Navigation – Plan du site
I. L’hybridité : cadre théorique

Du postmodernisme au post-humanisme : présent et futur du concept d’hybridité

Nicolas Balutet
p. 19-47

Résumés

Cet article analyse l’évolution de la notion d’hybridité dans la littérature, du postmodernisme au post-humanisme. Il tend à démontrer, tout d’abord, que cette notion, plus que tout autre outil conceptuel, permet d’aborder toutes les caractéristiques communes au corpus postmoderniste à travers cinq axes (hybridité générique, hybridité dialogique, hybridité spatio-temporelle, hybridité des personnages, et hybridité identitaire). L’article se penche ensuite sur la figure du cyborg et sur sa présence dans la littérature latino-américaine contemporaine. Il ressort de l’analyse que le concept d’hybridité, s’il reste toujours opérationnel, peut néanmoins paraître quelque peu étroit à l’heure d’expliquer les nouveaux phénomènes post-humanistes.

Haut de page

Texte intégral

La postmodernité

  • 1 Alex Callinicos, « Postmodernism : A Critical Diagnosis », p. 206.
  • 2 Eduardo Ayres Tomaz, « Chronobibliographie », p. 15.
  • 3 Yves Boisvert, Le monde postmoderne. Analyse du discours sur la postmodernité ; Yves Boisvert, L’an (...)
  • 4 Matei Calinescu, op. cit., p. 137-138 ; Alfonso de Toro, « Postmodernidad y Latinoamérica (con un m (...)

1On a coutume de penser que le néologisme « postmoderne » est apparu en 1947 sous la plume d’Arnold Toynbee, dans un article intitulé « The Post-Modern Age », dans lequel l’historien britannique suggère d’appeler ainsi un nouveau cycle dans l’histoire de l’Occident commencé en 1875, un moment de grande mutation dans les cultures occidentales1. Cependant, la récente chrono-bibliographie dressée par Eduardo Ayres Tomaz montre que le peintre John Watkins Chapman aurait été le premier à se référer au terme en l’appliquant à un style pictural. Avant Toynbee, les philosophes J. M. Thompson, Rudolf Pannwitz, Bernard Iddings Bell et les philologues Federico de Onís et Dudley Fitts l’auraient également employé mais avec des sens différents2. Dans le monde anglo-saxon, le mot fut de plus en plus utilisé à partir des années 50 et se propagea à d’autres champs comme les arts plastiques, la photographie, le cinéma, la musique et, surtout, l’architecture3. Le terme venait signifier la fin d’une vision de l’histoire mue par l’idée de progrès et liée au déclin des sociétés industrielles et de la culture occidentale. Dans le champ littéraire, les premiers à utiliser le mot furent deux critiques anglais, Irvin Howe et Harry Levin, à la fin des années 50. Leurs articles respectifs, « Mass Society and Postmodern Fiction » et « What Was Modernism ? », essayait de délimiter une transition littéraire provoquée par l’émergence de la société de masse4.

  • 5 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, p. 7.
  • 6 Ibid., p. 11.
  • 7 Jean-François Lyotard, Le postmodernisme expliqué aux enfants, Paris, p. 37.
  • 8 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, op. cit., p. 54-56.
  • 9 Ibid., p. 63.
  • 10 Jean-François Lyotard, Le postmodernisme expliqué aux enfants, op. cit., p. 38.
  • 11 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, op. cit., p. 63.

2Vers le milieu des années 70, seule la critique anglo-saxonne avait donc l’habitude d’employer ce concept, qui a fini par se populariser grâce, en particulier, à la publication en 1979 d’un essai de Jean-François Lyotard intitulé La condition postmoderne. Rapport sur le savoir. Cet essai, le plus connu et cité du philosophe français, qui était au départ un rapport écrit pour les instances universitaires québécoises, s’intéresse aux questions émanant du développement de la science moderne. Jean-François Lyotard définit la postmodernité comme « l’état de la culture après les transformations qui ont affecté les règles des jeux de la science, de la littérature et des arts à partir de la fin du XIXe siècle »5. Selon l’auteur, cette transition aurait commencé à la fin des années 50 quand les valeurs modernes perdent du terrain6. Pour Jean-François Lyotard, la pensée moderne, qui naît des Lumières, repose sur des « métarécits » qui entendent donner une explication totalisante de l’histoire humaine, de son expérience et de son savoir. Parmi ces métarécits, on peut citer l’ « émancipation progressive ou catastrophique du travail (source de la valeur aliénée dans le capitalisme), [l’] enrichissement de l’humanité tout entière par les progrès de la technoscience capitaliste, et même, si l’on compte le christianisme lui-même dans la modernité (opposé alors au classicisme antique), [le] salut des créatures par la conversion des âmes au récit christique de l’amour martyr. La philosophie de Hegel totalise tous ces récits, et en ce sens elle concentre en elle la modernité spéculative »7. Cette philosophie hégélienne dont parle Jean-François Lyotard postule l’existence d’une histoire universelle qui montre comment l’esprit parvient à la conscience et à la liberté. Pour le dire autrement, elle conçoit la vérité comme un discours qui peut comprendre le monde et croit en un inévitable progrès grâce à la raison8. Or, la thèse centrale de l’essai de Jean-François Lyotard, écrit dans une période historique difficile (découverte des horreurs du nazisme, totalitarisme soviétique, Guerre Froide, course nucléaire, etc.), est que le progrès des sciences, surtout à travers l’informatisation de la société9 et la tragédie d’Auschwitz10, rendent obsolètes ces métarécits modernes11. L’histoire contemporaine ne peut donc plus être interprétée comme un progrès linéaire et continu. On relativise désormais la neutralité apparente des structures de pouvoir en remettant en cause les grandes idéologies totalisantes comme la religion, la nature, la science, la famille, le patriarcat, etc., que la modernité avait affirmé durant des siècles et transformé en normes et lois implicites. Dans cette entreprise déconstructiviste des dogmes modernes, participent notamment les mouvements féministes et LGBT (lesbien-gay-bisexuel-transgenre) qui luttent pour une nouvelle appréhension du sexe, du genre et de la sexualité, ainsi que les tenants du post-colonialisme qui entendent réinterpréter le sujet et l’histoire coloniale et réclamer, en conséquence, la reconnaissance de la différence.

  • 12 Alain Touraine, Crítica de la modernidad, p. 203.
  • 13 Jean-François Lyotard, Le postmodernisme expliqué aux enfants, op. cit., p. 42.
  • 14 Gianni Vattimo, La sociedad transparente, p. 77.
  • 15 Jazmín Sansores Montejo, « Una mirada a la posmodernidad ».

3L’affaiblissement de l’idée de raison dans l’ère postmoderne débouche en conséquence sur la crise du sujet. En effet, comme le note Alain Touraine, la modernité reposait non seulement sur la « rationalisation » mais également sur « la formation d’un sujet-dans-le-monde [se sentant] responsable de lui-même et de la société »12. Avec la crise de la modernité, se produit la séparation de l’homme et de l’univers, des mots et des choses, du désir et de la technique, de l’individu et de la société, bref, c’est toute la vie de l’homme qui apparaît fragmentée. Peut-être est-ce Gianni Vattimo qui explique le mieux cette apparition du sujet faible. Suivant Jean-François Lyotard, le philosophe italien pense que l’histoire humaine, comme processus unitaire et continu de dépassement et d’émancipation, a disparu au profit d’une conception pluraliste et alternative de l’histoire dont le nihilisme serait le centre névralgique. Comme Jean-François Lyotard pour qui les catégories anthropologiques s’effondrent peu à peu13, Gianni Vattimo voit dans la croissance des technologies et des médias une explication de cette crise du sujet14. Par commodité, ce dernier se laisse constamment bombarder par des nouveautés, des images, l’une remplaçant l’autre sans cesse, et ne se pose pas pour discerner ce qui est important de ce qui est futile, pour méditer, pour savoir si toutes ces choses lui sont réellement nécessaires, s’il profite d’elles. D’autre part, comme le souligne Jazmín Sansores Montejo, les relations entre les individus sont de plus en plus rapides et, en même temps, étrangères en raison de leur virtualité15.

4Selon Yves-Charles Zarka, dans l’éditorial de la revue Cités, plus de trente ans après la publication de l’essai de Jean-François Lyotard, parler de la postmodernité a permis de décrire les changements survenus à trois niveaux : 

  • 16 Yves-Charles Zarka, « Le pouvoir sur le savoir ou la légitimation postmoderne ».

Tout d’abord la révolution des mœurs : déclin d’une morale sociale homogène, polyvalence de la sexualité, recomposition des vies familiales, effets des biotechnologies sur la filiation et la parenté, désir hégémonique des individus de se faire, défaire et refaire à leur guise, nouveau nomadisme en liaison avec l’établissement de réseaux. Ensuite, l’informatisation de la société : nouvelles règles dans les relations, les échanges, la correspondance, mutation des organes d’information et de la presse en particulier, déploiement de nouveaux modes d’accès aux savoirs. Enfin, la politique : domination des marchés économique et financier sur le politique, naissance de pouvoirs transnationaux non étatiques, nouvelles figures du terrorisme, renaissance politique du religieux, conflits culturels, etc.16

  • 17 Marc Gontard, Le roman français postmoderne. Une écriture turbulente.
  • 18 Linda Hutcheon, A Politics of Postmodernism, p. 23 ; Vanessa Guignery, Postmodernisme et effets de (...)
  • 19 Marc Gontard, « Posmodernisme et littérature », p. 36.

5On peut ajouter à l’analyse de Yves-Charles Zarka que ce concept transparaît à un autre niveau. En effet, si l’homme est entré dans la postmodernité, ont surgi nécessairement de nouveaux dispositifs d’élaboration de l’objet esthétique. Comme l’explique très bien Marc Gontard, « l’artiste authentique, même sous la contrainte du marché, est celui qui exprime d’une manière sismographique les ébranlements d’une culture dont il constitue, souvent de manière implicite, la chambre d’écho »17. C’est ce que l’on appelle le postmodernisme. La postmodernité désigne une période culturelle et sociale qui viendrait après la modernité – c’est ce qu’explique le philosophe français dans La condition postmoderne –, tandis que le postmodernisme renvoie à un mouvement artistique ayant une esthétique propre qui suggère, à travers le préfixe post-, la prolongation et, en même temps, une certaine distanciation de certains aspects de l’esthétique moderniste18. Si, comme le souligne Marc Gontard, « il n’y a pas un mais des postmodernismes »19, il est possible de trouver quelques tendances formelles et thématiques. Selon moi, elles peuvent se regrouper en deux grands axes qui suivent les problèmes soulevés par La condition postmoderne : 1) la mort du sujet, qui se manifeste par l’hétérogénéité des genres et des discours ainsi que de nouvelles visions du temps, de l’espace et des personnages ; et 2) la fin des métarécits, remis en cause notamment par les mouvements féministes et LGBT (lesbien-gay-bisexuel-transgenre) qui luttent pour une nouvelle appréhension du sexe, du genre et de la sexualité, ainsi que par les tenants du post-colonialisme qui entendent réinterpréter le sujet et l’histoire coloniale et réclamer, en conséquence, la reconnaissance de la différence.

Le concept d’hybridité

  • 20 Jean-Loup Amselle, Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs ; Serge Gr (...)
  • 21 Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, The Empire Writes Back. Theory and Practice in Pos (...)
  • 22 Néstor García Canclini, Cultures hybrides. Stratégies pour entrer et sortir de la modernité.

6Pour qualifier l’esthétique postmoderniste, qui répond à l’entrée dans l’ère postmoderne, marquée par l’absence d’une vision unitaire et globale du monde, les théoriciens des années 70 ont privilégié le concept d’ « hétérogénéité » qui, durant la décennie suivante et une partie des années 90, laissa la place à ceux de « syncrétisme », de « métissage » ou de « créolité » (dans les Antilles)20. Depuis le début des années 2000, le concept d’ « hybridité » occupe une place importante en raison notamment de l’influence des études postcoloniales21. L’Argentin Néstor García Canclini, dans Cultures hybrides. Stratégies pour entrer et sortir de la modernité, a été dès 1990 l’un des premiers à utiliser ce concept sans pour autant s’appesantir sur les œuvres littéraires22. Il convient donc tout d’abord de définir cette notion protéiforme, utilisée de nos jours dans de très nombreux domaines (nouvelles technologies, biologie, génétique, stratégie politique, économie, informatique, etc.)

  • 23 Milagros Ezquerro, « Avant-propos », p. 9-10 ; Christian Godin, « L’hybride entre la puissance et l (...)
  • 24 Myriam Louviot, « L’hybridité, un concept pour aborder les littératures post-coloniales », p. 488 ; (...)

7Le terme « hybridité » provient du latin ibrida, « sangs mêlés », altéré en hybrida en raison de sa similitude avec le grec hybris, « excès, violence, orgueil, démesure »23. C’est un mot pris des champs de la biologie et de la botanique où, selon le Petit Robert, il désigne le « croisement de variétés, de races, d’espèces différentes ». Le maïs, la nectarine, la mule sont quelques exemples d’hybrides. Par extension, il signifie communément, toujours selon le Petit Robert, ce qui est « composé de deux éléments de nature différente anormalement réunis ; qui participe de deux ou plusieurs ensembles, genres, styles ». Cette origine biologique et zoologique du mot explique que quelques chercheurs aient rejeté l’utilisation de ce concept, employé aux XVIII et XIXème siècles par des théories racistes qui présupposaient l’existence d’un état originel et pur24 :

  • 25 Françoise Lionnet, Autobiographical voices. Race, Gender, Self-portraiture, p. 9-10.

C’est en grande partie en raison du racisme scientifique du XXème siècle que l’hybridation devint une catégorie négative. À cette époque-là, la science créa l’idée de « race pure », une forme extrêmement fallacieuse et aberrante de classement humain, née de l’obsession monothéiste occidentale pour l’ « Un » et le « Même ». Comme conséquence des rencontres et affrontements coloniaux, l’épineuse question du métissage commença à alimenter l’imagination des Européens avec les fantasmes de monstruosité et de dégénération. [...] Assimilant race et espèce, les polygénistes conclurent que les croisements entre différentes races [...] seraient stériles ou produiraient des hybrides stériles [...]. Évidemment, l’expérience démontra, même à cette époque-là, que les « races » humaines ne constituaient pas des « espèces » [...]. Mais l’aversion de la société du XIXe siècle envers le mélange interracial ou les « unions non naturelles » conduisit de nombreux scientifiques à assimiler « hybridation » à monstruosité, décadence et détérioration.25

  • 26 Joel Kuortti et Jopi Nyman, « Introduction : Hybridity Today », p. 1-18 ; Hans-Jürgen Lüsebrink, «  (...)
  • 27 En ce qui concerne le concept de « syncrétisme », il désigne presque toujours les phénomènes de fus (...)
  • 28 Olivier Sécardin, op. cit., p. 22-23.

8Cependant, une autre partie de la critique actuelle préfère employer le concept d’ « hybridité » au lieu de celui de « métissage » – du latin mixus, « mêlé » – car il leur semble moins lié à l’idée de « race » et à l’histoire coloniale26. De plus, en valorisant à l’extrême l’être métis, comme le font certains travaux sur le métissage, on peut donner l’impression que l’existence métisse constitue la forme la plus aboutie de l’être humain… une forme de racisme à l’envers27. Plus que d’autres notions – hétérogénéité, syncrétisme, métissage, créolité, etc. –, beaucoup voit désormais l’hybridité comme un « complexe » intégrateur, un hypéronyme porteur de tolérance, capable d’innover en ce qui concerne la signification et la forme28. Je vais donc tâcher de l’appliquer concrètement aux deux axes qui, selon moi, regroupent les tendances formelles et thématiques du postmodernisme, à savoir, la mort du sujet et la fin des métarécits.

La mort du sujet

  • 29 Gianni Vattimo, La fin de la modernité. Nihilisme et herméneutique dans la culture post-moderne, p. (...)
  • 30 Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, p. 55.

9Pour Gianni Vattimo, la condition moderne louait la notion de génie créateur, c’est-à-dire, cultivait la nouveauté et l’original, s’opposant à la tradition et au passé. La pensée « faible » qui caractérise le sujet postmoderne l’empêche donc de « posséder un style propre, au point de le contraindre à puiser les formes de son art, de son architecture et de la mode, dans ce grand dépôt de costumes théâtraux qu’est devenu pour lui le passé »29. De son côté, Fredric Jameson, autre grand théoricien de la postmodernité, formule la même idée. Pour lui, la mort du sujet moderne, c’est-à-dire de l’individu entier et singulier qui génère sa propre vision du monde, débouche également sur la mort du style : « la fin du style, au sens de l’unique et du personnel, la fin du coup de pinceau individuel distinctif »30. Dans un tel contexte, l’écrivain, qui manque d’une voix propre, doit recourir aux textes du passé. Le postmodernisme va donc accorder une grande importance aux formes anciennes et à leur mélange, ce qui se traduit par l’hétérogénéité des genres et des discours.

1. Hybridité générique

  • 31 Caroline Bayard, « Les genres et le Postmodernisme », p. 19-58.
  • 32 Vanessa Guignery, op. cit., p. 22.
  • 33 Francisca Noguerol Jiménez, « Híbridos genéricos : la desintegración del libro en la literatura his (...)
  • 34 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, p. 14.
  • 35 Mikhaïl Bakhtine, La poétique de Dostoïevski, p. 194-195.
  • 36 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman.
  • 37 Michel Raimond, Le roman, p. 19.
  • 38 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, op. cit., p. 443.

10Le premier niveau d’hybridité, le plus évident et peut-être le plus analysé par la critique, est l’hybridité générique qui consiste en l’éclatement des genres qui efface toutes les frontières31. Au sein d’une même œuvre peuvent donc coexister plusieurs genres, littéraires (nouvelles, poèmes, etc.), extralittéraires (textes religieux ou scientifiques, lettres, etc.) ou artistiques. Si certains critiques parlent d’ « a-généricité » à propos de la littérature postmoderniste32, il n’y a pas, à mon sens, de disparation des genres mais plutôt un mélange, une superposition dans un nouveau genre hybride33 dans lequel sont réévalués notamment les formes et les genres dépréciés du point de vue littéraire, autrement dit la paralittérature. C’est dans le roman que se manifeste le mieux cette hybridité générique comme le remarque Marthe Robert : « Avec cette liberté du conquérant dont la seule loi est l’expansion indéfinie, le roman qui a aboli une fois pour toutes les anciennes formes classiques […] s’approprie toutes les formes d’expression, exploite à son profit tous les procédés »34. Le critique russe Mikhaïl Bakhtine exprime la même idée dans La poétique de Dostoievski35 et Esthétique et théorie du roman36. Pour lui, le roman, dont les définitions sont déjà très générales37, est un « super-genre », capable d’assimiler tous les autres genres : « Le roman parodie les autres genres (justement, en tant que genres) ; il dénonce leurs formes et leur langage conventionnels, élimine les uns, en intègre d’autres dans sa propre structure en les réinterprétant, en leur donnant une autre résonnance »38.

2. Hybridité dialogique

  • 39 Ibid., p. 116-119.
  • 40 Rainier Grutman, Des Langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIXe siècle québécois, p. 37.
  • 41 Julia Kristeva, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », p. 438 ; Roland Barthes, Roland, « T (...)
  • 42 Vanessa Guignery, op. cit., p. 318 ; Lucie-Marie Magnan et Christian Morin, Lectures du postmoderni (...)
  • 43 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, op. cit., p. 125-126/175-176/182. Le terme « hybr (...)

11La mort du sujet peut se traduire également par l’hybridité dialogique. La langue est en effet très peu souvent uniforme et intègre, au contraire, plusieurs registres, incorpore d’autres langues grâce à des emprunts lexicaux ou syntaxiques – ce que Bakhtine appelle « plurilinguisme »39 et Rainier Grutman, « hétérolinguisme »40 –, des dialogues, des citations d’auteurs étrangers, etc. Partant de Mikhaïl Bakhtine, Julia Kristeva et, à sa suite, Roland Barthes, Gérard Genette ou Michael Riffaterre notamment, ont bien montré en effet que « tout texte se construit comme mosaïque de citations, tout texte est absorption et transfohrmation d’un autre texte »41. Par ailleurs, de nombreux textes littéraires ne se manifestent plus seulement par un je narratif mais par une pluralité de voix renforçant le caractère « polyphonique » des œuvres, un autre terme utilisé par Mikhaïl Bakhtine. Cette multiplication des voix narratives débouche sur la présentation de perspectives très diverses et changeantes qui viennent installer différentes visions d’une même histoire. Cette fragmentation des points de vue, qui abandonne l’omniscience traditionnelle et dominante, remet en cause la véracité du récit et rappelle que l’homme n’a qu’une vision incomplète du monde42. En résumé, l’hybridité dialogique correspond donc à la transformation dans un texte particulier de différents éléments culturels, littéraires et linguistiques pris dans d’autres textes (intertextualité, citation, allusion littéraire, plagiat, récupération d’un mythe, etc.). Entrent dans cette catégorie tous les phénomènes de réécriture, c’est-à-dire l’imitation (parodie, pastiche) ou la translation (traduction, transcription, adaptation) ainsi que la polyphonie et le plurilinguisme. Je parle d’ « hybridité dialogique » car tous les phénomènes mentionnés ici furent étudiés préalablement par Mikhaïl Bakhtine qui développa la notion de « dialogisme » en même temps qu’il utilise plusieurs fois la notion d’ « hybridation » et le terme « hybride » dans Esthétique et théorie du roman43. Par ailleurs, l’expression reflète parfaitement l’idée que s’établissent des dialogues avec d’autres textes, d’autres langues, d’autres arts.

3. Hybridité spatio-temporelle

  • 44 Fredric Jameson, op. cit., p. 57-58.
  • 45 Ibid., p. 57.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid., p. 58.
  • 48 Ibid., p. 55.
  • 49 Edward Soja, Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory.
  • 50 Fredric Jameson, op. cit., p. 86.

12Dans les fictions postmodernistes, deux conceptions du temps et de l’espace semblent s’affronter : une privilégiant le spatial, l’autre le temporel. Fredric Jameson explique ainsi que le temps est entré dans une époque « historiciste », un terme qu’il emprunte à l’architecture et qui renvoie à « la cannibalisation aveugle de tous les styles du passé »44. Selon lui, « les producteurs culturels ne peuvent plus se tourner vers autre chose que le passé »45, c’est-à-dire imiter la mémoire à travers « tous les masques et toutes les voix emmagasinées dans le musée imaginaire d’une culture désormais mondiale »46. Cependant, cette mémoire est devenue, selon lui, un « simulacre » du passé si bien que la disparition du temps historique qui structurait auparavant la vie sociale, ajoutée à la capacité actuelle d’unir le présent et le futur dans une expérience cohérente, ont débouché, à l’ère postmoderne, sur une « logique spatiale »47 : « notre vie quotidienne, notre expérience psychique, nos langages culturels, sont aujourd’hui dominés par les catégories de l’espace plutôt que par les catégories du temps comme c’était le cas dans la période précédente du haut modernisme »48. Edward Soja partage cet avis. Pour lui, l’espace est un élément clé de l’ère postmoderne et se manifeste par l’abolition des distances, le développement des réseaux, la multiplication des espaces indifférenciés aux limites incertaines, etc.49. Adoptant une posture marxiste et s’appuyant sur l’exemple de l’hôtel Westin Bonaventure de Los Angeles, qui « aspire à être un espace total, un monde complet, une sorte de cité miniature »50, Fredric Jameson en vient à développer la notion d’ « hyperespace ». Selon lui, l’espace d’un lieu, avec un centre clairement défini, s’estompe ou disparaît, au profit d’espaces dans lesquels les individus n’arrivent pas à se repérer correctement et à organiser leur relation avec le monde extérieur :

  • 51 Ibid., p. 91.

cette toute récente mutation dans l’espace – l’hyperspace postmoderne – est parvenue en définitive à dépasser les capacités du corps humain individuel à se situer lui-même, à organiser par la perception son environnement immédiat, et à déterminer cognitivement sa position dans un monde extérieur susceptible d’être cartographié. On peut maintenant avancer que cet inquiétant point de disjonction entre le corps humain et son environnement bâti […] peut lui-même apparaître comme le symbole et l’analogon de ce dilemme encore plus aigu qu’est l’incapacité pour nos esprits, du moins pour le moment, à dresser une carte de l’immense réseau de communication mondial, multinational et décentré, dans lequel nous nous trouvons pris comme sujets individuels.51

  • 52 David Harvey, La condición de la posmodernidad. Investigación sobre los orígenes del cambio cultura (...)
  • 53 Ibid., p. 171-172.
  • 54 Ibid., p. 299.
  • 55 Anthony Giddens, La constitution de la société. Eléments de la théorie de la structuration, p. 167.
  • 56 Ibid., p. 167-177.

13A l’instar de Jean-François Lyotard, le géographe David Harvey considère la postmodernité comme une société de l’information. Adoptant lui aussi une analyse marxiste, il essaye de montrer, dans La condición de la posmodernidad, la relation existant entre les transformations sociales qui se sont produites depuis les années 1970 et l’expérience de l’espace-temps. Pour lui, l’introduction des nouvelles technologies dans le domaine des transports et des communications ainsi que l’émergence d’une nouvelle organisation du capitalisme marquée par le développement de la flexibilité ont stimulé de nouvelles relations avec le temps et l’espace, générant une « compression spatio-temporelle »52 : « les horizons temporels dans la prise de décisions privées et publiques se sont contractés, tandis que la communication satellitaire et la diminution des coûts de transports ont rendu possible une plus grande extension de ces décisions par un espace de plus en plus large et diversifié »53. La vitesse, la simultanéité, l’instantanéité seraient des manifestations de cette « compression » qui conduit à l’ « anéantissement de l’espace par le temps »54. Une idée similaire est développée par le sociologue Anthony Giddens qui évoque la « convergence spatio-temporelle »55. Selon lui, la séparation entre les moyens de communication et de transport constitue la rupture la plus radicale avec l’ère moderne. Aujourd’hui, non seulement les distances se raccourcissent car le temps nécessaire pour se déplacer se réduit, mais la mobilité du corps humain est également de moins en moins requise pour entrer en contact avec d’autres lieux géographiques56. Nous assistons ainsi à une fusion entre le près et le loin où des notions comme celle de frontière perdent une part de leur importance.

14Quelle que soit l’approche privilégiée – temps ou espace –, il est intéressant de noter que toutes insistent sur des idées connexes : le temps se distord, rompant l’axe chronologique et linéaire, devient multiple et simultané, fragmentaire ; l’espace éclate également en lieux superposés, ouverts, fermés ou labyrinthiques, divisés entre le réel et le fictionnel.

4. Hybridité des personnages

  • 57 Paul Smethurst, The Postmodern Chronotope. Reading Space and Time in Contemporary Fiction, p. 24 ; (...)
  • 58 David Harvey, op. cit., p. 58.
  • 59 Dominique Budor et Walter Geerts, op. cit., p. 13.
  • 60 Myriam Louviot, Poétique de l’hybridité dans les littératures postcoloniales, p. 228.
  • 61 Ibid., p. 72-73.
  • 62 Ibid., p. 503-506.
  • 63 Jorge Larraín, « Posmodernismo

15Dans le champ littéraire postmoderniste, ces nouvelles visions des coordonnées spatio-temporelles servent à caractériser les personnages, reflétant ainsi leur état intérieur57. Comme le souligne David Harvey, « les personnages postmodernistes semblent souvent ne pas savoir très bien dans quel monde ils se trouvent et comment ils doivent agir »58. Si l’hybridité peut manifester « la force créatrice de la réunion »59, selon une jolie expression de Dominique Budor et Walter Geerts, grâce à la coexistence d’éléments disparates, elle peut traduire également des difficultés pour les concilier harmonieusement. Les personnages apparaissent alors comme des êtres contradictoires, paradoxaux, instables60. Les textes postmodernistes privilégient ainsi certaines figures. Étant donné que la perte des anciennes valeurs touche la famille, surgissent des enfants illégitimes, des personnages menacés par l’environnement familial et des orphelins61. On trouve également les figures d’exilés qui explorent la distance avec leur communauté d’origine à laquelle ils n’appartiennent pas complètement62 et tous ceux qui transgressent les frontières de classe, d’ethnie, de genre ainsi que celles qui séparent l’humain de l’animal, le mort et le vivant. De fait, l’hybridité est une notion fortement liée à l’identité qui aujourd’hui se définie par rapport au genre, à l’ethnie, à la sexualité63.

La fin des métarécits

  • 64 Michael Hardt, « L’hybridité de l’Empire », Futur Antérieur, p. 21 ; Homi Bhabha, Les lieux de la c (...)
  • 65 Julien Rémy, « Sur les postcolonial studies : hybridité, ambivalence et conflit ».
  • 66 Homi Bhabha, op. cit., p. 30.
  • 67 Ibid., p. 80.

16Le dernier niveau d’hybridité – 5) l’hybridité identitaire – exemplifie, quant à lui, la fin des métarécits. Les études postcoloniales utilisent beaucoup le concept d’hybridité pour dénoncer le discours colonial qui représente le monde comme deux pôles antagonistes et fixes : d’un côté, le centre, correspondant à la métropole située en Occident qui s’auto-qualifie de civilisé ; de l’autre, la périphérie, dans le « Tiers Monde », définie comme primitive et sauvage. Dans ce contexte, on exclut le sujet colonisé, vu comme l’ « autre », on conçoit les identités et les cultures comme pures, c’est-à-dire sans aucun mélange, et on lutte pour maintenir les frontières séparant les deux pôles antithétiques64. Les études postcoloniales proposent, au contraire, une vision du monde colonial qui n’est plus divisé en structures binaires qui s’excluent mutuellement mais qui est marqué par des mouvements incessants d’interpénétration, par l’ambivalence plutôt que la simple et constante opposition65. Homi Bhabha appelle ces mouvements des « espaces “interstitiels” »66 ou « tiers espace »67 : l’un ou l’autre sont remplacés, en même temps, par l’un et l’autre et ni l’un ni l’autre :

  • 68 Homi Bhabha, « Le tiers-espace. Entretien avec Jonathan Rutherford », p. 99.

Si l’hybridité est importante, ce n’est pas qu’elle permettrait de retrouver deux moments originels à partir desquels un troisième moment émergerait ; l’hybridité est plutôt pour moi le « tiers-espace » qui rend possible l’émergence d’autres positions. Ce tiers-espace vient perturber les histoires qui le constituent et établit de nouvelles structures d’autorité, de nouvelles initiatives politiques, qui échappent au sens commun.68

  • 69 Homi Bhabha, Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, op. cit., p. 33.
  • 70 Alfonso de Toro, « Hacia una teoría de la cultura de la “hibridez” como sistema científico “transre (...)
  • 71 Homi Bhabha, Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, op. cit., p. 56 ; Alain Deremetz, (...)

17L’identité, qui surgit de cette situation, se manifeste donc par une « hybridité culturelle »69, faite de constructions, négociations, réappropriations, et se situe « au-delà » des catégories binaires, dans un dépassement des oppositions70. En proposant un « au-delà », c’est-à-dire une alternative aux concepts traditionnels de singularité et de totalité, la notion d’hybridité se focalise donc sur la différence et la diversité, reconnaît la multiplicité de l’identité du sujet exilé, de l’immigrant ou du déplacé, et rejette l’essentialisme, ce qui permet d’étendre le pôle de la périphérie à toutes les marges : les « marginaux » en raison de leur ethnie mais également de leur genre et de leur préférence sexuelle71.

La post-humanité

  • 72 Andrew Smith, « Migrance, hybridité et études littéraires postcoloniales », p. 376.

18Si la notion d’ « hybridité » semble tellement « à la mode » aujourd’hui, c’est parce qu’elle désigne efficacement l’ère présente. Le monde a été radicalement transformé depuis la seconde moitié du XXe siècle en raison du phénomène de la mondialisation, qui constitue un nouveau mode de relation entre les cultures et qui permet un mélange d’éléments provenant de différentes sociétés. Ces échanges ont beau ne pas s’opérer toujours de manière pacifique et reposer sur des processus de négociation et de compromis, il ne fait pas de doute que se créent des synthèses interethniques dans tous les domaines, de l’humain – à travers le métissage – aux produits culturels. Le développement des moyens de transports et d’Internet a encore accentué le phénomène72. Certains penseurs affirment même que, grâce aux progrès de la science, l’homme est en train de devenir un être humain « augmenté », un nouvel individu hybride, moitié homme, moitié machine, à travers la présence d’éléments électroniques, non plus seulement sur les vêtements, mais introduits sous la peau au moyen de puces, un homme génétiquement modifié, presque parfait, grâce à un corps sans âge, un cerveau infaillible, une reproduction contrôlée… En définitive, un homo tecnologicus ou cyborg, dont l’incarnation pourrait être l’athlète sud-africain Oscar Pistorius. Cette figure du cyborg est fort intéressante dans la mesure où elle semble symboliser, autant dans son aspect matériel que dans l’imaginaire, un pas de plus dans le concept d’hybridité développé par l’esthétique postmoderniste.

  • 73 Dans le domaine de la science-fiction, les romans utilisant la figure du cyborg et, en général, la (...)
  • 74 Naief Yehya, « La belleza y el Cyborg. El ideal de la belleza, su representación y la manipulación (...)
  • 75 R. J. Burrows, « Cyberpunk as Social and Political Theory ».
  • 76 Quelques voies vers la post-humanité peuvent être lues dans Antoine Robitaille, Le Nouvel Homme nou (...)

19Le cyborg (« cybernetic organism »), terme créé en 1960 par deux chercheurs de la NASA, Manfred Clynes et Nathan Kline, désigne la fusion d’un organisme vivant – en général un être humain – et de technologies déterminées afin d’améliorer ou de remplacer certaines fonctions organiques. Cette figure, récupérée et popularisée par le cinéma (Blade Runner, Terminator, Robocop, Intelligence Artificielle, I Robot, pour citer les films les plus connus) et par la littérature de science-fiction (L’homme bicentenaire d’Isaac Asimov, Neuromancien de William Gibson, Flores para un cyborg et Las criaturas del cyborg de Diego Muñoz Valenzuela, Ygdrasil de Jorge Baradit, etc.)73, s’installe de plus en plus dans notre vie car la chimère d’autrefois commence à devenir réalité. En effet, non seulement nous n’imaginons pas de vivre sans technologie mais les objets qui nous entourent intègrent peu à peu notre propre corps. Pour certains penseurs, l’homo cyborg n’est pas une nouveauté dans la mesure où, depuis le début de l’humanité, l’homme a transformé « son environnement grâce à des outils et des objets artificiels » et a établi « des relations de contrôle et de communication entre le corps et [cet] environnement »74. De ce point de vue, des lunettes, un pacemaker, une prothèse de hanche et même les vêtements nous rendraient hybrides. Sans aller jusqu’à ces extrêmes, il convient de reconnaître que nous sommes en train de connaître une véritable transition avec le développement de la chirurgie plastique, la robotique, la biotechnologie, la nanotechnologie, etc., associées aux avancées des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cette « robolution » – pour reprendre un néologisme inventé par le fondateur d’Infogrames, Bruno Bonnell – se produit, malgré tout, assez progressivement, ce qui donne l’impression que la figure du cyborg est et continuera d’être un fantasme lointain. Cependant, suivant Jeffrey Deitch, j’estime que « beaucoup des nouvelles attitudes envers le corps et les nouveaux modes de comportement social ne semblent pas particulièrement signifiants si on les considère de manière isolée, mais vus dans leur ensemble ils montrent une tendance marquée vers un modèle radicalement nouveau de comportement individuel et social »75. Ce modèle n’est rien d’autre que la post-humanité76.

  • 77 Maxence Grugier, op. cit., p. 225.
  • 78 Katherine Hayles, How We Became Posthuman : Virtual Bodies in Cybernetics, Literature, and Informat (...)
  • 79 Donna Haraway, Le manifeste cyborg et autres essais, p. 75.
  • 80 Ibid., p. 30.
  • 81 Régine Robin, « Du corps cyborg au stade de l’écran », p. 188-189.
  • 82 Jean-Louis Touraine, Hors de la bulle, p. 226-228.

20Ce terme, quelque peu inquiétant, renvoie à l’image utopique d’un futur, peut-être pas si éloigné, dans lequel se sera opérée une révision du concept traditionnel de l’humain. Dans ce monde que Donna Haraway théorise dans son Manifeste cyborg (1985), les frontières entre l’organisme vivant et la technologie ont disparu pour laisser la place au post-humain, un être hybride qui s’éloigne de la figure virile du cyborg présente dans les romans, les médias et, surtout, les films nord-américains77. La fusion dans un même corps de l’organique et du mécanique78 a fait transcender de nombreuses dualités qui « contribuent à la logique et aux pratiques du système de domination des femmes, des gens de couleur, de la nature, des travailleurs et des animaux ; en gros à la domination de tout ce qui est autre »79. Dans ce monde, l’idée même de « nature », par exemple, a disparu pour représenter un mirage réactionnaire, un retour à un paradis perdu. Il en va de même avec le genre puisque les frontières entre machine, animal (avec les transplantations d’organes) et être humain ont été brouillées. En ce qui concerne l’orientation sexuelle, elle n’a plus de sens puisque le cyborg ne se reproduit pas mais se réplique : « Le sexe cyborgien fait revivre quelque chose de la ravissante liberté réplicative des fougères et des invertébrés […]. La réplication du cyborg a divorcé de la reproduction organique »80. Les avancées actuelles concernant la procréation comme la fécondation in vitro, les mères porteuses, l’utérus artificiel ou le clonage81 pourraient rendre réel dans un futur plus ou moins proche ce qu’annoncent aussi bien Donna Haraway que Jean-Louis Touraine : « Après-demain, j’en suis certain, le développement fœtal pourra se dérouler in vitro, dans une sorte de couveuse particulière, de son origine à son terme. […] L’enfantement existera sans grossesse. Et il ne fait aucun doute que, lorsque cette méthode sera développée, elle aura tendance à se généraliser. […] Rien ne pourra efficacement s’opposer à cette progression. »82

21En résumé, la post-humanité, en effaçant toute une série de dichotomies, autoriserait le véritable avènement de la multiplicité, l’indétermination, l’immatérialité. Bien que ces changements puissent paraître positifs en offrant une libération totale de la corporéité, cet extrême make-over de l’être humain interroge les fondements de l’humanité et renforce la peur du dépassement de l’homme par la machine dans un processus inégal de mécanisation de l’homme et d’humanisation des machines. La traditionnelle figure littéraire du monstre, qui aborde les relations entre divers êtres et espèces et qui remet en cause les frontières de l’être humain, reflète déjà depuis bien longtemps cette inquiétude.

Hybridité et esthétique post-humaniste

  • 83 Je n’évoque que les œuvres imprimées et non celles sur support digital, si bien étudiées par Alexan (...)
  • 84 Philippe Quéau, « Le virtuel, un état du réel », p. 66.
  • 85 Le critique analyse La ciudad ausente (1992) de Ricardo Piglia ; Cine continuado (1997) d’Alicia Bo (...)

22Ces interrogations autant que ses manifestations utopiques ont cessé d’être confinées au champ restreint de la littérature de science-fiction. On assiste en effet ces dernières années à une hausse des œuvres de fiction s’inspirant de la nouvelle réalité des technologies83. Celles-ci envahissent même les romans de certains écrivains qui, jusqu’alors, n’avaient jamais manifesté d’intérêt particulier pour elles. Dans le domaine latino-américain, on peut citer les Argentins Ricardo Piglia, Alicia Borinsky et Rodrigo Fresán, les Chiliens Eugenia Prado et Alberto Fuguet, l’Uruguayen Rafael Courtoisie, le Bolivien Edmundo Paz-Soldán et la Mexicaine Carmen Boullosa. Peut-être leur semble-t-il aujourd’hui indispensable de se référer au cyborg car il est devenu une figure épistémologique essentielle permettant de penser l’époque contemporaine ? Telle est l’opinion de Philippe Quéau : « Le cyberespace n’est pas simplement une nouvelle Utopie, une nouvelle Amérique ouverte aux colonisateurs et prête à se structurer d’après la volonté des entrepreneurs de réseaux, c’est aussi le lieu de déploiement d’une nouvelle manière d’être au monde, de penser le monde et d’agir sur lui »84. Magnifiquement étudiés dans l’œuvre pionnière d’Andrew Brown, Cyborgs in Latin America85, tous les auteurs précédemment cités dessinent une poétique cybernétique ou post-humaniste dont il convient de signaler quelques aspects.

  • 86 David Porush, This Soft Machine : Cybernetic Fiction, p. 19.
  • 87 Dans Mille plateaux, les deux philosophes développent le concept de rhizome qui « n’est pas fait d’ (...)
  • 88 Régine Robin, « Le texte cyborg », p. 13-18 ; Claire Taylor et Thea Pitman, Latin American Cybercul (...)

23À l’instar du postmodernisme et d’autres esthétiques antérieures, si le post-humanisme fait éclater les genres littéraires, qui deviennent encore plus indéfinis, le plus frappant reste cependant l’attention portée au langage, ce qui ne doit pas surprendre si on constate, avec David Porush, que les auteurs « se concentrent sur la machinerie ou la technologie de leur fiction, conscients que leurs textes se construisent avec des mots, que leurs mots font partie d’une plus grande machinerie qui est le langage, et que le langage est constitué de la machinerie encore plus grande de leur propre conscience et expérience »86. Ce langage se caractérise par son extrême hétérogénéité. En effet, afin de transcrire les nouvelles possibilités offertes par la technologie comme, par exemple, les forums de discussion des communautés virtuelles, c’est-à-dire une forme d’écriture soumise à la pression de l’oralité, ou bien l’hypertexte, ces documents non hiérarchisés reliés entre eux par des liens – une forme très rhizomatique, pour reprendre un adjectif cher à Gilles Deleuze et à Félix Guattari87 –, le langage se fait complexe, multiple, confus, instable, fragmentaire88. Pour donner un exemple, citons le philosophe Thierry Hoquet qui, dans la deuxième partie de son essai Cyborg Philosophie, accorde une place de choix à l’hypertextualité :

  • 89 Thierry Hoquet, Cyborg Philosophie. Penser contre les dualismes, p. 141.

Les paragraphes de cette partie ont été regroupés en douze sections qui forment autant d’unités thématiques. On peut en faire la lecture linéaire en suivant l’ordre de la numérotation. Chaque paragraphe suggère en outre une bifurcation (Bif) vers un paragraphe d’une autre section. Cette hypertextualité artisanale permet des perspectives inédites, parfois des jeux de ping-pong, parfois des dégagements en touche, parfois des passes distendues, toujours des résonances nouvelles entre des textes disjoints. Enfin, une lecture aléatoire est également possible : ce livre, comme Cyborg, se prend par où l’on veut.89

  • 90 Donna Haraway, op. cit., p. 73.
  • 91 Thierry Hoquet, op. cit., p. 227.

24À travers ce langage résonnent les mots de Donna Haraway pour qui « la politique cyborg lutte pour le langage, elle lutte contre la communication parfaite, contre ce code unique qui traduit parfaitement chaque signification, dogme central du phallogocentrisme »90. D’autre part, le développement des réseaux et du virtuel, déjà signalé par les penseurs de la postmodernité, avec ses conséquences en matière d’abolition des distances, d’instantanéité, d’ubiquité, d’incorporéité, d’atemporalité, etc., s’amplifie dans ces œuvres sur le cyborg présenté comme un « entrelacs de membranes, définissant à la fois surfaces et profondeurs, toute une topologie d’intersections où s’inventent autant d’intérieurs que d’extérieurs, engendrant autant de polarités, suscitant autant de rencontres »91.

  • 92 Nicolas Balutet, Poética de la hibridez en la literatura mexicana posmodernista, p. 75-102.
  • 93 Une étude détaillée des hypertextes de l’OuLiPo se trouve chez Alexandra Saemmer, op. cit.

25Ce très rapide survol de quelques manifestations de la post-humanité et de ses implications littéraires montre déjà une similitude avec les axes de l’hybridité postmoderniste dans ses aspects formels. Cependant, malgré la difficulté qu’engendre l’évaluation d’un courant littéraire récent, il me semble que le post-humanisme se manifeste par un surcodage de certaines des caractéristiques postmodernistes comme l’écriture postmoderniste le faisait déjà par rapport au modernisme qui, en Amérique Latine recouvre non seulement les œuvres du boom mais également les romans avant-gardistes, existentialistes, fantastiques ou du réel merveilleux92. L’exemple des hypertextes pourrait l’illustrer. Il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau, apparu au milieu des années 90 avec le développement d’Internet car les hypertextes existaient déjà bien avant en littérature, depuis les avant-gardes et, surtout, depuis le postmodernisme. Preuves en sont les hypertextes créés par l’Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo), ce groupe international fondé en 1960 par le mathématicien François Le Lionnais et l’écrivain et poète Raymond Queneau93.

  • 94 Thierry Hoquet, op. cit., p. 28.

26Par ailleurs, il faut signaler que l’esthétique post-humaniste diffère de la postmoderniste en ce qui concerne l’hybridité identitaire. Contrairement à ce qui arrive dans le corpus postmoderniste, l’identité post-humaniste, comme je le signalais auparavant, n’est plus établie en fonction du genre, de l’orientation sexuelle ou de l’ethnie. Les êtres humains y sont désormais considérés comme un bloc homogène dans lequel les différences interhumaines ne posent plus de problèmes ou de questionnements. Je ne veux pas dire par là que le post-humanisme cesse de s’interroger sur l’identité. Il s’agit plutôt du contraire, mais cette interrogation s’est déplacée vers les nouveaux couplages entre machine, homme et animal. Le cyborg représente-t-il l’humanité perdue, comprise dans le sens de pureté, de liberté et de naturel, ou bien l’espoir d’ « un monde purifié, sans rots ni pets, sans sueur ni morve, sans merde ni pisse » ?94

27Si actuellement le concept d’hybridité continue d’être opérant pour analyser les œuvres appartenant au post-humanisme, une nouvelle étape dans la déjà longue histoire de la littérature, peut-être semble-t-il quelque peu étriqué pour expliquer tous ces nouveaux phénomènes post-humanistes. Si, en principe, le cyborg continue d’incarner parfaitement l’être hybride, il faut prendre en compte que l’hybridité est dépassée, n’apparaît plus comme quelque chose de bizarre ou d’original. De plus, le monde ne se situe plus dans le « tiers espace » d’Homi Bhabha mais dans une infinité d’espaces-temps à l’intérieur d’espaces-temps qui multiplient les possibilités ad infinitum. Quand nous aurons un plus grand recul sur les œuvres post-humanistes, surgira probablement le besoin de trouver de nouveaux outils conceptuels permettant de mieux les analyser. L’hybridité devra alors céder sa place comme, en leur temps, les notions d’ « hétérogénéité », de « métissage » ou de « syncrétisme ».

Haut de page

Bibliographie

Amselle, Jean-Loup. Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs. Paris: Payot, 1990.

Ashcroft, Bill, Gareth Griffiths et Helen Tiffin. The Empire Writes Back. Theory and Practice in Post-Colonial Literatures. New York: Routledge, 1989.

Ayres Tomaz, Eduardo. « Chronobibliographie ». Tumultes 34 (2010) : 15-20.

Barthes, Roland. « Texte (théorie du) ». Encyclopedia Universalis. Paris : Encyclopedia Universalis, 1973.

Bakhtine, Mikhaïl. La poétique de Dostoïevski. Paris : Seuil, 1970.

Bakhtine, Mikhaïl. Esthétique et théorie du roman. Paris : Gallimard, 1978.

Balutet, Nicolas. Poética de la hibridez en la literatura mexicana posmodernista. Madrid : Pliegos, 2014.

Bayard, Caroline. « Les genres et le Postmodernisme ». La mort du genre. Actes du colloque tenu à Montréal en octobre 1987. Outremont : La nouvelle barre du jour, 1989, Tome 2. p. 19-58.

Bhabha, Homi. « Le tiers-espace. Entretien avec Jonathan Rutherford ». Multitudes, 26 (2006) : 95-107.

Bhabha, Homi. Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale. Paris : Payot, 2007.

Boisvert, Yves. Le monde postmoderne. Analyse du discours sur la postmodernité. Paris : L’Harmattan, 1996.

Boisvert, Yves. L’analyse postmoderniste. Une nouvelle grille d’analyse socio-politique. Paris: L’Harmattan, 1997.

Brown, Andrew. Cyborgs in Latin America. New York: Palgrave MacMillan, 2010.

Budor, Dominique et Walter Geerts. Le texte hybride. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004.

Burrows, R.J. « Cyberpunk as Social and Political Theory ». Cyberpunk Project (1995). Consulté le 7 février 2013 <http:// project.cyberpunk.ru/idb/cyberpunk_as_socpolitical_theory.html>.

Calinescu, Matei. Five Faces of Modernity: Modernism, Avant-Garde, Decadence, Kitsch, Postmodernism. Durham: Duke University Press, 1987.

Callinicos, Alex. « Postmodernism: A Critical Diagnosis », The Great Ideas of Today. Éd. J. van Doren. Chicago : Encyclopaedia Britannica, 1997. p. 206-256.

Compagnon, Antoine. Les cinq paradoxes de la modernité. Paris : Seuil, 1990.

Deleuze, Gilles et Félix Guattari. Mille plateaux. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980.

Deremetz, Alain. « Préface ». Uranie 6 (1996) : 5-6.

Ezquerro, Milagros. « Avant-propos ». L’hybride/Lo híbrido. Cultures et littératures hispano-américaines. Éd. Milagros Ezquerro. Paris : Indigo, 2005. p. 9-10.

Gambier, Yves. « Introduction ». Hybridité discursive et culturelle. Éd. Eija Suomela-Salmi et Yves Gambrier. Paris : L’Harmattan, 2011. p. 7-23.

García Canclini, Néstor. « Cultures hybrides et stratégies de communication ». Les identités collectives à l’heure de la mondialisation. Éd. Bruno Ollivier. Paris : CNRS Éditions, 2009. p. 77-97.

García Canclini, Néstor. Cultures hybrides. Stratégies pour entrer et sortir de la modernité. Québec : Presses de l’Université de Laval, 2010.

Genette, Gérard. Palimpsestes. La littérature au second degré. Paris : Seuil, 1982.

Giddens, Anthony. La constitution de la société. Eléments de la théorie de la structuration. Paris : PUF, 1987.

Godin, Christian. « L’hybride entre la puissance et l’effroi ». Uranie 6 (1996) : 37-47.

Gontard, Marc. « Posmodernisme et littérature ». Œuvres et Critiques XXIII. 1 (1998) : 28-48.

Gontard, Marc. Le roman français postmoderne. Une écriture turbulente (2011). Consulté le 14 décembre 2011 <http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/02/96/66/PDF/Le_Roman_postmoderne.pdf>.

Grugier, Maxence. « L’utopie cyborg. Réinvention de l’humain dans un futur sur-technologique ». Revue Quasimodo 7 (2003) : 223-238.

Grutman, Rainier. Des Langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIXe siècle québécois. Montréal : Fides, 1997.

Gruzinski, Serge. La pensée métisse. Paris : Fayard, 1999.

Guignery, Vanessa. Postmodernisme et effets de brouillage dans la fiction de Julian Barnes. Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 2001.

Hall, Stuart. « Une perspective européenne sur l’hybridation : éléments de réflexion ». Les identités collectives à l’heure de la mondialisation. Éd. Bruno Ollivier. Paris : CNRS Éditions, 2009. p. 29-36.

Haraway, Donna. Le manifeste cyborg et autres essais. Paris : Exils Éditeur, 2007.

Hardt, Michael. « L’hybridité de l’Empire ». Futur Antérieur XXVII. 1 (1995) : 19-33.

Harvey, David. La condición de la posmodernidad. Investigación sobre los orígenes del cambio cultural. Buenos Aires: Amorrortu Editore, 1998.

Hayles, Katherine. How We Became Posthuman: Virtual Bodies in Cybernetics, Literature, and Informatics. Chicago: University of Chicago Press, 1999.

Herd, Jamie. Hybridité et identité. Les enjeux d’Autoportrait en vert de Marie NDiaye. Mémoire de Maîtrise. Montréal : Université de Québec, 2009.

Hoquet, Thierry. Cyborg Philosophie. Penser contre les dualismes. Paris : Seuil, 2011.

Hutcheon, Linda. A Politics of Postmodernism. Londres : Routledge, 1989.

Jameson, Fredric. Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif. Paris : Beaux-arts de Paris, 2007.

Kristeva, Julia. « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman ». Critique 239 (1967) : 438-465.

Kuortti, Joel et Jopi Nyman. « Introduction: Hybridity Today », Reconstructing Hybridity. Post-Colonial Studies in Transition. Éd. Joel Kuortti et Jopi Nyman. Amsterdam: Rodopi, 2007. p. 1-18.

Larraín, Jorge. « Posmodernismo e identidad latinoamericana ». Escritos. Revista del Centro de Ciencias del Lenguaje 13-14 (1996) : 45-75.

Le Bourdellès, Hubert. « L’hybridité culturelle dans les débuts du Moyen Âge occidental ». Uranie 6 (1996) : 103-112.

Lionnet, Françoise. Autobiographical voices. Race, Gender, Self-portraiture. Ithaca : Cornell University Press, 1991.

Louviot, Myriam. « L’hybridité, un concept pour aborder les littératures post-coloniales ». Métissages littéraires. Éd. Yves Clavaron et Bernard Dieterle. Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005. p. 487-493.

Louviot, Myriam. Poétique de l’hybridité dans les littératures postcoloniales. Thèse de Doctorat. Strasbourg : Université de Strasbourg, 2010.

Lüsebrink, Hans-Jürgen. « “Métissage” : Contours et enjeux d’un concept carrefour dans l’aire francophone ». Etudes Littéraires XXV. 3 (1992-1993) : 93-106.

Lyotard, Jean-François. La condition postmoderne. Rapport sur le savoir. Paris : Les Editions de Minuit, 1979.

Lyotard, Jean-François. Le postmodernisme expliqué aux enfants. Paris : Galilée, 1986.

Magnan, Lucie-Marie et Christian Morin. Lectures du postmodernisme dans le roman québécois. Montréal : Nuit Blanche Editeur, 1997.

Molinet, Emmanuel. « L’hybridation : un processus décisif dans le champ des arts plastiques ». Le Portique 2 (2006) : 1-15.

Muñoz Zapata, Juan Ignacio. Le cyberpunk vernaculaire de l’Amérique latine : dystopies, virtualités et résistances. Thèse de Doctorat. Montréal : Université de Montréal, 2009.

Noguerol Jiménez, Francisca. « Híbridos genéricos : la desintegración del libro en la literatura hispanoamericana del siglo XX », RILCE XV. 1 (1999) : 239-250.

Ramos-Izquierdo, Eduardo. « De lo híbrido y de su presencia en la novela mexicana actual ». L’hybride/Lo híbrido. Cultures et littératures hispano-américaines, Éd. Milagros Ezquerro. Paris : Indigo, 2005. p. 59-104.

Montandon, Alain. « Préface », Métissages littéraires. Éd. Yves Clavaron et Bernard Dieterle. Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005. p. 7-10.

Porush, David. This Soft Machine: Cybernetic Fiction. New York: Metheun, 1985.

Quéau, Philippe. « Le virtuel, un état du réel », Virtualité et réalité dans les sciences. Éd. Gilles Cohen-Tannoudji. Paris : Frontières, 1995. p. 61-93.

Raimond, Michel. Le roman. Paris : Armand Colin, 1989.

Rémy, Julien. « Sur les postcolonial studies : hybridité, ambivalence et conflit ». Revue du MAUSS permanente (2011). Consulté le 25 janvier 2012 <http://www.journaldumauss.net/spip.php?article801>.

Riffaterre, Michael. « L’intertexte inconnu ». Littérature 41 (1981) : 4-7.

Robin, Régine. « Du corps cyborg au stade de l’écran ». Communications 70 (2000) : 183-207.

Robin, Régine. « Le texte cyborg ». Études françaises XXXVI. 2 (2000) : 11-38.

Robert, Marthe. Roman des origines et origines du roman. Paris : Gallimard, 1972.

Robitaille, Antoine. Le Nouvel Homme nouveau. Voyage dans les utopies de la posthumanité. Québec : Boréal, 2007.

Saemmer, Alexandra. Matières textuelles sur support numérique. Saint-Etienne : Université de Saint-Etienne, 2007.

Sansores Montejo, Jazmín. « Una mirada a la posmodernidad » (2012). Consulté le 16 janvier 2012 <http://www.filosofiacefta.co m/ver_temas.php ?pagi_pg =4>.

Sécardin, Olivier. Sémiocritique de l’hybridité. Du moderne au postmoderne. Thèse de Doctorat. Paris : Université Paris-Sorbonne, 2008.

Sherry, Simon. Hybridité culturelle. Montréal : L’île de la Tortue, 1999.

Smith, Andrew. « Migrance, hybridité et études littéraires postcoloniales ». Penser le postcolonial. Une introduction critique, Éd. Neil Lazarus. Paris : Éditions Amsterdam, 2006. p. 359-386.

Soja, Edward. Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory. Londres: Verso, 1989.

Smethurst, Paul. The Postmodern Chronotope. Reading Space and Time in Contemporary Fiction. Amsterdam : Rodopi, 2000.

Taylor, Claire et Thea Pitman. Latin American Cyberculture and Cyberliterature. Liverpool: Liverpool University Press, 2007.

Toro, Alfonso de. « Postmodernidad y Latinoamérica (con un modelo para la literatura postmoderna », Revista Iberoamericana 155-156 (1991) : 441-467.

Toro, Alfonso de. « Hacia una teoría de la cultura de la “hibridez” como sistema científico “transrelacional”, “transversal” y “transmedial” », Cartografías y estrategias de la “postmodernidad” y la “postcolonialidad” en Latinoamérica. Éd. Alfonso de Toro. Madrid: Iberoamericana, 2006. p. 195-242.

Toro, Alfonso de. Epistémologies. Le Maghreb. Paris : L’Harmattan, 2009.

Touraine, Alain. Crítica de la modernidad. Mexico : FCE, 2000.

Touraine, Jean-Louis. Hors de la bulle. Paris : Flammarion, 1985.

Vattimo, Gianni. La fin de la modernité. Nihilisme et herméneutique dans la culture post-moderne. Paris : Seuil, 1987.

Vattimo, Gianni. La sociedad transparente. Barcelone : Paidós, 1990.

Yehya, Naief. « La belleza y el Cyborg. El ideal de la belleza, su representación y la manipulación de la carne para acariciarlo », Disciplinas y prácticas corporales. Una mirada a las sociedades contemporáneas. Éd. Elsa Muñiz. Barcelone-Mexico : Anthropos, UAM-Azcapotzalco, 2010. p. 147-164.

Young, Robert. Colonial Desire: Hybridity in Theory, Culture and Race. Londres : Routledge, 1995.

Zarka, Yves-Charles. « Le pouvoir sur le savoir ou la légitimation postmoderne ». Cités 45 (2011). Consulté le 2 novembre 2011 <http://yvescharleszarka.wordpress.com/2011/02/20/le-pouvoir-sur-le-savoir-ou-la-legitimation-postmoderne>.

Haut de page

Notes

1 Alex Callinicos, « Postmodernism : A Critical Diagnosis », p. 206.

2 Eduardo Ayres Tomaz, « Chronobibliographie », p. 15.

3 Yves Boisvert, Le monde postmoderne. Analyse du discours sur la postmodernité ; Yves Boisvert, L’analyse postmoderniste. Une nouvelle grille d’analyse socio-politique ; Matei Calinescu, Five Faces of Modernity : Modernism, Avant-Garde, Decadence, Kitsch, Postmodernism, p. 281 ; Antoine Compagnon, Les cinq paradoxes de la modernité, p. 147-157.

4 Matei Calinescu, op. cit., p. 137-138 ; Alfonso de Toro, « Postmodernidad y Latinoamérica (con un modelo para la literatura postmoderna », p. 444-450.

5 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, p. 7.

6 Ibid., p. 11.

7 Jean-François Lyotard, Le postmodernisme expliqué aux enfants, Paris, p. 37.

8 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, op. cit., p. 54-56.

9 Ibid., p. 63.

10 Jean-François Lyotard, Le postmodernisme expliqué aux enfants, op. cit., p. 38.

11 Jean-François Lyotard, La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, op. cit., p. 63.

12 Alain Touraine, Crítica de la modernidad, p. 203.

13 Jean-François Lyotard, Le postmodernisme expliqué aux enfants, op. cit., p. 42.

14 Gianni Vattimo, La sociedad transparente, p. 77.

15 Jazmín Sansores Montejo, « Una mirada a la posmodernidad ».

16 Yves-Charles Zarka, « Le pouvoir sur le savoir ou la légitimation postmoderne ».

17 Marc Gontard, Le roman français postmoderne. Une écriture turbulente.

18 Linda Hutcheon, A Politics of Postmodernism, p. 23 ; Vanessa Guignery, Postmodernisme et effets de brouillage dans la fiction de Julian Barnes, p. 12.

19 Marc Gontard, « Posmodernisme et littérature », p. 36.

20 Jean-Loup Amselle, Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs ; Serge Gruzinski, La pensée métisse.

21 Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, The Empire Writes Back. Theory and Practice in Post-Colonial Literatures, p. 118 ; Alfonso de Toro, Epistémologies. Le Maghreb, p. 27.

22 Néstor García Canclini, Cultures hybrides. Stratégies pour entrer et sortir de la modernité.

23 Milagros Ezquerro, « Avant-propos », p. 9-10 ; Christian Godin, « L’hybride entre la puissance et l’effroi », p. 37 ; Eduardo Ramos-Izquierdo, « De lo híbrido y de su presencia en la novela mexicana actual », p. 61.

24 Myriam Louviot, « L’hybridité, un concept pour aborder les littératures post-coloniales », p. 488 ; Robert Young, Colonial

Colonial

Desire : Hybridity in Theory, Culture and Race, p. 6-9 ; Stuart Hall, « Une perspective européenne sur l’hybridation : éléments de réflexion », p. 29.

25 Françoise Lionnet, Autobiographical voices. Race, Gender, Self-portraiture, p. 9-10.

26 Joel Kuortti et Jopi Nyman, « Introduction : Hybridity Today », p. 1-18 ; Hans-Jürgen Lüsebrink, « “Métissage” : Contours et enjeux d’un concept carrefour dans l’aire francophone », p. 93-106 ; Alain Montandon, « Préface », p. 7-10.

27 En ce qui concerne le concept de « syncrétisme », il désigne presque toujours les phénomènes de fusion des mouvements religieux ou symboliques. Voir Néstor García Canclini, « Cultures hybrides et stratégies de communication », p. 78-79.

28 Olivier Sécardin, op. cit., p. 22-23.

29 Gianni Vattimo, La fin de la modernité. Nihilisme et herméneutique dans la culture post-moderne, p. 170.

30 Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, p. 55.

31 Caroline Bayard, « Les genres et le Postmodernisme », p. 19-58.

32 Vanessa Guignery, op. cit., p. 22.

33 Francisca Noguerol Jiménez, « Híbridos genéricos : la desintegración del libro en la literatura hispanoamericana del siglo XX », p. 239.

34 Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, p. 14.

35 Mikhaïl Bakhtine, La poétique de Dostoïevski, p. 194-195.

36 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman.

37 Michel Raimond, Le roman, p. 19.

38 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, op. cit., p. 443.

39 Ibid., p. 116-119.

40 Rainier Grutman, Des Langues qui résonnent. L’hétérolinguisme au XIXe siècle québécois, p. 37.

41 Julia Kristeva, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », p. 438 ; Roland Barthes, Roland, « Texte (théorie du) », p. 372 ; Michael Riffaterre, « L’intertexte inconnu », p. 5 ; Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, p. 7.

42 Vanessa Guignery, op. cit., p. 318 ; Lucie-Marie Magnan et Christian Morin, Lectures du postmodernisme dans le roman québécois, p. 47.

43 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, op. cit., p. 125-126/175-176/182. Le terme « hybridation » employé par Mikhaïl Bakhtine me semble plus restrictif que celui d’ « hybridité » car il se focalise surtout sur l’idée de processus et moins sur celle de résultat.

44 Fredric Jameson, op. cit., p. 57-58.

45 Ibid., p. 57.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 58.

48 Ibid., p. 55.

49 Edward Soja, Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory.

50 Fredric Jameson, op. cit., p. 86.

51 Ibid., p. 91.

52 David Harvey, La condición de la posmodernidad. Investigación sobre los orígenes del cambio cultural, p. 254-258.

53 Ibid., p. 171-172.

54 Ibid., p. 299.

55 Anthony Giddens, La constitution de la société. Eléments de la théorie de la structuration, p. 167.

56 Ibid., p. 167-177.

57 Paul Smethurst, The Postmodern Chronotope. Reading Space and Time in Contemporary Fiction, p. 24 ; Lucie-Marie Magnan et Christian Morin, op. cit., p. 77/97.

58 David Harvey, op. cit., p. 58.

59 Dominique Budor et Walter Geerts, op. cit., p. 13.

60 Myriam Louviot, Poétique de l’hybridité dans les littératures postcoloniales, p. 228.

61 Ibid., p. 72-73.

62 Ibid., p. 503-506.

63 Jorge Larraín, « Posmodernismo

Posmodernismo

e identidad latinoamericana », p. 50.

64 Michael Hardt, « L’hybridité de l’Empire », Futur Antérieur, p. 21 ; Homi Bhabha, Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, p. 121.

65 Julien Rémy, « Sur les postcolonial studies : hybridité, ambivalence et conflit ».

66 Homi Bhabha, op. cit., p. 30.

67 Ibid., p. 80.

68 Homi Bhabha, « Le tiers-espace. Entretien avec Jonathan Rutherford », p. 99.

69 Homi Bhabha, Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, op. cit., p. 33.

70 Alfonso de Toro, « Hacia una teoría de la cultura de la “hibridez” como sistema científico “transrelacional”, “transversal” y “transmedial” », p. 224.

71 Homi Bhabha, Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, op. cit., p. 56 ; Alain Deremetz, « Préface », p. 5-6 ; Hubert Le Bourdellès, « L’hybridité culturelle dans les débuts du Moyen Âge occidental », p. 103-112 ; Simon Sherry, Hybridité culturelle, p. 32 ; Alfonso de Toro, « Hacia una teoría de la cultura de la “hibridez” como sistema científico “transrelacional”, “transversal” y “transmedial” », op. cit., p. 223.

72 Andrew Smith, « Migrance, hybridité et études littéraires postcoloniales », p. 376.

73 Dans le domaine de la science-fiction, les romans utilisant la figure du cyborg et, en général, la haute technologie, appartiennent au courant appelé « cyberpunk ». À ce propos, lire Maxence Grugnier, « L’utopie cyborg. Réinvention de l’humain dans un futur sur-technologique », p. 227 ; et Juan Ignacio Muñoz Zapata, Le cyberpunk vernaculaire de l’Amérique latine : dystopies, virtualités et résistances. On peut considérer Edgar Allan Poe comme un précurseur de ce courant car, dans sa nouvelle The man that was used up (1839), il décrit un homme doté de prothèses mécaniques. Dans le domaine latino-américain, Andrew Brown cite Horacio Kalibang o los autómatas (1879) de l’Argentin Eduardo Holmberg, Hombre artificial (1909) de l’Uruguayen Horacio Quiroga, ainsi que Hombre y engranajes (1951) et Rayuela (1963) des Argentins Ernesto Sábato et Julio Cortázar respectivement. Se reporter à Andrew Brown, Cyborgs in Latin America, p. 1.

74 Naief Yehya, « La belleza y el Cyborg. El ideal de la belleza, su representación y la manipulación de la carne para acariciarlo », p. 150.

75 R. J. Burrows, « Cyberpunk as Social and Political Theory ».

76 Quelques voies vers la post-humanité peuvent être lues dans Antoine Robitaille, Le Nouvel Homme nouveau. Voyage dans les utopies de la posthumanité, p. 17-95.

77 Maxence Grugier, op. cit., p. 225.

78 Katherine Hayles, How We Became Posthuman : Virtual Bodies in Cybernetics, Literature, and Informatics, p. 3.

79 Donna Haraway, Le manifeste cyborg et autres essais, p. 75.

80 Ibid., p. 30.

81 Régine Robin, « Du corps cyborg au stade de l’écran », p. 188-189.

82 Jean-Louis Touraine, Hors de la bulle, p. 226-228.

83 Je n’évoque que les œuvres imprimées et non celles sur support digital, si bien étudiées par Alexandra Saemmer dans un livre passionnant, Matières textuelles sur support numérique.

84 Philippe Quéau, « Le virtuel, un état du réel », p. 66.

85 Le critique analyse La ciudad ausente (1992) de Ricardo Piglia ; Cine continuado (1997) d’Alicia Borinsky ; Mantra (2001) de Rodrigo Fresán ; Lóbulo (1998) d’Eugenia Prado ; Por favor, rebobinar (1996) d’Alberto Fuguet ; Tajos (1998) de Rafael Courtoisie ; Sueños digitales (2000) et El delirio de Turing (2003) d’Edmundo Paz-Soldán ; et Cielos de la tierra (1997) de Carmen Boullosa.

86 David Porush, This Soft Machine : Cybernetic Fiction, p. 19.

87 Dans Mille plateaux, les deux philosophes développent le concept de rhizome qui « n’est pas fait d’unités mais de dimensions, ou plutôt de directions mouvantes. Il n’a pas de commencement ni de fin, mais toujours un milieu, par lequel il pousse et déborde ». Lire Gilles Deleuze et Félix Guattari, Mille plateaux, p. 31.

88 Régine Robin, « Le texte cyborg », p. 13-18 ; Claire Taylor et Thea Pitman, Latin American Cyberculture and Cyberliterature.

89 Thierry Hoquet, Cyborg Philosophie. Penser contre les dualismes, p. 141.

90 Donna Haraway, op. cit., p. 73.

91 Thierry Hoquet, op. cit., p. 227.

92 Nicolas Balutet, Poética de la hibridez en la literatura mexicana posmodernista, p. 75-102.

93 Une étude détaillée des hypertextes de l’OuLiPo se trouve chez Alexandra Saemmer, op. cit.

94 Thierry Hoquet, op. cit., p. 28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Balutet, « Du postmodernisme au post-humanisme : présent et futur du concept d’hybridité », Babel, 33 | -1, 19-47.

Référence électronique

Nicolas Balutet, « Du postmodernisme au post-humanisme : présent et futur du concept d’hybridité », Babel [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/4391 ; DOI : 10.4000/babel.4391

Haut de page

Auteur

Nicolas Balutet

Université de Toulon - Laboratoire Babel (EA 2649)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org