Navegación – Mapa del sitio

Babel. Littératures plurielles n° 37, premier semestre 2018 : Le « trans- » et la fiction hispano-américaine contemporaine

Sous la direction de Nicolas Balutet et José García-Romeu

Note de la rédaction

Le préfixe « trans- » emblématise certains paradigmes centraux de notre temps. Les idées « d’à-côté » et de déplacement qu’il associe au terme auquel on le fixe reflètent quelques-uns des processus culturels et historiques de nos sociétés globales qui ont violemment reconfiguré ces dernières décennies les modes d’organisation et de représentation hérités de la modernité industrielle.

L’objectif de ce numéro de Babel - Littératures plurielles consistera à étudier dans une perspective hispano-américaniste les paradigmes que le préfixe « trans- » manifeste.

  • 1 O’Gorman Edmundo, La invención de América, México, Fondo de cultura económica, 2012 [1958].

Selon la classique analyse de O’Gorman1, la traversée transatlantique fonda à partir de 1492, par un décentrement monumental du monde, la transmutation culturelle d’où surgirait la modernité. En ouvrant la première grande séquence coloniale de l’ère moderne, 1492 et ses conséquences allaient constituer le territoire de la transculturation par excellence : l’Amérique. À la fois en marge des événements historiques générés par les grandes puissances et aux avant-postes des expériences sociales qui traduiront dès lors les rapports entre l’Occident et sa périphérie, l’Amérique latine est un espace où s’exprime l’échange, le conflit, la rencontre, le passage, le croisement ; bref, la transfiguration, tant dans ses aspects créateurs que dans ceux destructeurs, entre foisonnement des métissages et assèchement de la pensée de caste.

  • 2 Rouquié Alain, Amérique latine. Introduction à l’Extrême-Occident, Paris, Seuil, 1987.
  • 3 García Canclini Néstor, Culturas híbridas. Estrategias para entrar y salir de la modernidad, Buenos (...)

Néstor García Canclini rappelle que cet Extrême Occident – tel que le nomme Alain Rouquié2 – n’a pas connu la véritable modernité libérale et capitalistique du Vieux Monde alors même qu’il anticipait de plusieurs décennies, à cause de la séculaire hétérogénéité culturelle et sociale de sa population, la fragmentation caractéristique des sociétés postmodernes de l’Occident central3. En effet, brûlant les étapes dans un perpétuel mouvement de déplacement et d’adaptation, l’Amérique latine dut négocier l’articulation conflictuelle entre culture européenne et culture autochtone. Elle superposa au folklore et à l’identité nationale une dimension antiimpérialiste et innova en diversifiant les moyens d’unir ou d’opposer, selon les cas, la culture savante et la culture populaire, la culture globale et la culture locale.

Aujourd’hui, émergeant de la société de castes et adoptant les derniers standards de la globalisation, l’Amérique latine devient un laboratoire où l’expérimentation sociologique et culturelle n’est plus seulement à la traîne de l’Europe ou des États-Unis mais s’incarne en propre par la volonté de résoudre – avec plus ou moins de bonheur et de façon plus ou moins efficace – les désastreuses épreuves de années 70-90, marquées par le recul des identités nationales héroïques et les phénomènes aliénant de la financiarisation néolibérale.

Dans ce contexte de transformation où se négocient les représentations de demain, le trans- s’incarne en littérature, au cinéma, dans le roman graphique… dans les nouvelles formes globalisées de la transculturation, dans les générations de McOndo et du Crack, dans les expériences queer, dans la transgression sociale et dans celle des genres artistiques, dans les dystopies transhumanistes de la science-fiction, dans les fictions transmédias de la culture de masse…

À la lumière du trans-, nous souhaiterions donc saisir, dans l’expression de la fiction contemporaine – qu’elle soit littéraire, cinématographique ou graphique – certains aspects de l’Amérique latine actuelle.

Notas

1 O’Gorman Edmundo, La invención de América, México, Fondo de cultura económica, 2012 [1958].

2 Rouquié Alain, Amérique latine. Introduction à l’Extrême-Occident, Paris, Seuil, 1987.

3 García Canclini Néstor, Culturas híbridas. Estrategias para entrar y salir de la modernidad, Buenos Aires, Editorial Paidós, 2010, p. 41.

Inicio de página
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org