correspondance avec Sainte-Beuve, cité par Groensteen, T., Peeters, B., Töpffer et l’invention de l (...)

24Force est de constater que les fameuses « histoires en estampes » trouvent leur origine à l’occasion des excursions à travers les Alpes, organisées par Töpffer depuis son institution de Genève. Effectuées régulièrement dés les beaux jours, en compagnie de son épouse, Kity « qui voyage pour le soulagement des blessés et pour l’agrément de ceux qui se portent bien », les péripéties du voyage servent de source d’inspiration aux anecdotes que Töpffer esquisse sur son carnet le soir même. Chemin faisant, il se plait à croquer avec en quelques coups de crayons, les situations cocasses et pittoresques que le hasard des rencontres réserve à sa petite troupe turbulente. Pour égayer les longues soirées d’hiver de son institution, il prend l’habitude de traduire sous forme de petits récits illustrés leur pérégrination estivale en mélangeant textes et dessins. « Nos pensionnats ne sont pas des Lycées ; on y vit en famille. J’ai composé pour le divertissement de mes élèves une douzaine de comédies. J’ai écrit pour le même objet la relation illustrée et annuelle de chacune des excursions que j’ai faites avec eux dans nos cantons, aux Alpes et sur le revers italien des Alpes. C’est aussi à leur grand plaisir que, durant les soirées d’hiver, j’ai composé et dessiné sous leurs yeux ces histoires folles, mêlées d’un grain de sérieux »40. Efficace, la formule fait la joie de ses pensionnaires mais elle séduit bientôt le cercle toujours plus large des initiés. Finalement, Töpffer se laisse convaincre en 1844, de réunir au sein d’un même ouvrage l’ensemble de ces brefs récits d’excursion collective auquel il donne le nom de « Voyages en zigzag » pour illustrer le cours souvent imprévu que prennent les excursions communes menées sous sa direction. Car le maître a le goût de la liberté, l’humeur aventureuse et il se montre prompt à revoir l’itinéraire initialement prévu au gré des circonstances et au hasard des rencontres. Le succès formidable rencontré par ce premier ouvrage le conduira à en concevoir un second, intitulé « Nouveaux Voyages en zigzag » publié à Paris en 1854.

  • 41 Töpffer, R., Voyage en zigzag, op.cit., p. 100.

25Dans ces récits d’excursion, le style littéraire de Töpffer est d’abord fondé sur l’humour et le caractère cocasse de la succession des petits incidents qu’il se plait à dépeindre avec beaucoup d’ironie et parfois une petite pointe de cruauté. Il adopte néanmoins un parti pris littéraire assez iconoclaste pour l’époque, en se démarquant de toute influence romantique, alors très en vogue notamment dans les récits de voyage. L’auteur se garde en effet de toute évocation grandiloquente des paysages rencontrés et de toute exagération des sentiments. Dans ses jugements, il oppose souvent le charmant au grandiose, mais sans emphase. « La ville de Côme nous enchante par sa situation, par son caractère nouveau pour nous et par les édifices curieux qui s’y voient ; mais le pays et le lac ne répondent pas tout à fait à notre attente : c’est presque trop joli, trop mignon, trop arrangé. Nulle part des rocs ou des forêts, mais un amphithéâtre de monts assez uniformes, sur lesquels s’élèvent en gradins de jolies constructions uniformes aussi. Tout y est joli, rien n’y est grand »41

  • 42 Töpffer, R., Nouveaux Voyages en zigzag, op.cit. p. 58.
  • 43 Töpffer, R., Voyage en zigzag, op.cit., p. 100.

26Si Töpffer se montre un écrivain alerte et souvent drôle, il se considère également comme un précepteur des âmes, contribuant ainsi à l’édification morale de la jeunesse. A l’occasion de ces longues pérégrinations montagnarde, il s’agit bien évidemment d’endurcir les corps mais également et peut-être surtout, de forger les volontés, de les modeler par l’effort consenti et l’épreuve surmontée en commun. « Capoue nous avait amollis, Capoue nous avait communiqué ses langueurs [...]. À moi, soldats ! Et revolons aux Alpes ! Voici des rocs nus, qu’on les escalade ! D’âpres climats, des nuages tristes, d’éternelles glaces, qu’on les affronte ! Ainsi se retrempe le courage ! Ainsi revient la vertu ! »42En traçant sa route dans ces contrées au relief accidenté, le hardi voyageur découvre la liberté et l’initiative, et ne comptant que sur lui-même, « s’oblige à un exercice constant des forces de l’esprit et de celles du corps ; il y a partout, quelle que soit la contrée, activité, saveur, conquête, aventure, et nulle part cette torpeur oisive, cet insipide bien-être où végètent tant d’opulents touristes »43.

  • 44 Töpffer, R., Nouveaux Voyages en zigzag, op.cit. p. 60.

27Opulence ! Le mot est lâché et l’ennemi, désigné. Dans le choix de l’itinéraire et la conception même du cheminement, le pédagogue multiplie les occasions d’une redécouverte des conditions d’une vie simple, parfois rustique pour déshabituer l’enfant de l’artifice du confort moderne. « Par malheur, l’homme est tellement enclin à voir la jouissance suprême dans cette oisive mollesse, dans cette factice indépendance que procure l’argent, que c’est tout au contraire, en tachant d’épargner à ses forces toute fatigue, à ses facultés tout effort, à ces affections tout exercice, qu’il croit approcher du plaisir. Hélas ! Non ; c’est ainsi qu’on s’en éloigne, c’est ainsi que l’on meurt quelquefois avant de l’avoir connu ; c’est ainsi, et par là justement, que le pauvre est plus riche que l’opulent »44.

  • 45 Töpffer, R., Voyage en zigzag, op.cit., p. 142.

28Dormir, se substanter, surmonter les manifestations de la fatigue, échapper aux assauts répétés des « puces » dont les auberges sont infestées, prennent, dès lors une signification nouvelle. « Il est très bon, en voyage, d’emporter, outre son sac, sa provision d’entrain, de gaieté, de courage et de bonne humeur [...]. Il n’y est pas mal non plus de se fatiguer assez pour que tous les grabats paraissent moelleux et de s’affamer jusqu’à ce point où l’appétit est un délicieux assaisonnement aux mets de la nature les moins délicieux. Au moyen de ces précautions, on voyage partout agréablement ; tous les pays sont beaux suffisamment, on jouit de tout ce qui se présente, on ne regrette rien de ce qu’on n’a pas ; s’il fait beau, c’est merveille, et s’il pleut, c’est chose toutes simple »45.

29Tout en recueillant sur le vif les enseignements que prodigue généreusement la nature, les réflexions de Töpffer convient donc le lecteur à la découverte d’une école de volonté, de courage et d’humilité. Ces réflexions éducatives qui émaillent le récit de ces excursions dans les Alpes, parce qu’elles sont prodiguées sur un tout humoristiques et agrémentées de descriptions pittoresques contribueront largement au succès de Töpffer à travers l’Europe entière…

Conclusion

30Les excursions pédestres à travers les Alpes, réunissant sous la houlette bienveillante de leurs maîtres les scolaires issus des meilleures familles, constituent à la fin du XIXe siècle, un démarche pédagogique novatrice à plus d’un titre. Dans l’ambition d’une éducation totale de l’individu, elles associent à la fois les dimensions « physique, intellectuelle et morale ». Dans un contexte social et politique européen pour le moins troublé, il s’agit de trouver une forme d’éducation attrayante favorisant la lutte contre la dégénérescence physique et morale de la jeunesse et préparant les futurs élites à relever les défis de la rivalité internationale sur le plan politique et de la concurrence entre les nations dans le domaine économique.

  • 46 Charles Baudelaire écrit Les Fleurs du mal en 1857 et meurt en 1860 à 46 ans.
  • 47 Arlaud, J., L’entraînement sportif à l'alpinisme, Toulouse, section des Pyrénées centrales du CAF, (...)

31La priorité est donc donnée à une formule permettant d’éveiller les intelligences tout en forgeant des volontés affirmées et des caractères bien trempés. Dés lors, il faut rompre avec « les préceptes dépassés », qui firent une trop large place au pessimisme, au « spleen » et à « l’esprit de bohème »46. En France, dans les lycées et les collèges, les activités physiques ont trop longtemps été bannies, « reléguées au rang de distraction pour des gens de basse origine, mais au-dessous de la dignité d’un intellectuel. Les jeunes n’aspiraient qu’à se classer parmi les forts en thème, sujet d’orgueil pour les maîtres et les familles. L’homme vigoureux et musclé ne fut plus à la mode [...], le pâle éphèbe aux longs cheveux, à la poitrine délicate, mélancolique et rêveur, devint le type du jour… »47.

  • 48 Spivak, M., « Le développement de l'éducation physique et du sport français de 1852 à 1914 », Revue (...)
  • 49 Raymann, A., L’évolution de l'alpinisme dans les Alpes françaises, thèse, université de Grenoble le (...)
  • 50 Gide, Ch., op. cit., p. 52.

32Pour y parvenir, il faut encore vaincre les préjugés anciens et surmonter les appréhensions parfois très vives des familles. Dans « les classes moyennes il [le sport] est souvent considéré avec effroi et quelque hantise, l’effroi provenant de cette hantise du courant d’air qu’ont les mères de famille ; quant au mépris, il est entretenu par la dévotion que l’on profère [sic] aux humanités, associée à une dignité incompatible avec la gymnastique »48. Au sein de la classe dominante, certains groupes progressistes sont partisans d’une éducation différente. Dans sa thèse sur l’alpinisme rédigée dans les années 1912, Arthur Raymann témoigne de cet état d’esprit. « Les jeunes français sont mal préparés à jouir des joies de l’alpinisme et cela tient surtout à leur éducation presque exclusivement intellectuelle et fort peu sportive ». Selon lui, si l’institution scolaire prépare « admirablement à la vie intellectuelle, le corps est beaucoup moins exercé »49. Dès 1886, Charles Gide dénonçait cette situation : « C’est pour réagir contre cet excès du développement intellectuel au détriment du développement physique que l’on s’applique depuis quelques années à multiplier les sociétés de gymnastique, de tir, les manèges, les salles d’armes et aussi les sociétés d’alpinistes »50.

  • 51 Discours de Paul Bert lors de l'inauguration des nouvelles installations de l'École alsacienne, le (...)

33Cependant, pour réaliser les transformations nécessaires, il faut parfois contourner également l’inertie et même les résistances effectives de l’institution scolaire. Pour ce faire, des structures parallèles peuvent parfois prendre le relais afin d’expérimenter les différentes formules possibles. Ce sera le rôle assuré par un certain nombre d’initiatives ou d’institutions privées, comme le rappellera Paul Bert dans son fameux discours sur Les bateaux pilotes de l’université en 1881 : « L’université est comparable à un vaisseau de haut bord, portant sous pavillon tricolore, l’avenir et l’honneur de la patrie. Quand il s’agit de manœuvrer parmi les hauts fonds et les récifs des méthodes nouvelles, elle ne saurait s’aventurer, car elle tire beaucoup d’eau et la responsabilité du commandant est trop grande. Elle a besoin de bateaux pilotes, légers et calant peu, qui peuvent aller partout, tâtant et jetant la sonde, jusqu’à ce qu’ils aient trouvé le chenal navigable où peut s’engager la grande nef »51. Parmi les innovations pédagogiques remarquables à l’époque en matière d’introduction des exercices physiques dans l’éducation, Les « Voyages en zigzag » de Töpffer et les « Caravanes scolaires » du CAF figurent donc en bonne place.

  • 52 Maggetti, D., Université de Lausanne, citation du site Internet de la Société des études töpfférien (...)

34Sur le plan littéraire, les productions inspirées par ces voyages pédagogiques, quelque soit la formule retenue, ne sont pas négligeables. La palme revient néanmoins à l’œuvre de Töpffer à la fois pour le fond et pour la forme. Ses récits sont en effet frappés par une réflexion philosophique qui s’attaque à de nombreux aspects de la vie quotidienne telle qu’elle prend forme dans la modernité industrielle naissante mais également de la vie littéraire. « Töpffer fait partie des auteurs qui refusent le crédo romantique popularisé par les écrivains comme Hugo ou Balzac. Pour une partie du public, ses textes constituent une sorte de littérature de refuge. Contrairement aux histoires dessinées qui sont très grandes modernité, ils reflètent néanmoins un attachement très fort aux valeurs traditionnelles qui fait l’identité de Genève au cours des siècles précédents. Ce sont ces récits amusants, destinés à tous les publics, qui sont à la fois bien faits dans la forme et rassurants sur le fond »52.

35En concevant des récits distrayants mais également profonds, Töpffer donne naissance à une « littérature d’estampes » qui trouve dans les excursions pédestres, réalisées avec ses élèves, une première veine d’inspiration particulièrement féconde. La barre est donc placée d’emblée bien haut par l’auteur des « Voyages en zigzag ». Les successeurs de Töpffer ont sans doute ressenti très vite la difficulté et les obstacles à surmonter pour se hisser à ce niveau de perfection en essayant, sinon de dépasse le maître, au moins de l’égaler. D’où sans doute le nombre très réduits des tentatives de relation des impressions de voyages tirées des « caravanes scolaires » en France. Cette production littéraire est d’autant plus limitée que dés l’aube du XXe siècle, les voyages scolaires du CAF subissent de plein fouet l’engouement naissant de la jeune génération pour la mode sportive venue d’Angleterre et la concurrence croissante des mouvements de jeunesse de grande ampleur inspiré du scoutisme de Baden Powel ou du christianisme social (Jeunesse ouvrière chrétienne, Patronage de France, etc.). Malgré quelques tentatives pour essayer de leur redonner un peu de dynamisme dans l’entre deux guerres, les excursions pédestres en montagne pour les scolaires seront voués à disparaître pour être remplacées par de nouvelles initiatives plus en phase avec les attentes de la jeunesse et les mœurs du temps…

Haut de page

Notes

1 Töpffer, R., Voyage en zigzag ou excursion d'un pensionnat en vacances dans les cantons de Suisse et sur le revers italien des Alpes, Paris, Ed. Ducochet, 1844.

2 Hoibian, O., Les alpinistes en France, 1870-1960, une histoire culturelle, Paris, L’Harmattan, 2000.

3 Töpffer, R., Nouveaux Voyages en zigzag à la Grande Chartreuse, autour du Mont-Blanc, Paris, Ed. Lecois, 1854, p. 283

4 Olivier (dir), L’invention de l’alpinisme, La montagne et l’affirmation de la bourgeoisie cultivée, 1786-1914, Préface de Georges Vigarello, Paris, Belin, 2008

5 « Statut du Club alpin français », Annuaire de CAF, 1874, 31.

6 Cézanne, E., « Préface aux statuts du C.AF »., Annuaire 1874, p1.

7 Annuaire du CAF, 1874, p. 429.

8 Annuaire du CAF, 1874, p. 487.

9 Annuaire du CAF, 1874, p. 487.

10 Vigarello, G., Le corps redressé : histoire d'un pouvoir pédagogique, Paris, Éd. Delarge, 1978.

11 Lallemand, F., Éducation publique, Paris, Comon, 1848, p. 150.

12 Vernay, E., Alliance de l'hygiène et de la pédagogie en médecine et en éducation, Lyon, impr. Vve Mougin-Rusand, 1863, p. 15.

13 Cézanne, E., « Préface aux statuts du CAF », Annuaire du CAF, 1874, p. 1.

14 Rousseau, J-J., cité par Casella, G., Le sport et l’avenir : opinions des écrivains contemporains sur l’influence sociale des sports, Paris, Éd. A-Z. Mathot, 1910, p. 309.

15 Voir à ce sujet Corbin, M., Le miasme et la joinquille, Paris, Flammarion, 1986.

16 Cézanne, E., op. cit. , p. 1.

17 La loi de 1869 institue la gymnastique obligatoire dans les lycées de garçons.

18 Vigarello, G., Le corps redressé, op. cit.

19 Amoroz y Ondeano, don Francisco, (1769-1848), fondateur de l’École française d’éducation physique, après avoir, en Espagne, introduit les méthodes éducatives de Pestalozzi. Cité dans Thibault, J., Sport et éducation physique 1870-1970, Paris, Vrin, 1991, p. 42.

20 Foucault, M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975. Cette thèse a aussi largement inspiré les travaux de Norbert Élias dans ses ouvrages sur la Dynamique de l'Occident ou la Civilisation des mœurs, 1939, Paris, Calman-Levy, 1976.

21 Töpffer, R., Oeuvres complètes de Rodolphe Töpffer, Genève, Éd. du Centenaire, P. Coutter, 1945 (1ère édition en 1842).

22 Gide, Ch., « Conférence à l'université de Montpellier », le 4 février 1886, publiée dans l'Annuaire du CAF, 1886, p. 49-56.

23 Annuaire du CAF, 1878.

24 Brégeault, J., « Les caravanes scolaires », Annuaire du CAF, 1899, p. 410-444.

25 Ebel, E., Muleur, G., La première caravane d'Arcueil : récit du voyage de la caravane scolaire de l’école Albert-le-Grand pendant les vacances de l’année 1878, Paris, Librairie Lecoffre, 1879.

26 Circulaire du 22 juin 1878, ministère de l'Instruction publique.

27 Agénor Bardoux (1829-1897), ministre de l’Instruction publique.

28 Cité par Brégeault, J., op. cit., 1899.

29 Bulletin du CAF, 1876.

30 Blanc, X., « Éloge funèbre d’Émile Talbert » , Annuaire du CAF, 1882.

31 Durier, Ch., « Les caravanes scolaires », La Revue pédagogique, n° 5, 15 mai 1883.

32 Brégeault, J., op. cit., 1899.

33 En 1892, Messieurs Brœuning et Richard rassemblent un effectif de 110 élèves en vallée de Chevreuse, réparti en 10 sections.

34 Ottogali-Mazzacavallo, C., Femmes et alpinisme, un genre de compromis, 1874-1919, Paris, L’Harmattan, 2006.

35 Voir par exemple Ebel, E., Muleur, G., La première caravane d'Arcueil, Paris, Librairie Lecoffre, 1879 ou le compte rendu de l'élève Gilles Pierre Weber, La Montagne, 1912, p. 281.

36 Sainte-Beuve, « Portraits », Revue des deux mondes, 15 mars 1841.

37 Töpffer, R. « Réflexion à propos d’un programme » in Bibliothèque universelle de Genève, Genève, 1836.

38 Cité par Groensteen, T., Peeters, B., Töpffer et l’invention de la bande dessinée, Paris, Herman, 1994.

39 Töpffer, R., Essai de physiognomonie, Genève, Schmidt, 1845.

40 Correspondance avec Sainte-Beuve, cité par Groensteen, T., Peeters, B., Töpffer et l’invention de la bande dessinée, Paris, Herman, 1994.

41 Töpffer, R., Voyage en zigzag, op.cit., p. 100.

42 Töpffer, R., Nouveaux Voyages en zigzag, op.cit. p. 58.

43 Töpffer, R., Voyage en zigzag, op.cit., p. 100.

44 Töpffer, R., Nouveaux Voyages en zigzag, op.cit. p. 60.

45 Töpffer, R., Voyage en zigzag, op.cit., p. 142.

46 Charles Baudelaire écrit Les Fleurs du mal en 1857 et meurt en 1860 à 46 ans.

47 Arlaud, J., L’entraînement sportif à l'alpinisme, Toulouse, section des Pyrénées centrales du CAF, 1923.

48 Spivak, M., « Le développement de l'éducation physique et du sport français de 1852 à 1914 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, janv-mars 1977, p. 42.

49 Raymann, A., L’évolution de l'alpinisme dans les Alpes françaises, thèse, université de Grenoble lettres, 1912, Genève, Slatkine, 1979, p. 209.

50 Gide, Ch., op. cit., p. 52.

51 Discours de Paul Bert lors de l'inauguration des nouvelles installations de l'École alsacienne, le 8 juin 1881, où il rendit un vibrant hommage à l'action de cette dernière, ainsi qu'à celle de l'école Monge. Cité par Hacquart, G., Histoire d'une institution française : l'École alsacienne, Paris, Suger, Association des anciens élèves de l’École alsacienne, 1982-1996, 3 tomes.

52 Maggetti, D., Université de Lausanne, citation du site Internet de la Société des études töpffériennes, Genève.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Hoibian, « Les voyages pédestres de scolaires à la fin du XIXe siècle. Santé, éducation et littérature de de voyage », Babel, 20 | 2009, 180-193.

Référence électronique

Olivier Hoibian, « Les voyages pédestres de scolaires à la fin du XIXe siècle. Santé, éducation et littérature de de voyage », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/674 ; DOI : 10.4000/babel.674

Haut de page

Auteur

Olivier Hoibian

Laboratoire "Sport-organisation-identité" EA3690
UFRSTAPS- Université Paul Sabatier-Toulouse III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org