Navigation – Plan du site
Substrat

Mirages et mythes, langages sensoriels et visions élémentales au royaume des monstres oubliés

Christine Resche
p. 217-229

Résumés

Caché à l’extrémité de la péninsule italienne, le royaume des monstres oubliés est un territoire hautement symbolique, aussi défini qu’ambigu. Le bras de mer du détroit de Messine, lieu de passage permanent, espace d’une continuité mutilée, renferme et exhale de nombreuses essences chères aux mouvements de l’imaginaire. La thématique du double, le jeu des reflets, les oppositions ambivalentes sont en fermentation constante dans des remous ardents et troubles. À travers un voyage mythique, historique et littéraire de Charybde à Scylla, les fonds marins émergent, les racines de la terre surgissent. Il est alors possible d’y retrouver certains archétypes fondateurs hérités d’un passé immémorial duquel l’Autre, ce grand inconnu, revient, le temps d’une danse archaïque, avant de repartir et de disparaître à nouveau.

Haut de page

Texte intégral

1Au cœur de la Méditerranée, au fond de la péninsule italienne se dessine, se détache, se défend un territoire aussi renfermé que varié.

2L’espace du détroit de Messine, aux perceptions territoriales confluentes tout en étant historiquement concurrentes, est un lieu de passage permanent. La multiplicité des éléments primordiaux, végétaux et animaux n’a d’égale que la beauté originelle caractérisant ces terres méditerranéennes où parfums, nuances et mythes tourbillonnent, se bousculant pour continuer à régner.

3La richesse de ces paysages, tour à tour marins et montagneux, secs et généreux, qui se découpent des deux côtés des rives, suit les cycles d’une nature prospère et idéalisée, forts de traditions toujours vivantes et bien ancrées dans les esprits. Témoins d’un héritage commun, celles-ci transmettent la vision d’un territoire qui, malgré les nombreux changements intervenus au fil du temps, reste un intervalle préservé bien particulier, bras marin pittoresque qui unit, sans qu’elles se touchent, les terres par lesquelles les mers Ionienne et Tyrrhénienne communiquent. Plus haut, les montagnes de l’Aspromonte et les Monts Péloritains épaulés par l’Etna, d’un côté et de l’autre, dominent l’horizon.

Doubles et reflets

  • 1 « [Le détroit était] à la fois poros, “voie de la mer”, noyau important des commerces et de la navi (...)

4Entre Reggio de Calabre et Messine, un monde entier se fraie alors un chemin, d’autant plus mystérieux qu’il se cache dans ce détroit si particulier. L’ouverture de ce passage marin, qui se télescope en une brusque fermeture découlant de la coupure terrestre du territoire italien1, donne alors lieu à de multiples heurts, à des confusions sensorielles, à un déchaînement élémental, à des visions poétiques où les perceptions sont perpétuellement en acte :

La rème changeait : là, la ionienne descendait par Malte, ici la tyrrhénienne finissait de monter, elle achevait ses quatre heures.

Les vagues battirent un peu, comme si elles luttaient et ensuite elles s’amollirent, clapotant sombrement dans les cavités profondes. Ce bruit de torrent : tantôt un bruissement de vent gros et fin, comme un amas d’insectes enfermés dans un tunnel, tantôt un grondement de tonnerre lointain, étouffé, un éboulement abyssal de sable, ce bruit s’évanouit dans l’air, comme si le torrent lui-même s’éloignait de son lit ; et quand il s’évanouit complètement, ce bourdonnement qui anima aussitôt l’air contre son oreille en l’assourdissant presque, l’écho mystérieux de quelque chose d’autre qui venait du grand lit de la rème et n’était que silence, s’accrut de façon gigantesque dans l’obscurité comme venant d’un désert, avec la même grandeur, fatale et catastrophique, que la mer qui venait de mourir. Et comme, avec le silence, le sirocco parut lui aussi renforcé par la disparition de la mer, et qu’on pouvait maintenant l’entendre, ensauvagé, souffler avec ses petites flammes sans vent comme venant de myriades de foyers dispersés dans le sable noir, dans l’air âcre et fumeux, alors l’obscurité fut complète et redoublée par ce calme funèbre.

  • 2 Stefano D’Arrigo, Horcynus Orca, extrait traduit par Antonio Werli dans son travail sur « Le détroi (...)

Après ça, il eut l’impression d’errer dans l’obscurité, où qu’il se tourne depuis cette marine, dans une infinie solitude, à travers eaux, terres et terres-et-eaux, confondues et indéchiffrables. C’est peut-être pour ça que lui parvint, tout près de lui, le cri sanglotant, comme des nourrissons en langes désommeillés, de bandes de fères qui transvolaient dans la mer vivante. Feignant d’être menacées par le retrait de l’eau : car, de cela aussi elles trouvent de quoi exciter leur allégresse, elles avaient aussitôt fui, jouant la comédie, avec de petits pleurs et de petits rires, comme devant un danger menaçant. Très lestes, de plongeon en plongeon, elles s’éloignaient vers la ligne des deux-mers, où, après qu’Ionienne et Tyrrhénienne jouent à changer de partenaire, la rème descendante devait déjà être repartie, rapide et écumeuse, vers Malte2.

  • 3 Le détroit de Messine, en raison de l’abondance d’histoires mythiques qui le concernent, et ce de l (...)

5Cet extrait d’Horcynus Orca, roman de la littérature du Meridione de l’après-guerre, illustre pleinement l’imbroglio sensoriel et, plus encore, perceptif, caractéristique du détroit. Lieu périlleux par excellence3, ce détroit renferme, qui plus est, une thématique chère aux mouvements de l’imaginaire, la thématique du double et, associée à cette dernière, celle du reflet.

6Le double est constamment présent dans l’extrait, à l’instar des deux rives calabraise et sicilienne qui se contemplent, à l’image également des deux peuples, les reggini et les messinesi qui s’observent, mais il est fascinant de remarquer que ce dernier est un double renversé.

  • 4 Le feu purificateur est « parent de la flèche ignée (...) que constitue l’éclair. Le feu spirituel, (...)
  • 5 « Puisque les qualités élémentaires sont au nombre de quatre, et que ces quatre termes peuvent être (...)
  • 6 En ce qui concerne cette scène nocturne, rappelons que les structures de l’imaginaire mettent en re (...)

7En effet, si la mer ionienne descend, la tyrrhénienne, elle, monte. Le spectre en outre – aussi bien entendu comme spectrum, moyen de vision que dans le sens de l’apparition contre l’ordre de la nature et qui suscite la frayeur –, ce spectre dissemblable de la mer est le désert fatal. Le bourdonnement assourdissant, par ailleurs, se révèle n’être qu’un écho de silence. Le vent enfin, ce sirocco ardent, se mue en feu, mettant en relation étroite les deux éléments primordiaux qui sont archétypiquement liés4, ce qui rappelle la lointaine division en quatre des qualités élémentales qu’Aristote associe deux par deux5. L’auteur parle, relevons-le, lui-même de redoublement, qui s’associe naturellement à un monde nocturne : « alors l’obscurité fut complète et redoublée par ce calme funèbre »6.

8Mais, de surcroît, l’explosion et la dissociation de l’élément même dans son essence surmonte le tout, l’eau de la mer, dans un crescendo, devenant tour à tour vagues puis clapotis profond, enfin torrent, avant de s’annuler en une mer morte. Le double symbolique, déjà chargé en valeurs et en valences, est donc exaspéré et éclaté à son intérieur même dans ce qu’il a de plus pur, de plus brut. Comme si toutes les valeurs doubles contenues dans le détroit (oppositions entre les deux villes, similitudes au sein des traditions et des dialectes locaux, reflets réciproques miroitants sur la mer, difficultés socio-économiques, allers-retours incessants en ferry ou en bateau) libéraient leur charge en des convulsions effrénées.

9Surtout, il est impossible de ne pas observer que la superposition, la fusion entre la terre et la mer, ces « eaux, terres et terres-et-eaux, confondues et indéchiffrables », la désintégration des limites entre ces deux entités élémentaires est bien la preuve que l’interruption territoriale n’est qu’une simple illusion des sens, que la mer, et la terre, en d’autres termes, ne font qu’un dans l’aire du détroit de Messine, que les villes sises sur les deux rives, ne sont finalement qu’une seule nature, humaine et sociétale.

Histoires mythiques et mythes historiques

10La réalité historique, mythique et linguistique ancienne ne peut que confirmer cette intuition littéraire plus contemporaine. Le territoire hautement évocateur du Stretto peut, de fait, se vanter d’avoir alimenté, dans sa diversité sensible et esthétique, de nombreuses visions poétiques.

11Légendes et croyances s’esquissent alors en une représentation paysagère hautement sensorielle guidée par les souvenirs et les héritages qui resurgissent du passé, ce passage géographique abondant en récits mythologiques et légendaires.

  • 7 Anna Angelini, « Charybde ou le gouffre sans visage. Figurations sonores du détroit », loc. cit.

12C’est ainsi qu’au cours de son périple, Ulysse doit déjà traverser cette portion marine, tout en survivant aux funestes sirènes et aux monstres Charybde7 et Scylla.

13Dans un cadre plus scientifique, quatre siècles avant J.-C., une première reconnaissance historique et spatiale mettant les deux villes l’une face à l’autre émerge :

  • 8 Thuc. 4, 24, 5, trad. Jacqueline de Romilly, (éd.), Thucydide. La Guerre du Péloponnèse. Livres IV (...)

Ce détroit est constitué par le bras de mer qui sépare Rhégion et Messine, au point où la distance est la moindre entre la Sicile et le continent ; c’est là ce que l’on a appelé Charybde, que la tradition fait franchir à Ulysse (...)8.

  • 9 Pour l’évolution des mythes concernant Scylla et Charybde dans la littérature, nous renvoyons à l’é (...)

14Au Moyen Âge, c’est le mythe de Scylla – du nom du rocher qui porte encore ce nom en Calabre – qui, diffusion de l’Énéide aidant, domine et s’impose, étroitement associé à Charybde cependant, son double sicilien9.

  • 10 Ibid.

15On en retrouve mention dans la littérature italienne qui nous intéresse ici, puisque nous tentons d’analyser l’éventuelle communauté d’esprit et d’expression découlant du topos du détroit de Messine, chez Dante même, qui évoque un Charybde10 dont le mouvement tourbillonnant, éternel et infernal que le monstre marin fait subir à ses proies, est bien propre à figurer le sort qui attend les damnés de l’Enfer dantesque.

  • 11 Ibid. Détaillant d’abord la localisation de Reggio et de Messine, il décrit ensuite le rocher de Sc (...)

16Postérieurement à Dante, qui insiste davantage sur la nature morale de la destination fatale et monstrueuse, la portée se fait plus variée, offrant plus de connotations chez Pétrarque, qui nomme même avec une certaine précision géographique, dans son Itinerarium ad Sepulcrum, les deux villes qui se mirent de part et d’autre du détroit11.

17Bien que les deux monstres mythiques ne soient pas toujours nommés ensemble, un lien thématique synecdochique inclut a priori la présence du premier en fonction de l’existence du second. Les deux rives sont ainsi toujours liées l’une à l’autre à travers ce reflet mythique indissoluble.

18Les deux territoires, mythologiquement parlant, se retrouvent donc à nouveau fortement soudés l’un à l’autre.

Les légendes de la mer

  • 12 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, op. cit., pp. 331 et 259.
  • 13 Ibid, p. 261. Comme le fait en outre remarquer Durand, les déesses de la terre sont en Italie prote (...)
  • 14 Ibid.

19Directement associé à ce thème du spectre-miroir et du reflet d’un autre à la même apparence, le mirage de la Fata Morgana donne lieu à de nombreuses légendes. Celle qui se déroule précisément dans la zone du Stretto prend acte aux temps immémoriaux des invasions barbares, au cours desquelles un roi conquérant, parvenu à Reggio de Calabre, voulut également rejoindre la Sicile. La Fée Morgane, par le biais d’un jeu d’illusion optique, lui fit alors croire que la proximité de l’île se résumait à quelques brasses, avant d’annuler l’enchantement funeste. Remarquons que le personnage de Morgane, « née de la mer », est étroitement apparenté au serpent mélusinien12. Or, Mélusine, fée des eaux, s’inscrit dans la large catégorie des symboles aquatiques de la Grande Mère, considérée comme materia prima, qui oscille, de fait, entre symbolismes aquatique et tellurique13. D’un point de vue symbolique, à la lumière de cette mer-désert d’Horcynus Orca, il n’est donc pas anodin de « souligner l’isomorphisme complet des symboles et de l’iconographie de la Mère suprême où se confondent vertus aquatiques et qualités terrestres »14.

  • 15 C’est en tout cas la version historique et géologique de Pline l’Ancien dans son Historia Naturalis(...)
  • 16 En ce qui concerne la légende de Colapesce, parfois considéré comme un géant, nous renvoyons à l’ar (...)

20La mer, Grande Matière, est l’élément liant qui viendrait combler une séparation dont elle la première, selon les légendes, est la cause. D’après les poètes et les historiens, les Apennins se prolongeaient, en effet, jadis jusqu’à la Sicile, en un territoire unique. Mais la mer et ses remous ont peu à peu rongé, consumé, érodé la montagne, créant le fabuleux canal aux courants légendaires15. Remédiant aux blessures venant d’une mutilation infligée à la terre, la mer, la Grande Mère, est censée lénifier, ou du moins tenter d’atténuer les douleurs et les souffrances dues à ce morcellement dont elle est responsable. Il n’est alors peut-être pas si surprenant de retrouver, autour du XIIe siècle, la légende de Colapesce16, ce fils de pêcheur qui aimait la mer au point de vivre à son contact comme un poisson et de la préférer à tout. Maudit par sa mère qu’il délaissait, Cola (diminutif de Nicola) fut transformé en amphibien, avant de sauver la Sicile en se plaçant au-dessous de l’île à la place de l’une des trois colonnes mythiques la soutenant, laquelle, corrodée, menaçait de faire écrouler et sombrer l’île entière au fond des flots. C’est donc ce fils de la Mer dont la mort, dans d’autres légendes, est imputée à ses trop nombreux allers-retours entre la Sicile et la Calabre pour tenter de capturer les deux monstres Charybde et Scylla qui sauve sa terre, qui sauve la Terre.

21L’espace du détroit est, de fait, un espace partagé où les correspondances issues d’un passé mythique, légendaire, et/ou littéraire sont d’emblée observables. Ne serait-ce pas parce qu’un thème, quelle que soit sa manifestation littéraire ou artistique, provenant d’une représentation paysagère dont le lieu est, de plus, existant, ne peut, finalement, se passer de certains archétypes constituants, quelle que soit l’époque à laquelle il est traité ?

22Ne seraient-ce pas, enfin, ces mêmes archétypes fondamentaux – eux-mêmes dérivant d’expériences sensorielles et, plus spécifiquement, élémentales – qui participent de la mémorisation du territoire ?

Les racines de la terre

23En nous recentrant à présent sur les réalités plus terriennes, par rapport aux existences, aux représentations et aux éventuelles correspondances adverses ou, au contraire, bienveillantes qui affleurent des territoires placés des deux côtés du détroit, il est encore possible de relever des ressemblances archétypales, dont les racines s’enfoncent dans le tréfonds d’un passé commun, profondément communautaire, puissamment planté dans les rites et des archaïsmes fondateurs.

  • 17 Voir la transcription de l’interview de Margherita Badalà in Entre Charybde et Scylla. Art, mythes (...)

24Pour ce qui est des traditions directement dépendantes de la terre, de ses cycles végétaux et du rythme de vie animal, une tradition agreste s’est transmise, portée par les bergers. Le ballettu, du nom de cette danse aux symboles nettement terrestres, très exactement solidaire des territoires situés autour du détroit, est une présence vivante, dansée et jouée, dans le monde des éleveurs et des agriculteurs17. Suite à l’émigration sicilienne et à l’arrivée en Sicile des danses de salon de l’Europe du Nord, la tradition s’était éteinte. Mais, grâce aux danseurs et aux musiciens calabrais desquels les Siciliens se sont alors rapprochés pour retrouver leurs racines perdues, le ballettu a retrouvé son statut traditionnel primordial, ce qui a permis à cette danse joyeuse, source de rencontres, de renaître en Sicile, y compris auprès des nouvelles générations. L’influence du territoire et de la charge héréditaire traditionnelle calabraise est ici manifeste, témoignant d’un rapprochement ultérieur entre ces deux terres si voisines, géographiquement et culturellement.

Partir ou rester ?

  • 18 Tino Caspanello, Malastrada, traduction de Stéphane Resche. Cette pièce très contemporaine, finalis (...)

25S’il est vrai que le Sicilien et le Calabrais sont l’un pour l’autre des inconnus, en raison de l’éloignement qui implique toujours une certaine méconnaissance, avec tout ce qu’elle peut comporter de préjugés et de craintes, et, dans le cas de Reggio et Messine, de rivalités tant les deux villes sont voisines, il n’est pas anodin de rappeler qu’une certaine familiarité existe néanmoins. Et ce sentiment de l’autre, alter ego, être autre et/mais égal à soi-même, ressort pleinement dans la pièce d’un auteur contemporain intitulée Malastrada (La Male Route)18.

26À travers un voyage ahurissant, aussi brumeux qu’éclairé, un père, une mère et un fils quelconques partent d’une Sicile innommée et difficilement identifiable, d’autant que le dialecte, de ce côté du détroit, se rapproche grandement de celui de l’aire de Reggio de Calabre. Le mystérieux point de départ supposé se superpose, se confond, se fond en un point d’arrivée tout aussi secret. Seule certitude : s’il existe, il se trouve au-delà d’un pont, de ce pont aussi glorieux que fantomatique, et que l’on tente de construire depuis des décennies sur le détroit, mais sans succès.

27Tout se vaut d’un bout à l’autre du pont surplombant le détroit de Messine, mais tout s’oppose aussi d’une extrémité à l’autre. Tout le monde se connaît, mais l’Autre est, par définition, le grand Inconnu, aussi dépourvu d’identité que fort d’une familiarité, bonne ou mauvaise :

Père : Ben alors, de quoi t’as peur ?
Fils : J’ai peur, c’est tout.
Mère : Mais on est là, nous, on te regarde. Quand tu veux faire demi-tour, tu fais demi-tour.
Père : Allez, perdons pas de temps, il se fait tard. Passe de l’autre côté, qu’on en parle plus.
Fils : Mais je...
Mère : Regarde, je t’ai même emmené une chemise.
Fils : Pour quoi faire ?
Mère : Ben qu’est-ce que tu veux faire de l’autre côté si t’as pas de chemise. Qu’est-ce qu’ils vont penser les gens ?
Fils : Mais quels gens ?
Mère : Ben j’en sais rien.
Père : Il pourrait y avoir quelqu’un. (...)
Fils : Ça va aller, je vais pas non plus y rester de l’autre côté.
Père : Ah bon, tu vas pas rester là-bas ?
Fils : Non. J’y vais, et je reviens.
Père : Tout de suite ?
Fils : Juste le temps d’y aller et de revenir.

28Le thème du départ et du retour, que nous avons analysé dans le contexte maritime, géographique et symbolique du détroit se déploie, à plus forte raison, lorsque la terre est en cause, dans cette Calabre et cette Sicile marquées par des va-et-vient incessants. Du fait de l’arriération économique et de la fragilité sociale qui les caractérisent, ces allers-retours ne s’arriment plus, comme cela était le cas pour la traversée maritime, à la découverte mystérieuse d’un autre côté, d’une autre côte, énigmatique mais, somme toute, assez prévisible.

  • 19 Nous renvoyons à l’étude de Katia Trifiro’, « Prove di identità in riva allo Stretto. Uomini e paes (...)
  • 20 Stéphane Resche, Le Théâtre de Beniamino Joppolo (1906-1963), Histoires, Mythes, Interprétations, T(...)

29Dans le cas de la terre, le départ figure, au contraire, la perte d’une identité propre, c’est un déracinement à part entière, parfois une remise en question insondable. Dès le vingtième siècle, entre les flots de Charybde et de Scylla, la tension découlant de l’opposition entre l’enracinement et la fugue devient ainsi une oscillation permanente19. Beniamino Joppolo est de ces auteurs siciliens dont la production littéraire, riche et variée, balance régulièrement entre ce besoin de racines et un désir d’évasion, réel ou rêvé. Les souvenirs heureux d’une simplicité sicilienne bienveillante fusionnent en une nature enveloppante, quoique sauvage, à l’image des Siciliens qui la peuplent. C’est alors qu’un sentiment d’incompréhension de la part du monde extérieur à la Sicile s’alimente de l’essence mythique et mystique du territoire, nourri de traditions séculaires et archaïsantes20 :

  • 21 Beniamino Joppolo, « Viaggio in Sicilia : una città allucinata », Milan, Milano-sera, 25-26 septemb (...)

Cette lumière, cet air, cette clameur de la mer sur toute cette côte, on dirait la victoire de l’homme, l’alliance de l’homme avec ces éléments auxquels il faut donner une forme afin de les placer au-dessus de la tragédie dans une autre quiétude contemplative et jouissive. (…)
On a l’impression d’entendre ici seulement les derniers chœurs des tragédies helléniques, les chœurs de la catharsis dans la lumière21.

  • 22 Le titre du roman est en effet « Tra due mari » (« Entre deux mers »), ce qui ne fait que renforcer (...)
  • 23 Carmine Abate, Tra due mari, Milan, Piccola Biblioteca Oscar Mondadori, 2014 [2002], p. 10. Traduct (...)
  • 24 Ibid.

30Le même sentiment paradoxal et contradictoire appartient tout autant aux habitants de l’autre rive. Florian, jeune Italo-Allemand qui se retrouve à la croisée de deux mondes, de deux pays, de deux terres, de deux mers22 allégoriques et symboliques, mais non moins physiques, passe ses vacances d’été en Calabre. Hambourg, la ville pluvieuse, s’oppose crûment au village « à la chape étouffante qui l’écrase tout l’été »23, Roccalba, littéralement « Roche sur l’Aube », géographiquement « posé comme un fer à cheval sur une colline entre deux mers »24, allégoriquement terre de feu escarpée où les rites immuables permettent un exil, mais dans le sens du retour aux racines propres, perdues ou méconnues.

31C’est ainsi que cet espace du détroit, miroir d’une réalité qui semble se refléter de l’autre côté, est également un point de rupture, lieu de séparations et d’unions, où fermentent et se mélangent continuellement les points de vue culturels, naturels, traditionnels. Lieu où se cherchent et se recherchent mutuellement les identités dont vibrations et agitation font un vivier dissonant.

  • 25 « Il était une époque où le territoire calabrais, pourtant bien ancré à la péninsule, était considé (...)

32C’est d’ailleurs en ce lieu ambigu, peuplé, voire hanté, de forces contraires et complémentaires, qu’un autre tremblement impétueux, de terre cette fois, a, en 1908, troublé les paysages, aussi bien naturels et qu’humains, mettant au même niveau les êtres et les terres et renforçant ainsi les similitudes qui existaient déjà entre l’île de Sicile et ce qu’on appelait à une époque la « troisième île »25.

33Aussi cet espace animé par les arrivées et les départs incessants, véritable berceau méditerranéen, dévoile-t-il, par le biais des contradictions qui l’échauffent, son essence. Giron élémentaire dont la charge poétique continue à effrayer tout en faisant rêver, il est le lieu où circulent et se heurtent, nous l’avons vu, depuis des siècles, les idées, les pratiques, les croyances et les légendes qui font à jamais de la représentation et de la commémoration de ces paysages un inestimable héritage.

Haut de page

Notes

1 « [Le détroit était] à la fois poros, “voie de la mer”, noyau important des commerces et de la navigation méditerranéenne, mettant en communication la mer Ionienne avec la mer Tyrrhénienne, mais en même temps porthmos, “interruption” dangereuse entre l’Italie et la Sicile, battue par les courants et troublée par les gouffres (...) », Anna Angelini, « Charybde ou le gouffre sans visage. Figurations sonores du détroit », in Christine et Stéphane Resche (dir.), Entre Charybde et Scylla. Art, mythes et société au pays des monstres oubliés, à paraître en 2015. Qu’il nous soit permis de remercier l’ensemble des contributeurs du volume que nous venons d’évoquer car nous anticipons ici la présentation de leurs travaux avant qu’ils ne soient publiés.

2 Stefano D’Arrigo, Horcynus Orca, extrait traduit par Antonio Werli dans son travail sur « Le détroit mythique de Stefano D’Arrigo, Sur un aspect de la traduction d’Horcynus Orca », Entre Charybde et Scylla. Art, mythes et société au pays des monstres oubliés, op. cit.

3 Le détroit de Messine, en raison de l’abondance d’histoires mythiques qui le concernent, et ce de l’Antiquité à nos jours, devient une sorte de détroit « exponentialisé » concentrant non seulement les spécificités symboliques « classiques » des lieux de passage (la traversée vers la mort, la métamorphose, le changement, le péril en général découlant de la nature sauvage ou de la présence de monstres fabuleux) mais également une thématique de l’aller-retour qui, vécue sans fin, redouble à outrance la puissance de ces attributs.

4 Le feu purificateur est « parent de la flèche ignée (...) que constitue l’éclair. Le feu spirituel, pour sa part, s’apparente au niveau archétypal à la spiritualisation, cette dernière étant, par sa qualité lumineuse, très proche de l’isomorphisme ouranien. En outre, le feu, dans de nombreuses peuplades, est isomorphe de l’oiseau dont l’attribut, l’aile, est directement rattaché au symbolisme du vol et de l’air. Cf. Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 2008, pp. 194-198.

5 « Puisque les qualités élémentaires sont au nombre de quatre, et que ces quatre termes peuvent être combinés en six couples, mais que, par contre, les contraires ne peuvent, en vertu de leur nature, être couplés (car la même chose ne peut être chaude et froide, ou encore sèche et humide), il est évident que seront au nombre de quatre les couples de qualités élémentaires : chaud-sec, chaud-humide, et inversement, froid-humide, froid-sec », Aristote, De la génération et de la corruption, livre II, chap. 3.

6 En ce qui concerne cette scène nocturne, rappelons que les structures de l’imaginaire mettent en relation étroite les schèmes du redoublement et de l’inversion, « le monde nocturne étant l’exacte image renversée, comme en un miroir, de notre monde » où le monde des morts devient celui des vivants. Cf. Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, op. cit. p. 248. Cette polarité oxymorique de vie et de mort, portée par une mort et une nuit euphémisées, est très présente dans cet extrait.

7 Anna Angelini, « Charybde ou le gouffre sans visage. Figurations sonores du détroit », loc. cit.

8 Thuc. 4, 24, 5, trad. Jacqueline de Romilly, (éd.), Thucydide. La Guerre du Péloponnèse. Livres IV et V, Paris, Les Belles Lettres, 1967, cité par Anna Angelini, loc. cit.

9 Pour l’évolution des mythes concernant Scylla et Charybde dans la littérature, nous renvoyons à l’étude d’Elsa Filosa, « Scilla e le tre corone », in Entre Charybde et Scylla. Art, mythes et société au pays des monstres oubliés, op. cit.

10 Ibid.

11 Ibid. Détaillant d’abord la localisation de Reggio et de Messine, il décrit ensuite le rocher de Scylla et le tourbillon nommé Charybde.

12 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, op. cit., pp. 331 et 259.

13 Ibid, p. 261. Comme le fait en outre remarquer Durand, les déesses de la terre sont en Italie protectrices des matelots, d’où la continuité entre valence aquatique et valence tellurique.

14 Ibid.

15 C’est en tout cas la version historique et géologique de Pline l’Ancien dans son Historia Naturalis, III, 86 que semble suivre Pétrarque. Voir Elsa Filosa, « Scilla e le tre corone », loc. cit.

16 En ce qui concerne la légende de Colapesce, parfois considéré comme un géant, nous renvoyons à l’article de Delphine Montoliu, « Città fondate dai giganti », in Entre Charybde et Scylla. Art, mythes et société au pays des monstres oubliés, op. cit.

17 Voir la transcription de l’interview de Margherita Badalà in Entre Charybde et Scylla. Art, mythes et société au pays des monstres oubliés, op. cit.

18 Tino Caspanello, Malastrada, traduction de Stéphane Resche. Cette pièce très contemporaine, finaliste du Prix Extracandoni (Udine, 27 mai 2007), signalée lors du Prix Tuttoteatro.com – Dante Cappelletti (Rome, 9 décembre 2007), prix Legambiente 2008, vient d’être traduite et représente un échantillon artistique vivant, véritable témoignage en temps réel d’une vision et d’une poétique siciliennes à la croisée des chemins sicilien et calabrais.

19 Nous renvoyons à l’étude de Katia Trifiro’, « Prove di identità in riva allo Stretto. Uomini e paesaggio nella contemporaneità letteraria », in Entre Charybde et Scylla. Art, mythes et société au pays des monstres oubliés, op. cit.

20 Stéphane Resche, Le Théâtre de Beniamino Joppolo (1906-1963), Histoires, Mythes, Interprétations, Thèse de doctorat en cotutelle internationale, soutenue en décembre 2013.

21 Beniamino Joppolo, « Viaggio in Sicilia : una città allucinata », Milan, Milano-sera, 25-26 septembre 1951, extrait traduit par Stéphane Resche, ibid.

22 Le titre du roman est en effet « Tra due mari » (« Entre deux mers »), ce qui ne fait que renforcer la puissance symbolique et anthropologique de la séparation marine, soutenant ce que nous avons analysé jusqu’à présent.

23 Carmine Abate, Tra due mari, Milan, Piccola Biblioteca Oscar Mondadori, 2014 [2002], p. 10. Traduction effectuée par nos soins.

24 Ibid.

25 « Il était une époque où le territoire calabrais, pourtant bien ancré à la péninsule, était considéré comme la “troisième île”, en raison de l’isolement culturel, linguistique et social qui découlait de sa coupure du reste du pays. Au même titre que Messine, donc, Reggio se plaçait dans l’imaginaire à la pointe d’un monde insulaire », Christine Resche, « Entre deux rives ou les démesures du Stretto », Les Cahiers Européens de l’Imaginaire, N° 7 : Le Baroque, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Resche, « Mirages et mythes, langages sensoriels et visions élémentales au royaume des monstres oubliés », Babel, 30 | 2014, 217-229.

Référence électronique

Christine Resche, « Mirages et mythes, langages sensoriels et visions élémentales au royaume des monstres oubliés », Babel [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/3952 ; DOI : 10.4000/babel.3952

Haut de page

Auteur

Christine Resche

Alma Mater Studiorum, Université de Bologne - Département de Philologie classique et de Littérature italienne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org