Skip to navigation – Site map
Varia

Entretien avec Oumou Ahmar Traoré, une romancière malienne à la rencontre de l’écriture

Vicente E. Montes Nogales
p. 303-315

Full text

I. Oumou Ahmar Traoré, l’écrivaine

1Qui êtes-vous, Madame ?

2Je suis Malienne, ancienne responsable en charge de la communication du Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille du Mali (MPFEF), ancienne journaliste de la presse écrite, féministe par conviction et par devoir de combat.

3Qu’est-ce qui vous pousse à écrire et que signifie pour vous cette action ?

4Un très bel adage dit : « Savoir, c’est porter la responsabilité d’agir, et agir c’est s’engager dans la voie de la réforme de la société. L’engagement est une responsabilité sociale de l’intellectuel ». Selon un autre : « Ne pas dire les choses, c’est contribuer à les empirer ». Ces pertinentes remarques me poussent, en partie, à écrire.

  • 1 Oumou Ahmar Traoré évoque ici Albert Londres.

5Pour moi écrire c’est beaucoup de choses, c’est dire, partager, aimer comme ne pas aimer, c’est aussi assumer, avoir l’amour de la vérité, la justice et la liberté. J’écris pour plaider des causes à mon avis justes, je désire que ma plume soit un souffle pour des personnes éprouvées. Mais par franchise, je dois vous avouer que cette plume, sans être agressive ni excessive, n’est pas non plus très révérencieuse, parce que trempée à la doctrine d’un grand journaliste reporter européen disparu1, mais dont le nom reste rattaché à un prestigieux prix. Sa doctrine commande de « planter la plume là où elle fait mal ». C’est ce que je tente de faire.

6Quelle est votre inspiration ?

7Mon inspiration me vient de certains sujets ou situations. Qu’ils relèvent de l’actualité, du passé ou du futur, peu importe, l’important c’est leur pertinence. L’environnement, les individus, les sons et les images sont tous aussi susceptibles de me procurer de la matière. C’est dire à quel point l’esprit peut être en constant éveil, toujours en quête de quelque chose de merveilleux à exploiter, et cette chose, à l’image d’une matière première brute, avant de devenir produit fini, est appelée à subir le long processus de transformation.

8Vous adressez-vous à un lecteur européen ou africain ?

  • 2 Traoré, Oumou Ahmar. Mamou, épouse et mère d’émigrés. Bamako : Éditions Asselar, 2007.

9C’est selon le sujet et aussi le cadre spatio-temporel. Il m’est arrivé de m’adresser à la fois aux deux, comme dans mon roman Mamou, épouse et mère d’émigrés2.

10Dans votre roman Mamou, épouse et mère d’émigrés, vous abordez entre autres problèmes, celui de l’immigration. Vous dénoncez les conditions des Africains qui cherchent en Europe l’Eldorado ainsi que les déportations. Vous le faites par l’intermédiaire de votre personnage Doudou et de son père. Avez-vous personnellement connu un Doudou, le héros de votre roman ?

11Doudou est un personnage fictif, ainsi que son père Jean-Birama, mais leur histoire est semblable à celle d’un nombre indéterminé de migrants que j’ai vus ou avec lesquels j’ai pu parler.

12Dans votre roman, vous montrez que l’entreprise de tous ces jeunes qui viennent en Europe est vouée à l’échec.

13Malheureusement oui. L’Europe n’est plus la même ; le temps du manque criard de la force de travail bon marché de l’Afrique est depuis longtemps révolu. Dans un passé récent, en Espagne, l’essor de la construction immobilière entraîna un regain de la migration des Africains. La saturation de l’offre et la grave crise économique qui s’en suivirent restent méconnues de beaucoup de jeunes qui continuent de risquer leur vie dans la traversée de la mer Méditerranée et le désert pour atteindre l’Eldorado qu’est l’Occident.

14Tous les jeunes n’ont pas vocation à migrer, tous n’ont pas aussi vocation à réussir mais, hélas tous continuent de nourrir le rêve d’un lendemain meilleur ailleurs malgré les drames qui jalonnent les trajets, malgré nos modestes efforts de sensibilisation. Il y a un grand déficit d’information.

15Dans sa correspondance, Doudou cite Aimé Césaire. Pourquoi cet auteur et pas un autre ?

16Père du courant littéraire appelé la Négritude, Aimé Césaire, après avoir rendu à l’homme noir sa dignité, par son écriture militante n’a eu de cesse d’appeler ses contemporains au rejet de l’arbitraire, de la domination coloniale et de toutes les autres formes d’oppression. Son influence ne s’est jamais arrêtée au sein de l’élite intellectuelle. Dès lors, pour Doudou, responsable estudiantin épris de liberté et de justice, puis migrant, abreuvé aux discours émancipateurs, le choix de l’auteur s’impose tout naturellement. En outre, des liens très affectueux le lient à sa mère, et sachant Césaire responsable de l’affirmation selon laquelle « la femme est stabilisatrice de la société », il ne pouvait élire meilleur auteur d’autant que Mamou, sa mère, représente la nervure centrale d’une famille presque vidée et déstructurée du fait de la migration.

17Vous avez dédié ce roman aux femmes éprouvées par l’émigration mais aussi à votre frère Sory Traoré, « emporté par les mirages du diamant angolais ». Le phénomène des diamants, parfois nommés diamants de sang, pourrait inspirer votre prochain roman ?

18Je veux bien si jamais se présentent les conditions et l’occasion. Qu’ils soient le mirage, causant la perte de milliers de migrants, ou l’étincelle à l’origine des plus sanglantes rébellions armées, des conflits et des trafics de tous genres, les diamants en Afrique restent quasiment liés aux innombrables tragédies humaines. De par leur provenance, ils sont par endroits dans le monde tristement enregistrés sous le label « les diamants du sang ». Donc, si l’écriture peut servir à changer l’image négative du continent, circonscrire les drames, consoler un tant soit peu les femmes éprouvées et les familles déchirées par la migration, alors cela vaudra bien la peine d’essayer.

19Dans votre ouvrage vous remerciez vos parents, vous écrivez « mon père et toi [ma mère] avez résisté à la pression des parents du village, hostiles, d’une manière générale, à la scolarisation de vos enfants, à celle de vos filles en particulier ». Pourriez-vous nous donner plus d’informations sur cette résistance ?

20Le système éducatif colonial s’est implanté avec beaucoup de difficultés au Mali. Il a fallu donner l’exemple à travers les chefs traditionnels, arracher aux parents leurs enfants, et les scolariser de force. Ainsi, aucun choix n’était laissé à leurs administrés. C’est dans ce contexte que mon grand-père, chef de village, donc autorité traditionnelle, scolarisa un seul de ses enfants, mon père. Fort heureusement, l’école lui réussit bien. Il fit carrière dans l’administration après un passage à l’armée. Convaincu des bienfaits de l’éducation, il les voulut aussi pour ses enfants, surtout ses filles, car l’éducation des filles reste encore un défi au sein de plusieurs communautés au Mali, surtout la communauté soninké très attachée au mariage précoce. Mes parents ont dû batailler férocement pour nous sauver. Leur résistance s’est traduite par des efforts pour convaincre du bien-fondé de leur décision ma grand-mère paternelle, mes oncles et mes tantes, pour lesquels notre destin de femme devait s’accomplir rapidement par le mariage et non l’école perçue comme un obstacle à la maternité. L’accompagnement moral de notre mère, très au fait de la condition des filles non scolarisées, fut décisif, avec notre père elle nous a élevées loin des forces opposées.

21Êtes-vous inquiète de l’avenir du Mali ?

22Oui. L’avenir n’est pas un long fleuve tranquille. Depuis 2012, mon pays, naguère vitrine de la démocratie en Afrique de l’Ouest, traverse une zone de turbulence suite à une rébellion armée, un coup d’État militaire et une invasion djihadiste. C’est l’une, sinon la plus grave crise de son histoire contemporaine. Nous vivons dans un monde qui n’est plus qu’un village planétaire en proie à de profondes mutations. Les défis migratoires, climatiques, économiques, politico-sécuritaires et autres se bousculent aux portes des nations, et le Mali ne fait pas l’exception.

23Le fait d’être l’épouse de diplomate vous permet-elle de faire connaître la culture malienne ?

24Je le faisais déjà mais encore plus aujourd’hui. C’est une bonne opportunité et le Mali le mérite bien.

25Parlez-nous de vos projets. Pour quand, votre prochain roman ?

26Toujours des projets d’écriture et d’engagements au service du progrès social et des couches les plus vulnérables. Mon prochain roman ne demande qu’à être publié pourvu qu’il le soit avec le minimum de respect que l’on doit à un auteur par rapport à ses droits.

II. La littérature malienne

27Peut-on parler d’une littérature malienne ?

28Il y a bien une littérature malienne et elle n’est pas qu’écrite. Mais comparée à d’autres pays, la littérature malienne est bien jeune, à l’image du pays même, politiquement indépendant depuis seulement le 22 septembre 1960. Les recherches situent à l’année 1938 la publication de la première œuvre littéraire intitulée les Dogons du Soudan. Le Mali à l’époque coloniale était appelé le Soudan français et ses habitants les Soudanais. Puis suivirent les essais de Fily Dabo Sissoko – chef de canton, enseignant et homme politique à la fois –, ses recueils de poèmes et son roman La passion de Djimé (1955). En 1957, Seydou Badian Kouyaté publie Sous l’Orage et une année après, le roman Le Devoir de Violence, de Yambo Ouologuem, obtient le prestigieux Prix Renaudot, une première en Afrique.

29Depuis, la littérature malienne n’a eu de cesse d’évoluer, elle est riche de tous les genres littéraires dont certains en langues nationales avec, toutefois, sa très grande spécificité liée à la prééminence de la littérature orale, socle même de la société, au grand bonheur de nombre d’auteur(e)s.

30Croyez-vous qu’il y ait une nette coupure entre la littérature orale malienne et la littérature écrite ?

31Il y a plutôt complémentarité, voire, par moments, interdépendance entre les deux littératures. La riche histoire du Mali, une fois de plus, a d’abord été orale avant d`être consignée par écrit. Il a été démontré que les traditions et expressions orales sont utilisées pour transmettre des connaissances, des valeurs culturelles et sociales et une mémoire collective et aussi que leur rôle est essentiel pour garder vivantes les cultures. Les traditionnalistes sont encore sollicités pour leur immense savoir.

32Quels sont les principaux problèmes de la société malienne dénoncés par les écrivains ?

33L’écrivain est le témoin de son temps, donc les écrivains maliens ne font pas exception. Ils évoluent avec leur époque, mais cela ne les empêche nullement de revisiter, en plus des thèmes cités plus haut, le passé quel qu’il soit.

34À quelles difficultés doivent faire face les écrivains maliens ?

35Sans dresser une liste exhaustive, je peux dire que les difficultés sont multiples. D’abord, le Mali, ancienne colonie française de l’Afrique de l’ouest, détient comme langue officielle le français, cependant, 80 % de la population ne l’écrit ni ne le lit, ce qui limite considérablement le champ du livre. Les rares œuvres en langues locales peinent aussi à rencontrer leur public du fait du nombre réduit de lettré(e)s. À tout ceci, s’ajoute, depuis quelques années, le problème crucial de la politique du livre censée faire intervenir tous les acteurs de la filière, à savoir les éditeurs, imprimeurs, libraires, bibliothécaires, services de commercialisation, publicitaires, etc.

36Aujourd`hui se faire publier au Mali n’est point aisé compte tenu de la faiblesse des moyens financiers de la plupart des Maisons d’édition, toutes choses obligeant les auteur(e)s à renoncer à leurs droits ou à publier à compte d’auteur, à moins d’obtenir un financement. À ma connaissance, aucun éditeur n’est présentement en capacité de revendiquer une véritable chaîne de distribution ne serait-ce qu`à l’échelle nationale, condamnant ainsi le livre à demeurer dans les stocks. En désespoir de cause, des auteur(e)s se tournent vers des éditeurs africains ou européens où d’autres réalités les attendent également.

37Voici autant de difficultés rencontrées par les auteur(e)s, et qui constituent de sérieuses menaces au devenir même du livre au Mali.

38Quel est le rôle des écrivains maliens ? Est-ce le même que celui des écrivaines ?

39Les écrivains maliens sont à l’image de la plupart des écrivains, avec des styles et des genres différents et variés. Ils partagent des expériences personnelles à travers des œuvres autobiographiques, traitent des sujets sociaux, culturels ou politiques, dont les protagonistes se trouvent généralement être des hommes.

40La première œuvre féminine malienne Femme d’Afrique. La vie d’Aoua Kéïta racontée par elle-même, couronnée par le Grand prix littéraire d’Afrique noire en 1976, est une œuvre autobiographique parue en 1975, soit quelques décennies après Les Dogons du Soudan. L’auteure y évoque sa vie de sage-femme et aussi de femme politique, pour avoir été, pendant la première République, l’unique et la première femme à siéger sur les bancs de la Représentation nationale.

41Les écrivaines évoquent généralement des sujets qu’occultent les écrivains, non par mépris, mais par simple manque de pertinence dû à la différence de genre. Naturellement, elles mettent en avant des héroïnes.

42Peut-on parler d’une littérature malienne produite par des femmes ?

43Quoique timide on peut parler d’une littérature féminine ; les publications restent très en deçà de celles des hommes. Mais en dépit de cette timidité, de plus en plus d’auteures occupent l’espace très masculin de l’écriture, elles ne craignent plus de descendre dans l’arène si j’ose m’exprimer ainsi.

44Quelle est la relation entre les écrivaines maliennes et la tradition ? Refus ou acceptation ?

45Le Mali est un très ancien pays dont les origines remontent jusqu’à l’empire du Ghana. Des traditions s’y sont fortement ancrées et continuent d’influencer les comportements. Toutes les traditions n´étant pas négatives, les écrivaines s’érigent contre celles qui portent atteinte aux femmes, telles les mutilations génitales féminines, la polygamie, le lévirat, le mariage précoce ou forcé, les violences conjugales, parfois vécues, donc elles s’investissent pour sauver d’autres femmes et jeunes filles.

46Pourquoi cette méconnaissance du Mali en Europe ?

47Il n’y a pas une raison unique. Aimé Césaire avait à juste titre dit : « Tant que les lions n’auront pas leur propre histoire, les récits de chasse tourneront à la gloire du chasseur ».

48Le Mali, avant ses propres ressortissants, a d’abord été conté aux Européens et aux Orientaux par les explorateurs, les prêtres missionnaires, puis les colonisateurs. Malheureusement tous les récits n’étaient pas élogieux, la plupart étaient ou faits de contre-vérités ou stéréotypés à l’exception de quelques-uns comme l’Atlas catalan de 1375 présentant l’empire du Mali dans toute sa prospérité.

49Si l’Europe est bien connue des Maliens, c’est parce qu’elle est étudiée dans tous ses aspects positifs à l’école et à l’université, le contact est maintenu, entre autres, à travers les langues, les programmes d’éducation, les coopérants, les touristes et surtout les programmes de la télévision et les médias, mais ces échanges pèchent par l’absence de réciprocité. La traite négrière, l’esclavage, la colonisation, et aujourd`hui la migration dite illégale occultent la culture malienne, en plus les rencontres et les échanges culturels se caractérisent par leur rareté, et le durcissement des politiques migratoires, pour ne rien arranger, rend quasi-impossible la circulation des acteurs culturels. La crainte d’une migration voilée aidant, ils sont nombreux, quoique conviés, à se voir fréquemment refuser le visa à la veille d’un important rendez-vous culturel. Comment dans ces conditions faire connaître la culture malienne ?

III. La littérature africaine

50L’Afrique de l’ouest, gardera-t-elle pendant longtemps des particularités littéraires ?

51Aucune littérature n’est statique : au contact des différents courants et du contexte, toute littérature a vocation à évoluer. La littérature ouest-africaine peut s’enrichir davantage au contact des autres en les enrichissant également, toutefois, elle gagnerait aussi à conserver de son originalité, à préserver certaines de ses caractéristiques essentielles constituées par ses textes et récits tirés de ses croyances, contes et légendes en dépit du reproche de consigner l’Afrique dans la léthargie et une certaine ruralité.

52Qui sont les griots pour les auteurs actuels ?

53Les griots se répartissent en plusieurs catégories, et se distinguent, entre autres, en conteurs, traditionnalistes, généalogistes, paroliers, artistes musiciens, etc., mais tout traditionnaliste n’est pas griot. L’écrivain Massa Makan Diabaté, issu d’une lignée de griots de renom, a, de son vivant, contribué à l’essor de la littérature écrite malienne en s’appuyant sur ses racines. C’est ainsi qu’il a pu, indépendamment de ses différents romans, collecter et traduire, depuis 1970, les chants les plus emblématiques du Mali dans son ouvrage Janjon et autres chants populaires du Mali. Que dire d’Amadou Hampâté Bâ, cet autre monument qui, après avoir tiré le meilleur des griots traditionnalistes, est devenu lui-même une référence en la matière, et réussit le premier, à faire reconnaître par l`Unesco l’importance de la littérature orale africaine. Les griots restent, donc pour l’essentiel, non seulement des sources d’inspiration mais aussi des gardiens de la mémoire collective.

54On a beaucoup étudié le rôle des griots dans la société traditionnelle mais les griottes ont été l’objet de moins d’études. Pourquoi ?

55C’est un constat juste. Les griottes se dédient surtout à la chanson, elles jouent rarement des instruments, et même lorsqu’elles en utilisent, il ne peut s’agir que d’instruments spécifiques et dont la nature varie selon les communautés. L’explication réside dans la division sociale des tâches entre les genres et surtout la classification des rôles. La parole étant considérée comme sacrée vu la portée et le poids des mots, elle recommande outre l’érudition, des qualités telles que le courage et la prudence qui sont des vertus masculines, selon la tradition. Les travaux des historiens et des chercheurs, pour avoir privilégié la parole des griots, dépositaires de la mémoire collective ont aussi largement contribué à creuser cet écart. La société elle-même légitime le récit du griot dans la transmission du savoir contrairement à la griotte qui ne peut le faire qu’en chantant. La différence est bien réelle, mais à ma connaissance, aucune griotte n’a encore posé le débat, et rares sont celles ayant fait l’objet d`études intéressantes en dépit de la faculté avérée de restituer aussi fidèlement le passé.

56Croyez-vous que les romancières africaines puissent contribuer aux progrès sociaux ?

57Il est important de noter que l’Afrique est plurielle, c’est un continent qui comprend cinquante-quatre États. Les réalités environnementales ou socioculturelles constituant généralement des sources d’inspiration, il est certain que des romancières ont pu contribuer aux progrès sociaux en dépit de leur infériorité numérique. N’oublions pas que les femmes en Afrique, comme dans la plupart des pays au monde, du fait du patriarcat, n’ont pas accédé à l’éducation au même moment que les hommes.

58Beaucoup de romancières africaines évoquent souvent la polygamie et dénoncent l’égoïsme des hommes. Qu’en pensez-vous ?

59La polygamie est ancrée dans les mœurs maliennes. Elle a toujours été la règle, surtout en milieu rural, parce que c’était le moyen d’obtenir la force de travail humaine à travers une progéniture nombreuse. Ici, le taux de scolarisation reste très faible et le recours à la contraception moderne quasi nul pour de nombreux motifs. Les hommes ont recours à la polygamie pour diverses autres raisons aussi soutenables qu’extravagantes telles que s’assurer une descendance, se prouver une jeunesse, punir une épouse insoumise ou plus banalement pour célébrer la fortune, etc.

60La pratique connaît un inquiétant et surprenant regain en milieu urbain, les intellectuels et les jeunes polygames ne se comptent plus. Il n’est pas rare non plus que des femmes d’une certaine carrure financière et intellectuelle en fassent l’option, parce qu’en réalité elles y sont contraintes du fait de l’intolérance de la société et des familles plus enclines à accepter le célibat masculin que féminin, mais à la condition qu’il ne soit pas définitif. Le législateur n’a encore pas donné de statut à la femme célibataire.

61Au Mali, la femme et la jeune fille, quelles qu’elles soient, ne se réalisent, hélas, à un certain âge que par le mariage, d’où cette polygamie quasi imposée et soutenue par un discours religieux musulman peu ou mal compris. Pour autant les polygames se rencontrent aussi parmi les chrétiens et des adeptes de la religion traditionnelle. La tradition, la religion et la législation s’entremêlent. Excepté la non reconnaissance légale de l’épouse, un monogame ne court aucune sanction, aucun risque dans les faits en contractant en parallèle un autre mariage sur le plan religieux. Un verset du Coran autorise l’homme à épouser quatre femmes mais dit aussi en substance que si l’homme craint d’être injuste, il doit se contenter d’une épouse et des esclaves.

62Dans la pratique, le traitement inéquitable par le mari peut conduire les épouses à des violences pouvant aller parfois jusqu’au meurtre de l’époux, des coépouses ou des enfants de ces dernières, sans compter les conflits autour de l’héritage.

63Vous voyez comment la question de la polygamie est assez complexe voire douloureuse. À défaut d’accorder l’égalité de droits entre la femme et l’homme en la matière, à mon avis, il y a nécessité absolue de révolutionner les mœurs, d’assurer une meilleure protection de la famille par une législation forte qui accordera par là même un statut à la femme seule.

64Hampâté Bâ avait dit que l’Afrique pouvait apporter à l’Europe le rire qu’on avait perdu. Je vous le demande, l’Afrique, que pourrait-elle apporter de plus à ce continent ?

65Hampâté Bâ fut un auteur à la dimension internationale, un sage, un baobab, une bibliothèque ayant autant apporté au Mali qu’à l’Afrique, à cet effet, risquer la moindre réflexion contraire peut paraître prétentieux voire impudent ; loin de moi tout cela. Toutefois, sans remettre en cause son affirmation, je me contenterais de dire en toute humilité que le rire est certes très utile mais que l’Afrique a plus à apporter à l’Occident, un continent qui en dépit des siècles de contact semble toujours la méconnaître. Cette Afrique continue d’être vue par la majorité sous le prisme de la leçon sur la philosophie de l’histoire d’Hegel, en date de 1830. Enseignée en France aux étudiants se spécialisant en droit, le philosophe allemand dans cette leçon disait que l’Afrique était une société inerte, une société d’enfance, de l’innocence, et qu’elle était sans histoire. C’est de là que partirent quasiment tous les discours excessifs et dégradants, toutes les digressions sur l’Afrique et les Africains. Pas plus tard qu’en 2006, dans un passage de son discours prononcé á l’Université Cheick Anta Diop de Dakar, et qui occasionna la riposte de nombre d’historiens et historiennes d’Afrique à travers un ouvrage intitulé Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy, l’ancien chef de l’État français disait que le drame de l’Afrique était que l’Homme africain n’était pas assez entré dans l’histoire.

66Aujourd’hui encore, une inique et dévastatrice image de puérilité et d’incurie reste collée aux Africains. En son temps, l’académicien et aussi éminent poète Léopold Sédar Senghor, premier président du Sénégal, avait lui-même en parlant de l’Occident et de l’Afrique créé la polémique avec sa formule « l’émotion est nègre, la raison est hellène ».

67Alors, compte tenu de tout cela, je ne sais pas si citer seulement le rire comme apport de l’Afrique, ne légitime pas et ne renforce pas les clichés racistes ?

68Au-delà des idées reçues, de ses seules matières premières et de ses animaux sauvages, l’Afrique c’est aussi des femmes et des hommes qui luttent au quotidien pour son devenir ; elle est dépositaire d’une riche culture, d’une histoire, d’un savoir-faire et d’un savoir-être, d’une vision et des ambitions dignes d’être partagés au rendez-vous universel du donner et du recevoir.

69Je ne conçois pas les relations entre l’Afrique et l’Occident en terme de comptabilité ni de comparaison. Chaque continent a besoin de l’autre, autrement les frontières n’auraient jamais été franchies.

70Un dernier mot ? Un message ?

71Je voudrais qu’Européens et Africains s’investissent pour briser le mur de méfiance en transcendant les peurs, en dépassant les clichés, en abandonnant (pour certains) les illusions mortelles. J’aimerais voir nouer des partenariats dynamiques bâtis sur l’échange de savoirs et la reconnaissance mutuelle. En somme, il s’agit de cultiver davantage la paix, en écrivant entre l’Afrique et l’Occident les nouvelles pages d’une histoire encore plus juste, plus respectueuse et plus apaisée.

Top of page

Notes

1 Oumou Ahmar Traoré évoque ici Albert Londres.

2 Traoré, Oumou Ahmar. Mamou, épouse et mère d’émigrés. Bamako : Éditions Asselar, 2007.

Top of page

References

Bibliographical reference

Vicente E. Montes Nogales, « Entretien avec Oumou Ahmar Traoré, une romancière malienne à la rencontre de l’écriture », Babel, 34 | -1, 303-315.

Electronic reference

Vicente E. Montes Nogales, « Entretien avec Oumou Ahmar Traoré, une romancière malienne à la rencontre de l’écriture », Babel [Online], 34 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 29 May 2017. URL : http://babel.revues.org/4705 ; DOI : 10.4000/babel.4705

Top of page

About the author

Vicente E. Montes Nogales

Universidad de Oviedo

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org