Navigation – Plan du site

Présentation

Michel Tailland
p. 5-8

Texte intégral

1 Existe-t-il une littérature de montagne ? C’est la question que posait Bernard Amy, à la fois alpiniste, chercheur et écrivain dans un article publié en 2005. Comme la littérature de voyage, dont elle est sans doute un avatar, il en existe de nombreuses variantes et d’autres genres sont sans doute encore à naître. Au-delà de l’exploit ou de l’aventure, les voyages et les courses en montagne ont également un horizon verbal. S’agit-il d’écrire ou de décrire les sommets ? Sans chercher à répondre à ces interrogations, le présent numéro de la revue Babel « Ecrire la montagne » tente de s’intéresser à certaines facettes de la mise en mots, en récits et en images de l’univers des cîmes. Qu’il s’agisse de « grande » littérature, de productions littéraires plus modestes, ou simplement d’écrits didactiques, que la montagne soit un sujet central ou périphérique de ces « montagnes de mots » ou d’images, des champs extrêmement différents sont abordés par les contributeurs de ce volume sur une chronologie qui s’étire sur plus de deux siècles.

2 Le premier thème abordé concerne la « grande littérature », des écrivains consacrés en effet ont dédié des pages admirables à l’univers montagnard. De Jean Giono, qui selon ses dires ne fut pas alpiniste, mais bien plutôt un « rêveur des montagnes », Jacques le Gall analyse avec finesse et précision les rapports quasi filiaux avec un univers initiatique dont il pratiqua tous les étages avec un « bonheur » plus ou moins intense. Il nous entraîne pas à pas non seulement dans les Alpes réelles mais également imaginaires de l’auteur, rappelant ainsi que Giono est bien l’auteur d’une des plus belles littératures de montagne jamais écrite.

3 C’est un tout autre monde que nous ouvre Michel Dufour dans sa contribution, celui de William Butler Yeats et sa vision du Ben Bulben et des montagnes du Comté de Sligo dans le nord ouest de l’Irlande. Loin de la sensualité des « architectures d’espace » que constituait la montagne de Giono, on entre ici dans un univers symbolique et minimaliste décrit comme gris, aride et désolé mais qui se lit surtout comme la projection d’un paysage intérieur. Chez le poète, cette montagne est peuplée d’êtres irréels, d’esprits inséparables des brumes irlandaises qui hantent et séduisent les créatures terrestres. A travers sa vision, Yeats invoque le caractère sacré du paysage dans sa propre quête d’identité artistique irlandaise.

4 Au-delà de la littérature de (sur la ?) montagne sérieuse et parfois austère est rapidement apparu un genre plus léger, satirique dont Daudet dans son Tartarin sur les Alpes constitue l’archétype bien connu. Les alpinistes, les « professionnels du tourisme » (et les méridionaux) y sont moqués de façon peu aimable. Mais l’exemple de pastiche analysé par Daniel Bilous est à la fois moins connu et beaucoup plus original. Dans une liste de récits de course écrits par Etienne Bruhl « à la manière » d’un grand nombre d’écrivains, il choisit et dissèque celui attribué à Marcel Proust qu’on a du mal à imaginer dans la peau d’un alpiniste. Récit en trois pages, trois paragraphes et trois phrases écrit par un auteur lui-même alpiniste de haut niveau- il fut membre du prestigieux GHM – et « inventeur » du roman policier alpin avec son livre « Accident à la Meije ».

5Jusqu’à présent, les précédents numéros de la revue Babel (n° 5, 8 et 10) consacrés à la montagne et à l’alpinisme, n’avaient pas fait la part belle aux Pyrénées. Cette injustice est en partie réparée avec la contribution de Françoise Besson, consacrée à Henri Russell acteur majeur du pyrénéisme. C’est à travers le prisme de la couleur qu’elle nous fait pénétrer dans la belle prose du montagnard irlando gascon. Dans une écriture qui devient peinture, où la spiritualité semble naître de l’esthétique, Russell lit son rapport au monde dans les couleurs de la nature. Sous sa plume, la montagne devient peinture et le paysage devient autobiographie. Si Russell est un des principaux promoteurs du pyrénéisme, Françoise Besson démontre qu’il est également un merveilleux écrivain voyageur et un poète accompli.

6Cette évocation des Pyrénées est complétée par la contribution d’André Suchet dans laquelle il livre les premiers résultats d’un travail de thèse en cours sur l’invention du pyrénéisme de Ramond de Carbonnières à la pléiade des Pyrénées. A travers une lettre de Rudyard Kipling, A. Suchet et John Tuppen s’attachent à faire comprendre les imaginaires du Canigou dans la villégiature britannique de la Belle Epoque en Pyrénées Catalanes.

  • 1 Actes publiés dans le n° 10 de la revue Babel.

7 Le deuxième aspect vient compléter un thème déjà abordé en 2004 à l’Université du Sud Toulon Var par le colloque « Une montagne de journaux, des journaux de montagne1. » Catherine Gonguet Mestre consacre sa monographie à une véritable institution, la Revue de Géographie Alpine. De Raoul Blanchard, fondateur de l’institut de Géographie Alpine et de la revue éponyme au début du XXe siècle au Journal of Mountain Research après presque cent ans d’existence, on peut suivre les évolutions de la recherche en géographie et son balancement entre sciences humaines et sciences pures. Sur ce temps long, on peut y suivre l’évolution du territoire entre géologie et économie du touristique. Tradition et modernité caractérisent cette belle revue qui après un siècle demeure une référence pour les géographes.

8 Jean-Paul Zuanon, s’intéresse à une autre institution, l’Annuaire du Club Alpin Français. Sur le dernier quart du XXe siècle, qui voit l’institutionnalisation des clubs d’alpinisme et la montée des nationalismes il analyse avec minutie le discours patriotique qui irrigue la revue en dépit de l’« apolitisme ostentatoire » qu’elle prétend incarner. Le Club Alpin Français dont la fondation coïncide presque exactement avec la naissance de la Troisième République et qui ne prétend officiellement que « faciliter la connaissance des montagnes françaises », ne reste pas indifférent à la vie du pays à tel point qu’on a pu parler d’alpinisme au service de la nation et de fonction politico patriotique du Club Alpin Français.

9 Le troisième type de littérature de montagne est produit par les alpinistes eux-mêmes qui font partager leurs expériences. C’est avec le récit d’ascension au mont Blanc d’Albert Smith, qu’un des genres féconds pendant la première moitié du XIXe siècle connut son apogée et la fin de l’intérêt que lui avait porté jusqu’alors un public avide d’exploits accomplis dans un milieu extrême. Les récits d’ascension du mont Blanc avaient en effet été un genre prisé jusqu’à ce que les mises en récit de l’alpinisme sportif symbolisé par la création de l’Alpine Club ne viennent les supplanter dans le désir de haute montagne et l’imaginaire collectif des lecteurs du XIXe siècle. Ces récits retraçant un exploit unique, sorte de voyage initiatique constituent une littérature secondaire relativement codifiée dont Michel Raspaud livre une ethnographie en permettant d’en saisir tous les ressorts.

10 C’est à des aventures bien différentes qu’étaient confrontés les élèves de Rodolphe Töpffer ou ceux des caravanes scolaires organisées en montagne par d’audacieux pédagogues sous l’égide du Club Alpin Français. Associant dans un même mouvement éducation physique, intellectuelle et morale, les caravanes scolaires se présentaient comme une pédagogie novatrice visant à lutter (après la défaite de 1870) contre la dégénérescence de la nation française et le déclin de la race. Olivier Hoibian met en perspective ces deux tentatives d’initiation de la jeunesse à la montagne, en compare les mises en récit et leurs influences respectives.

11 Avec la naissance de l’alpinisme sportif se popularise le récit de course, genre de littérature secondaire promis à un grand succès mais également dès l’origine à de sévères critiques. La modestie du ton, le minimalisme de l’expression font passer ces récits pour des productions sans grand intérêt. Mais au-delà de l’aspect factuel et descriptif, il s’agit bien de l’écriture (à plusieurs mains) d’une véritable geste et d’une grande épopée. Il est question tout autant d’une histoire culturelle des élites victoriennes que de l’affirmation de la puissance impériale britannique. Dans ma contribution, je tente d’en livrer les articulations et d’en réfuter les critiques dont John Ruskin fut le principal initiateur.

12 Reinhold Messner est certainement l’un des plus grands alpinistes de tous les temps. La liste de ses exploits est immense, plus de cinq cent ascensions dans les Alpes au début des années soixante et surtout le fait d’avoir été le premier alpiniste à gravir les quatorze sommets de plus de huit mille mètres. S’il est tout d’abord alpiniste, il est également selon ses propres termes un aventurier. Dans un article extrêmement précis et documenté, Michel Mestre démontre qu’il est également le recordman du monde de littérature d’alpinisme en détaillant le « système » éditorial de Messner. Au-delà d’un mythe vivant, ce dernier s’impose également comme un homme d’affaires extrêmement avisé, symbole d’une époque où le sport et l’aventure sont également une affaire d’argent.

13 Enfin, le dernier point abordé est celui de l’iconographie. Si la montagne est mise en récit, elle est également mise en images fixes ou mobiles. Dans le « Bergfilm » ou film de montagne, mais également sur les pages des magazines, dont Gianni Haver livre un récit visuel des couvertures mettant ainsi en perspective le sens et l’importance symbolique, économique et militaire de la montagne dans la presse Suisse entre 1920 et 1945.

14 Dans sa contribution, Rémy Pithon s’intéresse au guide de haute montagne, acteur majeur et consubstantiel de l’alpinisme dès les origines. Sur une période essentielle, depuis la naissance du Bergfilm dans les années de l’immédiat après première mondiale, du cinéma muet au cinéma parlant, on saisira à travers les stéréotypes narratifs et les éléments thématiques la portée idéologique d’un « héros populaire », figure emblématique d’un genre cinématographique. Chez ce dernier les qualités morales s’ajoutent aux prouesses techniques de son exercice professionnel. Les vertus des gens de la montagne s’opposent aux vices supposés des gens d’en bas ou de l’étranger.

15 Au terme de ce parcours, on peut donc constater que les différents articles du présent volume de la revue Babel escaladent quatre versants différentes d’une même thématique : écrire la montagne. Un axe littéraire en premier lieu, puis les revues savantes, enfin les mises en récit des véritables acteurs de la montagne et de l’alpinisme et pour clore (et illustrer) l’ensemble, la mise en images de la montagne. Il n’était certes pas question de prétendre à l’exhaustivité, de nombreux autres choix auraient logiquement trouvé leur place dans ce numéro. Nul doute cependant que ces approches viendront enrichir les travaux déjà nombreux de Babel Montagne. Que les auteurs de ces contributions soient ici sincèrement et amicalement remerciés pour s’être joints à l’aventure.

Haut de page

Notes

1 Actes publiés dans le n° 10 de la revue Babel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tailland, « Présentation », Babel, 20 | 2009, 5-8.

Référence électronique

Michel Tailland, « Présentation », Babel [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 29 septembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/574

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org