Navigation – Plan du site

De Louis Ramond de Carbonnières à la Pléiade des Pyrénées ou l’invention du pyrénéisme selon Henri Béraldi

André Suchet
p. 118-128

Résumé

L’article propose des hypothèses sur l’invention du pyrénéisme, de Ramond de Carbonnières à la pléiade des Pyrénées.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

tourisme, ascension

Personnes citées :

Carbonnières (Ramond de)
Haut de page

Texte intégral

* Réalisé à partir d’un travail de thèse de doctorat en géographie en cours, le présent article ne comporte volontairement pas de conclusion. Il s’agit de présenter l’hypothèse de travail et les premiers résultats.

  • 1 Les 7 volumes de Cent ans aux Pyrénées et les autres ouvrages publiés dans la série Notes d'un bibl (...)

1En référence au mythe des sept filles du géant Atlas, le nom de Pléiade a été donné à plusieurs groupes de poètes ou d’écrivains depuis l’Antiquité. L’une des moins connue de ces Pléiades rassemble les sept pyrénéistes Henry Russell, Alphonse Lequeutre, Paul Edouard Wallon, Franz Schrader, Maurice Gourdon, Aymar de Saint-Saud et Ferdinand Prudent (actifs sur la période 1860 - 1900). Selon Henri Béraldi, collectionneur et bibliophile du début du siècle passé, ces sept personnalités définiraient le pyrénéisme à la suite de Louis Ramond de Carbonnières (1755 à Strasbourg - 1827 à Paris) et Vincent de Chausenque (1782 - 1868, à Gontaud). Principalement à partir de l’œuvre rédigée par Henri Béraldi, puis des sources premières qu’il a sélectionné1, cet article envisage de saisir la notion de Pyrénéisme « dans ses trois périodes : l’ancienne, avec Ramond ; l'âge moyen, avec Chausenque ; et moderne, avec le comte Russell. ». Il s’agit de mettre en évidence les principes de cette notion avant l’émergence d’autres variantes, et notamment le pyrénéisme de difficulté.

Villégiature, ascensionnisme ou littérature romantique ?

  • 2 Hyppolite-Adolphe Taine, 1855, Voyage aux eaux des Pyrénées. Paris, Hachette. p. 290.

2Les multiples études relatives au développement du tourisme en France (Boyer, 1996, 2008 ; Chadefaud, 1988 ; Duloum, 1967 ; Penez, 2001) rapportent l’importance du climatisme puis du thermalisme dans les Pyrénées. Bagnères-de-Luchon, Barège, Eaux-Bonnes, Capvern, Bagnères-de-Bigorre, Pau, Vernet-les-Bains, Ax-les-Thermes, Amélie-les-Bains, puis plus tardivement Font-Romeu… les nombreuses vallées de la chaine des Pyrénées sont fréquentées depuis la fin de l’ancien régime parfois même bien davantage et bien avant les Alpes. La clientèle en villégiature, reste néanmoins dans les hôtels et les ensembles aménagés. En 1867, Hyppolite Taine2 évoque des « touristes sédentaires. Ils regardent les montagnes de leur fenêtre ; leurs excursions consistent à passer de leur chambre au jardin anglais, du jardin anglais à la promenade ». Dans le même sens, quelques années plus tard, Henri Béraldi décrit « des hommes pour qui les Pyrénées signifient exclusivement casino ou grande douche ». Le climatisme et le thermalisme constituent effectivement par définition théorique un tourisme de station, c'est-à-dire un tourisme enclavé, par opposition au tourisme diffus parfois équivoquement nommé tourisme intégré (Cazes, 1984 ; Jamot & Vitte, 1995). Dans les Pyrénées orientales, à propos du Grand Hôtel de Font-Romeu, Bartczak & Rage (2002) analysent « un transatlantique dans les sapins ». Une station, réduite à l’unique construction du Grand Hôtel dont le fonctionnement parfaitement autonome avec ses salles des fêtes, ses bars, son casino et l’ensemble de ses équipements extérieurs, tennis, golf, patinoire… fait penser à un paquebot des mers.

3Le pyrénéisme dépasse largement le tourisme en station. Les récits d’acensions sont explicites. Par exemple, Ramond raconte sa première ascension du Mont-Perdu Perdu en 1802 avec le détail des difficultés pour marcher dans les pentes d’éboulis, puis les risques de chutes avec des falaises de plusieurs centaines de mètres en contrebas. Preuve d’une différenciation avec la villégiature et les mondanités, le pyrénéisme est ponctué d’affaires internes au champ (Hoibian, 2006), par exemple lorsque Ramond se sentira doublé par ses guides Rondo le fils et Henry Laurens.

  • 3 Ramond de Carbonnières, 1801, Voyages au Mont-Perdu. Paris, Belin. Début de la seconde partie de l’ (...)
  • 4 Henri Béraldi, 1925, Le Sommet des Pyrénées. Notes d'un bibliophile. III Du mont perdu au Néthou. L (...)
  • 5 Henri Béraldi, 1925, p. 13.
  • 6 Ramond de Carbonnières, 1802, cité par Béraldi, 1925, p 13. Sommet du mont Perdu, actuellement 3 35 (...)

« Arrivé à Gèdre je m’assurai de mon ami Rondo (le fils), l’un des hommes les plus lestes et les plus aventureux du pays. Les mauvais pas du Marboré sont ses grands chemins. Il n’y a pas un montagnard aussi familier avec les neiges de toutes les saisons »3.
Au lendemain du 6 août 1802, « Stupeur de Ramond entendant Laurens lui crier avec l’accent : Nous venons du Momm-Perdu. Il refuse d’abord de le croire. – Mais le glacier ? – Il est facile, il est tout plénier. – Déception immense de Ramond : le Mont-Perdu était Facile ! Et il en a manqué la conquête. Douleur ? Colère peut-être, contre ses guides qui ont pris la cime sans lui ? »4. Dès le 9 août, Ramond prend la direction du sommet qu’il atteindra avec une certaine difficulté quelques minutes après 11h du matin, en tout cas selon les notes rédigées ensuite.
« A deux cents mètres du sommet, Ramond pense échouer. La grande crevasse transversale n’a plus de pont de neige. Elle a treize mètres de profondeur »5 mais « Nous égalisâmes à peu près les deux bords en tassant la neige de notre côté, et ainsi, toujours attachés, nous franchîmes un à un le précipice »6.

  • 7 Henri Béraldi, 1925, p. 202.
  • 8 Pointe de Chausenque, massif du Vignemale, actuellement 3204 m.

4Il ne faut pas masquer les risques des courses. « Les Pyrénées avaient tué bien des traversants. Le port de Gavarnie, par exemple, était un lieu de catastrophe »7. En 1822, les notes rédigées par Vincent de Chausenque pendant sa première au sommet de la pointe rocheuse qui porte depuis son nom8 témoigne d’une progression relativement difficile, et en 1870, Henry Russell, de la Pléiade des Pyrénées, raconte l’engagement d’une course dans le massif du Mont Perdu avec des passages d’escalade rocheuse exposés. En 1865, une Société Ramond est fondée à Bagnères-de-Bigorre suivant le modèle de l’Alpine Club sous l’impulsion de Henry Russell, son père et son frère. La Société Ramond est la première société de montagne en France, 8 ans avant la création du Club alpin français. Les guides sont encore des cultivateurs locaux parmi les plus nécessiteux et dont l’activité touristique n’est ni structurée ni permanente (Bellefon de, 2003).

  • 9 Comte Henry Russell, 2009, Souvenirs d’un montagnard. Oloron-Sainte-Marie, Monhélio. pp. 34-35. Réé (...)

« Nous sommes déjà à 2 700 mètres au moins. Longeant à droite, en montant au SO sur une croupe de neige molle, l’arête qui mène au haut du pic mystérieux, nous nous arrêtons net devant une brèche au dessus de laquelle toute ascension semble interdite à un bipède. […] je me décide alors à faire le demi-tour du Balaïtous par le nord, aussi haut que possible, et à y remonter par l’ouest, […]. Longue descente au NO, en glissade sur la neige. Enfin, une brèche se présente dans l’arête formant la rive gauche du glacier (hauteur, environ 2 300 m). […] Nous sommes ici à l’ouest du pic. Le couloir au NNE […]. Déjà les trois quarts des dangers sont vaincus : nous ne sommes plus qu’à cent mètres du sommet ».
« Nous nous décidons alors à grimper dans la gouttière de droite, c'est-à-dire à escalader la paroi orientale du Balaïtous, dont on ne voit jamais le sommet. Avant d’aborder le roc la neige se redresse à un angle alarmant, mais sur la ligne de chute il n’y a pas de bergschrund. Dans la ‘cheminée’ où nos trois corps superposés forment une colonne humaine, ou plutôt une échelle, Salletes ôte ses souliers, et nous grimpons à pic comme des reptiles collés à une paroi […] en regardant toujours en l’air, jamais en bas, où s’ouvre le vide »9.

  • 10 Béraldi, Henri, 1898, Cent ans aux Pyrénées. Ramond, La Littérature pyrénéiste de l'Empire et de la (...)

5Si l’écriture est importante avec la formule de Béraldi « ascensionner, sentir, écrire », l’écriture doit être fondée, Il ne s’agit pas de considérer une œuvre littéraire et romanesque. A propos de l’ascension du Pic d’Aneto (3404m), Béraldi note par exemple « Quand on vous raconte qu’on est parti pour la première ascension du Néthou en commençant par laisser les crampons et les bâtons ferrés, il faut laisser le récit… […] il y a des récits inexacts »10.

6Entre tourisme, ascensionnisme et littérature, les historiens retiennent l’aspect littéraire. La Pléiade des Pyrénées serait un groupe de poètes ou d’écrivains en quête de muse. À partir de cette affirmation, les critiques fusent : « Fourre-tout dénué de sens, car ces approches […] sont de tous lieux. Un mot sans intérêt ? L’invention est d’abord efficace dans le champ de la bibliophilie (elle crée un espace de collections) et surtout de l’histoire littéraire de la conquête des hauteurs pyrénéennes. Cette invention, sans autres contenus véritables » (Bellefon de, 2000, p. 693). Identiquement, Chadefaud (1988, pp. 267-268) accuse l’importation d’un ensemble de « représentations déterritorialisées ». Il précise « leurs écrits ne sont souvent que déguisements. Car ils plaquèrent sur les Pyrénées, avec parfois un certain talent, des signes venus du centre, empruntés à cet autre territoire où était né le goût de la montagne : les Alpes de Rousseau ». Il nous semble que ces auteurs tracent fausse route. Certes, la mise par écrit d’observations de terrain, avec parfois quelques élégances de plume, ressemble à une œuvre littéraire, mais est-ce vraiment l’intention du pyrénéisme ? Effectivement, les auteurs mélangent des époques différentes (Bellefon de, 2000 ; Chadefaud, 1988), et considèrent l’ensemble des ouvrages sur les Pyrénées, du récit de voyage d’un écrivain en villégiature dans les stations climatiques et thermales de la chaine, à l’œuvre de Henri Béraldi et jusqu’aux notes de Russel (Chadefaud, 1988 ; Fourcassié, 1940). Or, les curistes dans les stations sont une chose bien différente du pyrénéisme. D’autres auteurs accordent une dimension géographique à la troisième période du pyrénéisme, notamment l’œuvre de Franz Schrader, mais sans considérer Ramond de Carbonnières puis Vincent de Chausenque, c'est-à-dire « l’histoire ancienne » et « l'âge moyen ». Inversement, avec l’étude de Berger-Verdenal (1995), la géographie se trouve directement le sujet de l’étude. Au final son chapitre d’ouvrage montre que la géographie représente l’une des préoccupations des Pyrénéistes, mais on pourrait en dire autant des motivations ascensionnistes, littéraires ou artistiques.

7A partir d’une étude approfondie des personnes sélectionnées par Henri Béraldi pour définir le pyrénéisme, à partir d’une étude de leur trajectoire et de leurs travaux, la présente recherche vise à mettre à jour objectivement la dimension première du Pyrénéisme. Il ne s’agit pas de montrer que le romantisme, la science, l’aventure ou la villégiature mondaine sont l’un des multiples aspects du pyrénéisme. Il s’agit de déterminer l’intention première de cette construction Béraldienne à partir des faits de Ramond au moment de la révolution française, de Vincent de Chausenque, puis des sept de la Pléiade des Pyrénées jusqu’à la première guerre mondiale. Selon notre hypothèse, plusieurs aspects composent le pyrénéisme, mais l’intention première est la recherche scientifique et la publication de résultats pour apporter contribution à la science géographique telle que développée en France avant le paradigme Vidalien. L’étude insiste volontairement sur Ramond (première période) et sur Henry Russell (troisième période) dans la mesure où les autres pyrénéistes, en particulier Schrader, ont déjà fait l’objet de plusieurs études (Berger-Verdenal, 1995 ; Rodes, 1999 ; Saulé-Sobré, 2000b) en ce qui concerne leurs apports à la géographie.

…Une géographie des Pyrénées

8La définition que donne Béraldi lui-même du pyrénéisme peut tromper « ascensionner, sentir, écrire ». Pourtant « écrire » ne signifie pas forcément mise en récit littéraire ou poétique et encore moins œuvre romanesque. La description géographique pré-vidalienne se compose d’écriture. geo graphein signifie écrire la terre. La formule de Pléiade des Pyrénées lancée par Henri Béraldi semble également inscrire les sept pyrénéistes de la « période moderne » dans le champ littéraire ou poétique. Effectivement, en référence au mythe des sept filles du géant Atlas, le nom de Pléiade a été donné à plusieurs groupes de poètes ou d’écrivains depuis l’Antiquité. Pourtant, dans la mythologie grecque, le géant Atlas se trouve condamné par Zeus à soutenir la voûte céleste et il est généralement représenté portant le globe terrestre, à tel point qu’on nomme un recueil de cartes de même échelle un Atlas. Autrement dit, nommer des géographes du nom des sept filles du géant Atlas demeure cohérent.

  • 11 Henry Russell, 1908.
  • 12 Exemples de sources consultées : Alphonse Lequeutre, 1875. Le col de la cascade de Gavarnie et le c (...)

9Autre fausse évidence, dans l’introduction de son ouvrage de 1908, Russell affirme son intention romantique – son écriture atteste d’ailleurs de grandes compétences littéraires et artistiques –, pourtant sur la première page de couverture, sous le titre Souvenir d’un Montagnard, se trouve noté « Seconde édition, revue et corrigée par le Comte Henry Russell. Chevalier de la Légion d’Honneur. Membre des sociétés Géographique et Géologique de France »11. Il n’est mentionné à aucun endroit l’appartenance à un cercle littéraire ou à une société romantique. Les descriptions détaillées du paysage sont orientées avec points cardinaux et intermédiaires jusqu’à une subdivision de 16 points (Nord-Nord-ouest) et comportent l’altitude des sommets avec parfois la référence sur l’origine du relevé. En dépits des conclusions citées infra (Bellefon de, 2000 ; Chadefaud, 1988 ; Saulé-Sobré, 2000a), les textes que nous avons consultés12 ne peuvent guère être considérés en tant qu’ouvrages romantiques uniquement inspirés par la Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau dans les Alpes.

10Ramond de Carbonnières, Vincent de Chausenque puis Franz Schrader, Maurice Gourdon, et Ferdinand Prudent de la Pléiade des Pyrénées rassemblent des résultats conséquents et sont engagés dans une logique de publication. Leurs articles sont acceptés dans l’Annuaire du Club Alpin Français, dans le Bulletin de la Société Ramon et dans les revues scientifiques de l’époque, la Revue des Pyrénées et de la France Méridionale, le Journal des Mines, les Annales du Museum, La Géographie, le Bulletin des sciences, la Revue de Comminges… Par exemple, en 1802, au sommet du mont Perdu par un « furieux vent d’Espagne », Ramond utilise un matériel de relevé barométrique et thermométrique. Puis par trigonométrie son évaluation donne le sommet à 3364 mètre au dessus du niveau de la mer. Ramond valorise la réussite ascensionniste par l’écriture d’un article académique dans le Journal des Mines et sous une autre version dans les Annales du Museum (les pratiques scientifiques n’ont pas tellement changé). Antérieurement, il apprend la géologie et la cartographie afin de pouvoir dresser en 1789 une carte des Pyrénées centrale (illustration 1).

11

Illustration 1 : Carte des Pyrénées centrales de Ramond de Carbonnières. 1789.

Illustration 1 : Carte des Pyrénées centrales de Ramond de Carbonnières. 1789.

(source : Archives privées de Jacques Battin)

12Les tableaux de montagne, avec en particulier les œuvres de Franz Schrader, et sa conférence de 1897 qui lance le mouvement des peintres de montagnes, se trouvent également rapportés à une motivation romantique. Néanmoins, la peinture, le croquis, les plans sont aussi à l’usage du géographe. Jusqu’à l’utilisation répandue des photographies autour de 1880, représenter par le dessin ou la peinture un paysage permet d’en rapporter l’image. En fait, il est plus juste d’affirmer l’existence de « certaines relations entre art et science à propos du paysage » (Berdoulay & Saulé-Sobré, 1993) et Franz Schrader témoigne précisément d’une recherche de complémentarité.

  • 13 Il réalise un travail important avec la constitution d’un herbier reconnu et la mise à jour de plus (...)
  • 14 Ramond de Carbo, MDCC. LXXIX, Observations faites dans les Pyrénées. Paris, Belin.

13Un certain nombre d’oublis sont également reprochés à Henri Béraldi, Palassou, Flamichon, Cordier… Par exemple, Desplat (1978) note à propos de Pierre-Bernard Palassou : « Il est assez injuste d’écrire que Ramond résume presque tout le pyrénéisme au XVIIIe siècle. […] Aux côtés des grands naturalistes du siècle, Buffon, Buache, Saussure, Dolomieu, Palassou mérite une place ». En fait, il faut simplement comprendre que ces savants ne sont pas géographes. Palassou et Flamichon sont naturalistes. Eugène Cordier, ethnographe. Henri Béraldi nous semble avoir fait volontairement sélection des géographes. Certe Ramond de Carbonnières débute avec le naturalisme13 qui est une voie d’accès logique à l’étude de la montagne sous l’ancien régime, mais la géologie et les descriptions de terrain avec réalisation de cartes14, définissent clairement une contribution à la science géographique de l’époque. Après Ramond, conjointement à la Pléiade, un autre géographe s’intéresse aux Pyrénées, Élisée Reclus. Néanmoins les deux géographies ne se rencontrent pas, l’une s’intéresse aux hommes pour comprendre leur rapport à l’environnement naturel et à l’Etat (Sarrazin, 2004 ; Sourp, Vergnolle Mainar, & Cazenave-Piarrot, 2007), l’autre – le pyrénéisme – serait plutôt ancêtre d’une géographie physique. Tout cela, avant l’Ecole Française de géographie.

  • 15 Avocat puis naturaliste toulousain, à l’origine de la création du Muséum d'histoire naturelle de To (...)

14Enfin, le pyrénéisme, en tant que pratique académique de la science géographique s’expose aux concurrences entre savants. Une affaire d’ascensionniste entre Ramond et ses guides était présentée en début d’article. Une affaire scientifique entre Ramond et Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse15 peut également être rapportée.

  • 16 Béraldi, Henri, 1924. pp. 82-84 puis 88.
  • 17 Béraldi, Henri, 1924. p. 147. Publication de Lapeyrouse : Philippe Picot de Lapeyrouse, 15 fructido (...)
  • 18 Béraldi, Henri, 1924. p. 186.

Au matin du 12 août 1797, Ramond, accompagné de Lapeyrouse qu’il a invité, progresse sur la neige dans le massif du mont Perdu. Pendant la progression, les guides sont autour et ils discutent de l’itinéraire avec des contrebandiers qui connaissent le terrain. « La neige est d’abord molle et facile. Mais bientôt elle durcit, Lapeyrouse ne peut plus avancer : mauvaises jambes […]. Ramond dira lui avoir fait essayer des crampons. Inutile. Lapeyrouse doit renoncer. […] Il s’assoit sur un rocher et – très mortifié – regarde la colonne, monter, lentement. […] Incident : le contrebandier (qui les accompagne) a glissé de quatre-vingts mètres ; on le recueille ». Parvenu à un sommet proche du mont Perdu « Les ascensionnistes vivent la plus belle minute ». Les constatations commencent. On donne quelques coups de marteau pour extraire des fossiles « Tout le monde s’y met (excepté donc Lapeyrouse resté en bas) et s’acharne : dix fossiles, vingt, coquilles, polypiers, madrépores. Le calcaire est farci de fossiles ».
Pendant la dernière descente « Que pensent Lapeyrouse et Ramond pendant la nuit d’orage qu’ils subissent […] Lapeyrouse, le maître, le tout puissant, pense tout naturellement dans sa superbe, qu’il lui appartient le droit d’absorber les résultats de l’expédition, et que rentré à Toulouse, il écrira un mémoire pour l’Institut. Ramon pense que Lapeyrouse va repartir : on en sera débarrassé ; enfin seul ! – que lui Ramond remontera à Tuquerouye pour aller reconnaître le déversoir du lac Marboré, et que sur le magnifique ensemble de ses découvertes il écrira un mémoire pour l’Institut »16.
« Août 1798. Vraisemblablement une déception terrible. […] Le Mont-Perdu, pour l’institut, est usé, déjà traité […] en détail par le mémoire de Lapeyrouse. Ramond est bientôt certain que son mémoire tant travaillé, sur lequel il a tant compté, ne sera pas imprimé dans le Journal des Mines ! Dies irae, de nouveau. Ramond doit être furieux et voir brusquement les choses commes elles sont : il est dupé, il ne sera pas imprimé parce que Lapeyrouse l’a été ; Lapeyrouse l’a devancé, lui a bel et bien volé ses idées et ses découvertes […] et pire : Lapeyrouse a antidaté son rapport… »17.
« Ramond a décidé de reprendre ses deux mémoires à l’Institut, qui n’ont pas été imprimés, de les fondre en un grand mémoire géologique, relevé par une narration pittoresque. Puisque l’occasion s’offre, il y introduira : au début un pamphlet contre Lapeyrouse, à la fin un hymne d’admiration pour Bonaparte »18.

  • 19 Ramond de Carbonnières, 1801.
  • 20 Ramond de Carbonnières, 1801, Voyages au Mont-Perdu. Journal des Mines. vol. XIV, n° 83, pp. 321-35 (...)

15Le livre s’intitule Voyage au mont Perdu19. Le retour de Dolomieu qui lui est favorable, l’enchaînement des faits amène une lecture devant Bonaparte à l’Institut national le 19 floréal an 11, puis la publication tant espérée20.

Haut de page

Bibliographie

Bartczak, F., & Rage, J. (2002). L'invention d'une destination touristique. L'exemple de Font-Romeu entre 1903 et 1928. Revue Espaces, 189, 42-48.

Bellefon de, R. (2000). A la recherche du pyrénéisme. In A. Lévy (Ed.), Dictionnaire des Pyrénées (pp. 692-693). Toulouse : Privat.

Bellefon de, R. (2003). Histoire des guides de montagne. Alpes & Pyrénées (1760-1980). Bayonne/ Toulouse : Cairn/ Milan.

Berdoulay, V., & Saulé-Sobré, H. (1993). Franz Schrader face à Gavarnie, ou le géographe peintre de paysage. Mappemonde, 12(3), 33-37.

Berger-Verdenal, M.-G. (1995). La cartographie des Pyrénées : l'œuvre de Franz Schrader et des topographes du Club alpin français. In V. Berdoulay (Ed.), Les Pyrénées, lieux d'interaction des savoirs (XIXe-début XXe S.) (pp. 63-82). Paris : CTHS.

Boyer, M. (1996). L’invention du tourisme. Paris : Gallimard.

Boyer, M. (2008). Les villégiatures du XVIe au XXIe siècle. Panorama du tourisme sédentaire. Cormelles-le-Royal : EMS.

Cazes, G. (1984). Tourisme enclavé, tourisme intégré : le grand débat de l'aménagement touristique dans les pays en développement. Cahiers du tourisme, C, 59.

Chadefaud, M. (1988). Aux origines du tourisme dans les pays de l'Adour. Du mythe à l'espace : un essai de géographie historique. Pau : Publication de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.

Desplat, C. (1978). Pierre-Bernard Palassou naturaliste et précurseur du Pyrénéisme (9 juin 1745 - 9 avril 1930). Revue de Pau et du Béarn, 6, 127-145.

Duloum, J. (1967). Les Anglais dans les Pyrénées et les débuts du tourisme pyrénéen (1739-1896). Thèse de 3eme cycle, Université Aix-Marseille, Aix-en-Provence.

Fourcassié, J. (1940). Le romantisme et les Pyrénées. Thèse de Doctorat d'État, Université Paris 4, Paris.

Hoibian, O. (2006). Sociogenesis of a Social Field : The Cultural World of Mountaineering in France from 1870 to 1930. International Review for the Sociology of Sport, 41(3-4), 339-355.

Jamot, C., & Vitte, P. (Eds.). (1995). Le tourisme diffus. Cahiers du CERAMAC, 8.

Mayoux, P. (1995). Ramond et la découverte des Pyrénées. In V. Berdoulay (Ed.), Les Pyrénées, lieux d'interaction des savoirs (XIXe-début XXe S.) (pp. 20-31). Paris : CTHS.

Penez, J. (2001). Le thermalisme et la montagne au XIXe siècle. Babel, 5, 29-52.

Rodes, M. (1999). Élisée Reclus et Franz Schrader : deux hommes face à la nature. In Actes des Rencontres Élisée Reclus organisées les 13 et 14 novembre 1998 à Sainte-Foy-la-Grande (pp. 57-68). Sainte-Foy-la-Grande : Les Amis de Sainte-Foy-la-Grande.

Sarrazin, H. (2004). Élisée Reclus ou la passion du monde. Paris : Éditions du Sextant.

Saulé-Sobré, H. (2000a). Les Pyrénées : marches et démarches de peintres. In V. Berdoulay (Ed.), Les Pyrénées, lieux d'interaction des savoirs (XIXe-début XXe S.) (pp. 98-113). Paris : CTHS.

Saulé-Sobré, H. (2000b). "A quoi tient la beauté des montagnes". L'Alpe, 7, 75-81.

Sourp, R., Vergnolle Mainar, C., & Cazenave-Piarrot, A. (2007). La représentation géographique des Pyrénées à travers quatre géographies universelles. In M. Pelletier (Ed.), Géographie et cartographie historique : méthodes et résultats (pp. 43-53). Paris : CTHS en ligne http://cths.fr/ed/edition.php?id=4596.

Haut de page

Notes

1 Les 7 volumes de Cent ans aux Pyrénées et les autres ouvrages publiés dans la série Notes d'un bibliophile, particulièrement Le Sommet des Pyrénées en 3 volumes. L’ensemble des ouvrages d’Henri Béraldi est publié à Lille, imprimerie L. Danel. Les autres sources sont des articles ou des ouvrages publiés par les pyrénéistes que retient Béraldi. Trente et un textes ont été consultés.

2 Hyppolite-Adolphe Taine, 1855, Voyage aux eaux des Pyrénées. Paris, Hachette. p. 290.

3 Ramond de Carbonnières, 1801, Voyages au Mont-Perdu. Paris, Belin. Début de la seconde partie de l’ouvrage.

4 Henri Béraldi, 1925, Le Sommet des Pyrénées. Notes d'un bibliophile. III Du mont perdu au Néthou. Lille, imprimerie L. Danel. p. 10.

5 Henri Béraldi, 1925, p. 13.

6 Ramond de Carbonnières, 1802, cité par Béraldi, 1925, p 13. Sommet du mont Perdu, actuellement 3 355 m.

7 Henri Béraldi, 1925, p. 202.

8 Pointe de Chausenque, massif du Vignemale, actuellement 3204 m.

9 Comte Henry Russell, 2009, Souvenirs d’un montagnard. Oloron-Sainte-Marie, Monhélio. pp. 34-35. Réédition de la seconde édition, revue et corrigée publiée en 1908 à Pau, imprimerie Vignancour.

10 Béraldi, Henri, 1898, Cent ans aux Pyrénées. Ramond, La Littérature pyrénéiste de l'Empire et de la Restauration. Les Officiers géodésiens. Lille, imprimerie L. Danel. p. 173. En France le pic a été connu jusqu'au début du XXe siècle sous une forme Néthou.

11 Henry Russell, 1908.

12 Exemples de sources consultées : Alphonse Lequeutre, 1875. Le col de la cascade de Gavarnie et le cylindre du Marboré. Annuaire du Club Alpin Français. vol. 2, pp. 380-394. Maurice Gourdon, 1889, Contribution à la géologie des Pyrénées Françaises et Espagnoles. Revue des Pyrénées et de la France Méridionale. vol. 1, pp. 231-245. Maurice Gourdon, 1890, Les Hautes montagnes du Comminges. Saint-Gaudens, Abadie. Baron Aymar de Saint-Saud, 1876, De Gavarnie à Huesca par le Barranco de Louseras ou de Santa-Maria. Bulletin de la section du Sud-Ouest du Club Alpin Français. n° 2, pp. 9-21. Ferdinand Prudent, 1877, Opérations géodésiques (frontière des Pyrénées). Note sur des opérations géodésiques peu connues, exécutées de 1784 à 1795 sur la frontière des Pyrénées par les ingénieurs-géographes des camps et armées. Annuaire du Club Alpin Français. vol. 4, pp. 417-422.

13 Il réalise un travail important avec la constitution d’un herbier reconnu et la mise à jour de plusieurs espèces végétales. Une plante porte aujourd’hui son nom, la Ramondia pyrenaïca (Mayoux, 1995).

14 Ramond de Carbo, MDCC. LXXIX, Observations faites dans les Pyrénées. Paris, Belin.

15 Avocat puis naturaliste toulousain, à l’origine de la création du Muséum d'histoire naturelle de Toulouse.

16 Béraldi, Henri, 1924. pp. 82-84 puis 88.

17 Béraldi, Henri, 1924. p. 147. Publication de Lapeyrouse : Philippe Picot de Lapeyrouse, 15 fructidor an 5, Voyage au Mont Perdu, et observation sur la nature des crêtes les plus élevées des Pyrénées. Journal des Mines. vol. 7, n° 37, pp. 39-66.

18 Béraldi, Henri, 1924. p. 186.

19 Ramond de Carbonnières, 1801.

20 Ramond de Carbonnières, 1801, Voyages au Mont-Perdu. Journal des Mines. vol. XIV, n° 83, pp. 321-350.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Carte des Pyrénées centrales de Ramond de Carbonnières. 1789.
Crédits (source : Archives privées de Jacques Battin)
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Suchet, « De Louis Ramond de Carbonnières à la Pléiade des Pyrénées ou l’invention du pyrénéisme selon Henri Béraldi », Babel, 20 | 2009, 118-128.

Référence électronique

André Suchet, « De Louis Ramond de Carbonnières à la Pléiade des Pyrénées ou l’invention du pyrénéisme selon Henri Béraldi », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/667 ; DOI : 10.4000/babel.667

Haut de page

Auteur

André Suchet

Institut de géographie alpine, Université de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org