Navigation – Plan du site

« Proust » pas à pas : un pastiche à (g)ravir

Daniel Bilous
p. 58-85

Résumé

Un pastiche à la fois moins connu et plus original que l’archétype satirique de Daudet dans son Tartarin sur les Alpes, se trouve dans une liste de récits de course écrits par Etienne Bruhl « à la manière » d’un grand nombre d’écrivains. L’article analyse un pastiche attribué à Marcel Proust, récit en trois pages, trois paragraphes et trois phrases écrit par un auteur lui-même alpiniste de haut niveau.

Haut de page

Texte intégral

Je suis bien obligé de tisser ces longues soies comme je les file, et si j’abrégeais mes phrases, cela ferait des petits morceaux de phrases, pas des phrases.

  • 1 Correspondance générale (Plon, Paris 1930, t. IV, 201.

Marcel Proust : Lettre à Robert Dreyfus (1905)1.

Introduction

1L’avouerai-je ? Pas plus qu’un Marcel Proust, lequel était de plus asthmatique, je ne fus jamais adepte, ni familier, ni même séduit par les hauteurs montagneuses.

  • 2 Accident à la Meije (J. Susse 1946, réédité en 2005 par Hoëbeke).

2Autant que Marcel Proust, en revanche, je suis fasciné par les pastiches et ce que je nomme la mimécriture, dont je me suis depuis longtemps fait une spécialité, pour l’étude comme pour la production. Le travail que je présente pour ce numéro spécial de Babel doit donc tout au hasard d’une rencontre : le livre d’un vrai passionné d’alpinisme, Etienne Bruhl : Variantes – Nouvelles et pastiches, qui fut publié en 1951, comme il se doit, chez l’éditeur spécialisé Bernard Arthaud. Comme le titre l’indique, l’ouvrage rassemble des récits de fiction, un genre dans lequel l’auteur se fit un nom en inventant le roman policier alpin2, et, publiés après la guerre mais commencés pour certains en captivité dans un Stalag allemand, des pastiches qui ont également l’alpinisme pour horizon : Joseph, tragédie en un acte et en vers à la manière de Jean Racine, et une série de onze performances dont voici la savoureuse présentation :

Un récit de course

3Au cours de nos recherches bibliographiques, nous avons eu la bonne fortune de mettre la main sur un document qui présente un intérêt alpinistique incontestable et que nous nous faisons une joie de présenter aux fervents de la montagne.

4Il s’agit du récit d’une ascension en haute montagne faite en collective par quelques écrivains de tout premier plan : Mme Colette, MM. Peter Cheyney, Paul Claudel, André Gide, Ernest Hemingway, Rudyard Kipling, François Mauriac, Marcel Proust, Jules Romains, Jean-Paul Sartre et Paul Valéry.
Au retour, on voulut très probablement se conformer à l’usage en écrivant une relation de l’entreprise, mais il semble qu’on n’ait pas pu se mettre d’accord sur le choix du narrateur. De guerre lasse, les excursionnistes auraient-ils décidé de se répartir la besogne, chacun se chargeant de raconter un épisode de la course.… Toujours est-il que le manuscrit découvert par nous comporte onze parties rédigées par onze mains différentes.
On remarquera qu’aucune indication n’est donnée, ni sur la montagne qui a été gravie, ni sur la date de l’ascension.

  • 3 Les premiers pastiches, vers 1907-1908, donnèrent à Proust l’idée de L’affaire Lemoine.

5L’idée d’unifier diverses performances autour d’un invariant narratif ou thématique n’est pas nouvelle. L’inventeur du recueil à invariant narratif, on le sait, n’est autre que Marcel Proust avec L’affaire Lemoine (Gallimard, 1919), mais des écrivains ou pasticheurs professionnels en proposèrent diverses formules. Le plus célèbre reste Raymond Queneau qui décline 99 Exercices de style (Gallimard, 1947) autour d’une seule et même anecdote exiguë, et mais on se souvient d’autres, qui distribuent les épisodes d’une intrigue à divers écrivains : Paul Reboux et Charles Müller3 avec leur reprise pastichielle La parure (de Maupassant) qu’ils récrivent en quatre épisodes « confiés » à Dickens, Zola, Goncourt et Daudet (A la manière de, Grasset, 1910) ; ou Robert Scipion avec un roman multistyle (un pastiche par chapitre) au titre évocateur : Prête-moi ta plume (Gallimard, 1945). Par ailleurs, on connaît des séries à invariant strictement thématique comme, autour d’un paysage, Les 36 manières d’accommoder un crépuscule au bord de la mer de Paul Zenner (Debresse, 1939) ; ou, traitant d’un poisson, La guirlande de la truite de Georges Griffe (Editions des Arceaux,1951). Il y a même, enfin, des séries à invariant textuel comme, sur l’archiconnu Sonnet d’Arvers, les “Variations” dues à Georges-Armand Masson (Le parfait plagiaire, Editions du Siècle, 1924), ou, autour des Contes de Perrault, les multivariations d’un Paul Guenel : A la manière d’à la manière de… (Renée Lacoste, 1947).

  • 4 La passion des cimes, qui avant Bruhl avait déjà inspiré à l’hydrologue Aimé Coutagne : La Muse à l (...)

6Le dénominateur commun des pastiches d’Etienne Bruhl n’est narratif qu’en principe. Dans les faits, le “Récit de course” censé avoir réuni pour la même aventure les écrivains cités n’offre guère de points d’ancrage communs d’une version à l’autre, et pratiquement aucune correspondance internarrative, mises à part, chez “Jules Romains”, quelques allusions aux autres encordés, et de furtives confidences de “Mme Colette” à “Mauriac”. La course est traitée comme le thème de variations et son caractère général, et purement fictif, se dilue et finit par se perdre sous les diverses métamorphoses stylistiques. De la sorte, tout se passe comme si chaque écrivain pastiché avait vécu une expérience propre, que le prisme de sa vision du monde rend irréductible, incommensurable à l’expérience de ses confrères. Au point qu’en termes alpinistiques, ces variations se donnent, au moins verbalement, pour autant de variantes ou parcours alternatifs, aucun de ces illustres encordés n’empruntant le même chemin de mots que les autres pour narrer la même ascension4.

7Toutes ces imitations témoignent d’une excellente connaissance des modèles, mais le récit qu’on va lire est, à mon sens, le plus abouti.

« Proust » alpiniste ?

8Premier de la série, le “Récit de Marcel Proust” donne la version du Narrateur d’A la recherche du temps perdu en à peine trois pages, que voici :

Je m’efforçais de suivre d’aussi près que possible celui de mes compagnons qui portait la lanterne et si je n’y réussissais que bien imparfaitement, la raison n’en était pas tant l’odeur douceâtre, un peu écœurante, de bougie fondue et de métal surchauffé qu’exhalait le lumignon — ainsi, tels certains insectes, j’étais à la fois attiré et repoussé par la clarté — que le désavantage de me trouver si loin de la source lumineuse, alors que l’homme de tête jouissait de la double supériorité de régler l’allure à sa propre convenance et de voir où il posait ses pieds, cependant que pour moi, à la distance où il fallait bien que je me tinsse, cette lueur était plus une gêne qu’un secours, car, si elle était insuffisante pour me permettre de déceler quoi que ce fût, elle parvenait en revanche à m’éblouir et à accentuer par contraste la profondeur des ténèbres qu’il me fallait franchir dans mon incessante poursuite d’une lumière qui s’obstinait à me fuir, à la façon d’une carotte suspendue devant le nez d’un âne pour encourager son avance et qui demeure toujours à la même distance en dépit des efforts que fait l’animal pour la rattraper.

  • 5 Le texte original porte « attendit », l’on rétablit ici le subjonctif attendu.

9Mais pouvait-on qualifier de lumière cette faible pâleur (qui, au surplus, persistait à danser d’un côté et de l’autre avec une agilité surprenante, mais sans le moindre sens du rythme) dont l’éclat était si terne — si j’ose ainsi parler — qu’elle paraissait troubler et salir l’obscurité (sans même qu’il fût question de la dissiper), avec cet aspect incongru de certaine tache que j’avais faite jadis à la robe noire de ma grand-mère en répandant quelques gouttes de café au lait à la suite d’un geste inconsidéré qui m’avait valu une verte semonce de la part de la vieille dame, encore que la décoction fût bien édulcorée, anodine, et que le désastre eût été difficile à discerner pour des yeux non avertis, la malchance ayant voulu toutefois que ma grand-mère attendît5 la visite de la comtesse de Montbazon, circonstance qui la contraignit à monter précipitamment dans sa chambre pour y revêtir une autre toilette moins à son goût ?

10Que l’homme à la lanterne fût pourtant moins favorisé que je ne l’avais cru, j’en eus bientôt l’intuition, puis la certitude, quand des mouvements désordonnés du falot et de nombreuses allées et venues de son porteur m’apprirent que la piste avait été perdue, ce qui n’était guère surprenant dans ce vaste désert de pierres, mais qui n’en était pas moins fort désagréable et même alarmant au point de justifier un appel à l’aide auquel, avec quelques autres camarades, je répondis sans marchander, ce qui me valut de fureter à l’aventure parmi les cailloux, risquant à tout instant de me tordre une cheville ou de me rompre le cou et n’ayant au surplus aucun espoir de réussir, car, eussé-je croisé cent fois le sentier, je n’aurais pas été en mesure de le reconnaître dans l’obscurité totale où je me débattais, si bien que la vanité de mes efforts m’ayant incité à protester et mes récriminations s’étant jointes à celles de mes compagnons, il fut décidé que nous reviendrions sur nos pas jusqu’à l’endroit où le chemin avait été aperçu pour la dernière fois, solution qui, pour sage qu’elle fût, était plus facile à adopter qu’à mettre en pratique puisque nous ne savions pas trop par où nous avions passé et que, croyant revenir vers l’arrière, nous n’étions pas assurés de ne pas nous fourvoyer dans une direction tout à fait différente et de ne pas perdre ainsi toute chance de sortir d’embarras, perspective peu faite pour rasséréner des esprits déjà déprimés et pour calmer des nerfs dont la tension expliquait suffisamment que quelques incidents eussent pu se produire, telles ces critiques acerbes adressées au responsable à qui l’on reprocha de n’avoir pas pris la peine de reconnaître le chemin, la veille au soir, mais auxquelles l’interpellé répondit que le fait de reconnaître l’itinéraire en plein jour et celui de ne pas le perdre dans l’obscurité de la nuit étaient choses bien différentes, réplique qui, si pertinente que je la jugeasse, eut le don d’exaspérer certains de mes compagnons prompts à y voir des sarcasmes, un persiflage, une désinvolture cynique, difficiles à accepter, venant précisément de la part du fautif, de telle sorte que les choses menaçaient de prendre une tournure fâcheuse quand des clameurs joyeuses s’élevèrent, annonçant que, par le plus grand des hasards, le sentier venait d’être retrouvé.

La « Phrase proustienne »

  • 6 Marcel Proust : La Prisonnière (Robert Laffont, 1987), p. 231-232), de“Canapé surgi du rêve…” à “… (...)

11Trois pages, mais aussi et surtout trois paragraphes inégaux qui sont aussi trois phrases (respectivement 212, 170 et 415 mots), dont la dernière, si elle est fort loin d’égaler la phrase la plus longue de La Recherche, dépasse quand même d’un mot la plus longue de La Prisonnière6 !

12On a beaucoup commenté l’ampleur des développements phrastiques chez Proust. Encore faut-il s’entendre sur ce que l’on peut nommer une « phrase proustienne ».

  • 7 Marcel Proust : Sodome et Gomorrhe (édition citée), p. 510-512, de “Sans honneur que précaire…” à “ (...)

13Le caractère décisif en est moins l’ampleur que la structuration syntaxique. Ainsi peut-on dire que, « proustienne », la célébrissime première phrase :
“Longtemps, je me suis couché de bonne heure”
ne l’est aucunement, bien qu’elle évoque par deux fois la question centrale du temps, et installe définitivement, par un verbe, qui plus est pronominal, le sujet d’une autodiégèse. On invoquera sa brièveté mais, paradoxalement, n’est pas non plus « proustienne », malgré son extraordinaire allongement, la plus longue phrase de la Recherche, qui compte 933 mots dans un passage de Sodome et Gomorrhe où le Narrateur se prend à évoquer l’existence secrète des invertis7.

  • 8 Charles Bruneau : La prose littéraire de Proust à Camus (Clarendon Press, Oxford 1953).
  • 9 Les deux seules difficultés sont sans doute, au départ du moins, l’ellipse du nom déterminé, et par (...)

14A ces deux échantillons extrêmes manque la complexité, entendue, selon l’analyse logique traditionnelle, comme une structuration grammaticale impliquant au minimum deux propositions, une principale et une subordonnée. A cet égard, même si des subordinations syntaxiques pullulent dans ses segments, la monstrueuse phrase de Sodome n’est rien d’autre, macrostructuralement, qu’une énumération, en elle-même fort simple (quoique démesurée), où s’égrène la suite des déterminations d’un substantif que l’on doit rechercher une demi-page plus haut : “Race sur qui pèse une malédiction (…) fils sans mère (…) amis sans amitié (…) amants à qui est presque fermée la possibilité de cet amour (…)”. Débutant par “Sans honneur que précaire, sans liberté que provisoire jusqu’à la découverte du crime, sans situation qu’instable, comme pour le poète la veille fêté etc.”, l’interminable séquence ne fait qu’exploiter jusqu’au paroxysme le système d’expansion nominale que le linguiste Charles Bruneau, en 1953, appelait le “style adjectif”8 de Proust9.

15Une phrase vraiment proustienne se présente plutôt comme celles qu’invente Bruhl, ici : une (ou plusieurs) proposition(s) principale(s) qui entraîne(nt) des subordonnées en séries, souvent greffées les unes sur les autres, le tout parsemé d’incidentes, de parenthèses etc.. Ce modèle, que Proust n’invente pas (il emprunte le style périodique aux grands prosateurs du classicisme français, notamment Saint-Simon, qu’il admire tant), le romancier le pousse à des limites inégalées, avec une tendance à laisser se développer les parties sans trop veiller (du moins est-ce l’impression première d’un grand nombre de récepteurs) à la cohésion de l’ensemble. Cette manière pose d’évidents problèmes de lecture, tous liés à la continuité du sens qu’il s’agit d’élaborer, et qui firent crier les premiers critiques à l’illisibilité de cette prose. L’image qu’une pareille complexité syntaxique suggère au prime abord est celle du « labyrinthe », soit un lieu caractérisé par un trajet pourvu d’un début et d’une fin, mais hérissé de chemins de traverse et d’impasses qui obligent l’égaré à reprendre là où la phrase avait bifurqué pour rabouter les segments porteurs.

L’espace de l'écrit

16Que ce modèle soit d’ordre spatial n’a rien de surprenant. L’écriture inscrit littéralement la parole humaine dans un espace, le feuillet, que l’on ne peut que parcourir (de gauche à droite et de haut en bas, quant aux langues occidentales) pour en déchiffrer la signification. Le banal terme de « discours », s’il ne préjuge en rien de la forme simple ou complexe qu’affecte le moindre propos, est lui-même une métaphore (lexie cursus : course, préfixe dis- : en tous sens) impliquant la notion d’espace, et pour faire simple, comprendre une proposition française simple suppose toujours d’articuler, en « courant » de l’un à l’autre, un sujet (“je”), un verbe (“suis couché”) et d’éventuels compléments directs ou indirects (“me”), ou encore circonstanciels (“longtemps”, “de bonne heure”).

  • 10 Jean Milly : La phrase de Proust - Etudes stylistiques (Université de Lille III, 1972), p. 6.

17C’est chez les stylisticiens de métier que les images qui spécifient les types de phrase « proustienne » sont légion. Dans sa thèse, Jean Milly ironise, sans citer malheureusement de sources, sur les “classements impressionnistes sous des étiquettes relevant de la fantaisie métaphorique” : “phrase à queue, à traîne, en éventail, en écharpe, en arc, en escalier, à méandres, à détonation, en fuseau, à coulisses, etc.” ; et il précise que, s’agissant de ces figures de la construction syntaxique, il a, lui, préféré ne rien ajouter à un si pittoresque “magasin d’accessoires”10.

  • 11 Alain de Botton : Comment Proust peut changer votre vie (Denoël Pockett, Paris 1997), chap. 3, p. 4 (...)

18Enfin, puisque l’espace au minimum bidimensionnel est consubstantiel à l’écrit, l’on devait bien s’attendre un jour ou l’autre à une figuration spatiale au sens propre (bidimensionnelle). Les linguistes qui traitent de la période complexe proposent en général une disposition de la phrase étagée sur plusieurs lignes, et des graphes arborescents, la sobriété visant à garantir une certaine abstraction, quoique l’espace paginal soit tout de même sollicité. Il l’est aussi, mais d’une manière totalement débridée, dans un ouvrage d’Alain de Botton, au chapitre “Comment prendre son temps”11 grâce à Proust. Là, trois figures topologiques : le méandre, la boucle et la spirale, sont censées imager le parcours de lecture pour la phrase, déjà évoquée, de La Prisonnière, qu’elles se partagent inégalement (grosso modo 11, 7 et 16 lignes), faisant la meilleure part à la spire involutive où le discours proustien semble vouloir engloutir son déchiffreur :

Figurer la complexité

19Ce qui frappe en un tel calligramme est à l’évidence son arbitraire primesautier.

20En effet, après avoir tourné la feuille en tous sens pour lire la phrase, on aura du mal à trouver une quelconque correspondance, même seulement symbolique ou métaphorique, entre la teneur ou la syntaxe du segment traité et le dessin que Botton en propose. Malgré une prétention à l’exactitude (“près de quatre mètres (…) dix-sept fois autour de la base d’une bouteille vin”), une indéniable fantaisie s’ajoute à — et sans doute s’explique par — l’imprécision de la mesure (qu’entend-il au juste par “une taille de caractères normale” ?). C’est la fantaisie de ce pur fantasme auquel succombe tout lecteur de la prose proustienne en général, dès qu’il abandonne le livre et que, les yeux fermés, il revient sur son expérience. Avec ces trois formes de parcours, Botton tâche d’épuiser l’ensemble des possibles configurations majeures d’une ligne d’écriture vue sous l’angle géométrique, hors la ligne droite.

21Une autre voie peut-être plus satisfaisante ou prometteuse consisterait à exploiter ce que Jean Milly appelle les “effets descriptifs”. Elle consiste à prendre appui sur le contenu du discours pour tenter de se faire l’image capable de rendre un compte fidèle de sa structuration générale. Et cela, toujours selon Milly, expose, certes, dans certains cas, à

  • 12 Jean Milly : ibidem, p. 7. Le critique glose le chapitre “Le style de Marcel Proust” dans les Etude (...)

“l’illusion sémantique à laquelle Spitzer n’a pas échappé : il trouve toujours dans la stylistique et le rythme des phrases ce que les mots du texte lui indiquent en clair. Ainsi, il voit un effet de tension et de relâchement dans une phrase construite autour d’images de caoutchouc tendu et de machine pneumatique (398-99) Une période qui se termine par « frappe au coeur » est une phrase « à détonation » (400). Une autre, qui se termine sur l’évocation d’une chute d’eau, « fournit une jolie chute de phrase »(401). Il nomme phrase « en arc » une phrase qui décrit successivement un « envol dans les nues » et une « chute sur la terre ».”12

22D’où l’on peut conclure, derechef, aux “dangers de l’impressionnisme” ! L’on reviendra sur ce point, mais il est piquant de voir comment un Paul Morand, en 1962, tâchait de se remémorer le style discursif de Proust, qu’il a connu vivant. Chez lui, l’allure de la phrase typiquement proustienne, au contraire, suggère les images, dont une nous retiendra particulièrement :

  • 13 Paul Morand interviewé par Roger Stéphane, dans l’émission télévisée Portrait-Souvenir : Marcel Pro (...)

“Sa phrase écrite ressemble étonnamment à sa phrase parlée (…) C’était une phrase très chantante, extrêmement longue, qui n’en finissait jamais, pleine d’incidentes, d’objections qu’on ne songeait pas à formuler mais qu’il formulait lui-même, elle ressemblait à une route de montagne qu’on gravissait sans jamais arriver au sommet… Beaucoup d’incidentes qui soutenaient la phrase comme des espèces de ballonnets d’oxygène et qui l’empêchaient de retomber, pleines d’arguties, d’arborescences…”13

23L’intérêt du pastiche de Bruhl, on l’a compris, est d’avoir su réaliser cette conjonction heureuse : que des phrases qui ressemblent à une interminable route montagnarde, en viennent effectivement à narrer, interminablement, certaine course en montagne.

  • 14 En effet, de Morand, le pasticheur ne pouvait avoir lu, en 1951, que cette autre description, parue (...)

24Cet appariement du thème et de sa mise en forme met en concurrence immédiate deux dynamiques : d’un côté la progression des alpinistes que le narrataire suit au niveau de la fiction, de l’autre le procès informatif des phrases que le lecteur évalue en permanence dans la réalité de son acte, car ce procès décide, indirectement, de ce qu’on nommera l’avancée de la lecture. Ici, fiction alpinistique et réalité lectorale s’épousent l’une l’autre, ce qui ne va guère sans poser la question, un rien cruciale en littérature, de savoir quelle strate de l’écrit est capable de déterminer l’autre. Disons le d’un mot : tout se passe comme si la ressemblance pointée par Morand (et refaite par le pasticheur sans que ce dernier ait pu s’en inspirer14), se trouvait convertie en programme d’écriture, qui astreint le texte à se faire récit de course. La forme de l’expression épousant de la sorte le contenu narratif, il va être possible de faire de ce pastiche une lecture expressionniste qui mette en rapport l’enchevêtrement des phrases avec les embarras de la cordée. N’est-il pas troublant que dès les premiers mots, soit posé le problème de « suivre » celui qui montre le chemin ? Ce motif permet de voir en le narrateur-personnage un reflet du lecteur, si l’on accepte d’interpréter comme l’allégorie du parcours de lecture ce récit d’une perte de repères spatiaux miraculeusement retrouvés in extremis : le phrasé proustien, lui non moins, est « difficile à suivre », et « l’on s’y perd », disent volontiers les lecteurs qui découvrent la Recherche.

Un récit laborieux et inachevé

25Parler d’une lecture expressionniste, c’est poser que la longueur matérielle des phrases occasionne, dans le récit, des « longueurs », c’est-à-dire une lenteur à fermer le sens d’un discours qui, s’agissant d’une ascension, se ramène à l’exécution de la course elle-même. Qu’on me permette de me citer pour préciser un peu ces notions :

  • 15 Daniel Bilous : “Longueur/longueurs : la chronorhétorique des pastiches-Proust" (in Temps et Récit (...)

“L’ampleur d’un texte, « sa longueur », est une donnée objective qui se mesure en nombre de mots et de pages. Quant à « ses longueurs », elles relèvent, certes, d’une construction subjective, mais ne sont pas moins mesurables. Est « long » (trop long) le passage dont l’ampleur semble excessive par rapport au contenu traité, de même qu’est « succinct » celui dont la brièveté surprend l’attente. Quant à la norme d’amplitude utilisée, elle peut relever soit de l’intertextualité (soient tel thème et plusieurs romanciers, la longueur moyenne que ceux-ci réservent au développement de celui-là), soit de l’intratextualité (longueur moyenne chez tel écrivain donné)”15.

26Proust n’a jamais parlé d’alpinisme, je l’ai rappelé, mais l’on peut gager que la norme d’amplitude à laquelle il faudrait rapporter cette imitation mobiliserait à la fois l’intertextualité (en comparant avec le faire des écrivains de montagne) et l’intratextualité (en prenant comme parangon un autre motif ou thème, comme par exemple la « soirée Guermantes » du Temps retrouvé). Pour juger combien ce pastiche accumule les « longueurs » narratives, il suffirait de lui opposer l’un de ces résumés qu’ont rédigés les successifs éditeurs de La Pléiade (Clarac-Ferré, puis Tadié). Ce qui, en imitant moi-même ces grands devanciers, donnerait peut-être une réduction à l’échelle de ce type :

*Je peine à suivre de trop loin le falot, pour mes yeux plus gênant qu’utile, de notre guide.
*Cette « lumière » pâle me rappelle l’incident de la tache de café sur la robe de ma grand-mère.
*La piste est perdue. Alarmes et recherches vaines, cris et protestations de notre groupe contre l’homme de tête. Heureusement, avant que cela ne dégénère, la piste est retrouvée, par hasard.

  • 16 Jean Ricardou : “Temps de la fiction, temps de la narration”, in Problèmes du Nouveau Roman (Seuil, (...)

27soit une contraction au 14ème, environ. Il nous reste à relire pour envisager comment, dans le détail, l’ampleur peut savamment provoquer d’agaçantes « longueurs », diégétiquement accessoires. Pour nous y aider, la narratologie fournit des instruments très performants, si l’on met en rapport la structure du récit avec ce que Jean Ricardou appelle la “vitesse” de son déroulement16. Il conviendra ensuite de considérer segments par segments la syntaxe de ces phrases pour pouvoir se figurer la façon précise dont le texte agence sa lente et difficile progression informative.

  • 17 Paul Larivaille : “L’analyse (morpho)logique du récit”, in Poétique n° 19, 1974, p. 386-387.

28Comme discours présentant une diégèse, tout récit répond en effet à une structure fixe, dont, à la suite des linguistes et des poéticiens structuralistes du récit, Paul Larivaille formalise ainsi les cinq phases17 :

           I
      AVANT
     Etat initial
      Equilibre
          1        

                                            II
                                      PENDANT
                            Transformation (agie ou subie)
                                 Processus dynamique

       II
    APRES
   Etat final
   Equilibre
        5         

                         2
4
                Provocation    Sanction
               (détonateur)
(conséquence)
             (déclencheur)

           

3

            

Action

29Quand on applique ce schéma quinaire à notre pastiche :

  • 18 Larivaille note : “La Sanction, conséquence immédiate de l’action (par exemple : mutilation, extase (...)

I- ETAT INITIAL : “Je m’efforçais de suivre d’aussi près que possible celui de mes compagnons qui portait la lanterne”
___________________________________________________________________

II- PROVOCATION (DECLENCHEUR) : “(…) la piste avait été perdue. (…)”
___________________________________________________________________

III- TRANSFORMATIONS : 1) [cris :] “appel à l’aide auquel, avec quelques autres camarades, je répondis sans marchander” ; 2) [recherche :] “fureter à l’aventure parmi les cailloux” ; 3) [protestations :] “la vanité de mes efforts m’ayant incité à protester et mes récriminations s’étant jointes à celles de mes compagnons” ; 4) [décision stratégique :] “si bien que (…) il fut décidé que nous reviendrions sur nos pas jusqu’à l’endroit où le chemin avait été aperçu pour la dernière fois” ; 5) [invectives :] “critiques acerbes adressées au responsable à qui l’on reprocha de n’avoir pas pris la peine de reconnaître le chemin, la veille au soir, mais auxquelles l’interpellé répondit que le fait de reconnaître l’itinéraire en plein jour et celui de ne pas le perdre dans l’obscurité de la nuit étaient choses bien différentes, réplique qui eut le don d’exaspérer certains de mes compagnons”
___________________________________________________________________

IV- SANCTION (CONSEQUENCE)18 : “(…) le sentier venait d’être retrouvé”.
___________________________________________________________________

V- ETAT FINAL : Ø

30Un certain nombre de données intuitives se voient confirmées.

  • 19 En place secondaire dans le syntagme, « suivre » est d’ailleurs moins valorisé que « m’efforçais », (...)

31L’action s’avère fort lente à démarrer, puisque, passée la première ligne, il faudra attendre le début du troisième paragraphe pour que survienne l’accident déclencheur, la perte du sentier. Cela signifie que presque la moitié du texte, à hauteur de 382 mots sur 797, est solidaire de la situation initiale (“je m’efforçais de suivre”), laquelle évoque, certes, un mouvement, mais, primo, sans lieu ni temporalité marqués (ce qui interdit toute possibilité d’ancrage), et, secundo, sur le mode itératif, plus propice à la description qu’à une narration19, avec cet imparfait qui marque la répétition de l’effort.

32Parvenu à la fin du texte, l’on constate qu’en fait de course en montagne, le récit n’aura en tout et pour tout proposé, sur les trois pages, que cette évocation des plus furtives — les cinq petits premiers mots —, et qu’avec les six derniers (“le sentier venait d’être retrouvé”), la fin exhibe moins une reprise de l’action (comme ferait, par exemple, un “*nous repartîmes”) que l’énoncé des conditions favorables à cette reprise. Le texte s’achève sur la “Sanction” des “Transformations”, laissant le récit orphelin d’“Etat final”.

33La masse entre-deux dépeint par le menu un opiniâtre sur-place. Dans son étude de ces questions temporelles, Jean Ricardou a montré tout l’efficace des passages d’“analyse”, s’agissant de ralentir un récit jusqu’à l’enliser, et celle de toute description, statutairement capable, elle, d’en paralyser le cours. L’on voit comme le premier paragraphe est immédiatement et entièrement investi par la réflexion analytique du Narrateur sur sa propre situation comparée à celle de l’homme de tête. Quant au deuxième, il est voué à caractériser descriptivement la lumière du falot.

34Avant d’aller plus loin, cependant, il nous faut préciser ce que recouvre exactement notre expression “l’avancée de la lecture”.

35Imaginons un texte narratif dont la progression, linéaire, calquerait purement et simplement les progrès des alpinistes, un mouvement que nous supposerons purement processif. Il ne devrait dans l’idéal offrir qu’un récit chronologique, scandé par les changements de lieu et de temps (par exemple du pied au sommet, du matin au soir), ou à la rigueur, un récit traversé de d’ellipses et d’anticipations (ou prolepses) capables d’accélérer l’allure de l’ascension, comme les reportages télévisés d’aujourd’hui le pratiquent volontiers. En aucun cas il ne devrait présenter de retours en arrière (analepses), mais rien ne l’empêcherait, en revanche, de s’interrompre ou se ralentir, momentanément, et il est évident qu’ici l’imitateur joue l’excès.

36Toutefois, à peine on considère non plus seulement le récit mais l’écrit, sa phénoménalité matérielle interdit de songer à une quelconque rupture de déchiffrement, même dans le cas où, comme on dit, « le fil » (de l’histoire) semble « rompu ». En effet, le contenu informatif d’un texte narratif débordant toujours peu ou prou l’information strictement diégétique (et chez Proust ou Bruhl, plutôt largement), cette hétérogénéité oblige à caractériser de façon nuancée l’effet des segments non strictement narratifs. Si, par rapport au récit stricto sensu, ils fonctionnent comme des “éléments retardants” (Spitzer), voire bloquants, ces segments n’en apportent pas moins, chacun, son lot de représentation, en précisions de tous ordres sur les circonstances qui entourent l’action proprement dite.

  • 20 Rappelant que “dans « Combray », le fil de l’histoire constitué de divers épisodes se déroulant en (...)

37Au plan syntaxique de la phrase dite complexe, enfin, et sous l’angle de son informativité, l’on peut faire l’hypothèse que toute phrase de ce type peut souffrir d’une manière de contradiction. En effet, la principale et la subordonnée ne vont dans le même sens informatif que si et seulement si la seconde, quelle qu’elle soit, porte les données capables d’achever strictement ce qui a commencé de se dire. Si nous reprenons l’incipit
“Je m’efforçais de suivre d’aussi près que possible celui de mes compagnons qui portait la lanterne”,
l’on peut considérer que la proposition subordonnée relative, qualifiant en « style adjectif » (Bruneau) “celui de mes compagnons”, complète le sens de la principale en précisant sur un mode descriptif (minimal, quasi définitoire) le personnage en question, et comme relative déterminative, elle n’interrompt pas le cours du récit. En revanche, une relative explicative (comme “*un compagnon de tête, qui me faisait signe”), ou une autre à valeur temporelle (du genre “*un compagnon de tête, qui était arrivé la veille”), aurait pour effet immédiat de renvoyer à un « avant », en une analepse qui contrarierait l’avancée narrative. Quant à la subordonnée concessive qui suit :
“et si je n’y réussissais que bien imparfaitement, la raison n’en était pas tant l’odeur douceâtre”,
Elle ne concerne plus trop l’action, sauf sur un mode descriptif (elle précise le “m’efforçais” initial) et plus globalement, elle supporte une analyse susceptible, si elle s’amplifie, d’enliser le mouvement processif. Même, d’une façon plus générale et profonde, toute formule concessive renvoie à un état de choses précédant l’action qu’elle commente, mais qui, à la différence d’une formule causale ou temporelle, semble s’opposer à son accomplissement (l’on retrouve les “objections qu’on ne songeait pas à formuler mais qu’il formulait lui-même” dont parle Morand)20. Que le pastiche en fasse, avec dix occurrences dans tout le texte, un abondant usage, c’est le signe d’un récit contrarié à plaisir.

Pas à pas, la syntaxe21

  • 21 Pour ne pas allonger un propos déjà complexe, dans les analyses qui vont suivre, nous n’envisageron (...)
  • 22 En outre, la description par l’analyse logique n’enregistre pas tous les procédés d’allongement, et (...)
  • 23 Dont certains lieux sacrés offrent encore le souvenir, comme le labyrinthe au sol du Chœur de la ca (...)

38Ces remarques faites, il serait un peu oiseux de passer en revue toutes les catégories de propositions, car il est impossible d’établir une corrélation fixe entre le statut grammatical du segment22 et son impact sur le cours du récit : c’est moins la nature que la teneur dudit segment qui est déterminante (une autre formule causale comme “la raison n’en était pas tant l’odeur douceâtre”, pourtant sise dans une principale coordonnée, a les mêmes effets récessifs qu’une analepse ordinaire). De même, les parenthèses, incidentes et autres propositions incises, en tous cas chez Proust qui y recourt souvent, ne sauraient paradoxalement être ès qualité tenues pour génératrices d’entraves au (dis)cours de l’écrit. L’essentiel est de saisir qu’il n’est pas un seul accident à la « marche en avant » du récit qui ne soit quand même informatif sur quelque autre plan. (Le trop commode analogon du labyrinthe-dédale montre alors ses limites. En fait, on ne se « perd » jamais complètement dans une phrase, du moins proustienne, aussi complexe soit-elle. Une « ligne » existe, celle de l’écrit noir sur blanc, qu’il suffit de poursuivre pour que les segments rompus se raboutent syntaxiquement, de loin en loin. Pour ce faire, bien sûr, l’esprit entre en jeu, mais aussi l’œil, puisque le lecteur engagé dans ce labyrinthe-ci a, sur Dédale et Icare, la supériorité de pouvoir l’observer de haut. D’un écrit où « l’on se perd », la meilleure image serait donc la combinaison du dédalique labyrinthe-jeu, qui multiplie à plaisir les impasses et culs-de-sac, et du religieux labyrinthe initiatique23, où, au terme d’un parcours extraordinairement sinueux, mais aucunement déceptif, le chemin conduit le fidèle au centre du cercle ou du polygone. Pareille combinaison contradictoire est naturellement infigurable).

  • 24 Les segments du texte y sont mis en regard de leur syntaxe, du type textuel et des « pas » qu’ils f (...)

39De la sorte, si alors même que l’action « piétine », le texte, lui, « avance » au gré des mots qui le font se développer, l’on pourrait sûrement considérer un grand nombre notations incidentes, pour filer la métaphore de la marche, comme autant de « pas de côté » (c’est l’aspect « digressif », au sens étymologique, du discours proustien). Parmi les facteurs retardants, les possibles analepses si largement favorisées par la machine mémorielle proustienne, seraient des « pas en arrière » (témoin, celui que provoque l’évocation de la lumière, ramenant le Narrateur à la malencontreuse tache de café sur la robe de la grand-mère, avec la résurrection de toute l’anecdote, sur sept lignes et demie). Quant aux « pas en avant », ils imageraient bien sûr une situation où la phrase dénoterait le plus directement possible la progression de la cordée. Ce texte en est particulièrement avare, comme on l’a suggéré, et comme le montre le tableau24 qu’il nous est désormais loisible de dresser, par exemple à partir du premier paragraphe :

TEXTE

SYNTAXE

TYPE

« MARCHE »

Je m’efforçais de suivre (…) compagnons

1e Principale

action

pas en avant

qui portait la lanterne

1e Sub. relative (déterminative)

description

pas en avant

[et

Coordination]

si je n’y réussissais (…) imparfaitement

1e Sub. concessive

analyse

pas en arrière

la raison n’en était (…) métal surchauffé

2e Principale (début)

analyse/
description

pas en arrière

qu’exhalait le lumignon

2e Sub. relative (déterminative)

description

pas de côté

— ainsi, tels certains insectes, (…) la clarté —

Incidente

analyse

pas de côté

que le désavantage (…) source lumineuse

2e Principale (fin)

analyse

pas de côté

alors que l’homme de tête (…) et de voir

2e Sub. concessive

analyse

pas de côté

où il posait ses pieds,

Sub. complétive

description

pas de côté

cependant que pour moi, à la distance

3e Sub. concessive (début)

analyse

pas en arrière

où il fallait bien que je me tinsse,

3e Sub. relative (déterminative)

description

pas de côté

cette lueur était plus (…) qu’un secours,

3e Sub. concessive (fin)

analyse

pas en arrière

[car,

Coordination]

si elle était insuffisante (…) de déceler

4e Sub. concessive

analyse

pas en arrière

quoi que ce fût,

Sub. interrog. indirecte

analyse

pas en arrière

elle parvenait (…) profondeur des ténèbres

3e Principale

description

pas de côté

qu’il me fallait (…) d’une lumière

4e Sub. relative (déterminative)

description

pas de côté

qui s’obstinait (…) son avance

5e Sub. relative (déterminative, 2e degré)

description

pas de côté

[et

Coordination]

qui demeure (…) en dépit des efforts

6e Sub. relative (déterminative, 3e degré)

description

pas de côté

que fait l’animal pour la rattraper.

7e Sub. relative (déterminative, 4e degré)

description

pas de côté

  • 25 Roland Barthes : “Introduction à l’analyse structurale des récits”, in Communications 8, 1966.

40Faisant pause dans le récit, la description, au deuxième paragraphe, de la lumière du guide, contre-productive dans ses effets, fonctionne comme un indice narratif (Barthes25) : incluant un retardement drastique (l’analepse du souvenir familial), elle prépare la scène de l’égarement collectif.

Mais pouvait-on qualifier (…) pâleur

1e Principale

analyse

pas de côté

(qui, au surplus, (…) sens du rythme)

1e Sub. relative (explicative)

description

pas en arrière

dont l’éclat était si terne

2e Sub. relative (explicative)

description

pas en arrière

— si j’ose ainsi parler —

Sub. conditionnelle

analyse

pas de côté

qu’elle paraissait troubler (…) l’obscurité

Sub. consécutive (début)

description

pas de côté

(sans même qu’il fût […] dissiper),

1e Sub. concessive

analyse

pas de côté

avec cet aspect incongru de certaine tache

Sub. consécutive (fin)

description

pas de côté

que j’avais faite (…) geste inconsidéré

3e Sub. relative (déterminative)

analepse

pas en arrière

qui m’avait valu (…) de la vieille dame,

4e Sub. relative (déterminative, 2e degré)

analepse

pas de côté

encore que la décoction fût (…), anodine,

2e Sub. concessive

analyse/ description

pas en arrière

[et

Coordination]

que le désastre (…) des yeux non avertis,

3e Sub. concessive

analyse

pas en arrière

la malchance ayant voulu toutefois

Sub. participiale

analepse

pas en arrière

que ma grand-mère (…) circonstance

Sub. complétive

analepse

pas en arrière

qui la contraignit (…) moins à son goût ?

5e Sub. relative (déterminative)

analyse

pas de côté

A la recherche du lieu perdu

  • 26 Et à leur façon, ils ne sont pas sans reconduire la correspondance, révélée par Ricardou, entre le (...)
  • 27 Sur l’holisme comme tendance du pastiche à offrir une image de toute l’œuvre à travers un texte syn (...)

41Avec le dernier paragraphe, c’est toute la Recherche qui se voit transposée sur le plan de l’espace. Deux segments exactement superposables :
“m’apprirent que la piste avait été perdue (…)
annonçant que (…) le sentier venait d’être retrouvé”,

placés comme l’alpha et l’oméga de l’aventure proprement dite et se répondant sémantiquement, y assurent un parfait bouclage. Ils renvoient directement aux deux extrêmes du roman imité, que Proust avait promus en surtitre de l’ensemble et intitulé du dernier volume : la fameuse quête “A la recherche du temps perdu” ne s’achève pas sans que “Le temps” soit “retrouvé”26. La transposition thématique ne va donc pas, ici, sans ce que j’appellerai l’ambitieuse visée holistique d’un « modèle réduit »27.

Que l’homme à la lanterne (…) favorisé

1e Sub. complétive (inversée)

analyse

pas de côté

que je ne l’avais cru

Sub. comparative

analepse

pas en arrière

j’en eus bientôt (…) puis la certitude,

1e Principale

analyse

pas de côté

quand des mouvements (…) m’apprirent

1e Sub. temporelle

action

pas en avant

que la piste avait été perdue,

2e Sub. complétive

action

pas en avant

ce qui n’était (…) vaste désert de pierres,

1e Sub. relative (déterminative)

analyse

pas de côté

[mais

Coordination]

qui n’en était pas (…) un appel à l’aide

2e Sub. relative (déterminative)

analyse/action

pas de côté/
avant

auquel, (…) je répondis sans marchander,

3e Sub. relative (déterminative, 2e degré)

action

pas en avant

ce qui me valut (…) espoir de réussir

4e Sub. relative (déterminative, 3e degré)

action

pas en avant

[car

Coordination]

eussé-je croisé cent fois le sentier,

1e Sub. concessive

analyse

pas en arrière

je n’aurais pas (…) dans l’obscurité totale

2e Principale

où je me débattais,

5e Sub. relative (déterminative)

description

pas de côté

si bien que

1e Sub. consécutive (début)

action

pas en avant

la vanité de mes efforts (…) à protester

1e Sub. participiale

action

pas en avant

[et

Coordination]

mes récriminations (…) mes compagnons,

2e Sub. participiale

action

pas en avant

il fut décidé

1e Sub. consécutive (fin)

action

pas en avant

que nous reviendrions (…) à l’endroit

3e Sub. complétive

action

pas en avant

où le chemin (…) dernière fois, solution

6e Sub. relative (déterminative)

description

pas en avant

qui,

7e Sub. relative (déterminative, 2e degré, début)

analyse

pas de côté

pour sage qu’elle fût,

2e Sub. concessive (incise)

analyse

pas en arrière

était plus facile (…) à mettre en pratique

7e Sub. relative (déterminative, 2e degré, fin)

description

pas de côté

puisque nous ne savions pas trop

1e Sub. causale

analyse

pas en arrière

par où nous avions passé

Sub. interrog. indirecte

analepse

pas en arrière

[et

Coordination]

que, croyant (…) pour calmer des nerfs

2e Sub. causale

analepse

pas en arrière

dont la tension expliquait suffisamment

8e Sub. relative (explicative)

analepse

pas en arrière

que quelques incidents eussent pu (…) adressées au responsable

4e Sub. complétive

analyse

pas en arrière

à qui l’on reprocha (…) la veille au soir,

9e Sub. relative (explicative)

action/
analepse

pas en avant/ arrière

[mais

Coordination]

auxquelles l’interpellé répondit

10e Sub. relative (déterminative)

action

pas en avant

que le fait de reconnaître (…) choses bien différentes, réplique

5e Sub. complétive

analyse

pas de côté

qui,

11e Sub. relative (déterminative, début)

analyse

pas de côté

si pertinente que je la jugeasse,

3e Sub. concessive (incise)

analyse

pas en arrière

eut le don d’exaspérer (…) de la part du fautif,

11e Sub. relative (déterminative, fin)

action

pas en avant

de telle sorte que les choses (…) une tournure fâcheuse

Sub. consécutive

analyse

pas de côté

quand des clameurs joyeuses (…), annonçant

2e Sub. temporelle

action

pas en avant

que, (…), le sentier venait d’être retrouvé.

6e Sub. complétive

action

pas en avant

42Il peut sembler paradoxal de traiter de « pas en avant » toute l’agitation qui a précédé l’issue. En effet, le Narrateur prétendant le chemin retrouvé “par le plus grand des hasards”, l’on pourrait considérer ladite issue n’est pas la “Sanction” des “Transformations” opérées pour rétablir l’équilibre perdu. Mais la formule est d’une ironie ravageuse — très proustienne d’allure — et en fait, c’est bien le piétinement en tous sens qui finit par aboutir au happy end.

Conclusion

43Abandonnant les encordés sur leur piste et le scripteur sur son chemin de mots, il est temps de revenir sur notre propre parcours analytique, puisqu’aussi bien l’étymon de “méthode”, odos en grec, signifie “route”. Le résultat apparaît mitigé.

44Complétant l’approche narratologique, ces tableaux ont une certaine vertu heuristique, s’agissant de saisir le style de ce pastiche d’un style. L’on y comprend ce qu’Etienne Bruhl a retenu de sa lecture de Proust — un récit mis à mal par toutes sortes de retardements —, et par quels moyens privilégiés il ménage les seconds au sein du premier (style adjectif sous l’espèce des relatives déterminatives, analepses et, particulièrement, notations concessives). Tout pastiche est l’écriture d’une lecture, et l’imitateur a voulu ne considérer que certaine difficulté du décodage pour composer un artefact susceptible de la faire saillir. Que sur une pareille base ce pastiche soit une réussite justifierait d’examiner s’il tient les mêmes promesses quand on lui applique toutes les catégories stylistiques repérées par Jean Milly dans le roman modèle. Mais l’on doit reconnaître combien cette base apparaît singulièrement étroite, mesurée au travail du scripteur dont le même Jean Milly a su décrire les ambitions :

“Cette pensée, écrit-il, procède par vues d’ensembles, par développements de réseaux d’images, par analyses subtiles et détaillées ; elle tend, de plus, à ajouter, à la manière des peintres, les environnements et les arrière-plans aux motifs principaux. (…) L’élargissement de proche en proche, ou, fréquemment, du proche au lointain, est à l’origine des nombreux ajouts sur manuscrits ou sur épreuves, qui gonflent les phrases comme les paragraphes (…)”

45Et le critique de citer une lettre du romancier à Gallimard :

  • 28 Marcel Proust : Choix de lettres (Plon, Paris 1965), p. 244, cité et commenté in La phrase de Prous (...)

“Puisque vous avez la bonté de trouver dans mes livres quelque chose d’un peu riche et qui vous plaît, dites-vous que cela est dû précisément à cette surnourriture que je leur réinfuse (…), ce qui matériellement se traduit par ces ajoutages”28.

  • 29 Gérard Genette : “Métonymie chez Proust”, in Figures III (Seuil, Paris 1972), cité par Milly (ibide (...)

46Notre pasticheur semble comme obnubilé par les vertiges du style proustien, et croit les rendre suffisamment par la focalisation sur des problèmes alpinistiques, alors que son mimécrit aurait produit les mêmes effets d’une façon superlative si les “ajoutages” avaient provoqué des digressions plus variées (chez Proust, on le sait, la moindre action ou parole déclenche, par “contagion métonymique” [Genette29], de bien plus libres réflexions et analyses d’ordre psychologique, esthétique, philosophique et moral).

47Par ailleurs, en eux-mêmes, nos tableaux laissent paraître de notables difficultés, qui commencent avec la caractérisation du type textuel. Un texte comme le roman proustien est rarement pur, car les segments combinent le plus souvent plusieurs modalités informatives : même distincts du récit, les passages d’analyse comportent volontiers une part de description, et les retours en arrière montrent d’ordinaire un segment d’ordre narratif (l’analepse) tout mêlé de description et d’analyse parfois très complexe (quand le Narrateur évoque en sus les fameuses objections). Notre caractérisation reste donc un peu fruste, la présentation tabulaire contraignant à envisager le type textuel qui domine les autres, quand on veut le rapporter au type narratif qui formerait la base romanesque.

48Les problèmes liés à la traduction allégorique (du texte comme une « marche ») ne sont pas moindres. Pour encore et toujours les référer à une progression diégétique presque introuvable, il nous a fallu considérer certains segments comme des « pas de côté » et d’autres comme des « pas en arrière », et l’hybridité discursive soulignée à l’instant nous a parfois obligé à conjuguer de multiples directions pour le même segment. Dans une analyse plus fine, il faudrait aussi décrire le renforcement mutuel de plusieurs effets d’entrave, qui est l’un des traits dominants de ce pastiche.

49Au reste, nous avons mené une analyse sans doute peu transposable à un autre pastiche-Proust ou même au roman de Proust, et cette lecture « ad textum » (comme il y a des arguments ad hominem) encourrait facilement les reproches que l’on a vu Milly adresser à Leo Spitzer. Même si, à notre sens, le « Proust » de Bruhl la justifie en ce qu’il programme une “illusion sémantique” très efficace, on se verrait mal l’appliquer à toutes les phrases-fleuves d’A la recherche du temps perdu. La syntaxe d’un texte est plus rarement qu’on ne le croit moulée comme ici sur de précis effets de sens ; elle est un peu comme était la peinture pour Léonard de Vinci : cosa mentale, bien plus que forme propice aux figurations sensibles. Notre « pas à pas » s’avère donc une présentation un peu naïve ? Elle l’eût été davantage si l’on avait, comme c’est tentant, jaugé l’importance des segments-étapes à leur nombre de mots. Et il eût été extravagant de tracer la carte du parcours, car on aurait dû trancher, aussi arbitrairement que Botton quand il calligraphie le style de Proust, si les « pas de côté » devaient aller à gauche ou à droite…

50Pour finir, il y a encore plus inquiétant, dans cette voie de l’autocritique : l’hypothèse d’une syntaxe expressive n’est peut-être même pas, somme toute, indubitable. En effet, si les articulations syntaxiques donnent le sentiment d’« exprimer » si fidèlement ce qui nous est narré, c’est peut-être surtout parce que, au rebours, cette forme si particulière est capable de donner au styliste l’idée de ce qu’elle va pouvoir narrer, comme le stipule fort bien la description de Paul Morand, au lieu d’en rien recevoir.

51Sous cet angle neuf, l’on dirait qu’un certain contenu (la course) s’invente à seule fin d’épouser une certaine forme (le tortueux décours phrastique, typiquement proustien).

  • 30 Soit, en cotation de course d’alpinisme, si je ne m’abuse (car je n’y connais rien) : “Très diffici (...)

52L’on pourra donc, à présent, rêver un lecteur d’A la recherche du temps perdu ou, à défaut, de ce délectable pastiche, qui, grimpant hardiment à l’assaut de cimes enneigées expressément ardues (de niveau TD, ED, ABO30), en vienne à s’écrier, à mi-course : « Illisible, cette montagne ! ».

Haut de page

Notes

1 Correspondance générale (Plon, Paris 1930, t. IV, 201.

2 Accident à la Meije (J. Susse 1946, réédité en 2005 par Hoëbeke).

3 Les premiers pastiches, vers 1907-1908, donnèrent à Proust l’idée de L’affaire Lemoine.

4 La passion des cimes, qui avant Bruhl avait déjà inspiré à l’hydrologue Aimé Coutagne : La Muse à la Montagne, Petite anthologie poétique à l’usage des alpinistes (pastiches) et Les trophées alpestres (« La Source » - G. Neveu et Cie, 1925), inspirera de même à Angèle Ponchont son recueil de pastiches poétiques S’ils avaient « fait » de la montagne… (Editions Privat, 1963).

5 Le texte original porte « attendit », l’on rétablit ici le subjonctif attendu.

6 Marcel Proust : La Prisonnière (Robert Laffont, 1987), p. 231-232), de“Canapé surgi du rêve…” à “… du salon des Verdurin” (414 mots).

7 Marcel Proust : Sodome et Gomorrhe (édition citée), p. 510-512, de “Sans honneur que précaire…” à “…il ne leur paraisse pas un vice” (933 mots).

8 Charles Bruneau : La prose littéraire de Proust à Camus (Clarendon Press, Oxford 1953).

9 Les deux seules difficultés sont sans doute, au départ du moins, l’ellipse du nom déterminé, et par ailleurs la syntaxe des segments expansifs, elle-même complexe ; mais lesdits segments expansifs se trouvent bien délimités par des points-virgules, comme chez Chateaubriand, à peine leur volume commence-t-il d’augmenter (à coups essentiellement, de comparaisons et de subordonnées relatives).
La complexité logique y est donc plutôt mesurée, mais non certes la « complexité » de la représentation. Comme le remarque Jean Milly dans les passages qu’il consacre à cette pente « adjectivale » chez Proust : “Du fait que ces développements annexes sont des phrases subordonnées, ils apportent non seulement plus de précisions que le ferait un simple adjectif, mais en outre, grâce à la construction verbale, les indications de personne, de temps, d’aspect que celui-ci ne saurait fournir. Ils prennent le caractère d’un récit ou d’une description à l’intérieur d’un autre récit ou description” (La phrase de Proust des phrases de Bergotte aux phrases de Vinteuil, Larousse, Paris 1975, p. 190), sur le mode d’un enchâssement récurrent. Cette description convient sans doute davantage encore à la longue période de La Prisonnière qui est d’ailleurs quand même une énumération (les meubles de la rue Montalivet replacés dans la nouvelle demeure des Verdurin, repérés par Brichot venu en visite), et où les notations subordonnées sont beaucoup plus liées à la fiction du roman.

10 Jean Milly : La phrase de Proust - Etudes stylistiques (Université de Lille III, 1972), p. 6.

11 Alain de Botton : Comment Proust peut changer votre vie (Denoël Pockett, Paris 1997), chap. 3, p. 42-43.

12 Jean Milly : ibidem, p. 7. Le critique glose le chapitre “Le style de Marcel Proust” dans les Etudes de style de Leo Spitzer (Gallimard TEL, Paris 1970 ; 1ère publication en allemand 1961).

13 Paul Morand interviewé par Roger Stéphane, dans l’émission télévisée Portrait-Souvenir : Marcel Proust, 11 Janvier 1962 (je souligne).

14 En effet, de Morand, le pasticheur ne pouvait avoir lu, en 1951, que cette autre description, parue deux ans plus tôt dans Le visiteur du soir (La Palatine, Genève 1949, p. 10-12) :
“Il prit aussitôt la parole avec une autorité douce, une adresse dissertante où je reconnus immédiatement son écriture et tout le style de l’homme : [suit une phrase de 22 lignes censée avoir été prononcée par Proust].
La phrase ne faisait que commencer ; elle ne devait pas finir avant le milieu de la nuit. Cette phrase chantante, argutieuse, raisonneuse, répondant à des objections qu’on ne songeait pas à formuler, soulevant des difficultés imprévues, subtile dans ses déclics et ses chicanes, étourdissante dans ses parenthèses qui la soutenaient en l’air comme des ballons, vertigineuse par sa longueur, surprenante par son assurance cachée sous la déférence, et bien construite malgré son décousu, vous engaînait dans un réseau d’incidentes si emmêlées qu’on se serait laissé engourdir par sa musique, si l’on n’avait été sollicité par quelque pensée d’une profondeur inouïe ou d’un fulgurant comique. Ce monologue tortillé, arborescent, spirale, où le parleur n’arrivait jamais à joindre les deux bouts, ressemblait à un brouillon plein de pâtés et de ratures, de becquets, d’errata et de perfectionnements marginaux” (cité par Jean Milly : La phrase de Proust des phrases de Bergotte aus phrases de Vinteuil [Larousse Université, Paris 1975], p. 200-201).
Ce texte inspire le propos qu’on vient de lire, et d’ailleurs la caméra de Roger Stéphane montre Paul Morand retrouvant dans son livre la phrase proustienne qu’il avait reconstituée. Mais la comparaison alpinistique est totalement absente du commentaire qu’il ajoute (ou à peine connotée par l’adjectif “vertigineuse”). Il se pourrait donc fort que, s’il ne l’a inventé de chic lors de cette interview de 1962, Morand, décrivant le style de Proust,… s’inspirât du pastiche de Bruhl !

15 Daniel Bilous : “Longueur/longueurs : la chronorhétorique des pastiches-Proust" (in Temps et Récit romanesque, Actes du 2e Colloque international du Centre de Narratologie Appliquée [CNA], Cahiers de Narratologie n° 3, Faculté des Lettres de Nice, 1990, p. 69), un article où j’ai entrepris d’analyser, dans six autres pastiches, la manière spécifique dont l’imitateur s’efforce de restituer, en quelques pages, le temps proustien, c’est-à-dire les effets de rythme que Proust réussit apparemment sans limite d’ampleur.

16 Jean Ricardou : “Temps de la fiction, temps de la narration”, in Problèmes du Nouveau Roman (Seuil, Paris 1967), p. 161-170.

17 Paul Larivaille : “L’analyse (morpho)logique du récit”, in Poétique n° 19, 1974, p. 386-387.

18 Larivaille note : “La Sanction, conséquence immédiate de l’action (par exemple : mutilation, extase, etc.), est parfois difficile à distinguer de l’Etat final. Elle en est néanmoins distincte, comme l’est un résultat ponctuel de l’équilibre des forces qui en découle” (art. cit., p. 387).

19 En place secondaire dans le syntagme, « suivre » est d’ailleurs moins valorisé que « m’efforçais », lequel est plus descriptif qu’actif : c’est le verbe conjugué qui porte l’accent sémantique de la formule.

20 Rappelant que “dans « Combray », le fil de l’histoire constitué de divers épisodes se déroulant en grande partie sur le mode de l’itératif est rompu par des digressions suscitées par les lectures du héros et relatives à l’oncle Adolphe, à Bergotte, à la Berma, etc.”, Michel Erman avance que “du point de vue de la continuité du récit, il s’agit de faits et d’événements inactuels formant des sous-récits en cohérence, certes, avec le contexte mais en rupture avec la progression temporelle puisqu’ils sont représentés sur le mode du discontinu et du superposé plutôt que du linéaire et du successif” (“Le temps de l’inactuel”, in Bulletin d'informations proustiennes, n° 38, Editeur : Rue d'Ulm, 2008 Paris, p. 153). Dans notre pastiche et sans doute chez Proust lui-même, les formules de concession, avec leur aspect digressif, se penseraient plutôt sur le mode du contre-actuel.

21 Pour ne pas allonger un propos déjà complexe, dans les analyses qui vont suivre, nous n’envisagerons rien d’autre que la syntaxe en rapport avec le sémantisme, négligeant les structures phonétiques et rythmiques sur lesquelles insiste Jean Milly dans son étude des phrases de Proust.

22 En outre, la description par l’analyse logique n’enregistre pas tous les procédés d’allongement, et, pour rendre compte d’une série comme, vers la fin du pastiche : “exaspérer certains de mes compagnons prompts à y voir des sarcasmes, un persiflage, une désinvolture cynique, difficiles à accepter, venant précisément de la part du fautif”, il faudrait faire intervenir les figures rhétoriques liées à l’amplification, comme l’accumulation, l’épanorthose et la gradation.

23 Dont certains lieux sacrés offrent encore le souvenir, comme le labyrinthe au sol du Chœur de la cathédrale d’Amiens. Sur la topologie labyrinthique, voir Question de n° 104 : La géométrie du labyrinthe (Albin Michel, Paris 1997).

24 Les segments du texte y sont mis en regard de leur syntaxe, du type textuel et des « pas » qu’ils figurent.

25 Roland Barthes : “Introduction à l’analyse structurale des récits”, in Communications 8, 1966.

26 Et à leur façon, ils ne sont pas sans reconduire la correspondance, révélée par Ricardou, entre le tout début de l’incipitLongtemps, [je me suis couché de bonne heure]” et la toute fin de l’explicit “[à des époques si distantes, entre lesquelles tant de jours sont venus se placer — dans] le Temps” (voir Jean Ricardou : “La métaphore d’un bout à l’autre [Problèmes de la métaphore productrice à partir de A la recherche du temps perdu]” ch. III, D. L’hélice du texte, in Nouveaux problèmes du roman [Seuil, Paris 1978], p. 133-139).

27 Sur l’holisme comme tendance du pastiche à offrir une image de toute l’œuvre à travers un texte synthétique, voir Daniel Bilous : “La mimécriture : règles d’un art”, in L’écriture mimétique, Actes du Colloque de Toulon, 13 & 14 novembre 2008 (à paraître).

28 Marcel Proust : Choix de lettres (Plon, Paris 1965), p. 244, cité et commenté in La phrase de Proust, des phrases de Bergotte aux phrases de Vinteuil, p. 10.

29 Gérard Genette : “Métonymie chez Proust”, in Figures III (Seuil, Paris 1972), cité par Milly (ibidem).

30 Soit, en cotation de course d’alpinisme, si je ne m’abuse (car je n’y connais rien) : “Très difficile (passage de 5 à 6a)”, “Extrêmement difficile (passage de 6)” ou “Abominablement difficile (passage de 6 soutenu avec nombreux passages plus difficiles en 7)”.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://babel.revues.org/docannexe/image/580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Bilous, « « Proust » pas à pas : un pastiche à (g)ravir », Babel, 20 | 2009, 58-85.

Référence électronique

Daniel Bilous, « « Proust » pas à pas : un pastiche à (g)ravir », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/580 ; DOI : 10.4000/babel.580

Haut de page

Auteur

Daniel Bilous

Laboratoire Babel, Université du Sud Toulon Var

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org