Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Christoph BEHRENS est enseignant-chercheur en lettres et civilisations françaises et italiennes à l’Institut des langues romanes de l’Université de Rostock (Allemagne). Il prépare actuellement une thèse sur le sujet De la montagne et du balcon : pour une esthétique performative de la perception dans la littérature française et italienne. Il est l’auteur de plusieurs articles, dont : « Sehen und Gesehenwerden : “Leopardis balcone zwischen Goya und Manet” » [Voir et Être Vu-e-s. Le balcon de Leopardi entre Goya et Manet], in Berit Callsen, (éd.), Bilder-Texte-Bewegungen : Interdisziplinäre Perspektiven auf Visualität, Würzburg, 2016 ; « Gehört die Landschaft der Moderne ? – Zur historischen Dynamik des Mont Ventoux » [Le paysage appartient-il à la modernité ? La dynamique historique du Mont Ventoux], Räume der Romania. Beiträge zum XXX. Forum Junge Romanistik in Bern (26.-29.03.2014), Frankfurt a.M., 2016.

2Michael BERNSEN est Professeur de Littératures romanes comparées à l’Université de Bonn. Ses travaux portent sur le roman noir anglais et français du XVIIIe siècle (thèse de 3e cycle), la lyrique du Moyen Âge des débuts occitans jusqu’à Pétrarque (habilitation), l’orientalisme dans la littérature française du XIXe siècle (monographie) et le roman historique italien de Manzoni (monographie). Il a publié de nombreux articles sur la littérature française et italienne des débuts jusqu’au XXe siècle. Il dirige l’École Doctorale trinationale « Mythes fondateurs de l’Europe dans la littérature et les arts » des universités Paris IV, Florence et Bonn. En 2012, il a fondé un réseau de recherche « Cultures européennes – identité européenne » autour de neuf universités européennes (Paris IV, Florence, Bonn, Fribourg (Suisse), St Andrews, Toulouse, Salamanca, Varsovie, Sofia).

3Albrecht BUSCHMANN est Professeur de Littératures et Civilisations espagnole et française à l’Université de Rostock (Allemagne). Spécialiste des cultures hispanophones et francophones contemporaines, il s’intéresse à l’avant-garde, à la littérature de l’exil républicain et aux représentations de la « violence de voisinage » (guerres civiles). Sa thèse de doctorat porte sur le roman policier espagnol. Il a traduit vers l’allemand des auteurs comme Max Aub et Manuel Vázquez Montalbán. Sur le plan théorique, il travaille sur la conceptualisation de l’espace et du mouvement ainsi que sur la théorie de la traduction littéraire. Dernières publications : La traduction littéraire entre questions de style et critique idéologique : les premières transformations de L’or, de Blaise Cendrars, Feuilles de Route : Bulletin de l’Association Internationale Blaise Cendrars, 52, 2014 ; Gutes Übersetzen. Neue Perspektiven für Theorie und Praxis des Literaturübersetzens [L’art de traduire de bons textes. Nouvelles perspectives pour la théorie et la pratique de la traduction littéraire], Berlin, de Gruyter, 2015 (comme éditeur).

4Anaïs Escudier poursuit a entamé, après l’obtention d’un Master de Lettres Modernes (René Char et Albert Camus : paysages méditerranéens, traces d’histoire) et d’un Master en Ethnologie, Mention « Métiers du Patrimoine » (Événement théâtral et mixité urbaine. Le théâtre Liberté, une agora contemporaine), à l’Université de Toulon, une thèse intitulée Itinéraires jeunesse et paysages méditerranéens : territoires lus, territoires vus. Lauréate du concours externe d’Attaché territorial (2012), elle a assuré, auprès du Musée Balaguier, des missions de médiation culturelle qu’elle poursuit aujourd’hui pour la municipalité de La Seyne-sur-Mer en même temps qu’elle assure, pour l’Université de Toulon, des charges d’enseignement sur la thématique du patrimoine.

5Georges GÜNTERT est Professeur émérite de Philologie romane de l’Université de Zurich, où il a enseigné jusqu’en 2003 les Littératures italienne, espagnole et portugaise. Dans le domaine italien, il s’est occupé avant tout des grands auteurs de Dante à Eugenio Montale. Il a publié d’importants travaux sur le Canzoniere, le Décameron, la Jérusalem délivrée et les Fiancés, ainsi que de nombreux articles sur les lettres du XXe siècle. En tant que lusitaniste, il est l’auteur de la première monographie en langue allemande sur Fernando Pessoa (Das fremde Ich, Berlin 1971, trad. portugaise O eu estranho, Lisbonne, 1982). Dans le domaine espagnol, il a récemment publié plusieurs recueils d’études : Cervantes, narrador de un mundo desintegrado, La comedia de Calderón : discurso social y sabiduría poética et De Garcilaso a Gracián : treinta estudios sobre la literatura del Siglo de oro. Ses intérêts théoriques se reflètent, entre autres, dans le volume Teoría e interpretación del cuento qu’il a édité en collaboration avec Peter Fröhlicher. Il a été Président de l’Association des Hispanisants Suisses et siège actuellement au comité de rédaction de plusieurs revues (Esperienze letterarie, Anuario de Estudios Cervantinos, Mimesi, Paratesto, Sinestesie).

6Franck HOFMANN est chercheur en Littérature générale et comparée au Centre Marc Bloch (HU Berlin). Il a été enseignant (DAAD) à l’Institut des Études Germaniques de l’Université Lille 3 et a poursuit ses recherches au sein du SFB « Expériences esthétiques » à la FU Berlin (2007-2010), ainsi qu’au Centre d’Art et du Paysage de Vassiviere, ou il a été fellow en 2013. Depuis 2010, il dirige, avec M. Messling, le projet international « Transmed ! Pensée méditerranéenne et conscience européenne ». Publications récentes : Leeres Zentrum. Das Mittelmeer und die literarische Moderne (éd. avec M. Messling), Berlin, Kadmos, 2015 ; Aus dem letzten Zimmer. Eine Ästhetik des Abschieds, Berlin, Kadmos, 2016 (à paraître).

7Henning HUFNAGEL est chercheur postdoctoral au Département de Langues et Littératures romanes de l’Université de Zürich (Suisse). Ancien Junior Fellow du « Freiburg Institute for Advanced Studies », il travaille actuellement au sein du projet « Biolographes. Création littéraire et savoirs biologiques au dix-neuvième siècle » soutenu par la DFG et l’ANR. Spécialiste de Littératures française et italienne, ses travaux vont de la Renaissance au XXe siècle et portent sur les relations entre science et littérature (particulièrement dans la poésie parnassienne : Das Wissen der Poesie, éd. avec Olav Krämer, Berlin, 2015), sur la narratologie et le libertinage (« Merkwürdiges Beispiel einer Textverschlingung. Libertinage als Erzählstrategie in Diderots Jacques le fataliste », in Caroline Mannweiler, Olaf Müller (éds.), Jacques le Fataliste und der europäische Roman, à paraître) et sur le genre du dialogue (Ein Stück von jeder Wissenschaft, Stuttgart, 2009).

8Anne KRAUME est professeure de Littératures ibéro-américaine et française à l’Université de Constance (Allemagne) où elle prépare une « Habilitationsschrift » sur la représentation de l’Indépendance mexicaine dans la littérature et l’historiographie mexicaines de la première moitié du XIXe siècle. Ses travaux portent, en outre, sur la notion d’Europe dans la littérature européenne, sur la littérature française du XIXe et du XXe siècles, sur le transfert de savoirs entre l’Europe et l’Amérique latine (notamment à l’époque des Lumières), sur l’intertextualité biblique dans les littératures espagnole et ibéro-américaine, sur l’essai dans la littérature ibéro-américaine et sur les théories postcoloniales de la littérature et de la culture. Elle est membre du réseau d’investigation TransWissen de la « Deutsche Forschungsgemeinschaft » (DFG), et du cluster d’investigation Kulturelle Grundlagen von Integration (Fondements culturels d’intégration) de l’Université de Constance.

9Markus MESSLING est directeur adjoint du Centre Marc Bloch (HU Berlin). Habilité en Philologie romane et Littérature générale et comparée à l’Université de Potsdam, il a été fellow à la School of Advanced Study de l’Université de Londres et à l’Université de Cambridge, ainsi que professeur invité à l’EHESS et à l’Université de Kobe au Japon. Entre 2009 et 2014, il a été directeur du groupe de recherche « Philologie et racisme au XIXe siècle » financé par la Fondation allemande pour la recherche. Membre du collegium de « Zukunftsphilologie » (FU Berlin), il dirige, avec F. Hofmann, le projet international « Transmed ! Pensée méditerranéenne et conscience européenne ». Il est co-éditeur de la revue Philological Encounters et rédacteur de la revue Zeitschrift für Ideengeschichte. Publications récentes : « Universalisme et monotonie. Wilhelm von Humboldt, Hegel et la mondialisation », in Michel Espagne (dir.), La Sociabilité européenne des frères Humboldt, Paris, Presses de l’ENS, 2016 ; Les Hiéroglyphes de Champollion. Philologie et conquête du monde, Grenoble, ELLUG, 2015.

10Sebastian NEUMEISTER est Professeur honoraire à la Freie Universität Berlin. Ses travaux portent sur l’ensemble des littératures romanes, des troubadours provençaux jusqu’à la littérature latino-américaine, en passant par le Moyen Âge italien, le Baroque espagnol, le siècle des lumières en France, l’époque romantique et la poésie moderne. Il compte parmi ses auteurs de prédilection Dante, Calderón, Baltasar Gracián, Pierre Bayle, Giacomo Leopardi et Baudelaire. Il est l’auteur de plusieurs livres et organisateur d’une quinzaine de congrès dont il a édité les Actes.

11Angela OSTER est chercheur principal à l’Université de Munich, Ludwig-Maximilians-Universität (Allemagne), spécialiste de Littératures française et italienne. Elle est l’auteur de plusieurs articles et livres, en particulier : Ästhetik der Atopie. Roland Barthes und Pier Paolo Pasolini, Heidelberg, 2005 ; Kunst und/oder Technik ? Zur Tradition eines Dialogs und seiner Neupositionierung der Frühen Neuzeit (éditeur), Freiburg i. Br., 2015 ; Europe en mouvement. Mobilisierungen von Europa-Konzepten im Spiegel der Technik, (éditeur), Berlin, 2009. Elle est vice-président de la Deutsche Leopardi Gesellschaft et membre du conseil d’administration de la Deutsche Gesellschaft für Allgemeine und Vergleichende Literaturwissenschaft (DGAVL).

12Jennifer ROGER prépare actuellement à l’Université de Rostock (Allemagne) une thèse sur La querelle des médias. L’imaginaire de la Grande Guerre dans les représentations littéraires et cinématographiques de la fin du millénaire en tenant compte particulièrement de l’adaptation. Elle est rattachée à la chaire du Prof. Wodianka, Littératures française et italienne, et a publié des articles sur la Résistance en tant que mythe moderne : « Résistance/ Resistenza/ Widerstand », in Stephanie Wodianka, Juliane Ebert (éds.), Metzler Lexikon moderner Mythen, Stuttgart, 2014. Elle travaille également dans le champ de l’intermédialité : « L’adaptation entre affirmation médiatique et rejet » (à paraître dans Méthode ! – Magazine du Centre de recherche PHLL de l’Université de Pau, 2016).

13Alice SPINELLI travaille comme enseignante-chercheur à l’Institut de philologie romane de la Freie Universität de Berlin (Allemagne). Elle prépare actuellement une thèse sur les relations intertextuelles entre l’Amadis de Bernardo Tasso et la Jérusalem délivrée de son fils Torquato. Sa recherche, s’appuyant sur une approche comparatiste avec un intérêt tout particulier pour les contacts interculturels, porte en premier lieu sur la littérature épique et chevaleresque de la Renaissance (« Der Antiheld Astolfo und die Entheroisierung der Ritterepik zwischen Mittelalter und Renaissance », helden. heroes. héros, 3.1./2015), mais se penche aussi sur les traductions italiennes contemporaines de poésie allemande (« Giorgio Orelli traduttore di Goethe lirico : dinamiche intra- e intertestuali », Versants 60.2/2013 ; « ‘Attraversando’ Valeri. Aemulatio e (co-)intertestualità nel Goethe di Orelli », in Massimo Danzi, Liliana Orlando (éds.), Giorgio Orelli e il ‘lavoro’ sulla parola, Novara 2015).

14Marcello VERGA a été, depuis 1996, Professeur associé puis Professeur ordinaire d’Histoire moderne à la Faculté des Sciences Politiques « Cesare Alfieri » de l’Université de Florence. Depuis 2008, il est directeur d’études auprès de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, et est actuellement directeur de l’Institut d’histoire de l’Europe méditerranéenne du Conseil National pour la Recherche (CNR). Marcello Verga a organisé de nombreuses manifestations scientifiques nationales et internationales et a participé à des projets de recherche financés par le MIUR et l’ESF. Ses intérêts scientifiques vont à l’histoire des institutions européennes (XVe-XIXe s.), à la World History, à l’histoire culturelle de l’Europe (XVe-XIXe s.), aux questions de nations, d’États et de frontières dans la préparation des traités de 1919.

15Stephanie WODIANKA est Professeur de Littératures française et italienne à l’Université de Rostock (Allemagne). Ses travaux portent – toujours guidés par un intérêt comparatiste – sur la littérature méditative du XVIIe siècle, sur représentations de la mémoire culturelle (théories, film, littérature, chanson française), sur les rapports entre esthétiques et identités (trans)culturelles, et sur la conceptualisation et les fonctionnalisations des mythes modernes. Elle pilote un projet de recherche de la Deutsche Forschungsgemeinschaf (DFG) et dirige l’École doctorale interdisciplinaire « Kulturkontakt und Wissenschaftsdiskurs » [rencontres culturelles et discours scientifiques] après avoir été membre fondateur de l’École doctorale « Deutungsmacht und Deutungsmachtkonflikte [pouvoir et conflits d’interprétation] in Religion und belief systems », toutes deux soutenues par la DFG.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Contributeurs », Babel, 32 | 2015, 335-340.

Référence électronique

« Contributeurs », Babel [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4384 ; DOI : 10.4000/babel.4384

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org