Navigation – Plan du site

Quand montagne rimait avec patriotisme, les annuaires du Club Alpin français (1874-1903)

Jean-Paul Zuanon
p. 148-165

Résumé

L’article met en lumière le rôle de l’Annuaire du Club Alpin Français à la fin du XXe siècle, avec l’institutionnalisation des clubs d’alpinisme et la montée des nationalismes. En dépit de l’« apolitisme ostentatoire » qu’elle prétend incarner, la revue propose un discours patriotique. Le Club Alpin Français, dont la fondation coïncide avec la naissance de la Troisième République, et prétend uniquement faciliter la connaissance des montagnes françaises, remplit une fonction politico patriotique.

Haut de page

Texte intégral

Cette contribution est une version largement remaniée et complétée d’un article publié en italien dans la revue Memoria e Ricerca (n.19, mai-août 2005) sous le titre « L’Annuario del Club alpin français 1874-1903 e l’alpinismo patriottico » (pp. 87-102)

  • 1 Cf. la réédition relativement récente du grand classique Una salita al Monviso de Quintino Sella, p (...)
  • 2 D. Lejeune. Les « alpinistes » en France (1873-1929). Paris, éd. du Comité des travaux historiques (...)
  • 3 C’est le titre d’un article de P. Bonhême (sous-titré Le Club Alpin Français) paru dans Alpes-Magaz (...)

1 La période qui va de 1857 à 1874 est déterminante pour l’institutionnalisation de l’alpinisme en Europe. En moins de vingt ans, dans tous les pays de l’arc alpin, des associations d’alpinistes voient le jour et se structurent peu à peu. Ce n’est pas une simple coïncidence. Le phénomène est directement lié au contexte socio-économico-culturel de l’époque. Partout, le développement de l’alpinisme résulte de la révolution industrielle, elle-même à l’origine de la naissance d’une classe bourgeoise. Celle-ci manifeste une curiosité nouvelle face à la nature et un intérêt marqué pour les pratiques sportives, individuelles ou collectives. Le contexte politique joue également un rôle important dans la naissance de certains clubs et dans leur évolution. C’est le cas par exemple du Club alpin italien (CAI), dont la création est directement liée à la construction de l’Italie moderne1. On peut faire la même analyse en France. Même si le club ne fait officiellement pas de politique, affichant même, selon D. Lejeune2un « apolitisme ostentatoire », il ne reste pas indifférent à la vie de la Troisième République qui vient de naître. On a même pu parler d’alpinisme au service de la nation3. Comment et pourquoi ? C’est ce que nous allons voir grâce à une lecture critique des publications officielles du club.

Un CAF apolitique, une revue neutre ?

  • 4 In Annuaire du CAF 1875, p. 67.

2 Un projet de club alpin français, calqué sur le modèle italien, est pratiquement prêt dès 1870. Il est mis de côté lorsqu’éclate la guerre avec l’Allemagne. L’idée est relancée trois ou quatre ans plus tard et le CAF voit officiellement le jour le 2 avril 1874. Les objectifs qui lui sont assignés sont très généraux. L’article 1 des statuts affirme simplement qu’il s’agit de « faciliter et propager la connaissance précise des montagnes françaises » et rien de plus. Oficiellement, le club ne se mêle pas des soubresauts de la vie politique nationale. Les adhérents partagent une même passion pour la montagne. On évite ainsi débats politiques et prises de positions partisanes. C’est aussi une façon de réaffirmer les valeurs d’œcuménisme et de tolérance qui vont de pair avec l’adhésion au CAF. En 1876, une collective atteint un sommet facile d’où on aperçoit la cime du mont Blanc. C’est le moment ou jamais de rappeler ces valeurs : « ici, plus ni républicains ni monarchistes, ni de gauche ni de droite […] un même cri parti de toutes les poitrines acclame ce souverain […] dont le trône est à l’abri de toutes les révolutions »4. Cependant, on peut lire un peu plus tard (Bulletin de 1881) que « nous ne sommes ni d’un parti ni de l’autre [mais] lorsque nous sommes ensemble, nos cœurs convergent vers le même but. Il devient alors difficile de ne pas exprimer des sentiments patriotiques et français ». On sent bien qu’il existe déjà une forte dimension patriotique au sein du CAF dès ses origines.

  • 5 La revue La Montagne a été publiée sans interruption de janvier 1905 à nos jours, y compris pendant (...)
  • 6 Les alpinistes en France 1870-1950, une histoire culturelle. Paris, l’Harmattan, 2000.

3A peine fondé, le CAF se soucie de développer les échanges entre ses sociétaires. A côté du Bulletin, qui contient surtout des informations administratives sur la vie du Club, on crée une publication annuelle. Le premier numéro de l’Annuaire sort dès 1875. Il sera publié régulièrement jusqu’en 1903, date à laquelle le club décide de revoir sa politique de communication et crée une revue mensuelle5. Chaque numéro de l’Annuaire est un lourd volume, parfois fort de 800 pages, sans publicité et peu illustré. Au total et en trente ans, près de 20.000 pages seront publiées. Le contenu de chaque volume est assez traditionnel et sa structure ne changera guère en trente ans. Il s’ouvre avec la section Relations et ascensions, suivie d’une section consacrée à la science. Vient ensuite une partie Miscellanées (pendant les 25 premières années). Le volume se referme avec les traditionnelles considérations sur la vie du club. Dans les relations, qui constituent près de 2/3 du total, il y a surtout des comptes-rendus de courses, on parle aussi d’itinéraires nouveaux, de sentiers, de refuges, de technique et d’équipement. On présente aussi de nouvelles discipline comme la spéléologie (dont le maître à penser est le célèbre E.A. Martel puis le ski vers la fin du siècle. Même si on ne peut comparer l’activité extra-européenne des cafistes avec celle des alpinistes allemands ou italiens, de nombreux articles traitent de régions plus ou moins « exotiques » : récits de voyages en Scandinavie, en Afrique du Nord ou au Caucase. Tout ceci permet de se faire une idée de l’évolution des conceptions de l’alpinisme et de ses techniques. De façon générale, on ne peut pas vraiment parler d’alpinisme sportif, même si certaines réalisations ne sont pas dépourvues de difficultés., comme la première ascension de la Meije par la face sud. Quelques alpinistes comme les frères Puiseux ont même l’audace —très critiquée par les responsables de l’Annuaire — de se faire les hérauts de l’alpinisme sans guide. Dans l’ensemble, il vaudrait mieux parler d’ « excursionnisme cultivé », pour reprendre la formule d’Olivier Hoibian, auteur d’une histoire du CAF6. En se limitant à une lecture superficielle, on pourrait donc conclure que l’Annuaire n’est qu’une publication à caractère technique et parfaitement neutre. Ce serait une vision partielle et réductrice. En effet, on peut repérer de nombreux indices qui témoignent d’un rapport étroit entre alpinisme et politique, avec de fréquentes références à la notion d’alpinisme patriotique qu’il convient maintenant d’approfondir. On verra rapidement que l’Annuaire devient parfois un véritable outil de propagande et de bourrage de crâne.

Une mission patriotique pour le CAF ?

4 On a déjà souligné le caractère très général et prudent des statuts adoptés en 1874 . Pourtant, à la lecture du préambule présentant ce texte, signé par Ernest Cézanne, les choses deviennent plus claires. Après avoir insisté sur le caractère éducatif et formateur de l’alpinisme, pour l’esprit comme pour le corps, l’auteur continue : « pendant le temps du service militaire obligatoire, une sage mère habituera son fils aux épreuves de la montagne. La France ne veut évidemment provoquer personne mais si elle est attaquée, elle devra repousser les assauts sur les Vosges, le Jura et les Alpes ». Le fait de bien connaître les montagnes à l’occasion de randonnées pourra s’avérer fort utile en temps de guerre. L’allusion à d’éventuelles invasions est claire : l’ennemi de demain sera peut-être allemand, peut-être italien (et même suisse si on en croit la mention du Jura) et cette éventualité ne peut laisser le CAF indifférent.

  • 7 Annuaire 1874, pp. 163-167.

5Dans la préface du premier volume de l’Annuaire (1874) apparaît la formule du « programme utile et patriotique », idée développée par Cézanne dans un article consacré à La question des montagnes7. Il pose déjà la question du dépeuplement de la montagne et s’interroge sur ses causes. Parmi celles-ci, il voit l’industrialisation et l’urbanisation. Les conséquences sont dramatiques pour la montagne, bastion avancé de défense de la France : « remarquez que les montagnes sont les remparts de la France, vous ne pouvez pas les laisser tomber en ruines. Comment les garderions-nous si, peu à peu, la population déserte ? ».

  • 8 Toutefois la fameuse devise du Club Pour la patrie par la montagne ne date pas des années 70 comme (...)

6On comprend mieux cette position si on pense que ces lignes ont été écrites dans un contexte de patriotisme exacerbé. Les plaies sont encore béantes et on n’ose pas croire encore à un futur pacifique. Le CAF affirme donc sa volonté d’apporter sa contribution à la régénération morale du pays8. Elle se fera grâce à deux types d’action complémentaires : la promotion de l’alpinisme militaire (dont le développement est lié à la proximité de l’Italie) et l’œuvre des caravanes scolaires.

L’alpinisme militaire

  • 9 Annuaire 1888, p. 660.

7 Entre militaires et alpinistes, il existe de nombreuses convergences. Ils fréquentent le même milieu. Tous sont avant tous des excursionnistes en montagne. Ils manifestent un intérêt commun pour une meilleure connaissance de cet espace. On compte de nombreux géographes civils au sein du CAF mais la cartographie relève de la compétence du Service géographique de l’armée. Les officiers font partie des classes aisées qui constituent l’élite du CAF. Par ailleurs, la fin du XIXème siècle est marquée par le développement du ski. Ce nouveau moyen de locomotion, qui n’est pas encore vraiment un sport, intéresse à la fois les militaires et les alpinistes. L’inventeur du ski en France, dans sa double dimension militaire et touristique est Henri Duhamel, président de la section de l’ Isère du Club alpin français et officier des troupes alpines. Les rapports sont donc étroits, surtout pour les sections de montagne qui hébergent des troupes alpines sur leur territoire. On va jusqu’à parler de rapports d’affection. La section de l’Isère est la première à décerner le titre de membre d’honneur aux 12ème, 14ème, 28ème et 30ème bataillons alpins implantés à Grenoble. La section de Briançon en fera de même avec le 159ème Régiment d’infanterie alpine et celle de Maurienne avec le 13ème bataillon de chasseurs alpins. La section de l’Isère crée aussi la distinction des « piolets d’honneur », réservée aux sous-officiers. Enthousiasmés, les officiers voudraient adhérer au CAF mais ce n’est pas possible pour des raisons administratives car il faut l’autorisation de l’Etat-Major .Le président national du CAF, Janssen, s’adresse directement au ministre de la Guerre qui lui donne une réponse favorable le 27 mars 1889. Le président conclut alors avec enthousiasme : « voilà un certificat de patriotisme qui vaut de l’or pour nous »9 .

  • 10 Annuaire 1901, p.XV.

8Le rapport entre le CAF et l’armée ne se limite pas à ces aspects mondains. L’association va plus loin en militant pour la création d’unités alpines spécialisées. Auteur de la nécrologie de Laferrière, président national du CAF de 1892 à 1895, E. Duval écrit : « il y avait là une autre chose qu’un simple sport, il y avait un moyen de défense nationale, un élément moderne de tactique militaire et l’outillage (sic) de l’alpiniste devenait un instrument, presque une arme entre les mains des troupes d’élite chargées de la défense des frontières : rien ne peut nous être plus cher (disait Laferrière) qu’une alliance patriotique entre l’alpinisme civil et l’alpinisme militaire »10

  • 11 Cf. G. Oliva, Storia degli alpini, Milano, Rizzoli, 1985.

9Cet intérêt pour les troupes alpines n’est pas le fait du hasard. C’est surtout une forme de réponse à l’initiative prise par l’Italie, qui a créé un corps de chasseurs alpins, les alpini, dès 1872. Ceux-ci deviennent rapidement un corps d’élite, valorisé et presque mythifié. Cartes postales, articles de journaux et chansons y contribuent largement. Le message sous-jacent revient à faire des alpini des hommes et des soldats à part. Ce ne sont pas que des militaires , ce sont aussi des alpinistes, dotés de qualités physiques et morales exceptionnelles. Le premier chant à la gloire des alpini (1872) intitulé E gli alpini, affirme clairement que les alpini sont de bons soldats qui montent la garde à la frontière. Ce sont de bons vivants, ils boivent la grappa, jouent à la mora. Ce sont aussi des séducteurs, avec une fille dans chaque vallée (mais la bonne, elle reste à la maison). Ce sont surtout de « braves soldats, sentinelles toutes les nuits »11.

10Dès 1873, le député Cézanne, élu d’un département frontalier, les Hautes-Alpes, et futur président du CAF (1874-1876), souligne devant le Parlement le danger potentiel lié à cette présence militaire. Il insiste sur la nécessité de déployer des troupes spécialement entraînées le long de la frontière sud-orientale (apparemment, les Pyrénées ne posent pas ce genre de problème). Dans un premier temps, les autorités militaires se bornent à organiser des manœuvres en montagne. C’est ainsi qu’en 1879 le 12ème bataillon de chasseurs, sous les ordres du commandant Arvers (membre du CAF de Lyon) atteint le sommet de la Barre des Ecrins. Mais il ne s’agit pas encore de vraies troupes alpines. Il faudra attendre les lois du 24 et du 28 décembre 1888 pour que soient créées les premières troupes alpines spécialisées.

  • 12 Les chasseurs alpins. Annuaire 1898, pp. 34-82.

11Dix ans plus tard, dans un long article consacré à la gloire des Chasseurs12, Julien Brégeault soutient qu’il fallut « les événements de l’année terrible [1870] et les bouleversements qui la suivirent, puis la création et l’organisation des troupes alpines italiennes, leur concentration menaçante (sic) sur nos frontières pour nous obliger à renouer avec la tradition. Ce fut une mesure de sécurité et de protection que nos voisins nous imposèrent ». Ce sont aussi les Italiens qui « ayant pris l’habitude de garder même pendant l’hiver certains points de la frontière » ont contraint les Français à en faire autant. Si cela ne dépendait que d’eux, ces derniers seraient profondément pacifistes….

12Dans les années 90, le sujet devient très à la mode dans l’Annuaire. Les chasseurs alpins sont une réalité que le pays commence à découvrir. Le Club alpin entend donner son appui à la « popularisation » de ce corps. En outre, les rapports diplomatiques entre la France et l’Italie sont un peu tendus. La relation complexe qui s’est instaurée pourrait se résumer dans cette formule ambigüe : « nous sommes voisins, frères par la culture… mais on ne sait jamais ». Cette tension se traduit dans une série d’articles consacrés à l’exaltation des troupes alpines. L’argumentaire est toujours le même : la guerre en montagne est une guerre bien particulière, qui exige des troupes spécialement entraînées et formées. Mais il n’y a pas de souci à se faire : les troupes alpines de France ont à la fois des qualités de soldats et de montagnards. Elles sont même plus fortes que les troupes transalpines. Toute invasion de la part des Italiens est donc exclue. CQFD .

13Au sommaire de l’Annuaire de 1893 figure une étude d’un certain Camau consacrée aux troupes françaises de montagne. La conclusion est on ne peut plus optimiste et rassurante : « avec ces corps d’élite (…), on pourrait arrêter n’importe quelle armée d’envahisseurs voulant franchir notre frontière sud-orientale » (p. 389). mais que l’on ne croie surtout pas que la France veut la guerre : « la patrie prépare la guerre parce qu’elle veut la paix » (p. 400).

14Ce même auteur revient sur le sujet l’année suivante, sous forme d’un article parallèle consacré aux troupes italiennes de montagne, Après un bref rappel historique sur le corps des alpini, Camau évoque les qualités exceptionnelles de l’alpino, homme de la montagne, frugal et peu loquace. Il connaît la montagne, sait s’orienter et prévoir le temps. Habitué à une vie rude, il est prêt à affronter les difficultés d’une campagne militaire. Il y a aussi douze régiments de bersaglieri, « choisis parmi les plus intelligents, les plus agiles et les plus forts » (p.511). Toutes ces troupes tracent des chemins muletiers, construisent des abris, font des manœuvres en montagne même en hiver. Mais c’est seulement pour s’entraîner : une attaque en hiver n’est pas possible car les conditions climatiques sont trop rudes. Une autre raison fait que l’on n’a pas à avoir trop peur de ces troupes : même si elles sont entraînées, elles manquent de sérieux. Un exemple ? « Les mouvements des soldats italiens ne sont pas exécutés avec la précision qui existe chez les fantassins français « (p.516). [Cette opinion est un peu contradictoire avec ce que dit l’auteur un peu plus loin à propos des bersaglieri, qui font 140 pas de 86 centimètres par minute]. Dernier élément rassurant, les alpini « comme tous les soldats italiens, sont tristes et ne semblent pas heureux » (p. 517) même quand ils ont bu. Quand ils rencontrent des soldats français, ils semblent mal à l’aise face à l’enthousiasme de leurs voisins. Ce mal-être explique que, au bout des trente mois de service militaire obligatoire, les soldats rentrent chez eux avec plaisir. Il y en a même qui le font avant, qui désertent et vont s’installer dans le Sud de la France. On peut donc parler d’un « vrai dégoût face à la caserne » (p. 518). Il y a au moins un aspect positif : l’Italie a décidé de renvoyer chez eux avant la fin de la durée réglementaire ceux qui savent lire et écrire. Pour profiter de cet avantage, de nombreux soldats apprennent à lire et à écrire. C’est pourquoi on a pu dire que « l’armée italienne est la première école primaire du pays ».

15Le tableau est pour le moins critique, pour ne pas dire forcé. Entre les déserteurs, ceux qui ne savent pas bien marcher au pas, ceux qui apprennent à lire seulement pour rentrer plus vite chez eux et ceux qui n’ont pas le moral, les troupes alpines italiennes représentent moins une inquiétante menace qu’une armée « Brancaleone ». C’est ce que répète en d’autres termes Julien Brégeault dans son article de 1898 déjà cité. Son texte est une contribution de plus à la valorisation et à la mythification des chasseurs alpins français, considérés comme un corps d’élite, « l’avant-garde de notre armée nationale, qui pourrait aussi prendre pour devise celle qui a été donnée aux Alpins d’Italie « si non passa » (sic. La vraie formule est « di qui, non si passa »).

16La vie des chasseurs alpins telle qu’elle est évoquée par Brégeault ne manque pas d’attrait. Les cantonnements d’été sont une « libre existence, avec ses fatigues qui sont des plaisirs et ses périls qui sont des attraits » (p.45). Les chasseurs sont pleins d’enthousiasme et de santé : « partout des hommes robustes et gais, bien équilibrés au moral comme au physique (…) C’est en vain qu’on chercherait parmi eux un décadent ou un déliquescent (sic) » (p.48) Les chasseurs alpins sont une parfaite synthèse du montagnard et du soldat : « du montagnard, ils ont le pied sûr, la marche rythmée et la respiration égale, la force et l’agilité, la résistance presque illimitée à la fatigue ; leur œil ignore le vertige et leur coeur méprise le danger (…) ; du soldat, il a l’âme simple et l’esprit naïf (…) , le dévouement sans phrases et sans raisonnements à leurs chefs et à leur pays ». Enfin, ils sont toujours optimistes et joyeux de vivre avec leur officier qui leur inspire « un confiant et affectueux respect » (p.70)

17Pour compléter cette vision idyllique, l’auteur ajoute que les chasseurs « ne sont pas seulement de braves soldats et de hardis montagnards. Ce sont aussi des travailleurs utiles (…), infatigables pionniers de leurs montagnes [qui] enseignent les règles de l’hygiène et les principes de la propreté aux populations », pour ne pas parler des médecins militaires qui soignent gratis. Dernier point positif : de nombreux officiers profitent de l’inaction de l’hiver pour écrire des ouvrages remarquables sur la stratégie ou l’histoire militaire (p.66).
En lisant cette prose dithyrambique, on se dit que les troupes alpines sont de vraies colonies de vacances pour jeunes recrues, tandis que les militaires sont devenus de véritables agents de développement. Pour un peu, on oublierait que la France a créé le corps des chasseurs en réponse aux menaces des voisins transalpins. Dans un passage intitulé « De l’autre côté », Brégeault rappelle cependant l’existence des alpini, qu’il ne faut pas sous-estimer selon lui car ce sont « des montagnards piémontais au pied solide et très bons tireurs ». Mais il rassure aussitôt ses collègues cafistes : les alpini sont « mélancoliques et silencieux,quelque peu nonchalants, faisant leur métier avec plus de résignation que d’enthousiasme. Quand ils rencontrent nos chasseurs, l’entrain de ceux-ci semble les mettre mal à l’aise « (p. 74-75). On retrouve presque mot pour mot l’argumentaire de Camau. Si ce n’est pas de la guerre psychologique, cela y ressemble fort…

18Cette exaltation de la valeur des chasseurs alpins est couronnée durant l’été 1897 par la présence du Président de la République, Félix Faure, aux grandes manoeuvres organisées en Vanoise. Le chef de l’Etat, coiffé du béret de chasseur, traverse le col de la Vanoise, à dos de mulet. Il fait quelques pas dans la descente « au milieu de rochers roulants et de séracs menaçants » (p. 78). Qui connaît le sentier commode qui conduit au col de la Vanoise depuis Pralognan doit admettre que la propagande autorise quelques libertés avec la réalité.

19Signe de la parfaite symbiose existant entre le pouvoir politique, l’armée et le CAF, le Président accepte le titre de président d’honneur du CAF. C’est ce que fera également Loubet plus tard. Entretemps, Félix Faure a envoyé à l’état-major des troupes alpines un message tout à fait dans la ligne du texte de Brégeault : « la lutte quotidienne avec les forces de la nature fait vivre les troupes alpines dans la fièvre d’une perpétuelle campagne. Le résultat de cet effort n’est pas seulement un entraînement exceptionnel. Il hausse les âmes en même temps que les énergies, fait battre plus ardemment dans les poitrines élargies les cœurs que la France considère comme son premier rempart ».

  • 13 Au pays des alpins. Grenoble, Librairie dauphinoise Falque et Perrin, 1899, 180 p.

20En 1898, c’est Henri Duhamel qui se livre à son tour au panégyrique des troupes alpines de son pays, en consacrant un livre abondamment illustré13aux « vaillants défenseurs de notre frontière du Sud-Est [qui] ont rapidement gagné la faveur publique ». Aujourd’hui, « l’alpin est non moins populaire que le zouave, le tirailleur ou le marin, gardiens eux aussi de régions où la nature se présente sous des aspects d’une grandeur parfois terrible » (p.1) Cet ouvrage reprend l’idée d’un soldat supérieur aux autres, que ce soit les chefs, auxquels on demande « de vastes connaissances et un regard aiguisé », ou les recrues « à la résistance qu’on ne peut trouver ailleurs » (p.21). Il est vrai que tous ces hommes « ont été choisis parmi les plus vigoureux, les plus solides et les mieux constitués de leur classe » (p.29). Duhamel insiste aussi sur le rôle social des chasseurs alpins. Parmi les retombées de leur présence en montagne, il faut signaler que les officiers payent un loyer pour se loger, ce qui est une incitation pour les montagnards à moderniser leur maison. Sur la psychologie du chasseur et ses qualités morales, Duhamel ne fait que reprendre les thèses de Camau et Brégeault : « joyeux entrain, allant et mâle vigueur qu’aucune autre troupe ne saurait posséder à un degré égal en temps de paix » (p.47). La vie quotidienne de la compagnie est aussi agréable que l’avait décrite Brégeault : on marche avec plaisir, même si le pas est rapide et même si le sac pèse 25 kilos, parfois complété par quelque pièce d’artillerie qui dépasse alors 100 kilos. Dans les difficultés ou avant de dîner, on fait jouer la fanfare, pour le plus grand plaisir des populations. Avec une telle vision optimiste et sélective (il n’y a ni ennuis ni maladies ni déserteurs ni officiers bornés), c’est un double message que l’organe du CAF délivre au pays (dormez tranquilles bonnes gens, les alpins sont là) et aux jeunes (que c’est beau de faire son service militaire dans les chasseurs alpins !).

21On peut conclure par ce poème écrit par Brégeault en 1900 à la gloire des chasseurs alpins et dédiée au général Arvers

L’été, vous tracez des sentiers
Au flanc de pentes incroyables
Et sur les rochers couverts de verglas
Vous grimpez avec les mains et les pieds

L’hiver, les neiges accumulées
Vous servent d’abri surhumain
Insouciants du lendemain
Dans les solitudes de glace

Ainsi pendant douze mois
Près de l’aigle et du chamois
Vous surveillez le drapeau sans trêve

Et comme un drapeau de rêve
Fait le névé qui se détache
Sur l’azur pourpre du couchant

Les rapports avec l’Italie

22 L’intérêt marqué que l’on porte sur les deux versants des Alpes aux troupes alpines, à leur entraînement et à leur moral traduit une préoccupation récurrente, liée à la présence d’un voisin dont les intentions pacifiques ne sont pas garanties. La lecture des annuaires donne une idée de l’évolution des rapports complexes entre les deux grands voisins, de la quasi-fraternisation des débuts aux rapports de méfiance et de « paix armée » à la fin du XIXème siècle.

  • 14 P.Milza, Verdi, Paris, éd. Perrin, 2001-2004, p. 377.
  • 15 Ibid., p. 372.

23Pour mieux comprendre l’évolution de ces rapports, il importe de les resituer dans un contexte plus global. Avant la guerre franco-prussienne de 1870, il semble que la France suscitait un certain agacement en Italie. On la considérait souvent comme « le pays de la corruption, de la frivolité et du désordre moral, auxquels s’opposént le sérieux, la dignité et la virtù de la jeune Allemagne »14. La défaite de 1870 « éveilla chez de nombreux Italiens des sentiments d’amitié à l’égard de la France, sentiments qui semblaient avoir disparu de l’horizon transalpin15 ». Tout de suite après la guerre, les rapports entre les deux pays sont très cordiaux et sans nuages. A l’occasion du rassemblement franco-italien qui se tient en 1875 dans la zone symbolique du Mont-Cenis, les représentants des deux sociétés échangent moult amabilités : « au sommet de ce plateau d’où, en 1859, l’armée française s’élançait glorieuse sur les champs de bataille de l’Italie, le cri de « Vive la France » accueille en 1875 la petite cohorte qui, sous le pavillon du Club Alpin, apporte encore ici le drapeau de la France, de la France grande et aimée, après les revers comme aux jours de triomphe » (p.11). On ne manque pas de se référer largement à la race latine : « les membres d’une même famille, les descendants d’une même race se donnent ici une fraternelle accolade » (ibid) ; « oui, nous sommes frères, nous descendons tous de cette race latine qui, à plusieurs reprises, a dominé le monde entier » (p. 17, c’est ici un Italien qui s’exprime) et, plus loin, « avec l’affirmation énergique et franche de cette communauté de race et d’origine […], nous oublions notre titre d’alpiniste pour ne nous souvenir que de notre qualité de français » (ibid.). Le compte-rendu s’achève sur un éloge de « ces réunions de confraternité [dans lesquelles] le cœur se forme, l’esprit s’élève, le corps se fortifie, les races grandissent et s’améliorent » (p.19). Ce mot de la fin revient à un « étranger », R.H. Budden, Anglais installé de longue date en Italie et, à ce titre, une des têtes pensantes du CAI.

24Un peu plus tard, le début des années 80 est au contraire marqué par une certaine tension entre la France et l’Italie, tension due essentiellement à la crise tunisienne, elle-même produit de la concurrence entre les partis colonialistes des deux pays. L’intervention des troupes françaises en avril 1881 débouche sur la signature du traité du Bardo qui instaure un protectorat français. Cet accord provoque une crise politique en Italie, une dégradation des relations avec la France et un rapprochement de la Double Entente (fondée en 1879), qui deviendra la Triple Entente en 1882 suite à l’adhésion de l’Italie. La défaite de Dogali ne fait qu’accroître la fièvre nationale en Italie. Lorsqu’est renouvelé l’accord de la Triple Alliance, on y ajoute une clause stipulant que, en cas de guerre avec la France due à de nouvelles menées expansionnistes de cette dernière en Afrique du Nord, l’Allemagne apportera son aide à l’Italie. Au même moment, sur le versant nord des Alpes, la situation politique devient plus agitée. La popularité du général Boulanger, tenant d’une politique revancharde vis-à-vis des Prussiens, suscite quelque inquiétude en Italie. Le pays se divise entre les francophiles et les « misogalli » (sic). Dès 1885, le président Xavier Blanc, invité au congrès national du CAI, préoccupé par l’évolution des relations entre les deux pays avait posé la question « comment donc pourrait-on oublier sur les deux versants des Alpes que la France et l’Italie, sœurs par origines et affinités naturelles, ont porté dans leurs mains le même flambeau, celui des lettres et des arts, de la civilisation et de la liberté ? »

25On trouve de nombreux exemples illustrant ces rapports complexes dans les pages de l’Annuaire. Certains épisodes de méfiance réciproque revêtent parfois des formes ridicules ou cocasses. Dan,s les années 80, un représentant italien est invité à un rassemblement d’alpinistes à Briançon. Certains responsables militaires français y voient là une menace : et si c’était un espion, chargé d’épier les positions françaises ? Au terme d’une enquête approfondie, on arrivera à la conclusion que l’espion en question aura passé le plus clair de son temps à se restaurer, sans s’intéresser le moins du monde aux fortifications et autres travaux de défense.

  • 16 Annuaire 1888, p. 113.
  • 17 Annuaire 1891, p. 49.
  • 18 Ce sommet facile de 3538 m domine la ville de Susa. On le considère comme un des lieux où est né l’ (...)
  • 19 Annuaire 1889, pp. 6-7.

26Plus sérieusement, en 1888, Henri Ferrand déplore que la carte française de la région de Tignes soit aussi mal faite. « Il ne s’agit pas de détails de terroir, comme l’écrivait l’année dernière un de nos collègues mais bien des défenses mêmes de la patrie où l’erreur ne saurait se perpétuer ». Il faut faire attention car la carte italienne « constitue un progrès considérable sur la nôtre ; il importe de ne pas nous laisser trop longtemps distancer »16. Qu’on se rassure cependant : certaines erreurs, tout aussi flagrantes, dans la région du Thabor ont moins d’importance car « elles n’ont pas d’intérêt patriotique (sic) »17. Un an plus tard, Ferrand a quelques ennuis à l’occasion d’une ascension de Rochemelon18, ennuis qu’il définit lui-même comme « une conséquence de la tension momentanée avec la diplomatie transalpine ». Après avoir fait des photos à Susa, Ferrand est rattrapé par les carabiniers à 3500 mètres d’altitude (« l’arrestation la plus haute d’Europe ! »). on le soupçonne en effet d’être « un officier français qui se livre à une inspection non autorisée en Italie. En deux mots : espionnage ». Tout s’arrange lorsque Ferrand présente sa carte de membre du CAI, mais en apparence seulement. En effet, le lendemain, on lit dans un journal local, La Gazzetta del Popolo que « avec prudence, la police l’a reconduit à Susa d’où on l’a renvoyé en France par le train ». Agacé par l’incident, Ferrand conclut sèchement « si de semblables désagréments devaient arriver à nos collègues alpinisant (sic), que le Gouvernement italien veuille bien nous en faire prévenir […], du moins, nous n’irions pas dépenser notre argent dans un pays si hospitalier19 »

  • 20 Annuaire 1890, p. 165.

27Pour être objectif, on doit reconnaître que la police française ne vaut pas mieux. A l’occasion de randonnées dans les Alpes Maritimes, l’Italien d’origine russe V. de Gorloff se plaint lui aussi de « la surveillance ennuyeuse et puérile exercée par la gendarmerie qui, voyant partout des espions, a réussi à faire partager son point de vue aux habitants des vallées qui rivalisent de zèle avec eux et les dépassent »20

  • 21 R.Merle, Histoire du ski dans le Briançonnais, Gap ; Ophrys, 1987, p. 47.

28Les relations franco-italienne s’améliorent au début du XXème siècle, comme en témoigne par exemple le concours international de ski organisé en 1907 au Montgenèvre, lieu hautement symbolique. On connaît cette fameuse photographie représentant une banderole portant cette fière devise « L’amour de la montagne abaisse les frontières ». A cette occasion et en présence du général Galliéni, « on invita les deux nations sœurs, France et Italie, à s’unir pour éliminer les frontières et lutter ensemble pour la réalisation d’un idéal commun d’humanité et de travail ».21 Faut-il rappeler que, en dépit de ces belles paroles, le CAF avait supprimé quelques semaines auparavant le tarif de faveur (dit « de réciprocité ») dans les refuges pour les sociétaires du CAI ?

29Jusqu’à maintenant, on n’a parlé que de l’Italie. Mais on ne peut réduire le patriotisme français à une simple italophobie épisodique, épidermique et théâtrale. Il existe aussi un sentiment de germanophobie, toutefois plus discret et moins associé à la montagne. Il est donc moins présent dans les pages de l’Annuaire. Même s’il existe un fort ressentiment français à l’égard de la Prusse, après la guerre de 1870 et la perte des « provinces de l’Est », le sujet n’est guère abordé dans les Annuaires. Est-ce par peur du grand ennemi ? Est-ce parce que les Vosges ne sont pas de vraies montagnes, dans lesquelles on ne livrera jamais une vraie guerre alpine ?

  • 22 E.Brunnarius, Chronique du Club alpin français, Annuaire 1898, pp. 581-592.
  • 23 Trois jours au mont Blanc, Annuaire 1887, p. 29.
  • 24 Annuaire 1887, p. 530.
  • 25 M.Paillon, La croix de Belledonne en hiver, Annuaire 1895, pp. 57-75.

30Dans son rapport sur la vie du club en 1898, Ernest Brunnarius fait allusion à un voyage dans les Vosges et insiste sur « l’affection que nous avons conservée à nos chères montagnes de l’Est, la frontière que nous n’oublions pas »22 Toute occasion est bonne pour envoyer de petites piques perfides aux Allemands. Joseph Vallot et ses guides rencontrent une caravane au mont Blanc : « nous leur offrons des aliments chauds, bouillon, café, conserves que les guides [italiens] acceptent avec plaisir mais que le voyageur refuse, est-ce parce qu’il est allemand ? »23 Dans une étude consacrée aux femmes alpinistes ayant gravi le mont Blanc24, le chroniqueur qui a recensé 23 ascensionnistes françaises poursuit ironiquement « on accuse parfois nos compatriotes de légèreté ; les femmes allemandes ne s’exposent pas à ce genre de critiques : une seule d’entre elles a réussi à se hisser au sommet ». Ailleurs, on définit le phylloxéra comme « un ennemi encore plus redoutable que les Prussiens » Un peu plus tard, G. de Golbéry réussit à trouver un fleuve patriote (sic), le Fave « allemand depuis la conquête de 1870 mais patriote puisqu’il coule vers la France ». Cerise sur le gâteau, Mary Paillon vient de faire la première traversée hivernale de Belledonne avec sa mère et son amie K. Richardson. Lorsqu’elles montent sur le traîneau qui doit les ramener à Grenoble, elles ont droit à ce compliment de la part du cocher : « ah, s’il y en avait eu beaucoup comme vous, les Prussiens ne seraient jamais entrés en France ! ».25 On se console comme on peut…

Les caravanes scolaires

  • 26 Il a organisé de multiples excursions entre 1832 et 1842. On en trouve le récit dans Voyages en zig (...)

31 C’est un des sujets qui préoccupent le plus le CAF. On touche en effet à l’avenir du Club mais aussi à celui de la France. L’idée consistant à entraîner des jeunes en montagne pour leur donner une formation physique et morale n’est pas neuve. Dès la première moitié du XIXème siècle, le Genevois Rodolphe Töppfer avait organisé des voyages pour collégiens.26 Mais il s’agissait surtout de mettre en pratique le vieil adage « Mens sana in corpore sano » , sans arrière-pensées paramilitaires.

  • 27 Cf. par ex. P. Arnaud, Les athlètes de la République. Gymnastique, sport et idéologie républicaine (...)
  • 28 Annuaire 1893, p. XVI.

32Avant même la création du CAF, E. Talbert (qui deviendra par la suite un des piliers de l’institution des caravanes scolaires) avait emmené des élèves d’un collège parisien faire des voyages à caractère touristique en France et jusqu’en Allemagne ? De l’autre côté des Alpes, Angelo Mosso avait organisé à partir de 1867 des sorties pour des jeunes dans le cadre de la Société de gymnastique de Turin. Ces initiatives s’intègrent dans un double mouvement : d’un côté le développement du sport à partir des années 60-7027, de l’autre un intérêt nouveau porté à la formation et à la socialisation d’une certaine jeunesse (celle de bonne famille appartenant à un milieu aisé). En France comme en Italie, on entend des discours sur la nonchalance et la mollesse des jeunes, trop portés sur les travaux intellectuels. En France, il s’y ajoute un élément particulier, conséquence de la défaite de 1870. On se demande si celle-ci ne serait pas le résultat d’un certain manque de patriotisme. Faisant l’éloge funèbre de Lemercier en 1893, Franz Schrader écrit que « il fallait créer des hommes, refaire la France, prendre cette jeunesse inconsciente qui battait le pavé des villes, l’enlever jusqu’au plus haut des Alpes pour qu’elle y trouvât la force physique et morale »28 Pour le CAF, le remède à cette crise morale est dans les caravanes scolaires.

33Un document de présentation de 1875 dit qu’il s’agit de « regrouper quelques jeunes du même âge, de les emmener en montagne face aux grands spectacles de la nature, de les préparer […] aux épreuves de la guerre (à Dieu ne plaise !) ; de leur donner des leçons. Distraire l’esprit en l’instruisant, élever l’âme en fortifiant le corps, quel père de famille ne serait pas d’accord avec une telle entreprise ? ». Un texte tout aussi explicite figure dans l’Annuaire de 1875 (p.20) : [Le but du Club alpin] c’est de saisir cette jeunesse dans nos rangs, de l’arracher à la futilité , à la vacuité d’une vie énervante pour l’attacher aux satisfactions viriles que donne la vie des montagnes, au développement de toutes les énergies physiques et morales ». Dans ce même Annuaire, on revient sur les avantages de cette entreprise : « les membres ont tout à gagner en santé, en relations aimables, en distractions saines, en instruction solide […], le pays peut tirer de ces avantages individuels un profit collectif des plus sérieux » (p.821)

  • 29 Le Alpi contese. Alpinismo e nazionalismi, Turin, CDA, 2000, p. 50.

34Il est exclu de faire un bilan exhaustif des caravanes scolaires. On a beaucoup écrit sur le sujet. Chaque Annuaire en parle, sous forme de relations de voyage détaillées ou à l’occasion du rapport annuel d’activités établi par la Direction. Dans l’ensemble, on ne peut pas dire que cette opération, qui se prolongera jusqu’à la première guerre mondiale ait été un succès total. Comme le souligne M. Mestre29 « en réalité, les aspirations du CAF furent largement déçues et peu de caravanes fonctionnèrent effectivement » même si les dirigeants du Club ont cherché à se persuader du contraire.

  • 30 Annuaire 1876.

35A la lecture des rapports annuels, on sent que le Club est partagé entre le découragement et l’espoir de voir finalement les caravanes se développer et prospérer. Dans un éditorial30, A. Joanne se désole car « les caravanes scolaires n’ont pas été aussi nombreuses qu’on aurait pu l’espérer », avant de délivrer un message quelque peu contradictoire et au ton martial : « le Club a atteint avec gloire son objectif principal […] Courons, avec ce cri de ralliement : France, progrès ». Mais ce sont toujours les mêmes auteurs (Talbert, Richard, Brégeault) qui écrivent des relations de courses interminables et dithyrambiques, en utilisant les mêmes arguments pour défendre et promouvoir cette activité : elle n’est ni fatigante ni dangereuse, cela ne coûte pas cher et on doit pouvoir convaincre les jeunes de l’intérêt de cette pratique.

  • 31 Rapport annuel, Annuaire 1902, pp. 571-573.
  • 32 Chronique du Club alpin français, Annuaire 1880, p. 612.
  • 33 Les caravanes scolaires, Annuaire 1889, pp. 410-444.

36En 1902, c’est au tour de l’expert médical d’apporter sa caution. Le docteur Cayla sait de quoi il parle puisque, un quart de siècle auparavant, il avait participé à l’une des premières caravanes. D’après lui, « du point de vue médical, cette œuvre paraît si utile, si belle, si patriotique qu’il faut en mettre en évidence toutes les vertus » et il insiste : « comme médecin, je voudrais voir les bienfaits de cette institution s’étendre à l’autre sexe […] ce serait du bon féminisme ».31 Mais toutes ces belles paroles ne suffisent pas, même si le gouvernement apporte officiellement son soutien. En effet dès 1875, le ministre de l’Instruction Publique, Waddington (par ailleurs membre du CAF) avait envoyé une circulaire à tous les lycées français dans laquelle il déclarait que le temps était venu d’ « encourager officiellement une institution qui tend au développement physique, intellectuel et moral de la jeunesse de nos écoles ». Son successeur Bardoux, lui aussi cafiste, montre le même intérêt. Ainsi en 1880, « trois caravanes composées de 72 élèves-maîtres des écoles normales primaires ont été organisées par le ministère de l’Instruction publique avec le concours du club alpin français »32. En 1882, le gouvernement français institue les « bataillons scolaires », qui reprennent l’idée des caravanes scolaires mais avec une militarisation plus poussée. Curieusement, les publications du CAF restent muettes sur le sujet (crainte de concurrence ?) et le Club poursuit sur sa propre voie. Quant aux bataillons scolaires, l’expérience prendra fin dès 1889. A l’occasion des 25 premières années du CAF, J. Brégeault écrit une longue synthèse sur cette entreprise, concluant avec un art certain de la litote que les caravanes « ont eu quelques difficultés à s’acclimater dans notre pays »33

  • 34 Un seul nom semble être passé à la postérité (relative). Il s’agit d’Euryale de Haynin, qui a sa ru (...)
  • 35 L.Richard, Voyage de vacances organisé par la section de Paris, Annuaire 1897, pp. 663-677.
  • 36 L. Richard, Excursions scolaires dans les Vosges et le Jura, Annuaire 1892, pp. 236-256.
  • 37 Annuaire 1880, p. 612.

37Mais ce qui nous intéresse n’est pas le fait de savoir pourquoi le bilan est aussi mitigé. Il faut surtout essayer de comprendre comment et pourquoi les caravanes se présentent, elles aussi, comme un modèle d’alpinisme patriotique. Avant tout, il est évident qu’il ne s’agit pas de former des alpinistes de haut niveau. Parmi les noms figurant dans les comptes-rendus, on n’a pas trouvé celui d’un jeune qui, devenu adulte, aurait été un alpiniste de pointe34. Il semble même déplacé de parler d’alpinisme, même si certaines relations exagèrent volontiers les difficultés et font d’une course facile un véritable exploit sportif. Lors d’une excursion organisée en Dauphiné par la section de Paris en 1897, on fait l’escalade (sic) d’un modeste mamelon boisé. Le goûter champêtre qui conclut cette ascension devient avec emphase « un de ces moments si chers à l’alpiniste, dans lesquels on vit comme dans un rêve, dans un monde supérieur, inaccessible aux faiblesses et aux misères humaines »35 A côté de ces exagérations qui rappellent Tartarin dans les Alpes, il est vrai qu’on ne compte pas les marches de 7 ou 8 heures, grâce auxquelles on conclut aussitôt que « la jeunesse actuelle n’est pas aussi efféminée (sic) qu’on semble le dire. Avec une saine émulation, elle peut encore produire, même dans les pires conditions, une somme considérable de travail physique et moral »36 Mais la plupart du temps, il s’agit de voyages touristiques et culturels, au cours desquels on marche sur des terrains faciles. Les excursions en altitude, comme celles au col de la Lauze ou au Breithorn37, restent exceptionnelles.

  • 38 G. Demanche, Aventures dune caravane scolaire en pays slave (10ème caravane d’Arcueil). De Trieste (...)

38De son côté, le CAI qui organise ses premières caravanes en 1891 seulement, n’hésite pas à donner une tournure plus alpine et sportive. Un célèbre épisode est resté fameux, celui de la caravane guidée par Guido Rey sur la pointe Gnifetti en 1896. Le groupe de 45 personnes reste bloqué par le mauvais temps pendant deux jours à la cabane Margherita, plus haut refuge d’Europe à plus de 4500 mètres d’altitude. Rien de tout cela en France. On va plus volontiers visiter des vignobles, des aciéries , l’observatoire astronomique de Meudon dirigé par Janssen, président national du CAF de 1888 à 1891) ou des champs de bataille en Espagne. Il s’agit avant tout de faire connaître les beautés du pays. Comme l’explique l’abbé Barral, un des piliers de ces caravanes, en 1881 : « ce pays est la France et essayer de connaître et d’admirer les merveilles de son pays est le résultat d’un patriotisme bien compris ». Si on sort de ses frontières, poursuit Barral, c’est « pour dévoiler des horizons matériels et moraux nouveaux, faire connaître l’étranger aux Français et faire apprécier la France par les étrangers »38

  • 39 Ibid.

39Ces voyages sont aussi une façon de préparer les jeunes à la vie sociale et presque mondaine de la bonne bourgeoisie. En de nombreuses occasions, fêtes et réceptions sont organisées par des élus, des personnalités politiques, des sections locales du CAF. Si on sort de France, la visite au consulat, voire à l’ambassade de France, est presque de rigueur. La caravane menée par l’abbé Barral en Bosnie rencontre même l’évêque de Maglaj39. En 1891, un groupe passant par Saint-Dié est accueilli par le père de la loi de 1882 sur l’instruction publique, Jules Ferry en personne.

  • 40 Une caravane scolaire dans les Alpes dauphinoises (août 1901). Annuaire 1901, pp. 499-513.
  • 41 La guerre de montagne et l’alpinisme militaire. Annuaire 1880, pp. 479-494.
  • 42 A.Barral, Courses dans l’Oisans faites par la 4ème caravane d’Arcueil, Annuaire 1881, pp. 100-124.

40Dans les récits de ces voyages, il est beaucoup question du boire et du manger, une façon assez curieuse de préparer les soldats de demain. Avant de partir pour Saint-Dié, on n’oublie pas la gourde d’eau-de-vie pour réconforter le groupe. En d’autres circonstances, on boit déjà du genépi à 8 heures du matin. Dans son évocation de la sortie de la section de Paris, L. Richard mentionne en vrac « champagne, punch, asti et rafraîchissements ». Lors d’une autre randonnée en Dauphiné (récit de J. Brégeault)40, on boit de la bière, de l’asti spumante, du genépi, du madère. Visiblement, on n’attend pas du futur chasseur alpin qu’il soit abstinent… car c’est bien de cela qu’il s’agit : préparer les jeunes à la vie en groupe sous les ordres d’un chef et, plus tard, à la vie militaire en montagne. Lorsque la caravane de Richard rencontre un détachement militaire en 1898, elle est tout naturellement « initiée à ses futurs devoirs patriotiques » (p.247) en visitant… les cuisines installées en plein air. Trois ans plus tard à Briançon, les jeunes dorment dans un dortoir « parfaite initiation à la vie militaire ». Evidemment, l’installation dans ces « sympathiques chambrées » se fait « au milieu des cris de joie ». Le rapport entre caravanes scolaires et organisation militaire est ici manifeste. Ce n’est pas un hasard si Talbert, un des promoteurs des caravanes, avait écrit dès 1880 un lon article consacré à la guerre en montagne41. Plus tard, J. Brégeault se fera simultanément le chantre des chasseurs alpins et celui des caravanes scolaires. Il ne faut donc pas s’étonner si l’on trouve dans les récits de courses de nombreuses allusions aux rapports caravanes-armée et si l’on utilise fréquemment un langage aux accents militaires. Voici par exemple un voyage réalisé en 1880 en Oisans42 . Les jeunes (« conscrits ») et les plus experts (déjà des « vétérans ») obéissent tous « avec discipline » à l’ « autorité absolue » du « commandement des troupes », même s’il s’agit de « vieux généraux ». Avant de partir pour un véritable « assaut », on esquisse des « plans de bataille ». On part ensuite en faisant un « défilé », évidemment derrière le « porte-drapeau ». Tous les membres du « bataillon sacré » engagés sur le « champ de bataille » ont un « comportement de bravoure ». Si l’on utilise le mot « capituler », c’est seulement pour dire que cette idée ne viendrait à personne.

  • 43 Courses autour de l’Ortler et dans les Alpes dolomitiques. Annuaire 1885, pp. 112-151.
  • 44 Annuaire 1902, p. 572.
  • 45 Annuaire 1901, p. 513.

41D’autres exemples permettent de compléter ce florilège martial et vaguement belliqueux. Lors des sorties du lycée d’Arcueil, une des plus actifs sous la houlette de l’abbé Barral, on parle de « soldats », d’« officiers » , de « capitaine » et de « quartier général »43 . Dans le récit d’une excursion dans les Vosges et le Jura fait par Richard (loc.cit.) ; on trouve les termes de « sections », d’ « état-major », de « discipline », d’ « allure martiale ». Lorsque le même Richard est décoré de la Légion d’honneur, on fait un parallèle tout naturel avec « l’émotion particulière de l’officier décoré sur le champ de bataille au milieu de ses troupes »44. Enfin, la conclusion de Brégeault résume parfaitement le point de vue des dirigeants du CAF sur les rapports entre alpinisme juvénile et alpinisme militaire : « je suis revenu de ce beau voyage avec un sentiment d’apaisement et de réconfort… Quand on a vécu quelques jours dans cette magnifique région, la plus grandiose de notre belle France […], au milieu de cette jeunesse leste, robuste, pleine d’entrain, dure à la fatigue, docile aux conseils, déférente et reconnaissante envers ses chefs ; celui qui a rencontré […] ces vaillants officiers et chasseurs de notre armée des Alpes qui font si simplement, si gaiement, si héroïquement parfois leur devoir en gardant la frontière et le drapeau, a fait une vraie cure […], il a désappris le découragement et oublié le scepticisme […] Un pays qui produit de tels enfants, de tels jeunes gens et de tels hommes n’est pas, quoi qu’on en dise, sur la voie du déclin et sur le penchant de la ruine. On se prend à envisager l’avenir avec espoir, confiance et sérénité »45.

42Allant encore plus loin sur cette voie, le dernier numéro de l’Annuaire (1903) publie une « Marche des caravanes scolaires » signée Brégeault, dans laquelle on parle de « petits chasseurs alpins, soldats fidèles aux chefs, généraux modèles ».

43La chanson se termine par une strophe dépourvue d’ambiguïté :

Essayons d’avoir des muscles de fer
Un corps agile et un cœur qui ne tremble pas
Elargissons nos poumons
Au vent des plaines et des monts
Ainsi lorsque notre France aimée
Criera « en avant » à sa belle armée
Sans peur , amis, nous répondrons
Présents à l’appel des clairons

44On ne s’étonnera pas d’apprendre que l’année suivante la commission des caravanes scolaires deviendra « commission des caravanes scolaires et de l’alpinisme militaire »

Un modèle patriotico-revanchard ?

  • 46 Diviser et unir : sociétés sportives et nationalisme en France (1874-1914), Sport-Histoire 4, 1989, (...)
  • 47 M. Mestre, op.cit., p. 46.

45 Créé, comme ses homologues européens pour faciliter et organiser l’exploration des montagnes et la pratique de l’alpinisme, le CAF a eu dès ses origines une orientation patriotique, conséquence directe de la défaite de 1870. Le soutien apporté à l’armée et la politique des caravanes scolaires témoignent de cette volonté de participer à la reconstruction de la France. Ces éléments confortent la thèse, peu contestable, d’une fonction politico-patriotique du CAF : utiliser la montagne et les valeurs qui, plus ou moins implicitement, sont associées à la pratique de l’alpinisme pour développer le sentiment d’appartenance à une nation et exalter l’amour de la patrie. Dans un article consacré au nationalisme sportif, P. Arnaud46 avait défini différents types, s’insérant dans autant de contextes idéologiques. Si l’on applique ce schéma d’analyse, l’action patriotique du CAF relèverait du modèle « patriotico-revanchard » : conséquence d’une défaite, germanophobe, fidèle aux idéaux républicains et très lié à l’armée (Arnaud parle même de « culte »). Le CAF s’intègre parfaitement dans ce modèle. Il serait difficile de ne pas partager le point de vue de Michel Mestre, lui-même inspiré par les thèses de D. Lejeune : « derrière des discours aux larges perspectives et une façade d’internationalisme, le chauvinisme régnait ; au sein de la confraternité alpine, tout servait à exalter le sentiment patriotique »47 En deux lignes, tout est dit ou presque…

  • 48 La Biblioteca nazionale du CAI (Turin) conserve par exemple les ,lettres échangées entre Henri Ferr (...)
  • 49 Congrès international de l’alpinisme tenu à Paris du 11 au 15 août 1900 ; compte-rendu, Clermont (O (...)

46On pourrait objecter que le tableau est noirci à l’excès : l’alpinisme français à la fin du XIXème siècle a su faire preuve parfois d’un réel esprit d’ouverture. De nombreux échanges avec des alpinistes étrangers en témoignent48. Il y a eu aussi de nombreuses rencontres et surtout le congrès international d’alpinisme organisé en 1900 à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris. Malheureusement, les mots prononcés en ces circonstances par le président national du CAF Ernest Caron ne frappent guère par leur clairvoyance : « plaise à Dieu que, dans les rapports entre les hommes, comme dans les rapports entre les peuples, on prenne exemple sur l’alpinisme »49. Faut-il en conclure que l’alpinisme et les alpinistes ne sont pas aussi exemplaires qu’on a longtemps feint de le croire ?

Haut de page

Notes

1 Cf. la réédition relativement récente du grand classique Una salita al Monviso de Quintino Sella, présentée par P. Crivellaro avec une préface de Lodovico Sella, Verbania, éd. Tararà, 1998.

2 D. Lejeune. Les « alpinistes » en France (1873-1929). Paris, éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1988.

3 C’est le titre d’un article de P. Bonhême (sous-titré Le Club Alpin Français) paru dans Alpes-Magazine 74, mars-avril 2002, pp. 66-73.

4 In Annuaire du CAF 1875, p. 67.

5 La revue La Montagne a été publiée sans interruption de janvier 1905 à nos jours, y compris pendant les périodes de guerre. Elle a fêté son centenaire début 2005, après un mariage de raison en 1955 avec la revue du Groupe de Haute Montagne, Alpinisme, d’où son titre a priori un peu étrange La Montagne et Alpinisme.

6 Les alpinistes en France 1870-1950, une histoire culturelle. Paris, l’Harmattan, 2000.

7 Annuaire 1874, pp. 163-167.

8 Toutefois la fameuse devise du Club Pour la patrie par la montagne ne date pas des années 70 comme on le croit parfois. Au début, c’était un simple Excelsior plus pacifique. Ce n’est qu’en 1903 qu’on associa directement la patrie et la montagne, sur une idée de Franz Schrader.

9 Annuaire 1888, p. 660.

10 Annuaire 1901, p.XV.

11 Cf. G. Oliva, Storia degli alpini, Milano, Rizzoli, 1985.

12 Les chasseurs alpins. Annuaire 1898, pp. 34-82.

13 Au pays des alpins. Grenoble, Librairie dauphinoise Falque et Perrin, 1899, 180 p.

14 P.Milza, Verdi, Paris, éd. Perrin, 2001-2004, p. 377.

15 Ibid., p. 372.

16 Annuaire 1888, p. 113.

17 Annuaire 1891, p. 49.

18 Ce sommet facile de 3538 m domine la ville de Susa. On le considère comme un des lieux où est né l’alpinisme puisque sa première ascension remonte au XIVème siècle.

19 Annuaire 1889, pp. 6-7.

20 Annuaire 1890, p. 165.

21 R.Merle, Histoire du ski dans le Briançonnais, Gap ; Ophrys, 1987, p. 47.

22 E.Brunnarius, Chronique du Club alpin français, Annuaire 1898, pp. 581-592.

23 Trois jours au mont Blanc, Annuaire 1887, p. 29.

24 Annuaire 1887, p. 530.

25 M.Paillon, La croix de Belledonne en hiver, Annuaire 1895, pp. 57-75.

26 Il a organisé de multiples excursions entre 1832 et 1842. On en trouve le récit dans Voyages en zig-zag Paris, Dubochet, 1844 et Nouveaux voyages…, Paris, V. Lecou, 1854.
Il y a eu de nombreuses rééditions de ces ouvrages devenus classiques.

27 Cf. par ex. P. Arnaud, Les athlètes de la République. Gymnastique, sport et idéologie républicaine 1870-1914, Toulouse, Privat, 1987.

28 Annuaire 1893, p. XVI.

29 Le Alpi contese. Alpinismo e nazionalismi, Turin, CDA, 2000, p. 50.

30 Annuaire 1876.

31 Rapport annuel, Annuaire 1902, pp. 571-573.

32 Chronique du Club alpin français, Annuaire 1880, p. 612.

33 Les caravanes scolaires, Annuaire 1889, pp. 410-444.

34 Un seul nom semble être passé à la postérité (relative). Il s’agit d’Euryale de Haynin, qui a sa rue dans le 19ème arrondissement de Paris.

35 L.Richard, Voyage de vacances organisé par la section de Paris, Annuaire 1897, pp. 663-677.

36 L. Richard, Excursions scolaires dans les Vosges et le Jura, Annuaire 1892, pp. 236-256.

37 Annuaire 1880, p. 612.

38 G. Demanche, Aventures dune caravane scolaire en pays slave (10ème caravane d’Arcueil). De Trieste à Drakovo, Annuaire 1887, pp. 237-281.

39 Ibid.

40 Une caravane scolaire dans les Alpes dauphinoises (août 1901). Annuaire 1901, pp. 499-513.

41 La guerre de montagne et l’alpinisme militaire. Annuaire 1880, pp. 479-494.

42 A.Barral, Courses dans l’Oisans faites par la 4ème caravane d’Arcueil, Annuaire 1881, pp. 100-124.

43 Courses autour de l’Ortler et dans les Alpes dolomitiques. Annuaire 1885, pp. 112-151.

44 Annuaire 1902, p. 572.

45 Annuaire 1901, p. 513.

46 Diviser et unir : sociétés sportives et nationalisme en France (1874-1914), Sport-Histoire 4, 1989, pp. 31-47 (avec une copieuse bibliographie).

47 M. Mestre, op.cit., p. 46.

48 La Biblioteca nazionale du CAI (Turin) conserve par exemple les ,lettres échangées entre Henri Ferrand et Guido Rey. A notre connaissance, ce matériau d’un grand intérêt n’a encore pas été exploité.

49 Congrès international de l’alpinisme tenu à Paris du 11 au 15 août 1900 ; compte-rendu, Clermont (Oise), imprimerie Daix Frères, p. 37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Zuanon, « Quand montagne rimait avec patriotisme, les annuaires du Club Alpin français (1874-1903) », Babel, 20 | 2009, 148-165.

Référence électronique

Jean-Paul Zuanon, « Quand montagne rimait avec patriotisme, les annuaires du Club Alpin français (1874-1903) », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/670 ; DOI : 10.4000/babel.670

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Zuanon

Université Pierre Mendès France
Grenoble

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org