Navigation – Plan du site
Harmoniques

La poésie des vignes : ordre, beauté et harmonie

Monique Clavel-Lévêque
p. 17-34

Résumés

Image emblématique de l’aimable abondance que procure Bacchus aux provinces romaines du creuset méditerranéen, où se croisent grands crus et vins de table, la vigne transcende temps et genres. Si l’ordre au carré des vignes module, en effet, la bucolique symphonie des poètes, les profits ainsi générés rassurent les spéculations des agronomes tandis que les juristes et mesureurs de territoire voient la garantie solide des limites foncières dans le dessin orthonormé des chemins de vigne. Loin d’être troublants, ces échos confortent le sens des correspondances

Haut de page

Texte intégral

1Assurément, les correspondances qui régissent les représentations des espaces viticoles dans les textes d’époque romaine, tous genres confondus – poétique, agronomique ou gromatique –, interrogent. Dans ces vignes, en effet, où tout n’est qu’ordre et beauté, air, soleil et salubrité, harmonie et productivité se répondent.

2De fait, Varron et Virgile déjà chantaient la vigne comme l’espace symbolique où l’ordre prend forme dans le carré parfait, figure sublime de l’harmonie géométrique chère aux Anciens. Et si tel s’avoue bien, sur la longue durée du vignoble antique, l’un des enjeux, quand il s’agit de produire en beauté pour assurer la rentabilité maximale, celle qu’espèrent les tenants de la viticulture spéculative qui a triomphé dans le monde romain impérial, la vigne, incarnant dans la durée le système normatif le mieux accompli où se noue un réseau de correspondances à déchiffrer, signifie très au-delà de l’explicite des textes et du genre littéraire concerné.

3Car force est de constater que la recherche de rentabilité maximale, qui correspond tant aux exigences d’aménagement de l’espace qu’à la logique des normes qui régulent la propriété foncière et la fiscalité afférente, a été organiquement intégrée dans le fonctionnement global du système du monde. Un système conçu et construit par des rapports harmoniques, mathématiques et géométriques, qui réglaient l’ensemble des relations spatiales et sociales.

4Les auteurs anciens insistent, jusqu’à Palladius, sur les effets qu’induit tel ou tel type d’écartement des rangées et des pieds, tel mode de conduite de la vigne, telle pratique de culture, et s’attardent sur la description de l’ordre au carré qu’impose la vigne, qui a fortement contribué, avec ses indispensables chemins bordiers, à modeler le paysage et à soutenir l’économie marchande.

5C’est dans ce sens que, dès le Ier siècle avant notre ère, fidèles à la conception classique de la beauté fondée sur la composition et l’harmonie, ont milité les poètes pour qui l’efficacité et la rationalité économiques sont coextensives de la beauté des paysages du vin et de l’harmonie de leur géométrie chère à l’œil des Romains.

  • 1 Membre, comme Varron, de la commission agraire de 59 avant notre ère, il aurait commencé à écrire (...)
  • 2 L’élégance et la pertinence de son traité d’agronomie ont été louées conjointement par Columelle, (...)
  • 3 I, 7, 2.

6Dans ses Res Rusticæ, Varron, « philosophe et poète » autant qu’agronome, et dont il faut se souvenir qu’il a fait partie, en 59 avant notre ère, de la commission de répartition des terres dans l’ager Campanus, lie l’excellence du rapport à la beauté de la plantation, quelle qu’en soit la nature – vignoble, olivette ou verger –, et à son effet sur la forme du paysage. Dans un dialogue fameux où familiers et spécialistes, que domine la stature de Tremelius Scrofa1, prédécesseur fameux de Varron qui a donné ses lettres de noblesse à la littérature agronomique2, débattent au cours d’un dîner amical de l’économie rurale, la discussion sur l’agriculture et les conditions qui influent sur la culture, sur la meilleure façon de planter et de produire, est dirigée par Scrofa3, convoqué en « maître expert » possesseur de domaines-modèles, qui précise d’emblée :

  • 4 La relation posée par Scrofa est parfaitement claire : De formae cultura hoc dico, quae specie fia (...)

Quant à l’action de la culture sur la forme, je soutiens que ce qui est plus plaisant à l’œil est en conséquence aussi d’un meilleur rapport4. Ainsi, ceux qui ont des plantations arbustives, si elles sont disposées en quinconce, à cause de l’ordonnance des rangées et des intervalles mesurés qui s’y trouvent.

7Observation qui concerne notamment les vignes, pour lesquelles les Anciens, rappelle Scrofa, avaient déjà constaté que :

(...) d’une terre d’égale étendue mal plantée, ils tiraient un vin (...) moins abondant et moins bon, parce que les choses qui sont mises chacune à sa place occupent moins de place et se gênent moins les unes les autres pour jouir du soleil, de la lune et du vent.

  • 5 I, 7, 3-4.

8Regard et constatations factuelles convergent pour constater la supériorité des plantations in ordinem5 :

Les arbres qui sont plantés régulièrement sont soumis également de toutes parts à la cuisson du soleil et de la lune. Ainsi, les raisins comme les olives croissent plus nombreux et mûrissent plus vite.

9Et de conclure :

De ces deux faits en résultent deux autres, qu’ils donnent plus de moût et d’huile et d’un prix plus élevé.

  • 6 I, 4, 2.

10La place est donc centrale qui revient à la composition géométrique de l’espace cultivé, celle qui crée cet « ager honestior »6 qui coagule culture et morale dans la plénitude de l’expression varronienne, le champ bien dessiné et agréable à voir ayant l’honnêteté de rendre le travail investi par des rendements proportionnés aux efforts consentis, l’utile qui rapporte répondant au plaisir des yeux.

11L’architecture de la vigne, plantée en quinconce ou au carré, avec l’alignement rectiligne de ses rangs et ses ceps à distances égales des voisins – telle qu’elle se révèle aujourd’hui aux archéologues sur des centaines d’hectares (Fig. 1) –, relève d’une esthétique d’ordre et de symétrie, construite sur des rapports mathématiques simples qui régissent les correspondances également à l’œuvre dans les sphères de la production artistique, des ordres architecturaux à la composition musicale et littéraire, conformément à l’ordre du monde.

Fig. 1 : Alignement des fosses de plantation d’un vignoble, orienté selon le cadastre centurié de la colonie romaine de Béziers, fondée en 36 avant notre ère.

12Virgile surenchérit encore dans les Géorgiques où, loin de l’Arcadie au rêve brisé des Bucoliques, l’intervention des hommes assure la productivité de la terre en conformité avec l’ordre de la nature, le dur mais créateur travail des champs participant de la beauté du monde. Le livre II des Géorgiques décline l’image dynamique de la vigne au-delà de la figure de symétrie et la place, par une correspondance implacable avec la redoutable légion, au cœur de l’ère nouvelle, ère de mesure et d’ordre, que le monde romain est en passe de produire après le chaos des guerres civiles.

13Mais le retour à la terre ainsi prôné, en accord avec les grandes orientations d’Octave et de Mécène, plusieurs fois invoqué dans le poème, ne saurait constituer un retour en arrière et les conseils techniques ici prodigués relèvent de la rationalité et visent à l’efficacité :

  • 7 Virgile, Géorgiques, II, 2, 274-287.

Tu dois d’abord examiner s’il vaut mieux planter la vigne sur les collines ou dans la plaine. Si tu établis ton vignoble dans une grasse campagne, plante en rangs serrés : si denses que soient les ceps, Bacchus ne les fera pas pousser plus lentement. Si tu choisis un terrain montueux ou les pentes de collines, sois large pour tes rangées en ordre symétrique ; et qu’en tout cas une voie ferme l’alignement exactement mesuré de tes ceps, dont les intervalles égaux forment un carré parfait. De même, lors d’une grande guerre, on voit la légion déployer la file de ses cohortes, l’armée tenir toute la plaine découverte, les fronts de bataille s’aligner (...). Que tes ceps soient ainsi disposés en rangs égaux, non pour que leur perspective soit seulement un vain spectacle pour l’esprit, mais pour que la terre puisse donner également à tous les plants et que leurs rameaux ne puissent s’étendre librement dans l’espace7.

  • 8 Pierre Grimal, « La vigne et l’olivier. Réflexions sur le chant II des Géorgiques », Bulletin de l (...)

14La symétrie posée avec la légion dit bien que l’ordre viticole est investi ici d’une dimension qui n’a rien de neutre dans la conjoncture où écrit Virgile. La vigne parle un langage qui la classe sans ambiguïté aucune du côté de ce qui domine alors tous les esprits dans le monde romain, la guerre. Qu’elle soit civile ou étrangère, elle a tout ébranlé mais la victoire venue à Actium vient de consacrer la mission assignée aux légions de rétablir l’ordre politique perdu. Dès lors, la correspondance posée de façon aussi explicite ici interroge d’autant plus que la vigne, base avec le blé et l’olivier de la trilogie agraire dominante, forme aussi avec l’olivier le couple symbolique par excellence de la culture méditerranéenne. Un couple où, certains l’ont noté, si la vigne, dévoreuse avérée d’attention et de travail, apparaît moins porteuse de libération que grosse de tous les dangers de démesure et d’exubérance qu’apporte le vin, l’olivier, infiniment moins exigeant, lui, puisque censé prospérer en symbiose avec la seule nature, s’affiche, en dépit de l’ordre qui règne aussi dans ses plantations, comme seul porteur de liberté et de paix8.

  • 9 Des confiscations de terres ont bien eu lieu dans la région de Mantoue pour installer les soldats (...)
  • 10 Voir l’analyse de Pierre Schoentjes, Claude Simon par correspondance : Virgile et le regard des li (...)
  • 11 Claude Simon, Les Géorgiques, Paris, éditions de Minuit, 1981.
  • 12 Jacques Neefs, « Les formes du temps dans les Géorgiques de Claude Simon », Littérature, n° 6-8, 1 (...)

15Ces liens d’homologie entre ordre des vignes et ordre des armées réalisent alors la fusion entre la terre et la guerre, deux thèmes chers à Virgile qui a vécu les troubles de la République finissante et peut-être perdu, lors d’expropriations destinées à installer des colons militaires des guerres civiles, le domaine familial de Mantoue9. Le souvenir des bouleversements qui ont affecté l’Italie padane au long du Ier siècle avant notre ère reste vif pour le poète même quand, après la victoire d’Actium qui a ramené la concorde dans l’Empire, il publie en 29 ses Géorgiques, vantant la paix retrouvée et le retour au travail de la terre. Or, c’est cette même conjonction qui revient, 2.000 ans plus tard, correspondances obligent, quand le romancier Claude Simon, propriétaire viticole et militaire, emprunte explicitement ces rapports au poète10 dans ses propres Géorgiques11, dans une superposition des temps12 qui brouille les distances.

  • 13 Columelle, De agricultura, III, 13, 4.
  • 14 Columelle, De agricultura, III, 20, 4. Le choix de planter par quartier séparé correspond aussi, p (...)

16Efficacité et rentabilité demeurent chez Columelle, qui confronte les positions de ces prédécesseurs, des objectifs clairement exprimés. S’il va dans ce même sens qui vise à accroître les rendements, entrant dans les détails pratiques, il recommande aussi à la fois d’équilibrer les risques, en sélectionnant plusieurs cépages, et de planter par espèces en les séparant nettement, option qui répond à une recherche d’amélioration de la productivité. Aussi, quand il affirme impérativement la nécessité d’un ordonnancement bien maîtrisé, discutant la pertinence dans tous les cas de la plantation en quinconce13, figure et modèle revenant sans cesse, il va jusqu’au dessin de l’espace créé par les sentiers, des semita et des decumani14 orientés et hiérarchisés : « je ne doute pas qu’il faille séparer les vignes par espèces, les disposer dans des quartiers propres que l’on distinguera ».

17Mais, il faut pour cela, conformément à l’enseignement du « divin auteur, Platon » qui incite à poursuivre un but inaccessible aux mortels pour la « beauté de la chose », attendre l’œuvre de la nature. Or, de fait, les vignes séparées par quartiers de cépages offrent une mise en beauté devant quoi chacun

  • 15 Columelle, De agricultura, III, 21, 3.

à la bonne saison, s’émerveille, avec le plaisir le plus vif, de la générosité de la nature, lorsque (...) les raisins se répondent (...) attirent les regards et que la nature nourricière, à chaque retour de l’année, comme joyeuse d’un enfantement perpétuel, tend aux mortels ses mamelles (...) tandis que Liber Pater, distribuant sa faveur à des sarments féconds d’espèce ou blanche, ou jaune et rutilante, ou brillante d’un éclat pourpre, de tous côtés l’automne brille, chargé de fruits multicolores15.

  • 16 Columelle, De agricultura, III, 21, 4.

18Pour autant, il ne s’agit pas de s’y tromper car « aussi grand que soit le plaisir que l’on y prend, l’utile l’emporte cependant sur l’agréable »16.

  • 17 Pline, Histoire Naturelle, XVII, 167.

19Ce principe d’ordre créateur d’harmonie que revendiquaient les poètes et que suivent, avec une insistance récurrente sur sa rentabilité, les agronomes, renvoie à un système référentiel très précis. On le retrouve chez Pline17, dans le débat sur les effets de la division de la vigne par des chemins d’exploitation qui ne sont autres qu’un decumanus et un cardo. Et le lexique est alors pleinement révélateur en ce qu’il correspond très exactement à celui des agrimensores qui ont eu en charge l’aménagement des territoires d’Italie et de l’Empire.

20L’image, qui se prête au mieux à la représentation de l’espace que livrent poètes et agronomes, emprunte, en effet, directement aux principes appliqués par les auteurs gromatiques, spécifiquement exposés dans les traités de l’époque impériale et illustrés par les vignettes qui les accompagnent, où les paysages cultivés n’occupent pourtant pas une place centrale.

  • 18 Sur l’ensemble de ces questions, voir Raymond Billiard, La Vigne dans l’Antiquité, Lyon, Lardanche (...)

21La portée de leur témoignage est d’autant plus démonstrative qu’ils valent par le pragmatisme de leurs considérations, et il ne s’agit donc pas d’établir des comparaisons qui n’ont pas lieu d’être sachant le traitement forcément différent qu’opèrent aussi bien les poèmes rustiques que les traités d’agronomie, avec les longs développements spécialisés qu’ils consacrent à la viticulture18. Cependant, force est de noter que les types de culture interviennent à plusieurs reprises comme repères solides, à des moments essentiels de l’enquête conduite sur le terrain et des procédures qui s’ensuivent, dans le cadre des controverses. On retrouve en première ligne le cas des vignes, qui est particulièrement démonstratif comme, au reste, celui des oliviers, voire des vergers, dans l’évidence de la logique géométrique de leurs plantations. S’il n’est abordé que par les seuls Hygin et Siculus Flaccus, ce référent cultural s’avère indissociable à la fois du fonctionnement du territoire, de la vie des terroirs et d’un possible règlement harmonieux des rapports sociaux qui y prévalent.

22Hygin, dans son de Condicionibus agrorum, envisage dès l’orée du texte la controverse sur le droit du territoire qui surgit entre voisins dans les provinces à propos de la possessio, « à cause des tributs exigibles ». Dès lors, dressant les mesures à prendre par les arpenteurs pour examiner la limite des biens voisins, la definitio vicinorum, et en retrouver les preuves indispensables, il constate qu’en l’absence de limites nettes, qu’elles soient de nature topographique ou liées au marquage anthropique – arbres laissés en avant, couronnes de buissons ou même les bornes habituelles –, il faut en venir à l’observation des types de culture et des modes de plantation. Les premiers signes qu’il faut alors rechercher sont liés à l’arboriculture – olivettes et vignes – dont la plus grande stabilité culturale offre, en effet, un repère plus stable :

  • 19 Hygin, Th. 76, L’Œuvre gromatique, texte traduit et commenté par Okko Behrends et alii, Luxembourg (...)

Il est habituel aussi que des oliviers, chaque fois qu’ils se trouvent dans les deux propriétés ou dans les deux terres voisines, n’aient pas leurs rangées disposées en une seule ligne : de sorte que ces lignes, qui ne se confondent pas, attestent du droit de propriété de chacune des deux terres19.

  • 20 Roger Dion, Le Paysage et la vigne. Essais de géographie historique, Paris, Payot, 1990.
  • 21 Hygin, Th. 76, L’Œuvre gromatique, ibid.

23Pour autant, la vigne n’offre pas toujours, dans un paysage vivant20 qui s’est complexifié au fil de l’évolution des campagnes de l’Empire, les garanties de lecture directe des droits de chacun. Hygin signale, en effet, dans la diversité paysagère, ce cas de figure qui n’a rien de rare où des parcelles de vigne et d’olivette sont enclavées dans des « possessions qui ne sont ni attenantes ni proches, au milieu d’une terre appartenant à un autre »21, et ceci au même titre que des parcelles de forêt, de pâturage ou de châtaigneraie, moins formatées en principe.

24Mais Hygin va plus loin, entrant dans le détail des observations qui s’imposent, en recommandant de s’intéresser aux façons culturales, et même à la conduite de la vigne, dont on sait par les agronomes qu’elle produit des paysages très différents :

  • 22 Id. ibid.

Il y a aussi des différences de coupe et de culture ; si on les a constatées elles montrent qu’il ne s’agit pas d’une possession d’une seule et unique qualité, et assurent que tout est divisé22.

25Et quand il prend en compte les réalités de terrain au point de considérer non seulement l’ordre des plantations ou la conduite de la vigne – à l’égal d’un agronome comme Pline (Fig. 2) –, il considère aussi, comme les agronomes, le choix des cépages, qui s’avoue ainsi comme un marqueur majeur, partie intégrante du mémoriel rural et du référentiel juridique :

  • 23 Hygin, Th. 93, L’Œuvre gromatique, ibid., p. 123.

S’il s’agit de vignes, il faut de la même façon les mettre en comparaison ; voir si leurs rangées sont équidistantes, si elles sont plantées de manière semblable, si le genre de plant est le même23.

Fig. 2 : Pour Pline, l’ordre géométrique est assuré par les différents modes de plantation de la vigne, basse, grimpante, sur tuteur ou sur treille.

  • 24 Voir les données rassemblées par Laurent Vidal, Aménagement et mise en valeur des campagnes de la (...)
  • 25 Pour un cas régional, voir Monique Clavel-Lévêque, Autour de la Domitienne. Genèse et identité du (...)
  • 26 René Martin, Recherches sur les agronomes latins et leurs conceptions économiques et sociales, Par (...)

26Or, force est de constater que cette remarque est loin d’être neutre et que sa portée n’est pas seulement harmonique et agrimensoriale, mais évidemment aussi économique quand les textes évoquent l’importance des intervalles entre les rangées, la régularité des espacements, la densité des ceps – réalités que les données de terrain réunies par l’archéologie permettent aujourd’hui de concrétiser et de comparer24 (Fig. 3) – comme le choix des cépages, tous critères qui pèsent à la fois sur les rendements et sur la qualité du vin25, et qui ont fourni de longues discussions chez les agronomes26.

Fig. 3 : Normes des agronomes et données archéologiques : évolution des densités de plantation en Languedoc romain, cités de Béziers et de Nîmes.

27Mais, dès lors, s’il n’y a pas d’autre signe pour aider le juge-arpenteur à différencier les possessions et les domaines, il devient bien difficile de procéder comme l’indique Hygin. Les choix de production mis en œuvre au sein d’un même fonds viennent, en effet, complexifier l’organisation de l’espace et perturber, sinon interdire, une lecture directe des droits de chacun à partir des formes parcellaires. Les agronomes ont clairement évoqué ces difficultés, qui peuvent perturber largement au fil du temps l’ordre initialement mis en place. C’est le cas de Columelle, qui insiste sur les compétences nécessaires pour éviter les perturbations dues au remplacement des pieds morts.

  • 27 Pour le débat sur les questions de chronologie des auteurs gromatiques, voir Jean Peyras, « Cartha (...)

28Il faut attendre Siculus Flaccus27 pour retrouver dans les traités gromatiques l’évocation des cultures arbustives, dans un développement singulièrement plus détaillé que chez Hygin, à propos du marquage qui prévaut dans les agri occupatorii. Il y souligne la clarté qu’introduisent dans le paysage, non seulement leur organisation ordonnée, mais l’espace bien délimité et souvent fermé qu’elles y implantent. Ainsi, quand il en vient aux contestations qui naissent entre voisins sur les limites mitoyennes, il oppose la situation que les arpenteurs rencontrent habituellement pour les champs à celle des vignes où, toutefois, il peut aussi se trouver des données moins évidentes et plus difficiles à débrouiller :

Dans quelques endroits, en vérité, nous avons rencontré la situation suivante : dans les champs cultivés, des voisins font l’objet de plaintes pour avoir brouillé les limites et poussé la charrue sans laisser sur les confins une marge consistante, qui permette de distinguer les limites.

Mais, dans les vignes et dans d’autres genres de cultures, on peut rencontrer quelque chose qui ressemble à ceci.

  • 28 Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, Th. 115-116, traduction commentée par Monique Clavel-L (...)

Si, en effet, deux possesseurs ont des vignes contiguës, à l’extrémité de leurs confins, ils laissent, quand on creuse pour aérer le pied, une limite consistante28.

29La précision de l’observation est d’autant plus importante qu’elle converge totalement avec la ratio vinearum in ordinem où Pline l’Ancien voit la maîtrise de l’espace agraire qu’assure la centuriation, par son système de mesures en correspondance organique avec l’ordre du monde. Le passage de l’Histoire Naturelle est clair, en effet, qui apporte une confirmation éclatante aux constatations de Siculus Flaccus sur la fiabilité des confins des possessions cultivées en vigne :

  • 29 Pline, Histoire Naturelle, XVII, 35, 13.

Il faut que les vignes soient bornées par un decumanus large de dix-huit pieds (...) d’autres chemins de traverse de dix pieds de large doivent être tracés par le milieu des jugères. Et si la vigne est plus étendue, il faut la borner par un cardo de même largeur que le decumanus. En tout cas, il faut toujours faire des chemins de cinq en cinq (quintani), c’est-à-dire pour que chaque planche soit aussi fermée par chaque cinquième échalas29.

30L’ordre des vignes, géométrique et clos, s’impose ainsi dans la durée comme un régulateur, bien au-delà de sa fonction paysagère. On le note clairement depuis Virgile, dont le précepte évoque directement les pratiques de bornage agrimensoriales, avec le « carré de fermeture » :

  • 30 Virgile, Géorgiques, II, 2, 276-278.

Qu’une voie ferme l’alignement exactement mesuré de tes ceps, dont les intervalles égaux forment un carré parfait30.

31Ce sont les mêmes considérations qui se transmettent longuement, en passant par Columelle et Pline, jusqu’aux principes touchant au droit foncier que manient les auteurs gromatiques.

  • 31 Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, Th. 111 : « Si ce sont des buissons qui constituent la (...)

32Au reste, deux autres passages de Siculus indiquent, même si les notations sont rapides, les modalités de clôture des vignes. Elles peuvent être entourées par des haies d’épineux, d’origine locale et de pousse spontanée, voire étrangers à la région et implantés systématiquement, qu’on utilise également pour protéger les jardins31.

  • 32 Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, Th. 114, op. cit., pp. 46-47.

33La fonction de délimitation et de marquage est alors associée à la protection des biens et des cultures, comme l’indiquent la nature de la haie bordière et la présence de ces témoins, immédiatement visibles et déchiffrables pour les arpenteurs, que sont les arbres « plantés en avant », ante missæ. Les parcelles de vigne sont aussi parfois encloses par des murs, qu’il s’agisse d’amas de pierres ou de véritables constructions, dont la fonction n’est pas d’affirmer le confin mais bien de protéger des productions fragiles et de qualité destinées au marché dans le secteur spéculatif de l’économie rurale. La liste ne laisse en effet pas de place au doute sur ce point, qui énumère, avec les vignes et les olivettes, les parcs à gibier, les vergers, les plantations d’arbres qui doivent être défendus contre les incursions des bêtes32.

  • 33 C’est encore quatre types de clôture que cite Palladius pour les jardins, De agricultura, XXXIV.

34Mais il faut noter que Siculus véhicule là une tradition et des pratiques que Varron développait déjà, avançant des exemples concrets, italiens surtout mais aussi extra italiens, et énumérant les quatre types de clôture33 :

  • 34 Varron, Res Rusticæ, I, 14.

qui servent à protéger le domaine ou une partie de celui-ci (...). Le premier, clôture naturelle, consiste souvent en buissons ou épineux qui ont des racines vivantes (...). Le quatrième, clôture construite, est (...) un mur (...) en pierres, en briques cuites (...), en briques crues [ou] en un amalgame de terre et de gravier34.

  • 35 Varron, Res Rusticæ, I, 15.
  • 36 Columelle, De agricultura, De arboribus, XVIII.

35La protection des cultures allant de pair avec celle des fines, que marquent des plantations d’arbres pour éviter les litiges avec les voisins35. Et Columelle encore recommande, pour les jeunes arbres, d’enclore les vergers d’un fossé ou d’un mur – comme l’illustre la vigne complantée d’une mosaïque africaine (Fig. 4) – pour que ni le bétail ni les hommes ne puissent y pénétrer dans les débuts de la croissance et, ici encore, comme pour les vignes, il conseille de planter par espèces pour des raisons de commodité et de rentabilité36, ce qui met en cause le principe de différenciation et de reconnaissance des exploitations cher aux arpenteurs.

Fig. 4 : L’ordre régulier des ceps atteint souvent les bâtiments de la villa comme sur cette mosaïque de Tabarka (Tunisie) où les arbres fruitiers complantés ajoutent leur verticalité au paysage viticole, rarement représenté, contrairement aux vendanges qui scénarisent la productivité des vignes.

36Les quelques occurrences de la vigne dans les traités gromatiques s’inscrivent ainsi dans une très longue histoire, que jalonnent des textes de nature très diverse, et qui fait des vignes, plus encore que des olivettes, un espace singulier, à la fois authentique marqueur paysager et régulateur social, intervicinal.

37La proximité est frappante de certains traits descriptifs dans les données textuelles et elle ne relève pas forcément de la seule observation des réalités de terrain, mais peut aussi indiquer une transmission, sur la longue durée, de représentations qu’Hygin et Siculus Flaccus ne semblent pas avoir ignorées.

38La mention des haies vives d’épineux comme limite protectrice à fonctionnement durable par leur forte vitalité et leur puissance de dissuasion interroge. Au reste, ces représentations structurées autour d’images fondées sur la clôture autant que sur l’ordre géométrique, qui assurent pour les hommes de terrain les garanties nécessaires à leurs enquêtes, font aussi des vignes un espace symbolique qui matérialise le maintien de la norme et la réussite du système productif qu’a apportés l’ordre centurié auquel la régularité de leurs rangs les intègre de plain-pied. Le lexique même des agronomes en témoigne.

  • 37 Hygin l’Arpenteur, L’Établissement des limites, Th. 144, traduction commentée par Monique Clavel-L (...)
  • 38 Jean-Paul Pigeat, Les Paysages de la vigne, Paris, 2003, p. 31.

39Autour de cet ordre géométrique, qui peut atteindre la ratio pulcherrima qu’exalte Hygin l’Arpenteur pour le territoire d’une colonie romaine37 – symbole de la reproductibilité de l’ordre normatif –, les correspondances, qui s’affichent d’un genre et d’un auteur à l’autre, participent de l’esthétique de ce paysage architecturé que synthétise à son niveau la vigne, au point qu’on peut, aujourd’hui encore, s’interroger pour savoir s’il existe une corrélation entre la qualité d’un vin et l’esthétique d’un paysage38, ce que pensaient les agronomes romains.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sources primaires

Columelle, De agricultura.

Hygin, L’Œuvre gromatique, Luxembourg, OPOCE, 2000.

Hygin l’Arpenteur, L’Établissement des limites, Naples, Jovene editore-OPOCE, 1996.

Palladius, De agricultura.

Pline, Histoire naturelle.

Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, Naples, Jovene editore, 1993.

Varron, Res Rusticæ.

Virgile, Les Bucoliques.

Virgile, Les Géorgiques.

Sources secondaires

Billiard Raymond, La Vigne dans l’Antiquité, Lyon, Lardanchet, 1913, Reprints JLaffitte, 1997.

Clavel-Lévêque Monique, « Exemplarité et référentialité dans les traités gromatiques : la place des provinces », Fides, Humanitas, Jus. Studi in onore di Luigi Labruna, Naples, Mondadori, 2007.

Clavel-Lévêque Monique, Autour de la Domitienne. Genèse et identité du Biterrois gallo-romain, Paris, L’Harmattan, 2014.

Dion Roger, Le Paysage et la vigne. Essais de géographie historique, Paris, Payot, 1990.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Grimal Pierre, « La vigne et l’olivier. Réflexions sur le chant II des Géorgiques », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n° 2, juin 1980.
DOI : 10.3406/bude.1980.1062

Martin René, Recherches sur les agronomes latins et leurs conceptions économiques et sociales, Paris, Les Belles Lettres, 1971.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Neefs Jacques, « Les formes du temps dans les Géorgiques de Claude Simon », Littérature, n° 6-8, 1987.
DOI : 10.3406/litt.1987.1443

Peyras Jean, « Carthage et le droit romain », Fides, Humanitas, Jus. Studi in onore di Luigi Labruna, Naples, Mondadori, 2007.

Pigeat Jean-Paul, Les Paysages de la vigne, Paris, 2003.

Schoentjes Pierre, Claude Simon par correspondance : Virgile et le regard des livres, Genève, Droz, 1995.

Simon Claude, Les Géorgiques, Paris, éditions de Minuit, 1981.

Vidal Laurent Aménagement et mise en valeur des campagnes de la Protohistoire au Moyen Âge dans le Sud de la France : l’exemple du Languedoc central et oriental, Thèse, Lille 2000.

Haut de page

Notes

1 Membre, comme Varron, de la commission agraire de 59 avant notre ère, il aurait commencé à écrire dans la première décennie de ce même Ier siècle.

2 L’élégance et la pertinence de son traité d’agronomie ont été louées conjointement par Columelle, notamment, qui rappelle son eloquentia et son elegantia, qu’on retrouve précisément dans la rigoureuse symétrie de la composition, dans ces mêmes Res Rusticæ de Varron, du texte consacré à l’élevage rigoureusement structuré en 81 parties (3x3x0 =81), II, 1, 12.

3 I, 7, 2.

4 La relation posée par Scrofa est parfaitement claire : De formae cultura hoc dico, quae specie fiant venustiora, sequi ut majore quoque fructu sint.

5 I, 7, 3-4.

6 I, 4, 2.

7 Virgile, Géorgiques, II, 2, 274-287.

8 Pierre Grimal, « La vigne et l’olivier. Réflexions sur le chant II des Géorgiques », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n° 2, juin 1980, pp. 171-185.

9 Des confiscations de terres ont bien eu lieu dans la région de Mantoue pour installer les soldats d’Octave et d’Antoine à l’extrême fin des années 40 avant notre ère, mais rien n’atteste qu’un tel domaine ait réellement existé dans la famille de Virgile.

10 Voir l’analyse de Pierre Schoentjes, Claude Simon par correspondance : Virgile et le regard des livres, Genève, Droz, 1995, pp. 110-111 notamment.

11 Claude Simon, Les Géorgiques, Paris, éditions de Minuit, 1981.

12 Jacques Neefs, « Les formes du temps dans les Géorgiques de Claude Simon », Littérature, n° 6-8, 1987, pp. 119- 128.

13 Columelle, De agricultura, III, 13, 4.

14 Columelle, De agricultura, III, 20, 4. Le choix de planter par quartier séparé correspond aussi, précise Columelle, à la recherche de gains de productivité, III, 20, 9-11.

15 Columelle, De agricultura, III, 21, 3.

16 Columelle, De agricultura, III, 21, 4.

17 Pline, Histoire Naturelle, XVII, 167.

18 Sur l’ensemble de ces questions, voir Raymond Billiard, La Vigne dans l’Antiquité, Lyon, Lardanchet, 1913, Reprints JLaffitte, 1997.

19 Hygin, Th. 76, L’Œuvre gromatique, texte traduit et commenté par Okko Behrends et alii, Luxembourg, OPOCE, 2000, pp. 26-27.

20 Roger Dion, Le Paysage et la vigne. Essais de géographie historique, Paris, Payot, 1990.

21 Hygin, Th. 76, L’Œuvre gromatique, ibid.

22 Id. ibid.

23 Hygin, Th. 93, L’Œuvre gromatique, ibid., p. 123.

24 Voir les données rassemblées par Laurent Vidal, Aménagement et mise en valeur des campagnes de la Protohistoire au Moyen Âge dans le Sud de la France : l’exemple du Languedoc central et oriental, Thèse, Lille 2000, notamment p. 384, et complétées par Monique Clavel-Lévêque pour les comparaisons entre données archéologiques et données textuelles, Autour de la Domitienne. Genèse et identité du Biterrois gallo-romain, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 151.

25 Pour un cas régional, voir Monique Clavel-Lévêque, Autour de la Domitienne. Genèse et identité du Biterrois gallo-romain, op. cit., pp. 146-154.

26 René Martin, Recherches sur les agronomes latins et leurs conceptions économiques et sociales, Paris, Les Belles Lettres, 1971.

27 Pour le débat sur les questions de chronologie des auteurs gromatiques, voir Jean Peyras, « Carthage et le droit romain », in Fides, Humanitas, Jus. Studi in onore di Luigi Labruna, Naples, Mondadori, 2007, 4, pp. 236-256 et Monique Clavel-Lévêque, « Exemplarité et référentialité dans les traités gromatiques : la place des provinces », ibid., pp. 1073-1086.

28 Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, Th. 115-116, traduction commentée par Monique Clavel-Lévêque et alii, Naples, Jovene editore, 1993, pp. 2-55.

29 Pline, Histoire Naturelle, XVII, 35, 13.

30 Virgile, Géorgiques, II, 2, 276-278.

31 Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, Th. 111 : « Si ce sont des buissons qui constituent la limite, il faut observer quels sont ces buissons (...). En effet, quand bien même une région est dépourvue d’épineux susceptibles de protéger les vignes et les jardins, on en apporte de régions étrangères et on les plante », op. cit., pp. 40-41.

32 Siculus Flaccus, Les Conditions des terres, Th. 114, op. cit., pp. 46-47.

33 C’est encore quatre types de clôture que cite Palladius pour les jardins, De agricultura, XXXIV.

34 Varron, Res Rusticæ, I, 14.

35 Varron, Res Rusticæ, I, 15.

36 Columelle, De agricultura, De arboribus, XVIII.

37 Hygin l’Arpenteur, L’Établissement des limites, Th. 144, traduction commentée par Monique Clavel-Lévêque et alii, Naples, Jovene editore-OPOCE, 1996, pp. 58-59.

38 Jean-Paul Pigeat, Les Paysages de la vigne, Paris, 2003, p. 31.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Alignement des fosses de plantation d’un vignoble, orienté selon le cadastre centurié de la colonie romaine de Béziers, fondée en 36 avant notre ère.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/3812/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Fig. 2 : Pour Pline, l’ordre géométrique est assuré par les différents modes de plantation de la vigne, basse, grimpante, sur tuteur ou sur treille.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/3812/img-2.png
Fichier image/png, 190k
Légende Fig. 3 : Normes des agronomes et données archéologiques : évolution des densités de plantation en Languedoc romain, cités de Béziers et de Nîmes.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/3812/img-3.png
Fichier image/png, 549k
Légende Fig. 4 : L’ordre régulier des ceps atteint souvent les bâtiments de la villa comme sur cette mosaïque de Tabarka (Tunisie) où les arbres fruitiers complantés ajoutent leur verticalité au paysage viticole, rarement représenté, contrairement aux vendanges qui scénarisent la productivité des vignes.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/3812/img-4.png
Fichier image/png, 806k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Clavel-Lévêque, « La poésie des vignes : ordre, beauté et harmonie », Babel, 30 | 2014, 17-34.

Référence électronique

Monique Clavel-Lévêque, « La poésie des vignes : ordre, beauté et harmonie », Babel [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 27 août 2016. URL : http://babel.revues.org/3812 ; DOI : 10.4000/babel.3812

Haut de page

Auteur

Monique Clavel-Lévêque

Université de Franche-Comté - Parc Culturel du Biterrois

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org