Navigation – Plan du site

Rudyard Kipling à Vernet-les-Bains dans le Massif du Canigou

Pyrénées françaises (1910, 1911, 1914 et 1926)
André Suchet et John Tuppen
p. 104-117

Résumé

À travers la correspondance de Rudyard Kipling, cet article révèle les imaginaires du Canigou dans la villégiature britannique de la Belle Epoque en Pyrénées Catalanes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

affiche, tourisme, ambivalence

Personnes citées :

Kipling (Rudyard)
Haut de page

Texte intégral

Remerciements et intentions à Henri Baudet de l’Université de Perpignan, pour m’avoir fait connaître l’existence de cette archive, pour ses conseils et ses encouragements.

  • 1 Albert Smith, 1999, Le Mont-Blanc à la mode. Chamonix, Guérin (traduction Michel Tailland). Premièr (...)
  • 2 Voir en particulier les textes d’archives réunis par Joutard, Philippe, 1986, L’invention du Mont-B (...)

1On attribue généralement aux Britanniques le développement du tourisme, notamment dans les zones de montagne. À ce titre, la lettre de William Windham et Richard Pococke dans lequel ils décrivent pour la première fois en 1741 la mer de glace au-dessus de Chamonix représente un point de levier de ce développement. Leur correspondance reproduite dans la presse anglaise retient l’attention de la jeunesse bourgeoise britannique. C’est le début d’un engouement pour le Massif du Mont Blanc, le « Mont-Blanc à la mode »1. Pendant l’ère victorienne, un mélangé de culture impériale de l’exploration, l’ambition d’une nouvelle classe bourgeoise n’ayant pas de fonction dans les colonies, et le succès d’un spectacle mis en scène par Albert Smith à Londres font le succès du tourisme dans les Alpes. (Boyer, 1996 ; Hansen, 1991, 2000 ; Tailland, 1997, 2003). Dans tous les cas, l’écriture de lettres de voyage se trouve l’un des principaux moyens de faire connaître un lieu2.

2La naissance du tourisme dans les Alpes est ainsi un phénomène assez bien connu, mais il en est autrement avec la chaîne des Pyrénées dont les processus de mise en tourisme restent largement moins étudiés. Pourtant la fréquentation touristique des stations thermales et/ou climatiques se développe dès 1810 puis devient très importante pour l’époque à partir de l’avancée du chemin de fer dans les années 1850-1860 (Chadefaud, 1988 ; Duloum, 1967). Dans les années 1900, les stations des Pyrénées sont des hauts lieux du tourisme mondain (Bartczak & Rage, 2002 ; Baudet, 2002 ; Chadefaux, 1988 ; Penez, 2001). En Pyrénées occidentales, Eaux-Bonnes, Bagnères-de-Luchon, Barège, Capvern, Bagnères-de-Bigorre, et Pau « capitale du climatisme ». En Pyrénées orientales, Vernet-les-Bains qui nous préoccupe, Ax-les-Thermes, Amélie-les-Bains, puis plus tardivement, inauguré en 1913, Font-Romeu « la plus belle station climatique d’Europe ».

Illustration 1

Illustration 1

Affiche lithographique réalisée par Louis Trinquier Trianon vers 1905 pour la compagnie des chemins de fer PLM et du Midi, au bénéfice de la station thermale et climatique Vernet-les-Bains.

© Paris, Imprimerie Baudelot.

  • 3 En 1940 une crue, dénommée depuis en catalogne l'aiguat, emporte les thermes et les hôtels. La crue (...)

3Dans le cas de Vernet, devenue Vernet-les-Bains, un médecin de Montpellier, remarque les vertus thérapeutiques de l’eau en 1754 et les premiers aménagements débutent à partir des thermes publics (Vigneau, 1978 ; Pagès, 2004). Après la révolution une autre source est découverte puis le thermalisme se développe dans la station à partir de 1800. Les aménagements concernent la rive droite du torrent le Cady. Non loin, s’ouvrent Molitg-les-Bains et Amélie-les-Bains. En 1833, trois autres sources source d’eau sulfureuse sont découvertes en rive gauche du Cady par un habitant, monsieur Mercader. Conjointement à l’exploitation métallurgique dans la vallée avec les mines du Canigou (Puig, Covato & Maso, 2007), la construction de l’établissement dénommé les thermes Mercader, et plusieurs bâtiments imposants permettent de recevoir les curistes en nombre important. Une affiche de l’époque reproduit l’ensemble (illustration 1). Malheureusement, très peu des bâtiments de la Belle Époque et de l’entre-deux-guerres sont parvenus jusqu’à nous3.

4Par contre, après guerre, au moment du dernier séjour de Kipling en 1926, Vernet-les-Bains, n’est plus seulement vendu pour sa station et le vieux village devient objet d’une affiche avec mention du Canigou (illustration 2), autrement dit d’une mise en tourisme de montagne.

Illustration 2

Illustration 2

Affiche lithographique réalisée par Pierre Commarmond vers 1930 pour la compagnie des chemins de fer du Midi, au bénéfice de Vernet-les-Bains avec mention du Canigou.

© Paris, Imprimerie Serre et Cie.

5Parmi les curistes, le séjour du fils du pacha d’Égypte et de Constantinople, le prince Ibrahim Pacha en 1846 donne à Vernet une notoriété internationale. Les thermes deviennent propriété d’un banquier de Lisbonne et la direction est confiée à un allemand « précurseur de la mise en marché moderne ». Pendent la Belle Époque, l’aristocratie française et espagnole fréquentent Vernet-les-Bains en été, la clientèle britannique en hiver. Le Canigou, 2 784 mètres d’altitude, « montagne sacré des catalans » domine Vernet (Brejon, Bobo, & Soutadé, 1997). Les affiches montrent le Canigou enneigé (Illustration 1 et 2).

  • 4 Toutes les sources sont des sources secondaires. Références de consultation : Textes d’archives ras (...)

6Vraisemblablement, à quatre reprises, l’écrivain britannique prix Nobel de littérature Rudyard Kipling séjourne à Vernet-les-Bains, en 1911, 1912, 1914 et 1926. Kipling rédige plusieurs textes à Vernet, depuis l’hôtel ou dans le parc, plusieurs lettres et un conte publié en 1911 sous le titre Why Snow Falls at Vernet. Ces documents, dont nous avons pu consulter des retranscriptions4, sont un point méconnu de l’œuvre et de la vie de l’écrivain. De plus, en prenant l’intention d’une approche géographique du tourisme (Knafou et al., 1997, mais pas MIT, 2005 en dépit de la récurrence du vocable moment), l’écriture de Kipling à Vernet-les-Bains représente un moment géographique d’une relation au lieu et à l’espace touristique du midi de la France. Localement, il s’agit également de comprendre les imaginaires du Canigou dans la villégiature britannique de la Belle Époque en Pyrénées catalanes.

L’écrivain britannique Rudyard Kipling

7Rudyard Kipling est né en 1865 à Bombay. Dans le contexte colonial, son père avait été envoyé en Inde pour prendre la direction d’une école d’Art et sa mère venait d’une famille d’écrivains et d’artistes. Pendant son éduction britannique à Londres, selon la tradition des familles en résidence dans les colonies, Kipling écrit régulièrement des lettres à sa mère, parfois accompagnées d’un poème. À la fin de son cursus scolaire en 1882, Kipling retourne en Inde prendre un poste de reporter au Civil and Military Gazette. Le jeune homme ressent un grand plaisir à vivre dans le cadre de son enfance, mais tombe plusieurs fois malade en raison du climat (Manguel, 2004). Les histoires de Kipling publiées dans la Gazette rencontrent un succès immédiat dans les colonies, puis se vendent sous forme de livre de poche dans les gares jusqu'à parvenir en Angleterre. Ainsi, lorsque le jeune écrivain arrive aux États-Unis et dans le vieux continent pour y faire son travail de reporter, un public lui est déjà acquis. En fait, l’œuvre de Kipling est un chef d’œuvre de reportage romancé. Effectivement, dans la langue française le « terme de romancier possède une acceptation vaste et imprécise, mais […] le terme anglais de novelist est né de la rencontre du mot italien servant à désigner les conteurs et du mot français servant à désigner les journaliste » (Escarpit, 1970, p. 173).

  • 5 Kipling cité par Manguel, (2004, p. 64).
  • 6 Publié dans les colonnes du magazine local The Merry Though en avril 1911, puis la même année sous (...)

8Le succès londonien ne tourne pas la tète de Kipling, et ce dernier préfère se lier d’amitié avec Wolcott Balestier, un jeune agent littéraire qui se remarque pour ses qualités morales et sa probité. En 1892, Kipling épouse d’ailleurs la sœur aînée de son ami : Caroline Balestier dit Carrie. Aux État-Unis, dans le Vermont, d’où est originaire Carrie, Kipling rédige le livre de la jungle qui devient un succès littéraire international. Le couple voyage beaucoup et Carrie donne naissance à trois enfants : Joséphine, Elsie et John. Mais dès leur rencontre Wolcott Balestier meurt brusquement du typhus, et plusieurs malheurs traversent la vie du couple. Les disputes financières avec sa belle famille dans le Vermont poussent Kipling hors des États-Unis, et en janvier 1899, la famille tombe gravement malade, puis leur fille aînée décède au lendemain de son sixième anniversaire. Plus tard, Kipling écrira « il n’y a que deux endroits au monde où j’aimerais vivre : Bombay et Brattleboro [dans le Vermont]. Et je ne peux vivre ni dans l’un, ni dans l’autre »5. Influencé par les médecins qui lui avaient recommandé un climat chaud et sec, Kipling, sa femme et ses deux enfants prennent le départ pour l’Afrique du Sud en octobre 1899. Pendant 8 ans, ils feront des allers-retours entre ce pays et l’Angleterre, puis se fixent dans le Sussex, une région du sud-est de l'Angleterre. La plus importante reconnaissance officielle du talent de Kipling fut le prix Nobel de littérature, à Stockholm, en 1907. À cette période Kipling réalise encore différents voyages et notamment les deux séjours en Pyrénées-orientales qui nous préoccupent. Pendant l’hiver 1910 et 1911 Kipling séjourne dans la station de Vernet-les-Bains. Durant le séjour, Kipling rédige un conte à propos du tourisme à Vernet, Why Snow Falls at Vernet, publié en avril 1911 dans la station6. De plus, les cinéastes américains commencent à s’intéresser aux ouvrages de Kipling, mais sur le plan personnel, les malheurs touchent à nouveau la famille de l’écrivain. En 1910, Kipling perd ses deux parents, puis avec la guerre de 1914-1918, son fils, qu’il avait lui-même convaincu de s’engager, meurt au combat. Dans les dernières années de sa vie, Kipling vécu au calme « Carrie veillait sur lui, le monde entier lui rendait hommage, et il lui restait quelques amis pour la conversation » (Manguel, 2004, p. 115). Il aurait séjourné à Vernet-les-Bains à nouveau en 1914 et en 1926 avant un périple en France. De nouveau en 1936, Kipling et Carrie pensent refaire un voyage dans le midi de la France, mais, à 70 ans, une hémorragie violente atteint l’écrivain lors de son escale à Londres avant de prendre le bateau. Deux jours plus tard Rudyard Kipling s’éteint à l‘hôpital. Elsie, la dernière fille de Kipling épouse en 1924 un militaire du nom de Bambridge, et vécut à Bruxelles, à Madrid puis à Paris.

Rudyard Kipling sujet du Canigou

  • 7 En 1911, Georges Auriol se trouve exactement le trésorier de la Section du Canigou et directeur du (...)

9Pendant les séjours qu’il passe à Vernet-les-Bains, Kipling rencontre des personnalités locales, en particulier, l'évêque de Perpignan, Monseigneur de Carsalade. L’écrivain envoie plusieurs courriers en Angleterre, à sa fille Elsie, à son cousin l’homme d’État Stanley Baldwin, et à l’un des responsables de la Section du Canigou du Club Alpin Français, qui lui avait formulé « des souhaits de bienvenue », Georges Auriol7. Il faut dire qu’en Roussillon, comme dans les autres régions durant la Belle Époque, le Club alpin réunit localement la classe dirigeante (Bobo, 1997). La lettre réponse de Kipling développe une description littéraire du mont Canigou.

Hôtel du Parc
Vernet-les-Bains
27 février 1911
Cher Monsieur Auriol,

Laissez-moi vous remercier cordialement des si aimables souhaits de bienvenue que vous m’adressez à mon retour au Royaume du Canigou.
Vous me faites l’honneur de me demander mes impressions sur votre pays. Cela me prendrait beaucoup de temps à écrire, et, en fin de compte, je craindrais de ne pas traiter le sujet comme il le mérite. On ne peut, en deux courtes visites, bien voir un nouveau pays, encore moins en comprendre la nature et la vie.
J’avoue que, l’an passé, je ne vins rien chercher ici de plus qu’un petit rayon de soleil. Mais je trouvai le Canigou, je découvris en lui la montagne enchanteresse entre toutes, et je me soumis à son pouvoir.
D’abord, il sut reproduire pour moi, selon la rêverie ou le désir du moment, tantôt un pic des Himalayas, tantôt la silhouette de certaines collines de l’Afrique du Sud qui me sont chères, - me transportant, par exemple, dans la chaleur immobile et l’odeur inoubliable des pins, derrière ma maison, au pied de la Montagne de la Table, au moment où je m’attendais à entendre, sur ses pentes supérieures, les cors de quelque temple hindou.
Mais, cette année, le Canigou a pris pour moi sa véritable place dans mon esprit et dans mon cœur, et je le contemple avec admiration et ravissement. Rien de ce qu’il pourrait faire ou créer ne saurait maintenant me surprendre, - soit que je rencontrasse Don Quichotte lui-même venant à cheval du côté de l’Espagne, ou tous les chevaliers de l’ancienne France abreuvant leurs coursiers à ses torrents, soit que je visse (ce qui, à chaque crépuscule, semble parfaitement possible), des gnômes et des kobbolds s’échappant en essaims des mines et des tunnels qui s’ouvrent sur ses flancs.
Voilà la raison, mon cher Monsieur Auriol, pour laquelle j’ose m’inscrire au nombre des loyaux sujets du Canigou.

Très sincèrement à vous.
Rudyard Kipling

  • 8 Rudyard Kipling, Something of Myself. London, Macmillan, 1927, p. 210.
  • 9 Notice biographique de Jean Escarra, dans Jean Escarra, 1931, Recueil des cours, vol. 27. I. Académ (...)

10En fait, contrairement à ce qui est parfois annoncé (Bobo, 1997), l’original de cette lettre est en langue anglaise et Kipling ne s’exprime pas en français même s’il apprécie la littérature française et considère la connaissance d’une culture française de première importance8. La qualité de la traduction de Jean Escarra (1885-1955), né à Paris mais ascensionniste en Catalogne, homme de lettre, et professeur de droit de carrière internationale9, permet de conserver en français une grande valeur littéraire au document.

Hôtel du Parc
Vernet-les-Bains

                                                             27 February 1911

Dear Monsieur Auriol,

  • 10 Version incomplète dans la source secondaire consultée.

[…]10

I came here in search of nothing more than a little sunshine. But I found Canigou, whom I discovered to be a magician among mountains, and I submitted myself to his power
At first he could reproduce for me, according to the thought or the desire of the moment, either a peak of the Himalayas or the outlines of certain hills in South Africa which are dear me; transporting me, for example, to the still heat and the unforgettable smell of the pines behind my house under Table Mountain, at the instant when I expected to hear the horns of some Hindu temple upon his upper slopes.
But this year he has taken to himself his own place in my mind and heart, and I watch him with wonder and delight. Nothing that he could do or give birth to would now surprise me, whether I met Don Quixote himself riding in from the Spanish side, or all the chivalry of ancient France watering their horses at his streams, or saw (which each twilight seems quite possible) gnomes and kobbolds swarming out of the mines and tunnels of his flanks.
That is the reason, my dear Monsieur Auriol, that I venture to subscribe myself among the number of the loyal subjects of Canigou.

Very sincerely yours.

                                                                   Rudyard Kipling

  • 11 Hyppolite-Adolphe Taine, 1855, Voyage aux eaux des Pyrénées. Paris, Hachette, p. 290. Dans l’ouvrag (...)
  • 12 Henri Russel, lettre-préface à l’ouvrage de Gabriel Chaigne, 1911, Le Pays de Lourdes et ses enviro (...)
  • 13 Comte Henry Russell, 2009, Souvenirs d’un montagnard. Oloron-Sainte-Marie, Monhélio, p. 185. Réédit (...)

11Indépendamment d’un commentaire littéraire, on peut mettre à jour la géographie du texte de Kipling. Premièrement, la villégiature en station thermale ou climatique demeure par définition un tourisme intégré, un tourisme enclavé (Cazes, 1984) dont la clientèle « sédentaire […] regarde les montagnes de leur fenêtre »11. Les lettres de Kipling, ne font référence à aucune excursion en montagne. À la différence des Pyrénéistes, il n’est pas question d’ascensionisme. Dans sa lettre de réponse à Georges Auriol, du Club Alpin Français, Kipling en reste à décrire la vue du Canigou depuis la station. L’hôtel du Parc, lieu mentionné d’écriture de la lettre se trouve éminemment un lieu touristique (Knafou et al., 1997) contrairement au vieux village de Vernet. Pour développer l’imaginaire du Canigou, l’écrivain, né à Bombay, se réfère à des terrains connus, « Himalayas […] quelque temple hindou […] la silhouette de certaines collines de l’Afrique du Sud qui me sont chères ». Deuxièmement, l’écriture considère une certaine ambivalence du lieu : « un pic des Himalayas » contre « la chaleur immobile et l’odeur inoubliable des pins ». Antérieurement, Henry Russel, pyrénéiste britannique, ne pense pas autrement lorsqu’il note « ce qui m’a presque exclusivement séduit, c’est la splendeur des Pyrénées […] tantôt ardentes et calcinées comme la Nubie, tantôt blanches comme les Pôles »12. Lui monte au sommet, en 1908 il écrit « Deux fois je suis monté au Canigou, et chaque fois je me suis fatigué, en partant du Vernet, qui est à 2165 au-dessous du sommet […] ce qui fait le plus grand charme des Pyrénées méditerranéennes, c’est leur soleil »13. Les Pyrénées orientales, montagnes méditerranéennes, contiendraient sans temporalité ces deux imaginaires (aucune référence au changement de saison). Les références usent de l’espace géographique du tourisme à la Belle Époque, les paysages d’Himalaya visibles depuis Darjeeling, lieu de villégiature des colons britanniques installés en Inde, la Montagne de la Table en Afrique du Sud. D’autres points relèvent d’une analyse de paysage qui renseigne sur l’économie minière dans la vallée en 1911 « des mines et des tunnels » (Puig, Covato & Maso, 2007), directement après l’évocation des mythes du vieux continent dont il est presque un étranger « Don Quichotte […] des gnômes et des kobbolds ». Référence est faite à l’ancienne France et l’idée de « Royaume du Canigou » donne construction fictive d’un territoire politique fixé dans la mémoire du lieu. Dans l’ordre du texte, les mythes et légendes sont introduits par le versant espagnol. L’Espagne exotisme, l’Espagne exotisme de proximité en Pyrénées (Bellefond de, 2003). Relief naturel, imaginaire du lieu, puis écriture du mythe à l’espace économique et touristique (Chadefaud, 1988), la lettre de Rudyard Kipling donne à voir littérairement une géographie historique des Pyrénées, référée à l’espace géographique du tourisme (Knafou et al., 1997) de la Belle Époque.

12Enfin, pour laisser le dernier mot à Kipling, il est reproduit ci-après quelques lignes du conte publié en 1911 à propos des britanniques à Vernet-les-Bains. Les deux passages cités débutent l’ouvrage.

Pourquoi tombe la neige à Vernet
Une légende de de St Saturnia

  • 14 On reprend, modifiée et arrangée par nos soins, la traduction 2003 de Alan Mattingly et Annie Gavil (...)

                                                            Par Rudyard Kipling14

« Je tiens cette légende du Rocher qui se dresse derrière le laurier-tin et le néflier du Japon, dans le jardin d'hiver. Peu après la fin de la première croisade, ainsi que le Rocher me le raconta, parvinrent à Vernet deux chevaliers anglais : Sir Brian et Sir Gilbert. Les guerres les avaient fatigués et ils cherchaient une vie tranquille. L'un était trapu et roux ; l'autre était élancé et brun ; l'un boitait à cause d'une sciatique invétérée, l'autre était courbé sur sa selle par un lumbago tout aussi ancien. Ils arrivèrent séparément : Sir Brian un lundi, Sir Gilbert un jeudi. »
[…]

« Les dimanches les deux chevaliers se rencontraient exactement au-dessous du grand rocher et échangeaient exactement sept mots - un pour chaque jour de la semaine.
Sir Brian disait à Sir Gilbert : "Ha ! Le dos ?". Sir Gilbert répondait : "Mieux, merci ; la jambe ?". Si ponctuels étaient les interprètes de ce rituel que les braves habitants de Vernet - qui, jusque-là, ne s'étaient pas sentis très concernés par la fuite du temps - prirent l'habitude de régler l'horloge de leur église sur midi à l'instant où le septième de ces mots était dit.
Or, à côté de l'église habitait un saint homme destiné à devenir plus tard évêque et saint patron de la ville : ce n'était rien moins, en effet, que St Saturnia lui-même. Ses vertus en tant qu'auditeur silencieux et bien disposé, ainsi que l'excellence de sa cuisine, impressionnèrent si profondément les deux chevaliers que très vite Sir Brian prit l'habitude de dîner avec Saturnia chaque samedi, tandis que Sir Gilbert dînait avec lui chaque mercredi. »

Why Snow Falls At Vernet
A Legend of St. Saturnia

                                                           By Rudyard Kipling

“I had this legend from the rock which rises behind the laurestine bush and the loquat tree, in the winter garden. Shortly after the end of the First Crusade, so the Rock told me, there came to Vernet, wearied by war and seeking a quiet life, two English knights - Sir Brian and Sir Gilbert, the one round and reddish, the other long and dark; the one limping from an inveterate sciatica, the other bowed in his saddle by as ancient a lumbago. They arrived separately: Sir Brian on a Monday, Sir Gilbert on a Thursday.”

[…]

“On Sundays the two would meet exactly below the great rock and exchange exactly seven words - one for each day of the week.
Sir Brian would say to Sir Gilbert: "Ha! How's back?" Sir Gilbert would reply: "Better thanks; how's leg?" So punctual were the performers in this ritual that the simple inhabitants of Vernet who, till then, had not much concerned themselves with the flight of time, used to set their church clock to twelve noon on the instant that the seventh of these words had been spoken.
Now there lived beside the church a holy man, destined afterwards to become a bishop and the patron-saint of the town, none other, indeed, than St. Saturnia himself. His virtues as a silent and sympathetic listener, together with the excellencies of his cooking, so profoundly impressed the two knights that very soon Sir Brian made it his habit to dine with Saturnia every Saturday, while Sir Gilbert dined with him every Wednesday.”

Haut de page

Bibliographie

Bartczak, F., & Rage, J. (2002). L'invention d'une destination touristique. L'exemple de Font-Romeu entre 1903 et 1928. Revue Espaces, 189, 42-48.

Baudet, H. (2002). "De l’excellence sociale à l’excellence sportive" Font-Romeu : 1910-1968 (du Grand Hôtel au Lycée Pré-Olympique de Font-Romeu). Mémoire de Diplôme d’études approfondies, Université de Perpignan, Perpignan.

Bellefond de, R. (2003). À propos de l'autre côté de la montagne : l'Espagne des pyrénéistes. In F. Bartczak & J. Rage (Eds.), Les Pyrénées entre deux mondes (pp. 207-215). Perpignan : Presses universitaires de Perpignan.

Bobo, J.-P. (1997). Société montagnarde et classes dirigeantes en Roussillon à la Belle Epoque : l'exemple de la Section du Canigou du Club Alpin Français. In M.-É.Brejon, J.-P. Bobo & G. Soutadé (Eds.), Le Canigou 1896 - 1996 (pp. 211-244). Perpignan : Publication des Archives départementales des Pyrénées-Orientales.

Boyer, M. (1996). L’invention du tourisme. Paris : Gallimard.

Brejon, M.-É., Bobo, J.-P., & Soutadé, G. (Eds.). (1997). Le Canigou 1896 - 1996. Perpignan : Publication des Archives départementales des Pyrénées-Orientales.

Cazes, G. (1984). Tourisme enclavé, tourisme intégré : le grand débat de l'aménagement touristique dans les pays en développement. Cahiers du tourisme, C, 59.

Chadefaud, M. (1988). Aux origines du tourisme dans les pays de l'Adour. Du mythe à l'espace : un essai de géographie historique. Pau : Publication de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.

Duloum, J. (1967). Les Anglais dans les Pyrénées et les débuts du tourisme pyrénéen (1739-1896). Thèse de 3ème cycle, Université Aix-Marseille, Aix-en-Provence.

Escarpit, R. (1970). Rudyard Kipling. Paris: Hachette.

Hansen, P. H. (1991). British Mountaineering, 1850-1914. Ph. D. thesis, Harvard University, Harvard.

Hansen, P. H. (2000). Albert Smith, l'Alpine Club, et l'invention de l'alpinisme au milieu de l'ère Victorienne. Revue STAPS, 21(51), 7-27.

Knafou, R., Bruston, M., Deprest, F., Duhamel, P., Gay, J.-C., & Sacareau, I. (1997). Une approche géographique du tourisme. L’Espace Géographique, 26(3), 193-203.

MIT. (2005). Tourismes 2 : Moments de lieux. Paris : Belin.

Manguel, A. (2004). Kipling : une brève biographie. Arles : Actes Sud.

Pagès, C. (2004). Vernet-les-Bains et la haute société touristique (1840-1940). Mémoire de Maîtrise, Université de Perpignan, Perpignan.

Penez, J. (2001). Le thermalisme et la montagne au XIXe siècle. Babel, 5, 29-52.

Puig, C., Covato, F., & Maso, D. (2007). Vernet-les-Bains au cœur du Canigou. Vernet-les-Bains : Publication de la mairie de Vernet-les-Bains.

Tailland, M. (1997). Les alpinistes victoriens. Villeneuve d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Tailland, M. (2003). Un demi-siècle d'ascensions britanniques au Mont-Blanc : mise en récit d'un voyage initiatique entre science et aventure 1800-1850. Babel, 5, 37-56

Vigneau, J.-P. (1978). Du climat régional au climat local : l'exemple d'une vallée du moyen Conflent : Vernet-les-Bains, Corneilla-de-Conflent, Pyrénées Orientales. Géodoc. 12.

Haut de page

Notes

1 Albert Smith, 1999, Le Mont-Blanc à la mode. Chamonix, Guérin (traduction Michel Tailland). Première édition en langue anglaise en 1852.

2 Voir en particulier les textes d’archives réunis par Joutard, Philippe, 1986, L’invention du Mont-Blanc. Paris, Gallimard / Julliard. Également : Markham Sherwill, 2005, Lettres du Mont Blanc. Récit d'une ascension du sommet, les 25, 26 et 27 août 1825. Chamonix, Guérin. Édition traduite de textes de 1825 par Michel Tailland.

Illustration 1 : Affiche lithographique réalisée par Louis Trinquier Trianon vers 1905 pour la compagnie des chemins de fer PLM et du Midi, au bénéfice de la station thermale et climatique Vernet-les-Bains.

3 En 1940 une crue, dénommée depuis en catalogne l'aiguat, emporte les thermes et les hôtels. La crue modifie le cours du torrent à un point qu’il n’est plus possible de retrouver actuellement tous les emplacements. Une crue comparable avait été observée en 1710, d’où la construction du vieux village en hauteur loin du Cady (illustration 2).

4 Toutes les sources sont des sources secondaires. Références de consultation : Textes d’archives rassemblés par Pinney, Thomas, 1999, The Letters of Rudyard Kipling. vol. 4. 1911-19. Iowa City, IA, University of Iowa Press. Site Internet : http://docs.google.com/Doc?id=dfz9vmfp_115c2h3rn. Archives départementales des Pyrénées-Orientales, Perpignan, cote d’archive : 1524 PER 2.

5 Kipling cité par Manguel, (2004, p. 64).

6 Publié dans les colonnes du magazine local The Merry Though en avril 1911, puis la même année sous forme d’un petit livre. Une traduction française a été publiée récemment sous le titre de Pourquoi la neige tombe à Vernet dans Pyrénées, n° 214, 2003.

7 En 1911, Georges Auriol se trouve exactement le trésorier de la Section du Canigou et directeur du Bulletin trimestriel de la Section du Canigou. Il est frère de Prosper Auriol, président de la Section, banquier et personnage important de la vie perpignanaise.

8 Rudyard Kipling, Something of Myself. London, Macmillan, 1927, p. 210.

9 Notice biographique de Jean Escarra, dans Jean Escarra, 1931, Recueil des cours, vol. 27. I. Académie de Droit International de la Haye. La Haye.

10 Version incomplète dans la source secondaire consultée.

11 Hyppolite-Adolphe Taine, 1855, Voyage aux eaux des Pyrénées. Paris, Hachette, p. 290. Dans l’ouvrage, d’autres touristes moins passifs sont néanmoins également évoqués.

12 Henri Russel, lettre-préface à l’ouvrage de Gabriel Chaigne, 1911, Le Pays de Lourdes et ses environs. Bordeaux, Gounouilhon , première édition en 1897.

13 Comte Henry Russell, 2009, Souvenirs d’un montagnard. Oloron-Sainte-Marie, Monhélio, p. 185. Réédition de la seconde édition, revue et corrigée publiée en 1908 à Pau, imprimerie Vignancour.

14 On reprend, modifiée et arrangée par nos soins, la traduction 2003 de Alan Mattingly et Annie Gavila.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Légende Affiche lithographique réalisée par Louis Trinquier Trianon vers 1905 pour la compagnie des chemins de fer PLM et du Midi, au bénéfice de la station thermale et climatique Vernet-les-Bains.
Crédits © Paris, Imprimerie Baudelot.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Illustration 2
Légende Affiche lithographique réalisée par Pierre Commarmond vers 1930 pour la compagnie des chemins de fer du Midi, au bénéfice de Vernet-les-Bains avec mention du Canigou.
Crédits © Paris, Imprimerie Serre et Cie.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Suchet et John Tuppen, « Rudyard Kipling à Vernet-les-Bains dans le Massif du Canigou », Babel, 20 | 2009, 104-117.

Référence électronique

André Suchet et John Tuppen, « Rudyard Kipling à Vernet-les-Bains dans le Massif du Canigou », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/664 ; DOI : 10.4000/babel.664

Haut de page

Auteurs

André Suchet

Institut de géographie alpine, Université de Grenoble

Articles du même auteur

John Tuppen

Institut de géographie alpine, Université de Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org