Navigation – Plan du site
Le partage des eaux

Nord et Sud : la complexité de leur relation dans Great Trade Route de Ford Madox Ford (1937)

Marine Bernot
p. 123-144

Résumés

De tout temps, les déplacements de l’homme furent naturellement influencés par les limites de sa condition physique et les facteurs climatiques propres à chaque latitude. De cette constatation naquit la célèbre « théorie des climats » qui prétendait définir, par une généralisation parfois péjorative, le volkgeist de chaque nation. Si Ford Madox Ford partageait l’essence de cette idée, établissant une distinction nette entre Nord et Sud, de par leurs spécificités et leur interaction à travers l’Histoire, il émit aussi la possibilité d’un rapport complémentaire. L’historique Route de la soie devint pour lui le symbole de cette symbiose, unifiant les nations de part et d’autre de sa courbe. L’antique système commercial serait-il la clé d’un monde meilleur ? Serait-il le remède à cette nouvelle ère industrielle où la surproduction règne et le petit producteur se meurt ?

Haut de page

Texte intégral

1Depuis ses balbutiements, la « théorie des climats » a suscité de vifs débats, opposant philosophes, historiens et scientifiques, tous portés par le désir « d’expliquer » l’autre. S’il existe des caractéristiques morphologiques propres à chaque peuple, il est toujours étonnant de découvrir des similarités frappantes entre les cultures de deux pays, pourtant diamétralement opposés ; de même que la proximité géographique ne garantit pas toujours un brassage homogène des ethnies et des langues.

2Pour tenter de comprendre ce phénomène, l’homme s’est naturellement intéressé à la question du « milieu » – ou, plus exactement, du climat –, facteur déterminant pour la survie d’un peuple depuis l’aube de l’humanité. La perpétuation physique de l’espèce humaine étant soumise à certaines exigences, alimentaires et thermiques notamment, il peut paraître raisonnable de poser que le climat, l’habitabilité d’un espace donné et les denrées qu’il peut offrir sont autant de facteurs susceptibles de façonner le caractère des hommes, leur culture et leurs croyances. Dans cette perspective, la « théorie des climats » n’est pas, en soi, dénuée de sens. Mario Pinna, professeur de géographie à l’université de Pise, en propose la définition suivante :

  • 1 Mario Pinna, « Un aperçu historique de la théorie des climats », Annales de Géographie, 1989, t. 98 (...)

Les historiens utilisent l’expression théorie des climats pour indiquer cette doctrine antique qui prétendait expliquer les différences entre les divers groupes humains, et plus précisément entre Européens et Asiatiques, entre hommes du Nord et hommes du Sud, entre habitants des montagnes et habitants des plaines, par les différences climatiques existant entre ces régions1.

3Cette étude sera consacrée au rapport Nord-Sud, qui a la particularité de se manifester avec autant de vigueur à l’échelle internationale que régionale, qu’il s’agisse de la rivalité historique entre la France et l’Angleterre ou des querelles entre Franciliens et Méditerranéens.

4Au début du XXe siècle, l’homme de lettres et critique littéraire anglais Ford Madox Ford (1873-1939) avait pris conscience de ce fossé culturel au cours de ses nombreux voyages entre les États-Unis, la France, l’Angleterre et l’Allemagne. Passionné d’Histoire, il était parvenu à la conclusion que les peuples vivant sur le 40e parallèle Nord avaient, pour la plupart, connu un âge d’or (Golden Age) inégalé par les peuples de la moitié supérieure de cet hémisphère. Ces temps de prospérité économique, d’abondance et de richesse culturelle – naturellement rendus possibles grâce à la richesse des terres et à un climat idéal – auraient été, hélas, constamment abrégés par des pillages et d’innombrables invasions venues du Nord.

  • 2 Ford Madox Ford, Provence: From Minstrels to the Machine, [1935], Manchester, Carcanet Press Limite (...)

5Bien que Ford ne fasse jamais mention de la « théorie des climats », les principes de sa doctrine manichéenne y font indirectement allusion, dans l’opposition entre un Sud paisible, convivial et prolifique où il fait bon vivre, et un Nord hostile et rude, dont les mœurs reflètent des conditions de vie austères, tout comme le prouve le puritanisme excessif des Anglais dont Ford énonce les préceptes : “to enjoy is to sin”2.

6Dans Provence : From Minstrels to the Machine (1935), l’index compte une entrée Northern Barbarism, qui fait de la sauvagerie un concept exclusivement nordique. Si l’on se reporte aux pages mentionnées, l’on s’apercevra que la plupart d’entre elles ne comportent pas le groupe nominal concerné, Northern Barbarism, mais renvoient plutôt à des exemples concrets de cruauté (torture, massacres, racisme…) ou exposent l’étroitesse d’esprit des Anglo-Saxons en matière de bonnes mœurs et de vertu.

7L’élaboration d’une telle doctrine dans l’œuvre de Ford Madox Ford s’articule autour de deux critères : le climat (qualité et température de l’air, ensoleillement, irrigation et fertilité du sol) et l’alimentation qui en découle (régime varié et équilibré, de préférence composé de produits frais).

8Dans Great Trade Route et Provence, Ford note que le 40e parallèle Nord a pour avantage de conférer aux terres de cette latitude un climat tempéré toute l’année, avec un équilibre optimal entre soleil et pluie, sans variations trop radicales entre les saisons.

  • 3 Ibid., p. 19.
  • 4 Ibid., p. 21.
  • 5 Ibid., p. 24.

9Sous cette latitude – et de tous les pays du globe – c’est en Provence, son earthly paradise3, que Ford se sentait le mieux. Il lui avait trouvé pour seuls défauts « Le Parlement, le Mistral et la Durance »4. En dépit des inondations que la Durance peut occasionner, les longs et puissants épisodes de vent qui caractérisent cette région sont un inconvénient négligeable, puisque ce sont eux qui garantissent le ciel azuréen et clair dont le Midi est si fier (“that health-bringing flail, the mistral”5). Le climat sec et parfois aride, quant à lui, n’est pas présenté comme un désagrément :

  • 6 Ibid., p. 310.

The [ideal] land should be in a dry, temperate-to-hot climate because the rigors that that may present can be mitigated by skillful irrigation; but nothing can remedy damp with its attendant coldness6.

  • 7 Ford Madox Ford, Great Trade Route [1937], New York, Oxford University Press, 2011, p. 101.
  • 8 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 24.

10Les paysages verdoyants et humides qu’il qualifie également de “regions chocked for ever in an insufferable greenness”7 font essentiellement référence au climat océanique des îles britanniques et de la façade Nord-Est des États-Unis, dont les perturbations régulières, la fraîcheur et le manque notable d’ensoleillement créent chez Ford un sentiment d’oppression et de tristesse. Le degré de son mal-être est exprimé par l’emploi du verbe to choke et du groupe nominal insufferable greenness, dépeignant un panorama morne et bichromatique, de vert et de grisaille, contrastant singulièrement avec l’éclatant portrait des côtes méditerranéennes qu’il brosse dans Provence : “ Pink cliffs, a blaze of purple bougainvilleas, beaneath an ultramarine sky, above a vivid emerald sea shot with myriads of scarlet fishes and bottomed with forests of magenta sea-weeds”8.

  • 9 Ibid., p. 295.

11Aux États-Unis du début du XXe siècle, la science se mit à étudier l’influence de la température ambiante sur la productivité des employés de bureau9. Cette démarche, qui n’est pas sans rappeler la quête de productivité tayloriste, fit polémique dans les journaux de l’époque. Il s’agissait de déterminer avec précision, et par le biais de plusieurs tests, la température idéale à la pleine exploitation du potentiel intellectuel de l’employé lambda. Selon l’étude, un bureau surchauffé ou traversé par des courants d’air frais était susceptible d’entraîner une baisse dans la cadence de travail, de conduire à l’oisiveté, voire d’échauffer les esprits.

  • 10 Dr. Ford, Dr. Duncan, Dr. Newport, University of Alabama in Birmingham, 1985.
  • 11 Demet Leblebici, Journal of Business, Economics & Finance, 2012, vol. 1, n° 1, pp. 38-49.
  • 12 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 269.

12Cette hypothèse moderne, comme en écho à la théorie des climats, a aujourd’hui fait ses preuves à travers le monde, comme en témoignent les nombreuses études qui lui sont consacrées, notamment : “A test of the influence of weather on employee productivity in an office environment”10, ou encore “Impact of workplace quality on employee’s productivity : case study of a bank in Turkey”11. Bien que de nouveaux facteurs aient été ajoutés aux dernières études, tels que la qualité de l’air, le confort des installations ou le montant des salaires, l’influence du climat sur le bien-être de l’homme est aujourd’hui tenue pour indéniable. « Influence » et non pas « conditionnement », de même que la doctrine manichéenne de Ford – “It was of the North [...] from which comes all evil”12 – ne prend pas appui sur la seule condition climatique, mais également sur l’alimentation.

13Thomas d’Aquin, à l’instar de Roger Bacon et d’Albert le Grand, était un fervent défenseur de la théorie des climats. L’essence de son propos est ici rendue par M. Pinna :

  • 13 Mario Pinna, « Un aperçu historique de la théorie des climats », loc. cit., p. 323.

Les hommes du Nord, dont le corps est riche en sang car ils doivent réagir au climat froid, ont beaucoup d’animositas : c’est pourquoi ils sont prêts à la guerre, mais leur intelligence est lente et dans l’ensemble modeste. Les hommes du Sud, au contraire, ont une vive intelligence et un esprit doté de subtilitas ; cependant leur corps est pauvre en sang, ce qui a pour conséquence leur peur de combattre13.

14Cet afflux de sang chez les peuples du Nord s’explique, selon Ford, par une consommation excessive de viande rouge – de surcroît insuffisamment cuite et, donc, gorgée de sang. Pour limiter les indigestions et autres maux liés à un tel régime, Ford précise qu’il est crucial de purifier la viande par le feu afin de la drainer de son sang. S’il l’on a souvent entendu parler de la viande bouillie des Anglais, Ford évoque également les inquisiteurs espagnols qui, ayant consommé trop de viande rouge, étaient naturellement dotés d’un tempérament « sanguin » et assoiffés de violence. Comme en témoignent les livres de recettes espagnols du XVIIIe siècle, la viande rouge prédominait dans tous les plats, à tous les services ; les légumes étant purement facultatifs.

15De par leur végétation humide, les pays anglo-saxons quant à eux ne tarissent pas de verdure, où abonde un florilège de légumes (tout aussi verts) insipides, gorgés d’eau – et destinés à être bouillis avant consommation –, rappelant ainsi l’écœurant portrait du paysage anglais, dépeint précédemment. Cette suite de descriptions laisse au lecteur une impression de fatalisme : les Anglais consomment le « vert » que produit le paysage et en absorbent l’essence, devenant ainsi aussi hostiles et tristes que leur environnement ; ne dit-on pas d’ailleurs que nous sommes ce que nous mangeons ? Comme ambassadeur de l’horreur alimentaire anglo-saxonne, Ford choisit le chou de Bruxelles, un légume à la sinistre réputation gustative, qui ne se digère pas sans mal. Quoi de mieux pour illustrer l’influence néfaste que peut avoir un « mauvais » repas – aux arômes peu subtils et à l’ingestion difficile – sur le moral ? Il devient alors logique que la consommation répétée d’un aliment peu apprécié soit à même de provoquer une certaine frustration pouvant évoluer en violence, si l’on soumet la même personne à d’autres facteurs environnementaux indisposants. Ford constate avec humour :

  • 14 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 223.

But the internal ramblings promoted by the home-products of the London markets call for “derivatives” – jerkings of the limbs of the befogged brain that shall take the mind off physical and mental discomforts. So, in moist green countries you have massacres, football matches, noyades, witch-drownings, puritanisms, flaying, drawings, quarterings, jew-baitings, Calvinisms and all the mediaeval and modern Nordic horrors including auto da fé of books, street-shootings and Tariffs14.

16Pour l’auteur, ces exemples de cruauté quotidienne pratiqués par les Européens du Nord sont la conséquence directe d’un régime trop lourd et inadapté. Ford remarque par ailleurs que, dans l’Histoire, la majorité des raids, pillages et invasions sont essentiellement le fait de hordes de barbares venues des terres septentrionales. À l’inverse, la Provence, dont le peuple était doté de subtilitas – pour reprendre l’idée de Saint Thomas d’Aquin –, est surtout connue pour les nombreuses batailles engagées sur ses côtes, ses habitants étant plus enclins à se défendre qu’à attaquer spontanément les contrées voisines.

17Certaines des théories relatives au climat abordées par Ford Madox Ford ne sont donc pas, d’un point de vue scientifique ou médical, tout à fait dénuées d’intérêt ; ce n’est que lorsqu’il franchit le seuil de l’exagération et semble basculer dans un déterminisme fanatique – mais toujours comique – que le lecteur pourrait douter du « sérieux » de l’auteur et de ses convictions. En réalité, l’apparent manichéisme de la doctrine fordienne ne peut être pleinement savouré que si l’on considère le vécu de l’auteur et le contexte historique au cours duquel il rédigea Provence et Great Trade Route. Dans la biographie Ford Madox Ford : A Dual Life, Max Saunders met en mots les peurs de Ford qui, après avoir combattu dans les tranchées de la Somme, a observé avec horreur la montée en puissance du nazisme au cours des vingt années suivantes. Tout comme les théoriciens du climat, Ford a tenté d’expliquer l’émergence de cette idéologie dévastatrice ; il la présente comme la conséquence d’un mode de vie trop exigeant et d’un climat trop rigoureux.

18Il n’épargne pas non plus son pays natal et profite de l’occasion pour évoquer, toujours par le biais de la théorie des climats, les travers d’une société britannique archaïque et impérialiste.

19En soi, le prétexte du climat dans l’œuvre autobiographique de Ford Madox Ford revêt un double emploi. D’une part, Ford propose une étude scientifique et une réflexion instructive sur le fonctionnement des peuples et leur gestion des ressources à travers l’Histoire. D’autre part, cela lui permet de pardonner aux peuples nordiques les horreurs commises, en les mettant sur le compte de la folie, tout comme Jésus avant lui : « pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23 :34). La comparaison n’est pas fortuite, qui s’inscrit dans la continuité de la pensée fordienne énoncée dans Provence, qui voit l’auteur se présenter comme un « prophète ». Ford ne cherche pas à accuser, mais simplement à dénoncer les absurdités auxquelles peuvent être conduits les hommes sous l’effet d’une pression extérieure. Il souhaite toucher ses lecteurs et susciter ainsi une prise de conscience collective afin de rebâtir le monde sur les ruines d’une société déchirée par les guerres.

20La doctrine farfelue de Ford s’impose alors comme un remède, comme antagonique de la philosophie nazie… il ne cherche pas à exterminer les races nordiques, mais à les purifier des dérives de leur société en leur inculquant un mode de vie plus sain, inspiré de celui des Provençaux, qui, depuis des générations, vivent paisiblement en petites communauté.

L’âge d’or de la Great Trade Route : la symbiose du Nord et du Sud

21La très célèbre théorie des climats, sous ses différentes formes, ne saurait être qualifiée de « science » à proprement parler, car le climat n’est en soi qu’un facteur parmi une myriade d’autres critères déterminants, que l’on ne pourrait ignorer dans le cadre d’une réelle démarche scientifique. David Hume (1711-1776), l’un des plus virulents détracteurs de la théorie climatique, était horrifié devant l’importance que certains lui attachaient et craignait qu’elle ne mène à une stigmatisation gratuite et systématique des hommes, en fonction de leurs origines. Dans son essai “Of National Characters” (1748), Hume démonte la théorie climatique en une dizaine d’arguments, dont voici le paragraphe d’introduction :

The vulgar are apt to carry all national characters to extremes; and having once established it as a principle, that any people are knavish, or cowardly, or ignorant, they will admit of no exception, but comprehend every individual under the same censure. Men of sense condemn these undistinguishing judgments: though at the same time they allow, that each nation has a peculiar set of manners, and that some particular qualities are more frequently to be met with among one people than among their neighbours.

  • 15 Et autres lapsus ou hésitations factices de son monologue qu’il nous est donné de lire dans Provenc (...)

22Le cas de la théorie fordienne semble, de prime abord, concerné par la première partie de ce commentaire : les Anglo-Saxons endossent le rôle de l’agresseur tandis que le pauvre Sud, nous dit-il, se défend faiblement depuis des siècles. Pourtant, les habitués de la prose fordienne vous mettront en garde sur la fiabilité du narrateur, ce dernier ayant une fâcheuse tendance à se contredire, à digresser en s’écartant librement (et régulièrement) de la trame narrative, ou à évoquer certains sujets de façon très approximative. Cependant, le lecteur de « bonne volonté » qui accepte les contraintes de cette énonciation réalise bien vite que l’œuvre de Ford ne laisse pas de place au hasard ou aux conclusions hâtives. En effet, ces apparentes « erreurs »15 font partie d’une série d’effets orchestrés avec minutie, servant à alimenter le style impressionniste de l’auteur – style particulièrement riche puisqu’il lui permet de jouer sur le décalage entre réalité et impression, à la façon d’un bon jeu de mots qui exploite l’homophonie ou la polysémie comme le faisait si bien Lewis Carroll.

23À travers les œuvres autobiographiques de Ford, il nous est donc donné de voir un homme qui s’indigne et rejette sa patrie dans un élan de fanatisme provençal, avant d’admettre qu’il ne pourrait pas prendre la nationalité française, tant en raison de l’âme patriote des nationaux que de l’affection profonde qu’il nourrit pour le petit peuple anglais et du charme de sa région natale.

24Ce va-et-vient constant entre deux prises de position très différentes n’est pas sans rappeler l’étroit rapport entre Yin et Yang de la philosophie chinoise. De la même façon, après avoir établi une distinction entre Nord et Sud, Ford met en lumière leur complémentarité par le biais d’une métaphore touchante, celle de deux amants ou, plus précisément, de deux héros, les protagonistes mêmes de son roman Provence. Tout comme Pénélope, « Dame Provence » attend sagement son bien aimé, parti en quête d’aventures, de victoires et de nouveaux horizons :

  • 16 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., pp. 68-69.

And he found, poor Hero, nothing but always worse and worse climates, worse and worse food, worse and worse Crises, worse and worse wars, pestilences, indigestions and despairs; heresies, inquisitions; worse music, dances, fears for his soul. […] [Provence] shall sit and spin and spin, awaiting the return from the North of her Gentleman spouse16.

25Et s’il y avait véritablement eu, jadis, une histoire d’amour entre les deux moitiés de notre hémisphère ? Madox Ford en était convaincu, et avait même donné un nom a cette liaison : The Great Trade Route.

26Ancêtre du célèbre itinéraire touristique the Grand tour, la « Route de la soie » (appellation historique) avait initialement une vocation commerciale. Elle permettait aux marchands et caravanes de vendre leurs produits de la Chine jusqu’en Syrie, aussi bien par voie terrestre que maritime. Ford étend cette route jusqu’aux îles britanniques en passant par Paris et les Bouches-du-Rhône, prenant en compte les évolutions ultérieures de cet itinéraire.

  • 17 Carte créée par nos soins, grâce au logiciel Mapbox.

27La carte suivante17 retrace la Great Trade Route telle qu’elle fut décrite par Ford, à travers ses œuvres.

Data © OpenStreetMap contributors. Licensed under the Open Data Commons Open Database License. Design © Mapbox. Licensed according to the Mapbox Terms of Service.

28Les repères noirs indiquent une ville, tandis que les blancs symbolisent une étendue (région, massif montagneux, plaines). Certains éléments, tels que les fleuves et les rivières, n’ont pas été représentés par souci de clarté, de même que les villes ne sont pas toutes portées.

29Pour résumer, l’itinéraire part de Pékin (Cathay, ancien nom de la Chine mongole), longe le Huanghe (le « fleuve jaune »), traverse les plaines du Lob Nor, longe les berges du Tarim, traverse le Turkestan chinois, passe au Nord du Pamir, par Samarcande, par Hérat, Ispahan, Mossoul, Alep, Damas, longe la côte jusqu’à Izmir (ancienne Smyrne), et Istanbul (ancienne Constantinople), traverse le détroit du Bosphore, la Grèce, longe la côte adriatique jusqu’à Venise, traverse l’Italie jusqu’à Gênes, longe les côtes de la riviera italienne et française, jusqu’à Marseille, remonte le Rhône, passe par Beaucaire, Lyon, Paris, suit la Seine, traverse la Manche en son point le plus étroit, longe la côte Sud de l’Angleterre, jusqu’à Ottery St. Mary, passe par la Cornouaille et finit sa course aux îles Scilly. Sont aussi mentionnées séparément, Trébizonde et Tintagel, qui ne font pas partie de la description linéaire de l’itinéraire ; je les ai donc rattachées au premier tracé.

30Cette conception subjective de la Route de la soie, conséquemment nommée Great Trade Route pour se démarquer de l’itinéraire historique, n’a aucune prétention scientifique. Elle propose simplement une vue d’ensemble de la route commerciale à travers les âges, mettant en avant l’importance ou la particularité de certains lieux. C’est, en somme, une vision schématique – et non-exhaustive – de la route, dont la ligne directrice dépend uniquement des ouvrages que Ford a pu parcourir.

  • 18 Ford Madox Ford, Great Trade Route, op. cit., p. 108.
  • 19 Tabu ou tapu d’après le CNRTL : le tabou, commun aux peuples de race polynésienne, a pour effet imm (...)

31Le reste n’est que romantisme et légende ; Ford fait de cet itinéraire le théâtre d’un âge d’or oublié, d’un monde révolu, “when a simple oval world of Small Producers had not conceived the idea of breaking the rules of barter”18. Une fois le lecteur en possession du décor, Ford introduit les immortels protagonistes de sa Great Trade Route ; il y a d’abord le (Sacred) Merchant, aussi mentionné sous le terme Trader ou encore pedlar, dont l’attribut récurrent, tabu19, consacre son caractère sacré. Le marchand et sa caravane étaient ainsi protégés des dieux, car porteurs de denrées rares et d’objets exotiques. Ils garantissaient en ce sens un lien étroit entre les peuples du Nord et du Sud, situés de part et d’autre du grand axe commercial, puisqu’ils permettaient de palier la répartition inégale des ressources naturelles.

  • 20 L’emploi de l’épithète small sert à distinguer les producteurs locaux et fermes auto-suffisantes, d (...)

32Puis il y a le Small20 Producer, symbole de l’artisan et de l’agriculteur, sans qui le marchand n’aurait aucune raison d’être. Ils alimentaient à eux seuls le commerce de ces itinérants et, plus indirectement, le monde entier.

33Enfin, l’âge d’or de la Great Trade Route – tel que l’auteur le concevait – s’étendait du Déluge au siège de Troie. Cela confirme, une fois encore, que la Great Trade Route est une version romancée de l’itinéraire de la soie puisque les marqueurs temporels choisis font référence à deux événements légendaires dont la véracité reste encore à prouver.

  • 21 Dorsey Armstrong, Gender and the Chivalric Community in Malory’s Morte d’Arthur, University Press o (...)

34Par ailleurs, les connotations romantiques qu’il confère à cette période idyllique sont confirmées par de nombreuses références à la Morte d’Arthur – ouvrage lui-même empreint de nostalgie pour un univers chevaleresque qui ne connaît pas encore l’invention de la poudre et l’apparition des premières armes à feu21.

35La mélancolie de Ford se manifeste par un profond regret face à la désacralisation du monde : le marchand perd son honnêteté naturelle avec l’apparition du système monétaire, et le tabu tombe progressivement dans l’oubli, comme en témoignent les premières vagues de colons européens, qui inondent les rivages du nouveau monde, et imposent avec violence leurs mœurs aux indigènes. Guerres et invasions barbares se multiplient alors, motivées par un désir d’expansion territoriale et par un sordide pragmatisme, quand il est plus simple de saisir la terre et les biens de son voisin que de remédier aux difficultés imposées par les rigueurs de sa propre région. C’est ainsi, raconte Ford, que la route perdit progressivement son éclat et tout son sens.

36Dans sa conception poétique de l’équilibre mondial idéal, Ford envisage donc un système reposant sur la collaboration de deux acteurs primordiaux – le producteur et le marchand itinérant –, dans un univers régi par les lois tacites du respect entre hommes et envers les lois divines, où la convoitise, poison du monde moderne, doit être réfrénée.

  • 22 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 353.

But the principle that each countryside should produce only that for which it is most fitted and that such products should circulate freely through the world – preferably by barter – that principle is so blindingly clear that no human being can miss it… And the putting into practice of that principle must of necessity abolish wars since no country could dispense with the products of any other country… And then we should be back again to the manner of the Great Trade Route with the sacred and honest merchants travelling with their wares from tabu ground to ground… and civilizations flowing backwards and forwards from China to Peru… And all of us sitting gasping with admiration for the tales of other races that they brought back and at the films that also they should bring shewing the marvelous accomplishments, virtues, frugality and beauty of all the foreign parts of the great world… For I think that civilizations are better things to exchange than bombs containing poison gases and loathsome infections…22.

  • 23 Tim Cresswell, “Imagining the nomad: mobility and the postmodern primitive”, in G. Benko, U. Strohm (...)
  • 24 Transits: The Nomadic Geographies of Anglo-American Modernism, 2010.

37Dans cet extrait, l’auteur met en avant les différents avantages de la Route qui pourrait, si on la réhabilitait, unir une fois de plus les peuples au Nord et au Sud de cet axe. Premièrement, le système d’échange (barter) prémunirait les produits contre une éventuelle dévaluation, provoquée par les fluctuations du cours monétaire – un phénomène courant du monde moderne. Ce système sous-entendrait conséquemment la restitution du principe d’offre et de demande. Les artisans ajusteraient ainsi leur production aux besoins des pays alentours, évitant par la même occasion le gaspillage lié à une production excessive. Deuxièmement, ce système de production restreinte, mais spécialisée, restituerait entre les pays la dépendance commerciale d’antan, limitant de ce fait les conflits à grande échelle. Un retour à l’artisanat permettrait en outre des produits de meilleure facture, gage des savoir-faire nationaux que Ford a vu disparaître peu à peu sous l’expansion industrielle. Enfin, le Merchant de Ford joue un rôle primordial qu’il faudrait réhabiliter si le monde venait à restaurer l’ancien axe commercial. Ce colporteur, par définition, serait une entité neutre, un nomade affilié à aucun pays et bénéficiant par là d’une immunité diplomatique liée à la tâche inestimable qu’il remplit. Max Saunders rappelle toutefois que la perception métaphorique du nomade, déjà maintes fois critiquée23, ne peut raisonnablement sortir du contexte fictionnel, puisqu’elle ne prend pas en compte de façon réaliste les exigences économiques de sa situation et les difficultés liées à sa condition24.

38D’un point de vue global, les solutions proposées par Ford peuvent paraître sensées, mais l’on est rapidement rattrapé par des questions d’ordre pratique, qui réduisent à néant l’hypothèse jusqu’ici formulée. C’est en cela que le lecteur se doit de garder à l’esprit la puissance métaphorique de la Route, dont les protagonistes centraux ne sont que les représentations mentales d’un élan idéologique.

39La Great Trade Route, version romancée et améliorée de la route de la soie, s’impose alors comme un modèle idyllique, à la manière de la Bible, avec ses paraboles et les imprécisions historiques qu’on lui connaît. Ford semble garder bon espoir que sa Route renaisse un jour, pour fédérer les nations du Nord et du Sud. Et pour cause, il démontre qu’aux États-Unis, l’âge d’or précédemment évoqué, évanoui dans l’Antiquité, s’est une fois encore manifesté.

Le paradis perdu

  • 25 Ford Madox Ford, Great Trade Route, op. cit., p. 25.

40Lorsque Ford décrit sa Great Trade Route dans l’œuvre éponyme, il dépeint un itinéraire traversant le globe, longeant grossièrement le 40e parallèle et s’étendant de la Manche à Cathay. Pourtant, au début du livre25, il donne d’abord pour limite occidentale la ville de Memphis, Tennessee. La plus grande partie du roman se déroulant aux États-Unis, il est possible que cette modification serve à mettre en relation le titre et le contenu de l’œuvre.

41Dans ce cas, pourquoi écourter l’itinéraire aux îles Cassitérides, une centaine de pages plus loin ? Si l’on considère que la Great Trade Route est une représentation romanesque de la route de la soie, il est naturel qu’elle en respecte au moins les contours.

42La distinction entre ces deux Great Trade Route, l’une, jumelle du tracé historique et l’autre, version prolongée de la première, semble être d’ordre impressionniste. En effet, p. 101, lorsqu’il est question de l’itinéraire commercial, le déterminant défini the précède le groupe nominal Great Trade Route tandis que, p. 25, Ford écrit my Great Trade Route. Dans le contexte de cette dernière occurrence, Ford se remémore les voyages imaginaires de son enfance, lorsque Walter Atterbury (le fils de sa nourrice) et lui-même jouaient ensemble aux explorateurs. Il raconte qu’ils mettaient cap sur Memphis, Tennessee, mais que l’image mentale qu’ils en avaient était celle de Memphis en Égypte. Il effectue ainsi, par le biais d’une anecdote, une relation entre les deux villes, d’abord d’ordre homophonique, puis géographique. L’une était desservie par la route commerciale, l’autre fut nommée en hommage à la première. Au-delà de l’homonymie, elles ne semblent pas avoir beaucoup en commun. Cependant, d’autres éléments vont émerger au fil du récit pour renforcer ce lien fraîchement établi. Tout d’abord, les deux Memphis gravitent autour du 40e parallèle, ligne imaginaire vectrice de la Great Trade Route, et zone idéale de par ses températures et une météorologie clémentes.

43D’autre part, elles appartiennent chacune à deux mondes foncièrement différents, l’une à l’ancien continent, l’autre au nouveau monde. Ce détail est d’une importance toute particulière puisque, grâce à cette distinction et au point d’ancrage que constitue Memphis, Ford va pouvoir démontrer que l’âge d’or de sa Great Trade Route (à la géométrie variable) s’est étendu jusqu’aux États-Unis. On pourrait donc assimiler l’Atlantique à un miroir entre les deux mondes, qui renvoie une image nouvelle, mais semblable à ce qu’était l’ancien monde à ses débuts. L’histoire se répète.

  • 26 « Memphis to Memphis ».

44La symétrie, confirmée par l’homonymie de certaines villes européennes et américaines (Memphis est loin d’être le seul exemple) et par l’intitulé du premier chapitre26, est parachevée par la situation de dépendance diplomatique et économique, qui prévalait jusqu’en 1776 entre l’Angleterre et ses colonies américaines. Les colonies royales étant soumises au régime politique de la Couronne britannique, ce qui était appliqué à Plymouth, dans le comté du Devon, l’était aussi à Plymouth, dans le Massachussetts.

  • 27 Max Saunders, “Ford Madox Ford and Nomadic Modernism”, in Transits: The Nomadic Geographies of Angl (...)

45L’esprit de la Great Trade Route va quant à lui traverser l’Atlantique et perdurer de deux façons ; tout d’abord, grâce aux navires venus d’Europe. Avant la guerre d’indépendance, l’Angleterre jouissait d’une relation commerciale privilégiée avec ses colonies. Les colons avaient pour mission de cultiver ou d’exploiter, en quantité colossale, les denrées et ressources exigées par la Couronne anglaise. En échange de quoi on leur envoyait des produits utiles et rares : livres, outils, tissus, objets d’art ou de décoration. Certes, les transactions n’avaient en elles-mêmes pas grand-chose à voir avec les marchands ambulants de la route de la soie. Toutefois, ces convois permettaient aux colons de se procurer des objets « de première nécessité » qu’ils ne pouvaient trouver sur place et ont ainsi favorisé le voyage de la culture, des espèces endémiques à une région27. Ford cite par exemple la mule, importée d’Espagne, les pur-sang venus d’Europe et les moutons mérinos de la péninsule ibérique ; même la fameuse pêche de Virginie a été importée !

  • 28 Ford Madox Ford, Great Trade Route, op. cit., p. 300.

46La deuxième et la plus fidèle manifestation de la Great Trade Route concerne les treize colonies fondatrices. Des marchands itinérants s’étaient naturellement mis à sillonner les colonies anglaises, desservant la côte et l’arrière-pays. Les colons du Nord comme du Sud y trouvaient leur compte ; les premiers avaient besoin d’indigo, qui proliférait dans les plantations du Sud, tandis que les seconds, plus éloignés dans les terres, attendaient avec impatience des articles plus luxueux venus d’Angleterre et des nouvelles des autres colonies28.

  • 29 Ibid., p. 303. La traduction est de moi.

47L’argent est un autre marqueur de l’âge d’or de la route de la soie. Ford ne mentionne pas le principe de troc, même si l’on sait qu’il était de mise avec les indigènes, mais précise que certaines villes de la Caroline du Nord étaient si isolées que l’on n’y avait jamais vu de monnaie américaine ; seuls circulaient « quelques dollars espagnols que l’on coupait en moitié, en quarts ou en petits bouts »29. Ce type primitif de transaction, à mi-chemin entre le troc et l’usage courant de la monnaie, constitue une nouvelle allusion au caractère romantique de cette deuxième Trade Route, fidèle à l’originale.

  • 30 Ibid., p. 282.

48Revenons brièvement sur la théorie des climats, afin de comprendre comment et pourquoi Ford considère que la guerre d’indépendance des États-Unis a anéanti les premiers bourgeons de ce deuxième âge d’or. Lorsque Ford écrit “We are going to think about religious intolerance and whether political constitutions or soils and climates are of the greater importance in moulding the destinies of countries…”30, il fait indirectement référence à la théorie climatique et met en relation les facteurs géographiques et humains, que Hume appelle respectivement physical causes et moral causes.

49En cela, la conception fordienne se démarque des autres pensées climatiques déterministes et se rapproche davantage de la réflexion plus tolérante et pragmatique de Hume. De plus, Ford n’est pas non plus concerné par les extrêmes contre lesquels Hume met en garde, puisqu’il opère au sein d’un même peuple une distinction claire entre le petit producteur pieux et altruiste et le capitaliste cupide et dédaigneux.

50Comme Hume, Ford estime que le type de gouvernement et les contraintes qu’il impose ont un impact indéniable sur le bonheur des citoyens. La disparition de l’âge d’or américain – au sens où l’entendait Ford – reposait donc principalement sur des moral causes, essentiellement liées aux exigences de la Couronne britannique.

51Pour commencer, Ford mit en exergue la vie ingrate des colons qui, après un long et périlleux voyage au cours duquel nombre d’entre eux périrent, étaient pour la plupart livrés à eux-mêmes avec pour seules instructions de travailler, prier et conquérir les terres alentours. Beaucoup n’avaient que de vagues connaissances agricoles ou artisanales et apprirent beaucoup au contact des indigènes. Indigènes que le gouvernement fit massacrer dans un désir d’expansion territoriale.

52De cette façon, Ford glorifie le sacrifice initial de ces colons qui, opprimés par leur pays natal (pauvreté, persécution religieuse), ont tout abandonné, mettant cap sur l’inconnu dans l’espoir de bâtir un monde nouveau. Il prouve ainsi à son lecteur que, dans le contexte d’entre-deux guerres où il écrit, son plan de reconstruction mondiale est tout à fait viable.

53Au fil des années, les colonies prospérèrent et parvinrent, pour les plus prolifiques, à un stade d’autosuffisance leur permettant de subvenir à leurs propres besoins tout en honorant les demandes de l’Angleterre. La situation changea abruptement dès l’éclatement des premiers boycotts à la Nouvelle Angleterre. Les colporteurs, qui constituaient principalement leur stock avec des articles venus d’Angleterre, qu’ils se procuraient directement aux ports, virent leur commerce menacé. En conséquence, la Nouvelle Angleterre cessa toute relation commerciale avec l’Angleterre et se livra à une production vivrière intensive afin de survivre à cette nouvelle indépendance économique.

54En 1763, le fossé entre le Nord et le Sud des États-Unis se creusa un peu plus avec la définition de la Mason and Dixon line, dont le tracé démarqua officiellement le Nord du Sud. Cette initiative fut motivée par un différend entre les colonies concernant l’imprécision des frontières du Delaware avec la Pennsylvanie et l’État du Maryland.

  • 31 Ibid., p. 301.

55Bien plus tard, suite à la guerre de Sécession, le Sud souffrira considérablement de la domination financière de la Nouvelle Angleterre, devenue première puissance céréalière et détentrice d’un monopole sur la majorité des exportations avec les autres pays. La Caroline du Nord, un paradis vivrier autrefois appelé “The Land of Going Without”31, s’appauvrit davantage avec l’industrialisation croissante des pays nordiques.

56Comme le démontre Ford, l’histoire américaine se déroula principalement autour de cette opposition Nord/Sud, dont la démarcation s’affirma au fil du temps et des conflits. Pourtant, dans Great Trade Route, la ligne des géomètres anglais Mason & Dixon est admirée par l’auteur et associée au légendaire axe commercial. Comment une telle invention, se dressant tel un mur entre les civilisations et, de surcroît, suggérée par des Anglais, pourrait-elle être digne d’intérêt ? Pourquoi s’attarder sur un tracé évoquant l’hécatombe de la guerre de Sécession, la fuite des esclaves et l’effondrement d’un Sud prospère ? Ford force même le contraste en citant à maintes reprises le nom de généraux ennemis, sudistes contre nordistes – tel Robert E. Lee et Ulysses Grant. On est bien loin de la métaphore des deux amants, ici, la défaite du Sud prend une dimension symbolique et universelle – l’honorable et altruiste Robert E. Lee, représentant de l’honnête marchand et du petit producteur, est vaincu par Ulysses Grant, un homme violent avec un penchant pour l’alcool (symbolisant la cruauté et la corruption des pays nordiques).

  • 32 L’auteur ne fait pas que spéculer ; il fonde son hypothèse sur des données tangibles : des statisti (...)

57Toutefois, précise-t-il, la ligne de Mason et Dixon se situe … à 40° de latitude ! Ford transforme ainsi cette ligne au passé douloureux, de convoitise, de haine et de conflits, en un trait d’union entre les États du Nord et du Sud. Sa situation géographique lui conférerait, on l’a vu, une situation des plus satisfaisantes – des terres fertiles rendues florissantes par l’équilibre parfait des températures et de l’hygrométrie32. Les conditions physiques étant optimales, cette zone serait tout à fait à même d’accueillir le prochain âge d’or américain ; des cendres de ce tracé pourrait renaître le phœnix de la Great Trade Route

58Le critère posant problème est par conséquent d’ordre moral.

  • 33 Brett Neilson, “Ford’s biopolitics: great trade route and the philosophy of the kitchen garden”, in (...)

59Ford donne pour exemple la Nouvelle Angleterre qui, du fait de son relief peu clément et de sa spécificité géographique (sol argileux et précipitations excessives), n’eut d’autre choix que de dépendre de l’importation. Puis, pour parvenir à un état d’indépendance, ses États s’orientèrent naturellement vers l’industrialisation, les innovations techniques leur permettant de prospérer là où la nature faisait défaut. C’est là que Ford identifie une perversion ; une évolution contre nature qui, poussée à son paroxysme, dégénère et bouscule l’équilibre fragile d’un pays tout entier. Ce type de réflexion environnementale pose Ford en véritable pionnier de l’écologie moderne33.

60Pour résumer la pensée fordienne, la théorie des climats – lorsqu’elle n’est pas employée de façon exagérée, symbolique, voire humoristique – identifie dans les caractéristiques physiques d’un pays des indicateurs fiables laissant présager son avenir, de par leur influence directe sur la population et les ressources. Ce sont toutefois les facteurs « moraux », que l’on pourrait qualifier de facteurs « humains », qui vont constituer la fibre d’un peuple et orienter plus précisément sa destinée. Si les dirigeants de la Nouvelle Angleterre avaient décidé de s’allier aux États du Sud, voire aux indigènes, plutôt que de se lancer dans une entreprise d’indépendance et de croissance industrielle, l’avenir du pays aurait été tout autre. La guerre de Sécession n’aurait jamais eu lieu, Sudistes et Nordistes auraient prospéré ensemble sur la nouvelle Great Trade Route, sillonnant la terre promise, le Nouveau Monde.

61La conception utopique – presque naïve d’une nouvelle société, lui a souvent été reprochée. Il est vrai que sa théorie, peu réaliste car requérant un consensus mondial, nécessiterait également que les peuples nordiques, aux ressources plus restreintes, se résignent à renoncer au confort de leur autonomie et que tous les pays du monde, dans un élan d’humilité, acceptent de se défaire du plaisir immédiat que leur procure la multitude de denrées d’un supermarché.

Haut de page

Bibliographie

Armstrong Dorsey, Gender and the Chivalric Community in Malory’s Morte D’Arthur, Gainesville, University Press of Florida, 2003.

Burtt Harold Ernest, Psychology and industrial efficiency, London, D. Appleton, 1931.

Cléro Jean-Pierre, “Hume et Montesquieu”, Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 2012, vol. 35, n° 1, pp. 73-91.

Cresswell Tim, “Imagining the nomad: mobility and the postmodern primitive”, in Georges Benko & Ulf Strohmayer (ed.), Space and Social Theory: Interpreting Modernity and Postmodernity, Blackwell Publishers, 1997, pp. 360-379

De Berre Brigitte, “Voyageurs chinois”, Encyclopædia Universalis [en ligne]. Consulté le 20 mai 2014 < http://cache.univ-tln.fr:2086/encyclopedie/voyageurs-chinois/>.

Duchêne Roger et alii, Découverte de la Provence au XVIIe siècle. Récits de voyageurs, Travail collectif de l’équipe du CNRS dirigée par Roger Duchêne, avec des illustrations et des notes.

Duncan W. Jack et alii, “A test of the influence of weather on employee productivity in an office environment”, National Weather Digest, 1985, vol. 10, n° 2, pp. 53-56.

http://www.nwas.org/digest/papers/1985/Vol10-Issue2-May1985/Pg53-Ford.pdf>.

Elliott F.F. & Bureau of the consensus of the United States, Fifteenth census of the United States. Census of agriculture. Types of farming in the United States, Washington, U.S. Government Print, 1933

Ford Ford Madox, Provence: From Minstrels to the Machine [1935], Manchester, Carcanet Press Limited, 2009.

Ford Ford Madox, Great Trade Route [1937], New York, Oxford University Press, 2011.

Hume David, “Of national characters” part I, essay XXI, in Essays, Moral, Political, and Literary [1742], Library of economics and liberty http://www.econlib.org/library/LFBooks/Hume/hmMPL21.htmlconsulté le 20 Mai 2014.

Leblebici Demet, “Impact of workplace quality on employee’s productivity: case study of a bank in Turkey”, Journal of Business, Economics & Finance, 2012, vol. 1, n° 1, pp. 38-49.

http://sosyalbilimler.okan.edu.tr/media/06/50ed303d150ba0f350000006/4-Demet_Leblebici.pdf.

Marshall H.E., This country of ours; the story of the United States, New York, Georges H. Doran Company, 1917

Neilson Brett, “Ford’s biopolitics: great trade route and the philosophy of the kitchen garden”, in Ford Madox Ford and “The republic of letters”, Bologna, CLUEB, 2002, pp. 118-122

Pinna Mario, “Un aperçu historique de la théorie des climats’’, Annales de Géographie, 1989, t. 98, n° 547, pp. 322-325.

Pomfret John E., Founding the American colonies, 1583-1660, New York, Harper and Row, 1970.

Saunders Max, Ford Madox Ford: A Dual Life, Volume I & II [1996], Croydon, Oxford University Press, 2012.

Saunders Max, “Ford Madox Ford and Nomadic Modernism”, in Transits: The Nomadic Geographies of Anglo-American Modernism, New York, Peter Lang, 2010, pp. 77-100.

Thote Alain, “Ouverture de la route de la soie”, Encyclopædia Universalis [en ligne]. Consulté le 20 mai 2014 <http://cache.univ-tln.fr:2086/encyclopedie/ouverture-de-la-route-de-la-soie/>.

Haut de page

Notes

1 Mario Pinna, « Un aperçu historique de la théorie des climats », Annales de Géographie, 1989, t. 98, n° 547, p. 322.

Site Persée : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1989_num_98_547_20910, consulté le 07/06/2014.

2 Ford Madox Ford, Provence: From Minstrels to the Machine, [1935], Manchester, Carcanet Press Limited, 2009, p. 79.

3 Ibid., p. 19.

4 Ibid., p. 21.

5 Ibid., p. 24.

6 Ibid., p. 310.

7 Ford Madox Ford, Great Trade Route [1937], New York, Oxford University Press, 2011, p. 101.

8 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 24.

9 Ibid., p. 295.

10 Dr. Ford, Dr. Duncan, Dr. Newport, University of Alabama in Birmingham, 1985.

11 Demet Leblebici, Journal of Business, Economics & Finance, 2012, vol. 1, n° 1, pp. 38-49.

12 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 269.

13 Mario Pinna, « Un aperçu historique de la théorie des climats », loc. cit., p. 323.

14 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 223.

15 Et autres lapsus ou hésitations factices de son monologue qu’il nous est donné de lire dans Provence (1935) ou Great Trade Route (1937). Je ne pourrai malheureusement pas m’étendre ici sur lesdits exemples qui, de par leur complexité, mériteraient qu’on leur consacre un article exclusif.

16 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., pp. 68-69.

17 Carte créée par nos soins, grâce au logiciel Mapbox.

18 Ford Madox Ford, Great Trade Route, op. cit., p. 108.

19 Tabu ou tapu d’après le CNRTL : le tabou, commun aux peuples de race polynésienne, a pour effet immédiat d’interdire toute relation ou tout usage avec l’objet ou la personne tabouée. Selon la religion maorie, quiconque porterait une main sacrilège sur ce qui est déclaré tabou serait puni de mort par le Dieu irrité. Cf. Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, t. 3, 1868, p. 131.

20 L’emploi de l’épithète small sert à distinguer les producteurs locaux et fermes auto-suffisantes, des grandes chaînes industrielles qui produisent pour les supermarchés.

21 Dorsey Armstrong, Gender and the Chivalric Community in Malory’s Morte d’Arthur, University Press of Florida, 2003. Notons au passage que le thème général du Moyen Âge est omniprésent chez Ford, passionné d’histoire et de poésie médiévale. Il est l’auteur de la trilogie The Fifth Queen (1906-1908), et l’on doit à son père – grand spécialiste de cette époque – The Troubadours : A History of Provençal Life and Literature in the Middle Ages (1878).

22 Ford Madox Ford, Provence, op. cit., p. 353.

23 Tim Cresswell, “Imagining the nomad: mobility and the postmodern primitive”, in G. Benko, U. Strohmayer (eds.), Space and Social Theory: Interpreting Modernity and Postmodernity, Blackwell Publishers, 1997, pp. 360-379.

24 Transits: The Nomadic Geographies of Anglo-American Modernism, 2010.

25 Ford Madox Ford, Great Trade Route, op. cit., p. 25.

26 « Memphis to Memphis ».

27 Max Saunders, “Ford Madox Ford and Nomadic Modernism”, in Transits: The Nomadic Geographies of Anglo-American Modernism, New York, Peter Lang, 2010.

28 Ford Madox Ford, Great Trade Route, op. cit., p. 300.

29 Ibid., p. 303. La traduction est de moi.

30 Ibid., p. 282.

31 Ibid., p. 301.

32 L’auteur ne fait pas que spéculer ; il fonde son hypothèse sur des données tangibles : des statistiques et relevés scientifiques issus de l’œuvre Types of Farming in the United States (issued by the Bureau of the Census as part of the Fifteenth Census of the U.S.A., chapter III, 1933).

33 Brett Neilson, “Ford’s biopolitics: great trade route and the philosophy of the kitchen garden”, in Ford Madox Ford and “The republic of letters”, Bologna, CLUEB, 2002, pp. 118-122.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Data © OpenStreetMap contributors. Licensed under the Open Data Commons Open Database License. Design © Mapbox. Licensed according to the Mapbox Terms of Service.
URL http://babel.revues.org/docannexe/image/3625/img-1.png
Fichier image/png, 638k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Bernot, « Nord et Sud : la complexité de leur relation dans Great Trade Route de Ford Madox Ford (1937) », Babel, 29 | 2014, 123-144.

Référence électronique

Marine Bernot, « Nord et Sud : la complexité de leur relation dans Great Trade Route de Ford Madox Ford (1937) », Babel [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/3625 ; DOI : 10.4000/babel.3625

Haut de page

Auteur

Marine Bernot

Université de Toulon - Laboratoire Babel (EA 2649)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org