Navigation – Plan du site
Varia

En villégiature, de la Méditerranée à Balbec : la culture balnéaire de Marcel Proust à Paul Morand, badineries sociales ?

Anaïs Escudier
p. 315-333

Résumés

Cette étude interroge le tourisme balnéaire tel que les espaces littéraires de Marcel Proust et de Paul Morand en acclimatent la représentation. Représentatifs des mutations sociologiques qui marquent le long XIXe siècle, ces lieux saisonniers de villégiature où fréquentent tant l’aristocratie qu’une classe nouvelle de bourgeois aisés, et dont la cartographie est arrêtée à la Belle Époque, sont le lieu d’une épiphanie qui remet en jeu les hiérarchies sociales les plus établies. Ce sont ces mutations, en perpétuelle recomposition, que suit cet article, qui montre le caractère opératoire de la métaphore picturale et du motif impressionniste venus des Marines d’Elstir, qui gouvernent en sous-main l’univers référentiel de La Recherche du temps perdu.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Morand (Paul), Proust (Marcel)
Haut de page

Texte intégral

Sur la plage, avec Proust et Morand

1Les affinités qui lient Proust à la côte atlantique, immortalisées dans La Recherche par l’évocation de la saison de l’oisiveté que représente la villégiature, posent d’emblée question : l’épisode balnéaire est-il pré-texte, badinerie sociale ou simple pause contemplative dans La Recherche ? L’expérience de Balbec est vécue par le narrateur comme un temps de turbulences qui remet en branle sa vision des représentations sociales. La villégiature balnéaire renverse ainsi l’apparence de l’ordre proustien et donne à voir un nouveau climat social.

2Ces premiers éléments de constat précisent les ressorts de notre propos, qui vise à saisir les contours de l’espace social spécifique de la villégiature et sa fonction de discriminant social. En cela, une parenté unit côtes atlantiques et littoraux méditerranéens, portée par la culture balnéaire et ses codes partagés. Culture saisonnière qui chahute l’ordinaire, bouleverse les codes sociaux, en intemporalise le cheminement en dévoilant une cartographie sociale nouvelle, dans laquelle des épisodes alternatifs se composent.

3En effet, Balbec admet des clans, des repositionnements, des barrières sociales, et il ne fait aucun doute que le lieu de villégiature et son atmosphère retentissent sur ce redéploiement. Il importe donc bien de confronter les représentations sociales avec la spécificité de l’univers au sein duquel elles se déploient dans cet espace balnéaire propice aux remaniements.

  • 1 Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleur, in À la recherche du temps perdu, Paris, Galli (...)

4De fait, ces nébuleuses balnéaires requièrent une nouvelle vision. L’espace du loisir est vecteur d’émancipation sociale tant il déstabilise hiérarchies et conventions sociales. L’identification sociale y est moins aisée : toute distinction sociale est remise en cause par des réaménagements constants, mais provisoires, matérialisés par des pratiques, des attitudes nouvelles. Les repères s’y estompent, leur effacement semant la confusion, ainsi que le rapporte le narrateur : « J’y prenais facilement pour des princes des fils de boutiquiers montant à cheval »1.

5Les stations balnéaires et la culture des bords de mer qui leur est propre favorisent ainsi l’émergence d’une société nouvelle où les codes traditionnels se voient renversés, proche d’un chavirement carnavalesque. Une culture balnéaire porteuse de ferments démocratiques, dans le transfert social des rangs qu’elle autorise, en forme d’imposture assumée.

La villégiature balnéaire : contrechamp social

6Par son sens initial, la villégiature est associée à l’oisiveté. Selon son acception originelle, le terme « villégiature » provient de l’italien « villeggiatura », lui-même issu de l’infinitif « villeggiare » signifiant « aller à la campagne », autrement dit à la villa. Ce concept, forgé par les Vénitiens fortunés de la Renaissance italienne, se rapporte donc à la résidence qu’ils fréquentaient aux saisons estivales, à cette « villa » de plaisance située à la campagne.

7Cette définition évoque la pratique de l’otium dans les villæ de Campanie durant l’Antiquité romaine. Par la suite, ce terme est introduit dans la langue française en 1755 par l’Abbé Prévost et continue de désigner ce temps d’oisiveté saisonnière.

  • 2 Je renvoie sur ce point à l’ouvrage classique de Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir ( (...)

8Originellement, le concept de villégiature couvre un champ social restreint, associé à une classe sociale privilégiée, à l’intersection de l’aristocratie et de la haute bourgeoise. C’est dire que son rayonnement est sélectif et élitiste, dans l’exclusion des classes sociales les plus basses2. Sa spécificité tient à la localité saisonnière qu’elle investit, ce qui distingue la villégiature des vacances, interruption des activités habituelles, sans nécessaire déplacement.

9Ce rapport inédit à un lieu distingue cependant la villégiature de pures pratiques touristiques ou d’explorations de territoires étrangers, tel le Grand Tour, à vocation pédagogique et initiatique, dont elle se sépare au bénéfice d’un temps libre localisé, aux vertus régénératrices.

10Faut-il néanmoins désolidariser le temps saisonnier de la villégiature, d’un parcours initiatique, formateur ? Dans La Recherche, il semble que la narration proustienne ne se positionne pas fortuitement à Balbec.

11Du côté de Balbec, le narrateur proustien fait la rencontre de deux personnages essentiels de La Recherche : Elstir, peintre impressionniste, ex-Monsieur Biche du clan des Verdurin, et Albertine, jeune fille en fleur. Espace de révélation et d’apprentissage, la côte normande est indubitablement initiatique pour le jeune Marcel.

12Albertine figure la rencontre improbable qui ébranle les convictions et dispositions du jeune Marcel, lui qui éprouvait une attirance pour Gilberte, issue de la grande bourgeoisie, et pour Oriane de Guermantes, issue, elle, de l’aristocratie. L’irruption d’Albertine, rattachée à la petite bourgeoisie et rencontrée à Balbec, s’avère déterminante pour la suite de La Recherche. Balbec s’envisage dès lors comme un cadre de réfraction inédit.

13L’apparition d’Albertine dans le sillage balnéaire de Balbec prend l’allure d’une épiphanie, qui remet en perspective la complexité des relations sociales. La villégiature à Balbec est en cela l’occasion d’une redéfinition du réel, que suggère la pratique artistique d’Elstir.

14La diversité des sens en liaison avec l’écheveau des relations sociales construit ce référent, en jouant sur les articulations secrètes du réel. Les Marines d’Elstir illustrent ces intermittences à partir d’un référent commun, la mer. Les fluctuations sociales mises en évidence à Balbec situent le processus de référentialité dans un mouvement d’intermittence. L’écriture proustienne n’entend saisir l’objet que sous son vacillement, sa profondeur. Le réel proustien s’appréhende ainsi dans la dynamique de ces états successifs, recréant les rythmes d’un monde en perpétuelle (re)formation, qui modèlent l’appréhension du réel. Ce style métaphorique, impressionniste, démontre l’aspect pluriel et intermittent du sujet, dépourvu d’assignation fixe au monde, la villégiature figurant la pluralité du sujet.

15Ce principe détermine un mode de relation particulier au monde : les enchâssements, les parenthèses, les balancements de la narration de La Recherche empêchent l’avènement d’un terminus. C’est la motilité du monde, de la société qui doit être saisie pour atteindre le réel. La Recherche, par sa désignation même, suggère cette quête des essences, cette exploration sociale du monde. Balbec fonctionnant en ce sens comme une station de La Recherche.

16En effet, l’itinéraire proustien qui mène à Balbec est révélateur de ce processus vibratile. Il en émane une expérience sensible nouvelle que façonne l’écriture : au contact du monde, se construit l’arceau du réel, sous lequel se déploie une nuée de signes, espace de métaphores signifiantes. Dans cette logique de transferts métaphoriques, le Grand Hôtel devient aquarium pour suggérer cette capacité du réel à exprimer la part cachée du monde.

17La pertinence référentielle dépend de fait d’une virtualité, indiquant que la part invisible du monde en étaie la part visible et modèle le rayonnement du sensible. La métaphore de l’objet, bien qu’elle se démarque de sa matérialité, vise à saisir son essence même. La rencontre d’Elstir à Balbec est en cela déterminante qu’elle donne au narrateur proustien une leçon d’esthétique, qui retentit sur son propre projet littéraire, ce dont témoigne le régime des métaphores. Sous ses attributs impressionnistes, Elstir décape le monde de ses clichés pour atteindre au réel transfiguré. Le recours à la métaphore n’aspire pas à sublimer le réel, mais à en révéler l’invariant invisible pour mieux le cerner.

18Ainsi, la société de villégiature que le narrateur installe à Balbec entend-elle révéler l’invariant invisible des sujets sociaux pour ajuster leurs qualifications. Les identités provisoires de ces villégiateurs fonctionnent comme le pendant invisible, vibratile et quasi-métaphorique du sujet. La métaphore balnéaire met ainsi en perspective la réalité sociale. L’espace balnéaire apparaît donc comme une étape fondatrice de La Recherche, qui éclaire la méthode proustienne elle-même, fondée sur une entreprise d’objectivation du monde et de ses sujets par intermittence : le sujet est la corrélation de plusieurs êtres fragmentés, ainsi que l’incarne suprêmement Albertine, fugitive, prisonnière, et déjà tôt disparue.

19Son irruption dans la sphère balnéaire est l’expression même de la quête proustienne : Albertine est une énigme, qui trouve à Balbec la possibilité de dissoudre encore davantage son identité. Le bord de mer fragilise sa perception et encourage son indistinction sociale, sexuelle et affective. Albertine est ainsi le produit de la contingence, qui, dès l’épisode balnéaire, bouleverse la vision sociale du narrateur. Elle est le motif de l’imprévisible, de la variation : l’ombrageuse jeune fille en fleur se complaît dans l’espace saisonnier normand.

20Participant d’un parcours de dévoilement des essences, la villégiature à Balbec est révélatrice d’un nouvel ordre, d’une nouvelle esthétique, incarnée par Elstir. Cette expérience saisonnière influe sur le narrateur, lui-même mis à l’épreuve de l’altérité : d’une part, il débute son émancipation au contact d’Albertine, d’autre part, sa rencontre l’incite à renoncer à diverses croyances.

21Bien davantage, au contact d’Albertine, le narrateur rectifie sa perception traditionnelle du monde, la côte normande lui laissant entrevoir de multiples procédures de qualification sociale acquises autrement que par la tradition et l’hérédité. La pratique sportive, la culture passant par l’expérience des corps, l’esthétique impressionniste sont autant de moyens nouveaux de qualification, qui mettent en échec convenances et règles traditionnelles de distinction, qu’il n’aurait su éprouver autre part.

22Véritable palimpseste, Balbec est le lieu d’une révélation ontologique virtuose qu’enferme la topographie même de la station balnéaire. La répartition des classes sociales dans l’espace de villégiature est en effet significative, entre un Grand Hôtel majoritairement occupé par l’aristocratie et un domaine de la digue que se réserve la moyenne bourgeoisie, de part et d’autre de ce qu’il faut reconnaître comme une authentique ligne de démarcation.

23Aux variations saisonnières s’ajoutent donc les variations sociales et la posture du narrateur proustien en dit toute l’importance, dans les rapports qu’il entretient à ces foules éphémères dont il observe les métamorphoses provisoires. Le temps de la villégiature fonde un nouveau cadre social, qui déconstruit les signes traditionnels connus de Marcel, les déplace, les travestit.

24Cette notion de travestissement interpelle, tant elle est le révélateur de ces métamorphoses. L’urbanité impose ses codes vestimentaires, cloisonne les rangs et renforce leur identité uniformisée. Marqueur du social, la tenue vestimentaire est d’ordinaire immédiatement indicielle de l’identité sociale de chaque individu. Or, l’espace de la villégiature arrache ces caractères à leur uniformité pour les doter d’attributs transitoires qui travestissent cette identité sociale, culturelle, professionnelle. Le tourisme, le sport mettent ainsi à disposition de chacun une panoplie de signes éphémères qui transcendent l’essence sociale et l’émancipent de son rang.

25La culture balnéaire féconde dès lors une succession d’identités hermétiques les unes aux autres, qui ne laissent rien deviner de l’identité sociale du sujet. Étendant l’analyse jusqu’au dénudement partiel des corps sur la plage, Paul Morand interroge ce processus de dévoilement : sur la plage, paradoxalement, les corps en partie dénudés altèrent la perception des identités, dévêtues de leur enveloppe quotidienne. En témoigne cette anecdote, qu’il rapporte :

  • 3 Paul Morand, Bains de mer, Lausanne, Guilde du livre, 1960, p. 168.

Je me souviens d’une boutade dans je ne sais quelle gazette : deux jeunes gens étendus au bord d’une piscine avec deux filles ; l’un souffle à l’autre : « On les emmène ? –Attendons d’abord de les voir habillées ».
Cela m’avait fait rire, puis réfléchir. Le vêtement en dit long sur l’homme ; nu, il cachera plus jalousement ses secrets. Je vois, sous le soleil à pic, une société ténébreuse et qui ment3.

26La culture des plages, identifiée comme telle, modèle ainsi une identité binaire, met au jour une tenue sociale « de rechange », qui affranchit chaque villégiateur de son quotidien.

27Du côté de Balbec, la station balnéaire prend la forme d’une scène sociale autonome, au fonctionnement structuré, dont il ne fait aucun doute qu’elle dévoile ici sa fonction subversive, divertissante, différante, au sens où elle achemine les identités hors de leur cadre-fixe ordinaire, en les faisant dévier de leur essence originelle.

28L’espace-temps balnéaire, de l’ordre du divertissement, fait ainsi surgir un désordre, un temps de fête impromptu. Ce renversement social exutoire trouve une résonance vive dans le motif carnavalesque, ce mode subversif, désordonné, véritable réservoir social, lors duquel un renouvellement et une revitalisation des identités s’accomplissent. Ce motif subversif est récurrent dans l’univers balnéaire, là où, ludiques, les expérimentations sociales nouvelles se produisent.

29L’architecture balnéaire, avec ses édifices typiques, matérialise cette théâtralisation éphémère, trompe-l’œil qui concentre ces distorsions sociales. La Recherche apporte une configuration nouvelle à la baie vitrée du Grand Hôtel, devenue la vitre d’un immense aquarium, dans lequel le bain des foules aristocratiques est curieusement scruté par les basses classes sociales, massées le long de la paroi extérieure.

30L’expérience de Balbec interrompt ainsi le classement catégorique du narrateur, en actualisant sa typologie des positions sociales. La société urbaine est l’espace d’une reproduction sociale, tandis que la société balnéaire permet une recomposition de ces schémas sociaux classiques, sans reproduction cyclique, inaugurant en cela une innovation sociale.

31Ce nouveau champ social, ouvert aux caractères vagabonds, est l’occasion de rencontres nouvelles. La culture balnéaire démultiplie les divertissements, culturels, artistiques ou sportifs. Dans La Recherche, l’une de ces personnalités fugitives, Albertine, rencontrée à Balbec, ne cessera de troubler les repères.

32Est-ce un hasard si son itinéraire croise celui du narrateur dans ces constellations balnéaires turbulentes ? Albertine incarne la frénésie de divertissement du balnéaire : elle s’adonne à une multitude d’activités saisonnières, à une variété de divertissements – sport, peinture, automobile, avion, yacht, sorties amicales, mode, etc. Consommatrice versatile de cette culture balnéaire, elle cristallise à elle seule la mobilité de ces identités passagères, essences provisoires d’un social saisonnier.

33L’émergence de ces loisirs de plage, de ces modes nouveaux de villégiature contribue à l’essor social des individus. Les observations proustiennes demeurent ainsi d’une authentique contemporanéité, dans la saisie de ces métamorphoses saisonnières fécondées, à la fin du XIXe siècle, par de nouvelles pratiques sociales. L’avènement des loisirs est propice à ce redéploiement du social dans d’autres strates. De fait, cette mutation bouleverse aussi le rapport à l’univers urbain et au monde rural, primitivement associés au travail ou à la division sociale en classes.

34Le milieu balnéaire, en décentralisant le temps du loisir de la ville, décloisonne ces catégories. À une perception cyclique du temps, succèdent ainsi des variations saisonnières, des séquences sociales nouvelles où les identités s’affichent autrement. En cela, le divertissement ne saurait relever de la pure badinerie sociale, où l’apparence ne subirait des modifications que par jeu mais, bien plutôt, du véritable jeu social, à la fois défouloir et enjeu d’une émancipation.

35La pratique sportive fait partie intégrante de ces nouvelles pratiques culturelles, où l’athlétisme devient vecteur de socialisation. À ce titre, le potentiel émancipateur du sport au cœur de la société des loisirs ne saurait être éludé. L’irruption de la pratique sportive dans la vie du narrateur est à cet égard déconcertante. Albertine en est adepte : sportive, elle en porte les attributs. La culture balnéaire dévoile en cela une expérience sensible, celle des corps athlétiques, performants, qui se qualifient autrement pour exister. Chaque villégiateur se pare d’attributs transitoires, inscrits dans le temps du tourisme, des jeux, du sport. Dans les sports de plage, le culte du corps prime sur celui de l’esprit.

36Pour autant, la culture balnéaire n’ignore pas totalement les clivages sociaux. Ainsi, à Balbec, les pratiques aristocratiques du Grand Hôtel, adeptes des promenades en voiture, tranchent sur la clientèle bourgeoise, adepte des plages, des sports. C’est bien l’irruption de cette classe sociale qui bouleverse les codes traditionnels de la villégiature aristocratique, la villégiature balnéaire prenant les dimensions d’un espace-temps symbolique.

37À Balbec, une ligne de démarcation étire l’intervalle entre ces deux conceptions du séjour balnéaire. Si le narrateur maîtrise les conventions de la classe aristocratique, Albertine l’initie aux pratiques bourgeoises, perçues comme dilettantes, présidant ainsi à l’émancipation du jeune Marcel qui, en cultivant une allure moderne et sportive, lâche la bride à la libération dilettante des corps et du plaisir.

38Aperçues sur la digue, les jeunes filles en fleurs se démarquent aisément par leur allure. Leur désignation métaphorique suggère cette floraison nouvelle qu’elles accomplissent. Sur l’intervalle des classes sociales, elles placent le curseur à l’intermède, suscitant une attirance bouleversante chez un narrateur peu enclin aux positions intermédiaires :

  • 4 Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, p. 362.

Ces jeunes filles bénéficiaient aussi de ce changement des proportions sociales caractéristiques de la vie des bains de mer.
Tous les avantages qui dans notre milieu habituel nous prolongent, nous agrandissent, se trouvent là devenus invisibles, en fait supprimés ; en revanche les êtres à qui on suppose indûment de tels avantages, ne s’avancent qu’amplifiés d’une étendue postiche4.

39La fugacité déconcertante d’Albertine contraste avec l’appréciation du narrateur sur le cloisonnement des classes sociales. Une articulation nouvelle du social se noue, amplifiée par l’univers balnéaire, qui s’apparente à un autre motif social, lequel fait directement écho au motif pictural.

40En effet, le motif de l’impressionnisme, incarné par le peintre Elstir, qui saisit l’incandescence de cette réalité balnéaire dans ses Marines, n’est pas ici anodin. La spécificité du courant impressionniste consiste à saisir des impressions fugitives en employant des angles de vue inhabituels, en captant la mobilité de phénomènes climatiques et lumineux. Cette tendance picturale capture la contingence, bien plus que l’aspect stable et conceptuel des essences. L’impressionnisme d’Elstir fonctionne en métaphore proustienne.

41À l’évidence, l’écriture proustienne entretient une exacte filiation avec ce motif pictural, la villégiature balnéaire à Balbec abondant en notations impressionnistes. La station de Balbec elle-même concentre cette essence impressionniste, figurant le transfert poétique de la célèbre station normande de Cabourg, réputée dès la Belle Époque. Le nom de Balbec est issu de la combinaison du nom de la ville libanaise de Baalbek et de celle de Bolbec, située dans le Pays de Caux, suggérant la symbiose de l’imaginaire oriental et de la réalité normande. En outre, la posture du peintre s’apparenterait à celle du narrateur proustien, chacun se positionnant en marge des terrains sociaux de la villégiature, en qualité d’observateur, afin d’en extraire les motifs récurrents. Le projet poétique de La Recherche forgé par le narrateur proustien s’élabore d’une façon similaire aux toiles d’Elstir, au contact de la côte normande. Il ne s’agit pas de prendre parti pour un camp ou un clan, mais de montrer l’alternative, sous la spirale illusoire du balnéaire. Le motif pictural ne relève donc pas de la badinerie, il révèle le potentiel subversif que recèle la société de villégiature. Espace d’hybridation, la culture balnéaire met en scène le flottement des repères sociaux.

  • 5 Paul Morand, Le Voyage, Paris, Hachette, 1927, p. 127.

42Faciliterait-elle l’émancipation de Marcel par l’intrusion de l’altérité sociale ? Le surgissement de cette altérité met en « vacance » le sujet lui-même, qui devient autre sur l’intervalle de la villégiature, ainsi que l’exprime Paul Morand à propos du voyage : « Voyager, c’est fuir son démon familier, distancier son ombre, “semer” son double »5.

43Un glissement s’opère du temps du travail au temps du loisir, puisque la villégiature éveille la mobilité du loisir. Il importe dès lors de considérer la fonction régénératrice accordée au balnéaire. L’irruption d’Albertine dans La Recherche modèle un rapport inédit au social, dans des contours jusqu’alors inexplorés. La mobilité matérielle vers les zones de villégiature matérialise un déplacement symbolique : l’individu en villégiature s’arrache au cadre clos auquel il appartient et bascule vers d’autres possibles, comme autant d’alternatives provisoires. Balbec, dès lors, fait figure d’espace subversif.

44La villégiature balnéaire s’appréhende de fait comme une alternative aux prescriptions sociales traditionnelles : telle une thérapeutique, elle se révèle propice à une métamorphose identitaire régénératrice. C’est ce même processus de régénération qu’expose également Paul Morand, dans une visée plus directement analytique :

  • 6 Ibid., p. 13-14.

Le voyage moderne est un réflexe de défense de l’individu, un geste antisocial. Le voyageur est un insoumis. Il s’agit d’échapper à l’État, à la famille, au mariage, au fisc, aux polyvalents, aux passages à tabac, aux contraventions, aux tabous nationaux.
On peut y voir une protestation semblable à celle des huguenots, dont le mot d’ordre fut le Refuge ; refuge, fuite, voyage, liberté, affranchissement, tout se tient. (…)
On voyage pour exister ; pour survivre ; pour se défixer. (…)
Le voyageur veut s’affirmer, au lieu de se dissoudre, fantôme gazeux, dans le magma social quotidien6.

45La plage dépouille le sujet de ses attributs sociaux familiers. Les rites balnéaires, qui vont de la baignade à la pratique sportive, façonnent ainsi un théâtre de « verdure » au sein duquel s’affiche une société en trompe-l’œil. Une société que caractérise un interstice dans la mesure où, si elle ne prolonge pas les codes traditionnels, elle ne rompt pas non plus brutalement avec eux.

46L’univers balnéaire proustien s’apparente à un laboratoire social qui confronte les identités sociales en les aiguisant et en les épuisant dans une dialectique de l’être et du paraître.

Éloge du temps perdu ?

47S’agit-il d’un éloge de l’oisiveté, à laquelle inviterait exemplairement la villégiature balnéaire ? La pratique de la villégiature, associée au rappel antique de l’« otium », projette nécessairement une impression d’oisiveté sur l’ensemble des villégiateurs. Pour autant, si cette orientation n’est pas contestable, elle mérite néanmoins d’être nuancée, tant l’oisiveté oscille entre vice et vertu.

48Si la société antique l’associe à une valeur positive, louée par Sénèque, la société judéo-chrétienne méprise cet état de paresse en lui opposant la vertu laborieuse, souveraine. La villégiature s’inscrit donc d’emblée dans cette problématique qui détourne du labeur qui s’y adonne : le villégiateur est oisif, paresseux, improductif si bien que, connotée péjorativement, l’activité de villégiature est perçue comme un espace-temps de « vacance », en rupture avec l’activité laborieuse.

49Mais peut-on en toute rigueur exclure l’activité de villégiature de la société laborieuse et de son champ social ? Une telle facilité désorienterait le lecteur proustien, qui saisit précisément le sens social vertueux des « vacances » à Balbec. Il ne s’agit donc pas d’éluder la part oisive de la villégiature balnéaire, mais bien d’extraire le potentiel social qui s’y déploie.

50Le temps perdu n’exalte-t-il pas une mythologie antique, déjà propice aux jouissances balnéaires ? De telles pratiques sont en effet récurrentes dans la société antique, notamment avec l’usage du thermalisme comme remède sanitaire. L’Antiquité officialise la démocratisation des bains de mer au IVe siècle av. J.-C. par l’exploitation commerciale des Bains d’Athènes et d’Égypte. De même, la pratique de la natation s’inscrit dans l’effervescence athlétique des premiers temps.

51Ces pratiques hédonistes s’interrompent cependant dès la chute de l’Empire, qui laisse en déshérence les complexes balnéaires existants. Sous l’influence judéo-chrétienne, la nudité devient taboue, éloignant l’homme de la mer. S’ajoutent à cela les invasions barbares et normandes, qui mettent en péril la sécurité des rivages. Pour autant, une tendance marginale persiste : la baignade se pratique quelquefois, mais de façon très minoritaire.

52À l’inverse, le mouvement romantique se délecte de l’esthétique des paysages marins, tandis que, progressivement, la société se met à célébrer les vertus de la plage. Le XIXe siècle accompagne une anthropisation progressive des rivages : cabines et autres formes de mobilier balnéaire s’implantent sur ces nouveaux territoires, validant les propos de Paul Morand, pour qui la plage « est la grève humanisée ».

53Et sur cette « grève humanisée », la société balnéaire juxtapose les possibilités, dévoile une morphologie sociale nouvelle, régénératrice. Sans pour autant que cela signifie le monde à l’envers, le voyage étant moins antisocial que révélateur de la part antisociale qui s’attache à la villégiature balnéaire, siège d’une régénérescence sociale. S’opérerait ainsi un transfert social de la société urbaine à la société balnéaire, ainsi que le suggère Paul Morand à l’incipit de son essai sur l’art de voyager :

  • 7 Ibid., p. 7.

Les vacances portent maintenant un autre nom, donné par les sociologues : « transplantations saisonnières »7.

54C’est faire de la société balnéaire le support territorial provisoire d’une micro-société : la villégiature fonde bien son essence sur l’existence d’une territorialité provisoire, espace d’accueil saisonnier, en référence aux villæ italiennes. L’expression sociologique de « transplantations saisonnières » définit le fondement même de la villégiature, combinaison d’un ancrage local et d’un temps limité.

  • 8 Dans une conférence donnée au Cercle d’études architecturales le 14 mars 1967, « Des espaces autres (...)

55Sans aucun doute, c’est l’espace balnéaire qui cristallise le mieux cette combinaison essentielle, qui mêle le territoire du bord de mer à la saison estivale. Il importe donc d’identifier l’originalité qui revient au balnéaire et d’en saisir la spécificité. Le balnéaire est traité tel un concept social, intrinsèquement lié à une réalité saisonnière et à une cartographie particulière : celle de la plage. Cette « particule » géographique et locale fonde dès lors un particularisme social, qui se traduit dans le concept d’hétérotopie développé par Michel Foucault8.

56Ce concept atteste l’existence de lieux autres, divers, à savoir d’une localisation concrète, localisable, réservoir d’imaginaire et de symbolique. De la sorte, la plage figure cet espace de retranchement, de déviation permettant de s’affranchir des normes de sociabilité, des contraintes et interdits d’ordinaire structurants. Elle valorise une inversion, ménage une échappatoire.

57Ce concept d’hétérotopie recouvre aussi l’existence d’une coupure avec le temps traditionnel du sujet : n’est-ce pas ce temps perdu que prône l’ivresse balnéaire ? La temporalité traditionnelle subit de fait une séquenciation nouvelle, elle favorise une hétérochronie – un temps autre, autre-temps – un interstice. Sa représentation esthétique s’éloigne au reste de l’urbanité traditionnelle, ce qu’affichent les particularités architecturales des stations balnéaires normandes.

58La culture de plage s’exprime donc par son autonomie signifiante, qui propulse le sujet dans un nouveau champ social qui n’est ni la reproduction du milieu social d’origine, ni son exacte opposition, mais l’espace-temps d’une transmutation. En effet, la spécificité du cadre balnéaire tient à l’espace-temps dans lequel il s’inscrit : occasion d’une fête saisonnière, il déverrouille les cloisons habituelles en instaurant une sociabilité autre et renouvelle la scène sociale.

59Dès la Belle Époque, ces espaces balnéaires concentrent un public hétéroclite, composé d’intellectuels et d’artistes, d’industriels, de personnalités du monde de la mode, du sport.

60Aussi Proust, en quête du temps perdu, aborde-t-il le divertissement de villégiature en esquivant son apparente frivolité pour insister sur sa capacité révélatrice. L’itinéraire proustien ne chemine donc pas jusqu’à Balbec pour cadencer sa narration d’une pause digressive mais pour y explorer les essences mouvantes des identités sociales. Le détour par le bord de mer enrichit donc le projet proustien d’un divertissement social, au sein duquel la station balnéaire de Balbec figure une contre-scène sociale.

61La villégiature balnéaire s’envisage comme une zone de turbulences qui trouble les distinctions usuelles de classe, bouleverse les rapports entre les individus et, partant, dévoile de nouvelles pratiques comportementales. En atteste le récit du jeune narrateur au sujet des relations ambiguës de sa grand-mère avec Mme de Villeparisis :

(…) les amabilités quotidiennes de Mme de Villeparisis et aussi la facilité momentanée estivale avec laquelle ma grand-mère les acceptait sont restées dans mon souvenir comme caractéristiques de la vie de bains de mer.

62C’est que la culture balnéaire s’apparente volontiers à une micro-société qui régénère les liaisons établies. Ce social saisonnier permet l’expérimentation de nouveaux modes de relations, qui échappent à la sociabilité urbaine :

C’est dire que les deux mondes – la noblesse et la petite bourgeoisie – ont l’un et l’autre une vue aussi chimérique que les habitants d’une plage située à une des extrémités de la baie de Balbec, ou de la plage située à une autre extrémité.

63Les clivages sociaux s’oblitèrent : tout est transparence, en accord avec l’architecture vitrée et ouverte du Casino sur la mer, qui exhibe cette nouvelle perméabilité sociale, rendue fonctionnelle par le principe de démocratisation des loisirs. De fait, d’abord destinées à la seule aristocratie, ces pratiques en viennent progressivement à concerner un tourisme de masse élargi, généralisé avec l’extension du domaine des loisirs et le repos dominical, qui rend accessible au petit bourgeois ces activités saisonnières. Si l’espace de villégiature modifie les pratiques sociales, il met en tumulte les rapports sociaux, basés sur la hiérarchisation établie de classes dominantes et de classes dominées, renversement qui s’exprime notamment dans la pratique des jeux de hasard, qui déconcerte totalement les usages des classes laborieuses.

64Dans la société civile, la classe bourgeoise ne doit sa fortune qu’au fruit de son labeur et de son mérite : ainsi évolue-t-elle selon ces valeurs dans l’espace-temps du travail. À l’inverse, l’aristocrate s’affiche en rentier, héritier d’une fortune antérieure, d’un patrimoine. Cet ordre se voit soudainement chahuté dans l’antre du Casino, qui infléchit cette répartition sociale et engage de nouvelles procédures.

65Le Casino se fait alors espace même de la contingence : chaque joueur peut s’y enrichir sans effort, au seul bénéfice de la chance et du hasard. L’ascension sociale, pour provisoire qu’elle est, débarrasse le bourgeois des stigmates du travail et installe la relation à l’argent dans le pur divertissement, qui offre la chance d’une pause dans la vie sociale. En ce sens, le jeu de hasard délivre de la fatalité qui tient à la hiérarchie entre classes dominantes et dominées. Le Casino, représentation archétypale du balnéaire à la Belle Époque, laisse donc affleurer le temps du divertissement, qui permet une mutation sociale éphémère. Espace théâtral, il fonctionne telle une scène duale, tant par les représentations théâtrales qui s’y jouent que pour les performances sociales qui s’y expriment. Trompe-l’œil, il vaut par ses capacités de subversion. Alors, quand l’espace urbain exhibe les différences sociales, le territoire du bord de mer les gomme momentanément, sous la forme innovante du ludique.


Du côté de Balbec

66Mention est faite de Balbec dans Du côté de chez Swann, lors de l’évocation du clocher de Combray :

Il n’y a guère que dans la Manche entre Normandie et Bretagne que j’ai pu faire de plus riches observations sur cette sorte de règne végétal de l’atmosphère. Là-bas près de Balbec, près de ces lieux si sauvages, il y a une petite baie d’une douceur charmante où le coucher de soleil du pays d’Auge, le coucher de soleil rouge et or, que je suis loin de dédaigner d’ailleurs, est sans caractère, insignifiant ; mais dans cette atmosphère humide et douce s’épanouissent le soir en quelques instants de ces bouquets célestes, bleus et roses, qui sont incomparables et qui mettent souvent des heures à se faner.

D’autres s’effeuillent tout de suite et c’est alors encore plus beau de voir le ciel entier que jonche la dispersion d’innombrables pétales soufrés ou roses. Dans cette baie dite d’opale, les plages d’or semblent plus douces encore d’être attachées à ces terribles rochers des côtes voisines, à ce rivage funèbre, fameux par tant de naufrages où tous les hivers bien des barques trépassent au péril de la mer. Balbec ! la plus antique ossature géologique de notre sol, vraiment Ar-mor, la mer, la fin de la terre, la région maudite qu’Anatole France – un enchanteur que devrait lire notre petit ami – a si bien peinte, sous ses brouillards éternels, comme le véritable pays des Cimmériens, dans l’Odyssée… De Balbec surtout où déjà des hôtels se construisent, superposés au sol antique et charmant qu’ils n’altèrent pas, quel délice d’excursionner à deux pas dans ces régions primitives et si belles !

67La villégiature à Balbec se traduit d’emblée par l’esthétique paysagère du site balnéaire.

Quelle joie dit-il, de voir dans la fenêtre et dans toutes les vitrines de bibliothèque comme dans les hublots d’une cabine de navire, la mer nue, sans ombrages (…). À tous moments (…) je retournais près de la fenêtre jeter encore un regard sur ce vaste cirque éblouissant et montagneux et sur les sommets neigeux de ses vagues en pierre d’émeraude çà et là polie et translucide, lesquelles avec une placide violence et un froncement léonin, laissaient s’accomplir et dévaler l’écroulement de leurs pentes auxquelles le soleil ajoutait un sourire sans visage.

68Mais la mer est changeante, dans la reprise du motif pictural de l’impressionnisme :

(…) avant tout, poursuit-il, j’avais ouvert mes rideaux dans l’impatience de savoir quelle était la Mer qui jouait ce matin-là au bord du rivage, comme une Néréide. Car chacune de ces Mers ne restait jamais plus d’un jour.

69Dans cet espace de villégiature sensible qu’est Balbec pour le narrateur, se croisent deux classes sociales enclines à ces séjours balnéaires, la classe aristocratique et la classe bourgeoise aisée, qui fournissent le contingent des villégiateurs de Balbec dans le roman. Néanmoins, une troisième classe est implantée à Balbec même, représentante de la population ouvrière, exclue de l’espace-temps de la villégiature, ce qui n’échappe pas au narrateur, au moment de sacrifier au rituel du dîner :

  • 9 Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, p. 106.

(…) les sources électriques faisant sourdre à flots la lumière dans la grande salle à manger, celle-ci devenait comme un immense et merveilleux aquarium devant la paroi de verre duquel la population ouvrière de Balbec, les pêcheurs et aussi les familles de petits bourgeois s’écrasaient au vitrage pour apercevoir, lentement balancée dans les remous d’or, la vie luxueuse de ces gens, aussi extraordinaire pour les pauvres que celle de poissons et de mollusques étranges (une grande question sociale, de savoir si la paroi de verre protégera toujours le festin des bêtes merveilleuses et si les gens obscurs qui regardaient avidement dans la nuit ne viendront pas les cueillir dans leur aquarium et les manger)9.

70L’architecture en transparence du Grand Hôtel favorise la confrontation visuelle de ces classes sociales dont les divergences se heurtent, de part et d’autre de la baie vitrée. Cette fois, l’architecture ne fonctionne pas en trompe-l’œil mais exhibe, à l’inverse, les différences, matérialise les démarcations sociales, les lignes de rupture.

71L’impressionnisme d’Elstir explore cette ligne de démarcation dans ses Marines dont les plans, labiles, font se chevaucher et se confondre espace terrestre et maritime, inscrivant sous forme iconique la perméabilité des catégories les mieux établies. La rencontre avec Elstir, véritable révélation artistique, influence de façon sensible l’éducation esthétique du jeune narrateur, ce qu’exprime la métaphore de l’impressionnisme, qui se déploie dès la découverte de l’atelier du peintre, où les représentations marines protéiformes se succèdent, périmant toute représentation un tant soit peu stable ou assurée :

L’atelier d’Elstir m’apparut comme le laboratoire d’une sorte de nouvelle création du monde, où du chaos que sont toutes choses que nous voyons, il avait tiré – en les peignant sur divers rectangles de bois qui étaient posés dans tous les sens – ici une vague de la mer écrasant avec colère sur le sable son écume lilas, là un jeune homme en coutil blanc accoudé sur le pont d’un bateau.

(…) Une des métaphores les plus fréquentes dans les marines qu’il avait près de lui en ce moment était celle qui comparant la terre à la mer supprimait entre elles toute démarcation. C’était cette comparaison, tacitement et inlassablement répétée dans une même toile qui y introduisait cette multiforme et puissante unité, cause, parfois non clairement aperçue par eux, de l’enthousiasme qu’excitait chez certains la peinture d’Elstir.

72Une toile récente du peintre, maître du brouillage, franchit toutes les frontières, quand la pénétration de la mer s’observe jusqu’au cœur de la ville, « où la terre est déjà marine et la population amphibie ». Le narrateur lui-même ne donne-t-il pas corps à cette population amphibie par-delà la transparence de la baie vitrée, paroi du grand aquarium quand il n’est que trop patent que les métaphores picturales que l’on doit à Elstir essaiment, infusent l’écriture de La Recherche, elle-même en permanente actualisation, dont elles tracent la ligne directrice, fût-elle oblique ?

73La ligne de démarcation diffuse qui estompe les différences correspond significativement à la digue de Balbec, où s’amortissent les différences sociales, manifestant combien la villégiature proustienne se conçoit comme terrain de mobilité, de diffusion, propice à l’éclosion du projet littéraire.

74Le narrateur proustien aurait-il pu rencontrer ces jeunes filles en fleurs ailleurs qu’à Balbec ? On peut sérieusement en douter, tant la villégiature a bien été le terreau fertile de l’effloraison proustienne, esthétique et littéraire. Marcel ne badine pas avec Albertine, appelée à devenir un motif de La Recherche. La villégiature à Balbec ne traduit donc pas une « vacance » littéraire, mais favorise la régénération et la relance propre au projet proustien.

75Le côté de Balbec n’a donc rien d’un a-côté : la côte normande n’encourage pas les badineries infécondes, mais laisse émerger dans son sillage un espace social autonome, situant la villégiature balnéaire en objet littéraire vertueux dans le projet proustien. Pour Proust, en effet, les pratiques balnéaires de ses contemporains fournissent l’occasion d’une sociologie qui fonctionne à la quintessence, posture que l’on retrouve chez Paul Morand.

76Des plages méditerranéennes à la station de Balbec, la villégiature balnéaire s’affiche hospitalière, qui garantit la régénérescence physique et sociale. En ce sens, si elle prône l’éloge du temps perdu, elle permet une pause contemplative et réflexive sur l’espace social.

77Après Proust et Morand, n’est-ce pas ce même ressourcement dont nous sommes en quête dans les espaces contemporains de villégiature ?

Haut de page

Bibliographie

Dubois Jacques, Pour Albertine. Proust et le sens du social, Paris, Seuil, 1997.

Morand Paul, L’Homme pressé, Paris, Gallimard, 1941.

Morand Paul, Le Voyage, Paris, Hachette, 1927.

Morand Paul, Bains de mer, Lausanne, Guilde du livre, 1960.

Morand Paul, Méditerranée, Mer des surprises, Tours, Mame, 1938.

Proust Marcel. À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, « Quarto », 1999.

Richard Jean-Pierre, Proust et le monde sensible, Paris, Seuil, « Poétique », 1974.

Haut de page

Notes

1 Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleur, in À la recherche du temps perdu, Paris, Gallimard, « Quarto », 1999, p. 408.

2 Je renvoie sur ce point à l’ouvrage classique de Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir (1899), pionnier pour ce qui est de l’étude de ces comportements révélateurs de nouveaux modes de consommation et d’ostentation de ses richesses et de son statut et, plus récemment, à Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Seuil, 1962.

3 Paul Morand, Bains de mer, Lausanne, Guilde du livre, 1960, p. 168.

4 Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, p. 362.

5 Paul Morand, Le Voyage, Paris, Hachette, 1927, p. 127.

6 Ibid., p. 13-14.

7 Ibid., p. 7.

8 Dans une conférence donnée au Cercle d’études architecturales le 14 mars 1967, « Des espaces autres », reprise dans Dits et Écrits, IV : 1954-1988, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences humaines », texte 360.

9 Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, p. 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Escudier, « En villégiature, de la Méditerranée à Balbec : la culture balnéaire de Marcel Proust à Paul Morand, badineries sociales ? », Babel, 32 | 2015, 315-333.

Référence électronique

Anaïs Escudier, « En villégiature, de la Méditerranée à Balbec : la culture balnéaire de Marcel Proust à Paul Morand, badineries sociales ? », Babel [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4376 ; DOI : 10.4000/babel.4376

Haut de page

Auteur

Anaïs Escudier

Université de Toulon - Laboratoire Babel (EA 2649)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org