Navigation – Plan du site

De la Revue de Géographie Alpine à l’International Journal of Mountain Research : des universitaires écrivent la montagne

Catherine Gonguet-Mestre
p. 130-146

Résumé

Cette monographie est consacrée à l’institution qu’est la Revue de Géographie Alpine, depuis sa fondation par Raoul Blanchard. Après presque cent ans d’existence, on peut suivre les évolutions de la recherche en géographie, entre sciences humaines et sciences pures, entre géologie et économie du tourisme. Tradition et modernité caractérisent cette revue de référence pour les géographes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les géographes ont beaucoup écrit sur les montagnes avant même de chercher à définir ce qu’était la montagne. Elles leur ont fourni un terrain d’études vaste et varié. L’ampleur et la complexité des reliefs et des phénomènes géologiques et morphologiques ont retenu leur intérêt de même que l’adaptation des populations locales à des conditions de vie difficiles et au cloisonnement du relief.

  • 1 Bernadette Joseph : « Liste chronologique des principaux périodiques français de géographie », Cybe (...)

2 Les géographes français ne sont pas en reste. Les thèses, les articles sur les montagnes françaises, les Alpes en particulier, et les montagnes du monde abondent. Pourtant, dans ce foisonnement, lorsqu’il s’agit « d’écrire la montagne », un nom se détache : la Revue de Géographie Alpine, et un lieu, l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble dont les noms restent liés à celui de leur père fondateur, Raoul Blanchard. La RGA est un des plus anciens périodiques français de géographie puisqu’elle a été créée en 1913 sous le nom de Recueil des Travaux de l’Institut de Géographie Alpine, quelques années seulement après des revues telles que les Annales de Géographie (1891)1 ou le Bulletin de la Société des Professeurs de Géographie (1910).

  • 2 Jules Blache : « Raoul Blanchard (1877-1965) », RGA 1965, vol. 53 n° 3, p. 361-370, cit. p. 366.

3 Elle fut aussi la première et resta longtemps la seule des publications spécialisées de province liée au terroir géographique2.

  • 3 La Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest est devenue Sud-Ouest Européen. Elle publie des (...)

4 Elle est une des rares revues de géographie consacrées presque exclusivement à la recherche en montagne3 et celle dont le rayonnement est resté le plus vif.

5Cette évidence pour tout géographe qui a travaillé sur les régions de montagne, cache une réalité bien plus complexe qu’il n’y paraît : car vouloir traiter de la Revue de Géographie Alpine c’est aborder non seulement l’évolution de tout un pan de la recherche en géographie mais au bout du compte celle de toute la recherche géographique, dont la montagne a cristallisé les thèmes chers aux géographes que ce soit en géographie physique, humaine ou économique. Au cours des années, les descriptions par les chercheurs d’un évident « particularisme de la montagne » ont fait place à des questionnements tels que : « Qu’est ce que la montagne » ? « Les problématiques y sont-elles très différentes de celles abordées dans les autres régions du globe ? », « peut-on prévenir, anticiper participer à l’aménagement de ces territoires ? ».

6 Présenter la RGA est donc une tâche bien vaste et, dans cet article, je me contenterai de relater, de manière forcément réductrice et partielle, les grandes étapes de l’histoire de la revue et sa place dans la recherche géographique, et j’essaierai de cerner l’évolution de l’analyse et de l’écriture de la montagne. Deux sources m’ont particulièrement aidée dans ce travail. Tout d’abord la RGA elle-même et le site Internet Persée qui permet d’accéder à la publication de tous les numéros de la revue depuis sa création et ce jusqu’en 2005. Ensuite une publication de l’Institut de Géographie Alpine (IGA) à l’occasion du centième anniversaire de l’Institut : Ces géographes qui écrivent les Alpes : une relecture de la Revue de Géographie Alpine à travers le siècle, RGA 2007, Collection Ascendances.

7 On distinguera deux grandes périodes dans la vie de la RGA, symbolisées par la personnalité des responsables, l’évolution du contenu et de la présentation, les changements de site et de situation de l’Institut. Divers événements historiques et politiques ont marqué la vie de la revue, ils n’ont jamais arrêté sa publication.

Couverture de la Revue de géographie alpine, Tome 1, 1913

Couverture de la Revue de géographie alpine, Tome 1, 1913

Revue de géographie alpine, Tome XXXVII, 1949

Revue de géographie alpine, Tome XXXVII, 1949

Revue de géographie/ Journal of alpine research 2004

Revue de géographie/ Journal of alpine research 2004

Les origines (1913-1952) : un homme, un lieu pour écrire et décrire la montagne

8 La naissance de la RGA est étroitement liée à la rencontre d’un homme, d’une institution et d’un lieu. L’homme c’est son fondateur, Raoul Blanchard, l’institution, l’Institut de Géographie Alpine et le lieu, la ville de Grenoble.

9Raoul Blanchard (1877-1965)

10 Né à Orléans, nommé professeur à Douai et auteur d’une thèse soutenue en 1906 sur : La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique, Hollande, Raoul Blanchard ne semblait pas destiné à devenir le père de la géographie alpine française. Mais peu après sa soutenance, il est nommé à Grenoble, où il fonde, en 1907, l’Institut de Géographie Alpine, puis, en 1913, le Recueil des Travaux de l’Institut de Géographie Alpine qui devient, en 1920, la Revue de Géographie Alpine à laquelle il contribuera pendant cinquante ans.

11 Nommé, en 1922, professeur à l’université Harvard au Massachusetts, Raoul Blanchard se passionne pour le Canada et, plus particulièrement, le Québec, où il effectue de nombreux voyages. En 1947, il fonde l’Institut de Géographie de Montréal qu’il dirige pendant plusieurs années et qui devient, en 1962, le Département de Géographie. Il est considéré comme le père de la géographie moderne au Québec et son nom a été donné au plus haut sommet des Laurentides (1158m).

  • 4 « Réflexions sur les Hautes-vallées alpestres », Annales de Géographie, 1958, vol. 67, n° 362, p. 3 (...)

12 Il est impossible de citer ici toutes les œuvres de Raoul Blanchard, puisqu’il a publié pas moins de 290 travaux sur des sujets et des régions variés : la Flandre, les Alpes Françaises, le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord. Parmi les plus importants et les plus en rapport avec la montagne on citera : Les Alpes Françaises, Armand Colin, Paris, 1925, Les Alpes occidentales, en sept volumes, Arthaud, 1937, Les Alpes et leur destin, Fayard, Paris, 1953, « Réflexions sur les Hautes-vallées alpestres »,19584.

13 Raoul Blanchard a donné à l’Institut de Géographie une identité profonde qu’on retrouve à travers les termes « notre maison, notre groupe, notre famille » qui reviennent souvent dans les textes à propos de l’Institut :

  • 5 Olivier Vallade : « Le reflet d’une identité, quelques étapes de l’histoire de la RGA à travers « l (...)

14 Il apparaît bien comme la figure du « Maître », fédérant sur sa personne les acteurs et les actions de l’Institut5.

L’Institut de Géographie Alpine

15 C’est en 1907 qu’un laboratoire de recherche est créé à Grenoble à côté de l’enseignement de géographie qui vient de naître à la Faculté des Lettres. L’Institut de Géographie de Grenoble est le premier d’une longue série : Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Besançon pour les premiers, dont les enseignants étaient, pour la plupart, issus de l’IGA.

  • 6 Raoul Blanchard, comme beaucoup de notables de son époque, fut membre du Club Alpin Français (secti (...)

16 Dans les premières années, les étudiants se comptaient sur les doigts de la main et l’une des premières actions de Raoul Blanchard fut d’en recruter. Mais son œuvre a surtout consisté à créer une véritable école de Géographie Alpine (on a pu parler de l’école de Grenoble). Il s’agissait d’étudier systématiquement les régions alpines et de recenser, ou de se procurer, toutes les publications et les études parues sur les montagnes. La RGA, à travers les chroniques, les comptes-rendus, les articles publiés dans ses pages ainsi que les monographies détaillées qui constitueront la marque de la recherche géographique de cette période, sera le vecteur de ce travail. La géographie physique, la géomorphologie surtout, la climatologie, l’hydrographie, l’étude de la végétation, les phénomènes naturels, (crues, glissements de terrains), occupent une grande partie de la revue. Raoul Blanchard et ses collègues se livrent à une analyse minutieuse de terrain. Le terrain, cher aux géographes, est ici une évidence, ils l’ont sous les yeux : la chaîne de Belledonne, la Chartreuse, les Bauges, le Vercors… Raoul Blanchard y entraîne ses étudiants lors de sorties pédagogiques, où le carnet et le crayon étaient indispensables, puisque des comptes-rendus de sorties étaient obligatoires, mais aussi le marteau de géologue et le sac à dos pour rapporter des échantillons. Pour être un bon géographe, il fallait aussi être un bon montagnard, un peu alpiniste6 même selon les cas, mais avec un objectif purement scientifique au même titre que les premiers conquérants des sommets. Ceci explique la piètre opinion de Raoul Blanchard sur les alpinistes de l’époque :

  • 7 Raoul Blanchard : « Compte-rendu du livre de George Ingle Finck, Comment on devient alpiniste », RG (...)

17 Si un géographe de la montagne se doit d’avoir pratiqué un minimum d’alpinisme, l’immense majorité des alpinistes dignes de ce nom ignorent totalement la géographie et n’ont pas le moindre souci ni de ce qu’elle peut leur apprendre, ni de ce qu’ils peuvent lui fournir de renseignement utiles. Le géographe alpin éprouve donc à l’égard des livres d’alpinisme une défiance bien naturelle et ils estiment qu’ils encombrent fâcheusement la bibliographie7.

18 C’est donc l’évidence pour un géographe tel que Raoul Blanchard : écrire la montagne est un travail de recherche scientifique. Ceci ne l’empêche pas d’engranger dans la bibliothèque de l’Institut, à coté des ouvrages « sérieux », de nombreux récits d’exploration et de conquêtes alpines.

19 La géographie humaine et économique, l’urbanisme, l’histoire, ne sont pas absents de la revue et il s’agit la plupart du temps d’analyser les particularités, voire même les particularismes du milieu montagnard, de les décrire avec minutie et de montrer la place de la tradition mais aussi les fortes mutations qui touchent les Alpes durant cette période :

  • 8 Jean-Paul Guérin : « Houille blanche et tourisme, les « deux révolutions économiques » des Alpes du (...)

20 Dans les années héroïques de l’entre-deux-guerres, la priorité de Raoul Blanchard et de ses élèves se situe dans une description finalement assez statique, de tout ce qui - à l’époque - constitue « l’objet géographique ». Le genre géographique majeur est la monographie micro régionale qui permet, après un exposé fouillé des conditions physiques, puis des activités qui en découlent plus ou moins, de juger d’une dynamique en ayant en arrière-fond l’idéologie du progrès, dans la continuation du XIXe siècle8.

21 Les articles sont longs, touffus et détaillés, les descriptions minutieuses, les chiffres, les mesures, les statistiques abondent et en rendent la lecture parfois aride. En témoigne ce court extrait d’un article de Raoul Blanchard sur la vigne dans les Alpes françaises :

  • 9 Raoul Blanchard : « La répartition de la vigne dans les Alpes françaises », RGA 1930, vol 18, p. 21 (...)

22 Rive droite, rive gauche, fond, versants, sont presque également favorisés : 13.594 hl. aux Marches, dans le fond ; 11.256 à Apremont, rive gauche ; 8.688 à Chignin, rive droite ; 10.612 à la Motte-Servolex, partie inférieure. La vigne ici garnit tout : la molasse d'aval, les éboulements calcaires du Granier, les éboulis des Bauges, la moraine du fond. Pour les 25.770 kmq. de superficie exploitable des communes, on a ainsi un rendement au kilomètre carré de 384 hectolitres, quantité considérable, une des plus fortes des Alpes9.

  • 10 L’appartenance à la Faculté des Lettres est à replacer dans la tradition de l’école géographique fr (...)

23 L’iconographie n’est pas absente : cartes, plans, croquis détaillés, finement exécutés à la main, à la plume et à l’encre de chine, puis des photos en noir et blanc de bonne qualité. Tout cela vise à la précision et à la rigueur scientifique : il s’agit de montrer que la géographie, à la croisée de multiples disciplines telles que l’histoire, les sciences de la nature, la démographie, l’économie, est bien une science malgré son rattachement à la Faculté des Lettres. Dans le constant balancement des géographes entre les sciences humaines et les sciences « pures », l’IGA fera souvent pencher le balancier vers les secondes10. Le rapprochement avec les géologues fut au départ un moyen d’affirmer ce caractère scientifique. Il se concrétise à Grenoble par l’installation de l’IGA dans les locaux de l’Institut de Géologie Dolomieux, l’actuel musée de l’Evêché, une toute petite place dans un bureau, où Raoul Blanchard peut installer quelques cartes sous l’œil un peu narquois des géologues. Mais il s’agit aussi d’affirmer son sérieux et son implication face au milieu économique local.

Un lieu : Grenoble et la chaîne des Alpes

24 La dynamique et le progrès marquent les Alpes en général et la ville de Grenoble en particulier durant ces années qui voient la construction de grands barrages et des usines hydroélectriques sur les hautes vallées des Alpes. Les aménagements du Drac, de la haute vallée de l’Isère vont faire des Alpes la première région française productrice d’hydroélectricité.

  • 11 Jules Blache, Les Alpes françaises p. 191 in La France, Géographie, Tourisme, ouvrage publié sous l (...)

25 Cette énergie, utilisée par les vieilles industries (ganterie, industrie textile, constructions mécaniques, travail du bois, etc.), en a créé de nouvelles : l’électrochimie, l’électrométallurgie et les constructions mécaniques destinées aux installations hydro-électriques11.

26 Grenoble devient ainsi la capitale de la fabrication du matériel électrique et des chutes d’eau et connaît une vive croissance démographique.

27 Raoul Blanchard s’appuie sur le milieu local car il a besoin de faire reconnaître les travaux de ses étudiants et de trouver de l’argent pour faire vivre l’Institut et la revue. Ainsi en témoignent ses remerciements au milieu économique local, lors de son bilan de 1930 ainsi que son rappel :

  • 12 Olivier Vallade, op. cit., p. 207.

28 …de l’enseignement donné avec tant de succès dans la préparation à l’Ecole de Guerre, la collaboration avec les industriels régionaux qui n’a pas été perdue pour la géographie, avec l’Ecole de montagne pour le perfectionnement de l’armée des Alpes, avec la presse dauphinoise12.

29 La géographie ça sert d’abord à faire la guerre titrait un ouvrage d’Yves Lacoste en 1976. Et les guerres ont ponctué la vie de l’Institut et de la Revue durant cette période : étudiants morts sur le front en 14-18, prisonniers ou partis dans les maquis tout proches durant la Deuxième Guerre Mondiale. Malgré le manque de moyens humains et financiers, la revue continue à paraître, un peu moins fournie mais alimentée tout de même par les écrits de ceux qui sont loin. Paradoxalement, en 1940, la fréquentation de l’Institut n’a jamais été aussi élevée car sa situation en zone libre en fait un lieu de refuge pour beaucoup d’étudiants des zones occupées.

30 Durant cette période, la revue s’ouvre aussi au monde, timidement les dix premières années, plus fortement ensuite dans deux directions : l’Amérique du nord, où Raoul Blanchard et Jules Blache vont occuper des postes d’enseignants, et, bien sûr, les colonies d’Afrique ou d’Orient, sujets de thèse ou de recherche de plusieurs étudiants ou enseignants grenoblois.

31 Raoul Blanchard part à la retraite en 1948, remplacé par Pierre Veyret à la tête de la chaire de géographie, devenue officiellement chaire de Géographie des Montagnes. Le nom de Pierre Veyret apparaît dès cette date à côté de celui de Raoul Blanchard sur la couverture de la RGA, mais celui-ci quitte la direction de la revue en 1952 et meurt à Paris en 1965.

Écrire l’avenir de la montagne

32 En 1954, Pierre et Germaine Veyret assurent la direction de la Revue.

  • 13 Serge Bourgeat et Laurent Gagnol : « Cent ans de soutenance de thèses à l’Institut de Géographie Al (...)

33 L’époque qui suit, sous l’autorité des Veyret, marque le renforcement de la tradition régionaliste et descriptive de la géographie classique ainsi que la spécificité de l’IGA dont la montagne devient l’objet de recherche prépondérant jusque dans les années 80. La géographie grenobloise put mettre à profit l’existence d’un organe de diffusion de sa pensée, la Revue de Géographie Alpine, monopolisant le discours alpin. L’idée force, la spécificité alpine et montagnarde, a donné ainsi l’originalité de la géographie grenobloise13.

34 Les Grenoblois supportent d’ailleurs assez mal que des chercheurs extérieurs empiètent sur leurs plates-bandes, pourtant l’Institut vit des mutations profondes dans sa localisation, dans son organisation et dans les thèmes étudiés.

35 En cette période, l’Institut déménage, un changement de lieu très symbolique : il « grimpe » sur le sommet de Rabot où sont construits côte à côte deux bâtiments spacieux pour accueillir l’Institut de Géographie Alpine, son personnel, ses étudiants, son imposante documentation et l’Institut de Géologie. La vue depuis ces nouveaux locaux sur les montagnes grenobloises est exceptionnelle et ne peut que conforter des vocations. Le rapprochement avec la géologie est d’autant plus étroit qu’à l’occasion de la nouvelle organisation universitaire en 1970, l’Institut vote à l’unanimité son rattachement à l’université la plus scientifique :

  • 14 Olivier Vallade, op. cit., p. 215.

36 Outre le désir d’appartenir à la même unité administrative que nos voisins et amis les géologues, a joué le souci d’affirmer la vocation scientifique de la géographie14.

37 L’évolution la plus importante se situe toutefois dans l’orientation des thèmes de recherche.

  • 15 Anne Sgard : « La montagne : objet scientifique ? Objet politique ? » in Ces géographes qui écriven (...)

38 Après la Guerre, l’entrée dans les « trente glorieuses » se traduit simultanément pour la RGA par un changement de génération à la direction. Germaine Veyret-Verner prend le leadership de la géographie humaine et lui donne d’emblée une optique économique. « Avec Germaine Veyret (…) la Revue de Géographie Alpine devient clairement un vecteur du discours sur ce que doit être la montagne15.

  • 16 Le Plan Neige est le nom donné à une politique lancée par l’Etat français en 1967, d’aménagement pr (...)

39 Cette évolution de la RGA traduit en fait l’évolution de la géographie française : il ne s’agit plus simplement de décrire des paysages mais de prévoir leur devenir et d’y participer, de se poser la question de l’avenir de la montagne, des Alpes en particulier. Or, l’économie montagnarde subit à cette époque de profondes mutations. La montagne n’est plus le site naturel indispensable à la localisation des entreprises : l’énergie, les matières premières peuvent être facilement transportées et le besoin d’espace les délocalise à l’extérieur des massifs. Leur proximité constitue toutefois un environnement attractif pour la main d’œuvre, en particulier les ingénieurs ou les cadres. Mais c’est surtout l’accélération de l’activité touristique dans les Alpes avec le Plan Neige16 et la construction des grandes stations de ski intégrées qui vont transformer l’économie alpine et savoyarde. Le tourisme s’impose alors dans les thèmes de recherche de la Revue. Apparu timidement dans ses pages dès les années trente, il s’accordait mal avec les critères de recherche géographiques de l’époque. La thèse de Jean Miège en 1933, La vie touristique en Savoie, parue intégralement dans la revue, en est le premier ouvrage d’importance. Dès 1970, les articles consacrés à des monographies de stations de ski se multiplient et la revue témoigne de l’ambivalence du phénomène touristique, simple apport à l’économie traditionnelle montagnarde basée sur l’élevage et l’exploitation des ressources naturelles, ou activité à part entière pour laquelle la montagne n’est qu’un simple terrain de jeu. Il ne s’agit plus seulement de décrire et d’analyser l’existant mais de poser la question du devenir des territoires de montagne.

40 Cette période (1950-90) marque aussi une évolution profonde de la géographie française sous l’influence des Anglo-saxons :

  • 17 B. Dézert, J. Bastié, « La géographie en France », Belgéo, 2004, n° 1, p. 69-79, cit. p. 69.

41 La géographie universitaire a connu une grave crise épistémologique entre les tenants de l’Ecole vidalienne, associant géographie physique et humaine dans un déterminisme géographique axé sur la notion de combinaison de facteurs locaux physiques et humains, et les tenants d’une géographie théorique aux concepts modélisables. […] Est-ce un complexe inavoué des géographes face aux sciences exactes ? […] Cette géographie théorique et quantitative se réfère de plus en plus aux chercheurs en géosciences de la terre, aux économistes et aux sociologues pour élaborer des modèles géographiques qui sont considérés comme explicatifs de l’organisation de l’espace17.

42 Pour la RGA, ces années sont aussi une période de questionnement sur l’essence même de la recherche en montagne et de la notion même de montagne. Ainsi, le numéro spécial Montagne de 1984 s’interroge, entre autres, sur la définition de la montagne de même que les numéros 2 et 4 de 2001 : La montagne, un objet de recherche ? et Les géographes inventent les Alpes. L’aménagement du territoire, la Loi Montagne de 1985 donnent en France un cadre administratif et politique aux régions de montagne. Tout cela montre combien le politique et le social prennent le pas sur l’analyse des particularismes montagnards :

  • 18 Françoise. Gerbaux – « La montagne comme lieu de la complexité » RG.A, 1989, vol. 77, n° 1-3 p. 307 (...)

43 Le territoire montagnard tire sa spécificité non pas d’un « lieu » mais de la complexité de la gestion de ce lieu.18

44 D’objet scientifique, la montagne devient de plus en plus objet politique. Le rôle du géographe est celui de la réflexion mais aussi de l’action dans le cadre d’un aménagement d’une montagne de plus en plus soumise à des forces extérieures : transport, tourisme, urbanisation, autant de problèmes communs à beaucoup d’espaces dans le monde, mais rendus plus sensibles par la perception de la fragilité de l’espace naturel montagnard et aussi par les images et les mythes qu’il véhicule. L’environnement, le développement durable, l’identité des territoires sont l’objet de la plupart des numéros : Gestion de l’environnement dans les territoires alpins : savoir-faire, méthodologie, concepts en 1997, Le milieu naturel en appui au développement, en 1999 par exemple, et c’est à travers ce prisme et dans le cadre de la pluridisciplinarité que les géographes écrivent alors la montagne.

45 La RGA se modernise, s’adapte aux nouvelles tendances de la recherche et s’ouvre de plus en plus au monde. A partir de 1976, la direction de la revue est devenue collégiale, avec un renouvellement des responsables tous les trois ans, marquant ainsi la fin de la personnalisation de la publication. La publication adopte la couleur et une couverture plus attrayante. L’iconographie bénéficie des nouvelles technologies et le nombre et la qualité des croquis et des photos augmentent. Apparaissent les premiers numéros à thème. Les productions s’élargissent : en 1988, les Dossiers de la Revue (DRGA) permettent la publication de rapports et d’études puis, en 1991, la collection Ascendances édite des travaux de recherches sous forme d’ouvrages.

46 L’Institut de Géographie Alpine se « décentralise » en 1994 avec l’ouverture d’une antenne de l’Université Joseph Fourrier de Grenoble, rattachée à l’Institut de Géographie Alpine, le Centre d’Etudes et de Recherche sur les Montagnes Sèches et Méditerranéennes (CERMOSEM), situé au Pradel en Ardèche, qui témoigne de la vitalité et de la complexité de la recherche en montagne. Le laboratoire « PACTE Territoires » qui lui est rattaché, soutient l’édition de la Revue Montagnes Méditerranéennes. Proche dans sa présentation et son contenu de la RGA, elle traite plus spécifiquement :

47 du domaine privilégié des montagnes méditerranéennes française, européenne et d’Afrique du Nord. Sa thématique centrale concerne le développement territorial, l’environnement et le développement durable19.

48 L’ouverture internationale est de plus en plus marquée : la Revue est diffusée dans plus de cinquante pays du monde. Elle s’inscrit dans le développement européen et insiste sur la place centrale occupée par les Alpes au cœur de la construction européenne. Ainsi, des numéros à thèmes tels que : Montagne d’Europe et Communauté Européenne, en 1992, La Convention sur la Protection des Alpes, en 1995, Montagnes d’Europe, acteurs, législation, en 2004. A partir de 1990, plusieurs membres du Conseil Scientifique de même que de nombreux auteurs appartiennent aux cinq pays alpins. Les résumés d’articles sont d’ailleurs fréquemment traduits en allemand et en italien et la mention Revue Internationale de l’Arc Alpin figure pour la première fois sur le tome 79, n° 1 de 1991.

49 En 2003, l’IGA déménage une nouvelle fois et, là encore, c’est tout un symbole : il quitte les hauteurs du Rabot pour s’installer dans la plaine, à la « Cité des Territoires », aux côtés de l’Institut d’Urbanisme. Toujours intégré à l’université scientifique Joseph Fourrier, il tisse des liens de plus en plus forts avec les sociologues :

  • 20 Plaquette de présentation de l’Institut en 2008.

50 l’IGA présente aujourd’hui la particularité d’être à la fois une Unité de Formation et de Recherche à dominante de sciences sociales intégrée à une grande université scientifique (Université Joseph Fourier), et associée à l’université de sciences sociales (Université Pierre Mendès-France) dans le cadre d’importants dispositifs de formation et de recherche20.

51 Il accueille 700 étudiants et des enseignants chercheurs dont la plupart viennent de l’extérieur : l’Institut perd sans doute en identité ce qu’il gagne en variété et en ouverture sur le monde. La montagne est de plus en plus considérée à travers les activités nouvelles qui animent les territoires : tourisme doux, activités de pleine nature censées prendre en compte la fragilité de cet espace. L’environnement est un axe majeur de recherche et la participation des jeunes chercheurs aux travaux des acteurs de terrains est de plus en plus sensible. Le questionnement théorique sur la définition de la montagne est dépassé par la nécessité de participer concrètement et activement à la vie d’un espace complémentaire de l’urbain et indispensable à la civilisation des loisirs. En témoignent les thèmes de trois numéros de l’année 2004 : L'eau et ses enjeux, Sports de montagne et territoire dans les Alpes, L'eau, contrôle et gestion. En 2004, le sous-titre Journal of Moutain Research apparaît sous le titre principal, les articles sont tous traduits en anglais. L’identité alpine s’efface encore un peu derrière le mondial même si la présence des auteurs des pays alpins reste forte. La reconnaissance internationale des chercheurs est à ce prix. Toutefois, le territoire de base de la recherche reste les Alpes et les montagnes européennes mais le reste du monde est pris en compte à titre de comparaison : ainsi un numéro sur les Alpes Australiennes.

Conclusion

52 Avec presque un siècle d’existence, la Revue de Géographie Alpine reste une référence de la recherche sur la montagne pour les géographes français. Elle témoigne de l’évolution de la recherche géographique vers plus de participation au devenir des territoires et plus d’interdisciplinarité. Elle s’est adaptée à la complexité des transformations du territoire montagnard, de plus en plus dépendantes de structures et de forces extérieures. Les géographes grenoblois ont ainsi décrit la montagne à travers la Revue et les géographes continuent à l’écrire avec d’autres et avec d’autres mots.

Haut de page

Bibliographie

Blache Jules, « Les Alpes françaises », in La France, Géographie, Tourisme, ouvrage publié sous la direction de Daniel Faucher, Larousse, 1951.

Blache Jules, « Raoul Blanchard (1877-1965) », RGA, 1965, vol. 53, n° 3, p. 361-370.

Blanchard Raoul, « Comte-rendu du livre de George Ingle Finch, Comment on devient alpiniste », RGA, 1927, vol. 15, n° 15-1, p. 170.

Blanchard Raoul, « La répartition de la vigne dans les Alpes françaises », RGA, 1930, vol 18, p. 219-260.

Bastié Jean, Dézert Bernard, « La géographie en France », Belgeo 2004.1, p. 69-79.

Fourny Marie-Christine, Sgard Anne, Ces géographes qui écrivent les Alpes : une relecture de la Revue de Géographie Alpine à travers le siècle, RGA 2007, Collection Ascendances.

Gerbaux Françoise, « La montagne comme lieu de la complexité », RG.A 1989, vol. 77, n° 1-3, p. 307- 320.

Joseph Bernadette : « Liste chronologique des principaux périodiques français de géographie », Cybergeo, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, article 19, 1997.

Haut de page

Notes

1 Bernadette Joseph : « Liste chronologique des principaux périodiques français de géographie », Cybergeo, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, article 19, 1997.

2 Jules Blache : « Raoul Blanchard (1877-1965) », RGA 1965, vol. 53 n° 3, p. 361-370, cit. p. 366.

3 La Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest est devenue Sud-Ouest Européen. Elle publie des textes scientifiques concernant essentiellement le Sud-Ouest de la France et la péninsule ibérique sans véritable spécificité montagnarde.

4 « Réflexions sur les Hautes-vallées alpestres », Annales de Géographie, 1958, vol. 67, n° 362, p. 308-318.

5 Olivier Vallade : « Le reflet d’une identité, quelques étapes de l’histoire de la RGA à travers « les chroniques de l’Institut de Géographie Alpine » », in Ces géographes qui écrivent les Alpes, p. 203.

6 Raoul Blanchard, comme beaucoup de notables de son époque, fut membre du Club Alpin Français (section de Lille !) et de la Société des Touristes du Dauphiné.

7 Raoul Blanchard : « Compte-rendu du livre de George Ingle Finck, Comment on devient alpiniste », RGA, 1927, vol. 15, n° 15-1 p. 170.

8 Jean-Paul Guérin : « Houille blanche et tourisme, les « deux révolutions économiques » des Alpes du Nord » in Ces Géographes qui écrivent les Alpes, p. 167.

9 Raoul Blanchard : « La répartition de la vigne dans les Alpes françaises », RGA 1930, vol 18, p. 219-260, cit. p. 225.

10 L’appartenance à la Faculté des Lettres est à replacer dans la tradition de l’école géographique française, marquée par la forte personnalité de Vidal de La Blache et basée sur une étroite connexion entre la géographie et l’histoire, symbolisée par l’agrégation d’histoire et de géographie. Ce n’est qu’en 1940 que sera créée l’agrégation de géographie, agrégation masculine, à laquelle les filles n’auront accès librement qu’en 1971. Elle comporte d’ailleurs toujours une épreuve d’histoire.

11 Jules Blache, Les Alpes françaises p. 191 in La France, Géographie, Tourisme, ouvrage publié sous la direction de Daniel Faucher, Larousse, 1951.

12 Olivier Vallade, op. cit., p. 207.

13 Serge Bourgeat et Laurent Gagnol : « Cent ans de soutenance de thèses à l’Institut de Géographie Alpine de Grenoble (1907-2006) » in Ces géographes qui écrivent les Alpes, p. 221 et 223.

14 Olivier Vallade, op. cit., p. 215.

15 Anne Sgard : « La montagne : objet scientifique ? Objet politique ? » in Ces géographes qui écrivent les Alpes, p. 11.

16 Le Plan Neige est le nom donné à une politique lancée par l’Etat français en 1967, d’aménagement programmé de la montagne par la création d’une vingtaine de stations de ski de grande capacité. Elle avait pour but de développer un tourisme de masse et d’attirer la clientèle étrangère. Cette politique d’urbanisation de la montagne a été très critiquée pour son impact négatif sur l’environnement.

17 B. Dézert, J. Bastié, « La géographie en France », Belgéo, 2004, n° 1, p. 69-79, cit. p. 69.

18 Françoise. Gerbaux – « La montagne comme lieu de la complexité » RG.A, 1989, vol. 77, n° 1-3 p. 307- 320, cit. p. 307.

19 Site du CERMOSEM, iga.ujf-grenoble.fr.

20 Plaquette de présentation de l’Institut en 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de la Revue de géographie alpine, Tome 1, 1913
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Revue de géographie alpine, Tome XXXVII, 1949
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Revue de géographie/ Journal of alpine research 2004
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/668/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Gonguet-Mestre, « De la Revue de Géographie Alpine à l’International Journal of Mountain Research : des universitaires écrivent la montagne », Babel, 20 | 2009, 130-146.

Référence électronique

Catherine Gonguet-Mestre, « De la Revue de Géographie Alpine à l’International Journal of Mountain Research : des universitaires écrivent la montagne », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/668 ; DOI : 10.4000/babel.668

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org