Navigazione – Piano del sito

Avant-propos

La fabrique de l’éthos : idéal de transparence et travail du style
Hugues Laroche e Michèle Monte
p. 9-17

Testo integrale

1Le regain d’intérêt pour l’auteur qui a suivi les années où l’on proclamait sa mort a débouché sur une profusion de travaux et de notions, en partie superposables, qui auraient pu en apparence nous dispenser de recourir (après d’autres) à un terme ancien, étranger jusqu’à une date récente au domaine de la littérature et de la stylistique et dont aucun des auteurs étudiés dans ce volume ne se réclame. Alors pourquoi l’éthos ?

  • 1 Il faudrait toutefois étudier la question dans les littératures à contraintes, dans lesquelles on p (...)

2D’abord parce que l’ancienneté du mot souligne l’ancienneté de la notion. Si l’éthos en tant que terme relève à l’origine de la rhétorique, il n’en reste pas moins que quelque chose comme l’éthos (et qui n’a pas de nom ?) est à l’œuvre dans les textes poétiques les plus anciens, comme l’observe ici Cécile Richer à propos des élégiaques latins. Ainsi se vérifie l’une des hypothèses au départ de ce volume, à savoir qu’il n’y a peut-être pas de littérature sans éthos : le fait qu’un texte soit reçu comme littéraire, relevant d’une intentionnalité esthétique, n’est-il pas indissociable de l’image qu’on se fait de son auteur1 ? Ceci est particulièrement vrai depuis l’avènement de la littérature en tant que telle, concomitamment avec l’émergence de l’auteur et avec la promotion de l’originalité à partir du XVIIIe siècle, mais certaines des contributions de ce volume montrent que l’interrogation reste pertinente pour des périodes plus anciennes, dès lors qu’est en jeu la personne de l’auteur, tel Ovide ou Claude Le Petit, dans ses relations problématiques avec le pouvoir ou la doxa, ou qu’à l’instar des poètes pétrarquistes ou des poètes de cour comme Claude de Malleville, il affirme ou efface son identité sociale à travers le ou les genres dans lesquels il a choisi de s’illustrer. Cette image de l’auteur, on sait depuis les travaux de Meizoz (2007), Diaz (2007), Amossy (2009) et Maingueneau (2002 et 2014), qu’elle est complexe et croise de multiples paramètres :

  • l’éthos discursif tel qu’il se donne à voir dans l’œuvre et que l’on rapporte à l’inscripteur ou énonciateur textuel ;

  • la personnalité publique de l’écrivain, construite par les modes de sociabilité de son époque (salons, lectures publiques, manifestes, interviews, sites personnels sur Internet) ;

  • les actes de la personne privée quand ils parviennent à la connaissance du public qui peut alors les confronter à la personnalité publique et à l’œuvre.

3Il y a donc matière à observer l’intrication ou l’autonomie relative de ces différentes strates dans la perception d’une œuvre et de son auteur par les lecteurs. Mais nous défendons aussi l’idée que l’éthos strictement discursif suscite d’emblée chez le lecteur une image du producteur du texte, même si celui-ci est parfaitement inconnu ou anonyme. Qu’il partage ou pas les points de vue ou les émotions évoqués dans le texte, qu’il soit pris par la lecture ou qu’il s’en détache, le lecteur réagit à un appel qui lui est adressé, adhère – ou pas – à un ton, qui est en même temps indissolublement une manière de voir le monde, et qui passe par tout ce que véhicule la matière verbale : une construction du référent, des prédicats actionnels et évaluatifs, un rythme, un dispositif énonciatif...

4L’éthos est bien, comme la rhétorique nous l’enseigne, une interaction, une interface, disent Maurice Couturier (1995) et Philippe Jousset (2015), c’est-à-dire une production en vue d’une action sur le lecteur, passant à la fois par l’intellect et la sensibilité, et, par la lecture, une appropriation de ce « monde éthique » (Maingueneau) proposé par le texte. On ne saurait trop insister sur le rôle capital du récepteur, ainsi que nous y invite Jousset :

Nous n’avons affaire qu’à des effets éthiques en littérature, ou du moins c’est eux seuls que nous pouvons apprécier. L’éthos doit être regardé plutôt comme une interface, qui établit un dialogue forcément asymétrique, amputé, ou plutôt grandement forgé, imaginaire, non pas donné mais constitué par la lecture. (2015, 88)

  • 2 Sur les relations entre style et éthos, voir Monte (2016).

5Une partie non négligeable de l’éthos à visée argumentative appartenait à l’actio, gestuelle et mise en voix. L’une de nos suggestions est que cette dimension reste essentielle dans le texte, et plus encore dans le poème, et aboutirait à ce que l’on désigne ordinairement comme style2 à partir des années romantiques (Diaz, 2010) : une impression ou un fantasme d’incarnation du poète dans son texte qui passerait par le rythme ou les sonorités, la syntaxe et le lexique, comme le montre Michèle Monte à propos de deux poètes contemporains, et qui aboutirait à l’expression de l’« âme » : le mot revient constamment au cours du XIXe siècle pour désigner ce que le lecteur retient du texte (voir l’article d’H. Laroche) et il est repris par P. Jousset pour désigner ce « plus que texte » sur quoi débouche la lecture, le « sens de l’âme de l’auteur » (Jousset, 2015, 88). Il convient cependant de ne pas oublier que, si la matérialité du texte, les formes et les structures qu’il contient « guident l’interprétation, [elles] ne la contraignent pas absolument, le récepteur pouvant reconstruire le sens en négligeant une partie des marques laissées par le travail d’énonciation et en en survalorisant d’autres » (Monte, 2016, 180). L’éthos peut être, du fait de son caractère fondamentalement interactif, le lieu des malentendus.

6La nature argumentative de l’éthos invite en tout cas à s’interroger sur le rapport entre l’image perçue par le lecteur et la personnalité assumée par l’écrivain. Cette dimension qui embarrassait la rhétorique pour des raisons éthiques – persuade-t-on par les bonnes mœurs ou par l’image de soi que l’on donne à voir dans son discours ? - est également fondamentale en littérature, même si la notion de sincérité ne peut être regardée en matière d’art verbal qu’avec une certaine méfiance. Elle peut relever en effet de la simple exposition de soi, du narcissisme souvent reproché au poète. Mais plus généralement, le concept d’éthos rend compte d’une certaine façon qu’a tout écrivain de se situer personnellement dans le champ littéraire, en obéissant à une dialectique constante entre originalité et convention qui correspond à des stratégies différentes selon les auteurs et les époques : Charlotte Triou l’observe déjà au XVIe siècle dans le rapport à Pétrarque des poètes français. Or, plus le champ littéraire se complexifie et plus son renouvellement est rapide, plus ces stratégies prennent de l’importance au point, par exemple, comme le montre Cyril Barde, d’amener Montesquiou à s’efforcer de changer son premier éthos de poète décadent en un éthos néo-classique plus conforme aux années 1900 marquées par une forte réaction contre Mallarmé et la Décadence (Citti, 1987). Ainsi, respecter (ou non) les contraintes de genres et l’arsenal thématique qui définissent l’appartenance à un mouvement littéraire sont des aspects essentiels de la construction de l’éthos, qui ne dépendent pas seulement du tempérament du poète mais d’un projet réfléchi de positionnement.

7En centrant notre volume sur la poésie, nous avions évidemment en vue le fait qu’elle permet de poser de façon particulièrement nette des questions qui relèvent d’un fonctionnement général de l’éthos en littérature. La poésie apparait en effet de prime abord comme un cas d’école dans la mesure où elle semble le genre le plus étroitement lié à l’éthos : d’abord parce qu’il a longtemps suffi d’écrire en vers pour se dire poète et construire une image d’auteur, comme le rappelait Gérard Genette, désignant ce critère comme constitutif de la littérarité (Genette, 1991) ; ensuite parce que la poésie est l’archigenre où l’énonciateur textuel ou inscripteur, pour reprendre la terminologie de Maingueneau, tend le plus souvent à se confondre avec le locuteur/énonciateur premier, point de repère de l’ancrage déictique. Cet aspect, encore plus que le vers, influe sur la constitution de l’éthos, d’autant plus qu’en France du moins, l’histoire de la poésie, on le sait, est en grande partie l’histoire de sa réduction au lyrisme. Celui-ci a pu être compris, comme le fait Brunetière, comme l’expression d’émotions personnelles à la première personne :

Le lyrisme a tout envahi, tout imprégné, tout transformé (…) on ne demande au poète lyrique, dans l’élégie, dans l’ode, ou dans la satire même, que d’être lui-même. (Brunetière, 1922, t. I, p. 8 et t. II, p. 286)

8Mais il faudrait plutôt l’entendre dans le sens plus large d’un pacte discursif (Rodriguez, 2003) et préférer dès lors à lyrisme, qui renvoie davantage à un certain registre, bien décrit par Maulpoix (2000), le terme lyrique, afin de caractériser des textes où le poème évoque la présence d’autrui ou du monde telle qu’elle affecte le locuteur/énonciateur en pariant sur un partage avec le lecteur de pensées et d’émotions communiquées par le travail sur la langue. Dans cette perspective, le lyrique n’exclut ni l’effacement énonciatif, tel que l’illustre l’impersonnalité parnassienne ou certaines écritures contemporaines (Monte, 2007 et ici même, ainsi que l’article de Yannick Gouchan sur Sereni), ni la dissociation entre l’inscripteur et le locuteur/énonciateur telle qu’on l’observe par exemple chez Segalen (Dürrenmatt, 2005, 12-13), Corbière (article d’Hugues Laroche) ou encore dans la chanson (article de Stéphane Chaudier et Joël July). Comme dans le roman, où ces phénomènes ont été mieux étudiés (voir entre autres Rabatel 2008), l’éthos de l’inscripteur peut alors osciller entre une position surplombante volontiers ironique, perceptible également dans le rythme ou le lexique, et un marquage ténu, qui peut se limiter par exemple à l’organisation du livre, mais qui n’en joue pas moins un rôle crucial sur la réception de l’œuvre (voir Monte, 2010 et à paraître).

9Si l’on ne trouve pas dans ce volume de contributions analysant les processus de construction de l’éthos du poète épique ou tragique, nécessairement plus complexes du fait de la pluralité des personnages et des points de vue qui est un des traits de ces genres, le cas d’Heredia étudié par Vladimir Schotter, caractérisé par une stratégie de retrait apparent, montre que celle-ci repose sur un effet miroir à travers toute une série de comparants destinés à donner une image de celui qui se refuse à parler de lui.

10Mais si la poésie est bien un lieu privilégié pour que s’incarne dans un texte la relation de l’auteur et du lecteur, elle est aussi, et contradictoirement, par le travail sur la langue qu’elle implique et par les nombreuses codifications dont elle a fait l’objet, un lieu où l’idéal éthique de sincérité ou de justesse se trouve constamment menacé par la tentation de la virtuosité ou le poids des contraintes génériques. L’effort pour échapper aux attraits du beau langage est une part constitutive de l’éthos de poètes tels qu’Emaz ou Sacré, ici étudiés, et il n’est pas dépourvu d’une dimension éthique, au sens ordinaire du terme : il s’agit de montrer que le poète est un homme du commun, un simple artisan qui cherche à parler à tous. Néanmoins, l’attention consciente aux ressources de la langue qu’implique l’écriture poétique montre qu’en matière de poésie, la spontanéité ne peut être qu’une illusion, ce dont témoigne également l’éthos fantaisiste de Derème (article d’Amandine Cyprès) jouant en dyptique (textes poétiques/textes théoriques) sur une fausse impression de naturel.

11La soumission aux contraintes de genres ou de sous-genres apparait quant à elle clairement dans les contributions qui portent sur les XVIe et XVIIe siècles : l’article de Charlotte Triou sur l’éthos pétrarquiste, celui de Dominique Chaigne sur l’éthos « satyriste » ou encore celui de Béatrice Brottier à propos de Claude Malleville. Ainsi, si Malleville porte des masques, si son éthos est variable, c’est qu’il s’adapte aux lois des genres qu’il pratique, à une époque où celles-ci sont encore très rigides. Par la suite, on observe un glissement de l’éthos conçu comme convenance, respect du code – construisant l’image d’un poète en pleine possession de toutes les palettes de son art –, à un éthos centré sur la personne, dont le romantisme, comme le suggère l’article d’Hugues Laroche, marquerait l’apothéose, celle d’une littérature trouvant dans la poésie sa réalisation idéale, à travers les valeurs d’originalité, de spontanéité ou de naturel. Cependant, certaines contributions portant sur des œuvres antérieures au romantisme, si elles soulignent les contraintes de code, mettent également en évidence la force de cet effet miroir entre le poème et l’auteur dans les œuvres auxquelles elles s’intéressent. C’est ce type de lecture qui explique la fin tragique de Claude Le Petit, évoqué par Dominique Chaigne : son éthos « satyrique » a été pris à la lettre et lui a valu une condamnation à mort pour impiété.

12Les contributions consacrées aux périodes moderne et contemporaine insistent par ailleurs sur la précarité de ce rêve de transparence. Aussitôt la victoire du lyrisme proclamée, les choses se compliquent : dès Baudelaire et Leconte de Lisle, parler de soi ne va plus de soi, et toute la modernité poétique se construit sur ce jeu entre exposition et « disparition élocutoire » (Mallarmé), présence du biographique et fictionnalisation de la première personne, comme en témoignent par exemple l’article de Yannick Gouchan sur Sereni, l’étude de Stéphane Duchatelez sur la polyphonie d’un recueil de Jacques Roubaud ou celle de Stéphane Chaudier et Joël July consacrée à la chanson.

13Ce travail jamais achevé et toujours repris exploite à fond la liberté que la poésie laisse à l’éthos de l’inscripteur pour se manifester, bien au-delà d’un dire explicite. On signalera notamment la forte tendance métapoétique qui conduit nombre de poèmes à devenir des arts poétiques, explicites ou non : l’importance accordée en poésie à l’image, c’est-à-dire à toutes les formes de figures d’analogie, aboutit à la multiplication des comparants, déjà relevés par J.-L. Diaz (2007) ou A.-E. Berger (2004), poètes-cygnes, aigles, rossignols, albatros, crapauds (Corbière), chiens, dont Suzanne Fraysse propose une nouvelle version, plus surprenante, avec son article sur le poète-nautile tandis que Dominique Chaigne dans une synecdoque spectaculaire réduit le poète au phallus. L’intrication entre poème et discours métapoétique est illustrée d’une autre façon par James Sacré, dont Michèle Monte souligne qu’il assimile la relation du poète et de son lecteur à celle qu’il instaure entre le locuteur et le dédicataire du poème.

14C’est aussi sur la question du style que la poésie bénéficie de la marge de liberté la plus grande. Elle en profite pour expérimenter des formes d’écriture variées, qui instaurent elles aussi un éthos, plutôt montré que dit, mais complétant de façon essentielle les caractéristiques plus explicites relevant de l’éthos dit en dotant l’éthos d’une dimension corporelle qui rejoint l’actio rhétorique : jeu sur la versification et la contre assonance chez Tristan Derème, dont Amandine Cyprès montre comment il relève d’un éthos fantaisiste, choix syntaxiques et rythmiques distincts chez Emaz et Sacré contribuant à différencier leurs éthos. Certaines contributions offrent ainsi une méthode pour l’étude des marques de l’éthos discursif : l’enjeu est important dans la mesure où la notion subsume de façon intuitive un ensemble d’éléments qui, sur le plan sémiotique, relèvent des quatre dimensions définies par Hjemslev –forme et substance du contenu, forme et substance de l’expression.

15L’éthos du poète, plus encore que celui du romancier, vise donc à se représenter dans une forme, à la façon du nautile qui secrète sa coquille (article de Suzanne Fraysse). Cette représentation est favorisée par une temporalité tout à fait spécifique, celle du « temps lyrique » (Gryner, 2015) qui rend présente, re-présente à chaque lecture l’expérience du poème, dont le présent devient à la fois celui du poète et celui du lecteur qui met le texte à l’épreuve de sa propre diction. Mais le temps lyrique joue aussi sur les relations entre les différents poèmes du recueil comme le montrent M. Monte et C. Triou : répétitions, correspondances, ruptures, réflexivité interne, narration discontinue ou problématique. Le recueil de poèmes lyriques instaure de la sorte une temporalité particulière dans la mesure où elle ne relève pas de la narrativité au sens strict : il n’a pas lieu qu’une seule fois, et toujours renvoie à sa source. En quoi il contribue notablement à la fabrique de l’éthos, entre rupture et continuité.

Inizio pagina

Bibliografia

Amossy, Ruth. « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 3, 2009. Consulté le 23 mars 2015. URL : http://aad.revues.org/662

Amossy, Ruth. « L’éthos et ses doubles contemporains. Perspectives disciplinaires », Langage et société 149, p. 13-30, 2014.

Berger, Anne-Emmanuelle. Scènes d’aumône. Misère et poésie au XIXe siècle, Paris : Honoré Champion, 2007.

Brunetière, Ferdinand. L’évolution de la poésie lyrique en France au XIXe siècle, Paris : Hachette, 1922.

Citti, Pierre. Contre la décadence. Histoire de l’imagination dans le roman (1890-1914), Paris : PUF, 1987.

Couturier, Maurice. La Figure de l’auteur, Paris : Seuil, 1995.

Diaz, José-Luis. L’Ecrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris : Honoré Champion, 2007.

Diaz, José-Luis. « L’individuation du style entre Lumières et romantisme ». Romantisme, No 148, 2010 : p. 45-62.

Dürrenmatt, Jacques. Stylistique de la poésie, Paris : Belin, 2005.

Genette, Gérard. Fiction et diction, Paris : Seuil, 1991.

Gryner, Colette. « Le temps lyrique. » Poétique, No 178, 2015-2 : p. 197-212.

Jousset, Philippe. « Autour de la notion d’éthos » dans L’homme dans le style et réciproquement, Philippe Jousset (dir.), Presses Universitaires de Provence, 2015, p. 83-92.

Laroche, Hugues. Tristan Corbière ou les voix de la corbière, Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 1997.

Maingueneau, Dominique. « Problèmes d’ethos », Pratiques, 113, 2002, p. 55-68.

Maingueneau, Dominique. « Retour critique sur l’éthos », Langage et société 149, 2014, p. 31-48.

Maulpoix, Jean-Michel. Du lyrisme, Paris : José Corti, 2000.

Meizoz, Jérôme. Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève-Paris : Slatkine Erudition, 2007.

Monte, Michèle. « Poésie et effacement énonciatif », in Semen n° 24, « Linguistique et poésie : le poème et ses réseaux », Monte M. et Gardes Tamine J. (éds), Presses de l’Université de Franche-Comté, 2007, 99-121.

Monte, Michèle. « La relation vers/prose et la diffraction de l’énonciation dans L’Âme errante et ses attaches de Gaston Puel », NU(e) n° 46, « Gaston Puel » Eric Dazzan (coord.), 2010, p. 159-182.

Monte, Michèle. « De l’éthos, du style et du point de vue en poésie », dans L’énonciation aujourd’hui, un concept clé des sciences du langage, M. Colas-Blaise, L. Perrin et G. M. Tore (dir.), Limoges : éditions Lambert-Lucas, 2016, p. 179-200.

Monte, Michèle, à paraître. « Les relations entre énonciateur textuel, locuteurs et personnages dans quelques scénographies poétiques : José-Flore Tappy, Eugène Guillevic, Jacques-Henri Michot », L’énonciation lyrique, Amir Biglari et Nathalie Watteyne (dir.)

Rabatel, Alain. Homo Narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, Limoges : éditions Lambert-Lucas, 2008.

Rodriguez, Antonio. Le pacte lyrique. Configuration discursive et interaction affective, Bruxelles : Mardaga, 2003.

Inizio pagina

Note

1 Il faudrait toutefois étudier la question dans les littératures à contraintes, dans lesquelles on peut supposer que l'éthos discursif est déconnecté de toute image d'auteur.

2 Sur les relations entre style et éthos, voir Monte (2016).

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento cartaceo

Hugues Laroche e Michèle Monte, « Avant-propos », Babel, 34 | -1, 9-17.

Riferimento elettronico

Hugues Laroche e Michèle Monte, « Avant-propos », Babel [Online], 34 | 2016, Messo online il 15 dicembre 2016, consultato il 22 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4575

Inizio pagina

Autori

Hugues Laroche

Cielam (Aix Marseille Université)

Articoli dello stesso autore

Michèle Monte

Université de Toulon - Babel EA 2649

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inizio pagina
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org