Navigation – Plan du site
III. Éthos, style, énonciation

Le livre avalé

Polyphonie et éthos dans « Je voulais détourner son regard à jamais » de Jacques Roubaud
Stéphane Duchatelez
p. 235-255

Résumés

La présente contribution se propose d’aborder la notion d’éthos à l’aune de phénomènes relevant de la polyphonie linguistique. Le corpus consiste en une mise en regard du troisième poème du recueil Quelque chose noir de Jacques Roubaud et du Journal d’Alix Cléo Roubaud, épouse défunte du poète. Nous commençons par examiner les principales stratégies polyphoniques utilisées dans le poème. Nous mettons en évidence leur diversité ainsi que la gradualité des phénomènes. Le second volet de l’étude est consacré à l’analyse des principales postures qui en découlent. Nous montrons qu’à la diversité des stratégies polyphoniques correspond une pluralité de postures adoptées par l’auteur-locuteur du poème. Nous suggérons pour conclure le caractère irréductible de cette diversité, conformément à la poétique de la ruine constitutive du recueil.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Quelque chose noir paraît en 1986, soit environ trois ans après le décès d’Alix Cléo Roubaud, épouse du poète, dont le deuil constituera l’enjeu principal du recueil. La publication du Journal (2009 [1984]) d’Alix Cléo Roubaud intervient seulement quelques mois après la disparition de son auteure, à l’initiative de Jacques Roubaud lui-même. La lecture conjointe des deux textes va enrichir, sinon renouveler les premières interprétations qui avaient été faites du recueil (Montémont, 2008, 15), et il sera rapidement établi que de nombreux passages font référence à certains contenus du Journal (Montémont, 2004, 243). Quelque chose noir paraît en effet s’inscrire dans une logique dialogale, laquelle figure la poursuite du dialogue par-delà la mort (Montémont, 2004, 248 ; Cardonne-Arlyck, 1992, 101, note 1). Le dialogue avec la narratrice du Journal est d’ailleurs une thématique récurrente du recueil :

Un poème se place toujours dans les conditions d’un dialogue virtuel (« Dialogue », 124)

Une sorte de logique pour laquelle tu aurais construit un sens moi une syntaxe, un modèle, des calculs (« Une logique », 49)

2La conception d’une posture générale de « conversation posthume » (Montémont, 2004, 241 ; Marmande & Patron, 2008, 188), a priori peu contestable, appelle cependant quelques précisions. En l’absence d’un dispositif dialogal à proprement parler, sa reconnaissance requiert en principe la détection par le lecteur d’un certain nombre de stratégies énonciatives, notamment polyphoniques.

3Nous avons donc sélectionné un texte dont la quasi-totalité des énoncés est constituée de reprises du Journal d’Alix Cléo Roubaud, en particulier les journées du 6/7 janvier 80 (22-25). Troisième pièce du recueil, le poème « Je voulais détourner son regard à jamais » accorde une place privilégiée à l’évènement de la mort et à son spectacle, et se présente comme un texte autonome, sans marquage explicite d’un discours tiers :

Je voulais détourner son regard à jamais

Je voulais détourner son regard à jamais. je voulais être seul au monde à ne pas avoir vu du tout. cette main aurait pu ne pas être là, après tout : mais moi non plus, et avec moi disparaître le monde. ce cadeau. l’image de ta mort.

Elle avait aimé la vie passionnément de loin. sans l’impression d’y être ni d’en faire partie. malheureuse, elle photographiait des pelouses tranquilles et du bonheur familial. extase paradisiaque, elle photographiait la mort et sa nostalgie.

Pour une fois adéquation exacte de la mort même à la mort rêvée, la mort vécue, la mort même même. identique à elle même même.

Gouffre pur de l’amour.

S’endormir comme tout le monde. ce que je veux.

Je t’aime jusque là.

Évidemment ce n’était pas un cadeau ordinaire. celui de me livrer, à cinq heures du matin, un vendredi, l’image de ta mort.

Pas une photographie.

La mort même même. identique à elle même même.

(Quelque chose noir, 15-16)

  • 1 Je remercie Michèle Monte de sa relecture des versions antérieures de cette communication.

4Notre analyse comportera deux volets : une première partie visant à mettre au jour les principales stratégies polyphoniques constitutives du texte, suivie d’une réflexion sur leur impact en termes d’image du locuteur ou d’auteur. Ce travail nous permettra d’esquisser quelques-unes des principales postures à l’œuvre dans le recueil Quelque chose noir (désormais Qcn)1.

Polyphonies

1. Polyphonie du point de vue

5Pour commencer, considérons le septième paragraphe du poème :

Évidemment ce n’était pas un cadeau ordinaire. celui de me livrer, à cinq heures du matin, un vendredi, l’image de ta mort. (Qcn, 16)

6qui procède en réalité de la réécriture d’un passage du Journal d’Alix Cléo Roubaud :

  • 2 Nous reproduisons la typographie telle qu'elle figure dans le Journal, c'est à dire dépourvue d'esp (...)

Évidemment,ce n’était pas un cadeau ordinaire celui de te livrer,à deux heures un dimanche après-midi,l’image de ta mort2. (Journal, « 6/7.I.80 », 23)

  • 3 Dans le Journal, la photographie en question est sous-titrée : « Ce n'était pas un cadeau ordinaire (...)

7Dans le Journal, l’expression « l’image de ta mort » fait référence à une photographie prise par la narratrice3, et représentant un Jacques Roubaud allongé, accompagné d’un jeu de lumière et de miroir supposé évoquer la représentation de la mort. L’expression du Journal renvoie donc à un double artefact : à l’image photographique d’une part, au simulacre de la mort d’autre part.

  • 4 En raison du caractère énonciatif, et généralement propositionnel des phénomènes de reprise du poèm (...)

8La théorie ducrotienne de la polyphonie4 (Ducrot, 1984, 171-233 ; Ducrot & Carel, 2009) nous fournira ici un précieux cadre d’analyse, car elle permet de distinguer le rôle énonciatif de locuteur de celui d’énonciateur. Pour Ducrot, le locuteur, responsable de l’acte d’énonciation, peut manifester une attitude vis à vis d’un contenu présenté comme émanant d’un énonciateur, ce dernier pouvant ne pas être coréférentiel au locuteur.

9Dans l’extrait du Journal, l’adverbe d’énonciation « évidemment », formulé par la narratrice, renvoie à une instance collective, « une sorte de doxa ou de voix publique », ce que Berrendonner (1981, 35-72) qualifie d’« ON-vérité », et supposée engager l’accord du locuteur et de l’interlocuteur. Il a comme constituant support le reste de l’énoncé. Il permet à la narratrice, en invoquant une instance discursive externe, de revendiquer le caractère consensuel du contenu exprimé. Le recours à une telle instance est justifié par le caractère intrinsèquement antithétique des traits sémantiques /euphorique/ vs /dysphorique/, actualisés par l’occurrence des lexèmes « cadeau » et « mort ».

  • 5 Ce que confirme l' « Introduction au « Journal d'Alix » » : « Alix Cléo Roubaud est morte neuf jour (...)

10L’importance accordée à la littéralité dans la stratégie de réécriture dont procède le poème contraint le lecteur à un double travail de réinterprétation, sémantique d’une part, énonciatif de l’autre. Le jeu de substitution opéré sur la catégorie du pronom objet (te/me) et la reprise à l’identique du déterminant possessif de deuxième personne ont pour conséquence de conserver la structure du donateur et du donataire, mais en inversant l’identité du (de la) défunt(e). De surcroît, la différence de contexte d’énonciation de chacun des deux textes modifie les référents de certains termes et expressions. Le substantif « cadeau », qui renvoyait à la donation d’une photographie dans le journal, est à présent en emploi métaphorique, les sèmes /intentionnel/ et /donation/ n’étant pas activés par le contexte d’énonciation du poème. Le référent du terme « image », de nature photographique dans le Journal, est désormais d’ordre phénoménal. Littérale dans le Journal, l’expression devient périphrastique dans le poème, et ne désigne rien d’autre que la mort elle-même, et sa représentation mentale. Si, à partir de Genette (1982, 11-12), l’on considère que le texte du Journal forme l’hypotexte de celui du poème, la reprise de termes identiques sous des acceptions ou sens différents a donc valeur d’antanaclase (Montémont, 2004, 245). La même remarque vaut pour le substantif « mort », lequel réfère au simulacre qu’est le référent photographique du Journal, et à la mort réelle dans le poème. Les modifications nominales et adjectivales (« cinq heures du matin, un vendredi » au lieu de « deux heures un dimanche après-midi ») achèvent de préciser le moment de la mort d’A.C.R5.

  • 6 Les notions de surénonciation et de coénonciation telles qu’elles sont proposées par Rabatel (2005, (...)

11Au plan énonciatif, les phénomènes de reprise relèvent d’une stratégie citationnelle, qui consiste à prendre pour objet certains contenus du texte source à des fins critiques. La reprise de l’adverbe « Évidemment » a en effet valeur de mention critique de l’effet polyphonique de premier niveau observé dans le Journal, donnant ainsi lieu à une sorte de « méta-polyphonie », avec imbrication de deux énonciateurs : le « ON-énonciateur », et l’énonciatrice du Journal. Comme tout à l’heure, la proposition sur laquelle porte l’adverbe va servir de support au procédé polyphonique lui-même. L’antithèse entre le lexème « cadeau » et l’expression « l’image de ta mort » culmine dans le poème, en raison d’une intensification des propriétés dysphoriques du contexte, autorisant une relecture critique de la proposition négative « ce n’était pas un cadeau ordinaire ». L’expression de la litote y fait alors place à celle de l’ironie6. La fonction critique du procédé mentionnel relève bien ici de la polyphonie du point de vue, et opère ainsi un déplacement des propriétés modales de l’énoncé, de l’évidence vers sa surenchère, autrement dit le truisme.

2. Polyphonie discursive

12Si, dans l’exemple précédent, la brièveté du paragraphe contribuait à conférer au passage une orientation discursive dialogale, il n’en va toutefois pas de même pour tous les extraits du poème. Pour nous en convaincre, prenons l’exemple du second paragraphe :

Elle avait aimé la vie passionnément de loin. sans l’impression d’y être ni d’en faire partie. malheureuse, elle photographiait des pelouses tranquilles et du bonheur familial. extase paradisiaque, elle photographiait la mort et sa nostalgie. (Qcn, 15)

13accompagné de sa source :

Te disais que j’avais aimé la vie de loin passionnément mais sans l’impression d’y être ni d’en faire partie.Malheureuse,je photographiais de tranquilles pelouses et du bonheur familial.Désormais,un pied dans cette vie paradisiaque enfin là je photographie la mort et sa nostalgie, mais son horreur tranquille (Journal, « 6/7.I.80 », 24-25)

14La modification des pronoms sujets de la première à la troisième personne permet de conserver dans les deux textes les mêmes référents actanciels et prédicatifs. À première vue, le locuteur prend ici en charge les points de vue assumés par la narratrice du Journal. Cependant, l’absence de formule introductive explicitant l’origine discursive du propos, ainsi que le caractère factuel de l’extrait semble en reporter l’origine vers une source anonyme et collective. La réorientation discursive dont procède l’acte de réécriture donne ainsi plutôt l’impression d’une restitution de faits connus du locuteur, sans qu’aucun énonciateur particulier n’émerge du processus de lecture.

15En tant qu’unité discursive, l’extrait s’éloigne donc de la mise en scène du dialogue avec la défunte. Le passage de la première à la troisième personne assure en effet la redirection du propos à destination du lecteur. Le traitement de la temporalité va également connaître des modifications essentielles. Eu égard à ses propriétés autobiographiques, le texte du Journal ordonne l’information à partir d’une structure chronologique opposant passé et présent, dont les deux adjectifs « malheureuse » et « paradisiaque » sont respectivement représentatifs. Au contraire, le texte du poème est tout entier rétrospectif. Les deux époques, nettement distinguées dans le Journal, s’y trouvent abolies, et coexistent au sein d’une même temporalité : celle du deuil. La suppression des segments contenant des déictiques – « désormais un pied dans cette vie » et « enfin là » – est à cet égard significative. Le plus-que-parfait et l’imparfait y partagent l’évènement de la mort comme unique point de repère temporel. Les deux extraits ont certes beaucoup en commun au niveau du contenu linguistique, mais les modifications susmentionnées leur confèrent des orientations discursives distinctes, l’un étant de nature introspective et narrative, et décrivant les mutations d’un sujet écrivant et objet de l’écriture, l’autre de nature biographique – voire nécrologique –, et donc forcément rétrospectif. On a donc, d’un point de vue argumentatif, deux textes différents.

  • 7 Sciemment ou non, A.C.R. utilise une expression déjà employée par le troubadour Jaufré Rudel. Rouba (...)

16Il est cependant peu contestable qu’au niveau des énoncés le passage met également en jeu des phénomènes relevant de la polyphonie du point de vue. La reprise de constituants entiers du Journal de même sens dénotatif y contribue largement. À titre d’exemple, l’expression aimer de loin7 ne peut être comprise sans référence à un autre passage du Journal, dans lequel il est par ailleurs fait allusion à Jacques Roubaud :

Jacques m’avait demandé de noter une phrase que je lui avais dite au cours d’une conversation au milieu d’un mercredi :que la photographie d’un être aimé,fût-il le plus familier des proches,réinstaure à elle seule l’amour de loin :l’intangibilité et l’étrangeté première,toujours fascinante,d’un visage qu’on n’a pas vu. (Journal, « 4.I.80,2h », 22)

17Dans le Journal, l’expression est une formule idiosyncrasique et renvoie, sous la plume de la narratrice, à une conception esthétique de la photographie. Sa reprise dans le poème peut donc être perçue comme un geste rappelant la connivence entre les deux amants, et à ce titre être considérée comme une posture dialogale. Mais l’inversion de l’adverbe « passionnément » et de la locution « de loin » – « aimer la vie de loin passionnément » devient « aimer la vie passionnément de loin » – entraîne plusieurs conséquences. Dans le Journal, les propriétés évaluatives de l’adverbe portent sur la conception esthétique de la photographie et de sa pratique, ce que l’on pourrait paraphraser par : j’avais pratiqué avec passion la photographie (dans la conception que j’en avais). Dans le poème, l’expression aimer la vie passionnément peut être, en contexte épidictique, considérée comme une formule stéréotypée destinée à conférer au message un marquage affectif. La modification paraît de ce point de vue cohérente avec l’orientation discursive globale du passage. Mais le déplacement de la locution « de loin » en fin de segment a pour effet d’affaiblir le lien syntaxique avec le verbe, et d’en rendre incertaine la portée. L’oxymore résultant de l’association de l’adverbe et du sens conventionnel de la locution se trouve ainsi activé, ce qui contribue à corriger le stéréotype, tout en conférant au message un très net potentiel critique.

3. Du sens linguistique au sens implicité

18Avec l’énoncé du quatrième paragraphe, la part du sens partagée avec le Journal est encore réduite d’un niveau :

Gouffre pur de l’amour. (Qcn, 15)

La jalousie touchant à l’infini d’un doigt plus concret que l’amour même – la négativité de la jalousie lui conférant un imaginaire plus tangible,plus figurable,plus délimitable que le gouffre pur de l’amour,elle en devient le tranchant le plus fin,l’aiguisoir le plus délicieux et ambigu – (Journal, « 17.I.80 », 25)

19L’extraction sans modification préserve en principe le sens linguistique du syntagme d’origine. Les deux textes partagent en effet le même motif de l’abîme amoureux, mais des différences essentielles nous empêchent de pousser plus loin l’analogie. Le contexte de la jalousie, qui caractérise l’extrait du Journal, est remplacé par celui du deuil dans le poème, modifiant ainsi le référent du substantif « gouffre ». Restreinte à la seule notion de point de vue, la notion de polyphonie achoppe ici à rendre compte de certains phénomènes d’écho du poème.

20On peut invoquer la distinction discutée par Recanati dans Le Sens littéral (2007 [2004], 15-40) entre le sens linguistique, ce qui est dit, et ce qui est implicité. Le sens linguistique (ou sens de la phrase) est « conventionnel et indépendant du contexte » (16). Au contraire, ce qui est dit résulte des processus d’enrichissement contextuel nécessaires au sens propositionnel, tels que les procédures de saturation des déictiques ou des constituants nominaux. Enfin, ce qui est implicité permet d’interpréter le vouloir-dire du locuteur. Ainsi, si Pierre dit « Je suis français », ce qui est dit peut être paraphrasé par « Pierre est de nationalité française », mais ce faisant, Pierre peut très bien, dans le contexte adéquat, et en s’appuyant sur un stéréotype culturel, vouloir impliciter qu’il est évident qu’il sait cuisiner.

21Si l’on revient à notre extrait, dans le quatrième paragraphe, l’on peut considérer que la formule « gouffre pur de l’amour » concerne la relation amoureuse entre les deux amants. La polyphonie porterait donc ici sur ce qui est dit. Mais la différence des contextes respectifs entraîne, d’un texte à l’autre, des sens implicités distincts, sans que l’enjeu de la reprise porte directement sur la prise en charge des points de vue.

22Le sixième paragraphe nécessite également de distinguer sens littéral, propositionnel, et implicité :

Je t’aime jusque là. (Qcn, 15)

23Comme les extraits précédents, il résulte de la réécriture d’un passage du Journal :

Dégager l’âme des choses.Leur double incorporel.Ton autre visage,celui que tu ne vois pas,en deçà de ton œil,au-delà de ta vie :redoublement né du regard amoureux :je t’aime jusque-là. (Journal, « 6/7.I.80 », 22)

24Au plan de la littéralité, le poème rétablit la majuscule, ce qui est cohérent avec la présence de majuscules au début de chaque alinéa, mais supprime le tiret de l’adverbe « jusque-là », phénomène sur lequel nous reviendrons. Dans les deux textes, chacune des deux propositions relève du discours amoureux. La reprise à l’identique de l’énoncé, et l’inversion d’un texte à l’autre des référents des pronoms sujets et objets du syntagme « Je t’aime », paraît ici relever de la logique du tour de parole. Mais en raison du caractère conventionnel d’un tel script, sa reconnaissance semble peu probable dans un contexte de communication différée. Elle est en réalité rendue possible par la présence du constituant adverbial « là », unique partie non conventionnelle de l’énoncé, mais au sens dénotatif distinct. Dans le Journal, l’adverbe « jusque-là » est en effet associé à l’envers que la photographie permettrait de révéler, et donne lieu à une réinterprétation phénoménologique du motif galant du regard et de la dissimulation. Au contraire, dans le poème, l’expression se laisse paraphraser en jusque dans la mort. Nous sommes donc bien en présence d’énoncés distincts, tant au niveau de ce qui est dit que de ce qui est implicité. Seul le sens linguistique est commun, si l’on excepte le tiret.

25La place nous manque pour analyser la totalité des passages relevant de cette classe de phénomènes. L’on pourrait citer l’exemple de l’incipit du poème, dans lequel la locution « à jamais » se voit attribuer un sens différent. Dans le Journal, l’expression relève du tour hyperbolique, et d’une stratégie de dramatisation, tandis qu’elle est littérale dans le poème. Le passage du niveau hyperbolique au littéral a pour effet de souligner le processus d’intensification du contexte produit par la mort de l’aimée.

4. Polyphonie de la voix

26Afin de clore notre examen des stratégies polyphoniques, examinons le troisième paragraphe du poème :

Pour une fois adéquation exacte de la mort même à la mort rêvée, la mort vécue, la mort même même. identique à elle même même. (Qcn, 15)

27accompagné de sa source :

T’ai dit tout cela mais il n’en demeure pas moins vrai que c’est réellement ainsi et que donc je l’écris quand même.N’ai jamais cherché la duplication,alourdie par le sentiment que ce que je disais était congénitalement entaché de duplicité,la vérité étant à consigner ici.De répéter par écrit ce que je dis :les deux sont vrais.Curieuse adéquation,pour une fois adéquation exacte de l’amour même,l’amour rêvé,l’amour vécu,l’amour même même.Identique à lui-même même. (Journal, « 6/7.I.80 », 25)

28Ce paragraphe repose sur la substitution du syntagme « l’amour » par « la mort », suivie des modifications requises de rection et de pronoms. Malgré la reprise du patron grammatical de l’énoncé source, la substitution du constituant thématique de la phrase nominale en modifie le sens linguistique. Certes, la paronomase, parce qu’elle s’appuie sur le caractère conventionnel de l’association de l’amour et de la mort dans le discours élégiaque, contribue à la dimension dialogale du passage. Mais dans cet exemple, la polyphonie ne repose à strictement parler ni sur le sens linguistique, ni sur ce qui est dit, ni enfin sur ce qui est implicité.

  • 8 Il semble que Perrin assimile ici point de vue et prise en charge. Pour une mise au point sur la no (...)

29Si l’on souhaite conserver la notion de polyphonie, alors même que ce qui est polyphonique ici ne porte plus exclusivement sur le contenu proprement dit, mais sur l’expression, il nous faut enrichir le modèle ducrotien. Outre la différence de contexte énonciatif, les difficultés rencontrées dans l’analyse précédente ont pour corrélat la présence dans les énoncés d’un locuteur externe, en l’occurrence la locutrice du Journal. Nous proposons de recourir à la notion de « voix », que nous empruntons à Perrin (2007, 79-102 ; 2009, 61-79). Perrin distingue en effet la voix, qui relève de « l’acte locutoire consistant à énoncer les mots et les phrases », du « point de vue8 qui tient au fait d’assumer ce qui est dit, [et] le contenu qui s’y rapporte » (2009, 62). Le recours que fait Perrin à la notion d’acte locutoire appelle cependant quelques réserves. À la suite de Kissine (2007, 185), nous admettrons qu’au niveau locutoire correspond un état épistémique comme une croyance, un désir ou une intention (voir aussi Dominicy, 2009, 41). Dans cette hypothèse, la définition de Perrin ne permet pas de discriminer pleinement les notions de voix et de point de vue. En effet, un état épistémique tel qu’une croyance peut en principe relever du point de vue. Nous proposerons donc une définition plus restreinte de la voix, et considèrerons qu’elle relève des composantes phatiques et phonétiques d’un message linguistique donné, indépendamment de l’acte locutoire qui en est constitué. La notion renverra donc pour nous à un niveau infra-locutoire.

30Le troisième paragraphe du poème est ainsi caractérisé par la présence, non pas d’un point de vue, mais d’une voix externe, irréductible à celle du locuteur du poème, et susceptible ensuite de servir de support à une mise en scène dialogale. Comme le souligne Perrin lui-même (2009, 67), polyphonie du point de vue et polyphonie de la voix se combinent fréquemment. La gradualité des stratégies polyphoniques que nous avons tenté de mettre au jour jusqu’ici a pour corrélat l’omniprésence d’un matériau langagier externe, et préexistant au poème. À l’exception du huitième paragraphe, la totalité des énoncés procède de la reprise de passages du Journal. L’interprétation en termes de polyphonie de la voix vaut donc pour l’intégralité du poème, y compris lorsque l’enjeu des reprises porte également sur des points de vue.

Éthos

31Le deuil dont le locuteur fait l’expérience représente l’enjeu principal du recueil Quelque chose noir. S’interroger en termes d’image du locuteur ou d’auteur relèvera donc ici de l’éthos expérientiel, tel que défini par Maingueneau (2014, 17) :

Dans cette conception de l’éthos, les textes même écrits, possèdent un ton spécifique qui permet de les rapporter à une caractérisation psychosociale de l’énonciateur […] construite par le destinataire […]

  • 9 Parmi les nombreux indices désignant l'épouse du poète, le poème « Je vais me détourner » nomme la (...)

32Le caractère biographique9 du recueil nous invite à concevoir une relation de coréférentialité entre le sujet biographique empirique et les instances textuelles. Toutefois, cette identité ne saurait prévaloir sur la nécessité de distinguer différents rôles énonciatifs et textuels, constitutifs de toute production discursive.

33Nous empruntons à Monte (à paraître) le terme d’énonciateur textuel, inspiré de Maingueneau (2004), qui spécifie l’instance « responsable du rythme du poème, de sa mise en espace, et de toute la mise en œuvre du matériau linguistique depuis les phonèmes » (voir aussi Monte, 2002, 106 ; 2003, 161). À l’instar de la narratologie, qui différencie l’auteur du narrateur, l’approche énonciative du discours poétique distingue l’énonciateur textuel, ou poète, du locuteur, « sujet déictique et modal, responsable du point de vue principal » (Monte, à paraître). Nous allons tenter à présent d’esquisser quelques propositions visant à expliciter l’impact sur l’image du locuteur et sur celle de l’énonciateur textuel des différents phénomènes polyphoniques relevés dans la partie précédente.

1. L’ironiste amer

34Nous avons, dans la première partie de cet article, commenté la présence d’une tonalité ironique dans le poème. Ses modalités d’apparition sont particulièrement compatibles avec la conception de l’ironie comme mention proposée par Sperber et Wilson (1978). Un énoncé comme « Évidemment ce n’était pas un cadeau ordinaire. celui de me livrer, à cinq heures du matin, un vendredi, l’image de ta mort. » est en effet difficilement interprétable à partir de la négation d’un point de vue externe. La mention de l’adverbe, et celle de la litote, n’ont ici en aucune façon valeur de négation, mais de surenchère sur l’axe de la dysphorie.

35L’ironie semble emprunter deux directions simultanées. Lorsqu’elle s’exerce aux dépens de la narratrice du Journal, la mention ironique paraît répondre aux nombreuses représentations morbides du Journal, que la narratrice multiplie à l’envi, dans des énoncés proleptiques (Journal, 65-66), ou par photographie interposée (20, 24). Comme le suggère Montémont, « la mort quand elle survient renverse le processus » (2004, 247). La représentation fictionnelle de la mort et ses jeux sont dès lors invités à se justifier à la table de la mort réelle. Il est donc légitime de parler ici d’ironie situationnelle.

36La seconde interprétation confère à l’énoncé une dimension critique qui diffère quelque peu des stratégies habituelles du discours ironique. En effet, l’ironie s’exerce en général aux dépens d’un énonciateur, externe ou interne (auto-ironie), censé être la source du discours mentionné. On peut ici considérer que l’ironie s’effectue également aux dépens du locuteur lui-même, bien que le discours mentionné émane d’un énonciateur externe. On reconnaîtra dans ce cas les composantes de l’ironie amère. Le locuteur assiste à la réalité de la mort, et en constate seul le désastre. À la tonalité volontiers sarcastique avec laquelle il convoque la narratrice du Journal, se superpose donc l’image d’un locuteur solitaire, témoin amer de l’évènement de la mort.

2. Le poète élégiaque

37La majorité des passages qui relèvent de ce que nous avons appelé la polyphonie discursive, du contenu linguistique ou de ce qui est dit contribuent à rapprocher l’image du locuteur de la figure du poète endeuillé. Les énoncés du Journal y sont en effet systématiquement réinterprétés dans le contexte du deuil. Nous avons vu par exemple que le second paragraphe du poème consistait en la transformation d’une écriture autobiographique en notice nécrologique. De même, au quatrième paragraphe, le passage de la forme comparative, ici à visée péjorative – « plus tangible, plus figurable, plus délimitable que le gouffre pur de l’amour » –, à l’assertion nominale contribue à annexer le passage au discours de la plainte. Au cinquième paragraphe, l’énoncé auto-injonctif « S’endormir comme tout le monde. » relève dans le Journal d’une posture de distinction sociale : en prétendant vouloir agir comme le commun des mortels, la narratrice s’en distingue cependant. Au contraire, le poème retranscrit la volonté d’échapper au sentiment de sidération devant la mort. Enfin, le sixième paragraphe, qui reprend intégralement un énoncé du Journal, et bien que procédant d’une logique dialogale, s’en distingue non seulement dans sa réalisation effective, mais surtout dans son type discursif : au jeu de la déclaration amoureuse du Journal, il répond par l’adresse élégiaque de l’amoureux endeuillé à la défunte. Le déplacement systématique de l’axe argumentatif des énoncés du Journal à partir du point focal qu’est le deuil vécu par le locuteur leur confère des propriétés élégiaques absentes du texte source. Notons pour finir que la suppression du tiret dans la locution adverbiale « jusque-là » suggère une émancipation au moins partielle entre ses deux membres, produisant une focalisation plus importante sur le second terme. Or, la différence de sens exprimé par l’expression dans les deux textes réside pour l’essentiel dans l’interprétation du déictique « là », qui renvoie au contexte du deuil dans le poème, et à l’être social, ou à son envers, dans le Journal. Le potentiel contrastif entre les contenus exprimés par chacun des deux textes est ainsi systématiquement exploité à des fins d’intensification de l’expression de la douleur, et vise principalement à montrer – au sens de Wittgenstein – que tout est changé par la mort de l’amante.

3. Le livre avalé

38Quelle lecture proposer des phénomènes relevant de la polyphonie de la voix ? L’interprétation en termes de stratégie dialogale, d’une poursuite du dialogue entre les amants, est insuffisante dans les exemples où la polyphonie de la voix n’est pas systématiquement accompagnée d’une polyphonie du point de vue. C’est le locuteur du recueil qui va nous suggérer la réponse, dans le poème « Une logique » :

Une sorte de logique pour laquelle tu aurais construit un sens moi une syntaxe, un modèle, des calculs

Le monde d’un seul, mais qui aurait été deux : pas un solipsisme, un biipsisme (Qcn, « Une logique », 49)

39Comme semble l’indiquer le néologisme « biipsisme », il ne s’agit plus de dialogue, alternant des tours de parole au sein desquels deux locuteurs seraient clairement distingués, mais d’une parole à deux voix. L’emploi de la première personne interdit cependant de concevoir les deux locuteurs au même niveau. S’agit-il d’un je collectif ? Les stratégies de mise à distance par l’ironie suggèrent au contraire un locuteur-énonciateur singulier, distinct de la narratrice-énonciatrice du Journal. Nous proposons d’introduire la notion de locuteur intériorisé, inspiré de Montémont (2004, 244), et ici coréférentiel à la locutrice du Journal. L’intériorisation du discours de l’autre apparaît en effet comme une composante essentielle du travail d’écriture du poème. Dans le creux de la parole poétique se love une parole seconde, ici purement matérielle, dont la présence ne renvoie à aucun contenu spécifique.

  • 10 Le passage en question est le suivant : « Je pense : “et l’affreuse crème / Près des bois flottants (...)
  • 11 Sur la contemporanéité de l'écriture de Quelque chose noir et du Grand Incendie de Londres voir Mon (...)
  • 12 Pour une approche psychanalytique de cette question, voir par exemple les travaux d’Abraham et Toro (...)

40Concédons toutefois que, dans la citation ci-dessus, la métaphore de la syntaxe, attribuée au locuteur déictique, et celle du sens, qui concernerait le locuteur intériorisé, se prêtent assez mal à notre analyse. Le troisième paragraphe du poème consiste plutôt en la reprise du canevas grammatical d’un énoncé du Journal, avec substitution de lexèmes. La reprise de discours externes est de fait une stratégie courante de l’écriture de Roubaud. Mais l’intensité du procédé confère parfois à l’hypertexte roubaldien un caractère vorace, que Montémont qualifie volontiers de « texte cannibale » (2004, 219). Le premier poème de la section II du recueil, « Dès que je me lève », consacré à la description héroï-comique du bol de café matinal, poème relié à l’intertexte rimbaldien par une citation10, et entrant lui-même en écho avec un passage du Grand Incendie de Londres qu’il recoupe partiellement11, suggère une troublante analogie entre sentiment de sidération, couleur noire du deuil, et déglutition12 :

Je l’avale [le café] et je reste un moment immobile à regarder, au fond du bol, la tache noire d’un reste de poudre mal dissoute. (Qcn, « Dès que je me lève », 28)

4. L’énonciateur textuel : prosaïsme et littéralité

41Pour terminer, nous nous interrogerons sur les postures adoptées par l’énonciateur textuel du poème. Selon Monte (à paraître), « la mise en œuvre du matériau linguistique » relève de l’énonciateur textuel, et non du locuteur. Même lorsqu’auteur et locuteur sont coréférentiels, certaines stratégies incombent au poète, non en tant que centre énonciatif, mais comme l’instance intentionnelle, et partiellement responsable des procédures interprétatives réalisées par le lecteur. L’observation de modifications apportées au texte du Journal devrait donc en principe nous permettre de formuler des hypothèses sur l’éthos auctorial. Nous commenterons ici la substitution d’un terme par un autre, ainsi que le déplacement d’un constituant adjectival.

42Dans le premier paragraphe du poème, le segment « cette main » se substitue à l’expression démonstrative « ces choses », laquelle renvoie dans le Journal au syntagme « La doublure des choses ». Le contenu sémantique de ce dernier syntagme est en langue particulièrement sujet aux variations idiosyncrasiques, comme en témoignent les deux reformulations qui lui succèdent : « elle est à la fois l’instant qui précède ou qui succède à la photo,qu’on ne voit pas ;elle est donc l’image de notre mort. » (Journal, 24) Il est tentant de rapprocher cette occurrence de la catégorie des concepts inanalysés proposée par Dominicy, dans la mesure où elle ne relève « d’aucun champ cognitivement accessible » (Dominicy, 2011, 234). Dans la théorie de l’évocation poétique développée par Dominicy (2011), la présence d’un tel concept est susceptible de faire basculer l’interprétation vers un traitement symbolique. La difficulté rencontrée par le système cognitif lors du traitement d’une entrée peut en effet aboutir, dans certaines conditions, à un mode alternatif d’accès à la mémoire, plus aléatoire, et de type évocatif, appelé dispositif symbolique. Pour éclairer cette idée, Sperber (1974, 134) propose la métaphore d’un étudiant qui parcourrait les rayons d’une bibliothèque plutôt que d’en consulter le catalogue. Dans le poème, la substitution de « ces choses » par le segment nominal « cette main » paraît au contraire procéder d’une stratégie d’évitement de l’ambigu ou du symbolique, au bénéfice du littéral. Le texte de Roubaud sacrifie donc la stratégie d’évocation du Journal au profit d’une image concrète du corps sans vie de la défunte, dont la présence est récurrente au début du recueil, en particulier dans les premier et second poèmes.

  • 13 Je remercie Marc Dominicy qui m'a suggéré la lecture de cet article.
  • 14 L'article de Gouvard porte plus précisément sur les adjectifs de couleur, qui sont en langue couran (...)

43Le déplacement d’un constituant va également nous aider à analyser les stratégies auctoriales régissant le texte. Le segment nominal source « tranquilles pelouses » devient dans le poème « pelouses tranquilles ». Concernant la position des adjectifs habituellement postposés, Gouvard13 (2009, 113-116) rappelle qu’une occurrence, lorsqu’elle est antéposée, se voit « affaibli[e] aussi bien sur le plan prosodique que sémantique »14 . Il résulte de ce double affaiblissement que l’adjectif « tend à former avec le nom qu’[il] qualifie une expression linguistique qui renvoie à un type », ce que semble attester le syntagme nominal « cette vie paradisiaque » de la phrase suivante. On peut supposer qu’un lecteur occidental formera sans difficulté la représentation du locus amoenus, et de son avatar judéo-chrétien, le jardin d’Éden. Au contraire, la version avec l’adjectif postposé renvoie à des exemplaires concrets du concept formé à partir de la tête nominale, c’est à dire des pelouses que la défunte aurait photographiées, et dont la propriété serait d’être « tranquilles », ce que l’on pourrait interpréter comme peu fréquentées. Considérée sous cet angle, la version du Journal, qui paraît procéder du motif biblique de la chute, mais avec inversion de la séquence générale – d’abord « malheureuse », puis « paradisiaque » –, possède a priori un potentiel symbolique – au sens de Sperber et Dominicy – supérieur à celui du poème. L’énonciateur textuel du poème oppose ainsi à l’écriture de la narratrice du Journal une version plus littérale et concrète. Cette conception du dire poétique paraît en outre correspondre au projet poétique tel que suggéré dès l’incipit de l’œuvre, et qui annonce dès l’abord la relation paradoxale du recueil à l’élégie (Monte, 2005) :

Je me trouvai devant ce silence inarticulé un peu comme le bois certains en de semblables moments ont pensé déchiffrer l’esprit dans quelque rémanence cela fut pour eux une consolation ou du redoublement de l’horreur pas moi. (Qcn, « Méditation du 12/5/85 », 11)

Conclusion

44Ce poème de Jacques Roubaud soumet les modèles polyphoniques à rude épreuve, en ce qu’il emprunte des stratégies peu usuelles, et parfois retorses à l’analyse. La métaphore du dialogue masque en réalité une gradualité de stratégies polyphoniques. De la mention ironique à la logique dialogale, en passant par l’intériorisation d’un locuteur tiers, ces stratégies sont diverses, et définissent quelques-unes des principales postures adoptées par l’auteur-locuteur du recueil : le poète élégiaque, l’ironiste amer, l’amoureux endeuillé, le nécrologue, l’énonciateur à deux voix, ou encore le poète anti-lyrique. Si la posture de l’endeuillé est omniprésente dans l’ensemble du poème, le caractère mentionnel des procédés de polyphonie confère cependant à chacun des paragraphes une logique énonciative propre, qui ne saurait se réduire à une figure unique, contribuant ainsi à fonder la poétique de la ruine qui sera constitutive du recueil.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Roubaud Alix Cléo, Journal (1979-1983) [1984], Paris : Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2009.

Roubaud Jacques, Quelque chose noir, Paris : Gallimard, 1986.

Textes critiques

Abraham Nicolas, Torok Maria, L’écorce et le noyau [1978], Paris : Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009.

Berrendonner Alain, Éléments de pragmatique linguistique, Paris : Minuit, coll. « propositions », 1981.

Cardonne-Arlyck Élisabeth, « Poésie, forme de vie (Jacques Roubaud) », L’Esprit Créateur, Lexington, vol. 32-2, 1992, p. 89-101.

Dominicy Marc, « La théorie des actes de langage et la poésie », L’Information Grammaticale, 121, 2009, p. 40-45.

Dominicy Marc, Poétique de l’évocation, Paris : Classiques Garnier, 2011.

Ducrot Oswald, Le dire et le dit, Paris : Minuit, coll. « propositions », 1984.

Ducrot Oswald, Carel Marion, « Mise au point sur la polyphonie », Langue Française, 164, 2009, p. 33-43.

Genette Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris : Seuil, coll. « Poétique », 1982.

Gouvard Jean-Michel, « Remarques sur la syntaxe des épithètes dans les textes poétiques », dans Agnès Fontvieille-Cordani et Stéphanie Thonnerieux, dir., L’ordre des mots à la lecture des textes, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2009, p. 101-118.

Kissine Mikhail, Contexte et force illocutoire. Vers une théorie cognitive des actes de langage, Thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles, 2007 [accessible en ligne sur le site « Di-fusion » de l’Université libre de Bruxelles].

Maingueneau Dominique, Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris : Armand Colin, 2004.

Maingueneau Dominique, « Le recours à l’éthos dans l’analyse du discours littéraire », Fabula / Les colloques. Posture d’auteurs : du Moyen Âge à la modernité. 08 septembre 2014. Consulté le 18 septembre 2016 <http://www.fabula.org/colloques/document2424.php>.

Marmande Francis, Patron Sylvie, dir. « Pour éclairer Quelque chose noir », Textuel, 55, Paris : Université Paris Diderot-Paris 7, 2008.

Moncond’huy Dominique, « Du Journal au tombeau ou de “Quelque chose” à “rien” », dans Francis Marmande & Sylvie Patron, dir. « Pour éclairer Quelque chose noir », Textuel, 55, Paris : Université Paris Diderot-Paris 7, 2008, p. 33-48.

Monte Michèle, Mesures et passages : Une approche énonciative de l’œuvre poétique de Philippe Jaccottet, Paris : Honoré Champion, 2002.

Monte Michèle, « Essai de définition d’une énonciation lyrique. L’exemple de Philippe Jaccottet », Poétique, 134, 2003, p. 159-181.

Monte Michèle, « Quelque chose noir : de la critique de l’élégie à la réinvention du rythme », Babel, 12, 2005, p. 263-286.

Monte, Michèle, à paraître. « Les relations entre énonciateur textuel, locuteurs et personnages dans quelques scénographies poétiques : José-Flore Tappy, Eugène Guillevic, Jacques-Henri Michot », L’énonciation lyrique, Amir Biglari et Nathalie Watteyne (dir.)

Montemont Véronique, Jacques Roubaud : L’amour du nombre, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Perspectives », 2004.

Montemont Véronique, « Quelque chose noir : le point de fracture ? », dans Francis Marmande & Sylvie Patron, dir., « Pour éclairer Quelque chose noir », Textuel, n° 55, Paris :Université Paris Diderot-Paris 7, 2008, p. 9-31.

Perrin Laurent, « Aspects de la voix du locuteur à l’intérieur du sens », Cahiers de praxématique, 49, 2007, p. 79-102.

Perrin Laurent, « La voix et le point de vue comme formes polyphoniques externes », Langue française, 164, 2009, p. 61-79.

Rabatel Alain, « Les postures énonciatives dans la co-construction dialogique des points de vue : coénonciation, surénonciation, sousénonciation », dans Jacques Bres, Pierre Patrick Haillet, Sylvie Mellet, Henning Nolke, Laurence Rosier, Dialogisme et polyphonie, Bruxelles : De Boeck Université, coll. « Champs linguistiques », 2005, p. 95-110.

Recanati François, Le sens littéral. Langage, contexte, contenu [2004], Paris-Tel-Aviv : Éditions de l’éclat, coll. « tiré à part », 2007.

Sperber Dan, Le symbolisme en général, Paris : Hermann, coll. « Savoir », 1974.

Sperber Dan, Wilson Deidre, « Les ironies comme mentions », Poétique, 36, 1978, p. 399-412.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Michèle Monte de sa relecture des versions antérieures de cette communication.

2 Nous reproduisons la typographie telle qu'elle figure dans le Journal, c'est à dire dépourvue d'espace après les points et les virgules.

3 Dans le Journal, la photographie en question est sous-titrée : « Ce n'était pas un cadeau ordinaire l'image de ta mort. » (23)

4 En raison du caractère énonciatif, et généralement propositionnel des phénomènes de reprise du poème, nous privilégierons ici la théorie conçue par Ducrot plutôt que celle du dialogisme développée par Bakhtine et ses successeurs. Toutefois, comme le suggère Rabatel (2005, 95-96), les deux démarches ne s’excluent pas mutuellement.

5 Ce que confirme l' « Introduction au « Journal d'Alix » » : « Alix Cléo Roubaud est morte neuf jours plus tard, le 28 janvier, à 5 heures du matin, d'une embolie pulmonaire » (Journal, 7).

6 Les notions de surénonciation et de coénonciation telles qu’elles sont proposées par Rabatel (2005, 102) auraient bien entendu toute leur place ici. Toutefois, comme notre propos dépasse les analyses centrées sur le point de vue, nous nous limiterons à cette note.

7 Sciemment ou non, A.C.R. utilise une expression déjà employée par le troubadour Jaufré Rudel. Roubaud ne pouvait l’ignorer, et l’expression devait avoir pour lui des résonances liées à la poésie des troubadours. La formule sera reprise dans le titre du troisième chapitre de La Fleur inverse, « La chanson de l’amour de loin », ouvrage consacré à la poésie des troubadours (Jacques Roubaud, La fleur inverse. L’art des troubadours, Paris : Les Belles Lettres, coll. « architecture du verbe », 1994, p. 97-127).

8 Il semble que Perrin assimile ici point de vue et prise en charge. Pour une mise au point sur la notion de prise en charge, voir par exemple le numéro de Langue française : « La notion de prise en charge en linguistique », Langue française, vol. 2, n° 162, 2009.

9 Parmi les nombreux indices désignant l'épouse du poète, le poème « Je vais me détourner » nomme la destinataire : « Alix Cléo Roubaud » (Qcn, 62).

10 Le passage en question est le suivant : « Je pense : “et l’affreuse crème / Près des bois flottants/.” » (Qcn, 28) Les vers cités se présentent comme la réminiscence d’un décasyllabe du poème « Les amis » de Rimbaud : « Sous l’affreuse crème / Près des bois flottants » (Arthur Rimbaud, Œuvres complètes, Paris : Gallimard, coll. « La Pléiade », 1972, p. 75).

11 Sur la contemporanéité de l'écriture de Quelque chose noir et du Grand Incendie de Londres voir Montémont (2004, 273) et Moncond’huy (2008, 35).

12 Pour une approche psychanalytique de cette question, voir par exemple les travaux d’Abraham et Torok (2009 [1978]) sur l’incorporation.

13 Je remercie Marc Dominicy qui m'a suggéré la lecture de cet article.

14 L'article de Gouvard porte plus précisément sur les adjectifs de couleur, qui sont en langue courante en principe postposés au nom. Toutefois les conclusions de Gouvard peuvent être étendues aux adjectifs généralement postposés, comme c'est le cas de tranquille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Duchatelez, « Le livre avalé », Babel, 34 | -1, 235-255.

Référence électronique

Stéphane Duchatelez, « Le livre avalé », Babel [En ligne], 34 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://babel.revues.org/4681 ; DOI : 10.4000/babel.4681

Haut de page

Auteur

Stéphane Duchatelez

Université de Toulon - Laboratoire Babel EA 2649 - École doctorale 509

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org