Navigation – Plan du site
Compte rendu

Adelaïde de Chatellus. Hibridación y fragmentación : El cuento hispanoamericano actual

Julien Roger
p. 303-310
Référence(s) :

Madrid, Visor Libros, 2015, 286 p.

Texte intégral

1Adélaïde de Chatellus, Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV depuis 2005 et morte en 2014, avait, peu avant son décès, terminé l’essai inédit de son Habilitation à Diriger des Recherches qu’elle devait soutenir fin 2014 : c’est ce volume que sa directrice de thèse, Milagros Ezquerro, a publié moins d’un an après son décès.

2Le domaine de recherches d’Adelaïde était vaste, comme le souligne Milagros Ezquerro : outre ses recherches sur la poésie (le colloque sur Alejandra Pizarnik, qu’elle avait coordonné en 2012, fera date, puisqu’il s’agit du premier colloque mondial consacré à cet auteur) elle avait organisé et publié les actes d’un colloque fondateur à Paris sur le conte latino-américain contemporain, Vivir del cuento en 2009.

3La relation d’Adelaïde avec la littérature était une relation à la fois passionnelle et érudite : c’est ce que reflète ce volume, qui se veut aussi bien un essai sur le conte latinoaméricain actuel (2000-2015) qu’un volume d’hommage, dans le meilleur sens du terme. En effet, les trois écrivains de prédilection d’Adelaïde (qu’elle a traduits, édités et contribué à faire connaître auprès du public français), Fernando Iwasaki, Juan Carlos Méndez Guédez et Andrés Neuman, ont accepté de livrer en ouverture du volume, après la Tabula gratulatoria, quatre textes d’hommage. Ces textes montrent que par-delà la rigueur scientifique dont elle était capable et dont témoigne l’essai, Adelaïde était une belle personne, qui arrivait à concilier la lecture théorique et critique de son corpus et la délicate amitié que lui témoignent en retour ces trois auteurs. Comment ne pas lire autrement le premier texte de Fernando Iwasaki, « Hada Adelaïde », empreint d’une vive émotion, et qui retrace par fragments la relation attentionnée qui unissait l’auteur et son exégète ? « Hada Adelaïde » témoigne aussi d’un trait de caractère qui se retrouve dans l’essai : l’humour d’Adelaïde, perplexe et amusée devant la traduction de « el capillo de mi bautizo » ou dans d’autres situations. C’est aussi cette délicatesse qui revient dans les haïkus inédits d’Andrés Neuman (« Cinco haikus nocturnos para Adé ») : Adelaïde consacre plusieurs belles pages de son essai à la forme brève du haïku chez Neuman, et ceux que l’auteur publie ici sont, me semble-t-il, le plus bel hommage qu’il puisse lui faire, le plus bel hommage de la littérature à la vie, la preuve que, dirait Proust à la fin de la Recherche, la littérature est la vie même.

4L’essai à proprement parler, Hibridación y fragmentación. El cuento hispanoamericano actual, est constitué de 243 pages, dont 11 pages d’introduction et 25 pages d’une solide bibliographie bien charpentée. L’introduction est à la fois d’une grande rigueur et honnêteté scientifique mêlée du récit de la genèse de la recherche d’Adelaïde : après avoir retracé l’origine orale de la littérature américaine, elle dresse une généalogie du conte en Amérique Latine, depuis les civilisations précolombiennes (les codex, entre autres) jusqu’à nos jours, en passant par les auteurs du Boom des années 1970 principalement. Ces quelques pages soulignent le grand esprit de synthèse et de hauteur de vues d’Adelaïde, capable d’embrasser plusieurs siècles d’une tradition littéraire. Viennent ensuite des pages plus personnelles sur l’historique du désir de recherche d’Adelaïde pour constituer un corpus de travail (« decidí ir a Madrid de librerías para intentar definir un corpus », p. 50), nécessairement lacunaire étant donné la profusion de textes brefs produits en Amérique latine dans la période étudiée (2000-2015). La sélection des auteurs se fait à la fois sur des critères scientifiques mais aussi spontanés et affectifs, lorsque, notamment, Adelaïde évoque la lecture de Bariloche de Neuman comme un « choque estético » (p. 51). L’introduction se conclut par quelques lignes programmatiques déduites directement du corpus, notamment par les notions de variété et de diversité, qui annoncent le plan suivi dans le reste de l’ouvrage : « Variedad temática, variedad formal, en la manera de tratar el tema ; y variedad semiótica en cuanto al papel que los textos deparan al lector » (p. 54). C’est donc ainsi que se dessine l’architecture du volume en trois parties tout à fait claires. Il est à souligner que le plan de l’ensemble est cohérent avec l’objet d’étude : la structure de l’essai est le miroir de la fragmentation du corpus, l’étude se découpant en trois parties, donc, elles-mêmes sous-divisées en plusieurs sous-parties (parfois de quelques pages seulement), ce qui prouve la dimension à la fois scientifique mais aussi quasi didactique du volume.

5La première partie, « Variedad de los temas en el cuento hispanoamericano último » (p. 55-150) est la plus importante des trois. Celle-ci commence par des rappels d’histoire littéraire de la génération antérieure, et atteste de la maîtrise de l’auteur des productions passées pour éclairer les actuelles. Adelaïde note justement que jusque dans les années 1990, les récits latino-américains se situaient en Amérique latine, ce qui n’est plus forcément le cas avec les récits actuels, et ce qui souligne, et c’est un des traits de caractère du corpus, sa tendance à l’universel : « La consecuencia de la desaparición de la identidad latinoamericana es la imposible existencia de la literatura propia de América Latina » (p. 58), écrit Adelaïde, avant de retracer la genèse et les caractéristiques de la génération du Crack et celle de Mc Ondo, ce qui lui fait écrire avec pertinence que « el único rasgo de hispanismo que queda en el texto es la lengua » (p. 83). La « desubicación », de ce fait, facilite l’identification avec le lecteur universel, ce qui est un trait de caractère propre à ce corpus, et ce qui est analysé par Adelaïde au sujet des haïkus d’Andrés Neuman, dans une des plus belles pages analytiques du volume (p. 91 et passim). Ceci montre que l’auteure est aussi à l’aise pour embrasser plusieurs siècles d’histoire littéraire que pour commenter avec une grande minutie la matière des textes eux-mêmes. Mais, souligne Adelaïde, la déréférentialisation n’est pas non plus l’apanage de toute la littérature latino-américaine contemporaine, certains auteurs comme Juan Gabriel Vásquez, Junot Díaz ou Daniel Alarcón ancrant leur production dans une réalité nationale, « sea latinoamericana o extranjera. » (p. 108). Ensuite, Adelaïde se penche sur la perte de vitesse de trois idéologies dans la production contemporaine latino-américaine, la politique, la morale et la religion, analysant au passage avec l’honnêteté intellectuelle qui la caractérise, la présence de contradictions dans des œuvres de Daniel Alarcón, Juan Gabriel Vásquez, Junot Díaz, Edmundo Paz Soldán, Méndez Guédez, Ignacio Padilla, ou encore d’Iwasaki. Enfin, Adelaïde s’interroge avec pertinence sur le statut du surnaturel (I.C.), questionnant la notion de réalisme magique chez Junot Díaz dans The brief wondrous Life of Oscar Wao et du fantastique dans Ajuar funerario de Iwasaki et démontrant que ces notions sont encore vivaces, en dépit des proclamations du mouvement du Crack et de Mc Ondo. De ce fait, et c’est ce qu’elle souligne en conclusion de cette première partie, il serait abusif de croire à une unité de valeurs et de thématiques dans le conte latino-américain actuel. Loin de plier son raisonnement à une démonstration qui serait peut-être dogmatique, Adelaïde reconnaît la grande diversité de thèmes et d’esthétiques parfois contraires qui démontrent que les auteurs actuels ne peuvent plus écrire comme leurs prédécesseurs. Cette première partie offre donc un panorama conséquent de son corpus, étudié dans toute sa diversité thématique et esthétique : à elle seule, elle justifie l’ensemble de l’essai de par sa richesse et la capacité de synthèse et d’analyse qui l’anime.

6La deuxième partie, de 44 pages, est consacrée à des questions d’ordre formel (« Variedad formal en el relato hispanoamericano último »), notamment en ce qui concerne la langue et le genre des formes narratives étudiées. La section consacrée à la langue est d’une grande clarté : Adelaïde analyse dans un premier temps les auteurs qui écrivent en espagnol, en les questionnant (Neuman, Paz Soldán, Volpi et Padilla), puis les auteurs qui écrivent en anglais (Daniel Alarcón, Junot Díaz) et enfin les auteurs venus d’une autre langue qui écrivent en espagnol (en particulier Ana Kazumi Stahl, Stanislaw Jaroszek), ce qui l’amène à des conclusions tout à fait stimulantes, comme par exemple : « Los autores arriba citados muestran que la literatura hispanoamericana ya no se escribe solo en castellano […], ya no se escribe solo en América Latina […], y ya no la escriben solo autores de lengua materna. » (p. 163), ce qui bouleverse et défie les catégories préétablies, et ce qui l’amène in fine à la conclusion suivante : « El panorama de la literatura última relacionada con el mundo hispanoamericano desafía así los intentos de definición, pero también de apelación. » (p. 166). La seconde sous-partie sur les genres littéraires est une des plus réussies et des plus originales. En effet, Adelaïde analyse principalement le phénomène d’hybridation, qui est une caractéristique propre de la post-modernité et de son corpus de travail. Après avoir redéfini les genres littéraires, elle s’attache à toutes les formes d’hybridation, à savoir l’hybridation du conte avec le théâtre, la poésie (en particulier les haïkus de Neuman, dans ce qui constitue à mon sens une des plus belles pages du volume), le roman, avant de s’interroger sur l’esthétique du fragment et l’abandon des genres littéraires. Enfin, Adelaïde questionne la notion même d’hybridité et réfute avec brio l’existence d’un genre littéraire pur : « Si el híbrido mezcla dos elementos puros, cabe recordar sin embargo que cada elemento “puro” es en realidad un híbrido más antiguo que los demás, cuya condición de mezcla se ha olvidado con el tiempo : la pureza es una construcción del espíritu, y la hibridez – mezcla de dos elementos supuestamente puros – un abuso de lenguaje. » (p. 193). Il faut souligner que cette sous-partie sur le genre littéraire mêle à la fois des outils d’analyse textuelle très fins et une grande capacité de synthèse : c’est à ce type de qualités que l’on reconnaît une grande chercheuse.

7La troisième et dernière partie, enfin, « El papel del lector : variedades », de 56 pages, est consacrée à des questions de poétique, au sens aristotélicien du terme : Adelaïde y étudie des notions et des textes touchant à la tension et la construction diachronique (III. A.) et synchronique (III. B) du conte latino-américain actuel. On y lit de belles pages sur les diverses techniques de construction du conte, notamment « Empezar por el final » (p. 196-198) et sur la construction tripartite du conte depuis la génèse de la forme jusqu’à aujourd’hui. Adelaïde fait preuve d’originalité scientifique dans le paragraphe intitulé « Fatal tripartición » (p. 206-207). Le mieux est encore de lui laisser la parole : « Seducción, manipulación, destrucción son los tres tiempos de la perversión – a pequeña o gran escala – y no dejan de recordar los del cuento, que consiste en seducir el lector (introducción), administrarle el veneno progresivo de la verdad (nudo) y rematarlo (final sorpresivo). » (p. 207). Sans s’y étendre outre mesure, le lecteur ami perçoit ici une des grandes blessures personnelles d’Adelaïde, ce qui n’est pas sans susciter une certaine émotion. Comme je l’écrivais au sujet des contributions amicales des auteurs du début de volume, démonstration est faite que pour Adelaïde, la littérature était la vie même et que la vie (comme elle l’écrit dans cette citation) nourrissait sa pratique de la littérature et de l’exercice critique.

8Toujours dans une optique poéticienne, au sujet de l’importance du début du conte et de sa construction, on lit de magnifiques analyses de « La gallina degollada » et de « El almohadón de pluma » de Quiroga. Enfin, dans la section intitulée « Tensión y construcción sincrónica », Adelaïde se livre à de belles analyses des silences (le début in medias res, le portrait synecdoque, les ellipses, les deux histoires) et utilise avec beaucoup d’efficacité la théorie dite de l’iceberg d’Hemingway, reprise ensuite par Piglia : en somme, ce que le texte tait est aussi (sinon plus) important que ce que le texte dit : « El misterio no solo consiste en la superposición de dos historias sino en un conflicto entre ellas : un cuento narra una historia escondiendo otra » (p. 225). Avant d’en venir à la conclusion du volume, force est de constater que celui-ci se clôt par un carrousel analytique. Laissons encore la parole à Adelaïde, qui est la meilleure exégète d’elle-même, lorsqu’elle se penche sur la comparaison du conte avec le rêve :

El misterio del texto breve y la fuerte colaboración del lector emparientan el cuento con el sueño. Interpretar un sueño también es descifrar lo escondido detrás de la condensación y la inversión, dos leyes de la deformación de la realidad por la actividad onírica […]. En el sueño, como en el cuento, existen dos niveles : el aparente del sueño, semejante a la historia aparente del cuento. Y el nivel escondido, deseos y recuerdos del soñador o segunda historia del cuento : la verdad. El trabajo del cuentista tal como lo enuncia Neuman – tapar, esconder, etc. – corresponde al trabajo de represión del hacedor de sueños, mientras el desciframiento sería la lectura – en el caso del cuento – o la terapia – en el del sueño. » (p. 239)

9Enfin, Adelaïde termine son essai par une très belle analyse du microrrelato, en commençant comme il se doit par l’état de la question, puis poursuivant par ses caractéristiques, ses traits thématiques, ou son genre littéraire.

10Dans la conclusion (p. 253-259), Adelaïde redéfinit, à la lumière des analyses qui précèdent, la notion de littérature latino-américaine de manière tout à fait pertinente, cette dernière se caractérisant soit par le pays de naissance de l’auteur, soit par celui de résidence, par la langue d’écriture ou par les thèmes traités : certains écrivains se définissent par un seul critère, alors que ceux des générations antérieures les regroupaient tous. Toujours dans un grand souci d’intelligibilité et de pédagogie, Adelaïde compare la manière d’appartenir à la littérature latino-américaine à celle d’avoir une nationalité, par droit du sol, droit du sang ou par demande de naturalisation (sans être, donc, né sur le sol ni avoir de parents de la nationalité d’adoption). La littérature latino-américaine est de fait plus une construction qu’une réalité tangible et définitive. Pour terminer, Adelaïde resitue la littérature latino-américaine actuelle dans sa temporalité et son histoire, en soulignant que les auteurs reprennent des pistes ouvertes par leurs aînés (textes situés dans le monde urbain, microrécits, hybridation linguistique, récits universels, sans référence à l’Amérique Latine ni engagement politiques) tels que Borgès ou Cortázar.

11On le voit dans cette conclusion, ce qui fait la solidité scientifique du legs d’Adelaïde, c’est à la fois sa capacité de synthèse (qu’il s’agisse de l’histoire littéraire, de la contextualisation) et ses analyses poéticiennes, toujours d’une grande finesse. Mais ce qui séduit aussi le lecteur dans cet essai, c’est non seulement le fait qu’il soit la marque d’une grande maturité intellectuelle, mais aussi d’un trait que j’ai à peine esquissé : l’humour. Humour dont elle ne se départ jamais et dont l’épigraphe du volume, une citation de Michel Houellebecq, donne toute la saveur : « On n’attrape pas les mutations contemporaines avec du vinaigre balzacien. » (p. 7). Force est de constater que sous de tels auspices, l’essai d’Adelaïde se veut à la fois d’une grande rigueur scientifique mais aussi ajoute un ton de légèreté au discours critique, tout à fait bienvenu. Adelaïde ne s’arrête pas là. Lorsqu’elle analyse les haïkus de Neuman, elle insiste sur un phénomène qu’elle nomme « desubicación », entre deux versions d’un même poème. Alors que, dans la version première, Neuman écrivait « traslada el bogavante », dans la seconde il écrit « traslada una sardina ». Ce qu’analyse Adelaïde en notant que le choix de la sardine plutôt que du homard relève d’une volonté de l’auteur d’utiliser un référent plus universel « (presente en casi todos los mares del planeta) » (p. 92), plutôt que dans l’Atlantique Nord et l’Europe (pour le homard). Et Adelaïde de commencer sa démonstration sur le homard et la sardine, non sans autodérision par : « Sin voluntad de indagar en la vida de los mariscos… » (p. 92), ce qui permet de replacer l’analyse textuelle à sa juste place. Autre trait de légèreté, p. 184, lorsqu’elle se penche sur El viajero del siglo, de Neuman, Adelaïde écrit : « En El viajero del siglo se inserta además una novela policial con la intriga recurrente del enmascarado. La investigación revelará que el violador no es sino un miembro de la tertulia, el profesor Mietter, eminente académico de la Universidad de Berlín. Prueba que el mundo académico conduce a todo… », ce qui ne manque pas de sel venant d’une universitaire.

12Ce qui ressort à la lecture du legs d’Adelaïde, ce sont avant tout les qualités qui sont celles d’une chercheuse confirmée : capacité de synthèse, finesse des analyses textuelles, clarté de l’expression, style enlevé, volonté quasi pédagogique, je l’ai souligné, de mener à bien ses démonstrations. Notons aussi qu’Adelaïde a écrit son essai directement en espagnol pour le rendre accessible à son public naturel, ce qui, pour une francophone, est une difficulté supplémentaire : difficulté dont Adelaïde s’affranchit avec brio.

13Quelques mois avant son décès, Adelaïde m’avait parlé de l’équilibre à trouver, pour un universitaire, entre recherche et enseignement ; elle m’avait dit qu’il s’agissait « d’une petite musique que chacun a en soi ». A n’en pas douter, Adelaïde l’avait trouvée, malgré la maladie, à force de travail, avec une grande justesse et un certain panache : c’est la plus belle leçon qu’elle nous laisse.

14Une version réduite de ce texte est parue dans le numéro 9 de la revue Iberic@l, de l’Université Paris-Sorbonne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Roger, « Adelaïde de Chatellus. Hibridación y fragmentación : El cuento hispanoamericano actual », Babel, 33 | -1, 303-310.

Référence électronique

Julien Roger, « Adelaïde de Chatellus. Hibridación y fragmentación : El cuento hispanoamericano actual », Babel [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://babel.revues.org/4560 ; DOI : 10.4000/babel.4560

Haut de page

Auteur

Julien Roger

Maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org