Navigation – Plan du site
Varia

Maîtrise du temps chez Colette

Ali ABASSI et Hannaneh MOHSENA
p. 181-199

Résumés

L’angoisse face à la mort et au passage du temps sera vécue de façons différentes selon les cultures. Cette angoisse suscite toutes les images et représentations. Ayant étudié une partie de la production littéraire de Colette, nous avons été frappés par l’importance capitale que pouvait revêtir le temps dans l’œuvre de cet auteur. Cette romancière de l’amour et de la nature sait bien qu’avec le temps, le désir s’étiole et se perd. La mort ne l’intéresse pas. Alors comment lutter contre cette fatalité et cette déchéance ? Pour répondre à cette question, cet article sera basé sur les symboles de la maîtrise du temps traités dans Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale, l’ouvrage où Gilbert Durand présente sa démarche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le temps apporte la vieillesse, la déchéance et la mort et Colette ne peut s’y résigner. Dans l’énergie farouche qu’elle leur oppose, se lit toute l’angoisse qu’éveille en elle cette loi de la vie qu’elle ressent comme éminemment tragique. Jamais Colette n’accepte la mort des êtres qu’elle aime, elle ne se résigne pas davantage lorsqu’il s’agit d’elle-même. Elle proclame : « La mort ne m’intéresse pas, – la mienne non plus. » [Colette, 1969, 87]. La mort, qui brise les destins, impose le silence à cet écrivain :

Aucun lyrisme, aucune plainte, aucune explication n’accompagne l’expression de la mort sous la plume de Colette. Aucune réponse non plus n’est donnée : seul le silence et les sous-entendus se substituent parfois au simple mot : “mourut” [Ferrier-Caverivière, 204]

2Avec le temps, le désir se perd. Alors comment lutter contre cette fatalité et cette déchéance ? Comment Colette parvient-elle à dominer le temps ?

3L’angoisse face à la mort et au passage du temps sera vécue de façons différentes selon les cultures. Cette angoisse suscite toutes les images et représentations. Selon cette théorie, Gilbert Durand élabore un cadre d’analyse, une archétypologie, c’est-à-dire un système de classification des images. Ce système contient les grandes figures qui expriment les diverses façons de vivre la mort. Cette archétypologie repose sur la réflexologie betcherevienne et la notion de gestes dominants. D’après l’Ecole de Betcherev, il y a trois gestes primordiaux et dominants qui déterminent la vie : une dominante de position, de nutrition et une dominante copulative. Ces trois grandes catégories produisent chacune des images symboliques particulières et constituent des structures voisines que Gilbert Durand appelle les régimes de l’imaginaire :

4Cette méthodologie définit, selon la méthode de convergence, les règles et les lois de regroupement des productions de l’imaginaire. Elle permet d’observer la constellation d’images et de symboles autour d’un noyau organisateur et de voir comme se développe un même thème archétypal. Il faut signaler que le principe des structures anthropologiques de l’imaginaire est fondé à la fois sur la tripartition réflexologique et sur la bipartition entre le régime diurne et nocturne.

5Déterminés par la relation au temps et à la mort, les Structures anthropologiques de l’Imaginaire, représentent deux manières de lutter contre la terreur devant le temps et l’angoisse de la mort. Le premier régime, le diurne, est le régime de l’Antithèse : il met en scène, d’une part, les images du temps dans leur phase tragique et d’autre part, les images dans leur phase triomphante. Le deuxième livre des Structures a pour titre le régime nocturne. Il s’agit ici d’images qui tendent à euphémiser la négativité.

6Pour répondre à notre question, cet article sera basé sur les symboles de la maîtrise du temps traités dans la seconde partie du régime diurne : les symboles ascensionnels, les symboles spectaculaires et les symboles protecteurs contre le temps. Il est à signaler que nous avons étudié une petite partie de l’œuvre romanesque de Colette pour analyser les figures de l’imaginaire. Nous avons travaillé sur les ouvrages : La Retraite sentimentale, Le Blé en herbe, La Naissance du jour, Sido et finalement sur La Chatte.

Les symboles ascensionnels

7Cette partie comprend des images concernant la notion de hauteur, de verticalité et d’ascension. Les images du ciel et de l’arbre se placent dans le groupe des symboles ascensionnels.

8Dans son ouvrage intitulé La Terre et les rêveries de la volonté, Bachelard explique la psychologie de la pesanteur, et montre comment l’être humain pourrait se sentir supérieur quand il rêve d’ascension. Grâce au regard panoramique, il croit maîtriser l’univers. Sur les endroits élevés, nous trouvons le réconfort et le calme. Alors l’ascension vers le ciel devient un remède contre le temps angoissant.

  • 1 C’est nous qui soulignons ici, ainsi que dans toutes les citations à venir.

9Le ciel est le symbole des puissances supérieures à l’homme. Il est le séjour des divinités. Le ciel est une manifestation directe de la transcendance, de la pérennité, de la sacralité. Ce que nul vivant de la terre ne peut atteindre. Chez Colette le ciel est le symbole de la pureté : « Et il levait vers le ciel pur un œil pâle, couleur d’huître grise, qui n’avait jamais ri »1 [Colette, 1960, 68]. Le verbe « lever », a évidemment un mouvement vers le haut et montre la verticalité et l’ascension.

10Parfois l’image du ciel s’allie aux images de la lumière. Dans cet exemple de Le Blé en herbe, nous avons l’isomorphisme des images du ciel et de la lumière : « Elle consulta le ciel frais et bleu, qui promettait le beau temps, et se mit à chanter une chanson qu’elle chantait tous les jours » [Colette, Le Blé en herbe, 116]

11Signalons que le monde des couleurs a une place privilégié dans le thème de la lumière. Vinca est éveillée, la fraîcheur du ciel désigne un beau jour et provoque la joie et le bonheur du personnage. La couleur bleue procure aussi le calme et la tranquillité pour cette jeune fille. D’après Gilbert Durand, les rêveries d’azur et de lumière pure, comme le bleu, sont plus ou moins liée au désir de transcendance et d’élévation. Donc, dans l’imaginaire de notre auteur, le bleu et la fraîcheur du ciel sont des moyens pour arriver à l’ascension.

12Le ciel est le plus exact symbole du schème de l’élévation, car le ciel est le plus haut de tout. Gilbert Durand exprime : « les historiens des religions insistent sur le remarquable caractère monothéiste du culte du ciel ou du Très-Haut. Seul le ciel est divin […] » [Durand, 1992, 151]. Le ciel est la source des symboles célestes : « le soleil et la lune ». Donc toute lumière vient du ciel et elle a une origine céleste : « Au haut du ciel siégeait une lune voilée, agrandie par la brume des premières journées tièdes » [Colette, 1960, 13].

13Par le terme de « haut », l’auteur insiste sur le lieu élevé du ciel. Un remarquable isomorphisme unit l’ascension à la lumière, ce qui fait écrire à Bachelard que : « c’est la même opération de l’esprit humain qui nous porte vers la lumière et vers la hauteur. » [Durand, 1992, 163]

14L’arbre « Symbole de la vie, en perpétuelle évolution, en ascension vers le ciel, il évoque tout le symbolisme de la verticalité » (Chevalier, Ghurberant, 2005, 62]. Avec ces racines s’enfonçant profondément dans le sol, et ses branches s’élevant vers le ciel, l’arbre est universellement considéré comme un symbole des rapports qui s’établissent entre la terre et le ciel. L’arbre est un symbole roi de la maîtrise du temps. Pour parler de l’arbre, il faut signaler un cycle, celui des saisons. Dans ce cycle, tous les végétaux meurent pour mieux revivre au printemps suivant. L’arbre évoque donc le symbole de renouveau de la vie. Selon Gilbert Durand, l’arbre, par son élévation dans l’air, marquera le progrès. Mais par son profond enracinement dans la terre, il symbolisera la stabilité, la résistance au temps qui passe.

15Dans l’imagination de notre auteur l’arbre est symbole de protection. Dans cette partie de Sido, la narratrice décrit le jardin d’enfance :

Les enclos qui jouxtaient le nôtre ne réclamaient pas de mystère : la déclivité du sol, des murs hauts et vieux, des rideaux d’arbres protégeaient notre « jardin d’en haut » et notre « jardin d’en bas » [Colette, 1961, 10]

16Ce jardin est clos et limité, « des rideaux d’arbres » le protègent. Ces arbres construisent un lieu fermé et sacré où s’écoule la vie affective de la famille.

17Dans une autre scène de Sido, les arbres qui protègent la vie des roses, favorisent leur naissance et leur développement :

Mille roses, réfugiées au sommet des arbres, fleurissaient hors d’atteinte, parmi des glycines à longues gouttes de fleurs et des bignoniers pourpres, victorieux ennemis des clématites épuisées… [Ibid., 29]

18Chez Colette l’arbre représente la vie dynamique, il invite les personnages colettiens au mouvement d’élévation. Dans l’imagination de Colette l’arbre est le symbole de liberté humaine face au mal et aux ténèbres : « Les deux sauvages, qui lisaient comme autrefois lisaient les adolescents de quatorze et de dix-sept ans, c’est-à-dire avec excès, avec égarement, le jour, la nuit, au sommet des arbres […] » [Ibid., 70].

19Les deux sauvages, « Achille et Léo », sont les deux frères de Colette. Elle se plaît à présenter ses frères par ce terme qui exprime la pureté des personnages et leur caractère trop attachés à la nature. Ils préfèrent toujours être seuls et loin des gens. Dans cette partie aussi, Colette montre ses frères « au sommet des arbres ». En réalité, contempler les autres de haut nous donne une force dominante. Ainsi Gilbert Durand cite Bachelard : « la contemplation du haut des sommets donne le sens d’une souveraine maîtrise de l’univers » [Durand, 1992, 152]. La hauteur est symbole d’ascension et de spiritualisation. Sur une hauteur l’homme ne subit pas les éléments, mais les domine.

20« L’arbre met en communication les trois niveaux du cosmos : le souterrain, par ces racines fouillant, […] la surface de la terre par son tronc et ]…] les hauteurs par ses branches supérieures et sa cime attirées par la lumière du ciel » [Chevalier, Ghurberant, 2005, 62]. Chez Colette les cimes des arbres sont toujours lumineuses :

sur le cailloutis rosé d’une allée, étreignant au passage, de ses deux longs bras, le peuplier couvert de gouttes de lune… [Colette, 1960, 15]

Son regard […] embrassa […] les cimes des trois peupliers qu’éclairaient les lumières de la chambre… [Ibid., 152]

21Dans une scène de La Retraite sentimentale, Claudine parle de son mari : Renaud, absent, éloigné d’elle par la maladie. Elle le compare avec le cœur où elle se réfugie, « celui d’où montent les profondes racines des arbres » :

Renaud absent, il n’est qu’un cœur où je me jette pour m’y blottir plus seule encore : celui d’où montent les profondes racines des arbres, l’herbe aux mille glaives – d’où éclosent, frais et vifs, l’insecte aux antennes encore pliées, la couleuvre moirée comme un ruisseau furtif – d’où jaillissent la source, le blé et la rose sauvage… [Colette, La Retraite sentimentale, 45]

22Colette établit une comparaison entre les branches de l’arbre et le « glaive » : épée courte à deux tranchants, « l’image ascensionnelle sur lequel est gravé le mot “justice” » [Durand, 1992, 179]. Selon Gilbert Durand, les armes symbolisent la force de spiritualisation et de sublimation. Le glaive est l’arme des peuples conquérants et le symbole de la puissance. Le glaive a tranché les limites du temps. Nous voyons un isomorphisme des images ; l’archétype de l’ascension et le schème de l’arme s’unissent.

Les symboles spectaculaires

23Le soleil et ses aspects secondaires jouent un rôle essentiel dans l’œuvre de Colette. Ils sont bénéfiques, vitaux. Le soleil, source de bonheur, cause également la joie et la plaisance.

24Chez Colette, le soleil n’est pas l’astre lointain, étranger à notre monde. Elle chante la puissance du soleil :

À l’odeur croissante des rideaux de toile cirée verte, Alain devinait la force du soleil qui les échauffait, et il ne pouvait détacher sa pensée de ce soleil extérieur, de l’horizon étranger […]. » [Colette, 1960, 49]

25Chez Colette, le soleil est un élément doux et agréable :

Il tendit l’épaule à la chape de soleil adouci, et ferma à demi ses paupières déshabituées de la réverbération verte des gazons, de la chaude couleur ascendante que rejetaient un bloc serré d’amarantes à crêtes charnues, une touffe de sauges rouges cernées d’héliotropes. [Ibid., 166]

26Selon le dictionnaire de Robert « la chape », est le long manteau de cérémonie que les ecclésiastiques portent pour certains offices. Ici, Colette représente le soleil comme un ornement. Comme nous l’avons déjà indiqué, la couleur est un aspect de la lumière et la réflexion verte des gazons est le signe de bonheur et de tranquillité que le personnage trouve dans le jardin d’enfance. Dans l’imagination de Colette, le mouvement ascensionnel est symbolisé par l’image de la lumière : « la chaude couleur ascendante ». Gilbert Durand remarque que « dans l’imagination humaine, le schème de l’élévation et l’archétype de la lumière sont complémentaires » [Durand, 1992, 136].

27Le soleil a fait également dans ce passage de La Retraite Sentimentale, une belle journée : « Elle me disait : “Vois, arrête-toi, cet instant est beau ! Y a-t-il ailleurs, dans toute ta vie qui se précipite, un soleil aussi blond […]” » [Colette, La Retraite sentimentale, 114].

28Le « soleil blond » désigne les dimensions vastes de la beauté de ce jour- là. Le blond, couleur solaire et symbole des forces divines, est une manifestation de la chaleur agréable et de la maturité.

29Le soleil cause également la joie. Dans ce fragment de La Retraite Sentimentale, reflet lumineux du soleil dans la tasse de Claudine exprime la joie et la surprise de la femme : « Le chocolat embaume, un soleil d’argent joue dans ma tasse, Renaud va mieux et sa lettre projette des voyages, des fugues au soleil, des gâteries égoïstes pour nous deux tout seuls… » [Ibid., 92].

30Diurne et positif, « l’argent » est la synthèse de toutes les couleurs. Il représente la lumière, la pureté, la vertu et la grâce. Son association avec le soleil montre la perfection et le triomphe divin. Le soleil symbole de vie se manifeste aussi comme un lieu sûr, un refuge.

31Source de lumière, de chaleur et de vie, le soleil, représente la jeunesse, il anime le plaisir de vivre :

La jeunesse de la journée persistait sous le soleil de dix heures, grâce à une brise active qui venait du golfe. Une gaîté dans la lumière […]. Les bêtes rajeunies erraient comme au printemps […]. [Ibid., 118]

Le soleil de septembre versa une jaune lumière nette et rajeunie sur la mer, bleue au loin, verdie au bord par les sables immergés. [Colette, Le Blé en herbe, 83]

32Ici, pour Colette, le soleil dispense une lumière jeune et propre. Le jaune, symbole solaire, associé à la divinité, est la couleur de la lumière céleste.

33Outre les images citées plus haut, le soleil est aussi l’image du renouveau, de la naissance :

C’est sur ce chemin, c’est à cette heure que je prenais conscience de mon prix, d’un état de grâce indicible et de ma connivence avec le premier souffle accouru, le premier oiseau, le soleil encore ovale, déformé par son éclosion… [Colette, 1961, 13]

34Le terme de « l’éclosion » donne une valeur particulière au soleil : représentation mythologique où le soleil naît chaque jour en sortant de la mer.

35Les jeux de la lumière jouent aussi un rôle essentiel chez Colette. La lumière est la note dominante dans les paysages décrits par Colette. Une lumière tantôt douce, tantôt éblouissante, lorsqu’elle émane directement du soleil :

tout le chaud jardin se nourrissait d’une, lumière jaune, à tremblements rouges et violets, mais je ne pourrais dire si ce rouge, ce violet dépendaient, dépendent encore d’un sentimental bonheur ou d’un éblouissement optique. Étés réverbérés par le gravier jaune et chaud, étés traversant le jonc tressé de mes grands chapeaux, étés presque sans nuits… [Ibid., 13]

36Cet extrait représente le jardin d’enfance aux heures pleines de soleil. Il s’agit d’amplifier et de souligner la force de lumière.

37Colette est peintre des paysages inondés de lumière, lumière bleue, rouge, verte et dorée :

La lumière monte, élargit de force une baie vert doré entre les paupières… [Colette, 1969, 45]

Cinq heures de l’après-midi est un moment instable, doré, qui nuit passagèrement au bleu universel, air et eau, où nous nous baignons. [Ibid., 95]

38À la fin de jour, la lumière est plus dorée. Sous l’effet dissolvant de la lumière, Colette tente d’exprimer poétiquement les moments réels mais éphémères qui sont l’image de sa richesse intérieure.

39Dans l’ensemble de son œuvre, la lumière du soleil constitue un milieu favorable. Par l’attention que Colette porte aux reflets du soleil, elle cherche à donner l’illusion de la vie.

40« Quatrième élément constitutif du monde, l’eau symbolise la pureté, la fécondité, la féminité et la réceptivité » [Gardin et al., 2006, 239].

41L’eau claire est la naissance et renaissance. Elle sort du sein de la terre et elle a le pouvoir de ressusciter après chaque descente dans les entrailles de la terre.

42Dans ce passage de Sido consacré à deux sources, nous voyons comment les deux sources pourront être le but ultime de la promenade matinale :

Je revenais à la cloche de la première messe. Mais pas avant d’avoir mangé mon saoul, pas avant d’avoir, dans les bois, décrit un grand circuit de chien qui chasse seul, et goûté l’eau de deux sources perdues, que je révérais. L’une se haussait hors de la terre par une convulsion cristalline, une sorte de sanglot, et traçait elle-même son lit sableux. Elle se décourageait aussitôt née et replongeait sous la terre. L’autre source, presque invisible, froissait l’herbe comme un serpent, s’étalait secrète au centre d’un pré où des narcisses, fleuris en ronde, attestaient seuls sa présence. La première avait goût de feuille de chêne, la seconde de fer et de tige de jacinthe… Rien qu’à parler d’elles je souhaite que leur saveur m’emplisse la bouche au moment de tout finir, et que j’emporte, avec moi, cette gorgée imaginaire… [Colette, 1961, 14]

43À travers ces sources apparaît le motif de la naissance, la source constitue bien la naissance d’une rivière. Ces sources sont pour l’enfant (Colette) l’exaltation d’un nouveau sens : celui du goût et de la saveur ; Colette manifeste un sens du goût très précis et délicat en faisant des comparaisons avec les saveurs de la feuille du chêne et de la tige de jacinthe. Colette fait de ces sources de véritables êtres animés ayant chacune ses réactions affectives et ses activités : « se haussait hors de la terre par une convulsion », « replongeait ». Ces sources sont non seulement humanisées, mais elles sont aussi divinisées : « révérer ». C’est dans les textes mythologiques que l’on révère les sources, telle une divinité. Dans ce contexte, les mots « solitude » et « seul » n’ouvrent pas sur un monde de l’absurde, de l’angoisse et de la peur ; ils renvoient à un univers privilégié où l’enfant n’est en rien gêné par autrui dans son plaisir de la découverte. La dernière phrase exprime la richesse de la sensualité de la narratrice : souhait d’une saveur qui emplisse la bouche en même temps que souhait de retrouver avec intensité un moment privilégié de l’enfance au moment de mourir. Cette mort est évoquée sous la forme d’un bel euphémisme très significatif puisque la mort est ainsi donnée comme correspondant à un achèvement et à une plénitude, « tout finir », et non à une privation.

44Dans La Naissance du jour, Colette parle de la pluie fraîche, non salée et agréable :

Une pluie douce tombe depuis deux heures, et va cesser. Déjà tous les signes célestes se disputent la fin de l’après-midi. Un arc-en-ciel a tenté de franchir le golfe ; rompu à mi-chemin contre un solide amas de nuages orageux, il brandit en l’air un reste merveilleux de cintre dont les couleurs meurent ensemble. En face de lui, le soleil, sur des jantes de rayons divergents, descend vers la mer. La lune croissante, blanche dans le plein jour, joue entre des flocons de nues allégées. C’est la première pluie de l’été. [Colette, 1969, 169]

45L’eau douce sera toujours dans l’imagination des hommes une eau privilégiée. Selon Bachelard :

L’eau du ciel, la fine pluie, la source amie et salutaire donnent des leçons plus directes que toutes les eaux des mers. C’est une perversion qui a salé les mers. Le sel entrave une rêverie, la rêverie de la douceur, une des rêveries les plus matérielles et les plus naturelles qui soient. La rêverie naturelle gardera toujours un privilège à l’eau douce, à l’eau qui rafraîchit, à l’eau qui désaltère. L’eau pure et claire est, en effet, un appel aux pollutions. [Bachelard, 1942, 177]

46Dans une autre scène de La Naissance du jour, la narratrice (Colette) parle de la lettre de son frère gai et riche dans sa maison où s’écoule une « rivière, si vive ». Il éprouve la fraîcheur en se lavant dans la rivière :

Et qu’est-ce donc que la vieillesse ? Je le saurai. Mais, quand elle sera là, elle cessera de m’être intelligible. Ma très chère aînée, tu auras disparu sans m’enseigner ce qu’est la vieillesse, car : « Ne te fais pas tant de soucis pour ma prétendue artério-sclérose, m’écris-tu. Je vais mieux, et la preuve, c’est que j’ai savonné ce matin, à sept heures, dans ma rivière. J’étais enchantée. Barboter dans l’eau claire, quel plaisir ! J’ai aussi scié du bois et fait six petits fagots. Et je refais moi-même mon ménage, c’est te dire s’il est bien fait. Et puis, en somme, je n’ai que soixante-seize ans ! » [Colette, 1969, 69]

47Colette décrit cette nature avec une fraîcheur, une vérité impulsive et une clarté exceptionnelle. C’est pour elle un lieu de douceur apaisante contre les défaites irrémédiables, un coin de lumière et de solitude, où l’eau devient l’héroïne de la douceur et de la pureté. Cette fraîcheur l’aide à oublier la maladie et la vieillesse.

Les symboles protecteurs

48Après avoir étudié les symboles ascensionnels et les symboles spectaculaires, à présent, nous arrivons aux images protectrices. Dans ce chapitre, nous allons traiter, d’abord, de l’image de la « mère » et ensuite, de celles du « jardin » et de la « mer ». Signalons que, dans l’imagination de Colette, les images du jardin et de la mer se rattachent à celle de la mère. Elles sont des symboles du corps maternel.

49Le personnage maternel occupe une place lumineuse chez Colette. « La mère symbolise le principe de toute vie, la fertilité, la protection, la nourriture et la terre » [Gardin et al., 2006, 411]. Le personnage principal de la vie de Colette est « Sido », sa mère. Quinze ans après la mort « de celle qu’un seul être au monde – mon père – nommait Sido » [Colette, 1961, 17]Colette crée le mythe de « Sido ». Elle est sacrée, c’est une divinité. L’image que Colette offre d’elle dans la première partie de Sido, la montre dans une présence éternelle, plus forte que la vie, plus forte que la mort, au-delà des hommes et du monde réel, engagée dans une large perspective spirituelle :

J’aurais volontiers illustré ces pages d’un portrait photographique. Mais il m’eût fallu une « Sido » debout, dans le jardin, entre la pompe, les hortensias, le frêne pleureur et le très vieux noyer. Là je l’ai laissée, quand je dus quitter ensemble le bonheur et mon plus jeune âge. Là, je l’ai pourtant revue, un moment furtif du printemps de 1928. Inspirée et le front levé, je crois qu’à cette même place elle convoque et recueille encore les rumeurs, les souffles et les présages qui accourent à elle, fidèlement, par les huit chemins de la Rose des Vents. [Ibid., 31]

50La mère est associée à la terre, symbole de la fécondité, elle est une mère nourricière. Pour Colette la nature est la mère et la mère c’est Sido, enfin Sido est liée à la terre. Cette relation cyclique compose et recompose l’univers de Colette. Ainsi pour Colette sa mère est l’incarnation de la Terre-mère. Déesse des « hortensias », du « frêne », de la pureté, ces trouvailles symbolisent un retour vers le paradis perdu de l’enfance. Sido, domine le pays de l’enfance de Colette. L’image photographique de la mère lui vient comme les « présages qui accourent à elle, fidèlement, par les huit chemins de la Rose des Vents. »

51Haussée à la dimension mythique, Sido est une hyperbole, hors du commun. Ce personnage si cher devient une idéalisation de la mère et le modèle de l’écrivain. La mère prodigieuse témoigne des miracles des éléments. Sido est la plus pure déesse de la nature et de la vie :

Sur le-champ tombaient son excitation morose et sa rancune. Toute présence végétale agissait sur elle comme un antidote, et elle avait une manière étrange de relever les roses par le menton pour les regarder en plein visage. [Ibid., p. 10]

52Reine des fleurs, la « rose » est l’image de Sido. Pour Sido qui célébrait la création, la présence végétale fonctionne comme un antidote.

53Reine et magicienne, Sido interprète les signes de la nature. En d’autres termes, elle donne une connaissance de l’univers. Elle lit l’heure en consultant la hauteur du soleil ; et le parfum du tabac, qui s’éveille le soir, lui permet de d’affirmer avec certitude le moment où se couchera le soleil.

Elle ne consultait pas la montre, mais la hauteur du soleil sur l’horizon, et la fleur du tabac ou le datura, assoupis tout le jour et que le soir éveillait.
– … dans une demi-heure, le tabac blanc embaume déjà… [Ibid., 27]

54Elle est capable de saisir tous les messages de l’univers. Mieux que les météorologues, elle sait quelle température il fera : « il va geler la chatte danse » [ibid., 17]. « Avertie par ses antennes », elle « goûte le temps » [ibid., 12]. Le zodiaque, les vents n’ont plus de secret pour elle.

55L’épisode du merle, qui en témoigne, met en lumière la dimension spirituelle que Colette confère à Sido :

Peu de jours après, je trouvais ma mère sous l’arbre, passionnément immobile, la tête à la rencontre du ciel d’où elle bannissait les religions humaines
– Chut !… Regarde…
Un merle noir, oxydé de vert et de violet, piquait les cerises, buvait le jus, déchiquetait la chair rosée…
– Qu’il est beau !… chuchotait ma mère. […]
– Mais, maman, les cerises !…
[…] – Les cerises ?… Ah ! Oui, les cerises… Dans ses yeux passa une sorte de frénésie riante, un universel mépris, un dédain dansant qui me foulait avec tout le reste, allégrement… Ce ne fut qu’un moment […]. Maintenant que je la connais mieux, j’interprète ces éclairs de son visage. Il me semble qu’un besoin d’échapper à tout et à tous, un bond vers le haut, vers une loi écrite par elle seule, pour elle seule, les allumait […].
Sous le cerisier, elle retomba encore une fois parmi nous, lestée de soucis, d’amour, d’enfants et de mari suspendus, elle redevint bonne, ronde, humble devant l’ordinaire de sa vie […]. [Ibid., 22]

56La mère fait le lien entre l’au-delà et l’ici-bas, entre l’immortalité et la mort, entre le pur et l’impur. Elle est considérée comme protectrice de l’humanité, le symbole du désintéressement. La mère possède les mêmes qualités que la nature : douceur, amour, générosité et réconfort.

57Chez Colette, la mère est la source de vie, l’origine du monde. Colette est toujours à la recherche d’une protection maternelle. Chez Colette la mère se rattache à la terre, toutes deux matrices de la vie. Naître, c’est sortir du ventre de la mère. Contre toute force d’anéantissement, la mère est une protection. La mère, c’est la sécurité de l’abri, la chaleur, la tendresse. Symbole de fécondité et de régénération, « Sido », « chaste et sereine »lui donne le monde, une certaine façon de le goûter, de le respirer et de l’écrire, un univers remplit de plaisir.

58Chez Colette, le jardin est un lieu central, symbole sur terre du paradis céleste, représenté par deux pôles : le jardin et la maison, où se trouvent la vie et la chaleur familiale.

59Dans Sido, la petite fille (Colette) décrit le jardin de son enfance, un lieu tendre et chaud, qui traduit la nostalgie d’un monde originel :

Peut-être nos voisins imitaient-ils, dans leurs jardins, la paix de notre jardin où les enfants ne se battaient point, où bêtes et gens s’exprimaient avec douceur, un jardin où, trente années durant, un mari et une femme vécurent sans élever la voix l’un contre l’autre… [Ibid., 11]

60Nous voyons un jardin semblable au paradis, où la famille et les bêtes « s’exprimaient avec douceur ». Pour Colette, ce jardin symbolise un refuge, où elle peut séjourner dans la paix. Ce jardin est comme un phare et un modèle. À l’intérieur de ce jardin règne le silence et l’amour entre un couple qui pendant trente années vécut « sans élever la voix l’un contre l’autre… »

61Cet exemple provient de l’imagination enfantine :

Entre les points cardinaux auxquels ma mère dédiait des appels directs, des répliques qui ressemblaient, ouïes du salon, à de brefs soliloques inspirés, et les manifestations, généralement botaniques, de sa courtoisie […]. Mon imagination, mon orgueil enfantins situaient notre maison au centre d’une rose de jardins, de vents, de rayons, dont aucun secteur n’échappait tout à fait à l’influence de ma mère. [Ibid., 14]

62Ce jardin est en quelque sorte le centre de l’univers, ou plutôt, le centre d’une « rose de jardins, de vents », c’est-à-dire le lieu où tous les influx contraires se détruisent et s’équilibrent : le centre de gravité. Rien n’échappe à cette déesse de la nature : « la mère ». La mère devient la mère éternelle et le jardin est un microcosme en contact avec le reste du monde.

63Dans La Retraite sentimentale, la narratrice fait du jardin un lieu propre et esthétique : « O beau jardin immaculé » [Colette, La Retraite sentimentale, 162].

64Ou bien, selon Annie le personnage de La Retraite sentimentale, le jardin a valeur de vie : « – À partir de ce jour-là, Claudine, j’ai su ce que valait la vie !… Un jardin où l’on peut tout cueillir, tout manger, tout quitter et tout reprendre… » [ibid., 41].

65Le jardin devient un lieu vital. Il représente une véritable source d’énergie et lui donne la clé de son âme.

66D’après Gilbert Durand : « la mémoire comme l’imaginaire, se dresse contre les visages du temps ; et assure à l’être, contre la dissolution du devenir, la continuité de la conscience et la possibilité de revenir, de régresser, au-delà des nécessité du destin » [Durand, 1992, 468].

67Dans La Retraite sentimentale, il y a une scène où Claudine parle de sa maison d’enfance, elle n’oublie jamais la maison et le jardin de « Montigny » :

Mais… Montigny ? – Eh bien ! Montigny ne diminue pas pour cela dans mon cœur. Ma maison de Montigny reste pour moi ce qu’elle fut toujours : une relique, un terrier, une citadelle, le musée de ma jeunesse… Que ne puis-je la ceindre, elle et son jardin vert comme les parois d’un puits, d’une muraille qui la garde de tous les yeux ! Mon amour pudique suspend sur elle un mirage qui me trompe seule ! […]. Annie, et Marthe Payet, et Calliope van Langendonck, et le gros Maugis, si je leur montrais ma maison de Montigny, diraient : « Ah bien ! quoi ? c’est une vieille maison. »
Ce n’est pas une vieille maison, pauvres d’esprit ! C’est la maison de Montigny. Et quand je mourrai, ce sera sa fin, à elle aussi… [Colette, La Retraite sentimentale, 61]

68Ici, la maison c’est le symbole d’un temps heureux, d’un temps magique. Ce lieu fermé est le reflet de la jeunesse et témoigne du passé. Entre toutes les choses du passé, c’est la maison est le plus souvent évoquée. La maison est plus qu’un souvenir. Elle est une maison onirique. Cette maison avec son jardin vert et protecteur est le refuge de la femme, et nous montre des images reflétant la volonté de s’enraciner et de demeurer. En effet, la femme est la maîtresse de cette maison qui n’est pas vieille. Toutes les caractéristiques de la maison révèlent la personnalité de la femme. La femme donne vie à la maison. La maison et la femme ne sont pas extérieures l’une à l’autre.

69Selon Gilbert Durand : « la maison tout entière est plus qu’un “vivoir”, elle est un vivant. La maison redouble, surdétermine la personnalité de celui qui l’habite » [Durand, 1992, 278]. Dans l’imagination de Colette la maison et le jardin sont les lieux de bonheur. Ils ont une âme, ils sont vivants. Colette y cherche la beauté du monde. Ils doivent donner à l’homme l’énergie de toujours dire « oui » à la vie.

70Symbole de la dynamique de la vie, la mer est un élément important chez Colette. La mer est pour Colette l’un des plus grands et des plus constants symboles maternels :

Il partit sur sa bicyclette, par un doux temps breton qui voilait de brume la terre et mêlait à la mer un lait immatériel. [Colette, Le Blé en herbe, 46]

Oui, je sais qu’il est trois heures et que je vais me rendormir, et que je regretterai, à mon réveil, d’avoir gaspillé l’instant où le lait bleu commence à sourdre de la mer, gagne le ciel, s’y répand et s’arrête à une incision rouge au ras de l’horizon… [Colette, 1969, 55]

71L’eau de la mer a l’apparence laiteuse. Le lait, l’archétype alimentaire, est dans l’ordre de l’expression des réalités liquides : « le premier substantif buccal » [Bachelard, 1942, 135]. Ce lait sort de la mer, donc la mer prend une image maternelle, et l’eau de la mer est conçue comme l’élément nutritif. Le lait est le symbole de fertilité, de connaissance et d’immortalité. À cette nourriture d’immortalité s’ajoute la couleur bleue qui représente une idée d’éternité.

72Quand la mer est calme, elle est comme un miroir du ciel, à cause de sa couleur bleue. L’être humain qui contemple la mer éprouve automatiquement le calme et la paix : « Mais elle sourit mélancoliquement, d’un sourire errant qui s’adressait à la mer calme, au ciel où le vent haut dessinait des fougères de nuages » [Colette, Le Blé en herbe, 14].

73Dans La Naissance du jour, Colette décrit son ami : Vial, un homme beau. En effet, la narratrice fait un rapport entre la mer, élément « paisible », et la beauté :

Le moindre désordre sentimental dérange les traits de Vial, réguliers, assez beaux. Il n’a pas l’air gai, mais on ne l’a jamais vu triste. Je dis qu’il est beau, parce qu’ici au bout d’un mois de séjour, tous les hommes sont beaux, à cause de la chaleur, de la mer et de la nudité. [Colette, 1969, 75]

74Dans une scène de Sido, pour décrire la belle « voix » de son père, Colette la compare au bruit harmonieux de la mer :

Quelle suavité ! Je fus saisie d’enthousiasme. Le beau son, plein, musical comme le chant de la mer en courroux ! N’eût été la douleur de « Sido », j’aurais regagné, dansant, le jardin, et allégrement espéré la juste mort du docteur R… [Colette, 1961, 39]

75Cette voix provoque une impression douce et agréable chez la petite fille. Elle est si mélodieuse que la petite fille exécute une danse. Elle représente son émotion intense. Le capitaine, « son père », a superbement séduit sa fille par sa voix forte d’un extraordinaire pouvoir magique.

Conclusion

76Colette sait que la marche du temps ne s’arrête jamais, et que le temps apporte la déchéance ; elle se trouve confrontée à une réalité destructrice ; mais elle ne sombre pas dans le désespoir. Enfant de la nature et de la province, la romancière a connu parfaitement les fleurs et les bêtes. Elle est attachée au paradis de l’enfance, au village de Saint-Sauveur-en-Puisaye. Dans ce village, qui dessine la maison natale, la mère et les bêtes familières, la vie et la mort sont constamment liées ;

les enterrements font partie du rituel de la vie quotidienne. Aucune angoisse ne se manifeste, aucune inquiétude métaphysique ne transparaît. La mort y apparaît comme le seuil d’un univers du calme, le domaine de la raison et de la liberté. [Ferrier-Caverivière, 1997, 203]

77Face à la mort Colette n’est pas une personne désespérée : « La mort… Enfin, un mot familier, compréhensible… Un mot de tous les jours… » [Colette, Le Blé en herbe, 88]. Cette romancière de la nature sait bien que la mort fait partie du cycle de la vie. Cette acceptation sublime et cette volonté de dire oui à la mort qui a valeur de modèle est une conquête de l’artiste :

c’est par l’écriture et dans l’œuvre qui prennent forme la superbe sérénité et la grand solennité tragique qui veulent être la réponse de Colette à l’inévitable, qui lui donne la force de réagir. C’est sous la plume de l’auteur que se construit l’hymne à l’ultime départ. [Ferrier-Caverivière, 1997, 136]

78Par l’écriture et en créant, elle comprend et épouse la vie. Son écriture donne à la vie l’éternité de l’art. L’art de Colette lui permet de métamorphoser la mort en vie et en présence éternelle. Ainsi seul son art et son style démiurgique lui procurent sa revanche sur la fuite du temps : « Dans l’écrin de son style, elle enferme l’éternité : présent et passé s’élancent et se fondent dans l’imaginaire du beau et de la vérité intérieur ; le temps n’est plus, l’univers colettien renvoie au ciel de l’absolu » [ibid., 231].

Haut de page

Bibliographie

Anglard Véronique. Colette. Paris : Nathan, 1996.

Bachelard Gaston. L’Eau et les Rêves. Essai sur l’imagination de la matière. Paris : José Corti, 1942.

Bachelard Gaston. L’Air et les Songes. Essai sur l’imagination du mouvement. Paris : José Corti, 1990.

Bachelard Gaston. La Terre et les rêveries de la volonté. Essai sur l’imagination de la matière. Paris : José Corti, 1948.

Chelebourg Christian. L’Imaginaire littéraire. Des archétypes à la poétique du sujet. Paris : Nathan, 2000.

Chevalier Jean et Alain Ghurberant. Dictionnaire des symboles. Paris : Bouquins, 2005.

Colette. La Naissance du jour. Paris : Garnier-Flammarion, 1969.

Colette. Le Blé en herbe. [s.l.] : J’ai Lu, 1972.

Colette. Sido suivi de Les vrilles de la vigne. Paris : Hachette, 1961.

Colette. La Retraite sentimentale. [s.l.] : Le livre de poche, 1972.

Colette. La Chatte. [s.l.] : Hachette, 1960.

Durand Gilbert. Les Structures anthropologiques de l’imaginaire. Introduction à l’archétypologie générale. Paris : Dunod, 1992.

Ferrier-Caverivière Nicole. Colette l’authentique. Paris : PUF, 1997.

Forestier Louis. Chemin vers La Maison de Claudine et Sido. Paris : Société d’édition d’enseignement supérieur, 1968.

Gardin Nanon et al. Petit Larousse des symboles. Paris : Larousse, 2006.

Sarde Michèle. Colette, libre et entravée. Paris : Stock, 1978.

Xiberras Martine. Pratique de l’imaginaire, lecture de Gilbert Durand. Québec : les presses de l’université Laval, 2002.

Haut de page

Notes

1 C’est nous qui soulignons ici, ainsi que dans toutes les citations à venir.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://babel.revues.org/docannexe/image/4081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali ABASSI et Hannaneh MOHSENA, « Maîtrise du temps chez Colette », Babel, 31 | 2015, 181-199.

Référence électronique

Ali ABASSI et Hannaneh MOHSENA, « Maîtrise du temps chez Colette », Babel [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/4081 ; DOI : 10.4000/babel.4081

Haut de page

Auteurs

Ali ABASSI

Université Shahid Beheshti de Téhéran

Hannaneh MOHSENA

Université d’AZAD de Téhéran

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org