Navigation – Plan du site
Varia

Voyages outremer, à nuls autres pareils ? Mers et fleuves d’Orient dans le programme iconographique du manuscrit Royal 19 D I (1333-1340)

Sandra Gorgievski
p. 263-300

Résumés

L’insertion de textes se rapportant aux croisades dans un recueil principalement dédié au Roman d’Alexandre et autres fabuleux récits de voyage en Orient, en fait un objet potentiellement didactique. Mais l’équilibre harmonieux entre les textes choisis et le programme iconographique mettent au second plan l’aspect confessionnel ou idéologique des récits de croisades au profit d’une perspective globale qui est la relation de voyage et le dépaysement. La mer et les fleuves y ont une place de choix, symbolisant la frontière entre « ici » et « ailleurs », un lieu de passage vers les merveilles de l’Orient.

Haut de page

Texte intégral

1Le manuscrit Royal 19 D I consulté à la British Library à Londres n’est pas une œuvre autonome isolée, mais un recueil qui ne comporte pas moins de huit textes différents. L’insertion de plusieurs textes se rapportant aux croisades dans ce recueil principalement dédié au Roman d’Alexandre en prose et autres fabuleux récits de voyage, en fait un objet potentiellement didactique. Mais l’équilibre entre les textes choisis et le programme iconographique qui en influence la lecture mettent au second plan l’aspect confessionnel ou idéologique des récits de croisades – pèlerinage ou guerre sainte – au profit d’une perspective globale qui est la relation de voyage et le dépaysement.

  • 1 Les scribes ont été identifiés, selon la notice : main I : cahiers i-viii ; main II : cahiers ix-xi (...)

2Ce manuscrit somptueux (42,5 cm x 31 cm) est un exemple de raffinement de l’enluminure au XIVe siècle. Il offre un grand nombre d’images à la riche palette de couleurs coûteuses (rouge, or, bleu). Le programme iconographique harmonieux tend à faire disparaître les spécificités géographiques évoquées dans les différents textes et à uniformiser les représentations de l’outre-mer, des merveilles de l’Inde, d’un « ailleurs » où Orient, Moyen-Orient et Extrême-Orient se côtoient et se confondent. Le lecteur moderne sera surpris là où le lecteur médiéval ne l’était sans doute pas et reconnaissait une tradition iconographique de l’Orient déjà assez codifiée. Plusieurs scribes ont copié les huit textes reliés en un manuscrit de 267 feuillets. Les 162 miniatures ont été peintes par deux enlumineurs, dont Jeanne de Montbaston, femme de libraire et enlumineur parisien, qui a peint la quasi-totalité du volume1.

  • 2 Richard H. Rouse and Mary A. Rouse, Manuscripts and Their Makers : Commercial Book Producers in Med (...)
  • 3 Une étude codicologique serait à mener afin de confirmer cette hypothèse qu’indique l’organisation (...)
  • 4 Christine Ferlampin-Acher, Roman d’Alexandre en prose (British Library, Royal 15. E. VI, f° 2 v°-24 (...)

3Le manuscrit aurait été commandité après 1333 par ou pour le roi de France Philippe VI de Valois (qui règne entre 1328-1350), et donc à l’époque de son projet de croisade (entre 1334 et 1337), resté inaccompli2. Le programme iconographique, qui suit la composition du recueil, met moins en valeur la célébration dynastique du destinataire à travers la représentation de personnages héroïques, et exalte moins une idéologie royale ou politico-religieuse, qu’il ne souligne l’attrait pour le voyage outre-mer. La composition du recueil donne des indices sur la perspective de l’ensemble. Le point de départ fait certes la part belle au personnage mythique d’Alexandre, comme si ses conquêtes pouvaient influencer la vision expansionniste des croisades, mais les images, même si elles représentent très souvent des batailles, relatent avant tout les merveilles de l’Orient. On pourrait penser à une sorte de guide de voyage à l’usage des futurs croisés, mais cette vision anachronique ferait abstraction du cercle restreint des lecteurs potentiels. Le recueil ne semble pas composite, car l’organisation des reliures paraît suivre une composition ordonnée des textes3. Plus qu’un récit de conquête, les voyages d’Alexandre sont donc perçus comme une préhistoire des récits de voyage en Orient. Ce manuscrit est en cela très différent d’un autre manuscrit conservé à la British Library (Royal 15 E VI, XVe siècle), qui s’ouvre sur l’épopée d’Alexandre à laquelle est associée d’autres textes (gestes, chroniques, romans) qui tous célèbrent la chevalerie – et par là même la figure royale de son commanditaire, le roi Henri VI4.

4Dans notre manuscrit, cinq textes de relation de voyage en Orient et en Asie ouvrent le recueil :

  1. Le Roman d’Alexandre en prose (La vraie ystoire dou bon roi Alixandre) (ff. 1r-46r) totalise pas moins de 102 enluminures pour 46 feuillets, avec parfois deux ou trois enluminures sur un seul feuillet. On connaît sa fortune littéraire (16 manuscrits conservés datant des XIIIe au XVe siècle). Il s’agit ici d’une traduction anonyme de l’Historia de proeliis Alexandri Magni de Léon de Naples (Xe siècle).

  2. Jean le Nevelon, La Venjance Alixandre, une chanson de geste en vers (ff. 47r-57r) (1 enluminure pour 10 feuillets).

  3. Marco Polo, Le Devisement du monde (ff. 58r-135r) est abondement illustré avec 37 miniatures pour 77 feuillets. C’est une version révisée attribuée à Thibault de Cépoy, amiral de la flotte de Charles de Valois et à Jean de Cépoy, amiral de la flotte de Philippe VI de France pour leurs projets de croisades respectifs. En fait, ce sont les merveilles d’Orient qui sont illustrées, ainsi que la vaste étendue des parcours effectués par Niccolo, Marfeo et Marco Polo (en 1260, puis en 1271) jusqu’en Chine et en Abyssinie, bien au-delà de ce qu’ont pu effectuer les croisés – un rêve jamais réalisé ?

  4. Odoric de Pordenone, Les Merveilles de la terre d’outremer (Itinerarium) (ff. 136v-148r). Ce récit de voyage d’un missionnaire franciscain jusqu’en Chine est écrit (à la première personne) en 1330 et traduit en 1331 par Jean de Vignay. Très populaire au XIVe siècle, il est traduit en français et en italien et copié dans pas moins de 73 manuscrits ; aujourd’hui moins connu que celui d’Alexandre ou de Marco Polo, il est néanmoins considéré comme authentique et fiable, contrairement à celui de Jean de Mandeville, qui le pilla pour alimenter son récit fantaisiste.

  5. Iohannes de Plano Carpini, Voyages en Orient (Historia mongolorum quos nos tartaros appellamus) (ff. 148v-165v). Le récit de voyage de ce moine franciscain (également écrit à la première personne), complète la vision de l’Asie centrale par la description de la cour mongole du grand-khan. Il contient une enluminure pour 17 feuillets. Natif d’Ombrie et disciple de saint François d’Assise, Iohannes effectue une mission diplomatique pour le pape Innocent IV entre 1245-1247, sans doute dans la recherche d’informations et peut-être dans le but d’une alliance avec les Mongols contre l’Islam. Ce moine est l’un des premiers Européens à pénétrer à la cour du khan et en Mongolie, avant les frères Polo. Il s’agit ici de la traduction d’une version abrégée dans le Miroir historial (Speculum Historiale) de Vincent de Beauvais (milieu du XIIIe siècle).

5Viennent ensuite deux textes portant sur les croisades, dans des traductions uniques du latin au français par Jean de Vignay (1280- 1340), qui travaille pour le roi Philippe VI et la reine Jeanne de Bourgogne :

  1. Anonyme, Le Directoire a faire le passage de la Terre Sainte (Directorium ad faciendum passagium transmarinum) (ff. 165v-192v). Datant de 1332 et traduit en 1333, il contient 7 miniatures pour 27 feuillets. Le récit est adressé au roi : « au tres noble prince/et seigneur mon seigneur phelippe roy de france lan de n[ost]re seigneur mil ccc xxxii.et fu translate en francois p[ar] iehan de vi/gnay. Lan mil ccc. Xxxiii ». En l’absence de dédicace au commanditaire au début du manuscrit, on remarque ici le peu d’intérêt pour la célébration dynastique, reléguée quasiment en fin de recueil.

  2. Primat de Saint-Denis, Chronique, (ff. 192v-251v). Cette Chronique d’un moine bénédictin est partiellement traduite pour la reine de France Jeanne de Bourgogne, petite-fille de Saint Louis, et relate les événements survenus lors des règnes de Saint Louis (1226-1270) et de Philippe le Hardi (1270-1285). Elle contient 11 miniatures pour 59 feuillets.

  3. Bible historiale (ff. 252r-267v). Ces extraits d’une bible historiée (avec seulement deux miniatures pour 15 feuillets) relatent, comme l’indique le colophon en note finale du texte : ‘Pluseurs bataiies des roys disrael encontre les Philistiens et Assyriens’.

6Dans les récits des croisades, la traversée des territoires maritimes retient peu souvent l’attention des enlumineurs, et la mer –espace incontournable des tracés des cartes et portulans au Moyen Âge – n’est pas l’élément principal des manuscrits enluminés. Plus généralement, le ‘paysage’ au sens moderne du terme n’a que peu de place dans la peinture jusqu’à la fin du XIVe siècle. La mer apparaît cependant de façon métaphorique avec des nefs et de caravelles accostant aux ports pour évoquer le départ ou l’arrivée. La traversée maritime ne reçoit pas de récit particulier dans les textes, quels qu’en soient les dangers ou les péripéties, comme si ce territoire évité dans la narration suscitait moins d’intérêt que la lutte contre des ennemis bien humains ou des bêtes monstrueuses.

7Dans le manuscrit Royal 19 D I, l’eau apparaît dans seulement 19 enluminures (14 images maritimes, cinq images fluviales). Mais la taille importe autant, sinon plus, que le nombre. Sur les 162 enluminures, on distingue 151 petites enluminures carrées de la largeur d’une colonne de texte et 11 enluminures de format plus grand qui attirent le regard : six images rectangulaires de la largeur de deux colonnes de texte ont trait à la chevalerie et représentent soit des armées, soit des scènes d’intérieurs à la cour, ou encore le tombeau d’Alexandre (f. 43v) ; sur trois images d’une demi-page, deux représentent la mer : le voyage sous-marin d’Alexandre (f. 37v) et des moines en bateau dans l’Historia mongolorum (f. 136r) ; enfin, dans les deux seules images en pleine page, il est significatif que l’élément liquide soit mis en valeur : le début du Roman d’Alexandre montre le Nil au Caire avec une marge richement foliée comportant des armoiries (f. 1r). Puis, au début des voyages de Marco Polo, l’image richement ornée des mêmes armoiries représente les frères Polo voguant sur la mer Noire (f. 58r). Ces deux enluminures ne sont pas simplement ornementales mais indiquent la perspective globale du manuscrit : mers et fleuves, métaphores du voyage, sont des thèmes frappants du programme iconographique.

8La mer est figurée de façon stylisée. De même qu’un simple arbre représente une forêt, que quelques traits noirs sur fond vert évoquent des prairies, quelques lignes noires ondulant entre deux espaces courbes peints de bleu ou de vert forment un plan horizontal qui structure la scène se déroulant au-dessus. Une simple rame vue en transparence met l’accent sur le mouvement de l’eau et son épaisseur dynamique. La mer joint sur un même plan deux mondes qui s’opposent : un bateau à l’abordage d’un château, deux châteaux ennemis, un personnage face à un fleuve ou une mer. La mer apparaît au lecteur moderne de façon assez uniforme dans un manuscrit où la perspective n’est pas encore présente. Telle une carte opaque qui cache des profondeurs, elle n’est cependant pas exempte de merveille.

9Dans l’ensemble du recueil, les enlumineurs ont tracé une mer identique et pourtant à nulle autre pareille, que le voyageur soit en Méditerranée, en mer Noire ou en mer de Chine, dans l’océan Indien ou le golfe Persique. Sur une même bande horizontale ondoyante représentant le territoire traversé, une même harmonie de couleurs anime les riches vêtements des voyageurs, les armures des croisés comme les guerriers du grand Khan, Orientaux ou Sarrasins à peine différenciés par leurs heaumes ou leurs turbans. Les fonds quadrillés, typiques des manuscrits du XIVe siècle, sont très détaillés et travaillés en de riches compositions polychromes sur lesquelles se détachent les personnages. La mer et les fleuves sont dessinés avec une relative pauvreté du trait, comme si l’élément marin était privé d’intensité dramatique, réduit à un simple passage obligé pour évoquer l’outremer, dont le seul nom évoque l’invitation au voyage et au dépaysement. Les couleurs de l’élément liquide paraissent plus ternes par rapport aux fonds polychromes ou dorés à la feuille d’or. Mais les miniatures répondent au texte et aux rubriques dont elles enrichissent, complètent ou complexifient la lecture.

Images maritimes

Ici est la vengance du grant roy Alixandre
Conques de roi ne fu si grant esclandre
Car il fu sires et rois de tout li mondes
Et des poissons de la mer, et des ondes.
(Jean le Nevelon, La Venjance Alixandre, f. 47r. Rubrique)

  • 5 La Description du monde est le titre de l’édition moderne. Voir la bibliographie pour les éditions (...)

10La mer est le lieu de l’enchantement. Dans le Roman d’Alexandre, le texte mentionne qu’Alexandre précipite dans le vide l’enchanteur Nectanebus du haut d’une montagne : « d’un tertre u iert montés Sel bouta contre val que semprès fu tüés » (Marco Polo, La Description du monde, I, v. 367-368)5. L’épisode sert tout simplement à révéler l’identité du père d’Alexandre, car la prophétie veut que Nectanebus meure de la main de son propre fils.

Fig. 1 : Mort de Nectanebus

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 5v

11Sous l’enluminure, la rubrique identifie l’épisode et sert de légende à l’image (Fig. 1, f. 5v) : « comment Alixandre bouta Neptanabus son père d’amont a val, si il se rompi le col et morut mauvesement ». Alexandre (à gauche), plus petit car plus jeune, pousse son père depuis le haut d’un château. La chute de l’enchanteur, tête renversée (à droite) a lieu dans l’eau. La miniature s’organise en deux parties chronologiquement et spatialement distinctes, qui assemblent dans une même image des épisodes successifs ; le ciel étoilé, dans une large bande bleue qui s’étend sur toute la largeur au-dessus des personnages, figure le destin scellé par les astres ; cette bande limite la portée négative du parricide et légitime le geste d’Alexandre. L’ajout de l’eau par l’enlumineur (non mentionnée dans le texte) sert à valoriser l’élément topographique et exotique qui associe Alexandre au voyage ; la mer est figurée par des bandes bleues et vertes. La surface de l’eau est légèrement convexe, figurant peut-être ainsi le mouvement.

12Le texte ne fait pas de référence particulière à la flotte d’Alexandre et insiste plutôt sur les chevauchées du héros sur Bucéphale, dans une valorisation de type chevaleresque ; c’est pourtant un motif traditionnel de l’iconographie médiévale qui apparaît par exemple à deux reprises dans le manuscrit Royal 15 E VI (British Library, XVe siècle) et est repris dans notre manuscrit :

Fig. 2 La flotte d’Alexandre

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 10r

13L’image se trouve en haut de la colonne de droite au feuillet 10r (Fig. 2, f. 10r), mais la rubrique au bas de la colonne de gauche oblige donc le lecteur à une lecture verticale, de bas en haut : « Comment li rois Alixandre passa la mer [...] il fut si bien menez et gouvernez des bons mariniers qu’il arriva en ytalie ». La traversée maritime annonce les voyages merveilleux dès le début du manuscrit. Dans les trois bateaux, se répartissent le roi à la couronne dorée et au bouclier rouge et ses guerriers en armure, dans un anachronisme courant qui fait du héros antique un monarque à l’apparence médiévale. Curieusement, l’enlumineur n’a pas peint les espaces blancs entre les tracés figurant la mer – peut-être un oubli.

14Ayant beaucoup voyagé sur terre, Alexandre veut découvrir les habitants de la mer : « De ciaus de la mer voil savoir la verité » (v. 397). Il accomplit un voyage sous-marin, sans doute dans l’océan Indien car il a enterré des traîtres dans les eaux du Gange aux rives sinueuses, traversé un désert brûlant, et s’apprête à combattre le roi d’Inde Porus. Alexandre fait construire par des artisans un superbe vaisseau avec un tonneau de verre garni de lampes (« vaissel de voirre » v. 467 ; « li touniaus » v. 439), dans lequel il se fait descendre au fond de l’eau (« en haute mer » v. 437). Dans cette grande clarté, il observe les poissons (les puissants engloutissent les petits). Il en tire des enseignements, dont l’usage de la ruse, qu’il veut appliquer contre son ennemi Porus. Ce sont les poissons qui sont épouvantés par cet objet insolite : « car n’en iert coustumiers » (v. 470). Le texte souligne la profondeur : Le roi est dans la mer, au plus profond des flots : « Li rois est en la mer lai ens el plus parfont » (v. 481). A son retour, il est fêté par ses gens, et ses barons lui reprochent sa folie tout en s’émerveillant de le voir plonger au fond de la mer : « molt fait a merveillier qant en l’eaue de mer vos alastes plongiers » (v. 543) (Roman d’Alexandre, Branche III, st. 19-27, pp. 317-327).

Fig. 3 Alexandre descendu sous la mer dans un tonneau de verre

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 37v

  • 6 Dans l’épisode précédent, Alexandre visite également le monde céleste dans une machine volante tiré (...)

15L’image (Fig. 3, f. 37v) étalée sur deux colonnes, occupant la moitié du feuillet, magnifie l’épisode et illustre fidèlement la rubrique : « comment Alixandre se fist avaler en la mer en in tonnel de voirre pour veoir les poissons noer et esbatre a sa volenté ». On remarque dans le bateau la présence stratégique de la reine avec sa couronne (que le copiste n’a pas mentionnée), ce qui établit peut-être un lien entre l’histoire antique d’Alexandre et l’histoire contemporaine de la reine de France, Jeanne de Bourgogne. Sa présence renforce le rêve du prince, comme s’il n’y avait pas de rupture entre le présent du manuscrit et l’histoire racontée. Dans l’espace inférieur de l’image, sous le bateau, l’eau bleu pâle et à la surface bombée est pleine de poissons vus en transparence6.

16On peut replacer ce manuscrit dans un vaste ensemble de textes formant la mémoire visuelle du lecteur médiéval, dans une iconographie traditionnelle associée aux croisés, à Alexandre et à l’Orient. La mer est un espace qui ouvre sur la découverte, les échanges commerciaux et les merveilles d’Orient. Le merveilleux devient alors familier au lecteur, qui ne s’en étonne plus. La répétition des mots « merveille », « ébahi » ne suscite pas tant la surprise qu’elle signale de façon conventionnelle l’entrée dans le règne du merveilleux accepté comme tel et contre lequel l’esprit ne se révolte pas. C’est un prétexte très souvent utilisé par Odoric de Pordenone pour ne pas prolonger son récit :

Moult d’autres nouveletez sont la, que je n’escri pas. Car se homme ne les veoit il ne les croiroit pas. Quar en tout le monde ne sont tant de merveilles comme il sont en ce regne, sanz nul autre pareilles. (Odoric de Pordenone, Les Merveilles de la terre d’outremer, Chap. XVIII, l. l. 35, p. 47)

17Les frères Polo quittent Venise puis Constantinople pour parcourir le monde, avant de revenir à Venise où ils attendent la nomination d’un nouveau pape, pour repartir ensuite avec Marco :

Fig. 4 Baudoin et les frères Polo ; le patriarche et les frères Polo ; les frères Polo en mer Noire

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 58r

  • 7 La date est erronée ; il s’agit en fait de 1260-1261.

Au temps où un Baudoin était empereur de Constantinople (c’était en 1250)7 il se trouva que deux frères, messire Nicolo Polo, le père de messire Marco, et messire Maffeo, le frère de Nicolo, étaient en la cité de Constantinople, arrivés de Venise pour commercer. Ils étaient connus pour leur expérience et leur sagesse, assurément. Ils discutèrent et décidèrent d’aller en mer Noire pour y faire du profit. Ils achetèrent quantité de joyaux, partirent de Constantinople et allèrent par mer à Soudak. (Marco Polo, La Description du monde, I, p. 52)

  • 8 François Garnier, Le Langage de l’image au Moyen Âge. Vol 1, 1984, p. 45.
  • 9 Ibid., p. 167.

18Sur le premier feuillet, la rubrique dit : « Ci commence li livres du grand Caam qui parole de la grant entente de Persse et des Tartars et d’ynde et des granz merveille qui par le monde sont » (Fig. 4, f. 1). L’enluminure comporte trois registres : dans le registre supérieur, deux cadres de petite taille illustrent le départ des frères Polo face aux dignitaires politiques et religieux qui les mandatent : à gauche, l’empereur Baudoin et à droite, le patriarche en position d’autorité, son doigt levé répétant le geste de Dieu8 ; les fonds quadrillés isolent les personnages. Dans le registre inférieur, un cadre rectangulaire qui s’étend sur la largeur du texte illustre à la fois le voyage maritime des frères Polo en bateau et leur arrivée à un port figuré par un château ; les mains ouvertes figurent de façon codifiée la réceptivité et la discussion9 ; on distingue la coque bombée du bateau par transparence sous l’eau, les rames, la voile relevée. Le fond doré met en valeur la mer (le bleu-vert délavé et quelques traits noirs figurent les vagues), élément principal du voyage.

  • 10 Maureen Quigley, « Romantic Geography and the Crusades : British Library Royal ms. 19 D I », note 6
  • 11 Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, 1979. Paris, Picard, 2007.

19Le propriétaire du manuscrit, le roi de France Philippe VI de Valois, premier de la dynastie du nom, cherchait-il une légitimité en se posant comme héritier de Saint Louis à la tête d’un projet de croisades10 ? Mais si le manuscrit a bien été commissionné par ou pour lui, les armoiries présentes dans les sept médaillons qui encadrent l’enluminure en pleine page richement foliée (aigle sable sur champs or), n’indiquent pas clairement le destinataire : la couleur noire (sable) et l’aigle indiqueraient plutôt un blason de type germanique, flamand ou rhénan11. De même, six médaillons identiques encadrent l’image au feuillet 58r. Il apparaît donc peu probable que le contenu de l’enluminure ait été dicté dans cette perspective. De plus, seul le texte du Directoire fait directement référence à ce projet de croisade, rendant l’allusion assez peu lisible.

20Les frères Polo atteignent ensuite caiton (Quanzhou) en Chine :

Sachez que c’est dans cette cité qu’est le port de Quanzhou où arrivent tous les bateaux de l’Inde avec leurs épices et leurs autres marchandises. C’est aussi le port où abordent tous les marchands du Mangi en sorte qu’il y a là une si grande quantité de marchandises, de pierres précieuses et de perles que c’est merveille chose. (Marco Polo, La Description du monde, CLVI, pp. 370-372)

Fig. 5 Mer de Chine, port de Caiton, bateau avec marchandise

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 117r

21Selon la rubrique (Fig. 5, f. 117r) : « Ci di le VIIXX et XVI chapitre de la cité de caitau ou toutes les nefs de ynde arrivent es quelles il a plusieurs marchandises ». On retrouve les mêmes caractéristiques du dessin illustrant l’arrivée d’une nef, le tracé de la coque, les rames vues par transparence dans l’eau et la voile relevée signifiant le mouvement. Des bandes bleu et vert ondulent sur toute la largeur de la miniature figurent la mer. Les marchandises occupent le pont du bateau, indiquant l’abondance du trafic maritime. Marco Polo décrit ensuite l’Inde Mineure :

Sachez donc que quand on part du port de Quanzhou et qu’on a navigué 1500 000 au couchant un peu vers le sud-ouest, alors on arrive dans une contrée nommée Cianda qui est une terre très riche et très grande. (Marco Polo, La Description du monde, CLXI, pp. 388-390)

Fig. 6 Mer de Chine, ville de Cianda

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 120v

22La rubrique annonce : « Ci dit le VIIIxx et I chapitre. Le commencement de la mendre ynde jusques a mout et si est la terre ferme. Et devise de la contree de cianda ». L’image (Fig. 6, f. 120v) illustre un combat entre le grand-khan avec heaumes et armures (à gauche) et les habitants de Cianda (à droite) – musulmans aux turbans et à la peau noire munis d’une arbalète, appelés « idolâtres » (« ydres »). Les descriptions ethniques laissent souvent à désirer dans les textes du Moyen Âge (par exemple les Mongols sont appelés Tartariens et Sarrasins). Les deux châteaux se font face sur la mer, élément à la fois réaliste et exotique indispensable : le dessin noir a été soigneusement colorié de dégradés bleu et vert qui contrastent avec le fond or brillant. L’enlumineur a pris soin de tracer une esquisse préliminaire dans la marge inférieure avec deux lignes ondulant pour figurer la présence de l’élément marin.

23Marco décrit ensuite le grand pays d’Abyssinie. La rubrique décrit : « Le IXxx et VII chapitre : le commencement de la grant province de Abasie qui est la moitie Ynde et l’autre terre ferme ». L’image (Fig. 7, f. 132v) illustre peut-être l’épisode opposant le roi chrétien du pays d’Abyssinie au sultan musulman d’Aden, qui se venge de l’humiliation subie par son évêque de retour de Jérusalem, circoncis de force. Les deux armées sont étonnement semblables, mais la séparation est nette entre élément terrestre et élément aquatique. Ces deux mondes ne se mélangent pas.

Fig. 7 Mer Rouge, ville d’Abyssinie

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 132v

24Quatre autres enluminures illustrent les textes liés aux missions diplomatiques, religieuses ou militaires des croisades. Indéniablement, le lecteur ne peut que garder en mémoire les images précédentes de la mer, avec leur unité de thèmes et de couleurs. Le contenu idéologique des textes s’en trouve par là-même quelque peu vidé.

25Dans les Merveilles de la terre D’outremer, Odoric de Pordenone mentionne maintes merveilles, comme la traversée de la mer « Adrienne » (l’Adriatique), de la mer « Morienne » (mer Noire), de la mer de « Bachut » (Bakou, mer Caspienne), du golfe persique jusqu’à l’île iranienne d’Ormuz : « je me departi de cele Ynde et m’en ving par mout contrees jusques a la grant mer. Et la premiere terre que je trouvai est apelée Ormes » (chap. VII). Puis il traverse l’océan Indien (« grant mer ») jusqu’en Inde. Un navire essuie une tempête et échoue près de Bombay. Odoric atteint le port de Quilon au sud de l’Inde (« Polombe », chap. VIII), rejoint l’île de Ceylan (Sri Lanka), Java (Malabar « Minibar », chap. IX), l’île de Sumatra (« Symoltra », chap. XII) et enfin la Chine : « comme je aloie a nage par la Grant Mer vers orient, je ving par mout de jornees a cele grant province de Manci, que nous apelons Ynde la plus haute » (chap. XIX). Il navigue jusqu’au au port de Hangzhou près de Shanghai (« Cansaye », chap. XXIII), avant de pénétrer dans les terres. Au début de la section se trouve une image maritime :

Fig. 8 Dominicains et Franciscains devant le Pape ; Jean de Vignay traduit ; Jean de Vignay présente le livre au roi ; moines en mer

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 136r

26Sous l’image (Fig. 8, f. 136r), la rubrique dit : « Ci commencent les merveilles de la terre d’outremer selonc ce que frere odoriq du marchié julien de l’ordre des freres meneurs tel moigne translatees en francois par frere Jehen de vygnai hospitalier de l’ordre de haut pas ». Les trois registres de l’image introduisent les thèmes de la mission religieuse (Dominicains et Franciscains devant le Pape en position d’autorité, doigt levé et paume ouverte), de la traduction (Jean de Vignay traduisant), et l’aspect dynastique (présentation du livre au roi, commanditaire probable). Dans le registre inférieur droit de l’image, le voyage en mer souligne la mission diplomatique : les moines en mer, mains aux paumes ouvertes et doigt levé, expriment l’approbation, la surprise ou l’émerveillement. Les sections dévolues à Alexandre et Marco Polo ayant déjà abondement fourni des images de la mer comme lieu de passage vers l’Orient, ce thème n’est pas développé dans la section dévolue au récit d’Odoric. La mer est absente du récit de Iohannes de Plano Carpini (Historia mongolorum), qui se rend en Mongolie par voie de terre.

Fig. 9 Le roi de France et les croisés en mer

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 168r

  • 12 Garnier, op. cit., p. 167.

27Dans Le Directoire, le commanditaire de la traduction est représenté dans la miniature qui ouvre cette section, le traducteur Jean de Vignay présentant à genoux le livre au roi assis sur son trône (f. 165v). Suit une miniature qui montre le roi de France et ses croisés. Selon la rubrique : « C’est la première partie des iii choses motives au passage faire » (Fig. 9, f. 168r). Dans une composition équilibrée, le roi de France, à la tunique bleue fleurdelisée, est assis au centre de l’image et du bateau vu en gros plan (les extrémités n’apparaissent pas) ; le roi discourt, l’index pointé vers le haut en signe de commandement12 ; les croisés sont répartis de part et d’autre en deux groupes de quatre. Comme dans tout le programme iconographique, deux rameurs figurent le mouvement du bateau. La mer est représentée par une alternance de traits noirs et de bandes bleues. L’attaque d’une forteresse est ensuite illustrée :

Fig. 10 Le roi de France et les croisés accostent une forteresse de Sarrasins

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 187v.

28L’image (Fig. 10, f. 187) souligne la position d’attaque des croisés (heaumes baissés, boucliers serrés), parmi lesquels on reconnaît le roi de France à sa couronne, son bouclier et sa bannière bleu fleurdelisé. La composition habituelle du programme iconographique place le bateau des croisés, toutes voiles dehors à gauche, et l’élément étranger à droite : la forteresse crénelée de Sarrasins enturbannés à la peau noire. La mer aux traits noirs ondulant coloriés de bleu et de vert occupe la largeur de l’enluminure. Le bateau avance, selon une légère perspective figurée par la paroi de la forteresse derrière le bateau. Les rames ne sont pas dessinées, le bateau ayant déjà accosté.

Fig. 11 Attaque de Carthage par les croisés

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f.213r

29Dans la Chronique de Primat, l’attaque de Carthage est peinte. La rubrique identifie l’épisode : « Comment cartage le chastel fu pris par les mariniers qui le requistrent au roy que il leur baillast aide à prendre le chastel de cartage » (Fig. 11, f. 213r). Dans la marge inférieure du feuillet, une esquisse préliminaire montre la coque gonflée du bateau initialement dessinée en demi-cercle ; elle a finalement été peinte à plat sur les lignes ondulées figurant la mer, mettant ainsi en valeur l’espace réservé à l’eau. La composition symétrique sépare le bateau chargé de quatre croisés (à gauche) et la ville de Carthage avec quatre défenseurs (à droite). La mer est traitée avec les habituels traits noirs soulignés de bandes bleues et vertes. Les rames ne sont pas dessinées, le bateau accostant.

Images fluviales

30Les enluminures montrant fleuves et rivières, peu nombreuses, reproduisent les mêmes caractéristiques que celles dévolues aux mers. Cette faible proportion minimise les épisodes où les voyageurs traversent des fleuves ouvrant la voie à de nouveaux territoires :

L’en va bien XL journees toutez foiz par montaignes et par costeus et par valees et passe l’en mains fluns et maint lieu desert [On va bien quarante journées, toujours dans les montagnes, les coteaux et les vallées, et l’on traverse maints fleuves et maintes solitudes]. (Marco Polo, La Description du monde, XLIX, pp. 132-133)

Et si comme je aloie par ce fleuve vers orient, trespassant par plusieurs journées, par mout de terres et de citez, je ving à une cité qui est appellee Succumaro. (Odoric de Pordenone, Les Merveilles de la terre d’outremer, chap. XXV, l. 32, p. 61)

Il est un pays en Orient, comme on l’a dit plus haut, qui s’appelle Mongal. Ce pays était habité par quatre grands peuples [...] les Su-Mongals, autrement dit les « Mongols d’eau », mais qui eux se désignaient comme Tartares, du nom d’un fleuve qui traverse le pays, le Tartar (Jean de Plancarpin, Dans l’Empire mongol, chap. V, p. 87)

  • 13 Les quatre fleuves du paradis sont le Pison, le Géon (le Nil ?), le Tigre et l’Euphrate (Genèse 2,8 (...)

31Les formules facilement reconnaissables font penser à l’entrée en forêt des romans de chevalerie, territoire merveilleux qui signale le début d’une nouvelle aventure. Les personnages y font parfois des rencontres, ou s’y baignent comme Alexandre qui tombe malade. Odoric de Pordenone a atteint probablement les grands fleuves chinois le Ts’ien t’ang (« je m’en alai de la par xxviij jornees et par mout de terres et de citez, et ving a i ; grant flueve », chap. XXII) et le Yang-Tsé, fleuve le plus long d’Asie (« ving a i grant flueve qui est apelé Thalay », chap. XXIV). Mais les enlumineurs ont privilégié trois des quatre fleuves légendaires du paradis, qui condensent tous les fleuves d’Orient : le Nil, le Tigre et le Pison13.

Fig. 12 Le Nil à Babiloine (Le Caire)

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 1r

  • 14 Il y a confusion au Moyen Âge concernant le terme « Babiloine », qui désigne la « grande Babylone » (...)

32Dans le frontispice du manuscrit apparaît le Nil traversant l’ancienne ville du Caire, appelée ici « Babiloine »14. La rubrique indique :

Ci commence le livre et la vraie hystoire du bon roy alixandre qui fu filz de Neptanabus qui jadis fu roy d’egypte et seigneur et de la royne olympias qui fame estoit du roy Phelippe seigneur de macédoine. Lequel roy alixandre par la force conquist tout le monde si comme vous orrez en l’ystoire (f. 1r).

33Dans cette miniature en pleine page (Fig. 12, f. 1r), l’enlumineur magnifie la ville et son fleuve. Malgré le couronnement du roi encadré d’armoiries, La cité de Babiloine, comme l’indique le phylactère, est moins un symbole de conquête qu’un lieu merveilleux où l’élément aquatique prend toute son importance. Le fleuve domine la moitié inférieure de l’image : suivant un cours sinueux, il sort des douves du Chastel du chaire, irrigue Le jardin du baume figuré par deux arbres, et alimente Les moulins de Babiloine. L’alternance de bandes bleues et vertes laisse entrevoir un poisson dessiné à l’encre noire, signe d’abondance. Le phylactère La cité Neptanabus seigneur d’Egypte le père alixandre roy insiste sur la généalogie mentionnée dans la rubrique et invite peut-être à établir un rapprochement entre la généalogie royale des destinataires présumés du manuscrit, dont la reine Jeanne de Bourgogne.

34L’eau de la fontaine de jouvence « venait d’un fleuve du Paradis, L’Euphrate, qui naît du Tigre » (Marco Polo, La Description du monde, Branche III, v. 3680). Le Tigre est représenté dans l’épisode où Marco Polo décrit Bagdad (« Baudas ») et le « moult grant flum » qui coule jusqu’à la « mer d’Ynde » :

Bagdad est une très grande cité où se trouvait le calife de tous les musulmans du monde de même que la résidence du pape des chrétiens est à Rome. Un très grand fleuve court à travers la cité et par ce fleuve on peut rejoindre l’océan Indien, à bien 18 journées de Bagdad, fleuve où vont et viennent un très grand nombre de marchands avec leurs marchandises [...] À Bagdad on fabrique toutes sortes de draps de soie et d’or, et bien d’autres draps de très belle façon. Bagdad est la cité la plus illustre et la plus grande qui soit dans tous ces pays. (Marco Polo, La Description du monde, XXIV, pp. 84-85)

Fig. 13 Le Tigre à Bagdad

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 64r

35La rubrique dit : « Ci dit le XXIIII chapitre. De la grant cité de Baudas. Comment elle fu prise » (Fig. 13, f. 64r). Un château symbolise la ville. On reconnaît les frères Polo avec leurs compagnons (comme au folio 58r), en possession de la ville. Dans la partie inférieure de l’image, le fleuve, d’une couleur uniforme bleu pâle, contraste avec le fond brillant doré à la feuille d’or. Le texte parle du miracle de la montagne déplacée par un chrétien qui convainc les musulmans de se convertir.

  • 15 Garnier, op. cit., p. 95. Dans une situation sécante, les espaces cloisonnants figurent et matérial (...)

36Dans le Roman d’Alexandre, le Pison est représenté au même titre que le Nil et le Tigre, comme l’un des quatre fleuves issus du Paradis (Fig. 14, f. 30r). La miniature est composée d’une « situation sécante »15 dont la fonction symbolique est d’exprimer la séparation (et non un épisode réaliste).

Fig. 14 La rivière Pison

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 30r

37À gauche, Alexandre avec sa couronne et sa tunique rouges est comme entouré des plis de sa tente qui isolent les chevaliers de façon radicale sur le fond quadrillé (2/3 de l’espace). Les sabots levés de Bucéphale, pointés vers la droite en direction de l’élément étranger et merveilleux qu’est le fleuve dessiné par des bandes horizontales bleu gris et noires (1/3 de l’espace), symbolisent le franchissement d’une frontière.

38Après la traversée de terres arides sans eau et nourriture, de déserts et de montagnes, Marco Polo décrit « ung flum moult beau », fleuve du Badakhshan (« Balacian », province d’Afghanistan), à grand renfort d’emphase et de superlatifs :

Quand on part du Badakhshan, on chevauche 12 journées vers l’est, nord-est sur la rive d’un fleuve qui appartient au frère du seigneur du Badakhshan, où il y a des villages, cités et habitations en quantité [le pays du Wakham] on chevauche 3 journées vers le nord-est toujours dans les montagnes et elles montent tant que l’on dit que c’est le sommet le plus haut du monde. Quand on est monté sur ce sommet, on trouve un plateau entre deux montagnes, il y a un très beau fleuve et le meilleur pâturage du monde, car une bête maigre y devient bien grasse en 10 jours seulement ; il y a là grande abondance de bêtes sauvages, en particulier des moutons sauvages qui sont très grands. (Marco Polo, La Description du monde, XLIX, pp. 131-132)

Fig. 15 Le grand fleuve du Badakhshan

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 72v

  • 16 Garnier, op. cit., p. 98.

39La rubrique, au pied de la première colonne de texte, conduit le lecteur de bas en haut de la deuxième colonne : « CI dit le XIX chapitre du grant flum de balashan ». L’enluminure (Fig. 15, f. 72v) est composée de deux espaces bien délimités montrant une situation « sécante » : les frères Polo découvrent le nouvel élément. L’un d’eux (en bleu), main gauche ouverte en signe d’assentiment et doigt levé désignant la merveille, est en position dynamique : son pied en avant signale le franchissement de la limite figurative16 entre les pâturages (à gauche) et le fleuve (à droite). L’image indique la transition entre l’ici et l’ « ailleurs », soulignée par la ligne frontière entre les éléments terrestre et aquatique. Ce point sécant se trouve exactement sur une ligne verticale qui sépare les deux mains, juste au-dessus du pied. L’autre frère Polo (barbu, en rouge) regarde aussi vers la droite, tandis qu’un troisième personnage de face regarde le lecteur, dont il fait le témoin de la scène. Dans la marge inférieure du feuillet, une esquisse préliminaire suggère les têtes des personnages de façon géométrique (des ronds) et le fleuve (deux lignes ondulées). Dans l’enluminure, un léger coup de pinceau donne sa couleur bleue au fleuve.

40Marco Polo décrit l’illustre cité de Hangzhou (« Quynsay ») en Chine du nord, au sud de Shanghai :

La cité de Hangzhou est si grande qu’elle fait 100 000 de tour et qu’il y a 12000 ponts de pierre tels que sous chacun de ces ponts ou sous la plupart un navire pourrait bien passer. Que personne ne s’étonne s’il y a tant de ponts car je vous dis que la cité est toute sur l’eau, elle est toute entourée d’eau et c’est pourquoi il faut tant de ponts pour circuler dans la cité... Au sud de la cité, mais à l’intérieur d’elle, il y a un grand lac qui fait bien environ 300 000 de tour et autour de ce lac il y a de très beaux palais et des maisons excessivement belles... autour de ce lac il y a deux îles et sur chacune d’elles un palais très grand, riche, superbe. (Marco Polo, La Description du monde, CLI, pp. 350-355)

Fig. 16 Le fleuve Qiantang entourant la cité de Hangzhou

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 113r

  • 17 Odoric de Pordenone s’est aussi rendu à « Cansaye » (chap. XXIII, p. 55). Les deux relations concor (...)

41Dans l’enluminure (Fig. 16, f. 113r), la rubrique identifie la ville : « Et ci dit le VIIxx et XI chapitre de la très noble cité de quinsay qui est le chief de la province du mangy laquelle cité est toute avironnee de granz yaues ». Les lignes noires ne sont pas précisément coloriées et les larges bandes de couleur bleu et vert se superposent dans un effet dynamique17.

Images sous-marines

42Les miniatures offrent plus de détails qu’il n’y paraît. Certaines détaillent des femmes nues aux cheveux épars qui émergent des flots, ou l’ensevelissement du roi en des vues sous-marines audacieuses. La mer enfante dans ses profondeurs un bestiaire merveilleux, miroir du règne terrestre où le bateau apparaît comme un habitat protecteur. La transparence de l’eau et sa surface parfois convexe évoquent la profondeur et la mouvance de l’élément liquide.

Êtres aquatiques monstrueux

  • 18 Christine Ferlampin-Acher, op. cit., p. 20.

43Alexandre rencontre, parmi d’autres merveilles d’Orient, des femmes à longs cheveux et grandes dents vivant dans l’eau, des femmes à pied de cheval, des Gymnosophistes, des monstres au front cornu, des cyclopes, des hommes à tête de chien, etc. Trois enluminures détaillent des femmes aquatiques particulièrement séduisantes de par leur corps nu et blanc et l’absence de représentation des détails hideux mentionnés dans le texte (dents longues). La merveille est présentée de façon attrayante, entre réalisme et exotisme, mais néanmoins dangereuse. Face à la profusion d’épisodes, les enlumineurs ont tendance à limiter le surnaturel, dans une relative indifférence qui correspond à la perception médiévale. On peut décrypter ces images selon la même organisation bipartite : à gauche, Alexandre et ses chevaliers font face, à droite, aux merveilles de l’Orient. Ces deux mondes ne se mélangent pas, comme s’il y avait confrontation, et non échanges possibles entre le monde du voyageur et celui de l’Inde merveilleuse peuplée de créatures étranges18.

Fig. 17 Alexandre rencontre une tribu de femmes avec des épées

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 27v

44La rubrique annonce : « Comment Alixandre trova fames qui portent maces et espees d’or et d’argent et estoient en une ille de mer » (Fig. 17, f. 27v). Les chevaliers sur leurs chevaux en position dynamique, sabots levés (à gauche), font face à la merveille (à droite) : trois femmes nues à la chevelure dorée, au pubis, jambes et pieds vus par transparence. Des lignes noires en cercle figurent la mer bombée, non coloriés – peut-être un oubli. Une femme brandit haut son épée en signe de menace. Les heaumes des chevaliers sont fermés, comme pour parer à toute attaque.

45La multiplication de miniatures sur un même feuillet fait valoir la place accordée à la merveille et traduit l’hyperbole du texte (Fig. 18, f. 29v.). Trois images illustrent les épisodes où Alexandre rencontre des hommes à cornes, des hommes à sabots de cheval et des femmes dans l’eau (en bas à gauche). La merveille n’intéresse pas en elle-même, mais en ce qu’elle révèle le courage du personnage, sa démesure parfois.

Fig. 18 Alexandre rencontre une tribu de femmes vivant dans l’eau

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 29v

46La rubrique annonce : « Comment Alixandre et son ost trovoient fames qui touzjors habitent en yaues ». L’image met en scène la rencontre presque féérique. Cette fois, l’eau entièrement coloriée par des larges bandes de gris, bleu, noir et marron, masque complètement les jambes des femmes vues à mi-corps, les cheveux longs dorés, la poitrine blanche dénudée. Dans l’horizon d’attente du public médiéval, la blancheur suscite immédiatement le règne du merveilleux : par exemple, la chasse au « blanc cerf » chez Chrétien de Troyes dans le conte d’Erec et Enide, l’éblouissant « Blanc chevalier » Lancelot dans le Lancelot-Graal, ou encore la perfide Iseult aux Blanches Mains dans le Tristan de Thomas, qui cache à Tristan malade l’arrivé d’Iseult la Blonde, causant ainsi sa mort. Dans l’enluminure, les mains droites levées ou posées sur la poitrine des femmes suggèrent l’échange verbal avec les chevaliers. Un contact visuel s’établit, comme le suggère le heaume ouvert d’Alexandre dévoilant son visage : la vue est associée à la séduction.

47Cette rencontre est placée sous le signe de la sensualité, mais se révèle être un piège, comme les précédentes rencontres avec des bêtes féroces, serpents, hippopotames et autres monstres de l’Inde, et le val périlleux avec le démon (Roman d’Alexandre, Branche III, st. 164-166). Les barons arrivent près de l’Océan et voient une « merveille » (v. 2898) : « sur la rive de l’eau, dans le sable et les roseaux, leur apparaissent des femmes venues on ne sait d’où » identifiées comme des créatures hybrides, donc monstrueuses (« a guise de poisson » v. 2904) :

Elles vivent dans l’eau entièrement nues comme des poissons, et, de la tête aux pieds, on peut voir tous les dons que leur a fait la nature. Leur chevelure brille comme les plumes du paon : c’est leur seul vêtement, rien d’autre ne les couvre (Roman d’Alexandre, v. 2904, pp. 476-477).

48Les barons plongent pour s’unir à elles, mais lorsqu’ils veulent repartir, elles les entraînent et les serrent jusqu’à les étouffer : « en l’eaue les traioient, tant les tienent sor elles qu’eles les estaingnoient » (v. 2920-21).

Fig.19 Alexandre rencontre une tribu de femmes vivant dans l’eau

© Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 36r

49Sous l’image (Fig. 19 f. 36r), la rubrique précise : « Comment Alixandre trouva fames qui habitoient en lyaue qui font tant gesir les hommes avec eles que les armes leur prent del cors ». Les couleurs de l’eau alternent entre bleu et jaune, laissant voir par transparence les silhouettes des trois femmes aux corps rosés. La surface ondoyante est pleine de dynamisme. Le heaume fermé d’Alexandre indique la menace potentielle. D’autres chevaliers au heaume relevé cèdent à la séduction par le regard. Cet épisode se répète de façon plus légère dans la forêt, avec le paradis sensuel des filles-fleurs (st. 191-201), puis avec les belles Amazones qui franchissent un fleuve pour aller au-devant l’Alexandre, et enfin avec l’eau des trois fontaines magiques.

Le voyage sous-marin d’Alexandre

50Il s’agit d’un thème iconographique particulièrement riche, comme le montrent d’intéressantes variations dans d’autres manuscrits du Roman d’Alexandre produits à la fin du Moyen Âge.

Fig. 20 Voyage sous-marin d’Alexandre

© Roman d’Alexandre, Royal 15 E VI, Londres, British Library (XVe siècle), f. 20v

51Dans le manuscrit Royal 15 E VI (Londres, British Library, XVe siècle), le roi dans son tonneau transparent en position d’observateur est vu de profil, ce qui est peu courant dans les représentations royales (Fig. 20, f. 20v) ; il regarde les poissons petits et grands autour de lui. Sa couronne dorée, son habit bleu comme le ciel étoilé aux couleurs du roi de France, et sa position assise sur un trône l’identifient comme un monarque tout-puissant. Les insignes de la royauté sont redoublés à chaque extrémité du bateau par des pavillons rouges marqués d’une couronne dorée, insignes du pouvoir. La facture est réaliste avec la voile, les cordes, la poupe à l’arrière et l’étrave à l’avant. Dans la profondeur du bateau, deux compagnons retiennent les chaînes du tonneau. Les vagues ondulées serrées occupent les 2/3 de l’espace, le ciel 1/3 seulement. La ligne d’horizon tracée derrière le bateau crée une profondeur de champs. Les poissons peu différenciés envahissent presque toute la surface de l’eau. L’effet d’ensemble est le pouvoir absolu du roi : au sommet du bateau, une bannière arbore les armoiries des Plantagenets (léopard or sur champs rouge), et dépasse du cadre au milieu de la miniature, juste au-dessus du roi – sans doute Henri VI, commanditaire du manuscrit.

Fig. 21 Voyage sous-marin d’Alexandre

© Roman d’Alexandre, Ms Bodley 264, Oxford, Bodleian Library (XIVe siècle), f. 50r

52Dans le manuscrit Ms Bodley 264 (Oxford, Bodleian Library, XIVe siècle), le roi est assis en majesté sur son trône, vu de face, avec des gestes dynastiques – la main gauche levée, l’index pointé vers le haut en signe d’autorité (Fig. 21, f. 50r). Autour du tonneau de verre, de gros poissons avalent des petits, conformément aux détails du texte – épisode dont le roi tire des enseignements stratégiques et militaires. Des poissons hybrides aux têtes d’homme sont couverts de fourrure, plus que d’écailles. Dans la moitié inférieure de l’image, la mer verte et blanche est figurée par de larges traits de pinceau aux ondulations grossières, qui contrastent avec la moitié supérieure de l’image au fond géométrique très ornementé. Entre les deux univers, la nef est affublée de tours à chaque extrémité, comme un bateau-habitat imprenable où se trouvent les six compagnons du roi. Des arches gothiques délimitent le fond en trois espaces mettant en valeur l’équilibre de la composition : au centre, la voûte isole et surplombe le roi ; de part et d’autre, deux voûtes encadrent les deux groupes de trois compagnons. L’effet d’ensemble est stable et ordonné, et symbolise le pouvoir royal.

Fig. 22 Voyage sous-marin d’Alexandre

© Roman d’Alexandre, Ms 651, Chantilly, Musée de Condée (XVe siècle), f. 56v

53Dans le manuscrit Ms 651 (Chantilly, Musée de Condée, XVe siècle), le roi est au centre de l’image dans un tonneau transparent grillagé (Fig. 22, f. 56v). Assis en position dynastique, vu de face, il a les attributs de la royauté (couronne et sceptre rouge), dans une exaltation de sa puissance universelle. Des poissons hybrides (aux têtes de chiens) aux formes et tailles variées et aux écailles bien dessinées évoluent en tous sens autour de lui. Les regards des poissons convergent presque tous vers le roi, conformément au détail du texte qui fait du roi la véritable merveille. La mer occupe l’intégralité de l’espace de la miniature : le bateau où se pressent les compagnons est une minuscule coque sommairement dessinée, presque écrasée sous la partie supérieure du cadre. L’eau est peinte de façon très dynamique au pinceau noir, les vaguelettes pointues sont coloriées de diverses nuances de bleu pouvant évoquer la profondeur progressive de la mer. Tout l’intérêt pour le lecteur réside dans les fond-sous-marins que le roi semble dominer.

Fig. 23 Voyage sous-marin d’Alexandre

© Roman d’Alexandre, Ms fr. 9342, Paris, BnF (XVe siècle), f. 182

54Dans le manuscrit Ms fr. 9342 (Paris, BnF, XVe siècle), le monde terrestre se reflète sous les eaux (Fig. 23, f. 182). La perspective domine le paysage terrestre en haut de l’image, qui détaille au premier plan le campement d’Alexandre, les tentes, des rochers figurant des montagnes, des villes au lointain, des prairies et des forêts à perte de vue. C’est l’attrait du voyage. Le bateau est vu de côté en perspective, la coque gonflée à l’intérieur de laquelle se trouvent cinq compagnons du roi. Ce dernier est vu par transparence, debout, de face dans le tonneau finement détaillé, avec sa couronne dorée qui ressort surs les flots bleus moutonnants. La mer enfante tout un monde d’êtres hybrides humanoïdes, comme en effet de miroir des chevaliers sur terre, des poissons-chat, des poissons-chien, des anguilles ou serpents, des poissons-phoque, des crustacés, des cétacés et une sirène. Cette enluminure illustre bien la tradition médiévale de la fin du Moyen Âge, à la fois encyclopédique et iconographique, qui peuple les fonds marins d’êtres hybrides étranges.

55Dans notre manuscrit Royal 19 D I (Fig. 3, f. 37v), le roi porte couronne et est vêtu du bleu royal ; il est allongé, la main droite ouverte exprimant la surprise, la main gauche au doigt pointé dirige le regard du lecteur vers les merveilles sous-marines. Le bateau occupe quasiment tout l’espace (y compris la coque vue sous l’eau) et semble englober le tonneau vu au premier plan dans un effet de perspective. Les êtres aquatiques – poissons, serpents, poisson à tête d’éléphant – gravitent tout autour du roi dans des positions diverses, d’énigmatiques têtes rectangulaires au premier plan semblent s’avancer vers lui. Dans le bateau à la voile détaillée, les cinq compagnons et la reine semblent converser, ainsi que l’indiquent les mouvements de leurs mains. Deux d’entre eux s’affairent à ramer à chaque extrémité du bateau. Les compagnons descendent le tonneau à l’aide de cordes enroulées de façon réaliste. L’ensemble souligne l’exploration plus que le pouvoir royal.

  • 19 Voir du même auteur, « Imaginaires du paysage méditerranéen dans un traité historique des croisades (...)

56Dans le programme iconographique du manuscrit Royal 19 D I, mer et fleuves d’Orient sont donc symboles de frontière, lieux de passage entre l’ici et l’ailleurs, entre deux univers qui se côtoient mais ne se mélangent pas. L’équilibre des compositions met en valeur la figure du roi, lui-même merveille qui domine le monde terrestre comme le monde marin. On constate aussi qu’à travers les images maritimes et fluviales, les créatures aquatiques et le thème iconographique du voyage sous-marin d’Alexandre, la stratégie globale du manuscrit est claire : le recueil prend prétexte d’une commande royale probablement liée à des projets de croisades pour décliner un univers plus romanesque (au sens médiéval du terme) qu’idéologique et dépeindre un Orient dont les merveilles sont aussi prodigieuses que les batailles qui s’y déroulent. La juxtaposition judicieuse de récits de voyages et de récits de croisades est servie par un programme iconographique qui accentue l’attrait pour l’Orient, à travers le prisme du voyage outremer, à nul autre pareil. On est loin de l’image propagande servant un texte d’exhortation à la croisade à vocation dynastique, comme dans le manuscrit de Sébastien Mamerot, Passages d’Outremer (Paris, BnF, Ms fr. 5594, XVe siècle)19. Le développement de la perspective dans la peinture occidentale au XIVe siècle (en particulier dans les Flandres et en Italie), va peu à peu gagner les miniatures pour aboutir à des représentations toujours plus symboliques que réalistes, mais où le paysage tiendra une place grandissante. L’élément marin et les fleuves seront alors partie intégrante du paysage dans des textes se rapportant aux croisades ou aux voyages d’Alexandre.

Haut de page

Bibliographie

Manuscrit :

Roman d’Alexandre en prose et autres textes, 1333-1340, Londres, British Library, Royal 19 DI. http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Royal_MS_19_D_I

Sources primaires (éditions modernes) :

Alexandre de Paris, Le Roman d’Alexandre, édition et traduction de Laurence Harf-Lancner, « Lettres Gothiques », Paris, Librairie générale française, 1994.

Jean de Plancarpin, Dans l’Empire mongol. Traduit du latin par Thomas Tanase, « Famagouste », Toulouse et Marseille, Anacharsis, 2014.

Jean de Vignay, Chronique de Primat, édition de Natalis de Wailly, « Chronique de Primat traduite par Jean du Vignay », in Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, Libraires Associés, Palmé et Imprimerie royale, t. 23, 1876, pp. 5-106.

Jean de Vignay, Le Directoire a faire le passage de la Terre Sainte, édition de Paola Biancani, Ricerche su Jean de Vignay, traduttore del XIV secolo, tesi di laurea, Università degli Studi di Torino, 1994.

Jean de Vignay, Les Merveilles de la terre d’outremer, Traduction du XIVe siècle du récit de voyage d’Oderic de Pordenone, édition critique de D. A. Trotter, Exeter, University of Exeter Press, 1990.

Jehan le Nevelon, La Venjance Alixandre, édition de Edward Billings Ham, « Elliott Monographs in the Romance Languages and Literatures, 2 », Princeton, Princeton University Press, 1931 ; New York, Kraus Reprints, 1965.

Marco Polo, La Description du monde, édition et traduction de Pierre-Yves Badel, « Lettres Gothiques », Paris, Librairie générale française, 1998.

Sources secondaires :

Bousquet-Labouérie Christine, « L’Orient par la mer » in Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Actes du 26e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Aubazine, 1996. Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, pp. 217-234.

Bresc Henri et Emmanuelle Tixier du Mesnil (dir.), Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2010.

Ferlampin-acher Christine, Hideka Fukui, Yorio Otaka (eds), Roman d’Alexandre en prose (British Library, Royal 15. E. VI, f° 2 v°-24 v°), Genève-Osaka, Droz, 2004. Edition suivie de la traduction en japonais.

Garnier François, Le Langage de l’image au Moyen Âge. Vol 1. Signification et symbolique, Lausanne, Le Léopard d’or, 1984.

Pérez-Simon Maud, Mise en roman, mise en image : Les manuscrits du Roman d’Alexandre en prose, Paris, Champion, 2011.

Rouse Richard H. and Mary A. Rouse, Manuscripts and Their Makers: Commercial Book Producers in Medieval Paris 1200-1500, 2 vols, Turnhout, Harvey Miller, 2000.

Haut de page

Annexe

Correspondances entre reliures et textes

Haut de page

Notes

1 Les scribes ont été identifiés, selon la notice : main I : cahiers i-viii ; main II : cahiers ix-xii, xvii-xix, xxxvi-xxvii ; main III (Jean de Senlis) : cahiers xiii-xvi, xxxi-xxxv ; main IV : cahiers xx-xxii, xxiii sauf f. 165v, xxvi-xxx ; main V : cahiers xxiii, f. 165v, xxiv-xxv). Pour les enluminures, Jeanne de Montbaston (cahiers i-iv, ix-xviii, xx-xxi, xxiii-xxix, xxxi-xxxvii) et anonyme (cahiers v-viii).

2 Richard H. Rouse and Mary A. Rouse, Manuscripts and Their Makers : Commercial Book Producers in Medieval Paris 1200-1500, 2000, pp. 244-47.

3 Une étude codicologique serait à mener afin de confirmer cette hypothèse qu’indique l’organisation des blocs de reliures, indépendante des huit textes (voir annexe en fin d’article).

4 Christine Ferlampin-Acher, Roman d’Alexandre en prose (British Library, Royal 15. E. VI, f° 2 v°-24 v°), 2004.

5 La Description du monde est le titre de l’édition moderne. Voir la bibliographie pour les éditions modernes des différents textes.

6 Dans l’épisode précédent, Alexandre visite également le monde céleste dans une machine volante tirée par des griffons, mais dans la miniature, le ciel peint paraît terne et vide (f. 37r). Dans le registre inférieur de l’image étalée sur deux colonnes, des personnages ébahis, mains droites levées et regard tourné vers le ciel, expriment un fort sentiment d’émerveillement à la vue d’Alexandre. Le lecteur garde ainsi en mémoire l’image frappante de la surprise, qui perdure lorsqu’il tourne la page et découvre l’exploration des fonds sous-marins (f. 37v).

7 La date est erronée ; il s’agit en fait de 1260-1261.

8 François Garnier, Le Langage de l’image au Moyen Âge. Vol 1, 1984, p. 45.

9 Ibid., p. 167.

10 Maureen Quigley, « Romantic Geography and the Crusades : British Library Royal ms. 19 D I », note 6.

11 Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, 1979. Paris, Picard, 2007.

12 Garnier, op. cit., p. 167.

13 Les quatre fleuves du paradis sont le Pison, le Géon (le Nil ?), le Tigre et l’Euphrate (Genèse 2,8).

14 Il y a confusion au Moyen Âge concernant le terme « Babiloine », qui désigne la « grande Babylone » de Mésopotamie ou la « petite Babylone » d’Égypte au sud de la métropole fatimide et mamelouke du Caire. Voir Aryeh Graboïs, « La description de l’Égypte au XIVe siècle par les pèlerins et les voyageurs occidentaux », Le Moyen Age n°3 (2003), Tome CIX, pp. 529-543.

15 Garnier, op. cit., p. 95. Dans une situation sécante, les espaces cloisonnants figurent et matérialisent l’écart qui sépare les différents éléments.

16 Garnier, op. cit., p. 98.

17 Odoric de Pordenone s’est aussi rendu à « Cansaye » (chap. XXIII, p. 55). Les deux relations concordent: l’étendue de la ville (100 miles : « cette cité a bien c. mille d’environ », l. 17), le nombre incroyable de ponts (12 000 : « Et il a dedenz cele cité plus de Xij. mille pons », l. 12). L’influence de Polo sur Odoric est probable.

18 Christine Ferlampin-Acher, op. cit., p. 20.

19 Voir du même auteur, « Imaginaires du paysage méditerranéen dans un traité historique des croisades : Les Passages d’Outremer de Sébastien Mamerot (XVe s.) », 2014, p. 35-61. http://babel.revues.org/3830

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Mort de Nectanebus
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 5v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-1.png
Fichier image/png, 756k
Légende Fig. 2 La flotte d’Alexandre
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 10r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Fig. 3 Alexandre descendu sous la mer dans un tonneau de verre
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 37v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-3.png
Fichier image/png, 561k
Légende Fig. 4 Baudoin et les frères Polo ; le patriarche et les frères Polo ; les frères Polo en mer Noire
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 58r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-4.png
Fichier image/png, 874k
Légende Fig. 5 Mer de Chine, port de Caiton, bateau avec marchandise
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 117r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-5.png
Fichier image/png, 945k
Légende Fig. 6 Mer de Chine, ville de Cianda
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 120v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Fig. 7 Mer Rouge, ville d’Abyssinie
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 132v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Fig. 8 Dominicains et Franciscains devant le Pape ; Jean de Vignay traduit ; Jean de Vignay présente le livre au roi ; moines en mer
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 136r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-8.png
Fichier image/png, 685k
Légende Fig. 9 Le roi de France et les croisés en mer
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 168r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Fig. 10 Le roi de France et les croisés accostent une forteresse de Sarrasins
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 187v.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-10.png
Fichier image/png, 611k
Légende Fig. 11 Attaque de Carthage par les croisés
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f.213r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-11.png
Fichier image/png, 564k
Légende Fig. 12 Le Nil à Babiloine (Le Caire)
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 1r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 13 Le Tigre à Bagdad
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 64r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-13.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Fig. 14 La rivière Pison
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 30r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-14.png
Fichier image/png, 1,4M
Légende Fig. 15 Le grand fleuve du Badakhshan
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 72v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-15.png
Fichier image/png, 650k
Légende Fig. 16 Le fleuve Qiantang entourant la cité de Hangzhou
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 113r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-16.png
Fichier image/png, 635k
Légende Fig. 17 Alexandre rencontre une tribu de femmes avec des épées
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 27v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-17.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Fig. 18 Alexandre rencontre une tribu de femmes vivant dans l’eau
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 29v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-18.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Fig.19 Alexandre rencontre une tribu de femmes vivant dans l’eau
Crédits © Royal 19 D I, British Library, Londres (XIVe siècle), f. 36r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-19.png
Fichier image/png, 945k
Légende Fig. 20 Voyage sous-marin d’Alexandre
Crédits © Roman d’Alexandre, Royal 15 E VI, Londres, British Library (XVe siècle), f. 20v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 21 Voyage sous-marin d’Alexandre
Crédits © Roman d’Alexandre, Ms Bodley 264, Oxford, Bodleian Library (XIVe siècle), f. 50r
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 22 Voyage sous-marin d’Alexandre
Crédits © Roman d’Alexandre, Ms 651, Chantilly, Musée de Condée (XVe siècle), f. 56v
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 23 Voyage sous-marin d’Alexandre
Crédits © Roman d’Alexandre, Ms fr. 9342, Paris, BnF (XVe siècle), f. 182
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4551/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Gorgievski, « Voyages outremer, à nuls autres pareils ? Mers et fleuves d’Orient dans le programme iconographique du manuscrit Royal 19 D I (1333-1340) », Babel, 33 | -1, 263-300.

Référence électronique

Sandra Gorgievski, « Voyages outremer, à nuls autres pareils ? Mers et fleuves d’Orient dans le programme iconographique du manuscrit Royal 19 D I (1333-1340) », Babel [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4551 ; DOI : 10.4000/babel.4551

Haut de page

Auteur

Sandra Gorgievski

Université de Toulon (EA 2649)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org