Navigation – Plan du site
Avant-propos

Localisations de l’Europe : sémiotiques culturelles des points cardinaux

Dove si trova l’Europa ? Sulla codificazione culturale dei punti cardinali
Stephanie Wodianka et Sebastian Neumeister
Traduction de Catherine Livet
p. 11-17

Texte intégral

1Les contours de l’Europe comme entité géographique et concept culturel sont actuellement (re)définis dans les débats politiques autour de l’inclusion ou de l’exclusion de certains pays ou de réfugiés. La question de la localisation de ses centres et périphéries y est abordée selon des approches économiques, politiques et culturelles dans des perspectives nord/sud et est/ouest. Le présent numéro de la revue Babel-Littératures plurielles se donne pour but d’en éclairer les arrière-plans historiques et discursifs : faut-il établir un lien entre, d’une part, les perspectives contemporaines sur l’Europe et ses confins et, d’autre part, les sémiotiques historiques, notamment littéraires, des points cardinaux ?

2Dans une perspective historico-culturelle, les points cardinaux ne représentent pas des points de référence “neutres”, mais ils reflètent à la fois l’auto-positionnement d’identités personnelles ou collectives et/ou la mise à distance de “l’autre” ou de “l’étranger”. Des lignes de démarcation naturelles ou artificielles, visibles ou invisibles, comme le Rhin ou le Danube, les Alpes ou les Pyrénées, l’océan Atlantique ou la mer Méditerranée, peuvent jouer un rôle dans cette localisation, tout comme des lignes de démarcation historiques, sociales et politiques. La description de mouvements et de rapports dans l’espace s’est construite et continue de se construire à l’aide des points cardinaux. Nous construisons et imaginons – de manière conjoncturelle ou privilégiée – en même temps des voyages vers le sud-ouest, des départs depuis le nord-est, des liens entre nord et sud et des relations est-ouest. Nous « construisons » et « inventons » ces points de repère, car nous nous demandons jusqu’où s’étend l’ouest, et où s’arrête le sud, et où naît l’est et où commence le nord. Tout cela dépend de la place de l’observateur (fictionnel/fictif ou factuel), dont le point de vue est nécessairement au « centre » de sa propre vision du monde. Il s’agit donc de montrer les esthétiques et poétiques d’une Europe où s’entremêlent les regards créatifs des observateurs venant à la fois « du » nord, sud, est et ouest et dirigés « vers » d’autres points. Les points cardinaux, perceptions particulières d’un jeu mouvant de positions, ne sont en effet pas seulement une dénomination physique, mais aussi un phénomène esthétique.

  • 1 Herfried Münkler, Imperien. Die Logik der Weltherrschaft – vom Alten Rom bis zu den Vereinigten Sta (...)
  • 2 Roberto M.Dainotto, Europe (in Theory), Durham/London, 2007.
  • 3 Cf. la révision des relations généalogiques entre Orient et Occident de Barbara Vinken (éd.), Trans (...)

3Littérature et Histoire, Esthétiques et Politique sont très liées dans le positionnement interne et externe de l’Europe. Pour répondre à la question « Où l’Europe se situe-t-elle ? », orientée par l’histoire culturelle et suggérée par l’histoire contemporaine, il est intéressant d’étudier dans différents médias et discours la sémiotique culturelle ou la « codification » des points cardinaux et de leur éventuel centre, vus comme une interdépendance de phénomènes culturels. La réflexion scientifique essentiellement littéraire et culturelle menée dans le présent volume trouve son inspiration dans des concepts principalement issus des sciences humaines et sociales. En particulier, la conception de l’Europe comme un “imperium” (selon le sens donné au terme entre autres par Herfried Münkler1, moins organisé sur le plan institutionnel que constitué à un niveau structurel par le mouvement et la direction, porte en elle les potentialités autorisant les localisations et descriptions esthétiques des points cardinaux européens. Avec son étude primée Europe (in theory)2, Roberto Dainotto s’emploie d’une autre façon à déconstruire l’impérialisme, une déconstruction qu’il fait “de l’intérieur vers l’extérieur” : il renverse de façon innovatrice le credo postcolonial selon lequel l’autre se trouverait toujours dans la périphérie3. S’appuyant sur Montesquieu, Germaine de Staël et Hegel, il montre que l’étranger, l’Autre de l’Europe, aux 18e et 19e siècles, n’est pas l’Orient, mais son “propre sud” – notamment la Grèce, l’Espagne, le Portugal ou l’Italie, surtout la Sicile. Selon Dainotto, cette intégration de l’Autre dans l’Europe elle-même constitue, dans l’histoire des idées, le fondement de l’eurocentrisme et de l’impérialisme européen. Dans le dernier chapitre de son étude, il fait par ailleurs entendre des voix qui – allant dans le sens d’un contre-récit (également aux 18e et 19e siècles) – défendaient l’idée selon laquelle il faudrait chercher les racines culturelles européennes à l’est plutôt qu’au nord et les origines de la démocratie européenne en Sicile par le biais de l’islam. L’eurocentrisme, dont Dainotto cherche et trouve le centre aux 18e et 19e siècles, a une pré-histoire et une post-histoire qui incite également à se poser la question de la codification culturelle des points cardinaux d’une autre manière : l’Europe se pense-t-elle vraiment toujours comme centre, de façon implicite ou explicite, ou existe-t-il aussi des localisations de l’Europe relativisant cette image d’elle-même comme construction culturelle ? Où se trouvent et où se trouvaient les “centres” de l’Europe à partir desquels on a défini ses points cardinaux ? Le regard historique porté sur les codifications culturelles des points cardinaux peut-il aussi révéler des phénomènes qui définissent la vision du nord et du sud, de l’ouest et de l’est comme un concept a-géographique, polytopique ou distopique ? Avec la volonté d’éviter le double écueil d’un discours soit eurocentré soit anti-européiste, les contributions du présent volume, dans une perspective comparatiste et historique, proposent donc une analyse des sémiotiques culturelles des points cardinaux et de la (géo)localisation idéologique de l’Europe qui en résulte. Les discours présentant une Europe au “centre” du monde, ou bien ceux postcoloniaux, nationalistes ou régionalistes ont permis de rendre visibles de nombreux phénomènes trop souvent négligés, mais leurs perspectives fondamentalement dichotomiques risquent de faire oublier l’indéniable complexité du monde. Ainsi, l’objectif principal du présent numéro est plutôt de mettre en lumière les potentiels sémantiques des points cardinaux en littérature – dans leurs dimensions historiques et esthétiques – et de faire découvrir les arrière-plans culturels des débats contemporains sur l’Europe : dans quelle mesure des approches contemporaines explicites et implicites cherchant à définir la position et les frontières de l’Europe renouent-elles avec des codifications culturelles et notamment littéraires des points cardinaux dans le passé ?

4Où les frontières de l’Europe se situent-elles ? La réponse est actuellement assez confuse et dépend de la perspective adoptée. D’une part, le tracé des frontières est plus net et donc plus visible et palpable pour beaucoup de personnes – ce qui devrait justement rendre la localisation de l’Europe plus aisée. D’autre part, face à l’immigration de réfugiés, un débat politique s’est mis en place sur la question de savoir si l’Europe serait davantage “codée” sur le plan socio-culturel, perçue alors comme une communauté de valeurs qui s’oppose, précisément, à un cloisonnement dans un contexte d’urgence humanitaire. L’Europe est plus qu’une formation géographique, plus qu’une constellation politique, elle est un mythe antique voire – en grande partie indépendamment de cela – un mythe moderne. La vieille question de la localisation de l’Europe se transforme actuellement et devient celle de savoir si l’Europe existe, voire si elle est menacée – de l’intérieur, de l’extérieur ou par elle-même –, si elle est sur le point de devenir le mythe d’une chute. Le nord de l’Europe connaît aussi, aujourd’hui, une codification culturelle à contre-courant, en tant que paradis apparent – ou mieux encore, relatif –, en tant que lieu de refuge. De cette perspective, le centre de l’Europe s’est déplacé de façon inattendue vers le nord.

  • 4 Cf. Léopold de Saussure, L’origine de la rose des vents et l’invention de la boussole, Genève, 1923

5Tout comme les discours politiques, les récits de voyage, les analyses historiques, les journaux télévisés ou les descriptions culturelles à vocation religieuse, la littérature et le cinéma peuvent forger ensemble les ancrages des cultures européennes, ils peuvent les construire et contribuer à penser les mouvements culturels qui agissent sur les roses des vents européennes. Les contributions du présent volume ont pour objectif d’étudier ces mouvements, orientations et localisations de l’Europe comme des phénomènes dynamiques, qui ont une histoire et qui forgent les histoires : les points cardinaux s’inscrivent dans les textes littéraires et les esthétiques. Ils préforment la perception et résultent des tentatives humaines de s’orienter dans le monde, une orientation axée sur le mouvement4.

6Mais qu’est-ce qui distingue, en réalité, la localisation en fonction des points cardinaux de celle par rapport au haut, au bas, à la droite et à la gauche ? Ce n’est pas seulement sa plus grande intersubjectivité apparente par la référence à l’horizon et à l’axe de la Terre, mais aussi, fondamentalement, sa relation au soleil, sa référence terrestre à un astre revêtant un grand potentiel symbolique. Le soleil symbolise la vie, le Divin, la réflexion sur soi et la souveraineté. Il confère ce potentiel symbolique aux points cardinaux, qui se réfèrent à lui, et qui apparaissent même dans leur relation au soleil comme une évidence originelle permettant l’accès à la connaissance, comme des paradigmes ordonnateurs à la puissance atemporelle qui se mettent en relation avec cet astre symbolique. Les codifications culturelles des points cardinaux puisent leur légitimité dans la nature en se référant à la trajectoire du soleil, ce qui mythifie leur signification historique et perspectiviste.

  • 5 Mieke Bal, 2002. Cf. Birgit Neumann, Ansgar Nünning (ed.), Travelling Concepts for the Study of Cul (...)

7De toute évidence, dans ce contexte, la signification épistémique des points cardinaux ne puise pas son potentiel, précisément, de ce qui est constant et statique, mais d’une dynamique et d’une mutabilité forgée par l’histoire culturelle. Les points cardinaux sont un travelling concept5 qui combine différents discours et disciplines, tout en (re)connaissant ses mutations – et qui puise son potentiel dans l’idée d’une validité dépassant tout discours et d’une recodification spécifique au discours. Cette interdépendance entre stabilité relative et mutabilité se manifeste dans les formes qu’adopte la codification culturelle des points cardinaux, qui développe des dynamiques sémantiques allant jusqu’à engendrer des contradictions internes. Ainsi, le Sud peut représenter la nature originelle, la Renaissance de l’art classique, la société idéale, mais aussi le déclin, l’hostilité de la nature et la tradition de résistance. Dans le présent volume, Angela Oster (« Verità e punto cardinale. Novecento nord/sud nella crisi europea ») et Albrecht Buschmann (« La disparition du Sud. Topologie des points cardinaux dans la série Cavalho de Manuel Vázquez Montalbán ») mettent l’accent sur les codifications culturelles du sud en se référant à la littérature respectivement italienne ou espagnole du 19e ou 20e siècle. Le Nord symbolise souvent ce qui est antérieur à la civilisation, aberrant, originel, mais aussi la mélancolie et le sublime dans la littérature. Georges Güntert (« Una topografia interpretata : gli esordi paesaggistici del Fermo et Lucia e die Promessi sposi ») et Stephanie Wodianka (« Localisations de l’art : conceptions d’une “esthétique du froid” d’Olaus Magnus au Tasse ») étudient les dynamiques de ses sémantisations culturelles au 16e et au 19e siècle. L’Ouest est à la fois un symbole littéraire du paradis et de l’éloignement divin, de la tradition culturelle gréco-romaine et chrétienne, de la liberté, de contrées sauvages et de richesse, de la démocratie et de l’individualisme, mais aussi du déclin et de la mort, du capitalisme et du fascisme. Ce point cardinal, précisément, montre l’amplitude de l’imaginaire littéraire et la signification des points cardinaux dans leur mise en relation, souvent conçue comme une relation d’opposition (voir la contribution de Sebastian Neumeister : « Leopardi en Californie »). La codification culturelle de l’ouest dans une perspective (coloniale) qui le pense comme le centre, mais qui le met aussi en question en tant que tel (voir la contribution de Christoph Behrens « La poétique d’un empire européen ? Petrarca dans l’Africa, Petrarca en Europe ») a été productive pour les sémantisations de l’Est. Dans la littérature, celui-ci peut être le symbole de la délivrance, mais aussi celui de la barbarie et de la menace. Les contributions de Michael Bernsen (« Ex oriente lux ? La contribution de l’Orient à la quête identitaire de l’Occident au Moyen Âge et à l’Époque moderne »), Henning Hufnagel (« All the Colours of the East. On the Manifold Functions of a Cardinal Direction in Maurice Barrès’ Literary and Political Geography of Europe ») et Anne Kraume (« Au-delà des Pyrénées, en-deçà du Rhin : frontières dans la littérature européenne des 19e et 20e siècles ») montrent la diversité sémantique et la représentation littéraire de ses attributions culturelles. L’apparente clarté des points cardinaux comme points d’orientation entretient une relation productive avec leur polyvalence et ambivalence littéraire dans le contexte culturel et historique. Ainsi, il est aussi prometteur d’examiner en profondeur dans les différents genres littéraires la sémiotique culturelle des points cardinaux et de leurs centres éventuellement comblés ou “vidés” sur le plan sémantique (voir Jennifer Roger : « Les blancs de l’Europe : vides esthétiques dans les fictions de la Grande Guerre » et Franck Hofmann / Markus Messling : « Centre vide : la Méditerranée et la modernité littéraire »). Les points cardinaux portent en eux des évidences et des attributions qualitatives, ils peuvent impliquer des constructions identitaires individuelles ou collectives.

  • 6 Ce volume n’aurait pu être réalisé sans le précieux concours de Christoph Behrens, Jennifer Roger, (...)

8L’Europe est (re)dessinée comme lieu géographique et comme concept culturel dans les débats politiques actuels portant sur l’exclusion et l’inclusion d’États et de réfugiés. La question de savoir où se trouvent les centres et les périphéries de l’Europe – en allant jusqu’à celle de savoir si, après tout, l’Europe existe (encore) – est un enjeu aux plans économique, politique et culturel, notamment par le biais de ce que l’on attribue aux relations nord/sud et est/ouest. C’est pourquoi la question « Où se situe l’Europe ? » est ici liée à l’intérêt porté à la codification culturelle des points cardinaux. Le présent volume souhaite étudier les manifestations et fondements historiques profonds et discursifs de telles attributions à travers un regard analytique porté sur des textes littéraires. La littérature n’est pas seulement un miroir de l’Europe – elle peut aussi la faire disparaître ou apparaître, ou bien aussi déplacer ses frontières6.

Haut de page

Notes

1 Herfried Münkler, Imperien. Die Logik der Weltherrschaft – vom Alten Rom bis zu den Vereinigten Staaten, Berlin, 2005. Cf. aussi Edgar Grande, Das Europäische Imperium und seine Grenzen, Wiesbaden, 2012 ainsi que Gary Marks, Europe and its Empires: From Rome to the European Union, Blackwell, 2012.

2 Roberto M.Dainotto, Europe (in Theory), Durham/London, 2007.

3 Cf. la révision des relations généalogiques entre Orient et Occident de Barbara Vinken (éd.), Translatio Babylonis. Unsere orientalische Moderne, Paderborn, 2015.

4 Cf. Léopold de Saussure, L’origine de la rose des vents et l’invention de la boussole, Genève, 1923.

5 Mieke Bal, 2002. Cf. Birgit Neumann, Ansgar Nünning (ed.), Travelling Concepts for the Study of Culture, Berlin, 2012.

6 Ce volume n’aurait pu être réalisé sans le précieux concours de Christoph Behrens, Jennifer Roger, Lisa Zimmermann, Joris Lehnert et Maria Rita Lupi, auxquels nous exprimons ici notre sincère gratitude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stephanie Wodianka et Sebastian Neumeister, « Localisations de l’Europe : sémiotiques culturelles des points cardinaux », Babel, 32 | 2015, 11-17.

Référence électronique

Stephanie Wodianka et Sebastian Neumeister, « Localisations de l’Europe : sémiotiques culturelles des points cardinaux », Babel [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4180

Haut de page

Auteurs

Stephanie Wodianka

Universität Rostock

Articles du même auteur

Sebastian Neumeister

Freie Universität Berlin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org