Navigation – Plan du site
Le partage des eaux

Entre deux mers, d’un savoir à l’autre, Francisco de Quevedo (1580-1645) : aspects de l’imaginaire espagnol au temps des Habsbourg

Josette Riandière La Roche
p. 77-98

Résumés

De 1580 à 1652, le Roi des Espagnes, de la Méditerranée à l’Océan et au-delà, règne sur le territoire le plus étendu de son histoire. Ses royaumes, réunis sous la seule autorité du roi de Castille, semblent avoir retrouvé l’extension de la Province conquise par Rome, augmentée des terres nouvellement découvertes. Sa puissance, à la fois admirée et détestée, va donner naissance en Europe, et en premier lieu aux Pays-Bas, à ce qu’il convient d’appeler la légende noire. Francisco de Quevedo (1580-1645), écrivain de génie, s’emploie dès 1609 à défendre l’Espagne contre cette légende : grâce à sa prodigieuse érudition et à son savoir de philosophe, d’historien, de philologue, il entend prouver la supériorité de sa patrie sur les autres, pour la splendeur de son passé, les richesses de sa terre, la valeur de ses enfants, la prééminence de ses écrivains, la suprématie de sa langue. De ses démonstrations se dégage, fondée sur les savoirs qu’il partage avec les élites de son temps, la perception qu’il a de l’Espagne et des Espagnols, de lui-même par conséquent, ainsi que celle qu’il a de l’autre, Allemand ou Flamand, mais aussi Indien, Africain, ou Juif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sauf mention expresse, la traduction est de moi.
  • 2 Le détroit de Gibraltar, jusqu'aux Pyrénées.
  • 3 Un milieu vertueux : « un medio virtuoso ». Notion philosophique empruntée à Aristote. La vertu se (...)

« À proprement parler1, l’Espagne se divise entre trois couronnes : Castille, Aragon et Portugal. Elle ferme les confins de l’Europe ; elle gît entre l’Afrique et la France et elle est entourée du Détroit de l’Océan et des Pyrénées2 ; et tout comme elle est plus petite que ces deux terres, elle est plus fertile, car elle n’est pas brûlée comme l’Afrique par un soleil violent, ni harcelée par des vents importuns, comme la France : c’est plutôt un milieu vertueux entre ces deux extrêmes3, recevant d’un côté une chaleur tempérée et, de l’autre, des pluies fertiles et modérées.

Elle regorge de toutes semences (...) qu’elle prodigue, tant elles sont abondantes, à l’Italie qu’elle enrichit et dont elle alimente Rome. Non seulement elle se flatte d’être, comme la Sicile, le grenier de l’Afrique mais elle est, plus que toutes les nations, riche de miel, de vin et d’huile ; et non seulement le fer d’Espagne est le meilleur, mais elle engendre la meilleure race de chevaux, et les plus légers s’y élèvent. Et la surface de la terre n’est pas seule digne de louanges, car on lui doit les riches métaux dont toujours elle est grosse et dont l’enfantement alimente tant d’ambitions étrangères, et une grande quantité de lin et de sparte ; et il n’est point de terre aussi fertile en vermillon.

Les cours d’eau d’Espagne ne sont pas rapides au point de nuire, mais doux et paisibles ; leurs eaux suffisent à fertiliser, sans subir des crues qui, comme en Allemagne, en France, dans les Flandres et en Italie, menacent d’inonder les champs et, s’ils ne sont pas navigables, ils sont en revanche dociles, pour la sûreté des laboureurs. Bordés de vignes et de vergers, ils sont fertiles en bons poissons, en particulier là où ils se jettent dans l’océan, et certains charrient des sables d’or. Elle ne touche les Pyrénées françaises que d’un côté dorsal, et sur les autres côtés, elle est entourée par la mer.

  • 4 Quevedo emprunte cette vision à Justin, Abrégé des Hostoires Philippiques de Trogue Pompée, XLIV, 9 (...)
  • 5 Strabon (58 av. J.-C. 25 ? après), grand voyageur et géographe renommé dès le Ve s., redécouvert au (...)

La forme de l’Espagne est presque carrée ; elle ne semble en différer un peu que du côté où, pressée par les resserrements4 des golfes, elle s’arrime aux Pyrénées, ce qui permit à Strabon5, traitant de la figure de l’Espagne, au livre 3, de dire : “Vers le Couchant apparaît d’abord l’Espagne, semblable à une peau de bœuf, dont une partie, tendue comme un cou, aboutit au tout proche pays celte”. Pour le reste, ceux qui veulent en savoir plus le trouveront chez Strabon, et en son lieu propre.

  • 6 « Justin, de Trogue Pompée » = Justin, abréviateur de Trogue Pompée – Trogue Pompée (Cneius Pompeiu (...)
  • 7 Le Promontoire Sacré, aujourd’hui Cap de Sagres, Portugal, était selon Strabon le plus occidental d (...)

(...) La salubrité du ciel d’Espagne est la même en tous lieux, car l’esprit de l’air n’est blessé par aucun souffle ni brume venant de quelque lagune ; voilà ce que l’on doit aux vents de la mer qui la baignent. Continuellement frais et renouvelés, ils amendent les vapeurs de la terre et, cheminant par toute la Province, ils éventent l’haleine terrestre et corrigent sa lourdeur, grâce à quoi ils maintiennent la salubrité des lieux. Voilà ce que dit de l’Espagne, non pas un Espagnol, qui parlerait par passion, mais Justin, de Trogue Pompée6, et il y ajoute tant de louanges de la patience, de la force, de l’endurance et magnanimité de ses fils que, pour ne pas allonger ce chapitre, j’omets de les rapporter (...). Je noterai seulement que la terre qui, en Espagne, est méprisée par les Espagnols eux-mêmes, tenue pour rude, pauvre, barbare et lointaine, peu servie par la Nature, enlaidie par ses montagnes et âpre, a mérité de Justin des mots tels que ceux-ci : “Les Galiciens disent qu’ils tiennent leur origine des Grecs” (...). Il dit plus loin, en parlant de cette terre : “La Galice, région fertile en métaux et en plomb et en minium ou vermillon (...) si riche en or que souvent, avec l’araire, on labourait des mottes d’or. Il y a dans cette terre un mont sacré7 avec des privilèges d’une énigmatique et obscure ancienneté, où il n’est pas permis à l’acier d’attaquer la terre ou un arbre. Ce n’est que quand la terre est touchée par la foudre, ce qui s’y produit fréquemment, qu’il est permis d’y ramasser l’or comme un don de Dieu”.

(...) Je ne parlerai pas des grandeurs des trois couronnes (...). On retiendra seulement que la terre, la fertilité, la situation et le climat de l’Espagne sont tels que nous y avons pour hôtes, oubliant leurs patries, toutes les nations, qui à notre contact se font riches et qui nous laissent, en nous fréquentant, pauvres et bernés ».

1Les lignes que l’on vient de lire, extraites de la première œuvre politique que Quevedo écrivit entre 1609 et 1615, España defendida y los tiempos de ahora…, appartiennent à son tout premier chapitre ; ce début peut surprendre le lecteur moderne : c’est bien là une grande part de son intérêt.

Francisco de Quevedo : un écrivain représentatif de l’Espagne de son temps

  • 8 Historia de la vida del Buscón, llamado don Pablos, ejemplo de vagamundos y espejo de tacaños : uni (...)

2Quevedo est connu comme l’auteur du Buscón8 et de quelques écrits facétieux. Or, il fut bien autre chose. Doué d’une intelligence aiguë, d’un esprit acerbe, d’une prodigieuse culture, il produisit des œuvres lyriques et satiriques dès son adolescence et, à partir de 1609 et jusqu’à sa mort, des pamphlets, des traités burlesques, doctrinaux, politiques et philosophiques dont on s’arrachait les copies avant même qu’ils ne fussent publiés.

  • 9 Son père est mort en décembre 1586.
  • 10 J. Riandière La Roche, Nouveaux documents quévédiens : une famille à Madrid au temps de Philippe II(...)
  • 11 Au collège d’Ocaña, c’est l’enseignement du trivium – grammaire, rhétorique et dialectique ; à l’Un (...)
  • 12 Les hommes étaient déclarés majeurs à 25 ans.

3Issu d’une famille de serviteurs de Philippe II à l’Alcazar de Madrid, il est éduqué comme un caballero, « à la manière et usage de Castille », avec son gouverneur, dans la maison de sa famille9, de 1587 à fin 1593, puis à l’internat du collège de Jésuites d’Ocaña, de janvier 1594 à octobre 159610. De 1596 à octobre 1601, il est à l’Université d’Alcalá, où il se lie avec Pedro Téllez Girón, futur duc d’Osuna et Vice-roi de Sicile (1610-1616) et de Naples (1616-1620). Il y est formé aux Lettres et au savoir de son temps, pour le service des rois à venir11. Il reçoit son titre de bachelier ès Arts à Alcalá, fin décembre 1601 ; il part chez son tuteur12, en 1602, à Valladolid où le roi a transféré la cour, et il s’y inscrit à la Faculté de Théologie.

  • 13 La Hora de todos y la Fortuna con seso, éd. posthume 1650. Pour le lecteur français, la meilleure é (...)

4De 1612 à 1618, conseiller, secrétaire et ami du duc d’Osuna en Sicile, puis à Naples, il acquiert une expérience directe de la vie politique. En 1618, il obtient, à la demande du Vice-roi et pour prix de ses services, un habit de l’ordre des chevaliers de Saint-Jacques qui garantit la noblesse et la pureté de ses origines. Revenu d’Italie, il ne cesse d’écrire au service du Roi, de l’Espagne et de Dieu – en 1632, il reçoit la charge de secrétaire royal. En 1621, c’est une œuvre de circonstance, à l’occasion de la mort de Philippe III, Grandes Anales de Quince días, et Carta del Rey don Fernando el Católico al primer virrey de Nápoles ; en 1626, dédiée au Comte-Duc d’Olivares, c’est la 1ère partie de la Política de Dios y gobierno de Satanás ; entre 1632 et 1639, une série de pamphlets d’inspiration sociale et politique réunis sous le titre de La Fortune raisonnable et l’Heure de tous13 ; en 1635, ce sont deux pamphlets écrits contre Richelieu, et ce faisant, contre Louis XIII, et bien d’autres viendront ensuite. Ses œuvres, souvent acerbes, complexes – il est considéré comme le créateur du conceptisme –, souvent énigmatiques pour le lecteur moderne, lui attireront bien des admirateurs, mais aussi bien des ennemis et de nombreuses années de disgrâce et de prison. Elles nous offriront maintes manifestations de l’esprit, des croyances, bref de l’imaginaire de l’Espagne de son temps.

Temps de Quevedo – temps des Habsbourg

5Ce temps de Quevedo – celui de Philippe II, Philippe III, Philippe IV – est exceptionnel pour notre propos. En 1580, Philippe II, à la mort du jeune roi Sébastien, devient roi du Portugal : le domaine royal hispanique retrouve les frontières de l’Hispania de l’empire romain, entre deux mers ; riche déjà des territoires découverts par Colomb et gagnés par les conquistadores au-delà de la mer océane, il s’agrandit de l’empire colonial portugais, en Afrique, en Asie, aux Indes occidentales ; en Italie, les royaumes des deux Sicile, de Naples et le duché de Milan, au Nord de la France, les Pays-Bas et, à l’Est, la Franche-Comté relèvent de son autorité. Héritier historique de l’Empire romain, n’est-il pas destiné à dominer le monde tout entier ? N’a-t-il pas parmi ses devises un soleil levant et la phrase Jam illustrabit (« désormais il éclairera tout ») ? Telle est, certainement, la conviction de Quevedo.

  • 14 J. Pérez, L’Espagne du XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1973, pp. 117-118.
  • 15 Sur la légende noire – contre Philippe II, l’Inquisition, les traitements infligés aux Indiens –, J (...)

6Dès le début du règne de Philippe II, sont apparus les premiers signes des difficultés politiques et économiques à venir. Cependant, à la mort du roi en décembre 1598, l’Espagne est encore un État puissant et redouté, donc jalousé et haï14. Sous son règne s’est développée la légende noire antiespagnole contre laquelle Quevedo part en guerre15 : imaginaire contre imaginaire, accusation contre accusation, contre ceux qui osent nier l’existence de Bernardo del Carpio, le vainqueur de Roland à Roncevaux, et soutenir que les prouesses espagnoles contre les Maures sont inventées, que l’Espagne n’a pas d’écrivains parce que leur langue est trop pauvre et que les Espagnols n’ont pas de génie…

7En avril 1609, Philippe III signe avec les Provinces-Unies une « Trêve de douze ans », et décrète l’expulsion des Morisques.

  • 16 España defendida y los tiempos de ahora contra las calumnias de los noveleros y sediciosos. OEuvre (...)
  • 17 José María López Piñero, Ciencia y técnica en la sociedad española de los siglos XVI y XVII. Barcel (...)

8Quevedo écrit alors sa première œuvre politique : España defendida…– l’Espagne secourue…16. Il est ici, dans l’histoire, à une double croisée de chemins : entre la splendeur encore vive de l’Empire espagnol et son proche déclin, et entre deux savoirs – celui qu’il a hérité de la Renaissance et des humanistes et qu’il a reçu des jésuites, et celui de la révolution des sciences du XVIIe siècle17.

Contre la légende noire

“L’Espagne secourue et les temps présents”

9Revenons à Quevedo, à son éloge appuyé de la Péninsule ibérique : projetée à l’extrême vers le couchant (el ocaso), située à l’extrémité occidentale de l’Europe, elle constitue l’ultime frontière défensive avant l’Afrique ; ses terres fertiles, son climat tempéré, ses vents bienfaisants et salubres, ses fleuves bénéfiques, ses terres riches en végétaux et minerais précieux, sont convoités par tous les étrangers.

  • 18 OEuvres complètes de Justin, Abrégé de l’Histoire Universelle de Trogue Pompée. Trad. française de (...)

10Les connaissances géographiques de Quevedo sont celles qu’il a reçues des Jésuites, attachés à ces savoirs nouveaux nécessaires à la formation de missionnaires, ambassadeurs ou chefs militaires qui allaient vivre loin de leur patrie. Il les tire de Strabon, mais surtout de Justin18, qu’il nomme et dont il cite et traduit de larges passages : ce sont des autorités indiscutables, indispensables même lorsque l’on pénètre dans la légende, où Dieu, alchimiste suprême, envoie sa foudre pour changer la terre en or.

11Le tableau qu’il dresse de la Péninsule hispanique, d’autres l’ont dressé : Juan de Mariana, jésuite, théologien et théoricien politique, ne commence pas autrement sa monumentale Histoire Générale de l’Espagne (1591-1595, livre I, chap. II). Quevedo, comme Mariana avant lui et d’autres après eux, puise aux mêmes sources du savoir : celui des écrivains de l’Antiquité grecque et romaine. Leurs écrits sont laudatifs, mais ils savent que l’Espagne a aussi des défauts – Mariana les énumère, et Quevedo rappelle que les ennemis de l’Espagne la disent « rude, pauvre, barbare et lointaine, peu servie par la Nature, enlaidie par ses montagnes… ». Il est vrai que tout est affaire de proportions.

12Car il ne s’agit pas là seulement de savoirs, mais aussi de façons de raisonner très particulières. Ainsi, le climat n’est tempéré qu’en comparaison de l’Afrique, brûlée de soleil, et de la France, beaucoup plus froide : c’est, dit Quevedo, un milieu vertueux, autrement dit un juste milieu, équilibre exact entre l’excès et le défaut, notions que précise Aristote dans La grande morale, en particulier au livre XXXI où il définit la justice et ce qui est juste. En outre, selon notre auteur, la terre est un organisme vivant qui enfante ses richesses, végétales ou minières, ses habitants sont ses enfants, elle exhale des vapeurs, son haleine est assainie par les vents de la mer : tous termes qui ne sont pas seulement métaphoriques.

Le jeu des correspondances, des analogies, des sympathies

  • 19 Pedacio Diocórides Anazarbeo, anotado por el doctor Andrés Laguna. Acerca de la materia medicinal y (...)
  • 20 Doctor A. Laguna, Discurso breve sobre la cura y preservación de la Pestilencia, Amberes, 1556.

13Depuis l’Antiquité, et encore à l’âge baroque, l’univers est conçu comme un organisme vivant, un macrocosme auquel correspond en tout point le corps de l’homme en réduction, ou microcosme ; l’homme et le monde sont composés des mêmes éléments – le feu, l’air, l’eau et la terre –, à quoi correspondent les quatre humeurs – le sang, le phlegme ou pituite, la bile ou cholère, et l’atrabile ou mélancolie –, les quatre qualités – le chaud, le sec, l’humide et le froid –, les quatre couleurs – le sang est rouge, le phlegme blanc, la cholère jaune, l’atrabile noire – et ils partagent la même nature – les rochers sont les os de la terre, ses cours d’eau sont ses veines et artères, la végétation est sa chevelure. Au XVIe siècle, sciences spéculatives et techniques se rapprochent, sans se confondre ; ainsi, en médecine, l’enseignement académique, dogmatique, demeure traditionnel, même si la pratique de la dissection privée, hors de l’université, devient impérative pour la formation des médecins. Les avancées de l’anatomie n’infirment pas le savoir ancien. Le médecin espagnol Andrés Laguna, auteur en 1535 d’un Anatomica methodus d’inspiration toute galénique et, en 1556, d’une édition annotée et illustrée, remarquable, de Dioscoride19, fait encore de l’air corrompu la cause de la peste et autres infections20 : la peste naît de l’air vicié et corrompu, « elle assaille et contamine tout le bas peuple qui est apte et disposé à la recevoir ».

14Et en 1641, en France il est vrai, on pouvait définir ainsi l’utilité de l’anatomie :

  • 21 Théophile Gelée, Médecin ordinaire de la ville de Dieppe, L’anatomie françoise, en forme d’abrégé, (...)

Les utilitez de l’Anatomie sont trois principales (...). La première sert pour nous faire cognoistre et admirer en Dieu sa puissance (...). La seconde utilité est que par icelle l’homme acquiert la cognoissance de soy, et par la cognoissance de soy celle de toutes les choses de l’univers car estant l’abrégé du grand monde, et renfermant dans soy les semences de toutes les choses qui sont contenues dans l’enceinte d’iceluy, comme des Astres, des Metéores, des Plantes, des Métaux, des Animaux et des Esprits ; il s’ensuit que celuy qui se cognoit bien cognoit aussi toutes ces choses21.

15Un air ventilé par les brises marines protège donc de toutes les pestilences : le savoir médical de Quevedo est celui de son temps, et il est celui des correspondances, qui s’étendent à bien d’autres raisonnements.

Nature bien tempérée, noblesse naturelle et ancienne

16Les croyances « climatologiques » de Quevedo font partie de savoirs semblables, qu’il expose au chapitre V de España Defendida sous le titre Des coutumes avec lesquelles naquit l’Espagne, et des mœurs anciennes :

  • 22 España defendida…, Chap. V.

Selon une vérité certifiée par les philosophes, de la bonne ou mauvaise tempérance des humeurs résultent les complexions des corps et, de là, les mœurs ; celles-ci, bien que la raison les puisse corriger, montrent pour la plupart leur méchanceté, impérieusement, dans les œuvres ou dans l’intention ; il est donc hors de doute que l’Espagne, qui a une terre tempérée et un ciel serein, produira de semblables effets sur les humeurs et les caractères : car on voit que le froid ne nous rend pas flegmatiques et paresseux comme les Allemands, pas plus que l’excessive chaleur ne nous rend incapables de travail comme les Noirs et les Indiens, puisque, une qualité étant tempérée par une autre, elle produit des mœurs bien châtiées22.

17Les Espagnols sont donc, par la nature « bien tempérée » de leur terre, loyaux envers leurs rois, respectueux des lois, attachés jusqu’à la mort à leurs chefs de guerre et à la liberté de la patrie. Ainsi ont-ils lutté contre Syriens, Phéniciens, Grecs, Romains et Sarrasins, et la mer défendait leurs ports. La pratique des armes et la vertu militaire sont pour eux préférables à la paix :

  • 23 Ibid.

L’Espagne jamais ne jouit de la paix : elle se repose seulement, comme en ce moment, du poids des armes, pour les reprendre avec de plus grandes forces et un nouveau souffle. Et ses armes, pour tous ses ennemis comme pour elle-même, sont de grande importance ; sinon, on verrait croître sans limites l’orgueil des Turcs, l’insolence des hérétiques, et dans les Indes les idoles seraient adorées en toute sécurité. De sorte que l’Espagne est le rivage de cette mer, et sa gloire est la soumission de ces vagues qui ne la touchent que pour se défaire23.

18L’Espagne est à la fois rivage et ligne de défense – contre les Turcs en Méditerranée et les Anglais sur l’Océan –, et la mer est sa servante.

L’histoire contre la fable

19Bien des hommes, bien des villes, faute d’avoir de très nobles ancêtres, prétendent descendre de quelque dieu : ainsi Rome s’attribua-t-elle pour fondateurs deux enfants nés d’une lavandière de Vesta, dont ils firent une prêtresse, et d’un père obscur, nommé Mars, dont ils firent un dieu. « D’où nous concluons que l’ancienneté – la antigüedad – si estimée des étrangers, sert à masquer les nombreuses infamies qu’elle dissimule ».

20Quevedo n’aura pas recours à la fable, mais à l’histoire, à son savoir de philologue, et aux saintes Écritures. Il passe en revue, pour les infirmer, toutes les fables qui parlent de la venue en Espagne de Noé, ou de Gerión – malgré Justin qui le déclare premier roi d’Espagne –, et de bien d’autres. Contre ceux qu’il appelle « les religieux et observantins de l’Antiquité », il déclare suspect un honneur fondé sur des légendes qui usurpent le nom d’histoire. La vérité est que, après l’invasion des Carthaginois, les Romains les rejetèrent et divisèrent l’Espagne en deux provinces, Bética et Tarraconensis, jusqu’à Attila, qui assujettit le reste du pays. Après quoi, les rois la divisèrent en royaumes, « qui sont aujourd’hui embrassés en une couronne ». Avant cela, rien n’est certain, rien ne peut être prouvé.

  • 24 Justin, liv. 44, 5 (1-8).

21En revanche, si la vraie noblesse est ancienne et se fonde sur la vertu, l’Espagne est une nation fort ancienne et sa vertu n’est plus à prouver, puisqu’elle a résisté à tous ses envahisseurs24. Mais l’Andalousie s’est bien appelée Bética ou Baetica, du nom d’un roi nommé Beto, ou Baeto selon les Talmudistes : ce qui signifie province de la vie pour les Hébreux et les Syriens, comme le confirme saint Jérôme : vérité de foi, vérité d’histoire.

Du nom de l’Espagne

  • 25 Cette étymologie est discutée aujourd’hui avec des arguments fort proches de ceux de Quevedo.
  • 26 Nonius Marcellus (fin IIIe s.-début IVe s.), grammairien et lexicographe latin qui connaissait l’hé (...)
  • 27 Jean Tzétzès, philologue et grammairien né à Constantinople vers 1110, mort peu après 1180, connais (...)
  • 28 Varón : « Homme de raison, de discrétion et de jugement » (César Oudin, Tesoro de las dos lenguas e (...)

22Prouver l’ancienneté de l’Espagne, c’est prouver celle de son nom25. Quevedo, savant philologue et historien, se réfère au lexicographe Nonius Marcellus26 et, de là, à Pline, Plutarque et Juvénal : l’Espagne eut pour noms Iberia et Pania, qui devint Spania, le -s étant un accent sonore d’appui. Le préfixe -hi lui fut ajouté par les Teutons ou par les Huns, pour qui il signifie occidental. Le grammairien et lexicologue Jean Tzétzès27 la nomme Hispania : Quevedo soupçonne que « l’on doit lire Espania, forme latine venue du grec, ou Ispania, avec l’article -is hébraïque qui veut dire varon »28.

La langue propre à l’Espagne

23L’espagnol est donc supérieur aux autres langues par son ancienneté et par l’abondance et la valeur des œuvres littéraires. Il est apparenté à l’hébreu – par le vocabulaire, et plus encore par la grammaire. Ainsi, « notre langue est plus ancienne que le latin ou le grec – ce qui lui donne plus d’autorité – puisque ni ses lettres ni sa grammaire ne se différencient des langues originelles ». En effet, l’hébreu fut la langue des premiers Espagnols, de langue sémitique, ce dont on trouve la trace dans la grammaire actuelle ; mais les mots hébraïques des origines furent remplacés par ceux « qu’introduisirent les juifs qui maculèrent l’Espagne. Maudite inondation ! Ceux-ci effacèrent pour une grande part langue, vocabulaire, œuvres et noblesse » quand ils s’installèrent à Tolède, capitale de la langue, après la prise de Jérusalem et la destruction du Temple par les Romains.

  • 29 Fray Gregorio García, Origen de los Indios del Nuevo Munco e Indias occidentales, 1607. OEuvre dédi (...)

24La langue espagnole existait donc avant la grande confusion de Babel. Quevedo chante les louanges de cette langue et des écrivains espagnols de son temps, supérieurs aux écrivains de l’Antiquité – historiens, chroniqueurs, poètes, orateurs sacrés tels que Fray Luis de Granada, « traduit dans toutes les langues » ; quant aux historiens des Indes, il s’interroge : « Qui, par un chemin inconnu et jamais emprunté par quiconque, écrivit des discours aussi subtils que Fray Gregorio García, dans son Origine des Indiens29 ? ».

Coutumes d’hier et d’aujourd’hui

25Un climat tempéré produit un tempérament tempéré : l’Espagne, qui a une terre tempérée et un ciel serein, a produit de semblables effets sur les humeurs et les caractères. Mais aujourd’hui,

… les hommes d’Espagne ont commencé à hériter de leur père la vertu, sans essayer de l’acquérir par eux-mêmes pour la laisser en héritage à leurs fils. (…) Pauvres, nous avons conquis les richesses d’autrui ; une fois riches, ce sont les richesses qui font notre conquête...

26Qui sont donc ces Indiens dont les Espagnols ont conquis les richesses – lesquelles ont conquis les Espagnols –, et les esclaves noirs qui en font fructifier les domaines ?

Quevedo, les Indes et l’esclavage

Les Indiens

27À première vue, l’attitude de Quevedo vis-à-vis des Indes et des Indiens est quelque peu ambiguë. Dans son œuvre, le thème a une fonction rhétorique et morale : d’un côté, ils sont une source de richesse et un objet de convoitise, donc de cupidité, pour les ennemis de l’Espagne comme pour les Espagnols, d’un autre côté, leur découverte et leur conquête ont été menées à bien parce que Dieu les a bénies, pour que des peuples païens et idolâtres connaissent l’Évangile : elles ont donc été gagnées à juste titre par le roi d’Espagne.

28Quevedo a peu écrit sur les Indiens ; mais il cite avec ferveur certains historiens espagnols des Indes occidentales, en particulier Fray Gregorio García. On notera que la façon dont il applique aux Indiens la théorie de l’influence du climat est beaucoup plus simpliste que ne le fait ce dernier, qui a observé :

  • 30 Id., ibid., p. 156.

… bien que les Indes soient sous la Zone Torride comme l’Éthiopie et la terre des Noirs, leur tempérament est très différent, car il s’y trouve surtout des plateaux et des vallées, et beaucoup de montagnes froides, dont certaines ont toute l’année de la neige30.

  • 31 Examen de ingenios para las ciencias. Donde se muestra la diferencia de habilidades que hay en los (...)

29L’ouvrage sur lequel Gregorio García s’appuie, et qui eut une grande influence en Espagne et en Europe, a pour auteur un médecin espagnol, Huarte de San Juan, Examen de los ingenios para las ciencias31, publié à compte d’auteur en 1575. Très cultivé, Huarte de San Juan, que Quevedo admire, prétendait mépriser son métier de médecin quand il était praticien et portait aux nues le savoir académique du philosophe naturel – ce qu’il prétendait être. L’œuvre eut tout de suite un succès considérable – 9 éditions entre 1575 et 1603 – et fut aussitôt traduite dans les principales langues européennes.

30Son objectif est de « montrer les différences de talents qu’ont les hommes et le genre de lettres qui correspond à chacun en particulier », afin que soient distribués les emplois selon les dispositions des esprits. Or, l’esprit a son siège dans le cerveau, qui est celui de l’entendement, de la mémoire et de la volonté ; son tempérament est celui du corps qu’il anime. Et pour Huarte, comme pour Gregorio García, qui le cite à la lettre :

  • 32 Examen…, édition moderne, Madrid, Editora nacional, 1988, pp. 87-88. Il va de soi que le libre-arbi (...)

… les coutumes de l’âme suivent le tempérament du corps où elle se trouve. En raison de la chaleur, du froid, de l’humidité et de la sécheresse de la région où vivent les hommes, des aliments qu’ils mangent, des eaux qu’ils boivent, et de l’air qu’ils respirent, certains sont sots et d’autres sont savants, les uns sont vaillants et les autres couards, les uns sont cruels et d’autres miséricordieux, les uns sont renfermés et d’autres sont ouverts (…). Les différences entre les nations, dans la complexion du corps comme dans les conditions de l’âme, viennent de la variété de ce tempérament32.

31D’où sont donc venus les Indiens qui ont peuplé le Nouveau Monde ? Pour Fray Gregorio García,

… Dieu a voulu que les hommes fussent répartis sur toutes les Terres, avec tant de différences dans leurs dispositions et leurs tempéraments, afin que, par leur diversité, les hommes acquièrent un talent – ingenio – varié et divers, diverses couleurs de visages et diverses formes de corps. (…) Quoique ces diversités et différences soient individuelles, ou accidentelles et communes ; le Très-Haut a voulu qu’il y eût dans l’espèce humaine ces variétés et différences communes, puisqu’il ne pouvait en exister qui fût spécifique et essentielle.

32L’espèce humaine étant unique, il n’y a aucune place, pour les chrétiens, pour un quelconque racisme biologique.

33Gregorio García a érigé les fondements de son livre : le premier est vérité de foi – tous les hommes viennent d’Adam et Ève, puis de Noé et de ses fils après le déluge ; le second est géographique – ils n’ont pu venir que d’Europe, d’Asie ou d’Afrique, par mer, ou par terre ; le troisième pose que le savoir vient par quatre voies – la science, l’opinion, la foi divine, la foi humaine.

34Seule la foi divine ne peut être mise en cause. Gregorio García partira donc des récits bibliques – vérités de foi – et des opinions des géographes, et il confortera ses hypothèses sur les textes de l’Antiquité romaine et grecque, reçus comme des autorités. Son hypothèse première – qu’il partage avec d’autres, auxquels il se réfère – est que les Indiens viennent des Juifs des dix Tribus d’Israël perdues après la destruction du royaume par les Babyloniens et la déportation d’une partie de sa population en -586. Le peuple hébreu, de qui les Indiens tiendraient leur origine, était en ce temps le plus beau et le plus intelligent de tous, au point que Dieu le choisit pour y faire naître Jésus. Et ceux-là, en outre, échappent à l’accusation de déicide.

35Ces Hébreux ont pu venir par la mer : Noé étant très bon navigateur a pu recevoir de Dieu, pour repeupler la terre, un art très poussé de la navigation, sans boussole, sans astrolabe ni aucune des inventions récentes ; il aura pu, lui et ses fils, se guider sur les étoiles, ou suivre une étoile créée par Dieu à cet effet. Peut-être Noé peupla-t-il ces terres dont parlent les Écritures, non identifiées encore – Isla Aurea, Ophir, Tharsis… – et qui pourraient être le Nouveau Monde : pour certains, Tharsis serait « une région de l’Inde et tout l’Océan », ou une région de l’Afrique très riche en or. Pour saint Jérôme, c’est une ville de Cilicie, ou Carthagène d’Afrique, ou l’Inde, ou la mer et la haute mer. Pour le Jésuite José de Acosta, missionnaire et naturaliste au Pérou et au Mexique, dont Gregorio García fait le plus grand cas, Tharsis, tout comme Ophir, s’entend dans la divine Écriture pour « la grande mer », ou une région très écartée, lointaine et insolite. Pline rapporte que les Carthaginois entreprirent de grandes navigations avec de grands navires sur la mer Océane, occidentale et septentrionale : pourquoi pas Noé, « quelle qu’ait été l’immensité de l’Océan » ?

36José de Acosta, au contraire de Gregorio García, a pris ses distances vis-à-vis des Anciens. Son objet est la connaissance des causes et raisons des merveilles et nouveautés du Nouveau Monde, de ses bestes, et « des histoires des indiens anciens et naturels habitants du nouveau monde » :

  • 33 Histoire Naturelle et Morale des Indes, tant Orientalles qu’Occidentalles, édition française, Paris (...)

À la vérité ces deux choses sont assez difficiles, la première d’autant que sont œuvres de nature qui sortent et sont contraires à la philosophie ancienne receuë et practiquée, comme de monstrer que la Zone qu’ils appellent Torride est fort humide, et en plusieurs endroits fort tempérée, et qu’il pleut en icelle quand le Soleil en est le plus proche, et autres semblables choses. Car ceux qui ont escrit des Indes Occidentales n’ont pas fait profession de tant de philosophie33.

37Le but visé par Acosta requiert que l’on connaisse la langue des gens du pays afin de « tirer et recueillir de leurs discours et relations ce qui m’a semblé suffire pour donner cognoissance des faits et coutumes de ces peuples ». La démarche est scientifique, José de Acosta se comporte en sociologue et en anthropologue avant la lettre. Pourtant, il reconnaît avoir tout d’abord partagé, sur les Indiens, les préjugés les plus répandus parmi les Espagnols. Ainsi écrivait-il, au début de son traité sur leur évangélisation :

  • 34 De Natura Novi Orbis libri duo, et De Promulgatione Evangelii apud Barbaros, Sive De procuranda Ind (...)

… Le peuple des Indiens, bien que plus ou moins, sont tous méprisables et stupides, et étrangers à toute noblesse, tous de condition basse et servile, de peu d’intelligence…34.

38Dans son traité De Procuranda Indorum Salute, il tient un tout autre discours :

  • 35 De procuranda… Lib. I, cap. XVIII.

Et bien que je me déclare ami sincère des Indiens, je vois bien que ce que j’en ai dit jusqu’à présent ne les favorise guère (…). Si je dois dire ce que je pense, je crois injuste de déclamer contre ce que sont ces gens et contre leur condition, comme s’ils étaient incapables de recevoir l’évangile, et je suis certain que si la foi avait été introduite comme le veut Jésus-Christ, cela n’aurait pas produit moins de fruits que ce que nous lisons de l’Église Apostolique primitive…35.

39Fray Diego García a des préoccupations proches de celles d’Acosta : ayant vécu neuf ans au Pérou, il dit avoir été « très curieux de voir, interroger, écouter et savoir une infinité de choses de cette terre ». Mais son projet final est plus étroit, moins novateur que celui d’Acosta : « En premier, connaître les rois qui ont gouverné ce royaume, quelles guerres ils ont menées ; en second, d’où vint son premier peuplement ; en troisième, si l’évangile y a été prêché ».

  • 36 Origen…, Lib. I, cap. IIII, § 1.
  • 37 … par génération spontanée.

40À partir des « vérités de foi », tout devient possible pour Gregorio García, rien n’étant impossible à Dieu. À son hypothèse, Acosta a déjà opposé des objections, que rapporte Gregorio García36 : quel marin aurait osé affronter les dangers et les monstres de l’Océan ? Et si Noé dut emmener sur ses bateaux les animaux utiles, fallait-il qu’il emmenât des animaux nuisibles ? À moins qu’ils ne fussent passés à la nage. Ou bien, Dieu ordonna qu’ils fussent nés de la terre, comme lors de la première Création : mais ce que l’on peut croire pour des animaux imparfaits, qui s’engendrent « sans génération »37 – grenouilles, souris, guêpes et autres animaux imparfaits – ne peut se concevoir pour des animaux aussi parfaits que le lion ou le tigre. À moins que certains ne les y aient portés pour la chasse, comme aujourd’hui Princes et nobles mettent en cage lions et ours, pour leur seule gloire. Quant à passer à la nage, la distance à parcourir doit être faible. À moins que les deux mondes ne soient pas disjoints – ce que pressent Acosta –, ou que peu de distance les sépare, en un endroit que l’on ignore car les pôles Arctique et Antarctique « n’ont pas encore été découverts » : dans ce cas, les premiers peuples des Indes occidentales y seront venus par terre – hypothèse prémonitoire, aujourd’hui admise, Acosta précisant que ce devait être d’Asie.

41Gregorio García conclura que les Indiens sont venus par mer, jetés sur les côtes par vents et tempêtes, par un art exceptionnel de la navigation, ou par terre, comme le veut Acosta. Ils proviennent des Carthaginois, des Juifs des dix Tribus perdues, d’Ophir, de l’Île Atlantique de Platon, d’îles proches, des Grecs, Phéniciens, Chinois, Tartares : d’où la diversité de leurs langues, de leurs lois, de leurs cérémonies, rites, mœurs et costumes, et la variété de leurs peuples.

  • 38 Historia Natural y Moral de las Indias, Sevilla, 1590. Trad. en français en 1598.

42José de Acosta, auteur d’une remarquable Histoire naturelle et morale des Indes38, a une démarche plus rationnelle : la traversée de l’Océan sans les moyens modernes de la navigation lui semble impossible, même s’il ne peut qu’admettre, selon les Écritures, que tous les hommes viennent d’Adam et Ève, puis de Noé. Devant les découvertes, croyances et attitudes divergent.

43Les deux hommes portent sur les Indiens des jugements différents. Gregorio García, pour prouver la parenté de certains Indiens avec les Juifs des Tribus perdues, dresse la liste de leurs défauts communs : ils sont infidèles et idolâtres, timides et couards (ce que n’étaient pas les Juifs de la Tribu de Judas, d’où vient le Christ), menteurs et enclins à l’idolâtrie ; tous ont un grand nez, et une langue gutturale. Les Indiens ne sont pas fermes dans leur foi et tous sont incrédules et ingrats.

  • 39 L’étude en revient à l’École de Salamanque et à Francisco de Victoria.
  • 40 Acosta, Historia naural y moral de las Indias, Séville, 1590, Lib.II, cap. II et sq. : « Il n’est p (...)
  • 41 Id., De procuranda Indorum salute (1588), lib. II, cap. II.

44José de Acosta pense ces jugements immérités : les Indiens ne sont pas tous peureux, superstitieux, menteurs, ils sont doués de raison, fort ingénieux parfois, et pacifiques – sauf lorsqu’on prend leurs terres, qu’ils défendent à juste titre – et leur évangélisation serait plus facile si les Espagnols ne commettaient pas contre eux tant d’exactions. Conformément au Droit naturel39, Acosta condamne même la guerre de conquête, qui est injuste en soi : évangéliser, apporter des améliorations, même par la force, voilà qui est juste ; faire la guerre pour s’emparer d’un peuple et de ses richesses ne l’est pas40. Il n’en écrit pas moins à diverses reprises que les allégations de Las Casas dans sa Destruction des Indes sont bien exagérées et dit conforme au Droit des gens, au nom des lois de la communication et du commerce et en échange des bienfaits reçus, que les conquistadores s’installent de force sur des terres qui seraient délaissées par les Indiens et qu’ils obligent ceux-ci à les servir, à pêcher les perles, à descendre dans les mines41. Il y a loin de Acosta ou García à Bartolomé de Las Casas.

  • 42 Bartolomé de Las Casas, La destrucción de las Indias (1552) ; excellente édition en français, à Par (...)
  • 43 Lince de Italia u zahorí español. Écrit en 1628, publié en 1852.

45En 1552, La destruction des Indes de Las Casas42, terrible réquisitoire contre la conquête et la colonisation, a été le point de départ de la « légende noire » ; traduite en 1579 par le protestant flamand Jacques de Miggrode sous le titre Tyrannies et cruautés des Espagnols, l’œuvre a connu de nombreuses rééditions et traductions. Quevedo, dans un ouvrage adressé au roi en 1628, dira sa condamnation « de toutes les choses rapportées par Fray Bartolomé de Las Casas, Évêque de Chiapas, exécrables, que de méchants Espagnols ont commises dans les Indes contre les ordres [de votre Majesté] »43. Un courant de pensée très favorable aux Indiens existe donc en Espagne, représenté en particulier par les missionnaires Jésuites et Dominicains, mais très minoritaire face aux tenants de l’exploitation des Indiens au nom des besoins économiques de l’Espagne et des Indes. Vers 1635-1638, on se préoccupe à Madrid des problèmes posés par les Araucans du Chili, rebelles aux Espagnols comme ils le furent aux Incas ; Quevedo insère dans L’Heure de tous et la Fortune raisonnable un petit conte dont les Araucans sont les principaux personnages. Leur bonne organisation civile et militaire prouve qu’ils ne sont pas « esclaves par nature » ; leur chef, porte-parole de Quevedo, se révèle un accusateur implacable :

  • 44 L’Heure de tous ou la Fortune raisonnable, op. cit.,Tableau XXXVI.

Les chrétiens disent que le Ciel a châtié les Indes parce qu’elles adoraient des idoles, et nous, les Indiens, nous disons que le Ciel va châtier les chrétiens parce qu’ils adorent les Indes. (...) Vous nous dépouillez pour que d’autres vous dépouillent. (...) Et que le Soleil remercie la longue-vue qui vous a fait découvrir sa tache noire, car sinon, pour sa couleur vous eussiez essayé d’en frapper monnaie et, de son argent fin, de faire un doublon !44

46Sans doute, Quevedo est de ceux qui admirent les Araucans, comme Alonso de Ovalle qui écrit :

  • 45 Alonso de Ovalle, Histórica relación del Reyno de Chile y de las misiones y ministerios que exercit (...)

Si l’éclat du courage et des armes est le principe de la noblesse, (...) puisque les Indiens du Chili sont insignes et remarquables dans l’exercice des armes, (...) c’est avec raison qu’on leur donne, parmi les Indiens, le titre de nobles et de chevaliers ; enfin, ils sont les valeureux Cantabres de l’Amérique45.

Quevedo et l’esclavage

  • 46 Voir La Destruction des Indes, op. cit., « Introduction ».

47Dès les premiers temps de la conquête, Isabelle la Catholique s’opposa à la mise en esclavage des Indiens. La question sembla réglée en 1551-1552, après la Controverse de Valladolid qui opposa Las Casas, Défenseur des Indiens, et Ginés de Sepúlveda, aristotélicien, admirateur de l’empire romain, et favorable aux colonisateurs. Or, Las Casas, pour défendre les Indiens et les intérêts de l’Espagne, avait proposé entre 1516 et 1520 l’introduction dans les Indes d’esclaves noirs, qu’il pensait plus résistants au travail46.

  • 47 Antonio Domínguez Ortiz, « La esclavitud en la edad moderna », Estudios de historia moderna de Espa (...)

48Hérité du Moyen Âge, l’esclavage était en Espagne bien accepté. Sous Philippe II, ils étaient quelque cent mille, noirs ou blancs – captifs musulmans, turcs, morisques réduits lors de la rébellion de 1568, ou esclaves noirs vendus par les marchands portugais qui en avaient le monopole. Les esclaves noirs étaient appréciés pour leur gentillesse, leur gaîté, leur obéissance et fidélité, la facilité avec laquelle ils se convertissaient : on se méfiait des Turcs et des Maures. Beaucoup étaient au service de grands seigneurs ou d’artisans et commerçants, dont ils étaient parfois les hommes de confiance ; nombre d’entre eux jouissaient d’une grande liberté ; il leur arrivait de s’enrichir et d’acheter leur liberté. Ils étaient rarement maltraités. C’était un esclavage « patriarcal ». Beaucoup plus dure était la condition des esclaves du roi, qui les employait dans les mines, les constructions militaires ou à la rame dans les galères : leur vie était celle des esclaves coloniaux. Le sort de tous était précaire, car ils pouvaient être vendus. Tous étaient réputés capturés dans des guerres « justes », et donc « justement vendus », ou barbares, ou infidèles. On acceptait mal la doctrine aristotélicienne de la servitude par nature : les hommes avaient tous été créés parfaits. On acceptait la servitude stricto sensu – par châtiment, pour dette, par guerre juste et juste vente47.

49La publication à Rome, en 1591, des Relatione del Reame di Congo et delle cirunvicine contrade, rédigées par l’humaniste italien Filippo Pigafetta et le négociant portugais Duarte Lopes, ambassadeur du roi du Congo, allait mettre fin à l’illusion de la juste guerre, et de la juste vente : y est montrée la piété chrétienne des rois du Congo, convertis dès le début du XVIe siècle, et la facilité avec laquelle se convertissait leur peuple ; leur roi se plaignait de ce que, parmi les esclaves captifs de guerre, se trouvaient des chrétiens de son royaume et même « nos parents ».

50C’est encore dans La Hora de todos que Quevedo insère, vers 1637-38, un conte mettant en scène des esclaves noirs réunis pour « traiter de leur liberté » : sont-ils esclaves pour leurs cheveux crépus, leurs nez épatés ? Bien des Blancs n’ont-ils pas les mêmes ? Ne vaudrait-il pas mieux réduire en esclavage les Blancs à très grands nez, ou les roux, qui ressemblent à Judas ? La « science » de la physiognomonie enseigne en effet que les hommes à nez très court sont doux et affables, tandis que les très grands nez sont signes d’agressivité et de méchanceté. L’orateur qui défend les Noirs proclame que leur peuple n’est ni barbare ni inculte, « de tous temps y ont fleuri des hommes admirables dans les lettres et les armes, en vertu et en sainteté », à l’exemple du roi noir qui vint à Bethléem – vérité de foi. Ils ne doivent pas non plus leur esclavage à quelque forfait, car « leur couleur est un accident et non un délit », conséquence du climat excessivement chaud sous lequel ils sont nés et simple signe de la diversité des hommes et des peuples sous des climats différents – autre vérité de foi.

51Pour Quevedo, l’esclavage des Noirs ou des Indiens est injustifié. Sa haine pour les Juifs n’en est que plus impressionnante. On se souvient de la malédiction qu’il jette dans España defendida – « maudite génération ! »à l’adresse des Juifs réfugiés à Tolède et qui, selon lui, ont effacé de l’Espagne sa langue, son vocabulaire, ses œuvres et sa noblesse : au contraire des dix Tribus perdues qui purent peupler le Nouveau Monde six siècles avant Jésus-Christ, ceux-là se sont rendus coupables de la mort du Christ. C’est là, bien entendu, une vérité de foi, et Quevedo perd à ce sujet tout esprit critique. Ainsi est-il prêt à accepter en 1632, à propos de la flagellation d’un crucifix par des conversos – une rumeur –, que l’image du Christ, preuve de leur culpabilité, se mit à saigner et à interpeller ses « bourreaux ». Le pamphlet que l’on a récemment retrouvé de lui, Execración contra los Judíos, où il accumule dans son texte citations de l’Écriture Sainte et de la littérature patristique, offre un exemple éloquent de ce parti-pris obsessionnel, partagé par la très grande majorité des Espagnols.

52S’il défend les Indiens et les Noirs avec une lucidité qui l’honore et selon une doctrine apprise de l’Église, il hait les Juifs, et surtout les conversos portugais, qu’il pense complices des Turcs et Hollandais. Il les hait comme le lui ont appris les Pères de l’Église, et fait siennes les pires légendes anti-judaïques héritées du Moyen Âge : sa haine est à la mesure de son amour pour le Christ Crucifié.

53Pour lutter contre l’hérésie, en 1559, Philippe II ferma ses frontières aux livres étrangers et obligea les étudiants espagnols de l’Université de Louvain à regagner l’Espagne, mettant fin aux libres échanges intellectuels avec l’Europe.

  • 48 Galilée proposa au roi le cube optique par l’intermédiaire du Vice-Roi de Naples : on peut penser à (...)

54Philippe III, en 1613, refusa d’adopter la longue-vue que lui offrait Galilée pour améliorer la navigation48 : le Pape ne semblait pas l’apprécier.

L’imaginaire d’un peuple, à un moment donné de son histoire, n’est imaginaire que pour ceux qui ont un autre imaginaire. Cet imaginaire se confond, au moins pour les élites, avec la « science » du moment. Mais la « science » est multiple et n’avance pas d’un pas égal. Parfois, un individu rationnel et génial découvre un moyen de résoudre quelque difficulté de la nature, même s’il reste englué dans d’autres croyances : Kepler (1571-1630) fut un grand astronome, et il fut astrologue, Ambroise Paré créa la chirurgie moderne, et il demeura attaché à la médecine galénique.

Des tabous qui servent les intérêts des hommes de pouvoir, ou leurs obsessions, peuvent aussi s’opposer à toute ouverture favorable au développement des savoirs. Les « vérités de foi », acceptées comme telles sans le contrôle de la raison, peuvent être un frein redoutable aux « simples vérités » de bon sens. El sueño de la razón engendra monstruos (Goya, Los Caprichos, n° 43).

Haut de page

Notes

1 Sauf mention expresse, la traduction est de moi.

2 Le détroit de Gibraltar, jusqu'aux Pyrénées.

3 Un milieu vertueux : « un medio virtuoso ». Notion philosophique empruntée à Aristote. La vertu se trouve toujours entre deux excès – trop ou trop peu.

4 Quevedo emprunte cette vision à Justin, Abrégé des Hostoires Philippiques de Trogue Pompée, XLIV, 9-10 : « Forma terrae prope quadrata, nisi quod artantibus freti litoribus in Pyrenaeum cohit »

5 Strabon (58 av. J.-C. 25 ? après), grand voyageur et géographe renommé dès le Ve s., redécouvert au XVe. Géographie de Strabon, trad. Nouvelle par Amédée Tardieu, Paris, Hachette, 1867. Tome premier, livre ch. I. a.

6 « Justin, de Trogue Pompée » = Justin, abréviateur de Trogue Pompée – Trogue Pompée (Cneius Pompeius Trogus), contemporain d'Auguste, écrivit en 44 livres des Historiae philippicae et totius mundi origines et terrae situs, qui ne sont connues que par l'Abrégé qu'en tira Justin vers 200. L'œuvre fut publiée en 1519.

7 Le Promontoire Sacré, aujourd’hui Cap de Sagres, Portugal, était selon Strabon le plus occidental du monde. Henri le Navigateur (1394-1460) fut le mécène des grandes découvertes portugaises en Afrique : sous son impulsion, le port de Lagos, à 35 km de Sagres, devint un port hauturier où se construisirent les premières caravelles capables d’affronter la haute mer.

8 Historia de la vida del Buscón, llamado don Pablos, ejemplo de vagamundos y espejo de tacaños : unique oeuvre romanesque de Quevedo, courte, humoristique, satirique jusqu’à la caricature, dans la lignée du Lazarillo de Tormes – anonyme – et du Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, dont pourtant elle diffère à bien des égards.

9 Son père est mort en décembre 1586.

10 J. Riandière La Roche, Nouveaux documents quévédiens : une famille à Madrid au temps de Philippe II, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1992.

11 Au collège d’Ocaña, c’est l’enseignement du trivium – grammaire, rhétorique et dialectique ; à l’Université d’Alcalá, c’est le quadrivium – arithmétique, musique, géométrie, astronomie – qui conduit au baccalauréat ès Arts.

12 Les hommes étaient déclarés majeurs à 25 ans.

13 La Hora de todos y la Fortuna con seso, éd. posthume 1650. Pour le lecteur français, la meilleure édition est L’Heure de tous et la Fortune raisonnable – La Hora de todos y la Fortuna con seso. Introd. trad. et notes de J. Bourg, P. Dupont, J. Geneste., Paris, éd. bilingue Aubier-Montaigne, 1980.

14 J. Pérez, L’Espagne du XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1973, pp. 117-118.

15 Sur la légende noire – contre Philippe II, l’Inquisition, les traitements infligés aux Indiens –, Joseph Pérez, L’Espagne du XVIe siècle, op. cit., pp. 122-125.

16 España defendida y los tiempos de ahora contra las calumnias de los noveleros y sediciosos. OEuvre courte, inachevée, dont le manuscrit autographe, sorte de brouillon maintes fois revu et corrigé, conservé dans les archives de la Real Academia de la Historia, a été publié pour la première fois en 1916.

17 José María López Piñero, Ciencia y técnica en la sociedad española de los siglos XVI y XVII. Barcelona, Labor Universitaria, 1979.

18 OEuvres complètes de Justin, Abrégé de l’Histoire Universelle de Trogue Pompée. Trad. française de J. Pierrot et E. Boitard. Paris, Garnier, (s. d.). Pour la Péninsule Ibérique, livre 44.

19 Pedacio Diocórides Anazarbeo, anotado por el doctor Andrés Laguna. Acerca de la materia medicinal y de los venenos mortíferos. Traduzido de lengua griega, en la vulgar castellana, Salamanca, 1586. Andrés Laguna (1499-1559) est humaniste, pharmacologue, botaniste, philosophe, et médecin personnel de Charles-Quint.

20 Doctor A. Laguna, Discurso breve sobre la cura y preservación de la Pestilencia, Amberes, 1556.

21 Théophile Gelée, Médecin ordinaire de la ville de Dieppe, L’anatomie françoise, en forme d’abrégé, recueillie des meilleurs Autheurs qui ont écrit de cette science, À Lyon, MDCXLI (Chap. IV, 6-7).

22 España defendida…, Chap. V.

23 Ibid.

24 Justin, liv. 44, 5 (1-8).

25 Cette étymologie est discutée aujourd’hui avec des arguments fort proches de ceux de Quevedo.

26 Nonius Marcellus (fin IIIe s.-début IVe s.), grammairien et lexicographe latin qui connaissait l’hébreu et le syrien.

27 Jean Tzétzès, philologue et grammairien né à Constantinople vers 1110, mort peu après 1180, connaissait l’hébreu et le syrien.

28 Varón : « Homme de raison, de discrétion et de jugement » (César Oudin, Tesoro de las dos lenguas española y francesa – 1675).

29 Fray Gregorio García, Origen de los Indios del Nuevo Munco e Indias occidentales, 1607. OEuvre dédiée à Saint Thomas d’Aquin.

30 Id., ibid., p. 156.

31 Examen de ingenios para las ciencias. Donde se muestra la diferencia de habilidades que hay en los hombres, y el género de letras que a cada uno responde en particular, 1575.

32 Examen…, édition moderne, Madrid, Editora nacional, 1988, pp. 87-88. Il va de soi que le libre-arbitre peut corriger les tendances de chacun.

33 Histoire Naturelle et Morale des Indes, tant Orientalles qu’Occidentalles, édition française, Paris, 1606. « Avertissement de l’Autheur au Lecteur ».

34 De Natura Novi Orbis libri duo, et De Promulgatione Evangelii apud Barbaros, Sive De procuranda Indorum salute, Libri sex. Autore Iosepho Acosta presbytero Societatis Jesu. Salamanca, 1589. Éd. moderne, trad. esp. et notes par Francisco Mateos, 1952 (cit. 58).

35 De procuranda… Lib. I, cap. XVIII.

36 Origen…, Lib. I, cap. IIII, § 1.

37 … par génération spontanée.

38 Historia Natural y Moral de las Indias, Sevilla, 1590. Trad. en français en 1598.

39 L’étude en revient à l’École de Salamanque et à Francisco de Victoria.

40 Acosta, Historia naural y moral de las Indias, Séville, 1590, Lib.II, cap. II et sq. : « Il n’est pas licite de faire la guerre aux Barbares à cause de leur infidélité, même si elle est opiniâtre », etc.

41 Id., De procuranda Indorum salute (1588), lib. II, cap. II.

42 Bartolomé de Las Casas, La destrucción de las Indias (1552) ; excellente édition en français, à Paris, Éditions Chandeigne, 1995 : La destruction des Indes de Bartolomé de las Casas, trad. de Jacques de Maggrove (1579), gravures de Théodore de Bry (1598). Introduction historique d’A. Milhou, établissement du texte et analyse iconographique de J.-P. Duviols.

43 Lince de Italia u zahorí español. Écrit en 1628, publié en 1852.

44 L’Heure de tous ou la Fortune raisonnable, op. cit.,Tableau XXXVI.

45 Alonso de Ovalle, Histórica relación del Reyno de Chile y de las misiones y ministerios que exercita en él la Compañía de Jesús, Roma, 1646, Lib. II, III.

46 Voir La Destruction des Indes, op. cit., « Introduction ».

47 Antonio Domínguez Ortiz, « La esclavitud en la edad moderna », Estudios de historia moderna de España, Instituto Balmes de Sociología, C.S.I.C., 2 vol. , 1949-1952.

48 Galilée proposa au roi le cube optique par l’intermédiaire du Vice-Roi de Naples : on peut penser à juste titre que Quevedo, qui admirait l’invention, en eut connaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josette Riandière La Roche, « Entre deux mers, d’un savoir à l’autre, Francisco de Quevedo (1580-1645) : aspects de l’imaginaire espagnol au temps des Habsbourg », Babel, 29 | 2014, 77-98.

Référence électronique

Josette Riandière La Roche, « Entre deux mers, d’un savoir à l’autre, Francisco de Quevedo (1580-1645) : aspects de l’imaginaire espagnol au temps des Habsbourg », Babel [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/3610 ; DOI : 10.4000/babel.3610

Haut de page

Auteur

Josette Riandière La Roche

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org