Skip to navigation – Site map

Babel. Littératures plurielles n° 36, second semestre 2017 : La Méditerranée au pluriel. Cultures, identités, appartenances

Hassen Bkhairia, Laure Lévêque (dir.)

Nouveau directeur de la Maison de la Culture d’Alger, Albert Camus y prononce en 1937 une conférence intitulée « La culture indigène – la nouvelle culture méditerranéenne », actant le fait que « ne sont plus à démontrer » ni « l’existence » ni « la grandeur » de cet héritage reçu de civilisations qui, des Phéniciens aux Grecs, aux Puniques et aux Romains, ont fait de l’espace circumméditerranéen un espace de culture intégré que traduit l’expression mare nostrum. Camus, pourtant étrangement silencieux sur l’apport des Arabes à cette culture ou sur l’héritage véritablement autochtone des Berbères, rappelle la communauté d’origine et de valeurs qui, transcendant les frontières, gouverne ce « bassin international traversé par tous les courants » et qui, pourtant, peut être regardé lui-même comme « un pays », quand bien même il prend appui sur trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Asie.

À la fois une et multiple, c’est une pluralité de points de vue que charrie nécessairement une mer qui, pour Braudel, est « mille choses à la fois. Non pas un paysage, mais d’innombrables paysages. Non pas une mer, mais une succession de mers. Non pas une civilisation, mais plusieurs civilisations entassées les unes sur les autres » et, pour Danilo Zolo, « une mer qui divise et relie en même temps. (...) une mer différente des autres, car elle porte en son sein le problème du rapport entre identités différentes, le problème de leurs cohabitations difficiles mais nécessaires ».

Identités différentes, mais qui n’ont pas nécessairement vocation à être meurtrières, comme le craignait récemment Amin Maalouf, au vu de l’instrumentalisation dont ces appartenances font l’objet.

Enjeu majeur de civilisation pour une cohabitation pacifique qui rende à la Méditerranée sa vocation première de mare nostrum, c’est cette dimension d’interface qu’entend explorer ce numéro consacré à « La Méditerranée au pluriel », dans la logique d’une culture avant tout humaniste que Paul Valéry mettait en avant en 1933, soulignant que : « Sur ses bords, quantité de populations extrêmement différentes, quantité de tempéraments, de sensibilités et de capacités intellectuelles très diverses se sont trouvés en contact (...), ces peuples entretinrent des rapports de toute nature : guerre, commerce, échanges volontaires ou non de choses, de connaissances, de méthodes ; mélanges de sang, de vocables, de légendes et de traditions. Le nombre des éléments ethniques en présence ou en contraste, au cours des âges, celui des mœurs, des langages, des croyances, des législations, des constitutions politiques, a de tout temps, engendré une vitalité incomparable dans le monde méditerranéen ».

Des contacts millénaires qui ont tissé, appuyée sur une dialectique du Même et de l’Autre, une chaîne mémorielle où s’enracinent les origines revendiquées en héritage, commun ou non, quand ne cessent de s’écrire des mémoires plurielles, voire affrontées, très au-delà des seules séquelles postcoloniales, dont ce numéro entend inviter à questionner la logique, sans angélisme mais fort d’une perspective humaniste, pour que la nouvelle culturelle méditerranéenne que Camus appelait de ses vœux ne reste pas lettre morte.

  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org