Navigation – Plan du site

Au-delà des Pyrénées, en deçà du Rhin : tracés des frontières géoculturelles dans la littérature européenne des XIXe et XXe siècles

Anne Kraume
p. 93-109

Résumés

La présente contribution analyse les tracés des frontières géoculturelles dans des œuvres exemplaires de la littérature européenne des XIXe et XXe siècles, et soulève ainsi la question de la codification littéraire des points cardinaux. Tandis qu’au tournant du XIXe au XXe siècle le philosophe espagnol Miguel de Unamuno discute l’appartenance de l’Espagne à l’Europe justement dans une optique géoculturelle, et voit dans les Pyrénées la frontière entre l’Europe et l’Afrique, le poète français Victor Hugo esquisse, dans son recueil de poèmes Les Orientales (1829), un Orient qui se définit d’un côté par son altérité par rapport à l’Europe, mais dont les territoires se caractérisent de l’autre côté par sa proximité géographique : l’Orient de Victor Hugo, c’est aussi bien le Danube que l’Espagne ou la Grèce. Dans la pensée de l’écrivain alsacien René Schickele par contre, l’Europe ne se définit justement plus par des tracés de frontières qui excluent. Schickele tend à abolir les frontières géoculturelles par l’image d’un jardin transfrontalier qui se situerait des deux côtés du Rhin. De cette manière, les jalonnements géoculturels (comme les représentent les Pyrénées ou le Rhin dans les œuvres de ces auteurs si différents) se révèlent être des codifications multiples et variables, dont les significations peuvent varier et se superposer, et qui illustrent non seulement les facultés purement esthétiques de la littérature, mais aussi son aspiration à changer la réalité.

Haut de page

Texte intégral

1 Jordi Soler et la frontière franco-espagnole

1Dans son roman La fiesta del oso (2009), l’auteur Jordi Soler, né en 1963 à Veracruz (Mexique), envoie le « je-narrateur » à la recherche de son grand-oncle disparu dans le chaos des derniers jours de la guerre d’Espagne. Cet oncle, alors jeune pianiste talentueux et soldat de l’armée républicaine, a tenté au début de l’année 1939 de s’exiler en France en traversant les Pyrénées en compagnie d’un camarade grièvement blessé ; tandis que le camarade parvient à quitter l’Espagne et à fuir à travers les paysages de montagne hostiles, la trace d’Oriol se perd dans la neige du territoire frontalier, et seul son frère Arcadi, exilé au Mexique (le grand-père du narrateur), restera convaincu, toute sa vie durant, qu’Oriol a lui aussi réussi à passer en France pour rejoindre l’Amérique Latine où il aurait fait une carrière de musicien. Le narrateur qui d’ailleurs partage bien plus que le simple lieu de résidence, Barcelone, avec l’auteur Jordi Soler, constate au fil de ses recherches que le récit familial est plus que douteux : même à l’époque où l’histoire est narrée, la chaîne montagneuse entre l’Espagne et la France reste en majeure partie impraticable et paraît presque hermétiquement fermée aux intrus. Dans ce no man’s land entre deux nations, le narrateur de Soler découvre une version des événements diamétralement opposée au mythe familial du pianiste héroïque.

  • 1 Cf., sur le thème des citoyens ayant rejoint la France pour fuir la guerre civile espagnole, et en (...)
  • 2 Soler, La fiesta del oso, p. 31.

2Concernant la question des frontières géoculturelles en Europe – qui déterminent l’identité et la particularité de cette Europe –, l’intérêt ne consiste pas tant dans le processus suivi par Soler de déconstruction du personnage mythique incarné par le grand-oncle disparu, mais plutôt en sa localisation dans les paysages de montagne frontaliers et peu praticables entre l’Espagne et la France (toutefois il n’est pas fortuit que les événements historiques relatés dans le roman se densifient essentiellement dans cet espace et dans le mouvement au cœur de cet espace). Jordi Soler présente ainsi les Pyrénées comme un territoire dont l’ambivalence est patente1. D’une part, le narrateur est conscient que sa quête entre l’Espagne et la France est de toute autre nature que les passages de frontière de ses ancêtres fuyant les troupes franquistes puisque cette frontière est désormais ambiguë : « [E]stamos en el siglo XXI y España y Francia ya no son lo que eran en 1939, ya no hay pesetas ni francos, ni siquiera hay frontera entre los dos países »2. D’autre part, la démarcation entre les deux pays se révèle malgré tout plus pérenne que prévu – bien qu’elle se manifeste autrement au XXIe siècle que du temps des républicains espagnols en fuite. Le narrateur perçoit les grandeurs de la nature au sommet des Pyrénées et l’infini suggéré par ce territoire à cheval entre l’Espagne et la France, mais il se rend compte, au cours d’une longue marche le long des crêtes, qu’à l’ère des technologies modernes ce sentiment d’effacement des frontières est plus que jamais une pure fiction :

  • 3 Ibid., 47-48.

Lo más sencillo hubiese sido desconectar el móvil, ignorar microondas y vibraciones de la modernidad y regresar la montaña a su estado original, pero resulta que el teléfono […] era el indicador de la frontera entre los dos países. De un lado operaba una compañía telefónica, y del otro, otra, y cada vez que, en mi camino levemente errático por la cima, cruzaba la línea virtual que divide a España de Francia, mi incursión se registraba en la pantalla del teléfono, que cambiaba de Movistar a Bouygtel. Esto que puede pasar por un divertimento frívolo, « ahora estoy en Francia y ahora doy un paso y estoy en España », no lo era en absoluto porque yo necesitaba saber de qué lado de la frontera estaba la cabaña3.

3C’est donc uniquement à première vue que la question de la frontière entre deux pays, qui était encore déterminante du temps de ses grands-parents, voire une question de vie ou de mort, est poussée à l’absurde dans ce passage du roman. Car si désormais il importe peu de quel côté de la frontière on se trouve (et dans quel réseau on communique), le jeu des passages de frontière mis en scène par Soler nous montre que l’opposition supposée entre la perception actuelle de la frontière et celle des soldats républicains en fuite soixante-dix ans auparavant n’en est pas réellement une. À l’époque déjà, la frontière naturelle des Pyrénées, qui était celle entre deux systèmes politiques et entre guerre et paix, n’était qu’une construction virtuelle, bien que des événements comme celui de la guerre d’Espagne l’aient bien souvent occulté ; cependant cette frontière virtuelle est si puissante et influente aujourd’hui encore, qu’elle semble ineffaçable, même à l’ère de l’ouverture des frontières intra-européennes.

4En examinant la question de la frontière, surtout dans un contexte historique de guerre civile, de fuite, d’expulsion, et en retraçant l’ambivalence profonde des frontières soi-disant naturelles comme les Pyrénées, Jordi Soler s’empare d’un thème récurrent de la littérature des XIXe et XXe siècles – à savoir celui des relations entre la réalité indéniable des frontières entre les pays et le fait qu’elles restent tout de même une construction de l’esprit. Le roman de Soler reprend ainsi au début du XXIe siècle une question qui a essentiellement préoccupée les écrivains européens qui s’intéressaient à la question européenne (de différentes manières) : dans les œuvres de l’écrivain français Victor Hugo, du philosophe et poète espagnol Miguel de Unamuno ou de l’auteur alsacien essentiellement de langue allemande René Schickele, les frontières sont présentées comme des lignes de démarcation aptes à traduire les codifications culturelles d’une manière apparemment évidente en géographie ; à y regarder de plus près cependant, ces codifications s’avèrent être des caractéristiques attribuées (tant dans leurs œuvres, que plus tard dans le roman de Jordi Soler), dont les significations peuvent dériver, se superposer ou se modifier au fil du temps et qu’il s’agit donc pour les auteurs de remettre en question et d’examiner au moyen de la littérature.

5Dans ce qui suit je m’attacherai à montrer brièvement comment, pourquoi et de quelle manière ceci est mis en place dans les œuvres des trois auteurs évoqués.

2 Miguel de Unamuno et la frontière entre l’Europe et l’Afrique

  • 4 Cf. pour le contexte historique Bernecker, Spanische Geschichte, p. 131-149.
  • 5 Aubert, Les Espagnols et l’Europe, XI.
  • 6 Cf. pour les faits et dates ibid., p. 131-149.

6L’enquête littéraire de Jordi Soler en plein territoire frontalier entre l’Espagne et la France, et la réflexion qui l’accompagne sur la virtualité des frontières soi-disant naturelles, prend sa source historique dans les ravages de la guerre civile espagnole. De manière comparable, les réflexions littéraires sur la définition des frontières géoculturelles en Europe, menées par Hugo, Schickele et Unamuno respectivement, ont pour origine une source historique, à partir de laquelle les écrivains prennent conscience de la problématique de la frontière. Pour Victor Hugo, ce sont les guerres napoléoniennes et surtout le congrès de Vienne qui ont éveillé ses questionnements sur l’Europe. L’Alsacien René Schickele s’intéressera aux problèmes d’appartenance à une région qui passe d’une identité nationale à une autre en partant des événements de la Première Guerre mondiale et du Traité de Versailles. Dans le cas de Miguel de Unamuno, la source de ses réflexions sur les frontières espagnoles peut être située dans les dernières années du XIXe siècle et au début du XXe, au cours desquelles l’Espagne perd ses dernières colonies, Cuba, Puerto Rico et les Philippines, à la suite de sa défaite face aux États-Unis d’Amérique, en révélant au grand jour la décadence de la Restauration sclérosée et réfractaire des Bourbons4. Les signes du déclin étaient d’ores et déjà visibles juste avant la perte des colonies – Paul Aubert écrit par exemple qu’à la fin du XIXe siècle l’Espagne était « un pays périphérique en voie de développement »5. Si l’on considère que le pays était alors essentiellement agraire et fort peu industrialisé, et qu’en 1877, trois quart de la population était encore analphabète – et 13 ans plus tard, les deux tiers – le choix du mot « périphérie » ne semble pas se restreindre à la position géographique de l’Espagne au sein de l’Europe6. Dans les analyses de la décadence de l’Espagne et ses chances de renouveau effectuées par les intellectuels espagnols dans ces années, l’Europe joue surtout le rôle de substance de contraste : l’Europe est tout ce que l’Espagne n’est pas (ou plus) ; face au déclin de leur pays, les intellectuels espagnols se demandent en particulier s’il est souhaitable de se rapprocher davantage de l’Europe ou s’il vaut mieux, au contraire, renouer avec les traditions et les valeurs espagnoles pour se démarquer sciemment de l’Europe.

7Miguel de Unamuno incarne ici une position charnière : immuablement il avive la polémique et alimente sans cesse les discussions de formules qui relancent le débat. C’est dans ce contexte que chez lui aussi, les Pyrénées jouent un rôle capital. À ces yeux, le massif montagneux marque moins la frontière entre l’Espagne et la France que celle entre l’Espagne et une Europe qui diffèrerait radicalement de celle-ci :

  • 7 Unamuno, Obras Completas III, p. 732.

Para afrentarnos y rebajarnos se inventó aquella frase de que el África empieza en los Pirineos, y aquí nos hemos pasado los años procurando borrarla y citándola como un bochorno. Día llegará – tengo en ello fe y esperanza – en que repitamos con orgullo esa frase y digamos a nuestra vez mirando allende nuestros montes linderos : “Europa empieza en los Pirineos”7.

  • 8 Cf. Hinterhäuser, Spanien und Europa, p. 24-25.
  • 9 L’argumentation d’Unamuno est semblable dans d’autres textes cf. par exemple Unamuno, Obras Complet (...)

8Tout est apparemment une question de perspective : dans ce court passage d’un article paru en 1908, Unamuno marque un tournant révélateur de la façon dont il voit le rôle de l’Espagne en Europe. Tandis que, vu depuis le Nord de l’Europe, la frontière naturelle européenne a des siècles durant (surtout pendant les Lumières) été crânement tracée le long des Pyrénées et non au bord de la Méditerranée, en excluant ainsi la péninsule ibérique soi-disant obscurantiste de la communauté des États d’Europe et surtout de la culture européenne8 – et cette exclusion a fini par miner l’assurance et la fierté espagnoles – l’intervention d’Unamuno marque le début d’une réinterprétation affirmée des Pyrénées comme frontière naturelle européenne : si, depuis une perspective européenne, l’Afrique commence derrière les Pyrénées, alors il n’y a qu’un petit pas à franchir jusqu’à la vision purement ibérique d’Unamuno – depuis la perspective espagnole, l’Europe ne commence donc qu’au-delà des Pyrénées9.

9Le portrait que Miguel de Unamuno brosse des Pyrénées dans ce court fragment se différencie ainsi fondamentalement de celui que trace Jordi Soler 100 ans plus tard : la rhétorique d’Unamuno se fonde sur un regard porté sur l’Europe depuis ses marges ; contrairement à Soler, il ne donne pas le premier rôle à la question de la frontière en soi, mais, de manière polémique, à celle de l’appartenance ou non de l’Espagne à l’Europe en mettant en avant la démarcation géoculturelle des Pyrénées. Chez Soler, les éventuelles différences entre l’Espagne et la France semblent se dissoudre dans l’espace naturel commun des sommets des Pyrénées, et la frontière entre ces deux pays n’est plus que virtuellement perceptible sur l’arrière-plan d’une Europe unie (dont l’Espagne fait évidemment partie). Pour Unamuno en revanche, la fonction frontalière des Pyrénées est exacerbée, car il ne la représente pas uniquement comme une ligne de démarcation entre deux pays mais il en fait une frontière entre deux continents.

  • 10 Unamuno, Obras Completas VII, p. 285.
  • 11 Cf. de manière plus détaillée Kraume, Das Europa der Literatur, p. 74-76.

10Pourtant Miguel de Unamuno est conscient du fait que les débats espagnols sur l’Europe au tournant du siècle se situent plutôt sur un plan culturel que géographique ; il décrit en effet le continent au-delà des Pyrénées comme l’espace du progrès, du savoir et de la science, et sa vision polémique se fonde en majeure partie sur l’idée que la participation de l’Espagne à ces acquis n’est pas uniquement positive10 : « ¡Europa ! Esta noción primitiva e inmediatamente geográfica nos la han convertido, por arte mágica, en una categoría casi metafísica »11. Son propre attachement aux données purement géographiques doit donc être vu comme la volonté de replacer les débats passionnés menés en Espagne dans une dimension plus concrète et perceptible – bien qu’il soit conscient que présenter les Pyrénées comme une ligne de démarcation évidente et purement naturelle, puisque géographique, entre une Europe du progrès et l’Espagne des valeurs traditionnelles, n’est pas moins métaphysique que le discours des partisans d’une intégration totale de l’Espagne à la logique européenne auquel il se réfère ici.

  • 12 Cf. par exemple Unamuno, Obras Completas VIII, 573. Pour plus de détails sur la représentation de F (...)

11C’est pourquoi il n’est pas étonnant que sa perception des Pyrénées comme frontière septentrionale de l’Espagne (et de l’Afrique) change au fil des années, parallèlement aux circonstances historico-politiques qui représentent la toile de fond de ses réflexions. Si au début du siècle la question de l’identité de l’Espagne, après la perte de ses colonies, est centrale (pour lui comme pour l’Espagne toute entière), la préoccupation principale se déplace au plus tard dans les années vingt du XXe – période où une grande partie de l’Europe est occupée à faire le bilan de la Première Guerre mondiale, tandis que l’Espagne, restée neutre, est dominée par une dictature militaire à la suite du putsch du général Miguel Primo de Rivera en 1923. Unamuno, qui s’élève d’emblée contre la dictature, restera en exil, d’abord sur une île des Canaries, Fuerteventura, puis en France, jusqu’à la mort de Primo de Rivera en 1930 ; lors de son exil, il s’insurge et rédige des écrits contre le dictateur et sa doctrine militariste. Sa préoccupation n’est donc pas la question de l’intégration de l’Espagne à l’Europe mais le pays en soi et sa situation politique. Durant son séjour de quelques mois à Fuerteventura, Unamuno adopte une attitude de repli : l’île est décrite comme un espace indépendant et à part déterminé par son altérité radicale. Fuerteventura n’est déjà plus l’Espagne, pas vraiment l’Europe, pas non plus tout à fait l’Afrique et certainement pas l’Amérique – il la présente comme un seuil, un lieu de transition, qui se définit essentiellement par son éloignement de toute civilisation et qui se trouve pour cela sans aucun doute en dehors des frontières étroites de l’Espagne mais également de celles de l’Europe. Le philosophe espagnol met ainsi en scène son île d’accueil comme un lieu isolé, situé en dehors des grandes logiques européennes, en décomposant la notion espagnole aislamiento, signifiant « isolation », pour en extraire le noyau étymologique de l’île, isla12.

  • 13 Unamuno, Obras Completas VIII, p. 705.
  • 14 Cf. ibid., 705 et cf. Kraume, Das Europa der Literatur, p. 150-151.
  • 15 Unamuno, Obras Completas VIII, p. 649.
  • 16 Ibid., p. 651.

12Dans le cadre de notre question sur la définition des frontières géoculturelles dans la littérature, il est intéressant de constater que Miguel de Unamuno commence à s’interroger sur les Pyrénées en tant que frontière naturelle entre la France et l’Espagne au cours de son exil en France (à Paris, mais également à Hendaye, non loin de l’Espagne) alors qu’au tournant du siècle, cette question n’était pour lui qu’un des aspects du problème plus global de l’appartenance ou non de l’Espagne à l’Europe. Comme Jordi Soler, qui dans son analyse de la guerre civile espagnole (du moins dans les passages concernant la Retirada républicaine de 1939) représente les Pyrénées comme une frontière entre différents systèmes politiques, et de manière extrapolée, entre la vie et la mort, Miguel de Unamuno accorde davantage d’importance à la limite tracée par la ligne de crête pyrénéenne à partir du moment où les systèmes politiques de part et d’autre de la frontière se différencient. Ainsi, dans un court texte sur sa perception de cette frontière à Hendaye, il évoque sa vie entre deux États, « uno república y otro reino »13, non sans immédiatement relativiser cette différence fondamentale – tout à fait dans l’esprit de son tournant vers l’intériorité amorcé à Fuerteventura – en faisant référence à la vie après la mort (et en démontrant ainsi la futilité des systèmes politiques créés par les hommes)14. Néanmoins, dans ses écrits d’Hendaye, son intérêt pour le pouvoir et l’influence de la frontière demeure, et il est intéressant de constater que sa perception de la ligne de démarcation entre les deux pays et les deux systèmes est désormais bien plus concrète que sa vision antérieure, très abstraite, des Pyrénées comme frontière culturelle entre l’Espagne et l’Europe. Ses descriptions de la frontière, comme, plus tard, celles de Jordi Soler, ciblent sur son ambivalence fondamentale en tant que ligne de démarcation soi-disant naturelle et pourtant construite. C’est ainsi que ses expériences intenses de la frontière marquée par le fleuve Bidassoa à Hendaye, qu’il a quotidiennement sous les yeux, le pousse irrémédiablement à remettre en question l’importance de cette frontière en soulignant que de part et d’autre de cette limite le territoire est tout aussi basque (ce qui revêt une importance particulière pour lui qui est lui-même originaire du pays basque) : « El Bidasoa es, como sabéis, el río lindero entre España y Francia en esta parte de la frontera, en los Pirineos occidentales. Es un río y no una cresta montañosa lo que aquí separa y a la vez une a ambas naciones vecinas y contiguas »15. L’image du fleuve qui relie autant qu’il sépare, et le fait que la frontière ne soit pas, à cet endroit des Pyrénées, marquée par une crête montagneuse mais par un fleuve mouvementé, sont sans doute symptomatiques de sa perception changeante des Pyrénées depuis le tournant du siècle : s’il évoque dans un autre texte l’« indecisa frontera espiritual que en el lindero de la mar de la civilización divide a España de Francia »16, on reconnaît ici non seulement l’influence de son repli sur soi durant ses années d’exil, mais aussi une vision différente des données et situations géoculturelles qui déterminent l’Europe. Les Pyrénées ne sont plus une frontière absolue entre les continents, mais également une limite fluctuante (et « indéterminée ») entre différents degrés de spiritualité, mais qui se fondent dans le tout naturel de part et d’autre de la frontière.

3 Victor Hugo et la frontière entre Orient et Occident

13Dans son recueil de poèmes paru en 1829, Les Orientales, Victor Hugo trace le portrait d’un Orient qui, à y regarder de plus près, soulève quelques questions : d’un côté, il est vrai qu’Hugo décrit son Orient dans l’esprit littéraire du temps comme un espace qui en raison de son étrangeté est l’antithèse de notre Europe familière. D’un autre côté, cette vision poétique de l’Orient n’est pas tant définie par son altérité extrême, mais l’espace soi-disant oriental des poèmes concerne essentiellement des seuils entre Occident et Orient (l’Espagne, par exemple), ou bien des territoires véritablement européens (comme la Grèce ou les paysages du Danube). Les frontières géoculturelles ainsi tracées par Hugo dans ses poèmes sont donc plus que floues ; dans les Orientales (comme dans le postulat d’Unamuno que les Pyrénées marquent la frontière entre l’Europe et l’Afrique), Hugo soulève la question du rôle et des répercussions des codifications des points cardinaux comme les met en scène la littérature. Dans cette optique (et prenant en considération les questions soulevées auparavant), l’image qu’Hugo dessine de l’Espagne dans son recueil de poèmes est particulièrement intéressante. Dès la préface des Orientales, il évoque l’Espagne en la décrivant comme une passerelle entre les hémisphères orientaux et occidentaux :

  • 17 Hugo, Œuvres Complètes Poésie I, p. 413.

L’Orient, soit comme image, soit comme pensée, est devenu pour les intelligences autant que pour les imaginations une sorte de préoccupation générale à laquelle l’auteur de ce livre a obéi peut-être à son insu. Les couleurs orientales sont venues comme d’elles-mêmes empreindre toutes ses pensées, toutes ses rêveries ; et ses rêveries et ses pensées se sont trouvées tour à tour […] hébraïques, turques, grecques, persanes, arabes, espagnoles même, car l’Espagne est encore l’Orient ; l’Espagne est à demi africaine, l’Afrique est à demi asiatique17.

14Victor Hugo décrit ici la mode de l’orientalisme dans la littérature comme un phénomène abstrait ou imaginaire : l’Orient est une « image » ou une « pensée » et en cette mesure, il occupe d’un côté les imaginations et, de l’autre, les intelligences de ceux qui s’engagent dans sa description. La puissance référentielle de ces images ou pensées orientales reste pourtant limitée dans ce passage de la préface de Victor Hugo. Bien que l’allusion à l’Espagne (« l’Espagne est encore l’Orient ») suggère que cet imaginaire a bien une existence en-dehors de la littérature, ceci n’a d’abord pas grande importance pour le raisonnement de la préface essentiellement fondé sur des critères esthétiques. De même, l’image de l’Espagne esquissée par la suite est principalement composée de touches esthétiques apposées par Hugo. L’auteur compare ainsi son œuvre à une ville espagnole dans laquelle on trouverait de « tout » :

  • 18 Hugo, Œuvres Complètes Poésie I, p. 412-413.

au centre une imposante cathédrale gothique, de l’autre côté de la ville et dissimulée par les palmiers, la mosquée orientale, aux dômes de cuivre et d’étain, aux portes peintes, aux parois vernissées, avec son jour d’en haut, ses grêles arcades, ses cassolettes qui fument jour et nuit ; ses versets du Coran sur chaque porte, ses sanctuaires éblouissants, et la mosaïque de son pavé et la mosaïque de ses murailles ; épanouie au soleil comme une large fleur pleine de parfums18.

  • 19 Ibid., p. 412.
  • 20 Cf. ibid. p. 414.
  • 21 Ibid.

15Là encore, l’objectif de Victor Hugo semble d’abord plus esthétique que politique. Il souligne par exemple que les Orientales doivent endosser dans ses œuvres complètes le rôle joué par la mosquée dans sa ville espagnole imaginaire : celui d’un élément peut-être ornemental, mais et pourtant constitutif d’un tout. Mais bien que le poète qualifie lui-même son recueil de « livre inutile de pure poésie »19, on décèle malgré tout en toile de fond de son argumentation esthétique une évidente ambition politique – ainsi, la préface des Orientales s’achève en effet sur un appel éminemment politique : l’Occident a besoin d’être complété par l’Orient, écrit Hugo, ce n’est qu’ainsi que l’équilibre fragile, certes, mais constant entre les hémisphères sera atteint20. « Au reste, pour les empires comme pour les littératures, avant peu peut-être l’Orient est appelé à jouer un rôle dans l’Occident »21. C’est ainsi qu’il démontre le lien entre politique et esthétique qui nourrit son raisonnement.

  • 22 Cf. au sujet de l’image de l’Espagne chez Hugo Floeck, Victor Hugo et l’Espagne, p. 87-102.

16De cette manière, la conception spatiale qui sous-tend son recueil de poèmes prône l’ouverture des frontières entre Occident et Orient. L’Espagne est la scène où l’on pourrait assister à cet élargissement de l’espace car c’est un territoire frontalier dans lequel les traditions européennes et orientales sont susceptibles de se rencontrer, de nouer des liens et de se féconder22. Dans cette optique, le constat d’Hugo affirmant que l’Espagne est « à demi africaine » se range dans la lignée des déclarations auxquelles Miguel de Unamuno se réfèrera plus tard en déclarant effrontément les Pyrénées comme frontière entre l’Europe et l’Afrique ; cependant l’objectif du poète français se distancie de la démarche des intellectuels et écrivains souhaitant écarter l’Espagne de l’Europe en soulignant ses racines africaines : à la différence de cette logique de pure exclusion, l’auteur des Orientales voit en effet la richesse esthétique et politique de l’Espagne dans sa fonction de passerelle entre l’Occident et l’Orient.

  • 23 Cf. le débat français sur la notion de civilisation, Laurent, Penser l’Europe avec l’histoire, p. 5 (...)
  • 24 Cf. à ce sujet Francoise Chenet-Faugeras, Victor Hugo, le Rhin et le problème du pouvoir (1841-1845 (...)

17Plus d’une décennie plus tard, la question des frontières européennes se pose autrement : vers 1840, alors que Victor Hugo souhaite postuler une fonction politique au gouvernement de la Monarchie de Juillet, sa vision de l’Europe se transforme (qui dans ses Orientales, nous l’avons vu, avait ciblé surtout son ouverture sur l’Orient) et il cherche à décrire l’histoire européenne comme celle d’un progrès de la civilisation23. Pour Victor Hugo (comme pour d’autres penseurs contemporains tel que François Guizot), la civilisation est intrinsèquement européenne. Il y voit principalement deux centres, Paris et le Rhin, régions dans lesquelles il se rend plusieurs fois et auxquelles il consacre un mémoire sous forme de récit de voyage, Le Rhin. Lettres à un ami (1842/45). L’objectif de ce récit est en accord avec les ambitions politiques d’Hugo à cette époque. Son évocation de la civilisation européenne regroupée autour du Rhin a pour but de revendiquer la rive gauche du Rhin, qui, depuis le remaniement territorial du Congrès de Vienne, est allemande24. Dans ce contexte, la dimension symbolique qu’il attribue au Rhin a ici des implications géopolitiques :

  • 25 Hugo, Œuvres Complètes Voyages, p. 109-110.

Le Rhin, fleuve providentiel, semble être aussi un fleuve symbolique. Dans sa pente, dans son cours, dans les milieux qu’il traverse, il est, pour ainsi dire, l’image de la civilisation qu’il a déjà tant servie et qu’il servira tant encore. Il descend de Constance à Rotterdam, du pays des aigles à la ville des harengs, de la cité des papes, des conciles et des empereurs au comptoir des marchands et des bourgeois, des Alpes à l’Océan, comme l’humanité elle-même est descendue des idées hautes, immuables, inaccessibles, sereines, resplendissantes, aux idées larges, mobiles, orageuses, sombres, utiles, navigables, dangereuses, insondables, qui se chargent de tout, qui portent tout, qui fécondent tout, qui engloutissent tout25.

  • 26 Cf. ibid., p. 405. Voir également Kraume, Das Europa der Literatur, p. 52.

18Si pour Victor Hugo le cours du Rhin, depuis sa source alpine jusqu’à son embouchure en Mer du Nord, est l’image d’une civilisation profondément européenne, sa fonction de frontière entre la France et l’Allemagne n’est pas mise en exergue, alors que c’est une question d’une grande actualité, tant pour lui que pour beaucoup d’écrivains allemands et français de l’époque : au contraire, dans la Conclusion de son récit de voyage, il insiste sur le fait que non seulement la France et l’Allemagne sont dépendantes l’une de l’autre, mais aussi que l’équilibre du continent tout entier est tributaire de la stabilité de leur relation26. Indépendamment de cela, la crise du Rhin entre la France et l’Allemagne dans les années 1840-1841, qui sous-tend le récit de voyage d’Hugo, alimente les ressentiments et un nationalisme exacerbé de part et d’autre du fleuve – un nationalisme qui s’exprime essentiellement dans les débats sur le tracé de la frontière entre les deux pays et qui est dans ce contexte responsable de l’excédent de symbolisme géoculturel que Victor Hugo prodigue ici au Rhin.

4 René Schickele et la dissolution de la frontière rhénane

  • 27 Cf. Joachim W. Storck, Himmlische Landschaft, René Schickeles Haus in Badenweiler, Marbach am Necka (...)
  • 28 Cf. Kraume, Das Europa der Literatur, 212-229 et Kraume, Himmlische Landschaft, p. 65-77.

19Les débats autour de la question du Rhin sont tout aussi animés presque un siècle plus tard, peu après la Première Guerre mondiale, et la question géopolitique de la frontière rhénane s’y voit, là encore, traitée au moyen de la littérature. Ainsi, l’écrivain alsacien René Schickele publie, au début des années trente, deux recueils d’essais consacrés exclusivement, comme leurs titres l’indiquent, à ses réflexions sur la frontière entre la France et l’Allemagne : Die Grenze (La Frontière) et Himmlische Landschaft (Paysage du ciel) datés de 1932 et 1933 ; et si l’on considère ces titres en rapport avec les définitions géoculturelles des frontières dans la littérature européenne, ils semblent illustrer parfaitement ce double mouvement de délimitation et d’effacement des limites constamment mis en scène et thématisé par la littérature des XIXe et XXe siècles. René Schickele se réfère dans les deux volumes à son lieu d’origine dans le Haut-Rhin – cette « patrie » n’est pas seulement l’Alsace, redevenue française après la Première Guerre mondiale, mais aussi son pendant allemand de l’autre côté du Rhin : la Bade du Sud et surtout le Markgräfler Land au sud de Fribourg-en-Brisgau, où l’écrivain vit avec sa famille à partir de 192227. Si le titre Die Grenze évoque explicitement la césure en deux entités de ce que Schickele ressent et représente comme une unité paysagère, le titre du second volume, Himmlische Landschaft, annonce déjà une solution à ce problème : la frontière entre les deux pays (qui a été constamment déplacée entre les Vosges et le Rhin) est dissoute en faveur de l’idée d’un espace culturel, d’un paysage naturel unifié, que Schickele décrit comme un jardin que se partageraient la France et l’Allemagne28.

  • 29 Cf. au sujet de cette photo Woltersdorff, Chronik einer Traumlandschaft, p. 1.

20Le problème fondamental de la frontière est illustré d’emblée sur la couverture du premier volume, Die Grenze, publié en 1932. On y voit une photo de l’auteur, debout sur un pont en bois traversant un large fleuve, derrière lequel on devine la silhouette floue des piles métalliques d’un autre pont. Le lien que représentent les deux ponts est cependant altéré par le poteau frontalier qui se dresse derrière Schickele et qui divise l’image en deux parties égales. Un panneau indique qu’au milieu du fleuve on se trouve sur la « frontière territoriale » – à savoir, celle séparant le Reich allemand de la République Française. Le fleuve traversé par les deux ponts est donc le Rhin, et René Schickele se tient exactement sur la frontière marquée par le poteau. Il a le bras droit posé sur la rambarde, de sorte qu’il est légèrement penché vers la droite, vers la partie allemande de la frontière ; mais comme il a les jambes croisées, son poids est déporté sur le pied gauche, donc du côté français29. La frontière franco-allemande qui, malgré le lien des ponts, divise la photo en deux parties, divise tout autant la vie de René Schickele : ce fils d’un père alsacien-allemand et d’une mère française, né et élevé en Alsace allemande après 1871, est Français par sa langue maternelle et n’apprend l’allemand qu’à l’école. Pourtant il écrira en allemand pratiquement toute sa vie et, malgré sa nationalité française, il vivra en Allemagne après la Première Guerre mondiale durant la République de Weimar – jusqu’à ce que le régime nazi le pousse à s’exiler en France en 1932 (date de la parution de son volume Die Grenze) ; un exil qui n’en est pas un à proprement parler en raison de son origine franco-allemande et surtout de son passeport français.

  • 30 Schickele, Werke in drei Bänden III, p. 1003.

21À regarder cette biographie, il n’est pas étonnant que Schickele revienne souvent sur le thème de la frontière, en particulier sur son caractère paradoxal de ligne de démarcation apparemment inammovible et pourtant sans cesse soumise aux changements : « In der Tat waren wir durch die Jahrhunderte eine fließende Grenze »30, écrit-il au sujet de l’Alsace, en se référant aux fluctuations historiques de la région qui, en effet, sont loin d’avoir été favorables pour ses habitants. La frontière rhénane, au sujet de laquelle René Schickele s’interroge plus explicitement encore que Victor Hugo, représente pour l’écrivain alsacien donc bien davantage qu’une fine ligne de partage entre deux pays : elle constitue un « entre-deux », certes influencé, mais néanmoins indépendant, qui soulève des questions et problèmes particuliers mais auxquels on apporte également des réponses spécifiques. Le portrait d’un jardin clos haut-rhinois florissant que Schickele brosse surtout dans le deuxième volume, Himmlische Landschaft, concentre ces réponses de manière presque idéale : les évocations de Schickele d’un espace naturel unitaire, de part et d’autre de la frontière, défini par l’opulence de sa végétation et sa fertilité, servent à illustrer l’arbitraire et l’artifice de cette frontière entre les deux pays. Dans un autre essai publié quelques années après la Première Guerre mondiale, Schickele écrit :

  • 31 Schickele, Wir wollen nicht sterben!, p. 230.

Das Land der Vogesen und das Land des Schwarzwaldes waren wie die zwei Seiten eines aufgeschlagenen Buches ; ich sah deutlich vor mir, wie der Rhein sie nicht trennte, sondern vereinte, indem er sie mit seinem festen Falz zusammenhielt. Die eine der beiden Seiten wies nach Osten, die andre nach Westen, und auf jeder stand der Anfang eines verschiedenen und doch verwandten Lieds, und so war es Europa, das offen vor mir lag31.

22Ce passage souvent cité illustre une fois encore l’ambivalence fondamentale des frontières, même celle des frontières soi-disant naturelles – une ambivalence thématisée de manière comparable, nous l’avons vu, dans les œuvres de Jordi Soler, Miguel de Unamuno et de Victor Hugo. Toutefois, la description métaphorique du paysage frontalier comme livre ouvert, employée par René Schickele, dépasse ici les réflexions des autres auteurs européens : en évoquant dans ce contexte expressément l’Europe, il fait certes allusion à la force esthétique, mais aussi transformatrice, de la littérature. La littérature a toujours su répondre à l’apparente immuabilité des frontières de la politique pragmatique par la souplesse de l’imagination.

Haut de page

Bibliographie

Aubert Paul. Les Espagnols et l’Europe (1890-1939). Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1992.

Bernecker Walther L. Spanische Geschichte. Von der Reconquista bis heute. Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2002.

Chenet-Faugeras Françoise. Victor Hugo, le Rhin et le problème du pouvoir (1841-1845). Paris 1989.

Floeck Wilfried. « Victor Hugo et l’Espagne. » Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese 13 (1987) : 87-102.

Hinterhäuser Hans. Spanien und Europa. Stimmen zu ihrem Verhältnis von der Aufklärung bis zur Gegenwart. München : Deutscher Taschenbuch-Verlag, 1979.

Hugo Victor. Œuvres Complètes. Poésie I. Paris : Robert Laffont, 1985.

Hugo Victor. Œuvres Complètes. Voyages. Paris : Robert Laffont, 1987.

Kraume Anne. Das Europa der Literatur. Schriftsteller blicken auf den Kontinent 1815-1945. Berlin/New York : Walter de Gruyter, 2010.

Kraume Anne. « Himmlische Landschaft. Garten und Gattung bei René Schickele. » Der Garten im Fokus kultureller Diskurse im 18. Jahrhundert. Éd. Peter Wagner, Kirsten Dickhaut, Ottmar Ette. Trier : Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2015, p. 65-77.

Laurent Franck. « Penser l’Europe avec l’histoire. Sur quelques aspects et usages de la notion de civilisation européenne sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. » Romantisme 104 (1999) : 53-68.

Nickel Claudia. Spanische Bürgerkriegsflüchtlinge in südfranzösischen Lagern : Räume, Texte, Perspektiven. Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2012.

Schickele René. Wir wollen nicht sterben ! München : Kurt Wolff, 1922.

Schickele René. Werke in drei Bänden. Köln/Berlin : Kiepenheuer & Witsch, 1959.

Soler Jordi. La fiesta del oso. Barcelona : Mondadori, 2009.

Storck Joachim W. « Himmlische Landschaft ». René Schickeles Haus in Badenweiler. Marbach am Neckar, 1995.

Unamuno Miguel de. Obras Completas III. Madrid : Escelicer, 1968.

Unamuno Miguel de. Obras Completas IV. Madrid : Escelicer, 1968.

Unamuno Miguel de. Obras Completas VII. Madrid : Escelicer, 1967.

Unamuno Miguel de. Obras Completas VIII. Madrid : Escelicer, 1970.

Woltersdorff Stefan. Chronik einer Traumlandschaft. Elsaßmodelle in Prosatexten von René Schickele 1899-1932, Bern/Berlin et.al. : Peter Lang, 2000.

Haut de page

Notes

1 Cf., sur le thème des citoyens ayant rejoint la France pour fuir la guerre civile espagnole, et en particulier sur les républicains de la Retirada en janvier/février 1939, Nickel, Spanische Bürgerkriegsflüchtlinge in südfranzösischen Lagern, p. 20-28.

2 Soler, La fiesta del oso, p. 31.

3 Ibid., 47-48.

4 Cf. pour le contexte historique Bernecker, Spanische Geschichte, p. 131-149.

5 Aubert, Les Espagnols et l’Europe, XI.

6 Cf. pour les faits et dates ibid., p. 131-149.

7 Unamuno, Obras Completas III, p. 732.

8 Cf. Hinterhäuser, Spanien und Europa, p. 24-25.

9 L’argumentation d’Unamuno est semblable dans d’autres textes cf. par exemple Unamuno, Obras Completas IV, p. 638-640.

10 Unamuno, Obras Completas VII, p. 285.

11 Cf. de manière plus détaillée Kraume, Das Europa der Literatur, p. 74-76.

12 Cf. par exemple Unamuno, Obras Completas VIII, 573. Pour plus de détails sur la représentation de Fuerteventura chez Unamuno voir Kraume, Das Europa der Literatur, p. 130-140.

13 Unamuno, Obras Completas VIII, p. 705.

14 Cf. ibid., 705 et cf. Kraume, Das Europa der Literatur, p. 150-151.

15 Unamuno, Obras Completas VIII, p. 649.

16 Ibid., p. 651.

17 Hugo, Œuvres Complètes Poésie I, p. 413.

18 Hugo, Œuvres Complètes Poésie I, p. 412-413.

19 Ibid., p. 412.

20 Cf. ibid. p. 414.

21 Ibid.

22 Cf. au sujet de l’image de l’Espagne chez Hugo Floeck, Victor Hugo et l’Espagne, p. 87-102.

23 Cf. le débat français sur la notion de civilisation, Laurent, Penser l’Europe avec l’histoire, p. 53-68. Cf. sur le même thème chez Hugo, Kraume, Das Europa der Literatur, p. 88-100.

24 Cf. à ce sujet Francoise Chenet-Faugeras, Victor Hugo, le Rhin et le problème du pouvoir (1841-1845), Paris, 1989.

25 Hugo, Œuvres Complètes Voyages, p. 109-110.

26 Cf. ibid., p. 405. Voir également Kraume, Das Europa der Literatur, p. 52.

27 Cf. Joachim W. Storck, Himmlische Landschaft, René Schickeles Haus in Badenweiler, Marbach am Neckar, 1995.

28 Cf. Kraume, Das Europa der Literatur, 212-229 et Kraume, Himmlische Landschaft, p. 65-77.

29 Cf. au sujet de cette photo Woltersdorff, Chronik einer Traumlandschaft, p. 1.

30 Schickele, Werke in drei Bänden III, p. 1003.

31 Schickele, Wir wollen nicht sterben!, p. 230.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kraume, « Au-delà des Pyrénées, en deçà du Rhin : tracés des frontières géoculturelles dans la littérature européenne des XIXe et XXe siècles », Babel, 32 | 2015, 93-109.

Référence électronique

Anne Kraume, « Au-delà des Pyrénées, en deçà du Rhin : tracés des frontières géoculturelles dans la littérature européenne des XIXe et XXe siècles », Babel [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4227 ; DOI : 10.4000/babel.4227

Haut de page

Auteur

Anne Kraume

Universität Konstanz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org