Navigation – Plan du site
Dérivations et retrempes symboliques

Méditerranée et Atlantique : fluidités indissociables où se rencontre l’imaginaire humain

Hélène Roure
p. 273-286

Résumés

La mer Méditerranée et l’océan Atlantique s’unissent géographiquement puisque l’océan Atlantique est relié par un détroit à la mer Méditerranée. Mais leur union est aussi poétique, car tous deux représentent les images primordiales, les archétypes qui révèlent à l’homme les idées les plus élevées qui le portent.

Haut de page

Texte intégral

1Entre la Méditerranée et l’Atlantique la frontière est ténue. Leurs origines et leurs configurations géographiques les unissent. Les eaux de l’une et celles de l’autre parviennent à se fondre selon les océanographes, au point que l’Organisation hydrographique internationale propose, pour limiter de façon arbitraire océan Atlantique et mer Méditerranée, les caps de l’Atlantique, consacrant une union déjà entérinée par bien des voix autorisées, que ce soit celles des scientifiques, de Michelet à Cousteau, ou celles des poètes, de Pierre de Marbeuf à Nadia Tuéni. Sans d’ailleurs qu’une ligne de partage des eaux sépare ces deux ordres de discours tant leurs rhétoriques se confondent dans un lyrisme qui dénote la signification archétypale commune de cette mer et de cet océan, au sens où la définit Gilbert Durand, dont les théories vont étayer le présent propos.

2Il semble y avoir parenté entre la mer, l’océan et la poésie. Parenté fonctionnelle au moins pour des réalités qui confrontent l’homme à ce qui le dépasse, lui enseignent la sagesse en lui dévoilant les secrets de son cœur tant en elles se mirent sa vie intérieure et ses aspirations les plus indicibles, allant de la quête d’un absolu des plus élevés aux désirs sensuels les plus terrestres. Ainsi avons-nous choisi d’étudier le lien entre Atlantique et Méditerranée en suivant l’expression poétique qu’il engendre.

3L’origine du nom de l’océan Atlantique est à chercher au cœur des mythes grecs, soit celui des Atlantes, soit celui du titan Atlas qui soutenait la voûte céleste grâce, notamment, aux Colonnes d’Hercule, localisables dans le détroit de Gibraltar. Pour les peuples antiques, l’Atlantique désignait la mer qui s’étendait au-delà de ce détroit par rapport à la Méditerranée. La mer Océane fut longtemps le nom donné à cet océan : Christophe Colomb était ainsi surnommé l’Amiral de la Mer Océane. L’océan Atlantique trouve donc l’étymologie de son nom en des mythes porteurs des peurs et des rêves de l’homme ou à travers ceux d’un Titan régnant avant l’équilibre apporté par Zeus. Cet océan, dans l’inconscient humain, transporte donc les sentiments originels associés à l’inconnu.

4Des côtes de l’Atlantique sont en effet parties les plus grandes explorations européennes vers des terres d’abord fantasmées et des exploits surhumains, des Vikings, en passant par Gil Eanes, Christophe Colomb et Alessandro Bianchi, jusqu’à Guy Delage.

5Cet océan est particulièrement déroutant car il est bordé de mers et se définit en fonction de ses mers que l’on nomme bordières, telle la mer Méditerranée.

6Le terme de Méditerranée vient du latin mediterraneus qui signifie « au milieu des terres », « du monde connu » s’entend. Elle prend différents noms à travers l’histoire, dont Mare nostrum, qui lui confère un caractère hospitalier, voire intime. Les Grecs l’appelaient aussi la mer de Téthys, la déesse mère exprimant ainsi le lien affectif (mêlé également des peurs de l’enfant pour sa mère) qui les unissait à cette étendue d’eau nourricière.

  • 1 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, PUF, 1960, p. 38.

7Le bassin méditerranéen est le berceau de la civilisation occidentale. Ainsi est-il apte à marquer les imaginaires, c’est-à-dire, nous explique Gilbert Durand, « l’incessant échange qui existe (...) entre les pulsions subjectives et assimilatrices et les intimations objectives émanant du milieu cosmique et social »1. En effet, elle est le réceptacle comme originel de civilisations rayonnantes qui ensemencent de leur culture les peuples migrateurs, les « peuples de la mer » dont sont issus les Celtes qui vont peupler l’Europe et la féconder, à chacune de leurs escales, de la Mésopotamie, de l’Égypte jusqu’à la Galice, la Bretagne et l’Irlande. Ces influences culturelles font que les sources d’images de l’Atlantique et de la Méditerranée, de façon intrinsèque, sont naturellement poreuses.

8Sa configuration physique valide ce constat : la mer Méditerranée est une mer méditerranéenne, les échanges d’eaux profondes avec les océans sont limités, mais existent. Mer intérieure, elle est rassurante, et c’est là sa principale caractéristique dont les textes se font l’écho, à l’opposé de la mer océane qui s’ouvre, elle, sur l’immensité terrifiante, mais aussi combien fascinante ! Dans cette typologie différentielle, toutes deux participent, par les images qu’elles suscitent, de l’expression humaine de l’angoisse existentielle à laquelle cet imaginaire contrasté tente de répondre puisque, à suivre Gilbert Durand, l’origine de l’imaginaire renvoie à l’angoisse existentielle que provoque l’expérience « négative » du « Temps » chez un être humain qui se sait mortel. De cette angoisse existentielle et universelle naît l’imaginaire, jaillissement liquide qui combine des eaux calmes et bienfaisantes et des eaux torrentielles et furieuses, capables de tout emporter.

9Méditerranée et Atlantique sont donc d’abord géographiquement apparentés avant d’être unis dans le langage poétique. Les spécificités de cette mer et de cet océan font leur richesse et leur confèrent une force attractive créatrice exceptionnelle où se mêlent les images porteuses de l’expression de la Weltanschauung de l’homme. Les hypotextes les plus décisifs qui se construisent autour de l’image de la mer se trouvent chez Homère et Virgile. Ils donnent naissance à un genre poétique, que l’on pourrait baptiser « poésie maritime », qui va des poètes de la Renaissance jusqu’à nos jours en passant par les romantiques, et qui ne s’épuisera jamais car ce genre exprime l’imaginaire humain primordial au sens où le définit Gilbert Durand : les images sont le moule affectif représentatif des idées, c’est-à-dire qu’elles sont antérieures aux idées et non le contraire. Ce genre fait naître et contient donc la quête du sens, L’Odyssée pouvant être considérée comme le récit mythique de l’aventure humaine.

10Ce genre se définit par des particularités sémiologiques et sémantiques et se détermine à partir d’un archétype, selon la définition de Gilbert Durand, qui est la mer (qu’elle soit Océane ou Méditerranée). À la lecture des « poèmes maritimes », on peut observer la construction de certaines images et voir comment elles « constellent » à partir d’un noyau organisateur « archétypique ». C’est ainsi que peut s’expliquer la rencontre entre l’océan Atlantique et la mer Méditerranée dans un même poème : au fond de ce réceptacle où perdure le liquide amniotique, l’homme regarde l’infini de son âme et l’étendue de tous ses possibles.

11Nous montrerons dans un premier temps comment l’océan Atlantique et la mer Méditerranée se mêlent au cœur d’un même poème. Avant d’analyser l’évolution de cette fusion à travers les œuvres des poètes qui contemplent la mer et de ceux qui s’amarinent ; nous étudierons ainsi des extraits d’œuvres occidentales de la Renaissance à nos jours, sans oublier les poètes arabes modernes telle la libanaise Nadia Tuéni. Puis nous expliquerons en quoi cette fusion relève de l’archétype de la mer, caractéristique de ce genre original qu’est la poésie maritime. Par le langage maritime, la poésie ouvre une porte vers un lendemain où tout est possible, tel le gabier qui observe l’horizon, le poète est tendu vers l’avenir, vers tous les avenirs où se lit la quête de l’être aimé et idéalisé, l’aspiration vers l’ailleurs, vers le dépassement de soi, vers l’essence des choses : quête qui n’est autre que celle de la parole poétique.

Confluence poétique de la Méditerranée et de l’Atlantique

12Le tableau suivant montre la signification de la présence de ces deux espaces, intimement liés ou clairement distincts :

Poèmes

Mer

Océan

Eau

“À l’horizon”

Didier Sicchia

Personnification.

Figure hostile à la fois fascinante et terrifiante qui soumet l’homme.

Représentation du lieu de la lutte inhérente à l’homme exprimée dans le mythe de Sisyphe.

Prise à témoin du lecteur : lutte élevée à une dimension collective

“A.M.A.T.” Alfred de Musset

Métaphore de l’adversité

Incarnation de la colère

Comparaison homme et océan :

Infériorité de l’océan face à un sentiment propre à l’humanité : l’amitié.

La contemplation des fureurs océanes sert de contre-miroir à la grandeur de l’homme et permet d’exprimer un hymne à l’amitié.

“À Ulric G”

Alfred de Musset

Métaphore : profondeur des eaux exprimant la profondeur de la douleur humaine qui, elle, est sans fond.

“Bleu”

Blaise Cendrars

Expression de la douceur

Comparaison avec un lac.

Réunification des éléments.

“Brise marine”

Mallarmé

Métaphore de l’ailleurs, de la destination assurant l’antidote à l’ennui.

“L’appel du large”

Baudelaire

Mer : métaphore de l’utopie de toute évasion,

Miroir sans fond de l’âme humaine, vision de l’homme condamné à l’amertume.

“L’homme et la mer”

Baudelaire

Personnification de la mer. Fraternité entre l’homme et la mer dans la complexité de leur âme, mer et homme que voilà toutefois frères ennemis.

“L’éternité”

Rimbaud

Lieu de l’allégresse.

Union de l’eau et du feu : de la mer et du soleil.

Retour à l’origine qui se traduit par un retour à l’éternité.

“La mer”

Chateaubriand

Personnification : mère aux multiples possibles, omniprésente, lieux de tous les rêves et des rêves les plus doux où l’homme est enfin compris.

Guide de l’âme qui lui permet de s’unir au cosmos.

Un élément du grand tout, associé aux « orages » vers où la mer guide l’âme.

“La mer”

Sully Prudhomme

Personnification : femme déesse dont la grandeur isole et rend inaccessible.

“Oceano nox” Victor Hugo

Lieu fécond

Personnification de la mère.

Lieu où se manifeste la transcendance. Sentiment de la présence de Dieu.

Lieu hostile et porteur de guerre et de tourments pour l’homme.

“Aurore sur la mer”

Renée Vivien

Confidente libératrice

et porteuse de vie.

“L’âge d’écume” Nadia Tuéni

Image de la vie.

Présence immanente porteuse de renouveau et de résurrection.

Transcendance porteuse de rivalité.

Une poétique à deux versants ?

13Victor Hugo, dans le poème suivant où il se met face à la mer et à l’océan, montre de façon caractéristique le visage de ces deux étendues :

Un jour que mon esprit de brume était couvert,
Je gravis lentement la falaise au dos vert,
Et puis je regardai quand je fus sur la cime.
Devant moi l’air et l’onde ouvraient leur double abîme.
Quelque chose de grand semblait tomber des cieux.
Le bruit de l’océan, sinistre et furieux,
Couvrait de l’humble port les rumeurs pacifiques.
Le soleil d’où pendaient des rayons magnifiques,
À travers un réseau de nuages flottants,
S’épandait sur la mer qui brillait par instants.
Le vent chassait les flots ou des formes sans nombre,
Couraient. Des vagues d’eau berçaient des vagues d’ombre.
L’ensemble était immense et l’on y sentait Dieu.

14La mer lui inspire des pensées d’énergie vitale et l’océan des pensées d’énergie destructrices.

15Renée Vivien, dans « Aurore sur la Mer », reprend la thématique de Victor Hugo pour comprendre, grâce à la vision de la mer, l’énergie de vie qui l’habite au-delà des circonstances de son existence. La mer y est personnifiée en confidente et en Muse libératrice.

Je te méprise enfin, souffrance passagère !
J’ai relevé le front. J’ai fini de pleurer.
Mon âme est affranchie, et ta forme légère
Dans les nuits sans repos ne vient plus l’effleurer.
Aujourd’hui je souris à l’Amour qui me blesse.
Ô vent des vastes mers, qui, sans parfum de fleurs,
D’une âcre odeur de sel ranimes ma faiblesse,
Ô vent du large ! Emporte à jamais les douleurs !
Emporte les douleurs au loin, d’un grand coup d’aile,
Afin que le bonheur éclate, triomphal,
Dans nos cœurs où l’orgueil divin se renouvelle,
Tournés vers le soleil, les chants et l’idéal !

16Ces poèmes emblématiques montrent que la contemplation de la mer et, plus encore, son contact ouvrent le cœur de l’homme au lyrisme. En effet, tous les poèmes où se trouve le mot mer ou le mot océan expriment l’épanchement du cœur, les questionnements sur l’âme, définition fondamentale du lyrisme : ainsi naissent les poètes et les images porteuses d’idées qu’ils transmettent.

17La mer Méditerranée ou Océane est le lieu de tous les rêves : espace sans limite où se disent les maux des hommes jusqu’aux plus innommables. Avant les romantiques, mis à part le cas de Marbeuf qui écrit un exercice de style autour du mot mer : « Et l’amour et la mer ont l’amer pour partage » et qui met en évidence combien l’image réveille l’idée et à quel point la mer va devenir un archétype, les poètes disant la mer ou l’océan étaient des navigateurs : ils exprimaient donc la lutte de l’homme contre les flots, mais aussi l’émerveillement face à la mer, sentiments annonciateurs de l’archétype que constituent mer et océan. Ainsi de Joseph-Étienne Esménard (1769-1811), qui a résidé aux Antilles et qui écrit La Navigation. De nos jours, il existe encore des poètes qui prennent la mer ou des marins qui deviennent poètes tel Henry Jacques (1886-1973), qui a franchi le Cap Horn sur un trois-mâts.

18Tous ces poètes peuvent faire leur la phrase de Victor Hugo : « Je rends à la mer ce que j’ai reçu d’elle ».

19La poésie orientale, telle que la chante Nadia Tuéni, par exemple dans « L’âge d’écume », évoque la mer comme une entité faisant partie de l’âme humaine, inscrite au plus profond de sa conscience, la mer habite l’homme comme l’homme habite la mer. Sa poésie dévide le thème de l’osmose, voire de la fusion entre l’homme et la mer :

À Nijni-Novgorod la mer est oubliée dans les yeux du pêcheur
Qui tout bas sous le vent ramasse l’ombre des figuiers
Il met les transparences dans le jaune des ruines
Sonnent les cloches vives
À Nijni-Novgorod où le soleil entend et gonfle les prières
Des bûchers de visages regardent le ciel froid
Tout incendié d’oiseaux.

20Dans le poème « Les Survivants », l’océan est personnifié, comme créateur transcendant qui met en rivalité les éléments alors que la mer est immanente à l’homme et est unificatrice, accueillante et protectrice. Elle peut être également purificatrice et libératrice et, surtout, source de vie et même de résurrection car elle est l’origine, le premier habitacle de l’homme. Vie et mer sont synonymes.

21Elle est renouvellement, donc porteuse de l’oubli qui assure la vie. Reprenant la vision de la mer et de l’océan jusque-là véhiculée par les poètes, Nadia Tuéni montre bien qu’elle est un archétype, celui de l’origine qui contient tout ce qui touche à l’âme humaine :

Un oiseau sur l’occident se pose. À peine dans tes mains la nuit s’obstine, l’amour comme une odeur se couche, telle est l’aube qui me paralyse jusqu’à la taille.
Si je pouvais dire je n’ai qu’un silence, si je pouvais dans la lumière sans réponse faire d’un cri un pays, alors il n’y aurait pas de fin sur l’été.
D’un pas d’océan je nomme l’eau, et le ciel sera fou. La terre a reconnu mes lèvres. Moi je cherche encore ce qui dans le sommeil est peuplé de vautours. Aucun lien entre la croix et le geste. En fermant les yeux je vois la vie à perdre haleine.
Ombre du voyageur telle est la tendre plainte, et dans sa voix l’écho d’un ancien testament.
Au bord de la mémoire une oreille oubliée.
Les jardins rampent sous la lune et la pluie immobile sur l’aile d’épervier.
Nous survivrons jusqu’à en rire ; de dos c’est facile.
Nous survivrons au mouvement paisible du soleil avec la patience des morts.
Toi dont le ventre est temps d’aimer, moi qui n’ai rien compris au règne des distances, que dire au vent qui nous démembre, à la peur qui nous tranche la tête ? 
Tout homme endormi est une île.
Ai-je été cette image trouée de mille angoisses qui saignait de mémoire ? Ô mort plus nourricière que le feu, s’il n’y a qu’un conteur sans histoire et le chien bleu des songes, alors je ne dépends que de la mer.
Puis un bruit de corps froissé envahit le désert ; il s’agit d’un matin qui m’échappe des doigts, avec des cris de toutes les couleurs. 
Les villes se peignent de joie.
Nous survivons jusqu’à en rire, jusqu’au regard fixe entre parole et sang.
Le temps long se repose.

22Dans ses poèmes suivants, la mer apparaît comme l’origine de toute vie et, partant, réponse de vie à la mort, elle assure le renouveau jusqu’à la résurrection inclusivement :

À l’origine il y eut un rêveur de terre
Comme une goutte de pluie au soleil
Quand l’hiver n’est plus tout à fait conscient.
Dois-je dire mon envie d’être
Elle qui et simplement la mort ?
Dois-je dire l’espace qui se tord les mains
De n’avoir rien compris au rire de l’enfant ?
“Qu’on me donne un chemin et j’en ferais un monde
Profond comme une couleur une odeur un matin” ;
Ainsi parleraient la mer et ses peuples
À qui ne demande qu’à croire ;
Pourtant le ciel de peur existe
Et le sol sous nos têtes espère l’interminable vie.
Il est tardif ce geste de colère
Qui nous fait deux fois homme et plusieurs fois vivant.

Reviendras-tu si je disais la terre est au bout de tes doigts
Comme une branche calcinée et déjà refroidie ?
Les oiseaux sont morts plusieurs fois à pic contre tes cheveux blonds
Ils avaient adopté la mer pour vice
À cause des algues sonores
Et des pistes qui se défont
Lentement
Trop tard pour naître chaque instant
À genoux devant des visages où toute couleur est hostie
Comme une gorge prise au bétail qui dévore un rayon de soleil
Reviendras-tu si je disais la mer est au bout de tes doigts ?

J’ai retenu la vie
Pour que dure l’instant sous le poids des mémoires
J’ai retenu la nuit
Plus doucement qu’une main de femme
Plus longuement sans oublier
Contre des murs vivants
Sur un étroit chemin utile comme un arbre
Pour que le don de Mort recouvre les eaux sures
J’ai retenu la mer
Loin des cathédrales dont elle se glorifie
Loin de ces araignées qui tissent encore des vagues pour attirer la plage
Et des rochers tordus où s’en ira la vie
J’ai retenu la vie
J’ai retenu la mer
Pour que reste le cri des oiseaux de l’orage
Ceux qui n’ont plus rien dit depuis la grande attente
Ceux qui prient chaque fois pour les morts en puissance
Et détiennent la tour d’où soufflent tous les vents
J’ai retenu la mer
La nuit est moins féroce
Qui permet au soleil
Un temps de revenir.

23Ainsi, l’étude des poèmes les plus porteurs de sens, quels que soient les âges et les cultures, montre que la mer, qu’elle soit Méditerranée ou Océane, est le miroir où l’homme tente de percer les secrets de son âme en quête de lui-même, de l’origine retrouvée et, ainsi, de la mort vaincue. La mer l’attire et le fait fuir de façon magnétique selon les émotions qui le traversent.

Archétype et émergence d’un genre

24Qu’est-ce qu’un archétype ? Gilbert Durand utilise ce terme dans la lignée des études de Jung qui définit l’archétype comme un concept se rapportant à une structure psychique. Un archétype est, au sens étymologique, un modèle général, « une forme d’expression donnée a priori », c’est-à-dire « une image primordiale » possédant un fort pouvoir de représentation qui ne fonctionne que par des caractéristiques intrinsèques et où se trouve contenu un thème universel, le tout exprimé à travers les modèles élémentaires de représentation, qui procèdent de l’inconscient. Selon Jung, l’archétype organise et structure les processus psychiques de l’être humain, à l’instar de l’instinct chez les animaux. Il s’agit d’images mentales qui structurent l’inconscient collectif.

  • 2 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, op. cit., p. 19.
  • 3 Ibid., p. 20.

25Dans Les structures anthropologiques de l’imaginaire : introduction à l’archétypologie générale, Gilbert Durand explique que l’image est porteuse de sens et que ce sens est à chercher dans le sens figuré2, il approfondit la pensée de Jung en explicitant que « toute pensée repose sur des images générales, les archétypes, « schémas ou potentialités fonctionnelles » qui « façonnent inconsciemment la pensée », siège de l’imagination où s’homogénéise la représentation3. Les archétypes, qui constituent les images primordiales, donnent corps aux schèmes. L’archétype est le lieu qui fournit une structure à l’idée, l’image donnant naissance à l’idée. Le schème de l’ennui, par exemple, correspond au réflexe de l’envie de l’ailleurs dans toutes les acceptions du terme, dont la quête de l’origine. Rencontrant le schème de la peur de la mort, quelle que soit la forme que prend cette peur, il donne l’archétype de la mer. Le schème de la révolte sous toutes ses formes correspond à la dynamique de la tempête et donne l’archétype de l’océan.

26Nous voyons bien ici que l’archétype n’est pas un symbole, car l’archétype est universel et échappe à toute ambivalence, de plus il n’est pas polyvalent et est associé à un schème de façon univoque. L’archétype est une des composantes qui structurent le mythe, récit toujours vivant mais à la plasticité infinie, relatif à une époque donnée, lieu des questionnements les plus profonds des hommes.

27De cet archétype émerge un genre. La poésie mentionnant la Méditerranée ou l’Atlantique fait émerger un genre nouveau que l’on peut nommer poésie de la mer et de l’océan, ou poésie maritime si l’on englobe l’élément marin à l’élément océanique. En effet, cette poésie correspond bien au concept de type catégoriel qui définit un genre littéraire, elle réunit sous une forme et un fond commun un ensemble de poèmes. Elle appartient à un cadre qui correspond aux attentes du lecteur et à un modèle d’écriture pour le poète : système d’énonciation, registres et thèmes convergents.

28La mer comme l’océan permettent l’expression poétique des émotions : sentiment de la nature, amour, amitié, mélancolie, peur face à la mort, adoration religieuse, le lyrisme a été la première expression humaine que l’on retrouve dans le mythe, les psaumes ou les premières odes. Dans cette expression primordiale dominent le vocabulaire affectif, les interrogations existentielles, les exclamations émotionnelles, les invocations ; sa langue est celle des figures de style : métaphores et personnification qui révèlent en l’homme sa quête de relation et, donc, d’harmonie avec le monde qui l’entoure et plus particulièrement avec cette étendue d’eau d’où il se dit provenir tant elle lui parle de lui.

29Ainsi s’affiche le lien porteur de sens unissant mer Méditerranée et océan Atlantique qui tous deux participent de l’aspiration vers l’inconnu dans tout son potentiel fantasmatique, comme vers la sérénité du retour à l’unité originelle.

Haut de page

Notes

1 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, PUF, 1960, p. 38.

2 Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, op. cit., p. 19.

3 Ibid., p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Roure, « Méditerranée et Atlantique : fluidités indissociables où se rencontre l’imaginaire humain », Babel, 29 | 2014, 273-286.

Référence électronique

Hélène Roure, « Méditerranée et Atlantique : fluidités indissociables où se rencontre l’imaginaire humain », Babel [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/3723 ; DOI : 10.4000/babel.3723

Haut de page

Auteur

Hélène Roure

Université de Nice – CTEL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org