Navigation – Plan du site
Varia

Banni soit qui mal y pense : l’histoire en exil. Le cas Quinet

Laure Lévêque
p. 289-314

Résumés

Cet article envisage, à partir du cas symptomatique d’Edgar Quinet, les stratégies de contournement qu’impose l’exil pour continuer de peser sur l’histoire intellectuelle de son temps et d’alimenter la circulation des idées. Privé de l’audience que lui donnait son titre de professeur au Collège de France, Quinet retrouve une chaire virtuelle en continuant de se faire entendre par son œuvre et au travers de ses disciples, souvent d’anciens étudiants, qui assurent la diffusion de la parole du maître à l’échelle du continent européen comme au-delà, où elle sert les combats pour la démocratie aux Amériques, prouvant que le décentrement n’empêche pas le recentrement quand cette dissémination pose les bases d’une Internationale de la résistance qui se constitue en réseau.

Haut de page

Texte intégral

« ... la France reste la patrie des grandes âmes. Quelle nation moderne peut compter tant d’illustres bannis ? Le cortège de cette France exilée, non vaincue, commence avec d’Aubigné, Marnix, Duplessis-Mornay, avec les héros de la Réforme, les victimes de la Saint-Barthélemy, Coligny, Ramus ; plus tard avec Descartes, Bayle, Saint-Évremond, Voltaire, Rousseau... Ces héros de la pensée emportent avec eux le génie et le cœur de la France. Elle règne sur le monde par ses proscrits ; sa souveraineté est universelle et grandit dans la défaite. C’est par ses écrivains que la France devient la nation invincible. (...) Quel prodigieux travail de régénération entrepris par ces hommes en dépit du terrorisme des pouvoirs absolus ! Et ce ne sont pas seulement des individualités illustres, c’est tout un peuple d’exilés qui a représenté au-delà des frontières la France idéale. Depuis trois siècles elle a réalisé le 89 de l’esprit humain. (...) Ô France, tu es le Verbe du monde ! (...) Ton génie sympathique vit toujours dans tes écrivains ; il rayonne à Guernesey, sous les brouillards de la Tamise, au pied des Alpes, aux bords du lac d’Annecy, sur le champ de bataille de Zurich et à l’entrée du grand chemin battu de l’exil, vers Jemmapes et Fleurus. Oui, l’alouette gauloise élève encore son chant matinal ; elle réveillera le monde ».
Madame Quinet, Mémoires d’exil, 1868

« En un mot, agir si on le peut, parler si on ne peut agir, écrire si on ne peut parler ».
Edgar Quinet, lettre à Charles-Louis Chassin, 8 janvier 1861

« La fonction des penseurs aujourd’hui est complexe : penser ne suffit plus, il faut aimer ; penser et aimer ne suffit plus, il faut agir ; penser, aimer et agir ne suffit plus, il faut souffrir. Posez la plume, et allez où vous entendez la mitraille ; voici une barricade ; soyez-en. Voici l’exil ; acceptez ».
Victor Hugo, William Shakespeare, 1864

  • 1 Peut-être fourni par la princesse Cantacuzène, qui est du même convoi que lui. Les passeports valaq (...)
  • 2 Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions (...)

1C’est un mode bien particulier de circulation que je voudrais envisager ici, en m’attachant aux pas de Quinet, dans le long voyage qui l’entraîne vers Bruxelles lorsque, au lendemain du Deux Décembre, muni d’un faux passeport valaque1, il part clandestinement pour la Belgique, puis vers la Suisse, jusqu’à son retour à Paris après dix-neuf années d’exil, le 6 septembre 1870, deux jours après la proclamation de la République. Une circulation singulière – mais, finalement, guère atypique dans ce XIXe siècle que Sylvie Aprile regarde comme le siècle des exilés2 –, quand la tribune d’enseignement du maître, déjà écarté, avec son ami Michelet, de sa chaire au Collège de France, se voit dépaysée et va se trouver, par là même, élargie d’autant, non seulement à toute l’Europe, mais jusqu’aux Amériques, du Nord comme du Sud.

2Il s’agira de suivre, en même temps que des itinéraires qui engagent des personnes physiques – Quinet et les divers cercles qui gravitent autour de lui, Quinet et les interlocuteurs qui font parfois même le déplacement pour échanger avec lui –, un circuit qui alimente un intense débat d’idées, lancé sans frontières.

  • 3 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, Paris, Pagnerre, 1859, p. 44. « C’est à l (...)
  • 4 Ibid., p. 46.

3Car, ces longues années durant, Quinet ne cesse à aucun moment d’être l’enseignant critique, le maître formateur, et par là éminemment dangereux, d’une jeune classe qu’il touche, plus que jamais alors, dans toute l’Europe. La rencontre avec la jeunesse de celui qui est à l’origine un publiciste est le fil directeur de toute l’action de Quinet, dès l’instant qu’il fait son entrée dans l’enseignement public, dans l’anomalité la plus absolue puisqu’il ne possède pas les titres universitaires qui y donnent droit3. Nommé dès 1838 à la Faculté des Lettres de Lyon, le « simple homme de lettres », « libre philosophe », y soulève d’emblée l’enthousiasme, au point qu’Hippolyte Fortoul, futur ministre de l’Instruction publique et des Cultes, qui compte parmi ses auditeurs, s’écrie, transporté : « Ah ! si l’on savait à Paris ce qu’est votre cours, on prendrait la poste pour y assister »4.

  • 5 Ibid., p. 58.

4Il ne faisait là qu’anticiper sur des années où aller entendre la bonne parole du maître devait s’avérer plus difficile, et sensiblement plus risqué, sans qu’en soit pour autant ralentie la circulation de la libre pensée, dans sa marche à l’éveil de la conscience humaine. Quinet n’a d’ailleurs pas attendu le Deux Décembre pour se trouver en butte aux attaques de l’institution et aux avanies du pouvoir. Si, en dépit de son républicanisme, et après Salvandy à Lyon, Villemain crée tout exprès pour lui une chaire de littérature méridionale au Collège de France – le 30 juillet 1841 –, cet enseignant hors-normes, qui ne craint pas de débuter ses leçons par dix séances violemment polémiques contre les jésuites et le parti prêtre, va vite faire l’objet de mesures vexatoires qui finissent par le conduire là où le pouvoir entendait l’amener, un pouvoir qui n’a eu de cesse de prétendre empiéter sur l’indépendance du Collège de France pour arracher une révocation. Son éviction est finalement acquise en novembre 1845, quand la modification unilatérale de l’intitulé de son cours force Quinet à le suspendre, en communion totale avec ses étudiants, qui manifestent leur soutien face à une répression masquée : « Chacun comprit que le cours d’Edgar Quinet était suspendu, non par la mauvaise humeur du maître, comme on le faisait dire, mais par ordre de l’autorité »5.

  • 6 Ibid., p. 61.
  • 7 Ibid., p. 3.

5Si l’on n’est pas à Varsovie, l’ordre n’en règne pas moins, quand, après Mickiewicz (en 1844), que sa qualité de citoyen polonais rend facile à atteindre, puis Quinet (1845), Michelet est frappé à son tour ; alors « les trois chaires de la démocratie se trouvèrent muettes en 1847 »6. Au-delà de la personne des maîtres, au reste, ce sont bien les chaires qui sont visées, ce qu’on ne pourra plus ignorer après le décret du 12 avril 1852, qui supprime leur enseignement. Le temps n’est déjà plus où, comme le constatait son disciple et fidèle propagateur Chassin, « le Collège de France était vraiment le collège du monde »7. Dès lors, il allait falloir innover, pour poursuivre la mission, quand le Verbe quitte la chaire.

6Pour autant, avec les terribles échecs qu’essuient, partout en Europe, les aspirations des peuples qui se donnent cours au travers des événements de 1848, la circulation des idées ne saurait s’arrêter, pas plus que la qualité des échanges et des contacts générés entre maîtres et disciples, qu’unit une même foi dans les valeurs républicaines, ne saurait s’interrompre. Dans ses Mémoires d’exil, Madame Quinet revient avec émotion sur ces dix années – 1841-1851 – où trois hommes ébranlèrent le monde et prétendirent l’ouvrir sur l’avenir, prêchant ce nouveau sel de la terre qu’abrite le Collège de France :

  • 8  Mme Quinet, Mémoires d’exil (Bruxelles-Oberman) et Mémoires d’exil. L’Amnistie. Suisse orientale – (...)

Dans l’hémicycle se pressent les représentants des nationalités qui veulent revivre : Italiens, Roumains, habitants des Cordillères, Polonais, Hongrois, Espagnols, Allemands, tous confondus dans les rangs de la jeunesse française, comme au cœur même de la grande patrie adoptive8.

  • 9 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 45.
  • 10 Sur les instances de Cousin, Quinet obtient que lui soit proposé de prendre part à l’expédition de (...)

7La Grande Nation, gardienne de la liberté, naturalise désormais l’Esprit et la composition même de ce public donne crédit à Quinet d’avoir atteint le but qu’il se proposait dès Lyon – « effacer de notre dictionnaire le mot étranger, supprimer “les Pyrénées entre les peuples”, augmenter le génie de la France en y associant le génie des autres nations »9 –, lorsque, le 10 avril 1839, il ouvrit son cours par une introduction remarquée sur l’Unité morale des peuples modernes. La conception qu’il affiche là d’emblée, et dans laquelle intervient évidemment le pivot rupteur du combat philhellène10, ne cessera de régir les conditions de ses interventions dans tous les champs où se joue le devenir des valeurs humaines portées par la République et l’avenir des générations nouvelles, qui ne se séparent pas. Il y a là comme une annonce faite aux peuples de la solidarité en gestation que porteront en France les Internationaux.

8Chassin, disciple fidèle et apôtre du quinettisme, qui insiste tant sur la destination universelle du message et sur la mission internationale du prophète auprès de l’auditoire déjà mondialisé qu’est la pépinière du Collège de France, les voit se reverser du côté de la parole écrite. Le grain ne meurt pas, si le papier ne manque :

  • 11 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 3.

Aujourd’hui que leurs chaires sont vides, les deux frères intellectuels, Quinet et Michelet, prêchent encore, non plus de la voix, mais du livre (...). En dépit des apparences tristes, lorsque je vois les orateurs debout, fidèles à leur foi, aussi éloquents de la plume qu’ils l’étaient jadis de la parole, non, je ne puis, je ne veux pas croire à la dispersion, à la disparition de cet auditoire “d’âmes neuves que le souffle d’aucun mensonge n’avait ternies” (...). Que M. Quinet ne se figure donc pas être le jouet des mirages de sa solitude (...). Ses auditeurs d’autrefois, il les a retrouvés dans les premiers lecteurs de ses Œuvres complètes11.

9Aucun symbole n’est à cet égard plus parlant que la place liminaire réservée aux Leçons du Collège de France dans la publication des Œuvres complètes, seuil propédeutique et lien organique, au-delà même de la pédagogie, du réveil des consciences.

  • 12 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 339.

10Outre les Œuvres complètes, on dispose d’un large corpus de documents de première main, pour suivre, quasiment au jour le jour, le commerce intellectuel qui vient relayer les modes traditionnels d’enseignement, et ce jusqu’aux derniers jours de sa vie, puisque cet enseignement alternatif, qui se nourrit d’une interactivité éminemment sensible, ne s’interrompra plus, même lorsque interviendra, en 1870, le rétablissement de Quinet dans son poste au Collège de France, par décret du gouvernement de défense nationale, rétablissement en grande partie fictif puisque Quinet refuse tout émolument12.

  • 13 Outre ses rapports avec les savants, du Collège de France, de l’École Normale ou des Universités, f (...)

11Ce dialogue socratique, on le suit dans la correspondance nourrie de Quinet lui-même avec ses plus illustres contemporains, pairs ou hommes politiques13, parmi lesquels Michelet tient le rôle de grand Autre, avec la jeunesse étudiante aussi – ce sont les quatre volumes des Lettres d’exil à Michelet et à divers amis où figure en bonne place cette jeunesse des Écoles qui sollicite Quinet comme un prophète éclairé –, avec encore la grande fraternité des républicains partout en lutte.

12À ce fonds s’ajoutent les Mémoires d’exil dus à madame Quinet, complétés, au retour en France, par le Livre de l’exilé, que Quinet achève à la veille de sa mort, en 1875, et qui reprend discours et manifestes depuis 1851.

  • 14 Le contrat est signé le 7 janvier 1857 chez Michelet, Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 84.

13Il faut compter aussi avec ses nombreuses publications, qui s’accélèrent avec la proscription – vacance oblige – et tout particulièrement avec la réunion de ses œuvres complètes dans une nouvelle édition condensée, entreprise en 185614 et plusieurs fois repensée sous la contrainte, dont on sait, par madame Quinet, qu’elle répond au souhait du maître :

  • 15 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 82.

Si j’avais la puissance des fées, si je pouvais à l’instant même accomplir un de tes souhaits, que me demanderais-tu ? — Sauver du naufrage ma pensée, car le plus grand mal de l’exil, c’est que les œuvres de l’exilé sont dispersées, perdues, s’il ne les réunit lui-même15.

14En l’occurrence, il ne les réunira pas lui-même mais pourra compter sur d’efficaces relais qui se recrutent d’abord dans le premier cercle attendu de ses proches – sa femme, ses amis les plus sûrs, dont Michelet, et ses élèves chéris, Alfred Dumesnil et Charles-Louis Chassin en tête – qui initient l’affaire et la suivent jusque dans ses détails les plus concrets (négociation et signature du contrat, relectures des épreuves, copie de manuscrits...), puis très au-delà, auprès d’inconnus que sa parole a touchés, que l’on voit s’enrôler dans l’entreprise.

  • 16 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, Paris Calmann Lévy, pp. 353-354.
  • 17 Ibid., p. 54.

15La transmission de la bonne parole est assurée. Il s’en félicite en 1858 auprès d’Ernest Morin, nouveau venu, avec Chassin, dans son noyau d’amis, depuis sept ans qu’il subit l’exil : « c’est par vous que je connais la génération qui doit nous remplacer. Pour peu qu’elle vous ressemble on peut tout espérer, quand même »16. Et quand Quinet adoube Dumesnil d’un « C’est à vous de parler à notre place »17, des inconnus l’assurent en retour de leur zèle de prosélytes au service de la propagation de l’évangile :

  • 18 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 84.

De quoi me remerciez-vous ? Je suis de ceux que vos pensées ont fait éclore et qui vivent de votre écho. Il y a les petits prophètes de la Bible ; dans la prédication, il y a les petits apôtres, les hommes de bonne volonté, ceux qui glanent entre deux journées de moisson. Je suis de ceux-là. Vous ne me connaissez pas, mais je vous aime depuis que ma raison est née. Combien sommes-nous comme cela ? Nous cherchons à répéter aux générations qui viennent ce que vous nous avez appris18.

16Cette bonne parole bénéficie de cautions morales et intellectuelles de poids qui n’hésitent pas à braver les foudres du pouvoir en inscrivant leur nom au frontispice de l’édition, en un geste expressément politique, qui se veut une « véritable adresse à la France » – ce sont les mots de Madame Quinet :

  • 19 Francisco Bilbao (1823-1865), d’origine française, s’est passionné pour la Révolution, au point de (...)
  • 20 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 83.

Le comité de surveillance se réunit dans les premiers jours de janvier 1857. Au nom fraternel de M. Michelet se joignaient les noms des anciens collègues à la Constituante et à la Législative : MM. Auguste Marie, Charles Kestner, Goudchaux, Martin, de Strasbourg, Th. Dufour, Carnot ; les fidèles disciples du Collège de France : MM. Dumesnil, Bataillard, Bilbao19, A. Lévy ; des représentants de l’art et de l’histoire : MM. Henri Martin, Ary Scheffer, Préault, Calamatta, Paul Meurice. MM. Golesco et Kaletto acquittaient, disaient-ils, la dette des Roumains envers le défenseur des nationalités. Montanelli et Daniel Manin celle de l’Italie envers “l’historien qui l’a le mieux connue”, selon les paroles du grand patriote de Venise20.

  • 21 Le 14 janvier 1858, Felice Orsini, patriote italien, tente d’assassiner Napoléon III. L’attentat fa (...)
  • 22 On retrouve cette même frilosité en 1854, devant les attaques des ultramontains, lors de la publica (...)
  • 23 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 138.

17Sous ce patronage – que d’aucuns chercheront à récuser après l’attentat d’Orsini21 et le durcissement des conditions faites aux opposants22 –, l’édition connaît un immense succès, prolongeant les débats passionnés engagés dès longtemps dans les cours de Quinet, et dont rendent compte d’innombrables articles dans la presse, qui prennent position pour ou contre. La diffusion de la pensée de Quinet est assurée aussi bien par des ouvrages longuement mûris que par des brochures ou des articles plus directement entés sur l’événement et qui se multiplient au jour le jour, témoignant de la présence jamais démentie de Quinet au cœur de l’actualité. Actualité non seulement intellectuelle, mais bien aussi politique, quand sa femme rappelle qu’aux élections de juin 1857, « les électeurs de l’Ain » avisent Quinet « qu’ils le porteraient comme une manifestation des plus énergiques de la liberté (...) ; M. Quinet répondit : “j’accepte”. (...) Ce n’est que bien des années plus tard qu’on lui apprit de vive voix le résultat : 400 votes acquis à l’exilé au dépouillement »23.

  • 24 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., pp. 413-414.
  • 25 Pour tromper la censure, Quinet renvoie à sa brochure sur le Mexique comme à un Traité d’Ontologie.
  • 26 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, Paris, Calmann Lévy, p. 264.

18Si nombre de ces publications paraissent – d’ailleurs curieusement – chez des éditeurs français, souvent au prix d’amodiations plus ou moins bien acceptées par l’auteur, les idées de Quinet connaissent une diffusion maximale à l’étranger, où les parutions sont fréquemment doublées de traductions24. Pour « l’instruction des élèves étrangers », comme le commente Quinet pour Michelet à propos de L’Expédition du Mexique25 qu’une Américaine, Mme Putnaw, traduit en anglais26.

19Je me bornerai ici aux questions touchant aux conditions concrètes de la transmission et au contenu de cet enseignement singulier que cristallise, pour les contemporains comme pour lui-même, le trajet de Quinet. Par trajet, on entend tant le poids génétique de ses voyages, contraints ou non, depuis l’expédition de Morée en 1829, que ses explorations et interventions, jusqu’à sa mort en 1875, sur tous les territoires où montent les luttes des nationalités.

  • 27 La parution de sa Révolution, en 1865, donne à Quinet l’occasion de questionner cet héritage pétrif (...)

20C’est cet investissement, jamais interrompu, qui dessine la géographie de ses interlocuteurs, une géographie déjà bien en place dans les amphithéâtres universitaires où il officie finalement peu – de 1839 à 1845 –, mais où il est devenu une véritable icône, qui subsume et transcende sa présence physique. Alors, pour celui que tous peignent en prophète, la Chair se fait Verbe ; dès lors la carte ne connaît plus d’échelle, ni de limites la diffusion de ses idées dont le système, en termes de philosophie de l’histoire et de pensée politique, se construit sur la valeur émancipatrice de la liberté. Cette libre pensée dont il assure la promotion, en s’autorisant à exercer un droit d’inventaire sur l’œuvre de la Révolution, qu’il veut dégager de la « momie jacobine »27 où certains l’ont enfermée, est pour lui inhérente aux valeurs de la République ; elle est fondamentalement politique et anticléricale. La thématique de son enseignement, dans ses cours ou dans ses lettres, comme dans l’ensemble de ses publications qui en alimentent la substance, fait apparaître des exigences récurrentes, qui relèvent à la fois de la responsabilité de l’enseignant et de celle de l’élu de la nation, qu’il est à deux reprises et à quelque vingt ans de distance, tout aussi éphémèrement : laïcité, séparation de l’Église et de l’État, liberté communale et accomplissement du droit national, liberté de la presse et émancipation citoyenne, pour les femmes y compris, qui forment une part non négligeable de sa correspondance. Des préoccupations qui situent politiquement le discours de Quinet, polarisé sur l’exigence de vérité pensée comme droit pour le peuple, dans la sphère des républicains radicaux.

21Ces thématiques, directement entées sur les événements, souvent au gré des nécessités, voire des urgences, de ses correspondants, conduisent Quinet aussi bien à développer des analyses plus ou moins généralistes, qu’à prodiguer des conseils pour l’action, voire à dispenser encouragements et soutien.

  • 28 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 1.

22Au reste, ouvrant le portrait en forme d’apologie qu’il brosse de Quinet dans son Edgar Quinet, sa vie, son œuvre, Chassin insiste immédiatement sur ce qui fait l’unité de sa vie : sa mission d’enseignant et son identification au rôle dévolu à cette institution qu’est le Collège de France : « On ne peut parler d’Edgar Quinet, sans que deux autres noms viennent aussitôt sur les lèvres : Michelet, Mickiewicz. Et l’on se rappelle ce qui les unit, le glorieux enseignement du Collège de France »28.

  • 29 Ibid., p. 45.
  • 30 « Ici commence la vie militante d’Edgar Quinet. (...) elle se mêle, surtout de 1840 à 1852, à l’his (...)

23C’est relever d’emblée, dans ce rappel qui ouvre le texte, l’importance structurelle des réseaux qui se sont noués très tôt et des bases sur lesquelles ils vont être amenés à s’élargir et à fonctionner. Chassin éclaire de l’intérieur le rayonnement de Quinet, pour qui l’enseignement, loin de la sinécure, se vit au cœur de la société-monde et ne peut se concevoir que comme un « théâtre d’action »29 qui va donner corps à une parole livresque. De là date, pour Chassin, l’entrée en militance de Quinet30, qui utilise sa chaire comme une véritable tribune d’où il interpelle tous ceux qui, luttant pour leurs libertés, font avancer la cause commune de la liberté, celle qu’a inaugurée la Révolution. Il n’en ira pas autrement en exil depuis sa chaire virtuelle.

  • 31 Mais, pour rester sur la scène politique, l’idée de la liberté selon Quinet n’en est pas moins conç (...)
  • 32 Giuseppe Santonastaso, Quinet e la religione della libertà, Bari, Dedalo Libri, 1968, rappelle l’ac (...)
  • 33 Ce qui vaut sans doute à Quinet d’être fait membre de la société littéraire de Leyde comme il l’exp (...)

24C’est pour lui la clé de voûte de son système de pensée, dont son ouvrage La Révolution donne, en 1865, l’expression la plus aboutie, après des décennies de réchampissage qui le voient éprouver le concept de la Grèce au Portugal, de la Slavie à l’Italie, de la Roumanie au Mexique, en Hollande, en Allemagne, en Pologne, en Autriche... Cette liberté pour laquelle il cherche, sa vie durant, à assurer une extension universelle est pour lui l’acquis philosophique majeur de la Révolution en même temps qu’une coquille encore vide puisque – c’est sa thèse – la Révolution a failli à lui donner un contenu abouti ; les hommes de 1793, restés religieux dans l’âme, n’ayant pas osé extirper la religion, entendons par là le jésuitisme, pour nous servir du mot du temps, dont Quinet lui-même use, qu’on le nomme papisme ou ultramontanisme. Une bataille toujours en cours pour Quinet et ses amis partout en Europe31, quand son théâtre ne cesse de se déplacer, même si l’ultramontaine Italie de Garibaldi y occupe logiquement une place privilégiée32. En contrepoint, ces luttes partout engagées contre la chape cléricale qui poursuit inlassablement son œuvre délétère et asphyxie les cerveaux font de la Hollande un havre de liberté réalisée, auquel l’exhumation-résurrection de Marnix a redonné une vibrante actualité33. Et cette liberté apparaît bien comme le fruit des communes et du libre examen que les légions ultramontaines n’ont pu entraver.

  • 34 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 35.

25Les Jésuites fournissent d’ailleurs la matière du premier cours de Quinet au Collège de France, inaugurant des violences dont l’âpreté n’est pas qu’intellectuelle puisque, au soir de la première leçon, l’un des administrateurs du Collège se demandait si, du train où allaient les choses, il en subsisterait une pierre34 ! Des pierres qui devaient finalement mieux résister que Quinet, dont ces combats vont finir par signer l’éviction du Collège, avant de déboucher sur les innombrables polémiques où il se voit poursuivi jusque devant la Chambre et sur les multiples avanies qui entravent, après l’exil, les publications du maître et leur diffusion en France.

  • 35 Ibid., p. 57.

26Ces chahuts, orchestrés en sous-main par les hommes d’ordre, soudent solidement et durablement les combattants de la liberté, maîtres et élèves, posant les fondations d’échanges que l’exil modifiera, mais sans pouvoir remettre en cause ni cette « formidable solidarité des élèves et des professeurs »35 ni cette puissante diffusion des idées de la libre pensée que voit naître le Collège :

  • 36 Ibid., p. 51.

En dépit des rieurs, des tolérants et des archevêques, les idées de MM. Quinet et Michelet, acceptées de tous les libres esprits, se répandaient à travers les provinces, parcouraient l’univers entier, multipliées par les journaux, et partout soulevaient de si ardentes discussions, que l’on pouvait croire au renouvellement de la bataille philosophique et religieuse du dix-huitième siècle36.

  • 37 Ibid., p. 56.

27L’authentique imagerie qui nourrira le mythe débouche très vite sur des manifestations symboliques qu’inaugure l’offrande d’une médaille trinitaire frappée aux têtes de Quinet, Michelet et Mickiewicz, qui porte au revers l’inscription Ut unum omnes sint que précise la légende : La France et les auditeurs du Collège de France37, médaille que les étudiants viennent présenter en corps aux trois maîtres. La force du geste vaut pacte, et d’abord pacte de fidélité à soi-même. Elle rend compte des prolongements spectaculaires que connaîtra cette adhésion qui tient du culte. Si les étudiants du Collège de France sont, sous la Monarchie de Juillet, les premiers à crier « Vive Quinet, vive Michelet » dans une contestation explicite du pouvoir, la formule deviendra cri de ralliement, que reprendront, ailleurs et en d’autres temps, moult émules. C’est l’image de l’écho, qui traverse tout ce massif.

28Le 27 février 1862, Quinet s’adresse en ces termes au rédacteur du journal les Écoles :

  • 38 Renan a donné des gages à l’Empire, qui lui ont valu, outre d’être élevé à la Légion d’Honneur, d’o (...)
  • 39 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., pp. 180-181.

Dans votre numéro du 25, je lis que la jeunesse des Écoles s’est souvenue de moi, à l’ouverture du cours de M. Renan38. Pourquoi n’avouerai-je pas que ce témoignage public m’a touché, après dix-sept ans de silence et onze ans d’absence qui pouvaient bien autoriser l’oubli ? Que de fois ne m’avait-on pas dit que cette génération nouvelle se détournait de nous, que j’étais devenu pour elle un étranger, un inconnu et que, si je reparaissais au milieu d’elle, j’aurais besoin de balbutier mon nom ! Je m’étais résigné à cela, comme à tant d’autres choses. C’est, pourtant, j’ose le dire, un bon signe qu’il n’en soit pas ainsi39.

  • 40 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 459.
  • 41 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 50.

29Madame Quinet commente l’épisode, qu’elle contextualise : « les jeunes gens des écoles ont conservé durant tout l’empire (...) “l’étincelle sacrée de la liberté” Ils criaient “Vive Michelet, Vive Quinet” à tous les cours entachés de jésuitisme ou de bonapartisme »40. « On se figurerait difficilement aujourd’hui » explique Chassin, « quel effet produisit cette lutte par-delà l’enceinte du Collège de France, non seulement dans le royaume, mais dans le monde entier »41.

  • 42 Ibid., p. 57.

Les gouvernements étrangers voyaient avec terreur assemblés dans les amphithéâtres du Collège de France tous les proscrits de l’univers ; ils entendaient les applaudissements que suscitait chaque parole de malédiction prononcée contre les oppresseurs, chaque parole d’amour dite en faveur de leurs victimes, chaque cri de guerre et d’espérance lancé du présent vers l’avenir42.

  • 43 « Ainsi placé au plus haut degré de l’enseignement public, Edgar Quinet comprit qu’il avait désorma (...)

30La fermentation qui couve fait de ce microcosme qu’est le Collège de France, de la monarchie de Juillet au Second Empire, le lieu géométrique de tous les dangers en Europe, ce qui éclate en 1848 lors de la proclamation de la République, avec « la réouverture solennelle du Collège de France » qui la suit, laquelle rend leur pleine légitimité aux hardiesses de la pensée philosophique et politique de professeurs conscients qu’ils avaient « charge d’âmes ». Ceux qui n’avaient jamais abdiqué leur liberté d’expression43 retrouvent leur place :

Ce fut une grande journée, non seulement pour le Quartier Latin, pour Paris, pour la France, mais aussi pour le monde. Ce fut la fête et le triomphe de la libre pensée.

  • 44 Ibid., p. 64.

La foule était si considérable que le Collège de France se trouva trop étroit. On dut se transporter dans le grand amphithéâtre et dans la vaste cour de la Sorbonne. — C’est là que, salué des cris : “Le prophète ! le prophète !” parlant pour lui-même et pour ceux qui, avec lui, avaient été victimes de la tyrannie, il s’écria : “Au nom de la République, nous rentrons dans ces chaires. La royauté nous les avait fermées. Le peuple nous y ramène !”44.

  • 45 Qui, lui, se dirige sur la Savoie.

31Cette liberté, on le sait, ne fera que passer, puisque le coup d’État du Prince-Président lui portera un coup fatal. Depuis avril 1848, Quinet, qui a pris les armes en Février en qualité de colonel de la garde nationale, s’est porté député de l’Ain à la Constituante, qui sera réélu en mai 1849 à la Législative. Inlassable pourfendeur de la dérive liberticide qu’il stigmatise notamment dans L’État de siège (1850), il prend, après les violences faites aux représentants du peuple et la mort sur les barricades de son collègue Alphonse Baudin, le prudent parti de s’exiler dès le 4 décembre – comme aussi Eugène Sue45 – anticipant sur le décret d’expulsion du 9 janvier 1852, qui le frappe nominativement, compris qu’il est dans la liste des 66 députés républicains.

32Dès lors, Quinet, depuis Bruxelles où il retrouve plusieurs collègues parmi ses compagnons d’infortune, poursuit avec d’autres armes son combat de passeur, d’idées comme de valeurs, faisant immédiatement rejouer réseaux et solidarités, sans jamais rompre ni avec l’enseignement, ni avec la jeunesse.

  • 46 En 1852, on lui offre une chaire à Genève. Il ne l’accepte pas, préférant achever sa tâche d’écriva (...)
  • 47 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 12.
  • 48 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., p. 303.
  • 49 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 36.

33S’il refuse, dès le départ et presque continûment, de se charger de la parole publique alors que, dès 1852, on le presse d’assurer cours et conférences46, il garde le contact, n’ayant de cesse de se recruter des porte-voix, en assistant aux cours d’histoire, de philosophie, de littérature47, donnés par ses amis : Deschanel, Madier, Bancel qui, quant à lui, fait cours tous les mardis soir à l’Université de Bruxelles, Bancel dont Quinet précise à Michelet qu’il « fait ici un cours avec nos idées »48 et dont on sait qu’il n’hésite pas à citer « [m]on maître Edgar Quinet », provoquant à chaque fois un tonnerre d’applaudissements49. La scène, au reste, se reproduit chez d’autres collègues, dont les cours se multiplient au point que Madame Quinet se plaint qu’il faille souvent « opter, le même soir, entre deux séances ».

  • 50 Ibid., p. 35.
  • 51 Ibid., p. 33.

34Pour autant, le maître se tait obstinément, faute d’une « liberté de tribune illimitée, à laquelle on ne pouvait songer en Belgique de 1852 à 1857 »50, à ses yeux indispensable pour « mettre en demeure la conscience humaine » en « démontrant l’incompatibilité absolue du vieux dogme avec la liberté et la civilisation ». « À cette condition seulement », plaide-t-il, « je prendrai la parole en public et on ne me l’accordera pas ». C’est là du moins le motif allégué par Quinet pour décliner les sollicitations qu’il reçoit ; madame Quinet étant, elle, d’un tout autre avis, sensible, au contraire, aux potentialités objectives : « pourquoi ces talents, ces lumières prodiguées à l’étranger ? Un enseignement libre, professé par de tels hommes, régénérerait la France. Il n’était possible qu’en Suisse et en Belgique »51.

  • 52 Il en fait état dans une lettre à Xavier de Ricard du 12 juin 1869 : « Chassin vous remettra mon di (...)
  • 53 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 35.
  • 54 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., p. 1.

35Drapé dans son silence – à la seule exception éminemment symbolique du Congrès de la Paix à Genève52 où son discours a été d’autant plus remarqué –, Quinet travaille à ériger sa propre statue, sanctifiant sa parole, qui profite de sa nouvelle liberté pour confier sa pensée à l’écrit, poursuivant son grand œuvre, donnant des articles – « ce furent là ses conférences » souffle madame Quinet53 – et entretenant une correspondance nourrie qui forme les Lettres d’exil qui commence, dès décembre 1851, par deux lettres à Michelet, à qui il confie : « dès le second jour de mon arrivée, j’ai repris mon travail ; il me sauve »54.

  • 55 Lorsque Dumesnil doit cesser son enseignement, Quinet se dit « frappé » avec lui dans sa chaire où (...)
  • 56 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 41.

36La proximité avec Michelet et avec sa famille, sa fille Adèle et son gendre, Alfred Dumesnil, suppléant de Quinet au Collège de France depuis 1848 et qui, dès 1852, connaît la même éviction55, maintient vivant le lien nourricier qui l’unit à la jeunesse et vérifie l’assertion de Madame Quinet : « La jeunesse des Écoles était surtout le grand espoir des exilés »56.

37C’est bien réciproque. En témoigne l’impressionnante masse des échanges épistolaires, leur réactivité même par moments, et le cercle élargi des correspondants, jeunes et moins jeunes, anciens élèves et nouveaux assidus, à cette forme inédite de ce qu’on pourrait appeler enseignement par correspondance que va désormais dispenser Quinet, tout au long de sa période d’exil.

  • 57 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 73.

Jamais, même au temps heureux où, libre homme de lettres, il parcourait l’Europe au gré de ses désirs, et sans cesse revenait offrir à la France une nouvelle moisson d’idées ; même à l’époque glorieuse où l’enthousiasme de la jeunesse française le soutenait, le poussait dans le combat, où il portait le saint drapeau de la philosophie et de la liberté, non, jamais ses travaux n’eurent autant d’importance, jamais sa pensée et sa plume ne furent aussi vigoureusement trempées que depuis qu’il subit la dure épreuve de l’exil57.

38Il est possible d’établir une liste nominative de ses jeunes correspondants, qui fait apparaître, au sein de cette activité continue, des périodicités, des accélérations, une réelle réactivité dans les échanges, en fonction des urgences évènementielles. Elle doit encore s’augmenter d’adresses génériques – « à un jeune poète », « à un jeune licencié en droit », « à un jeune étudiant », « à un jeune de Bologne », « au rédacteur » de tel ou tel journal, et l’on sait la place qui revient aux jeunes publicistes dans la prolifération de ces feuilles, souvent éphémères –, à quoi il faut ajouter nombre de destinataires inconnus, notés X***, dans un anonymat dont Madame Quinet indique qu’il est infailliblement la marque de jeunes correspondants.

39C’est là, aux côtés de ses collègues – qu’il s’agisse d’enseignants ou d’anciens élus du peuple –, le gros des correspondants de Quinet à partir desquels se dessinent les contours d’une nébuleuse, pensante et agissante. Le professeur Quinet est régulièrement sollicité par des interlocuteurs, connus ou inconnus, qui en attendent conseils, analyses, vues politiques, qui engagent avec lui la discussion, sur ses positions, sur tel ou tel point de son œuvre, ancienne ou en train, qui l’interrogent sur sa biographie, et auxquels il répond, allant souvent jusqu’à donner des indications bibliographiques. C’est dire qu’il demeure un maître à penser, statut qui lui tient à cœur, un maître qui continue à dispenser ses leçons.

  • 58 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., pp. 7-8.
  • 59 Ibid., p. 237.
  • 60 Id. ibid.

40On le voit, en 1854, œuvrer à la formation continue d’un Paul Bataillard (1816-1894) qui était, au beau temps du Collège de France, « toujours à l’avant-garde de[s] colonnes » estudiantines, maintenant en exil à Londres : « si vos voyages vous laissent un moment, je vous recommande ma République des Provinces-Unies »58. Et pour Francisco Bilbao (1823-1865), dont il ne cessera de se préoccuper, lui aussi ancien auditeur au Collège, ce passionné de 89 qui revendique le surnom de Vergniaud, cette « voix du Chili » dont Quinet dit « qu’elle répond à tous [s]es accents », et qui est aussi son confrère en proscription, il n’hésite pas à reprendre la férule : « je souhaite que vous lisiez ma Philosophie de l’Histoire de France dans La Revue des Deux Mondes du 1er mars 1855 »59. Rien ne dit qu’il ait obtempéré, mais Quinet reconnaît à un Aurican qui a répandu la bonne parole du maître du Pérou en Argentine, aux quatre vents de l’Amérique, ses capacités d’éveil des consciences : « notre parole (...), vous l’avez semée avec la vôtre, dans cette nature du Pérou et du Chili »60.

  • 61 Ibid., p. 208.
  • 62 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., pp. 431-432.
  • 63 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 8.
  • 64 Le 12 juin 1869, Quinet fournit la matière attendue : « Vous me demandez quelques renseignements qu (...)
  • 65 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., p. 397.

41Un maître à qui l’on s’adresse même parfois pour obtenir des lettres d’introduction auprès d’universités européennes, voire des conseils de carrière. C’est le cas, par exemple, de Marc Dufraisse, en 1855, pour une chaire de droit à l’École Fédérale de Zurich61 ou encore de Gabriel Monod (promotion 1862), en 1864, au moment de partir pour l’Allemagne trouver une meilleure formation aux recherches qu’il envisage sur l’Égypte ancienne62. Et encore de Xavier de Ricard, en 1868, qui se tourne vers le maître pour, tout ensemble, solliciter des recommandations pour son séjour en Bavière – Quinet répond qu’il écrirait bien à Fichte, mais ne sait s’il a là des accointances – ; pour lui proposer des collaborations dans divers projets éditoriaux – Quinet décline, faute de temps, mais se déclare à ses côtés et lui donne toute latitude pour se recommander de lui et le citer : « prenez dans Révolution les passages que vous voulez »63 – ; pour enfin lui demander documents et renseignements : a-t-il des chansons révolutionnaires ? que peut-il lui dire sur La Marseillaise ou le calendrier révolutionnaire ? En 1869, de Ricard revient vers lui pour s’enquérir de son implication dans les événements de184864... De fait, Ricard, avec lequel, sans le connaître, il est en rapport depuis 1864 (Ricard a alors 21 ans) est bien emblématique de cette relation ininterrompue maître-élèves, relation qui ressortit à l’action, qu’on pourrait dire directe si le syntagme n’était piégé. Témoin cette première réponse de Quinet : « C’est un monde anéanti qu’il s’agit de refaire. Quelle génération a eu plus belle occasion de lever la tête ! (...) Hier, moi aussi j’avais vingt ans (...). C’est à vous de rebâtir ce qui s’est écroulé »65.

42La formation idéologique marche du même pas que la formation intellectuelle, qui s’accomplit dans un partage qui est l’essence de ce compagnonnage des esprits et des êtres.

  • 66 Id. ibid.

43« Quand ma Révolution sera prêt de paraître, je ferai tout mon possible pour en détacher un fragment d’avance à votre adresse »66. Une adresse qui va très vite se trouver périmée puisque le jeune Ricard, poursuivi pour ses idées, se voit intenter un procès qui l’envoie à Sainte-Pélagie, d’où il adresse des vers à Quinet. Il en reçoit en retour une invitation à le venir voir, dans d’affectueuses lettres de soutien qui sont, pour un Quinet qui se souvient d’avoir visité là Lamennais, l’occasion de solidariser l’avenir avec le passé. Ces leçons ne seront pas perdues puisque, en décembre 1870, de Ricard se trouve « aux avant-postes », lui qui s’associe à la Commune et doit finalement partir pour Genève, dans une infernale circulation qui tient du sur-place. Cette fois, c’est Quinet qui lui écrit de France, réduisant son message à un contenu minimaliste : « profitez de votre jeunesse, ne perdez pas un jour ».

  • 67 Le 4 avril 1855, Quinet s’acquitte des remerciements et félicite son ancien collègue, Lettres d’exi (...)

44La correspondance prouve que, si les liens sont étroits avec le Collège de France aux lendemains de l’exil – on en veut pour preuve l’envoi par Ernest Havet en avril 1855 de son discours inaugural67 –, ils sont loin de se distendre par la suite, avec les jeunes gens des Écoles pas plus qu’avec les collègues quand, en novembre 1872, on voit Quinet remercier ce même Havet, qui vient de lui faire hommage de son dernier ouvrage. Avec le temps, aux côtés des représentants du Collège de France, le poids de l’École Normale Supérieure se fait jour et, à un moindre titre, celui de l’École des Chartes. À l’exception de l’économiste Paul Boiteau (promotion 1850), tous ses correspondants se recrutent parmi les littéraires, les historiens, les philosophes et les juristes. Les promotions représentées parmi les jeunes vont de 1837 (Jules Barni) à 1866 (l’historien Louis Liard).

  • 68 Ibid., p. 61.
  • 69 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., p. 70.

45Quinet se désole, en octobre 1860, auprès de Madier : « Que faisons-nous ? Penser au lieu d’agir ! je ne puis encore m’y résigner »68 et insiste, quelques mois plus tard, sur « la nécessité de faire, d’agir »69, cette fois auprès de Chassin, qui tente alors de fonder un journal. Il faut ici donner toute sa place au rôle moteur de cette presse d’opposition pour la diffusion des leçons de Quinet. Aussi éphémères qu’aient été bien des parutions (L’Action ne connaîtra que six numéros, d’autres titres moins encore...), toujours l’hydre reparaît, largement parisienne – Le Mot d’ordre, La Jeune France, Le Réveil, Le Combat, Le Courrier du dimanche, L’Avenir, Le Charivari, Les Écoles, Le Pamphlet, La Liberté de penser... – mais tout aussi bien provinciale – Le Phare de la Loire, Le Progrès de Lyon, Le Progrès des communes à Libourne... Cette presse, ce sont nombre de jeunes nourris à la pensée de Quinet et entrés en contact avec lui qui l’animent – Frédéric Morin, Henri Maret, Francis Tourneret, Henri Brisson, Lucien-Anatole Prévost-Paradol, Pierre Véron, Jules Barni..., autant de relais qui assurent, dans la durée, à Quinet et à son enseignement, ce qu’on peut appeler une présence réelle, qui transcende l’exil et empêche l’oubli d’ensevelir l’acteur absent.

  • 70 Ibid., p. 412.
  • 71 Ibid., p. 423.
  • 72 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 191.

46En 1864, il a d’ailleurs la bonne surprise d’apprendre que ses jeunes amis le voudraient porter à l’Académie et s’adresse alors au rédacteur du journal Les Écoles pour le remercier de l’initiative qui a beau le laisser sceptique – « le vœu que vous faites pour moi n’est guère de ce monde »70 –, le touche au plus profond : « vous qui parlez au nom de la jeunesse, réchauffez ces germes, ne les laissez pas s’éteindre »71. Le feu sacré s’est transmis, les jeunes ont compris la générosité de Quinet, sa sincérité, sa fidélité assez exceptionnelle à ses idées et à lui-même, au point d’en faire un des leurs. C’est peut-être là le signe le plus irréfragable de la pleine réussite de cet enseignement dévié, déviant, mais qui culmine dans cette communion des esprits où les fils, loin de dégénérer, valent le père. Si le printemps des peuples attend toujours, la jeunesse est, elle, une idée neuve, quand elle a trait aux idées. Et un Quinet de 67 ans peut à bon droit s’ouvrir à Pierre Véron, du Charivari : « Vous êtes le monde nouveau, jeune, et, quand je prononce ce mot, j’éprouve un sentiment étrange ; car il me semble que j’étais jeune hier, que je le suis encore aujourd’hui et que rien ne me sépare de vous »72.

  • 73 Et Quinet de préciser, dans sa lettre à un jeune poète du 4 janvier 1870 : « vous avez bien raison (...)
  • 74 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 72.
  • 75 Ibid., p. 73.
  • 76 Ibid., pp. 79-80.
  • 77 Ibid., p. 82.

47Mais cette proximité reconnue n’abolit pas pour autant l’autorité professorale et, bien au contraire, renforce sa détermination persuasive que porte l’usage systématique de l’impératif : lisez, osez, allez, c’est à vous de... Autant d’impératifs d’action qu’imposent notamment les réactions face à l’Empire libéral, y compris celles des jeunes : « l’instruction des générations actuelles est à recommencer sur ce point » – il s’agit de « mettre à nu le bonapartisme »73 –, ce qui s’avère indispensable, même pour ses jeunes amis de la Jeune France qu’il admoneste d’un : « Comment pouvez-vous dire à propos du Gouvernement qui pèse sur vous : tant que le pouvoir sera juste, tant qu’il fera le bien ? Comment pouvez-vous appeler juste et louer, au nom de la France nouvelle, le pouvoir qui a proscrit soixante mille de vos concitoyens, dont l’unique tort était de penser comme vous ? »74. La leçon est forte et semble bien avoir porté puisque, dix jours plus tard à peine, Quinet avance, remerciant Tourneret, rédacteur de la Jeune France, de sa lettre : « en lisant [ces lignes] je sens que la France, telle que nous la voulons, n’est pas morte et qu’elle se retrouvera elle-même. Suivez votre destinée avec vos jeunes amis et croyez bien que vous n’êtes pas seuls ; il y a encore plus d’échos qu’on ne pense »75. Les réactions de Quinet sont souvent très précises pour inciter ces jeunes, tel Gustave Isambert, à maintenir ferme la direction : « Ramenez le bon sens, la nature humaine, que ces douze ans de servitude absolue ont fait disparaître. Nos Français se vantent trop de leur dégénération. Répondez- leur ceci sur tous les tons : “Le plus grand bien qu’un peuple puisse faire aux autres c’est l’exemple de sa liberté ; et le plus grand mal c’est l’exemple de sa servitude” »76, affirmant l’absolue solidarité des destinées des peuples et de leurs luttes pour leurs droits et faisant en cela de l’exemplarité de sa conduite le pivot de sa démonstration pédagogique, conformément à ce qu’il écrit à Chassin peu après : « Si la France doit revivre ce sera par des exemples, par des actions »77.

  • 78 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., pp. 210-218.
  • 79 Il collabore à La Revue de Paris, à La Liberté de penser...
  • 80 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 13. C’est l’association (...)

48Cet enseignement Protée, qui a mis à profit toutes les armes à sa disposition pour assurer la formation de la conscience humaine, de l’écriture aux entretiens, puisque les pèlerins sont venus nombreux auprès du maître (Maret, de Ricard, Chassin, Dumesnil, Laurent Pichat, Tourneret, le Chilien Malta...), s’est adressé à toute la jeunesse républicaine, au-delà même de l’Europe. Ces jeunes, dans lesquels il a « reconnu [s]es légions »78, Quinet les envoie, nouveaux missi dominici, prêcher pour la régénération du monde. La relève est assurée avec Jules Barni, archétype de cette jeunesse normalienne (promotion 1837), qui a gravité dans l’orbite de Quinet. Co-fondateur de L’Avenir en 1864, exilé à Genève où il enseigne et, soutier de la presse libre-penseuse79, il organise, en 1867, le premier Congrès de la Paix et de la Liberté à Genève où, l’année suivante, Quinet le dépêche pour représenter à sa place les travailleurs de Foggia80.

  • 81 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., p. 313.

49Dans la ligne de ce serment qu’il a fait jurer à la jeunesse le 14 février 1843 et dont se souviennent, vingt ans après, les Italiens de Crémone81, si les semences ont germé en Europe, en France même elles portent leurs fruits quand s’annonce le temps des cerises. Les années 1868-69 voient s’affoler la correspondance, au moment où l’Empire s’essouffle et où l’on entrevoit de nouvelles perspectives de gestion du politique.

50Alors nombre de ces jeunes, qui n’ont pas hésité à braver interdictions et emprisonnements, s’engagent, creusant le sillon tracé par leur professeur, avec lequel certains discutent tant de l’outillage conceptuel que de la lecture des possibles ouverts par la Révolution, tel Chassin qui, par deux fois, l’interroge, en 1868, sur son interprétation de la Commune de 1793.

  • 82 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 357.

51Quittant la théorie, ils mettent en pratique les leçons reçues, aussi bien pendant la Commune de Paris où l’on ne compte pas ses disciples (Henri Maret, Xavier de Ricard, Louis Rogeard, Henri Brisson, Auguste Vermorel...) que dans les communes de province (Marseille, Lyon, Toulouse...), et jusque sur le terrain des affrontements politiques et militaires. Pourtant, en septembre 1871, si Quinet, à nouveau député, et toujours préoccupé du sort de ses ouailles, écrit à Jules Simon pour tenter de faire libérer Maret82, on n’entend que son pesant silence, dont s’étonne La Revue des Deux Mondes, qui raille en lui « la conscience consciencieuse » :

  • 83 La Revue des Deux Mondes, 1871, Seconde période, tome 95, p. 476.

J’ai entendu des admirateurs de M. Quinet se plaindre qu’il a parfois des silences singuliers. Ils auraient voulu savoir par exemple ce qu’il pense de la commune et des incendies de Paris, et ils lui demandaient d’en dire nettement son avis, comme l’ont fait MM. Louis Blanc et Gambetta. Si je ne me trompe, M. Quinet s’est tu sur ce point ou s’en est exprimé fort obscurément ; sans doute c’est distraction de sa part. Quand il consent à parler, il dit à merveille ce qu’il veut dire83.

  • 84 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., pp. 481-482.
  • 85 Ibid., p. 493.

52Pour celui qui, en 1875, écrit encore : « Défiez-vous des capitulations de conscience en politique comme des capitulations de guerre en rase campagne (...). Il est facile de faire des lois de servitude sous le nom de République. (...) Vous vous en apercevrez un jour, mais il sera trop tard »84, c’est le point aveugle des impératifs catégoriques sur lesquels ont buté ses enseignements. On ne confondra pas la voix de son maître avec la voie bourbeuse de la politique, quand elle rend compte de la violence sociale. Et pourtant, neuf jours avant sa mort, la première retentit encore, dans sa dernière lettre du 18 mars 1875 pour Attila de Gérando, à Pesth, où Quinet continue de voir la France dans l’Europe en mouvement : « Nous aurions au moins voulu une parcelle de vérité dans la fondation de ce qu’on appelle aujourd’hui République. Comment la France, entrant dans l’avenir par cette porte basse, se retrouvera-t-elle ? (...) C’est pour vous qui êtes jeune que je voudrais un chemin droit, au lieu de ce chemin ténébreux »85.

  • 86 Jacques Vier, « La prose d’idées au XIXe siècle », in Histoire des littératures, III, Paris, Gallim (...)

53Pas de fiat lux pour le prophète et, au lieu du chemin des heureux, des voies impénétrables. C’est peut-être ce conflit qui explique le jugement en forme d’exécution que porte Jacques Vier sur la postérité de la pensée de Quinet dont il ne retient guère, en fait de circulation, que les accidents : « On donna son nom à un navire qui s’échoua ; à un boulevard parisien qui débouche sur un cimetière »86.

Haut de page

Notes

1 Peut-être fourni par la princesse Cantacuzène, qui est du même convoi que lui. Les passeports valaques ne portaient pas le signalement du titulaire.

2 Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.

3 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, Paris, Pagnerre, 1859, p. 44. « C’est à la fin de 1838 qu’Edgar Quinet, jusqu’alors simple homme de lettres et libre philosophe, entra dans l’enseignement public. Chose à remarquer dès l’abord, c’est qu’il ne s’était pourvu d’aucun des grades universitaires supérieurs quand M. de Salvandy le nomma professeur des littératures étrangères à la faculté des lettres de Lyon ». Ces grades, il lui faudra néanmoins les acquérir pour monter en chaire. Sur les instances de Michelet, Quinet fera le choix de Strasbourg pour y préparer licence puis doctorat et, ainsi, se mettre en puissance d’obtenir le poste de Lyon.

4 Ibid., p. 46.

5 Ibid., p. 58.

6 Ibid., p. 61.

7 Ibid., p. 3.

8  Mme Quinet, Mémoires d’exil (Bruxelles-Oberman) et Mémoires d’exil. L’Amnistie. Suisse orientale – Bords du Léman, Paris, Armand Le Chevalier, 1870, pp. 159-160. Il s’agit là d’un fragment de 1853. Chassin fait le même constat, qui insiste sur le cosmopolitisme du public comme sur l’universalisme de l’enseignement d’un Quinet qui s’adressait à des « étrangers de races différentes, ennemies parfois – Polonais, Russes, Italiens, Allemands, Hongrois, Espagnols, Portugais, Roumains, Turcs, Anglais, Américains – dispersés dans son auditoire », Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 73.

9 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 45.

10 Sur les instances de Cousin, Quinet obtient que lui soit proposé de prendre part à l’expédition de 1829 en Morée. S’il ne livrera à l’Institut qu’un mémoire sur la topographie de Messène, il en revient avec un texte, La Grèce moderne et ses rapports avec l’Antiquité, qui paraît en 1830, et qu’il ne cessera de remanier, trente année durant, leçon active de démocratie : « ces pages de liberté dédiées à la démocratie grecque lui ont valu un témoignage éclatant de gratitude. L’Assemblée nationale d’Athènes, dans sa séance du 12 avril 1861, répondit par de vives acclamations au discours du député Rigopoulos de Patras, qui rappelait précisément cette préface d’Edgar Quinet et les services que le philhellène de 1829 ne cessait de rendre à la nationalité grecque », Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., pp. 163-164. Il en revient surtout avec, profondément ancré, un référent inexpugnable auquel rapporter la question des nationalités en Europe, comme les expériences en cours. En atteste sa réponse à Emilio Castelar du 10 septembre 1868 : « J’aurai vu renaître la Grèce, la Roumanie, l’Italie, l’Espagne. Le jour viendra aussi pour notre malheureuse France », Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, Paris, Calmann Lévy, p. 2.

11 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 3.

12 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 339.

13 Outre ses rapports avec les savants, du Collège de France, de l’École Normale ou des Universités, françaises et étrangères, que l’exil n’interrompt pas, Quinet est en relation avec Paul Dubois, Joseph-Daniel Guigniaut, Leopold von Ranke, Jean Chenevière, Ernest Havet, Saint-René Taillandier, Victor Chauffour, Théophile Dufour, Reynald, Alphonse de Candolle, Marc Dufraisse, Duvergier de Haurane, Jules Janin, le comte d’Haussonville, Henri Martin, Eugène Sue, Victor Hugo, Berlioz, Heine, Lamartine, Alexandre Herzen, Bernard Lavergne, Jules Ferry, Jules Simon, Barbès, Arago, Garibaldi…

14 Le contrat est signé le 7 janvier 1857 chez Michelet, Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 84.

15 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 82.

16 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, Paris Calmann Lévy, pp. 353-354.

17 Ibid., p. 54.

18 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 84.

19 Francisco Bilbao (1823-1865), d’origine française, s’est passionné pour la Révolution, au point de revendiquer le patronyme de Vergniaud, dont il fait un signe de ralliement dans sa tentative pour promouvoir en Amérique du Sud, et d’abord au Chili, sa patrie, les idéaux d’égalité et de liberté. En 1844, ses écrits sur la société chilienne le conduisent à s’exiler à Paris, où il fourbit ses armes dans les milieux républicains, fréquentant notamment Michelet, Quinet et Lamennais. De retour au Chili, en 1850, il crée la Sociedad de la Igualdad, mais est bientôt à nouveau contraint de fuir, vers le Pérou d’abord, où il poursuit son œuvre militante, puis vers l’Europe encore, de 1855 à 1857, avant de gagner l’Argentine, où il fonde des journaux de combat. Tirant les leçons des luttes en cours et de l’évolution politique en Europe, il publie en 1862 son America in peligro.

20 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 83.

21 Le 14 janvier 1858, Felice Orsini, patriote italien, tente d’assassiner Napoléon III. L’attentat fait huit morts et est suivi d’une terrible répression, l’empereur arguant du complot pour imposer une loi de sûreté générale qui permet de se passer de tout jugement pour expulser ou interner quiconque se serait compromis lors des événements de 1848 ou du 2 décembre, avec toutes les répercussions que connaissent les républicains, proscrits ou non, jusqu’en territoire étranger.

22 On retrouve cette même frilosité en 1854, devant les attaques des ultramontains, lors de la publication des œuvres de Marnix de Sainte-Aldegonde, ce double qui vaut, au XVIe s., préfiguration de Quinet, Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 278.

23 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 138.

24 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., pp. 413-414.

25 Pour tromper la censure, Quinet renvoie à sa brochure sur le Mexique comme à un Traité d’Ontologie.

26 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, Paris, Calmann Lévy, p. 264.

27 La parution de sa Révolution, en 1865, donne à Quinet l’occasion de questionner cet héritage pétrifié : « Ne faisons pas de la démocratie une momie jacobine. Pour lui imprimer une vie nouvelle, osons remuer et discuter son passé », Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 41.

28 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 1.

29 Ibid., p. 45.

30 « Ici commence la vie militante d’Edgar Quinet. (...) elle se mêle, surtout de 1840 à 1852, à l’histoire générale de nos luttes politiques, religieuses et sociales », ibid., p. 44.

31 Mais, pour rester sur la scène politique, l’idée de la liberté selon Quinet n’en est pas moins conçue dans ses rapports organiques avec l’égalité et la fraternité. Chassin l’expose fort bien, défendant son maître de l’imputation d’être réactionnaire : « Il ne prouva pas moins d’intelligence de la situation, quand il publia [1850], dans la Presse, des lettres concernant l’Impôt sur le capital dans la république de Florence. Il y posait le fondement historique de la réforme financière, ce grave détail de la question sociale. On relira avec attention les quelques lignes dont il en fit précéder la réimpression : “Qui ne voit que la société française ne peut rester immobile sur la pente où elle est ? Il faut que, de réaction en réaction, elle retombe dans l’ancien régime ou que la révolution fonde un nouveau système économique. À tous les projets d’amélioration, le vieux monde répond par ces mots immuables : Spoliation, barbarie, impossibilité, folie. Toujours et partout le même principe : la force au lieu de la discussion. L’interdit est jeté sur l’espérance. On menace les socialistes de livrer leurs arguments aux fourches. Se débarrassera-t-on des faits par la même logique ?”. On le voit par-là, M. Quinet n’était pas anti-socialiste à la manière de certains républicains. Embrassant dans son ensemble toute la Révolution, il ne savait point, comme tant d’esprits médiocres et dangereux, isoler la question religieuse de la question politique, et celle-ci de la question sociale. Nul ne nous semble avoir mieux compris que la Révolution doit être acceptée ou rejetée en son entier : ne vouloir que la liberté sans l’égalité ou l’égalité sans la fraternité, c’est ne pas aimer, c’est compromettre, c’est trahir la Révolution », ibid., pp. 69-70.

32 Giuseppe Santonastaso, Quinet e la religione della libertà, Bari, Dedalo Libri, 1968, rappelle l’accueil favorable que la doctrine de Quinet reçoit en Italie, où elle entre en pleine résonance avec le Risorgimento.

33 Ce qui vaut sans doute à Quinet d’être fait membre de la société littéraire de Leyde comme il l’exprime dans sa lettre de remerciement du 25 juin 1855, Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., p. 233. Madame Quinet appuie aussi cette lecture, que confirme ce témoignage qu’elle cite : « La plume de votre mari et la parole de Bancel ont puissamment aidé à arrêter la réaction dans les Pays-Bas. Or, l’enrayer sur un point en Europe, c’est en ralentir partout la marche (...). Le Piémont vient de se ressentir des événements de Belgique et de l’influence philosophique des publications de notre ami », Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 122.

34 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 35.

35 Ibid., p. 57.

36 Ibid., p. 51.

37 Ibid., p. 56.

38 Renan a donné des gages à l’Empire, qui lui ont valu, outre d’être élevé à la Légion d’Honneur, d’obtenir, en 1862, la chaire d’hébreu au Collège de France. Sa compromission avec le régime pourrait donc paraître avérée. Pourtant, lors de sa leçon d’ouverture, il prononce sur Jésus un jugement qui lui vaudra la suspension de son cours, puis la révocation, en 1864 : « Un homme incomparable – si grand que, bien qu’ici tout doive être jugé au point de vue de la science, je ne voudrais pas contredire ceux qui, frappés du caractère exceptionnel de son œuvre, l’appellent Dieu – opéra une réforme si profonde, si individuelle, que ce fut, à vrai dire, l’humanité, la religion de l’esprit ». « Après le cours, les étudiants libéraux allèrent manifester leur soutien au professeur en se rassemblant devant chez lui aux cris de “À bas les calotins, vive Renan, vive Michelet, vive Quinet, vive les proscrits” », voir Paule Petitier, Michelet. L’homme-histoire, Paris, Grasset, 2006, pp. 374-375.

39 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., pp. 180-181.

40 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 459.

41 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 50.

42 Ibid., p. 57.

43 « Ainsi placé au plus haut degré de l’enseignement public, Edgar Quinet comprit qu’il avait désormais charge d’âmes, et, conjointement avec ses deux amis, MM. Michelet et Mickiewicz, il prit pour mission d’arracher la jeunesse française aux préjugés du passé, à l’indifférence et à la corruption du présent, de la conduire enfin dans le sentier de l’avenir vers la liberté et la justice », ibid., pp. 47-48.

44 Ibid., p. 64.

45 Qui, lui, se dirige sur la Savoie.

46 En 1852, on lui offre une chaire à Genève. Il ne l’accepte pas, préférant achever sa tâche d’écrivain.

47 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 12.

48 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., p. 303.

49 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 36.

50 Ibid., p. 35.

51 Ibid., p. 33.

52 Il en fait état dans une lettre à Xavier de Ricard du 12 juin 1869 : « Chassin vous remettra mon discours au Congrès de Genève. C’est une date pour moi. Je faisais appel à la conscience humaine. La conscience vient de ma répondre par le radicalisme dans les élections », Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 121.

53 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 35.

54 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., p. 1.

55 Lorsque Dumesnil doit cesser son enseignement, Quinet se dit « frappé » avec lui dans sa chaire où leur objectif commun était de répandre « l’espérance dans un si grand nombre de cœurs », Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., pp. 7-8.

56 Mme Quinet, Mémoires d’exil, op. cit., p. 41.

57 Charles-Louis Chassin, Edgar Quinet, sa vie et son œuvre, op. cit., p. 73.

58 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., pp. 7-8.

59 Ibid., p. 237.

60 Id. ibid.

61 Ibid., p. 208.

62 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., pp. 431-432.

63 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 8.

64 Le 12 juin 1869, Quinet fournit la matière attendue : « Vous me demandez quelques renseignements que je vous donne à la hâte. Il est vrai que, le 24 février 1848, je suis entré, un des premiers, sinon le premier, le fusil à la main dans les Tuileries. J’étais à la tête d’un bataillon de garde nationale que j’avais entraîné. Je me vis quelque temps presque seul dans la salle des Maréchaux et dans les galeries. Quel moment ! », ibid., pp. 119-121.

65 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., p. 397.

66 Id. ibid.

67 Le 4 avril 1855, Quinet s’acquitte des remerciements et félicite son ancien collègue, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., pp. 206-207.

68 Ibid., p. 61.

69 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., p. 70.

70 Ibid., p. 412.

71 Ibid., p. 423.

72 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 191.

73 Et Quinet de préciser, dans sa lettre à un jeune poète du 4 janvier 1870 : « vous avez bien raison de ne pas douter de mon ardente sympathie pour ceux qui entrent dans la carrière. On a voulu de nos jours diviser les générations (...). Odieux stratagème du despotisme ! Ce serait la décomposition non seulement de l’idée de liberté mais de l’idée de patrie et d’humanité. En face des générations brouillées, il ne resterait que le despote », ibid., p. 168.

74 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 72.

75 Ibid., p. 73.

76 Ibid., pp. 79-80.

77 Ibid., p. 82.

78 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, I, op. cit., pp. 210-218.

79 Il collabore à La Revue de Paris, à La Liberté de penser...

80 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 13. C’est l’association de secours mutuel des travailleurs de Foggia qui fait Quinet membre honoraire et le mandate pour la représenter au Congrès de la Paix.

81 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, II, op. cit., p. 313.

82 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., p. 357.

83 La Revue des Deux Mondes, 1871, Seconde période, tome 95, p. 476.

84 Edgar Quinet, Lettres d’exil à Michelet et à divers amis, IV, op. cit., pp. 481-482.

85 Ibid., p. 493.

86 Jacques Vier, « La prose d’idées au XIXe siècle », in Histoire des littératures, III, Paris, Gallimard, « Encyclopédie de la Pléiade », 1958, p. 1198.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Lévêque, « Banni soit qui mal y pense : l’histoire en exil. Le cas Quinet », Babel, 29 | 2014, 289-314.

Référence électronique

Laure Lévêque, « Banni soit qui mal y pense : l’histoire en exil. Le cas Quinet », Babel [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/3734 ; DOI : 10.4000/babel.3734

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org