Navigation – Plan du site
V. Identités hybrides

L’hybridité identitaire dans une littérature émergente : l’écriture du « moi » hybride dans l’œuvre autobiographique des écrivains catalans d’origine maghrébine

Pilar Arnau i Segarra
p. 247-259

Résumés

La Catalogne du XXIᵉ siècle a soudainement vu émerger une nouvelle littérature autobiographique. Il s’agit de textes en langue catalane écrits par des auteurs nés à l’étranger et plus particulièrement au Maroc. Najat El Hachmi, Laila Karrouch et Saïd El Kadaoui Moussaoui sont trois écrivains exophones catalans ayant publié des œuvres qui reflètent, dans cette littérature récente, une nouvelle hybridité identitaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans un contexte de mondialisation où les rapports entre les langues et les cultures se sont multipliés et banalisés, les récents processus migratoires à destination des pays du sud de l’Europe sont à l’origine d’une nouvelle migration provenant surtout d’Afrique du Nord. Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, mais aussi d’autres pays du bassin méditerranéen comme L’Égypte, ainsi que d’autres pays africains comme la Guinée Équatoriale ou le Sénégal, sont des pays d’émigration récente vers l’Espagne ou l’Italie. Dans un contexte de diversité, de différences, de pluralité et de contrastes, une nouvelle écriture se manifeste depuis le début du XXIᵉ siècle dans le domaine littéraire. L’Espagne, mais surtout la Catalogne et l’Italie, sont en train de découvrir de nouveaux écrivains d’origine africaine attestant l’existence d’une nouvelle littérature interculturelle dans ces pays. Des écrivains catalans comme Najat el Hachmi, Agnès Agboton, Saïd El Kadaoui Moussaoui, Laila Karrouch, Jamila Al Hassaui ou Pius Alibek ainsi que des Italiens comme Igiaba Scego ou Ubax Cristina Ali Farah révèlent une hétérogénéité culturelle qui se manifeste dans le milieu littéraire des pays d’accueil.

  • 1 Jusqu’aux années 80 du XXe siècle, la Catalogne était une terre d’accueil attirant de nombreux immi (...)

2Dans le cadre de la littérature catalane, l’on a surtout vu surgir des écrivains nés au Maroc. Ils sont arrivés en Catalogne avec la première vague d’immigration étrangère ayant eu lieu dans les années 80. La plupart d’entre eux sont venus, enfants, pour rejoindre leurs parents et se sont installés dans des villes proches de Barcelone1.

3Il s’agit de jeunes auteurs d’œuvres autobiographiques qui montrent un monde jusqu’ici inconnu au sein de cette littérature : celui des immigrés maghrébins en Catalogne et de leurs enjeux identitaires. La multiplicité des identités de l’immigré est à l’origine de constructions identitaires ambivalentes et changeantes, se rapprochant en cela d’un espace hybride.

4Cet article se focalise sur l’écriture autobiographique de trois auteurs nés au Maroc mais qui résident en territoire catalan depuis leur enfance. Ces jeunes auteurs, dont la langue maternelle est l’amazighe, écrivent la plupart du temps en catalan, ou parfois aussi dans la deuxième langue officielle de la région, l’espagnol. Les écrivains sélectionnés dans notre corpus littéraire sont Najat El Hachmi, Laila Karrouch et Saïd El Kadaoui Moussaoui. Ils abordent la notion d’hybridité en rapport avec la question de l’identité dans un grand nombre de leurs textes. La poétique de l’hybridité se caractérise dans leurs œuvres par des ambivalences, des incertitudes et une certaine transgression.

La question de l’hybridité

5Le phénomène de l’hybridité est devenu fondamental dans la société contemporaine. L’un des problèmes majeurs, et à la fois des plus gênants, que pose l’hybridité réside dans le fait de pouvoir l’appliquer dans des disciplines différentes. Dans le cadre identitaire, on a trop souvent voulu rapprocher le terme hybridité d’un certain multiculturalisme utopique proclamant la cohabitation idéale de cultures différentes. Le théoricien hispano-allemand Alfonso de Toro signale clairement qu’hybridation et multiculturalisme ne sont pas synonymes. Pour de Toro :

  • 2 Alfonso de Toro, « La pensée hybride, culture des diasporas et culture planétaire. Le Maghreb (Abde (...)

l’hybridité doit s’entendre comme la potentialité de la différence assemblée avec une reconnaissance réciproque dans un territoire ou dans une cartographie énonciatrice commune qui doit toujours être ré-habité(é) et cohabité(é) à nouveau. C’est-à-dire que, dans un espace transculturel de communication, se négocient, se re-codifient et se re-construisent autrui, l’étrangeté et le propre, le connu et l’inconnu, l’hétérogène et l’uniforme.2

  • 3 Alfonso de Toro, « Hacia una teoría de la cultura de la ‘hibridez’ como sistema científico transrel (...)

6L’hybridité est donc un processus permanent, un phénomène qui aborde différents concepts tels que celui de la « multiculturalité », bien entendu, mais également d’autres idées liées à « l’interculturalité », « le nomadisme », « l’altérité », « la transversalité », « l’interaction », « le dialogue », « l’hétérogénéité ». Alfonso de Toro propose des catégories différentes d’hybridité3 et fait remarquer que :

  • 4 Alfonso de Toro, « La pensée hybride, culture des diasporas et culture planétaire. Le Maghreb (Abde (...)

L’hybridité n’est pas une utopie paradisiaque, mais la situation socio-culturelle de notre monde où les individus sont confrontés à une identité précaire, une tension permanente, un conflit ayant sa source dans le déplacement d’une culture ‘a’ vers une culture ‘b’, déplacement où le processus d’hybridation a lieu indépendamment de ce que souhaitent les acteurs socio-culturels.4

7Dans les textes d’El Hachmi, Karrouch et El Kadaoui Moussaoui, ces acteurs socio-culturels dont parle Alfonso de Toro sont les sujets migrants, des identités transfrontalières qui sont en tension perpétuelle et qui doivent négocier chaque jour leur place dans le monde.

  • 5 Guillermina Walas, Entre dos Américas : Narrativas de las latinas en los ‘90s, p. 26.

8Avant d’aborder notre corpus, il s’avère pertinent de souligner quelques expériences autobiographiques communes partagées par les auteurs. Les trois écrivains sont nés dans les années 70 au nord du Maroc, dans la ville de Nador ou dans ses alentours : Saïd El Kadaoui Moussaoui en 1975, Laila Karrouch en 1978 et Najat El Hachmi en 1979. Ils font partie de ce qu’on appelle habituellement les immigrés de première génération ; pour notre part, nous préférons utiliser le terme de « Génération 1,5 », c’est-à-dire celle des enfants nés dans le pays dont la famille est originaire mais qui ont accompagné leur mère lors du processus migratoire. En outre, ces enfants ont été scolarisés dans le pays d’accueil et dans la langue du pays, ce qui est un aspect décisif pour leur écriture. D’après Guillermina Walas, cette génération est hybride en ce qui concerne son appartenance culturelle et sa nationalité5.

9Il faut considérer que la vraie première génération, celle des parents, des travailleurs immigrés, est celle qui a passé son enfance et la plus grande partie de sa jeunesse dans le pays d’origine ; tandis que la génération 1,5, celle de nos écrivains, est le fruit des politiques de regroupement familial. Il s’agit d’une génération qui se remémore une enfance vécue dans le pays d’origine mais qui l’évoque depuis sa perspective actuelle. Ce sont des jeunes gens élevés dans deux cultures, deux langues (voire trois ou même quatre langues dans le cas des catalans d’origine amazighe), des jeunes qui ressentent souvent le besoin de marquer leur identité sans vouloir la circonscrire exclusivement à l’un des mondes auxquels ils appartiennent. De familles amazighes, ils sont arrivés en Catalogne et ils ont été scolarisés dans les deux langues de leur région d’accueil, le catalan et le castillan, faisant du catalan leur langue de communication habituelle mais aussi leur langue d’écriture autobiographique. La langue, ou plutôt la réflexion sur les langues de ces jeunes immigrés, sont des éléments récurrents dans cette écriture du moi hybride.

10Cependant, ce sont surtout les femmes de cette génération qui font l’expérience d’un processus de construction identitaire perpétuel, ce qui les conduit à se servir de leurs textes pour élaborer un discours-témoignage et à revendiquer un genre particulier. Cela les mène également à plaider en faveur d’une nouvelle distribution des rôles dans la structure familiale traditionnelle. La production littéraire autobiographique des femmes écrivains d’origine africaine présente une dualité caractérisée par une recherche de l’autonomie individuelle et par une prise de pouvoir ; une prise de pouvoir qui doit être interprétée comme la volonté d’atteindre plus de souveraineté personnelle mais aussi comme un renforcement de leur pouvoir économique, politique et social au sein de la famille et de la société. Une dualité qui peut devenir contradictoire : d’un côté, ces femmes écrivains vont se confronter aux traditions patriarcales imposées et transmises par la famille et la société d’origine ; mais d’un autre côté, elles réclament le droit à la différence et au respect de la diversité.

11Dans cette écriture, Najat El Hachmi, qui a suivi des études de Philologie Arabe à l’Université de Barcelone, Laila Karrouch, qui a suivi des études d’infirmière et travaille maintenant à l’Hôpital de Vic, la ville où elle habite avec ses deux filles, ainsi que Saïd El Kadaoui Moussaoui, qui a étudié la Psychologie et travaille à l’Université de Gérone, s’adressent à leur société d’accueil. Ils se sentent en droit de parler au nom des jeunes immigrés car ils connaissent bien leurs origines mais aussi les caractéristiques de la communauté catalane : ils sont allés à l’école du pays, ils ont appris ses langues, ils ont même étudié dans des universités catalanes, et ils en sont fiers. Tous les trois ont suivi en effet des études universitaires, et cela les éloigne encore plus de leurs familles. Néanmoins, la famille reste omniprésente dans cette écriture : elle évoque les racines marocaines, parfois idéalisées, mais impose aussi un mécanisme de contrôle à ces individus à la recherche d’un équilibre entre les deux cultures.

12La famille et ses valeurs sont à l’origine des réflexions sur le port du foulard des femmes musulmanes chez El Hachmi et chez Karrouch. Il en est de même pour l’interdiction qu’ont les jeunes filles de pratiquer du sport parce qu’elles risqueraient de montrer leurs jambes chez Karrouch, ou encore l’obligation de suivre les préceptes du Coran malgré des horaires et des habitudes troublantes chez El Kadaoui Moussaoui. Le conflit entre les coutumes musulmanes et celles de la société catalane, en majorité chrétienne, se manifeste dans l’espace public (les habits traditionnels, le voile, la longueur des robes des filles), dans la transmission des croyances et des pratiques musulmanes aux enfants mais aussi dans le fait singulier de vouloir être écrivain :

  • 6 Najat El Hachmi, Jo també sóc catalana, p. 109.

Una de les meves grans preocupacions era esbrinar si una bona musulmana podia ser escriptora. […] Jo volia ser una escriptora famosa, d’aquestes que sortien a la televisió firmant llibres el dia de Sant Jordi. Ja sabia que les bones noies, fidels a la religió dels seus avantpassats, no sortien públicament, havien de ser discretes, fins i tot a l’hora de resar havia d’abaixar el to de veu. ¿ Com podia fer compatible la meva devoció religiosa amb la vocació literària ?6

  • 7 Saïd El Kadaoui Maoussaoui, Cartes al meu fill. Una català de soca-rel, gairebé, p. 17.

13Et c’est pourtant la quête de cet équilibre identitaire, la recherche d’une harmonie qui cherche la stabilité dans l’hétérogénéité, une recherche sans renoncements, qui a poussé ces auteurs à lutter contre les préjugés de la société catalane envers la culture des écrivains exophones. Ils ont éprouvé de profondes incertitudes pendant leur adolescence et aujourd’hui, à l’âge adulte, ils ressentent le besoin impératif de l’exprimer. Il faut bien noter que les trois auteurs sont des parents d’enfants nés en Catalogne. Dans ce contexte de diversité culturelle et religieuse, ces parents écrivains consacrent leurs livres (souvent leur premier livre) à leurs enfants, à ces enfants à qui ils veulent expliquer les racines de leurs ancêtres, mais aussi les « préparer pour le monde » où ils vont grandir : « He escrit aquest llibre per preparar-te per un món més confortable. No és, en definitiva, el deure de tot pare ? »7. Voilà le devoir de tout parent : rendre le futur de son enfant plus facile, plus agréable, plus heureux.

14A ce sujet, les paratextes auctoriaux, en particulier les dédicaces et les titres, sont d’une importance considérable. Ainsi, dans les paratextes du deuxième livre autobiographique de Laila Karrouch, Petjades de Nador (2013) [Empreintes de Nador], on trouve une dédicace essentielle pour comprendre ce phénomène :

  • 8 Laila Karrouch, Petjades de Nador, p. 7.

A les meves filles, Ikram i Nisrim,
que són el motor de la meva vida8

15Le livre de Said El Kadaoui Maoussaoui s’intitule explicitement Cartes al meu fill. Un català de soca-rel, gairebé (2011) [Lettres à mon fils. Un catalan de souche, ou presque], et celui de Najat El Hachmi, qui a pour titre Jo també sóc catalana (2004), [Moi aussi, je suis catalane] est un dialogue constant avec son fils. Elle s’adresse sans cesse à lui. Elle lui pose des questions et y répond elle-même, dans un jeu littéraire qui lui permet de thématiser tous les sujets liés à la diversité des cultures.

16Dans ce contexte pédagogique, c’est justement El Hachmi qui fournit une réflexion sur la nature de son écriture :

  • 9 Najat El Hachmi, op. cit., p. 14.

[…] només escric per superar les meves pròpies barreres, per navegar entre els records […] Ho confesso : escric per sentir-me més lliure, per desfer-me del meu propi enclaustrament, un enclaustrament fet de denominacions d’origen, de pors, d’esperances sovint estroncades, de dubtes continus, d’abismes de pioners que exploren nous mons.9

17Écrire pour aller au-delà des barrières, pour explorer de nouveaux mondes mais aussi pour extérioriser les sentiments et le besoin d’être acceptée de manière juste dans la société catalane. Najat El Hachmi se révèle être la plus combative des trois écrivains :

  • 10 Ibid., p. 12.

Tots tenim un somni, un ideal imaginari l’existència del qual és necessària per tal de continuar endavant : el meu és poder deixar de parlar d’immigració algun dia, no haver de donar més voltes a les etiquetes, no haver d’explicar per enèsima vegada d’on vinc o, si més no, que aquest fet no tingui el pes específic que té. De moment, però, no sembla que la nostra societat tingui prou experiència en aquest camp per poder arribar a aquest estat de maduresa en el tracte de la diversitat, un tracte que no ha de discriminar en negatiu, però que tampoc hauria de ser significatiu, no hauria de distingir els individus pel lloc on van nàixer.10

18Le rêve de Najat El Hachmi est de ne plus devoir parler d’immigration, et de ne plus se sentir obligée d’expliquer à nouveau ses origines. Elle rêve que l’on ne discrimine plus les individus en raison de leurs lieux de naissance... mais que fait-on lorsque l’on vient d’ailleurs et que l’on n’a pas la même physionomie que les autres ? Voilà ce que raconte Said El Kadaoui Maoussaoui à son fils :

  • 11 Saïd El Kadaoui Moussaoui, op. cit., p. 29.

Durant l’adolescència em molestava molt, moltíssim, que, d’una banda, no es deixés de gratar en la nafra de la diferència estigmatitzant, i, de l’altra, se m’intentés recompensar disfressant-me d’un europeu autèntic o, millor, d’un quasi europeu.11

19En d’autres termes : qu’arrive-t-il lorsque quelqu’un n’a pas l’air de venir d’ailleurs mais qu’il est tout de même marqué par la différence des origines ? Pendant son adolescence en Catalogne, El Kadaoui était discriminé en raison de sa différence, mais l’on voulait parfois compenser cette discrimination par une nouvelle étiquette, celle de « presque européen ». Douter de son identité et voir ce doute renforcé par le regard et le jugement de l’autre est l’un des thèmes les plus répandus dans cette littérature catalane d’origine maghrébine.

  • 12 Najat El Hachmi, op. cit., p. 21.
  • 13 Ibid., p. 21.
  • 14 Laila Karrouch, op. cit., p. 148.
  • 15 Saïd El Kadaoui Moussaoui, op. cit., p. 18.
  • 16 Najat El Hachmi, op. cit., p. 27.

20Un des éléments partagés par les trois écrivains est le discours identitaire et la réflexion sur la langue, ou plutôt sur les langues. À travers leurs écritures, on constate une inquiétude concernant le choix de la langue à enseigner à leurs enfants, parce que « No donar-te l’oportunitat d’aprendre la llengua dels teus avantpassats hauria estat un crim contra la teva formació i contra els llaços cada vegada més febles que t’uneixen al Marroc »12. Ils décident donc que la langue maternelle des enfants sera l’amazighe parce que c’est la langue des ancêtres13, parce que c’est un lien avec les origines marocaines, mais aussi parce que, d’après Laila Karrouch, l’amazigue est la langue la plus difficile14. Mais c’est aussi la langue mineure, soumise à une langue dominante, c’est la langue qu’ils comparent souvent au catalan : « El català i l’amazic – écrit El Kadaoui – per molt que molesti uns quants, seran llengües que sempre estaran lligades al nostre cor i ens entestarem a parlar-les i a estimar-les »15. Et El Hachmi, à nouveau l’écrivain la plus engagée, explique à son fils que les deux langues sont des langues sœurs : « La teva altra llengua materna, el català, fou en altres temps perseguida i menystinguda, no en va la teva mare les sent com a llengües germanes »16. C’est donc une raison de plus pour s’approprier et transmettre la langue catalane comme langue maternelle à son fils.

21Le discours identitaire et la réflexion sur la langue en tant que trait propre à l’identité sont deux sujets centraux dans ces ouvrages. Ils offrent même des jugements sur la condition identitaire des individus catalans d’origine marocaine, sur la « catalanité » des immigrés. Cela devient plus complexe dans les textes d’El Kadaoui, qui réfléchit aux conditions identitaires de ce qu’est l’identité « hispano-catalano-marocaine » à partir du rôle que jouent l’amazighe, le catalan et l’espagnol dans la famille, ainsi que l’arabe :

  • 17 Saïd El Kadaoui Moussaoui, op. cit., p. 39.

És lògic que les tres llengües, a les quals sovint se suma l’àrab que la tieta parla als seus fills, es contaminin, es barregin, es barallin, s’estimin i, en definitiva, convisquin. Ja no som només marroquins, només amazics, només catalans, espanyols i europeus. Som tot això.17

22El Kadoui accorde des attributs humains aux langues, dans un jeu métaphorique sur la coexistence : les langues, comme les hommes, se mélangent, se disputent, s’aiment et en définitive, elles cohabitent.

23Dans un texte plus réaliste Laila Karrouch, constate que, comme elle, toutes les Marocaines arrivées en Catalogne au cours des années quatre-vingts étaient des pionnières privilégiées : elles ont fait partie des premiers immigrés venus du Maroc dans un pays où l’immigration n’existait pas encore. Ces premiers immigrés ont été bien reçus, leur différence a été acceptée comme exotique mais, plusieurs années plus tard, l’arrivée massive d’immigrés a bouleversé le paysage identitaire du pays :

  • 18 Laila Karrouch, De Nador a Vic, p. 109.

Les coses havien canviat moltíssim en poc temps : a Vic i a tot Catalunya va arribar-hi una massa d’immigrants molt important, fet que vaig veure positiu per una banda i negatiu per una altra. L’aprenentatge del català i el castellà i la integració en general es van fer més difícils, i la mescladissa de gent va començar a disminuir, i a l’escola es formaven, sovint, grupets d’estrangers i grupets de catalans i castellans.18

24Le discours identitaire, dans ces ouvrages de témoignage familial, est très lié à la langue, aux langues, aux aspects extérieurs, à l’apparence physique, à la gastronomie et aux fêtes sociales et religieuses. Des sentiments contradictoires sont à la base de cette réflexion, et une auteure comme El Hachmi se pose la question du futur religieux de son fils, se culpabilisant du manque de culture musulmane du petit garçon :

  • 19 Najat El Hachmi, op. cit., p. 127.

Què seràs tu, fill meu, si l’educació religiosa que jo et dono és tan laxa, tan buida de significat ? Seràs, potser, un híbrid, on conflueixen dues tradicions semblants que es creuen enemigues perpètues, la musulmana i la cristiana ? Dius que no menges porc perquè ets musulmà, és el que t’he explicat, però quan entrem en una botiga demanes que comprem pernil, que no en tenim a casa.19

Conclusion

  • 20 Ibid., p. 13.
  • 21 Ibid.

25Les itinéraires d’écrivains catalans d’origine marocaine rendent compte des luttes intérieures à l’origine de l’émergence d’une littérature qui veut réveiller la conscience du lecteur. Nous nous trouvons face à une littérature basée sur l’autobiographie, qui manifeste la volonté d’expression de jeunes écrivains à la recherche d’une identité hybride, et de celle de leurs enfants. Une identité dans laquelle se mêlent différentes cultures, langues et religions. C’est ce que Najat el Hachmi appelle « híbrid transgenèric »20, « memòries que no són ben bé memòries, experiències reals que semblen fictícies i un component d’anàlisi d’aquest relat vivencial que no és ben bé un assaig »21, c’est-à-dire un livre de mémoires contenant des éléments réels et fictifs et une certaine volonté d’analyse de la situation vécue.

26Or, cette littérature s’est déjà développée en France, en Belgique ou en Allemagne à partir des années 60 ; mais en Catalogne, où l’immigration étrangère est arrivée quelques décennies plus tard, cette écriture est encore une littérature émergente qui dévoile de nouveaux écrivains chaque année et qui jouit d’une acceptation sociale et culturelle loin devant celle des autres pays européens.

27Mais, ici comme ailleurs, ces auteurs se sont initiés avec le genre des Mémoires, une composition historique du moi autobiographique. Les sujets traités sont ceux qui sont au cœur de la problématique migrante dans son ensemble. Le parallèle est vite établi : identité féminine dans un contexte non musulman, acceptation de la diversité dans la société d’accueil, quête pour assumer une identité hybride, etc. La grande différence entre cette littérature migrante catalane d’origine marocaine et celle d’autres pays comme la France et la Belgique est la question de la langue. Tout d’abord, lorsqu’ils sont arrivés en Europe, ces écrivains immigrés d’Afrique du Nord ne connaissaient ni la langue catalane, ni l’espagnol. Ce sont donc des écrivains exophones, des auteurs qui n’écrivent pas dans leur langue maternelle, avec tous les questionnements et les incertitudes que cela génère. En outre, la Catalogne est un territoire ayant deux langues officielles, ce qui a obligé ces écrivains à faire un choix linguistique, qui n’est pas toujours constant (ils écrivent parfois en catalan dans le domaine de la littérature mais en castillan pour certains essais et articles de presse).

  • 22 Laila Karrouch, De Nador a Vic, op. cit., p. 150.

28En résumé, ces écrivains catalans nés ailleurs ne veulent renoncer à aucune culture, ils veulent avoir le droit de pouvoir choisir ce qui les intéresse le plus dans chaque espace culturel. Laila Karrouch illustre cette dichotomie d’une manière gastronomique, voire humoristique : « No he perdut la meva cultura ni les meves arrels, sinó que he guanyat una altra cultura i uns altres costums. M’agrada fer un bon cuscús per dinar i un bon entrepà de pa amb tomàquet per sopar. Per què no ? »22. En d’autres mots, Laila Karrouch n’a pas perdu ses racines, mais elle a gagné une autre culture et d’autres coutumes. Elle aime bien manger un bon couscous le midi et un bon pain catalan à la tomate le soir. Pourquoi pas ?

29Nous nous trouvons donc devant une pensée de frontière qui cherche une identité stable dans l’hybridité.

Haut de page

Bibliographie

1. Œuvres

El Hachmi, Najat. Jo també sóc catalana. Barcelona : Edicions 62, 2010 [1ère édition : Columna, 2004].

El Kadaoui Moussaoui, Saïd. Cartes al meu fill. Una català de soca-rel, gairebé. Badalona : Ara Llibres, 2011.

Karrouch, Laila. De Nador a Vic. Barcelona : Edicions 62, 2011. [1ère édition : Columna 2004].

Karrouch, Laila. Laila. San Fernando de Henares (Madrid) : Oxford University Press, 2012 [1ère édition : 2010].

Karrouch, Laila. Petjades de Nador. Barcelona : Columna, 2013.

2. Textes critiques

Arnau i Segarra, Pilar. « Laila o la deliberada invisibilidad de la cultura catalana ». IDEO-TRANS : Ideologías en Traducción e Interpretación. Actas del Congreso Internacional (Poznan, Polonia, 26-28 mars 2015). Francfort : Vervuert, à paraître.

Guia Conca, Aitana. « Molts móns, una sola llengua. La narrativa en català escrita per immigrants ». Quaderns de Filologia. Estudis Literaris XII (2007) : 229-248.

Guia Conca, Aitana. « De lenguas y horizontes. Europa vista por sus escritores inmigrantes de cultura islámica ». Extravío. Revista electrónica de literatura comparada 5 (2010). Le 25 mai 2015 <http://www.uv.es/extravio>.

Neumann, Birgit. « Literatur, Erinnerung, Identität ». Gedächtniskonzepteder Literaturwissenschaft. Theoretische Grundlegung und Anwendungsperspektiven. Éd. Astrid Erll et Ansgar Nünning. Berlin, New York: Walter de Gruyter, 2005. p. 149-178.

Stoll, George. « Immigrant Muslim Writers in Germany ». The Postcolonial Crecent: Islam’s Impact on Contemporary Literature. Éd. John Hawley. New York: Peter Lang, 1998.

De Toro, Alfonso. « Hacia una teoría de la cultura de la ‘hibridez’ como sistema científico transrelacional, ‘transversal’ y ‘transmedial’« . Estrategias de la « postmodernidad » y la « postcolonialidad » en Latinoamérica. « Hibridez » y « Globalización ». Éd. Alfonso de Toro. Francfort : Vervuert Verlag, 2006. p. 195-242.

De Toro, Alfonso. « La pensée hybride, culture des diasporas et culture planétaire. Le Maghreb (Abdelkebir Khatibi – Assia Djebar) ». Le Maghreb writes back. Figures de l’hybridité dans la culture et la littérature maghrébines. Éd. Alfonso de Toro et Charles Bonn. Hildesheim, Zürich, New York: Georg Olms Verlag, 2009.

Walas, Guillermina. Entre dos Américas : Narrativas de las latinas en los 90’s. Maryland, Oxford : University Press of America, 2000.

Haut de page

Notes

1 Jusqu’aux années 80 du XXe siècle, la Catalogne était une terre d’accueil attirant de nombreux immigrés provenant majoritairement d’autres régions espagnoles. Seules les dictatures du Cône Sud avaient généré quelques petits collectifs de migrants étrangers dans les années 70. Les grandes vagues d’immigration étrangère en Catalogne ont donc commencé vers la fin des années 80 et se sont brutalement arrêtées avec la crise économique de 2008. Entre 1990 et 2010, 1.100.000 immigrés provenant essentiellement d’Afrique du Nord (Maroc), d’Amérique Latine (Argentine, Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou), des pays d’Europe de l’est (Roumanie, Bulgarie), d’Afrique Noire (Sénégal, Cameroun, etc.), du Pakistan et de Chine se sont établis en Catalogne. En 2010, la population d’origine immigrée étrangère représentait environ 15% de la population catalane.

2 Alfonso de Toro, « La pensée hybride, culture des diasporas et culture planétaire. Le Maghreb (Abdelkebir Khatibi – Assia Djebar) », p. 73.

3 Alfonso de Toro, « Hacia una teoría de la cultura de la ‘hibridez’ como sistema científico transrelacional, ‘transversal’ y ‘transmedial’ ».

4 Alfonso de Toro, « La pensée hybride, culture des diasporas et culture planétaire. Le Maghreb (Abdelkebir Khatibi – Assia Djebar) », op. cit., p. 89-90.

5 Guillermina Walas, Entre dos Américas : Narrativas de las latinas en los ‘90s, p. 26.

6 Najat El Hachmi, Jo també sóc catalana, p. 109.

7 Saïd El Kadaoui Maoussaoui, Cartes al meu fill. Una català de soca-rel, gairebé, p. 17.

8 Laila Karrouch, Petjades de Nador, p. 7.

9 Najat El Hachmi, op. cit., p. 14.

10 Ibid., p. 12.

11 Saïd El Kadaoui Moussaoui, op. cit., p. 29.

12 Najat El Hachmi, op. cit., p. 21.

13 Ibid., p. 21.

14 Laila Karrouch, op. cit., p. 148.

15 Saïd El Kadaoui Moussaoui, op. cit., p. 18.

16 Najat El Hachmi, op. cit., p. 27.

17 Saïd El Kadaoui Moussaoui, op. cit., p. 39.

18 Laila Karrouch, De Nador a Vic, p. 109.

19 Najat El Hachmi, op. cit., p. 127.

20 Ibid., p. 13.

21 Ibid.

22 Laila Karrouch, De Nador a Vic, op. cit., p. 150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pilar Arnau i Segarra, « L’hybridité identitaire dans une littérature émergente : l’écriture du « moi » hybride dans l’œuvre autobiographique des écrivains catalans d’origine maghrébine », Babel, 33 | -1, 247-259.

Référence électronique

Pilar Arnau i Segarra, « L’hybridité identitaire dans une littérature émergente : l’écriture du « moi » hybride dans l’œuvre autobiographique des écrivains catalans d’origine maghrébine », Babel [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/4540 ; DOI : 10.4000/babel.4540

Haut de page

Auteur

Pilar Arnau i Segarra

Universitat de les Illes Balears (Palma, Mallorca) - Departament de Filologia Catalana i Lingüística General

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org