Navigation – Plan du site
I. L’hybridité : cadre théorique

L’hybride, une problématique centrale de l’art actuel face à un monde multipolaire. De la notion à la culture, une évolution de la fonction et des catégories

Emmanuel Molinet
p. 49-61

Résumés

Le passage du caractère à la notion d’hybridité s’inscrit dans un changement de paradigme que matérialise l’art contemporain. L’hybride intègre aussi bien les nouvelles disciplines que l’ensemble des disciplines traditionnelles ou de nouvelles pratiques qui apparaissent. Il se manifeste au travers d’une multiplication des formes et d’un art expérimental, induisant celui-ci comme une notion clé de l’art contemporain. Si la période actuelle intègre l’hybridation comme un enjeu central, il sera intéressant de caractériser les multiples facteurs qui concourent à cette situation, et de déterminer comment de nouvelles acceptions du terme participent en fait à une reconfiguration du champ terminologique, et fondent ainsi de nouvelles approches de cette problématique. Si l’art actuel promeut de nouveaux principes tels que la reconversion et la conversion, il favorise indéniablement l’hybride, y compris en se conjuguant à d’autres plans et dans un contexte général où diverses mutations opèrent simultanément, impliquant l’émergence d’une nouvelle identité de l’art.

Haut de page

Texte intégral

1Aborder le concept d’hybridité dans le champ de l’art et de la création contemporaine semble induire un paradoxe inhérent, pouvant transcrire une difficulté d’approche méthodologique, aussi bien que théorique, car l’objet d’étude semble à la fois délicat à appréhender dans son ensemble alors que, dans le même temps, en se manifestant comme un élément caractéristique de notre époque, un concept usuel et proliférant, il nous laisse de vastes possibilités d’analyses et d’interprétations sur une multitude de pratiques et de sujets, lui conférant de multiples occurrences.

2La problématique de l’hybride impose ainsi, comme ma recherche m’a permis de le caractériser, de restituer à l’objet d’étude toute sa complexité et ses différents déterminismes. Il est ainsi fondamental pour comprendre les enjeux et questionnements de l’hybride aujourd’hui de restituer une histoire, un récit, une forme d’arborescence dynamique faisant le lien entre différentes temporalités, différentes évolutions contextuelles et une multiplicité de regards et d’interprétations historiques, en constituant une archéologie de la notion.

3Cette archéologie permet de mieux saisir l’objet au travers notamment de l’évolution de ses catégories et des séquences historiques qui ponctuent le récit lié à cette problématique, se déplaçant de la figure à la culture hybride.

4Plusieurs aspects se sont dégagés de cette recherche dont il s’agira de restituer quelques éléments de réflexion essentiels.

  • 1 Emmanuel Molinet, L'hybridation, un processus décisif dans le champ des arts plastiques. De la figu (...)

5En premier lieu, on constate une émergence des catégories de l’hybride dans le domaine de l’art, principalement à la fin du XVIIIe siècle et durant le IXe siècle, qui du champ de la botanique et de la linguistique vont se transposer progressivement au champ littéraire et poétique, innervant ensuite dans le champ des arts plastiques et picturaux. Cette période s’avère clé pour la compréhension du processus et sa reconnaissance : plusieurs déterminations, occurrences apparaissent avec les usages du terme, matérialisant en fait, déjà, diverses définitions de l’hybride. On qualifie l’hybride autant en se tournant vers le passé que par une description des objets de son temps. L’hybride sera ainsi corrélé à d’autres notions avec lesquelles il peut être associé et catégorisé de façon assez distinctive. Ces occurrences permettent de dresser une typologie comprenant ainsi l’hybride combinatoire, l’hybride emprunt, la greffe, le composite, le croisement, l’intermédiaire, l’indéterminé, l’agrégation, et la dialectique figure-forme. L’étude imposait de distinguer ces diverses catégories car elles contribuaient à dévoiler l’ampleur de la constitution d’un champ terminologique, les catégories traversant une multitude d’appréciations et de qualifications des formes. L’usage des termes autant que l’analyse des œuvres a permis de révéler ce terrain inédit et méconnu, qui manifeste la stratification progressive de ce qui aujourd’hui s’apparente à un concept, que j’ai abordé dans ma thèse de doctorat, L’hybridation, un processus décisif dans le champ des arts plastiques. De la figure à la culture hybride1.

6En second lieu, l’analyse historique montre que l’hybride se verra redéterminé dans ses usages dans les diverses périodes de l’art, cette distinction d’ordre général permettant d’observer qu’il n’aura pas la même fonction à chaque période. Celui-ci va ainsi évoluer en relation même aux redéterminations successives de la définition de l’art qui ont caractérisé les différentes phases de l’histoire de l’art. L’analyse de la notion permet de dégager cet axe de recherche qui est essentiel, car on discerne ainsi comment la notion de l’hybride traverse les quatre grandes périodes de l’histoire de l’art pour devenir, dans la période de l’art actuel, une forme de culture. La première période correspond à l’art ancien et médiéval. Celui-ci est identifiable sur un plan formel, l’analyse tout autant que des observations ultérieures permettent de le restituer, il s’agit d’un hybride des marges, inenvisageable en tant que tel. Il se traduit dans ces premières acceptions par une origine quasi négative où l’objet forcément apparaît contre nature et donc dans un premier temps est vu comme péjoratif ou dual. Lors de la période moderne (ici caractérisée de façon spécifique dans mon étude par l’avènement des premiers romantiques dans le champ littéraire et qui s’étend jusqu’aux années 50), celui-ci se dévoile en général sous forme de critère ou caractère d’appréciation d’une œuvre. Dans la période de l’art contemporain, celui-ci est complètement redimensionné en se constituant comme une notion, car il englobe désormais les œuvres à différents niveaux, autant dans leurs modalités d’élaboration que de conception. À partir des années 90, il intègre une forme de culture à part entière qui s’impose dans l’ensemble du champ de la création et même au-delà, car celle-ci recoupe des domaines très différents, intégrant un ensemble de savoirs qui se croisent.

Une évolution de la fonction durant chaque période de l’histoire de l’art

7Pour caractériser l’évolution de sa fonction, il est nécessaire de distinguer comment celle-ci évolue en relation à chaque période, et comment celle-ci la conditionne, alors que par ailleurs rien ne présupposait cette stratification progressive de l’objet, allant de la figure à la culture. Cette évolution de la fonction fait sens par la masse des informations trouvées et du fait qu’elle condense en elle-même des lignes de partitions permettant de saisir une multitude de différences. Il faut donc mettre en relation l’objet à l’approche des œuvres qui prévaut à chaque époque, en sachant que celles-ci évoluent par le changement de paradigme de l’art.

8La première période est marquée par le fait que le processus n’est pas caractérisé. Les pratiques émergent avant l’usage du terme, notamment dans l’Art Roman et les Grotesques de la Renaissance, marquant en particulier un point névralgique, le passage de la figure hybride à la forme hybride que l’on situe autant dans les usages du terme que dans l’évolution des images. L’évocation de la forme se fait en lien et en combinaison avec la figure. Pour générer la forme et le processus, il faut ainsi évoquer la figure et sa symbolique, ce qui permettra d’envisager ensuite la forme, y compris dans son autonomisation.

  • 2 Ibid., p. 140.

9Lors de la période moderne un bouleversement considérable se produit, initialement par la reconnaissance du terme dans le champ de l’art et en particulier de la littérature, ainsi que par son extension au domaine des arts en général. Dès la phase romantique et préromantique, qui annonce une césure radicale entre les conceptions académiques en vigueur et un projet moderne porté en premier lieu par les premiers romantiques, la question de l’hybride surgit, et devient même un qualificatif, à la fois pour apprécier ou déprécier une œuvre, dans un climat exacerbé, que le terme soit sollicité pour sa signification négative ou à l’inverse positive. Durant toute la période moderne, l’hybride est ainsi employé pour caractériser un des aspects de l’œuvre, qu’il soit un critère ou un caractère selon les propos utilisés. Il intègre une esthétique nouvelle qui peut être comprise au travers d’une dynamique singulière que portent les Modernes : « penser la rupture ». L’hybride peut aussi bien être apprécié dans sa dimension positive et revendiqué par les Modernes qu’être précisément un des critères du rejet, car il crée le trouble et participe à la déstabilisation des conventions artistiques d’une époque. Le mot hybride devient ainsi courant dès le XIXe siècle et le terme hybridation apparaît au moins selon ma recherche à trois reprises2. Paradoxalement l’hybridité dans le mouvement Dada, l’un des courants qui incarnera de manière emblématique une multiplication des formes hybrides dans une très grande diversité de propositions, sera davantage constatable dans l’observation des œuvres qu’à travers l’usage des termes.

10À cette période moderne succède la période de l’art contemporain, qui débute vers la fin des années 50 et s’étend jusqu’aux années 90. L’art contemporain opère un changement de paradigme de l’art et de l’esthétique. L’esthétique postmoderne incarne ce bouleversement et consacre l’hybride comme une de ses composantes importantes et marquées. Cette période manifeste la présence de l’hybride de manière décisive, car il opère un rôle clé, autant dans une nouvelle conception des œuvres que celle de l’art. Le concept, le processus, l’attitude matérialisent un art se situant davantage du côté de l’idée et du langage. John Cage, Fluxus et l’Art Conceptuel génèrent des œuvres hybrides de toutes sortes, tout en énonçant et en transcrivant de nouvelles disciplines artistiques, dont l’hybride va s’avérer être un élément déterminant. Celui-ci se caractérise comme un vecteur intrinsèque de cette nouvelle forme d’art. On peut ainsi le distinguer très clairement dans la constitution même de ces nouvelles disciplines, à l’image de l’installation, de l’environnement, du happening, de la performance. Celles-ci induisent l’hybride comme un caractère générique de ce type d’œuvres, ayant un fort potentiel d’hybridation. Ces gestes artistiques se manifestent comme de véritables champs d’action pouvant inclure toutes les autres formes de créations et différents scénarios d’élaboration d’un projet, jusqu’aux modalités de leurs monstrations, impliquant donc aussi les conditions de réception des œuvres.

11Les disciplines traditionnelles – peinture, sculpture, dessin, photographie –, intègrent davantage l’hybride comme un caractère spécifique, non constitutif de ce type d’œuvre, et présent de manière plus ponctuelle. L’interaction entre les contenus de ces divers médiums marque un certain type d’œuvre où déjà les artistes commencent à s’affranchir des principes et des conventions constitutives de chaque médium.

  • 3 Charles Dreyfuss, Happening & Fluxus, p. 17.

12On peut donc observer que l’hybride n’est pas simplement un facteur, mais un vecteur général de cette nouvelle appréhension et définition de l’art. Il est favorisé par les processus de dématérialisation et déspécification qui sont à l’œuvre, et une volonté de la part des artistes de décloisonner les genres, de tendre vers le hors limite, d’élargir le champ de l’art. Celui-ci se déplace dans des œuvres très diverses et intègre en partie des notions comme l’inclusion, l’intermédia, le mixed-média, le multi-média, les activités, l’anti-forme et le Work in progress. Comme Charles Dreyfuss l’indique : « il s’agit d’inventer de nouvelles connexions ENTRE les arts visuels, la poésie, la danse et le théâtre »3.

13On peut ainsi conclure que l’art contemporain est un terrain propice à l’hybridation. Celle-ci se distingue à différents niveaux d’approche des œuvres, que cela soit dans les phases de conception, d’élaboration de production ou de réception. L’interaction entre les contenus et les pratiques, ainsi que les nouveaux champs disciplinaires, révèlent que l’hybride est devenu une notion à part entière de l’art contemporain et participent de sa future expansion et généralisation.

14La fin des années 80 est marquée à divers niveaux par des ruptures considérables sur un plan tant géopolitique que géostratégique de l’art : la chute du mur de Berlin, la percée des nouvelles technologies et du numérique, la mondialisation et la globalisation, la dématérialisation des supports. Dans le domaine de l’art tout comme celui des cultures, une redéfinition s’amorce également et marque l’émergence de ce que l’on pourra qualifier comme étant l’avènement d’une culture hybride. Plusieurs principes constitutifs participent de ce changement de paradigme opérant de l’art contemporain à l’art actuel. On peut remarquer que les principes emblématiques de l’art actuel, qui sont la conversion et la reconversion, ont pour effet de donner un rôle central à l’hybride.

  • 4 Paul Ardenne, L’Âge contemporain, p. 379.
  • 5 Nicolas Bourriaud, Radicant, p. 60.

15L’ensemble du vocabulaire des formes, de l’art et du non art, paraît comme une vaste grammaire à réexploiter, réécrire, recycler dans un corpus en extension et mouvement perpétuels. Comme Paul Ardenne le remarque au travers du titre de l’un des chapitres de son célèbre ouvrage, « Un geste pour s’enfoncer dans la forêt des signes, encore »4, ceci traduit le processus à l’œuvre, celui d’une réexploration permanente des formes. Nicolas Bourriaud le précise par une autre approche : « l’artiste est un sémionaute : un inventeur d’itinéraires à l’intérieur d’un paysage de signes »5, montrant aussi qu’il existe une tendance forte, un processus marquant d’individualisation, alors que de façon emblématique l’art contemporain s’était davantage constitué sur la base de nombreux collectifs et groupes, incarnant des tendances fortes, à l’image de l’art minimal et conceptuel, Fluxus, le Land Art, l’Arte Povera et bien d’autres.

16L’art actuel se détermine par plusieurs traits spécifiques qui le caractérisent et participent en même temps de son évolution. Le premier trait est l’hypertechnologie et la sphère du numérique. Ces deux constantes illustrent une évolution considérable du champ de l’art et impliquent l’émergence de nouvelles catégories de l’hybride. Celles-ci sont indubitablement liées aux capacités et modalités spécifiques portées par les nouveaux médias, tant par les formes d’interventions et de manipulations que par certaines fonctionnalités qui leurs sont propres, imprégnant les pratiques et les savoirs qu’ils impliquent. On peut remarquer dans le même temps que les anciennes catégories de l’hybride demeurent toujours présentes et se manifestent particulièrement dans les nouvelles technologies, où elles sont, parfois même, considérablement actualisées, à l’image de la greffe, du croisement et de la combinatoire. Dans certains cas, les outils évoluant de façon exponentielle, certains procédés sont décuplés ou franchissent de nouveaux seuils, impliquant une résurgence des termes à l’image de la greffe.

17Concernant l’évolution des catégories de l’hybride, les nouvelles acceptions du terme dévoilent en fait un nouveau seuil de reconfiguration terminologique, impliquant une association étroite des termes hybride, hybridité et hybridation, aux nouvelles technologies en général, où se mêlent anciennes et nouvelles catégories. Cette prolifération des nouvelles catégories s’explique par les capacités inhérentes aux nouveaux outils, lesquels induisent de nouvelles potentialités d’hybridation. Parmi les nouvelles catégories on peut citer l’absorption, la dissolution, l’incrustation, la simulation, l’interactivité, la conversion, la compilation et la dissémination, qui se définissent chacune par leurs particularismes. A cela s’ajoutent d’autres approches des œuvres, marquées par des pratiques qui ont migré aussi vers les arts plastiques et se jouent autour de l’hybridation, telles que le mixage, le remix, le sampling entre autres.

18Ces nouvelles catégories de l’hybride influent de façon considérable sur notre perception même du processus et se traduisent en particulier dans la technologie numérique, qui offre aujourd’hui une multitude de perspectives, et un aspect multidimensionnel autant que multimodal. Les supports, les outils, les applications et les transferts de données, contenus et savoirs s’agrègent, ou se combinent de différentes façons. Les formes d’élaboration des objets et des images sont repoussées, impliquant non seulement une disparition des limites, mais aussi leur effacement, par des modes de production qui se constituent de plus en plus dans des processus d’interaction et d’interpénétration.

19Ces catégories nouvelles et leurs associations aux catégories historiques façonnent en partie la culture hybride, qui se manifeste par leur conjugaison, en sachant que de surcroît ces nouvelles technologies participent aux autres formes de mutations culturelles, et aux traits caractéristiques qui modélisent la culture hybride.

20Le deuxième trait caractéristique est lui aussi particulièrement important. La mondialisation de l’art qui débute, en particulier à la fin des années 80, implique très vite la constitution d’une nouvelle identité de l’art par un décentrement, se déclinant à la fois par une nouvelle géopolitique et géostratégie de l’art. La multiplication des scènes artistiques et l’ouverture des institutions à un univers mondialisé favorisent la construction d’une nouvelle histoire culturelle et l’extension du champ de l’art à une dimension extra-occidentale non négligeable, car désormais les scènes de l’art se multiplient dans un espace-monde. Partout dans le monde, cet art extra-occidental engendre des créations atypiques, induisant un phénomène de translation entre une grammaire de l’art (occidentale) et des savoirs, des données ainsi que des pratiques créatrices locales. Les formes d’hybridation se dessinent de ce fait entre plusieurs perspectives : tradition, savoirs culturels et relation à un vocabulaire des formes de l’art actuel. Comme Hans Ulrich Obrist le souligne :

  • 6 Hans Ulrich Obrist, Comment les œuvres apparaissent aujourd'hui ?, p. 35.

les artistes appartiennent moins à une géographie, ils ou elles sont plutôt entre les géographies, contribuent à différentes scènes à la fois. C’est cette notion d’échange et de zone de contact qui est passionnante : les artistes traversent les frontières géographiques, institutionnelles et disciplinaires.6

21Cette identité plurielle de l’art représente un nouvel éden, mais aussi, offre des possibilités inédites en tous points, l’infinité de variations de l’art marquant aujourd’hui « une esthétique de la diversité ». Celle-ci s’impose de manière massive, ce phénomène étant sans précédent, même si le corolaire de la mondialisation – la globalisation – aurait pour tendance inverse de ne représenter que des standards et des normes de dominance d’un modèle économique et idéologique, ce qui explique l’ambiguïté de la situation actuelle. La culture hybride s’imprègne ainsi de cette nouvelle constante où l’hybride, dans un monde multipolaire, s’affirme comme pouvant devenir une capacité de résistance et d’ouverture vers d’autres horizons, comme pouvant être l’occasion d’une prise de conscience bien que celle-ci soit difficile, mais sans doute nécessaire, de reconcevoir notre identité sur une autre échelle que le local, celle d’un espace-monde.

22Le troisième trait caractéristique, qui est aussi un élément marquant de l’art actuel, correspond au phénomène d’interpénétration et d’interaction accrues des médias et des savoirs. Interaction et interpénétration généralisées des pratiques, des connaissances, des contenus et des médiums illustrent cette démultiplication de ces deux processus déjà à l’œuvre dans l’art contemporain et qui dans l’art actuel se sont généralisés. L’interaction des savoirs et des contenus s’est considérablement étendue, tout comme l’interpénétration des médiums, à l’âge du multisupport, des dispositifs de plus en plus hétéroclites et de la migration permanente des images, les technologies ainsi que les pratiques s’associent et se complètent dans des œuvres qui se génèrent au travers d’une multitude d’interconnexions et de croisements. Comme le remarque Paul Ardenne :

  • 7 Paul Ardenne, Art. Le présent, p. 31

cette prodigalité de l’art contemporain n’est pas le signe d’une confusion totale, d’un éparpillement absurde ou désespéré des gestes, des valeurs ou des intentions. Elle est le résultat d’une inflexion poétique dorénavant décisive, privilégier la contamination.7

  • 8 Emmanuel Molinet, op. cit., p. 402.

23Les savoirs en mouvement et les savoirs croisés s’avèrent être deux aspects qui se manifestent dans cette logique où l’effritement des frontières et conventions s’affirme aujourd’hui comme un enjeu quotidien et banal dans le champ de la création. Dans les arts plastiques, on peut observer plusieurs problématiques transversales illustrant cet aspect, notamment l’image plasticienne, la performance plurielle et l’art multimodal8, intégrant une multitude de gestes et de propositions artistiques.

Comment percevoir le régime des hybrides aujourd’hui

24Le régime des hybrides s’inscrit sans doute dans un complexe, une forme d’architecture, se situant entre un récit historique ancré, qui façonne son identité, et une temporalité récente où celui-ci se redéfinit, autant dans la fonction qui lui a été attribuée que dans l’évolution de sa perception. On peut ainsi distinguer plusieurs aspects qui composent aujourd’hui les modalités d’approche et de reconnaissance des hybrides. Cette reconnaissance peut s’affirmer également par la matérialisation d’un concept – l’hybridation – qui s’affirme aujourd’hui comme une entrée spécifique dans l’histoire de l’art et permet une relecture de celle-ci. La culture hybride révèle l’expansion des formes d’hybridation ainsi que leurs coexistences en raison d’une multitude de facteurs, que l’on peut décliner comme suit :

25Premier aspect, l’hybride devient un terme généraliste sous l’influence de l’hypertechnologie, provoquant une reconnaissance de celui-ci, sans précédent, et qui de façon ambivalente s’étend de fait aussi à d’autres champs et axes d’analyses.

26Deuxième aspect, l’art actuel en impliquant la construction d’une culture hybride enclenche une nouvelle appréhension de l’art sous de multiples dimensions, favorisant une expansion sans commune mesure des « objets », cette culture définissant de nouveaux contours et modèles.

27Troisième aspect, que l’on peut retenir, la culture hybride se constituant au travers d’un « phénomène culturel » déborde ainsi du champ de l’art pour innerver dans d’autres domaines ou champs d’applications et réciproquement, tels que la science, l’économie, les sciences humaines.

28Quatrième aspect, la culture hybride correspond à l’aboutissement d’une esthétique de la diversité, qui désormais semble être effective, en pouvant inclure d’autres civilisations et identités culturelles. Elle s’inscrirait ainsi dans le projet énoncé par les premiers romantiques et les modernes.

  • 9 Gilles Deleuze et Félix Guatarri, Mille plateaux, p. 467.

29Cinquième aspect, celui d’une projection d’un regard qui a considérablement évolué par un savoir et une analyse qui désormais restituent de plus en plus une stratification complexe du processus et des savoirs, et en retour nous fait qualifier et reconnaître des hybrides là où nous ne les distinguions pas auparavant. L’hybride est ainsi devenu une problématique à part entière, ce qui nous permet désormais de réinvestir l’histoire et d’ouvrir de nouveaux axes d’analyses, de recherches et d’interprétations. Cette situation explique que l’on se focalise davantage aujourd’hui qu’auparavant sur la question de l’hybride. Nos cadres d’analyse ayant considérablement évolué, l’hybride est désormais perceptible là où il demeurait inconcevable, mais il est aussi, à l’image du champ des arts plastiques, l’objet d’une dialectique intense entre deux temporalités, étant conditionné par des éléments caractéristiques et contextuels, ce qui permet de mieux le saisir aujourd’hui dans sa véritable identité. En cela l’hybride, comme Deleuze le remarque, s’inscrit dans un spectre plus large que celui où nous l’avions même envisagé. En effet, « les participations, les noces contre nature, sont la vraie Nature qui traverse les règnes »9. À l’image des hybrides qui surgissent devant nous de toutes parts de la canopée amazonienne en pleine nuit, ou au fond des mers là où la vie n’était pas censée exister, l’hybride nous laisse entrevoir un cheminement de la pensée axé davantage vers le dual et le complexe, tout en remettant en cause nos cadres d’approche antérieurs. Il intègre une époque que l’on pourrait qualifier comme étant le temps des hybrides, se dimensionnant en tant qu’objet devenu commun, au point où il imprègne désormais l’ensemble des domaines et champs de la création comme de la connaissance.

Haut de page

Bibliographie

Ardenne, Paul. Art, le présent. Paris : Editions du regard, 2009.

Ardenne, Paul. Art. L’âge contemporain. Paris : Editions du Regard, 1997.

Bourriaud, Nicolas. Radicant. Pour une esthétique de la globalisation. Paris : Edition Denoël, 2009.

Deleuze Gilles et Félix Guatarri. Mille plateaux. Paris : Editions de Minuit, 1980.

Dreyfuss, Charles. Happenings & Fluxus. Paris : Galerie 1900-2000, Galerie de poche, 1989.

Michaud, Yves. L’art à l’état gazeux, essai sur le triomphe de l’esthétique. Paris : Edition Stock, 2003.

Molinet, Emmanuel. « L’hybridation, un processus décisif dans le champ des arts plastiques. De la figure, à la culture hybride. » Thèse. Université de Lorraine, 2012.

Obrist, Hans Ulrich. « Comment les œuvres apparaissent aujourd’hui ? ». Beaux-Arts Magazine (Juin 2002) : 34-37.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Molinet, L'hybridation, un processus décisif dans le champ des arts plastiques. De la figure, à la culture hybride.

2 Ibid., p. 140.

3 Charles Dreyfuss, Happening & Fluxus, p. 17.

4 Paul Ardenne, L’Âge contemporain, p. 379.

5 Nicolas Bourriaud, Radicant, p. 60.

6 Hans Ulrich Obrist, Comment les œuvres apparaissent aujourd'hui ?, p. 35.

7 Paul Ardenne, Art. Le présent, p. 31

8 Emmanuel Molinet, op. cit., p. 402.

9 Gilles Deleuze et Félix Guatarri, Mille plateaux, p. 467.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Molinet, « L’hybride, une problématique centrale de l’art actuel face à un monde multipolaire. De la notion à la culture, une évolution de la fonction et des catégories », Babel, 33 | -1, 49-61.

Référence électronique

Emmanuel Molinet, « L’hybride, une problématique centrale de l’art actuel face à un monde multipolaire. De la notion à la culture, une évolution de la fonction et des catégories », Babel [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://babel.revues.org/4397 ; DOI : 10.4000/babel.4397

Haut de page

Auteur

Emmanuel Molinet

Université de Lorraine - EA 3478

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org