Navigation – Plan du site

Le Journal de J.-L. Lagarce : l’hétérogénéité d’une parole singulière

Alina Kornienko
p. 103-117

Résumés

Le Journal de Jean-Luc Lagarce (1957-1995), qui n’a pratiquement pas été étudié jusqu’ici, représente une œuvre unique non seulement dans le cadre de la création de ce dramaturge, mais également dans la perspective littéraire française de la fin du XXe siècle. Jean-Luc Lagarce considérait son Journal comme sa production littéraire la plus importante. Les deux volumes 1977-1990 et 1990-1995 de ce Journal donnent lieu à une pratique littéraire unique dans son genre : une écriture hétérogène et complexe renfermant un récit autobiographique très détaillé et une multitude d’inventions poétiques, avant tout grâce à un mélange harmonieux de tous les genres textuels possibles : un journal intime, un roman, un recueil de nouvelles, un texte dramatique, une critique artistique, poétique et littéraire, un brouillon d’écrivain, un carnet de citations, un scénario cinématographique, un scénarimage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Luc Lagarce, Journal (1990-1995), p. 171.

Je serai « culte » à mon tour – c’est mon mot de la semaine – en l’an 2012, l’année où j’aurais dû avoir 45 ans…1

1Jean-Luc Lagarce (1957-1995) est majoritairement considéré, au sein de la tradition littéraire française, comme un dramaturge – représentant du « théâtre du langage ». Ses activités en tant qu’acteur et metteur en scène sont souvent mentionnées car il était fondateur du Théâtre de la Roulotte – la compagnie avec laquelle Lagarce a monté ses pièces les plus remarquables. Cependant, comme écrivain, Lagarce a fait beaucoup plus que ce qu’on rappelle et raconte de lui aujourd’hui : par exemple, il a créé des textes pour le calendrier théâtral du Théâtre Ouvert parus dans le recueil Du luxe et de l’impuissance. En outre, dès 1977 et jusqu’à ses derniers jours, Lagarce n’a pas cessé d’écrire son Journal intime.

  • 2 Jean-Luc Lagarce, Du luxe et de l'impuissance, p. 35.

J’écris en revanche mon Journal sur des cahiers d’écolier, à petits carreaux, de cent quatre-vingt-douze pages. J’occupe l’ensemble de la page, je souligne la date directement, d’un mouvement, en deux ou trois reprises, pas très droit. J’écris avec un stylo Mont-Blanc que m’ont offert mes trois amis.2

2Divisé en deux volumes (1977-1990 et 1990-1995), le Journal a été pensé par son auteur comme sa production littéraire la plus importante car, même pendant de longues périodes de stagnation créative, il a continué à le rédiger. Pour diverses raisons (soit l’origine générique strictement imposée, soit la perception de la figure de Lagarce comme seul dramaturge et homme de théâtre), ce Journal n’a pratiquement pas été étudié jusqu’ici bien qu’il représente une œuvre unique non seulement dans le cadre de la création de ce dramaturge, mais également dans la perspective littéraire française de la fin du XXe siècle.

  • 3 Journal (1990-1995), p. 223.

Est-ce que le seul travail d’écriture n’est pas celui-ci ?3

3Le Journal présente une pratique littéraire qui ne connaît pas encore d’autres analogies. Une écriture hétérogène et complexe renferme un récit autobiographique très détaillé et une multitude d’inventions poétiques, grâce d’abord à un mélange harmonieux de tous les genres textuels possibles. Les pages du Journal regroupent à la fois les traits d’un roman, un recueil de nouvelles, une dramaturgie, une critique artistique, poétique et littéraire, un brouillon d’écrivain, un carnet de citations, un scénario cinématographique et même un scénarimage. En tenant compte du caractère complétement hétérogène du texte en question, il est indispensable de repérer le fonctionnement de l’hybridité à l’œuvre dans un genre désigné ainsi que sa contribution à la singularité du texte littéraire et du style auctorial.

  • 4 Ibid., p. 465.

C’est peut-être le principe d’un Journal : remplacer la vie manquée.4

  • 5 Ibid., p. 113.
  • 6 Jean-Luc Lagarce, Journal (1977-1990), p. 82.
  • 7 Ibid., p. 219.

4Les premières pages du Journal de Jean-Luc Lagarce racontent les événements essentiels de sa vie sans les détailler. C’est davantage une liste de faits à ne pas oublier qu’une écriture intime car elle manque de personnification. Peu à peu le Journal prend son allure en gardant son genre énoncé et en changeant ses principes et origines constructifs. Par exemple, dès le Cahier 10 de son Journal, Lagarce précède chaque note de la même formule qui indique le lieu d’écriture, l’heure et très souvent le temps qu’il fait au moment de l’écriture. Plus le texte du Journal avance, plus il commence à ressembler à un roman qui sert en même temps de champ expérimental littéraire où se rencontrent et cohabitent tous les genres littéraires possibles. Chaque nouveau cahier est muni d’une épigraphe qui le rapproche d’un chapitre d’un roman de la vie de Jean-Luc Lagarce. Il est notoire que les deux tomes du Journal sont parsemés de citations des livres que l’auteur « dévorait » au moment de l’écriture du texte étudié qui lui servait à la fois de carnet de citations et de cahier d’étudiant en littérature ou en philosophie où il s’entraîne en dissertations et en commentaires composés. L’ensemble du récit du Journal de Jean-Luc Lagarce porte un caractère morcelé et uni à la fois car dans la structure élaborée propre à cette œuvre s’intègrent d’une manière très organique les petites « narrations » closes de deux-trois pages qui sont séparées du reste du récit journalier de manière graphique et de manière stylistique (« Fin de parenthèse.) »5). Chaque narration possède une introduction, un développement et une conclusion. Le langage dont les narrations sont composées est beaucoup plus romanesque que le reste du texte. À ces narrations traitant tous les sujets possibles, sont fortement liées des esquisses-contemplations, d’un paragraphe au maximum, qui se focalisent principalement sur les gens qu’il croise par hasard en marchant durant ses journées vécues : « … Dans le train, un beau mec, très mâle footballeur. Il lit Sports et n’a pas l’air de voir les hommes comme autre chose que l’équipe adverse… »6. En fait, le Journal contient en soi plusieurs « rubriques » comme les désignait Lagarce lui-même qui éclaircissent les différents aspects de sa vie parmi lesquels sa famille dite naturelle, ses amis, sa troupe théâtrale, son travail, et dont la description adopte assez souvent un ton ironique et même sarcastique et caustique : « Christine, en coulisse, à Mireille : Quand François est avec Jean-Luc, ça finit au bistrot ! ». D’une part, je ne bois pas, d’autre part, je ne suis pas un pilier de bistrot. Le mythe du copain célibataire alcoolo, destructeur de la paix des ménages est sympathique, mais peu chic. C’était notre rubrique « Scènes de la vie de province. »7

5De temps à autre, ce roman multifacette d’un point de vue littéraire sous la dénomination d’un journal intime, s’incarne en un journal de voyageur et nous fait découvrir de nouvelles villes françaises et de nouveaux pays. L’auteur décrit patiemment non seulement ses impressions et comment il se sent « ailleurs », mais donne également le point de vue d’un observateur impartial sur les façons de vivre à l’étranger et dans d’autres lieux de son pays natal. Il est remarquable que Lagarce note non seulement les différences des mentalités entre Français et Allemands, par exemple, mais l’endroit décrit influence beaucoup son langage : à titre d’exemple, tout au long de son séjour à Londres décrit dans le deuxième tome du Journal, les mots anglais glissent dans le texte.

  • 8 Ibid., p. 108.

6Le Journal de Jean-Luc Lagarce est inséparable de son travail en tant que dramaturge et, par conséquent, en tant que metteur en scène. Si ce dernier s’exprime surtout par la description du processus de la mise en scène ainsi que par les remarques de Lagarce entre les séances pour la prochaine, son travail littéraire dramatique s’ébauche au sens propre et au sens figuré à partir du Journal. Cette œuvre contient les projets et les brouillons de toutes les pièces de Lagarce ainsi que la transcription de leur rédaction. Il serait intéressant de mentionner dans cette perspective que le récit du premier tome daté du « jeudi 11 février 1988 » contient le projet d’une pièce, Les Adieux, qui n’est en réalité que la toute première esquisse du Pays lointain. En outre, nous pouvons observer un entrelacement intégral du texte du Journal et des textes de ses pièces : la phrase du début du premier tome, « Retour à la Citadelle »8, est devenue ensuite le titre d’une pièce, les expressions errent entre la dramaturgie et la prose et même les extraits journaliers sont ensuite recopiés entièrement dans ses pièces ce qu’il a indiqué pour certains passages dans les Notes à la fin du second tome. Tout cela nous permet de constater que l’hybridité du Journal de Jean-Luc Lagarce est, d’abord, très travaillée du point de vue constructif et instructif littéraire et, ensuite, indispensable car elle lie et sert de terrain pour les différents types d’écrits utilisés par Lagarce au long de son parcours en tant que serviteur de la Parole.

  • 9 Ibid., p. 507.

Essayer de parler d’aujourd’hui. Je l’ai déjà dit. Et puis, se laisser aller à son propre sentiment : parler à la salle, regarder le public et parler, tout droit.9

7Dans le Journal de Jean-Luc Lagarce, une très grande place est occupée par sa critique littéraire, théâtrale et cinématographique. Au début du premier tome, les notes dédiées aux différents événements et productions artistiques restent très brèves, ce qui correspond à la stylistique générale des premiers cahiers du Journal. L’amplification globale du récit s’épand, par conséquent, sur ce côté dit critique du texte. Presque chaque description journalière contient l’opinion de Lagarce par rapport aux œuvres littéraires, cinématographiques ou de nouvelles mises en scènes vues au théâtre. Conçues d’abord comme une pure inscription du lecteur/spectateur, ces impressions deviennent de plus en plus professionnelles et détaillées présentant un point de vue journalistique et pas du tout amateur. Ce caractère constant ainsi que le langage des périodiques parfaitement maîtrisé et imité par l’auteur font naître une vraie rubrique de critique des arts.

  • 10 Ibid., p. 251.

8Les pages du Journal dévoilent un tout nouveau rôle de Jean-Luc Lagarce en tant qu’écrivain qui est celui d’observateur. Les décennies pendant lesquelles Lagarce a écrit son texte correspondent, comme nous le savons tous, à de nombreux événements majeurs pour le destin européen et mondial. Aucun n’a pu échapper à la plume de l’auteur qui a décrit d’une manière à la fois distanciée et circonstanciée la chute du mur de Berlin, la guerre en Yougoslavie, les changements géopolitiques en URSS et, bien sûr, « le monde politico-rigolo français […] toujours distrayant »10 que Lagarce surveille toujours d’un ton très sarcastique. L’observation des actualités se développe d’une façon analogue à celle de la critique artistique susmentionnée en occupant de plus en plus de place dans le cadre des notes journalières, car parfois Lagarce dédie le récit entier aux actualités sans parler d’autres choses et même sans parler de lui-même. Les rôles auctoriaux de critique et d’observateur nous permettent de constater que le Journal comprend non seulement les différents styles d’écriture littéraire mais qu’il se présente également comme de véritables annales de sa contemporanéité en sortant incontournablement du cadre du récit autobiographique intime.

  • 11 Journal (1990-1995), p. 210.

Je suis spectateur, « roi de mes douleurs » mais je ne retrouverai plus un guerrier qui me fera recommencer la vie. Ce n’est pas toujours triste, ce que je voulais dire : spectateur apaisé.11

  • 12 Journal (1977-1990), p. 74.
  • 13 Journal (1990-1995), p. 109.

9En parlant de l’hétérogénéité du Journal de Jean-Luc Lagarce, il est indispensable de souligner que cet exemple de son écriture littéraire est une quintessence de la stylistique propre à sa parole de laquelle émane sa singularité en tant qu’écrivain. La poéticité des phrases du Journal est très proche de celle de ses pièces du cycle de « fils prodigue » par leur sonorité très romanesque et très métaphorique. En même temps, ces phrases très courtes pour créer un rythme exceptionnel proche d’une rhapsodie sont envahies par les séquences de verbes à l’infinitif, de noms abstraits et de constructions impersonnelles : « François dit qu’il vient avec moi. On voyage. Traversée. Il explique, j’explique, on parle. En fait, je ne comprends rien à rien. Soirée à Paris, vendredi, seul »12. Ce rythme cyclique et rhapsodique est également maintenu, comme dans toute la création dramatique de l’auteur, par une division graphique des phrases et des paragraphes, ce qui rapproche le Journal encore plus des pièces de Lagarce. L’auteur met en œuvre sa temporalité spécifique dans laquelle sont plongés tous ses personnages théâtraux : même si les indications de date, d’heure et de lieux d’écriture sont bien présentes avant chaque note, on ne sait jamais de prime abord si c’est une écriture actuelle ou bien postérieure et le rapport au passé qui prend la place chez Lagarce-dramaturge de l’actualité du présent reste plus qu’évident : « … Suite et fin. Quelques années plus tard – en septembre, je crois – je revis Thierry. Le lecteur est prié de retourner aux premiers volumes de notre collection »13. Comme il le fait toujours dans ses pièces, Lagarce imite le discours ordinaire de tous les jours dans son Journal en intégrant des dialogues qui manifestent la vivacité de la langue française quotidienne. Cette imitation attribue un souffle à un écrit prosaïque censé être clos et monotone. Les procédés dramatiques glissent dans l’œuvre étudiée à tous les niveaux se révélant au moment où les didascalies, qui sont propres uniquement aux écritures théâtrales, glissent dans la matière littéraire du Journal en rappelant ses pièces où la didascalie, dans sa définition classique, n’existe plus. Elles se mélangent aux répliques des personnages et indiquent également que Lagarce vivait le théâtre et que, pour lui, la vie retraçait souvent un vaudeville qu’il était censé jouer et/ou vivre. Les personnages de Lagarce annoncent très souvent leur acte de parole pour commencer leurs répliques et l’auteur s’énonce de la même manière dans son Journal en entamant une note ou bien en la clôturant. C’est également grâce à cette annonce de son acte de parole qu’il communique avec un membre important de sa fiction qui est le Lecteur.

  • 14 Journal (1977-1990), p. 237.

Le Chœur des Lecteurs, ému comme à son habitude jusqu’aux larmes : « Ouuui »14.

10L’implication de la figure du Lecteur dans la matière littéraire du Journal marque le détour crucial dans la présentation du texte et sa compréhension. D’après Olivier Py qui connaissait bien le dramaturge :

  • 15 Ibid., 11-12.

Lagarce vénérait le roman, et regrettait de ne pas en avoir publié un seul. Plus exactement aussi ses récits ressemblent à son journal étonnamment. […] Lagarce est mort en sachant que ces pages seraient publiées, il les pensait très certainement comme une œuvre et pas seulement comme une béquille à l’espoir. Traverser le siècle et prendre juste assez de distance sur soi et les autres et son histoire pour que l’aiguillon de la mort s’émousse, voilà l’alchimie du verbe à laquelle nous assistons.15

11Prenant en compte cette affirmation de l’ami et collègue de Lagarce, nous pouvons postuler que le Lecteur qui apparaît assez tôt dans le texte et dont la présence devient de plus en plus claire et répandue, implique le dialogisme au Journal. Il suit le fil du récit, il est le juge indépendant des pensées et des actions de l’auteur, il est le témoin constant de sa vie vécue et décrite.

  • 16 Ibid., p. 102.
  • 17 Ibid., p. 103.
  • 18 Ibid., p. 104.
  • 19 Ibid., p. 107.
  • 20 Ibid., p. 115.
  • 21 Journal (1990-1995), p. 124.
  • 22 Journal (1977-1990), p. 115.

12La figure de Lecteur évolue avec le texte du Journal : en se dévoilant pour la première fois à la page 102 du premier tome, ce locuteur auctorial n’est qu’une figure permettant à Lagarce de faire une référence intertextuelle qui aide à la compréhension de l’ensemble du récit : « Le lecteur se reportera aux chapitres précédents. On notera l’importance de la compétition et l’essentiel de cette victoire sur les autres concurrents »16. À la page suivante Lagarce entre directement dans le dialogue avec ce lecteur qui, pour sa part, devient le membre « légitime » de la fiction partageant chaque mot produit par l’auteur : « J’essaie – comme toujours – de vivre, quant à moi, à côté de François. Qu’est-ce que vous imaginez ? »17. Le processus de familiarisation entre l’auteur et le lecteur se produit à travers les différentes étapes consécutives qui se situent page après page : le Lecteur d’abord « attend »18 les explications de l’auteur, puis il « se demande »19 pourquoi l’auteur a gardé le silence épistolaire pendant longtemps et finit par être tutoyé dans un contexte de valorisation de l’écriture en question : « J’ai l’impression d’écrire de plus en plus mal. Qu’est-ce que tu en dis ? »20. Le Lecteur en tant que personnage de fiction s’évalue également par son statut quantitatif car l’auteur s’adresse souvent à un auditoire, à une multitude de destinataires de son récit et de sa parole. Lagarce en appelle à cet auditoire surtout dans le contexte de clôture d’une partie du récit : dans le cadre du style propre à ce Journal l’auteur termine une bonne partie de ses récits « journaliers » par une formule « On vous tient au courant »21. Cette formule stylistique sert de lien constant de la parole produite avec son destinataire et de continuation ininterrompue du récit qui est à la fois très suivi et très morcelé. Une telle apostrophe répétitive au locuteur rompt de l’intérieur la construction générique affichée du texte en donnant plus de liberté littéraire à son auteur et en imposant un autre regard sur les principes mêmes d’un journal intime. La même fonction conjonctive du récit porte la prévision des réactions du lectorat inscrite dans le texte du Journal : « Le lecteur à bout des nerfs, en larmes et désespéré. (Ce n’était pas un alexandrin, ça ?) »22. Cette prévision, faite souvent par Lagarce d’une manière très sarcastique, dévoile la distanciation de l’auteur d’avec les sentiments décrits. Le rapport de Lagarce à son Lecteur inventé est donc double car, derrière tout le sarcasme que porte la description des réactions, le Lecteur est un des moteurs du récit sans lequel il ne pourrait ni fonctionner, ni se développer d’une manière nécessaire à l’auteur. Il est également important de souligner que le Lecteur apparaît parfois dans le texte du Journal en tant que Chercheur, qui n’est en fait qu’un lecteur plus scrupuleux. Ce « type » de lecteur prouve que Lagarce destinait son texte non seulement à une publication, mais aussi à une étude.

13L’intégration du Lecteur permet à Lagarce de créer une certaine distanciation entre l’auteur et son écriture : la présence d’un locuteur « externe » aux évènements décrits atténue le caractère exclusiviste propre au texte autobiographique intime. Le genre littéraire autobiographique comprend un dialogue privé avec le soi auctorial et c’est sur ce dialogisme que joue Lagarce en inventant un tel membre de sa fiction comme le Lecteur. Ce Journal tout en gardant le caractère bilatéral du message langagier en fait un dialogue à la fois avec soi, son Lecteur et même un auditoire des destinataires du message susmentionné. Le Lecteur du Journal est donc à la fois une extension générique du texte et un procédé littéraire unique dans le cadre d’une œuvre étudiée, ce qui rend son hybridité inimitable.

  • 23 Ibid., p. 354.

14La présence du Lecteur en tant que membre de la fiction du Journal participe à développer un procédé littéraire important dans la construction de l’hybridité de l’œuvre, à savoir celui de mythologisation du texte et du soi auctorial. Elle commence par une affirmation claire et nette de Lagarce quant aux origines véritables de la parole produite : il constate d’une manière nette et précise que le seul but de ce Journal est de dire la vérité et, dans une situation contraire, cette parole ne peut exister. La mythologisation susmentionnée vise la réception de l’œuvre qui, d’un point de vue logique, contredit le journal intime en tant que genre littéraire car ce type de récit n’est destiné ni à une lecture de masse, ni à une inclusion d’opinion externe quelconque. L’opinion externe en question est construite par Lagarce systématiquement et progressivement tout au long du texte et la figure du Lecteur y prend une place considérable : « […] le lecteur me croit mythomane mais je suis trop surpris et inquiet de ce genre de rencontres pour m’en vanter… et puis ici, qu’est-ce que ça fait ? –, celui-là s’appelle Hugh, il est américain »23. Par la mention du Lecteur, Lagarce fait semblant de prévoir l’opinion publique à propos de ses actions et de ses sentiments décrits dans le Journal en indiquant son ouverture au regard « externe » et, en même temps, en donnant à son auditoire la piste de compréhension de sa parole. Il se traite donc comme un personnage de fiction littéraire et garde la distance entre lui et son texte autobiographique en faisant une œuvre inventée de ce qui est sa vraie vie. Tout au long des deux tomes du Journal, Lagarce souligne l’importance de l’écriture de ce texte et dévoile le processus de sa création :

  • 24 Journal (1990-1995), p. 399.

Nouveau cahier. Le précédent fut « dévoré » littéralement – de avril à juin – car il était moins épais d’une part, mais aussi parce que j’y écris, c’est net, beaucoup plus, plus longtemps et plus souvent. Ces carnets tiennent désormais une très grande place, un grand rôle, bien ou mal (plutôt bien) et jouent la partition dans ma vie probablement d’une manière plus importante, plus « utile ». (Tant dans le récit qu’une certaine forme d’ « analyse » (sic).) Ils m’aident à vivre, je crois bien, et du moins ils m’aident à admettre la vie qui m’échoit et la vie que je me construis (car tout n’échoit pas, tout de même…).24

  • 25 Ibid., p. 375.

15Par cette citation, Lagarce affirme être un vrai « locataire » de la parole en avouant que l’écriture en général et l’écriture du Journal en particulier le maintiennent dans une vie qu’il sentait lui échapper avec l’aggravation de sa santé. Lagarce souligne également le caractère quotidien de cette écriture par le fait qu’il est inséparable de ses cahiers dans lesquels il marque son récit autobiographique et glisse très souvent dans la matière littéraire de brèves remarques qui ouvrent la phrase comme celle-ci par exemple : « La dernière fois où nous étions ensemble, Journal et moi, vendredi, tout allait bien »25. De telles expressions créent chez le lecteur un sentiment très fort que le texte qu’il est en train de lire est partie intégrante de l’auteur au sens propre et au sens figuré. Il est important de constater que le processus de rédaction du Journal est contenu non seulement dans le texte même de l’œuvre mais également dans ses autres productions littéraires : le texte intitulé Comment j’écris et paru dans le recueil Du luxe et de l’impuissance indique le plus scrupuleusement possible les dessous de la cuisine littéraire de Lagarce. A l’instar du processus de création, Lagarce accorde une place importante à ses doutes en tant qu’écrivain et en tant qu’auteur de son Journal : il constate sa volonté d’abandon de cette écriture et essaye de questionner son utilité dans le cadre de son univers littéraire et personnel.

  • 26 Ibid., p. 257.
  • 27 Ibid., p. 391.

16L’avancement de sa maladie et la prise de conscience de sa mort ne pouvaient ne pas être reflétés sur les pages du Journal : chaque nouveau cahier commencé s’ouvre par une phrase à la fois sarcastique et tristement amère : « On croit toujours que ce sera le dernier cahier. Et puis, on résiste – c’est du travail, tout ça, tout ça… – on continue, hip, hop, etc. Nouveau cahier donc, étrangement »26. Ce sarcasme propre à toute son écriture prouve une nouvelle fois que la conception du Journal et la compréhension générale de l’écriture par Lagarce correspond à l’idée de « la vie comme un roman » qui peut être interprétée ainsi : j’écris donc je suis. Un des plus grands paradoxes de l’œuvre étudiée consiste en un double caractère du récit, très privé et très public à la fois : Lagarce avoue que l’écriture du Journal ressemble pour lui aux « descentes aux enfers »27 et que personne à part son ami le plus proche ne connaît toute la douleur décrite. En même temps, la destination de ce récit à une publication et à une lecture de masse est, comme nous l’avons déjà constaté, plus que claire, ce qui marque au niveau idéologique et contextuel l’hétérogénéité du Journal et de la parole qui le compose.

  • 28 Ibid., p. 429.

Je recopie mon Journal, mais hier et aujourd’hui, comme le temps est compté, me suis attelé à mettre au propre la partie du février 1994, Le Voyage à la Haye et mon joyeux retour dans le rôle de Tirésias, pour ce que je souhaite écrire. Ai décidé de travailler sur la mise au propre de ce Journal, depuis quelque temps déjà comme un long travail d’écriture dont je ne verrai pas la fin (ajoutant chaque jour et reportant d’autant…) et y puisant et l’abandonnant de fait, matière aux travaux que je projette.28

  • 29 Ibid., p. 460.

17Le processus de transcription des parties du Journal écrites auparavant qui accompagne la continuation du récit fait encore preuve de la préparation ciblée du texte à une publication posthume. Il est également notoire dans cette perspective que Lagarce a lui-même composé des notes et une annexe qui paraissent à la fin du second tome : les notes expliquent certains passages et indiquent la parution de certains extraits dans d’autres œuvres de l’écrivain et l’annexe comprend un résumé des événements les plus importants, soit par mois, soit par année, pour faciliter la lecture. Une telle structuration de plus de mille pages démontre le travail scrupuleux et l’importance de ce texte pour Lagarce ainsi que le dégrèvement complet des origines génériques de l’œuvre. Le Journal de Jean-Luc Lagarce est un des meilleurs exemples de l’hybridité à l’œuvre en cette fin du XXe siècle car sous le titre d’une autobiographie intime se cache toute une variation des genres littéraires parfaitement manipulés et dont l’union harmonieuse fait naître le roman d’une vie, histoire d’amour entre un Homme et la Parole. Jean-Luc Lagarce disait qu’ « Il faudrait parler de la réconciliation avec soi-même pour l’écriture, fût-elle juste pour soi, pour le tiroir, pour ce cahier »29 et son Journal est l’engendrement idéal de cette réconciliation qu’il a cherché pendant toute sa vie.

  • 30 Journal (1977-1990), p. 166.

J’ai pensé aussi que j’étais trop pressé et que l’œuvre littéraire prendrait la vie entière et que je ne saurais jamais rien en fait de son intérêt. Cela ne me rendit pas triste ou gai. C’était une évidence.30

18Plutôt qu’un post scriptum, il faut postuler que le Journal de Jean-Luc Lagarce a donné naissance à une œuvre artistique transgénérique qui connaît très peu d’analogies. Le Journal 1 (1992) présente une des deux productions cinématographiques de Jean-Luc Lagarce portant en elle une hétérogénéité générique très forte. Prenant ses sources dans le Journal (1977-1990), le Journal 1 garde le titre et la forme de ce texte de Lagarce qui est, pour sa part, constitué de l’hybridité générique littéraire. En parlant de Jean-Luc Lagarce et de son œuvre complète, il est tout à fait légitime d’utiliser en premier lieu le postulat évangélique Au commencement était la Parole. L’auteur lui-même souligne l’importance préliminaire du texte par rapport à sa création cinématographique en question :

  • 31 Jean-Luc Lagarce, Journal vidéo, p. 61.

Le Journal, le film, c’est pas les images, c’est le texte qui compte.31

19Il est donc notoire que le règne absolu de la parole au sein de sa production littéraire se répand sur ses autres essais artistiques. Le Journal 1 peut être perçu, par conséquent, comme une visualisation de son langage littéraire. Cette visualisation du langage littéraire passe par une collision et une confluence avec d’autres langages expressifs ce qui fait ensuite naître une œuvre artistique hétérogène, au langage hybride, à la fois visible, audible et matériel. Le journal vidéo de Lagarce apparaît comme une expérience unique de glissement générique entre la littérature et le cinéma qui provient d’une graphie verbale où les lettres ont le même statut que le fond et les personnes. Il nous rappelle le rôle supérieur de la parole par rapport aux personnages et à l’action scénique dans le théâtre de Jean-Luc Lagarce :

  • 32 Ibid., p. 29.

Des titres, des sous-titres, des panneaux entiers de mots, de noms, dans le film.
Sous les apparitions des gens, leur prénom. La date, le lieu.
Systématiques, les lettres comme élément très important, graphique de l’histoire.32

  • 33 Journal (1990-1995), p. 199.

20En parlant des techniques et outils artistiques utilisés lors de la création du Journal 1, il faut tout d’abord affirmer que le travail sur ce film n’est en réalité que la démonstration d’une manière « tangible » de la hiérarchie des idées exprimées par Lagarce dans son texte selon l’ordre de leur importance pour lui-même. Le film commence par de multiples mots de différentes tailles et couleurs (de blanc à gris foncé) sur fond noir, ce qui fait naître une métaphore visuelle du concept d’interpénétration du texte et de l’image cinématographique au sein du film en question. L’image cinématographique garde la même structure que le texte-formateur qui accompagne aujourd’hui le film dans un ouvrage : nous voyons non seulement les notes journalières, mais également les dédicaces et le texte auxiliaire comme, par exemple, l’indication des prénoms des gens qui apparaissent dans le journal vidéo. Il est très significatif que Lagarce joue dans son film sur le procédé de silence qu’il utilise beaucoup en tant que procédé poétique dans sa dramaturgie : les deux personnes à qui le film est dédié n’y apparaissent pas personnellement et restent comme des êtres purs de la parole. Car la seule manière par laquelle le spectateur peut les voir est soit les grosses lettres qui bougent au milieu de l’image, soit l’image du texte du Journal tapé dans lequel l’information qui les concerne est souligné en rouge et en jaune. Le texte comme point de départ du film y est omniprésent et donne la bonne piste de compréhension de l’image diffusée au fond. L’attention du spectateur est donc beaucoup plus attirée par le message défilant presque jamais interrompu que par la vidéo elle-même. Ce message défilant en bas de l’écran, ainsi que l’image, est parfois arrêté par un texte statique au fond noir qui occupe toute la largeur de l’écran. L’image cinématographique est donc sursaturée par plusieurs messages langagiers à la fois. En outre, ce caractère sursaturé aide à une autre lecture du texte du Journal qui, grâce à cette astuce graphique, ne semble plus être homogène. L’astuce graphique en question reflète les pistes de conception proposées par l’auteur qui se rapproche de son auditoire en lui expliquant comment lire son texte et comment le comprendre de la manière la plus exacte. Lagarce se sert donc toujours de ce principe éternel du noir sur blanc au sens propre et au sens figuré pour illustrer l’intention principale de son Journal qui est la suivante : « On dit la vérité ou on ne dit rien »33. À la fin du Journal 1, après le plan de sa table dans le train en pleine voie (une de ses métaphores préférées de la vie humaine), Lagarce écrit des remerciements à ceux qui participent au filmage de son œuvre. Ces remerciements ainsi que les dédicaces au début créent une structure circulaire et close de l’image en lui donnant en même temps de la complétude et en soulignant une fois de plus que son film est la cinématographie de la parole qui est autant voire plus puissante que toute autre réalité filmée.

Haut de page

Bibliographie

Lagarce, Jean-Luc. Du luxe et de l’impuissance. Besançon : Les Solitaires intempestifs, 2008.


Lagarce, Jean-Luc. Journal (1977-1990). Besançon : Les Solitaires intempestifs, 2007. 


Lagarce, Jean-Luc. Journal (1990-1995). Besançon : Les Solitaires intempestifs, 2007. 


Lagarce, Jean-Luc. Journal vidéo. Besançon : Les Solitaires intempestifs, 2007. 


Haut de page

Notes

1 Jean-Luc Lagarce, Journal (1990-1995), p. 171.

2 Jean-Luc Lagarce, Du luxe et de l'impuissance, p. 35.

3 Journal (1990-1995), p. 223.

4 Ibid., p. 465.

5 Ibid., p. 113.

6 Jean-Luc Lagarce, Journal (1977-1990), p. 82.

7 Ibid., p. 219.

8 Ibid., p. 108.

9 Ibid., p. 507.

10 Ibid., p. 251.

11 Journal (1990-1995), p. 210.

12 Journal (1977-1990), p. 74.

13 Journal (1990-1995), p. 109.

14 Journal (1977-1990), p. 237.

15 Ibid., 11-12.

16 Ibid., p. 102.

17 Ibid., p. 103.

18 Ibid., p. 104.

19 Ibid., p. 107.

20 Ibid., p. 115.

21 Journal (1990-1995), p. 124.

22 Journal (1977-1990), p. 115.

23 Ibid., p. 354.

24 Journal (1990-1995), p. 399.

25 Ibid., p. 375.

26 Ibid., p. 257.

27 Ibid., p. 391.

28 Ibid., p. 429.

29 Ibid., p. 460.

30 Journal (1977-1990), p. 166.

31 Jean-Luc Lagarce, Journal vidéo, p. 61.

32 Ibid., p. 29.

33 Journal (1990-1995), p. 199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alina Kornienko, « Le Journal de J.-L. Lagarce : l’hétérogénéité d’une parole singulière », Babel, 33 | -1, 103-117.

Référence électronique

Alina Kornienko, « Le Journal de J.-L. Lagarce : l’hétérogénéité d’une parole singulière », Babel [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4441 ; DOI : 10.4000/babel.4441

Haut de page

Auteur

Alina Kornienko

Université Paris-VIII-Vincennes-Saint-Denis,
ED 31 Pratiques et théories du sens, équipe de recherche de rattachement Littérature, Histoires, Esthétique (EA 7322)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org