Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Marine Bernot achève un doctorat de Littérature anglaise à l’Université de Toulon. Affiliée au laboratoire BABEL, membre de l’équipe ERIS, elle travaille essentiellement sur l’analyse et la traduction de Provence : from Minstrels to the Machine (Ford Madox Ford, 1935) ainsi que sur l’ensemble des œuvres autobiographiques évoquant l’idéologie pro-méridionale de Ford. Parmi ses publications, on compte « Le récit de voyage romancé et la réalité impressionniste », publié dans la revue Modèles Linguistiques (« Entre fait et fiction (I) », tome XXXIII, vol. 65, Toulon, 2012, pp. 99-122) et « L’empreint et l’empreinte dans l’écriture impressionniste de Ford Madox Ford », article publié à l’occasion des 4e journées de la jeune recherche (« Emprunts et Empreintes », Doctoriades 2012, Journées de la jeune recherche, Lille, 2013, pp. 147-160).

2Carmen-Veronica Borbély est maître-assistant d’Anglais à l’Université de Cluj. Après l’obtention d’une bourse Chevening à l’Université d’Oxford (2003-2004), elle a effectué plusieurs séjours de recherche à la Freie Universitat (Berlin), au Keough-Naughton Institute of Irish Studies (University of Notre Dame) et à l’University College (Dublin). Spécialiste de la littérature anglaise du XVIIIe s., du Gothique irlandais et de la fiction postmoderniste, elle s’intéresse aussi à l’imaginaire tératologique sur lequel elle a publié Genealogies of Monstrosity : Constructions of Monstrous Corporeal Otherness in Contemporary British Fiction (Cluj University Press, 2014) et Our Heteromorphic Future : Encoding the Posthuman in Contemporary British Fiction (avec Petronia Popa-Petrar, Cluj University Press, 2014) et travaille actuellement sur les tropes de la mémoire et de l’oubli dans la fiction britannique du XVIIIe siècle.

3Ôphélia Claudel prépare actuellement à l’Université de Toulon une thèse sur le « mythe de Carthage, un mythe en réfection : 1811-1862 ». D’abord assistante au Muskingum College (Ohio), elle donne aujourd’hui des conférences aux États-Unis. Ainsi à la 20e conférence de l’UNC, à Chapel Hill (Caroline du Nord) et à la 9e conférence KFLC (Université du Kentucky). Ses travaux portent tant sur l’écriture du mythe (« Le mythe de Salammbô, du texte romanesque à l’image contemporaine », Congrès international « Crises du mythe. Le mythe en crise », Université Complutense, Madrid, 2014, à paraître) que sur les représentations de la femme (« Encre de chair : de l’écriture du corps au corps de la femme écrivain dans les romans de Toni Morrison », Babel, n° 28).

4Aurélie Dell’olio est PRCE d’anglais (Professeur Certifié affecté dans l’enseignement supérieur) à l’Université de Toulon. Rattachée au laboratoire BABEL, elle a soutenu en novembre 2014 une thèse de doctorat en Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes intitulée La croisière du Vanadis : sur les traces d’Edith Wharton. Ses recherches portent sur la littérature américaine et la civilisation du monde anglophone, plus particulièrement sur la littérature de voyage, les sociétés euro-méditerranéennes, le Grand tour et le tourisme américain, questions auxquelles elle a déjà consacré plusieurs articles.

5Jérôme Duloup est professeur agrégé. Il prépare une thèse sur Julio Cortázar et Marcel Proust à l’Université Paris-Sorbonne. Il a publié des articles sur la relation entre les deux auteurs mais également sur Héctor Abad Faciolince. Secrétaire de rédaction de la revue Les ateliers du SAL (Paris-Sorbonne), il prépare actuellement, en tant que coéditeur, les actes du colloque « 1963 : date charnière de l’écriture de Julio Cortázar » qui s’est tenu à Paris en novembre 2013.

6Patrick Hubner est agrégé de Lettres modernes, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, chargé de cours en littérature comparée à l’Université de Paris-Sorbonne de 1984 à 1992, puis professeur agrégé à l’Université de Bretagne occidentale de 1992 à 1994, enfin détaché sur un poste de Maître de conférences à l’Université de Toulon depuis 1994. Il s’intéresse plus particulièrement, dans ses diverses publications, à l’étude des mythes comme aux études américanistes dans le cadre de la littérature comparée.

7Martine Jacques est Maître de conférences à l’Université de Bourgogne, CPTC EA 4178. Spécialiste de littérature française du XVIIIe siècle, après une thèse consacrée à Louis-Antoine Caraccioli, écrivain et voyageur, ses recherches portent sur l’étude des marges et des imaginaires politiques : utopies, féeries, récits de voyages et mouvement des Anti-Lumières, ainsi que sur la didactique de la littérature des siècles classiques depuis l’école primaire. Dernières publications en date : « Espaces complexes du mariage dans La Belle et la Bête au XVIIIe siècle » in F. Lavocat (dir.), Le Mariage et la loi dans la fiction narrative avant 1800, Louvain-Paris-Walpole, MA, Éditions Peeters, 2014, pp. 319-330 ; M. Jacques/ C. Raulet-Marcel (dir.), Inventions de l’écriture, Dijon, EUD, 2014.

8Laure Lévêque est Professeur de Littérature française à l’Université de Toulon. Ses travaux portent pour partie sur le patrimoine culturel, sa perception, ses modalités de transmission, ses représentations, notamment à partir de l’objet paysager. Sur ces questions, elle a participé à plusieurs programmes européens ; elle codirige aujourd’hui, au sein du laboratoire BABEL auquel elle est rattachée, l’équipe de recherche « Écritures des Espaces Euro-méditerranéens ».

9Lobna Mestaoui est spécialiste de Littérature francophone. Auteur d’une thèse sur Kourouma (Tradition orale et esthétique romanesque : aux sources de l’imaginaire de Kourouma, L’Harmattan, 2012), elle déborde aujourd’hui l’aire mande et s’intéresse aux cultures qui ont la Méditerranée en partage. Elle interroge tout spécifiquement les passages – de l’oral à l’écrit, d’une culture à une autre – en tant qu’ils sont indices d’adaptation et d’acculturation, véritables bricolages qui disent la vitalité du terroir, de sa culture et de ses valeurs.

10Jean Peyras est Professeur émérite d’Histoire romaine à l’Université de Nantes, spécialiste de l’Afrique du Nord antique et des conceptions romaines de l’espace, archéologue et épigraphiste. Il a publié plusieurs articles sur les voyages antiques : « L’exotisme et l’Afrique du Nord antique » (L’exotisme, Paris, Didier-érudition, 1988), « Espaces sacrés et imaginaire antique » (L’ailleurs imaginé, Paris, Didier-érudition, 1990), « L’île et le sacré dans l’Antiquité », (L’insularité, thématique et représentation, Paris, L’Harmattan, 1992), « L’aventure maritime dans l’Antiquité classique » (L’Aventure maritime, Paris, L’Harmattan, 2001).

11Liliana Pop est docteur en philologie et Maître de conférences en Anglais à l’Université de Cluj. Spécialiste de la poésie d’expression anglaise, depuis la Renaissance jusqu’au Postmodernisme, outre nombre d’articles dans des publications spécialisées roumaines, françaises, allemandes et espagnoles, elle a donné plusieurs monographies : The Creative Word. A Study of T.S. Eliot’s Poetry (Éditions Dacia, Cluj, 2004), Crossroads. Essays in British and American Literature (Éditions Limes, Cluj, 2007) et prépare actuellement un volume sur Les cosmopolites. Recherche sur la poésie romantique anglaise des voyages (à paraître chez l’Harmattan). Son intérêt porte aussi sur les paysages culturels, qu’elle a abordés dans le cadre du programme européen COST A27, et, plus récemment, sur la Méditerranée et ses représentations.

12Josette Riandière La Roche est agrégée d’Espagnol et titulaire d’une thèse de doctorat d’État soutenue en 1993 à l’Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle (Recherche sur la pensée politique de Francisco de Quevedo Villegas : l’homme, l’historien, le pamphlétaire). Boursière de la Casa de Velazquez à Madrid, elle a obtenu pendant deux ans un poste d’accueil au CNRS, ce qui lui a permis de se familiariser avec les archives espagnoles des XVIe et XVIIe siècles. Elle est l’auteur de Nouveaux documents quévédiens : une famille à Madrid au temps de Philippe II (Paris, Publ. de la Sorbonne-Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993). Elle a enseigné à l’Université de Lille III et à l’Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle.

13Hélène Roure est Professeur certifiée de Lettres Modernes, docteur en Littérature française sur le sujet : L’Œuvre romanesque de Jean Giraudoux. Du mythe du voyage initiatique à l’errance : une esthétique brisée. Collaboratrice régulière de la revue Loxias du CTEL de l’université de Nice, elle est l’auteur de plusieurs articles tant sur Giraudoux que sur l’esthétique.

14Yousra Sabra est, depuis 2013, docteur de l’Université de Toulon et de l’Université Libanaise (cotutelle) en Linguistique contrastive et Linguistique appliquée. Elle est aujourd’hui professeur assistant en Linguistique anglaise à l’Université Libanaise (Beyrouth) et conseille le Ministère libanais de l’Éducation. Membre de BABEL depuis 2010, elle est affiliée à l’équipe ERIS où elle a obtenu un contrat Post Doc pour l’année 2014-2015. Ses recherches portent notamment sur l’œuvre de George Moore, à laquelle elle a déjà consacré plusieurs publications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Contributeurs », Babel, 29 | 2014, 337-340.

Référence électronique

« Contributeurs », Babel [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://babel.revues.org/3753 ; DOI : 10.4000/babel.3753

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org