Navigation – Plan du site
Odyssées...

Topographie imaginaire, topographie des imaginaires. Méditerranée et Atlantique dans l’espace des Voyages Imaginaires (1787-1789) édités par C.A. Garnier

Martine Jacques
p. 57-74

Résumés

Dans les Voyages Imaginaires de C.A. Garnier (1787-1789), les espaces convoqués le sont toujours en fonction de la potentialité qu’ils portent en eux de permettre le déploiement du voyage. Parmi ceux-là, l’espace maritime est privilégié, quantitativement et qualitativement. Il constitue même le principal lieu de convergence de textes par ailleurs extrêmement hétérogènes car il renvoie au geste prométhéen que constituent aussi bien l’utopie, le romanesque, que le merveilleux. Parmi ces espaces, la Méditerranée et l’Atlantique sont largement privilégiés. Ils se mêlent parfois, sans toutefois se confondre, car ils renvoient à des genres et à des topiques différentes. On peut cependant lire leurs relations au sein des œuvres de la somme comme la tentative, finalement avortée, d’unir des régimes textuels différents, voire divergents.

Haut de page

Texte intégral

1Les mondes méditerranéen et atlantique constituent à l’évidence des espaces fantasmés autant que réels. C’est pourquoi les formes romanesques antiques et modernes s’en sont saisi avec une vigueur égale, et peut-être même supérieure, à celle dont ont fait preuve les récits de voyage consacrés à ces mêmes espaces dans leur dimension référentielle.

  • 1 Voyages imaginaires, romanesques, merveilleux, allégoriques, amusants, comiques et critiques, suivi (...)

2Le voyage imaginaire (sous les formes du récit d’aventure comme sous celles de l’utopie) s’est révélé particulièrement avide de ces lieux, saisis surtout dans leur dimension maritime et côtière. Pour s’en rendre compte, il suffit de se replonger dans la collection publiée entre 1787 et 1789 par Charles-Antoine Garnier sous le titre Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques1. L’analyse globale de ces textes en matière d’espaces maritimes convoqués permettra, on l’espère, de dégager une représentation comparée des imaginaires constitués autour de la Méditerranée et de l’Atlantique et d’examiner quels pouvaient être les habitus communs aux lecteurs honnêtement cultivés de la fin du siècle des Lumières en matière de topiques portées par cette double spatialité.

3En partant d’un relevé exhaustif des lieux décrits dans les quelque soixante-dix textes présentés, il est possible d’analyser comment la somme use de ces mondes, dans quelles proportions elle les mobilise, selon quelles modalités et pour quels effets car, de cette lecture statistique, nous verrons émerger une géographie anamorphique dont il faudra comprendre et expliciter les effets de distorsion. Au-delà de cette approche quantitative, une étude centrée sur les espaces maritimes méditerranéens et atlantiques tels qu’ils sont investis par l’entreprise éditoriale de C.A. Garnier mettra nécessairement en évidence un imaginaire commun au voyage maritime, à sa symbolique et à ses enjeux, aussi bien éthiques qu’esthétiques. Mais elle dégagera également des différences, des variabilités entre la représentation littéraire et fictive de l’Atlantique et celle de la Méditerranée. On pourra enfin établir assez aisément que ces contiguïtés et discontinuités sont essentiellement liées à des différences génériques impliquant des topiques variées. Ces dernières sont inscrites dans une tradition de longue durée mise en lumière par les préfaces de C.A. Garnier, qui viennent justifier et éclairer ses choix éditoriaux.

Un univers global : principes de construction des espaces dans les Voyages Imaginaires

  • 2 Voyages imaginaires contenant un recueil de naufrages véritables pour faire suite aux naufrages apo (...)
  • 3 Dans la première classe, on distingue une première division, « Les voyages imaginaires romanesques  (...)

4Les Voyages Imaginaires, publiés juste avant les débuts de la Révolution française, constituent une somme de trente-neuf volumes, dont trente-six réservés aux voyages fictifs à proprement parler, et trois qui forment un Supplément aux Voyages Imaginaires contenant un recueil de naufrages véritables2. L’ensemble est organisé en plusieurs « classes », elles-mêmes partagées en « divisions »3. Le lexique ici mobilisé pour l’organisation de la parution affiche la volonté éditoriale de ne pas se limiter à une simple édition de textes européens publiés entre le XVIe et le XVIIIe siècle, appréciés du public mais devenus peu accessibles, ou bien de quelques œuvres inédites à découvrir. Pour Garnier, il s’agit plutôt de construire, par le choix raisonné de ces récits et le discours préfaciel qui les encadre, un véritable savoir de nature encyclopédique sur ces romans. Cette somme, fascinante mais aussi déroutante pour le lecteur contemporain du fait de son apparente hétérogénéité, se revendique clairement comme un lieu d’analyse (ou pour le moins de monstration) des topiques inhérentes aux récits romanesques incluant toutes les formes possibles du voyage.

  • 4 Garnier, Tome I, 9.

5L’auteur, très probable collaborateur de la Bibliothèque Universelle des Romans, a repris à son compte, à la suite du marquis d’Argenson et dans une perspective voltairienne, une approche nouvelle qui fait du livre, non la simple expression d’un imaginaire individuel, mais l’un des supports privilégiés de l’analyse sociologique dans le cadre nouveau de l’histoire des mentalités. Le lecteur des Voyages Imaginaires est donc amené à prendre un double positionnement. Il est encouragé à ne pas négliger le plaisir du récit et à jeter sur les textes un regard de récepteur « naïf » qui prend un plaisir simple à découvrir une multiplicité de récits fictifs, remplis d’aventures, de fantaisie, de sujets d’étonnement, voire de réflexions philosophiques ou politiques pour certains d’entre eux. « Tels seront les principaux événements que nous ferons parcourir à nos lecteurs dans cette première partie des Voyages imaginaires, destinés aux voyages purement romanesques. Critique, morale, philosophie, peintures intéressantes : nous comptons parler alternativement à l’esprit, pour l’amuser et l’instruire, et au cœur pour le toucher »4 . Par ailleurs, il s’agit pour l’abonné de cette publication périodique de ne pas hésiter à mettre les textes en relation, à en distinguer points communs et différences ; dans la préface de chaque tome le rédacteur s’attache à évoquer brièvement ce qui a été déjà été publié pour donner continuité et sens à son propos. La lecture devient ainsi une sorte de voyage de découverte sur la vaste mer des textes :

  • 5 Ibid., 1.

Le voyageur décrit les terres qu’il a parcourues et raconte ce qui lui est arrivé chez des peuples jusqu’alors inconnus et dont il nous transmet les mœurs et les usages : mais le philosophe a une autre manière de voyager ; sans autre guide que son imagination, il se transporte dans des mondes nouveaux, où il recueille des observations qui ne sont ni moins intéressantes ni moins précieuses. Suivons-le dans ses courses, et soyons assurés de rapporter autant de fruit de nos voyages que si nous avions fait le tour du monde5.

6Ainsi l’espace maritime est-il double dans les Voyages Imaginaires ; avant même d’être objet de représentation mimétique, il est d’abord convoqué métaphoriquement dans l’espace discursif des textes. Lire, c’est appareiller pour d’autres mondes.

7Pour autant, tous les livres ne peuvent répondre au projet de C.A. Garnier qui n’est pas celui de la Bibliothèque borgésienne : il faut trier parmi la production immense et sans bornes et choisir parmi les destinations celles que l’éditeur mettra un point d’honneur à justifier. Le projet éditorial ne peut qu’être soumis à un principe de tri et d’organisation, sinon la somme risque de se diluer dans le tout ; le voyage, pour ne pas devenir sans fin, se doit d’avoir un but. Il s’agit de confronter le lecteur à des récits répondant aux ambitions liminairement affirmées, et si l’éditeur est plus discret et moins interventionniste que dans le cadre de La Bibliothèque Universelle où les textes sont le plus souvent réécrits, son rôle n’est cependant pas négligeable.

  • 6 L’auteur insiste sur la nécessité de ce choix dans le cadre logique de la somme : « On a fait suivr (...)
  • 7 Ici la justification relève de ce même souci de critérisation : « Nous ne donnons point ici un choi (...)

8Certes, il propose en majorité des textes intégraux, mais il n’hésite pas à les présenter en traduction française lorsqu’ils sont de langue étrangère, avec ce que cela implique de marge d’interprétation en ces temps de « Belles infidèles ». Il peut aussi lui arriver de ne choisir qu’un extrait précis d’une œuvre lorsque ce dernier lui a semblé tout particulièrement répondre aux critères de dépaysement fictif inhérents aux principes de construction de la somme qu’il a initialement déterminés. Ainsi de l’épisode des Troglodytes dans les Lettres Persanes de Montesquieu, au tome X6, ou bien encore de celui de L’Île Enchantée tiré des Lusiades de Camoens, et placé au tome XXVII7. L’un renvoie à ce que l’on a coutume de nommer l’Arabie heureuse, et l’autre à une mer de Chine encore largement mythique, donc à des espaces très divers, mais tous deux appartiennent à la somme dans la mesure où ils évoquent, au moins sous la forme d’une sorte de métaphore, un ailleurs exotique examiné comme tel. Les termes de « peuple » ou encore de « Royaume » permettent en effet de situer ces narrations dans l’esthétique du récit de voyage, fictif ou réel peu importe, par des connotations qui les relient à la découverte géographique, ainsi qu’à l’étude ethnographique, qui lui est de plus en plus souvent associée.

9Ainsi les espaces convoqués le sont-ils moins dans leurs enjeux référentiels, très variés, que pour les formes discursives associées à leur représentation. Même si cela peut sembler tautologique, il est bon de préciser qu’un espace n’entre dans le cadre textuel des Voyages Imaginaires que dans la mesure où il est traversé par le regard d’un voyageur, avec ce que cela implique de spécifique dans les objets regardés comme dans l’organisation textuelle qui est chargée de rendre compte de ce regard. Il en va aussi bien des terres émergées que des espaces maritimes.

Variété des espaces mobilisés par la somme des Voyages Imaginaires

10Il est peu fréquent, en effet, que les espaces qui ont fait l’objet d’un choix attentif de l’éditeur, comme on l’a montré, soient visités sans que le voyage maritime ait été, à un moment ou un autre du récit, mobilisé par la structure narrative. C’est ici que l’étude quantitative va permettre de saisir concrètement la prégnance de certains topoi dans ce cadre à la fois clos et structuré.

  • 8 Dans Description de l’Île de Portraiture et de la ville des Portraits, Charles Sorel précise : « On (...)
  • 9 Dans Histoire de Monsieur Oufle par l’Abbé Bordelon, retouchée et réduite par M.G., qui se veut une (...)
  • 10 Garnier, XII, p. 385 et sq.

11Seuls deux textes refusent ouvertement de situer géographiquement leur récit, soit en affichant leur localisation comme une pure convention8, soit en la refusant ouvertement9. Ailleurs, même dans les récits pour qui le voyage en mer est réduit à son minimum, objet d’un simple sommaire au sens genettien du terme, ce dernier demeure le plus souvent le vecteur nécessaire à l’accès à une île ou à un rivage jusque-là ignorés des voyageurs. Qu’ils y aboutissent par curiosité et/ou par nécessité après un naufrage, seuls les hommes ayant eu, volontairement ou non, à se confronter à la mer sont source des découvertes aussi bien que des récits qui en rendent compte. Le topos du voyage par la mer est si puissant qu’il peut même, en une occurrence, glisser de l’espace maritime à la topographie fluviale sans que ses données essentielles en soient modifiées. Ainsi de La relation du naufrage de Mme Godin sur la rivière des Amazones10. Le récit se révèle particulièrement funeste et pathétique puisqu’il décrit la mort de faim et d’épuisement de tout un groupe d’Européens se rendant de Quito à la Guyane française, et dont l’héroïne éponyme sera finalement l’unique survivante. Le texte, original par sa localisation, reprend néanmoins le schéma classique d’un naufrage suivi de la découverte d’une terre inconnue et sauvage, sorte d’île placée ici au sein de la mer que forme métaphoriquement le bassin de l’immense fleuve Amazone.

  • 11 Garnier, XXX, p. 163 et sq.

12Seuls les textes qui évoquent les espaces européens se concentrent davantage sur le voyage terrestre : il n’est guère étonnant que la Raison fasse le tour de l’Europe en voyageant par coche plus souvent qu’en embarquant. Pour ce qui les concerne, les Voyages amusants, comiques et critiques des tomes XXVIII à XXX, centrés sur la France, relatent tous des déplacements par « voiture », sources considérables d’ennuis et de petites aventures, sortes de naufrages terrestres sans grand danger. On constate de plus que ces transports lents et incommodes deviennent la cause de brefs récits fictifs enchâssés, échangés par les voyageurs et destinés à faire passer le temps, comme c’est le cas pour le petit groupe de la Voiture Embourbée qu’écrivit Marivaux dans sa jeunesse11.

  • 12 Garnier, XXV, p. 223 et sq.
  • 13 Garnier, XX et XXI.
  • 14 Garnier, VI.

13Quelques autres textes, plus exotiques pourtant, se centrent aussi sur un espace continental, essentiellement méditerranéen ou oriental. On pense aux Troglodytes de Montesquieu déjà cités, bien que le récit les concernant relève davantage de la narration historique et sociologique que du récit de voyage proprement dit. Dans la même aire géographique, les Princes de Sérendip sont, quant à eux, avant tout des voyageurs terrestres, arpenteurs infatigables d’un Orient et d’un Extrême-Orient enchantés12. L’Égypte, en tant que royaume des anciens mystères visité depuis Hérodote et lieu d’ouverture sur le désert, est également mobilisée à quelques reprises ; on peut citer dans cette veine le long et délirant roman Lamékis du Chevalier de Mouhy13, ou encore l’utopie mezzoranienne inscrite au cœur des Mémoires de Gaudence de Lucques14. Toutefois dans ces récits, centrés sur l’espace terrestre ou même infra-terrestre, on trouve également aventures barbaresques et voyages en mer périlleux.

  • 15 Garnier, XV, p. 367 et sq.

14Plus rare, dans la division des Voyages Imaginaires Merveilleux, on peut citer Les Voyages Récréatifs du Chevalier de Quevedo15, entièrement centrés sur le Toboso, région espagnole rendue célèbre par Cervantès ; elle est ici mobilisée comme un évident hommage intertextuel afin d’instaurer un jeu ironique avec les codes du récit de voyage et d’aventures, jeu qui est affiché dès l’incipit :

  • 16 Garnier, Tome XV, p. 375.

Les voyageurs passent communément pour menteurs. Je suis persuadé qu’il n’y a point de règle sans exception, en cette matière comme en toute autre. Le principe concerne les nobles aventuriers qui ont porté les armes dans les troupes de tous les souverains connus et qui ont fait partout des prodiges de valeur ; qui ont parcouru les Indes orientales et occidentales, les déserts de l’Afrique et de la Tartarie, qui ont pénétré jusque dans les États du prêtre Jean, du grand et du petit Tibet, qui ont passé et repassé la ligne et qui ont fait dix fois le tour du monde. Qu’on ne s’attende pas à des détails aussi curieux en lisant mes voyages ; je n’ai jamais aimé à changer d’air. J’aurai craint le froid en allant du côté du nord et j’eusse encore eu plus de sujets de craindre en exposant ma tête qui n’est pas des plus saines aux coups du soleil du midi. Je ne suis hardi que près de mon foyer comme les chiens de garde et je n’ai voyagé que dans nos provinces. Que ceux qui aiment le récit des grands évènements ne me lisent pas, je les en dispense16.

  • 17 Garnier, Tome XXII.

15Cependant le narrateur, si casanier qu’il aime à s’afficher, ne se contentera bien sûr pas de cette terre peu exotique puisque, dans les livres III et IV de son récit (effet possible d’une « tête qui n’est pas des plus saines »), il sera entraîné à découvrir le monde souterrain, et même les Enfers. On voit ici apparaître l’un des deux espaces de voyage concurrentiels de l’espace maritime : le voyage souterrain, la chute via l’antre et le gouffre. On trouve symétriquement le voyage aérien, qu’il nécessite la construction d’un engin inédit, comme c’est le cas pour Cyrano, ou bien l’intervention d’un génie comme dans Les Aventures du voyageur aérien17. Si ces voyages frappent l’imagination du lecteur, ils sont cependant peu nombreux au regard de l’ensemble de la somme.

16Seuls sept tomes et une dizaine de récits font appel au voyage dans les airs et trois seulement passent explicitement par le voyage souterrain. En revanche, vingt-deux tomes mobilisent le voyage maritime ; quoi qu’en dise le Chevalier de Quevedo, la mer demeure un topos largement utilisé, capable de mobiliser le lecteur en ce qu’il correspond à un horizon d’attente clair. Si l’on s’attache à la date de parution initiale des textes concernés, on constate également une remarquable permanence chronologique de ce topos. Le voyage en mer est et demeure la source et le moteur incontestable des fictions du voyage à la fin du XVIIIe siècle.

L’espace maritime : du principe unificateur aux jeux d’anamorphoses

17L’éditeur de la somme est d’ailleurs éminemment conscient de cet état de fait et le justifie en l’associant, dès son introduction, à la tradition antique qui fait de la mer le lieu de tous les possibles et de tous les dangers :

  • 18 Avertissement de l’éditeur, Garnier, tome I, pp. 3-4.

La mer et son inconstance, la perfidie des hommes, la cruauté des pirates, l’inclémence des saisons, l’ingratitude du sol, vont nous fournir une galerie de tableaux, tristes à la vérité mais intéressants. Une foule de maux assiégeait déjà l’humanité, la présomptueuse témérité de quelques mortels en a beaucoup augmenté le nombre. Ne placerons-nous pas avec Horace une triple plaque d’airain sur la poitrine de celui qui le premier hasarda sa vie au milieu des mers ? Illi robur et aes triplex. Les naufrages et les sinistres aventures qui vont s’offrir à nos yeux nous feront partager les plaintes et les regrets du poète latin18.

  • 19 « Illi robur et aes triplex/ circa pectus erat qui fragilem truci/ commisit pelago ratem/ primus [… (...)

18Ainsi l’entreprise éditoriale, centrée sur des textes de la modernité européenne d’alors, se cherche-t-elle une légitimité ; en choisissant les Odes d’Horace, elle s’éloigne des modèles romanesques contemporains pour s’inscrire avec davantage de force dans une tradition purement classique dont le phare esthétique revendiqué est justement l’Art poétique du même auteur. La citation qu’il en fait renvoie à un texte fameux (Odes, I, 3) rédigé à l’occasion du projet de départ en bateau du poète Virgile pour la Grèce. Le poème insiste sur le courage froid nécessaire au marin avant de réfléchir plus avant sur l’exemple que constitue ce dernier d’un refus de la simple condition humaine. Tout marin, pour Horace, s’inscrit dans la tradition prométhéenne19.

19Là où les Dieux ont mis des frontières naturelles, les hommes se sont acharnés à les repousser. Il est particulièrement habile de placer cette citation à l’orée d’une somme qui va unir aventures et utopies car ce qui unit ces récits, c’est bien le geste de révolte contre le destin humain qu’ils illustrent, les uns comme les autres. L’espace maritime, qu’il fût méditerranéen, comme chez le poète, ou étendu à tous les océans que le monde moderne sillonne désormais, est ainsi le principe même d’unification des récits proposés. Sa conquête devient la métaphore de la tentation prométhéenne que représente chacun de ces récits, qu’il s’agisse de romans d’aventures, d’utopies, de récits merveilleux ou fantasmatiques. La somme, qui semble si hétérogène au regard d’un lecteur d’aujourd’hui, prend ainsi consistance et fermeté ; elle s’agrège autour de la symbolique classique du voyage maritime et l’élargissement moderne des espaces qu’elle introduit n’en change pas encore radicalement le sens.

  • 20 Voyage de Nicolas Klimius dans la région souterraine, Garnier, tome XIX, p. 16.
  • 21 Garnier, tome XIX, p. 367 et sq.
  • 22 Garnier, tome XIX.
  • 23 Garnier, tomes VII, VIII et IX.

20Dans cette somme romanesque, il n’est, en effet, pas une mer qui ne soit mobilisée ; le voyage imaginaire propose une circumnavigation à son lecteur et une recension minutieuse des trajets montre qu’il n’est pas d’espace totalement vierge. Mers de l’extrême Nord comme de l’extrême Sud, via le mythe des Terres Australes, sont toutes mobilisées, essentiellement comme lieux de passage vers des mondes jusque-là inédits, et le plus souvent totalement imaginaires, voire fantasmatiques. Au tome XIX, Nicolas Klimius tombe sur la planète Nazar, monde parallèle peuplé d’arbres animés, à la suite d’une expédition vers le Nord de la Norvège20. Le second récit de ce même tome propose une Relation du pôle arctique au pôle Antarctique21 dans laquelle un tourbillon mystérieux entraîne le narrateur du Groenland vers les Mers du Sud, où il assiste à d’étranges phénomènes naturels ou surnaturels. Le mythe du Continent Austral est encore exploité, même si de nombreux Voyages imaginaires romanesques semblent peu à peu entériner son inexistence et préfèrent se centrer autour de terres en cours de reconnaissance comme l’Australie et, en particulier, la Tasmanie, citée dès Gulliver sous son nom primitif de Terre de Van Diemen22. D’une manière générale, le Pacifique est mobilisé à de multiples reprises : on compte onze titres centrés sur cet espace. La mer de Chine et le golfe indien, infestés de pirates et parsemés d’un chapelet d’îles non encore répertoriées, constituent en effet un très beau décor pour certains romans d’aventures, voire pour quelques utopies comme L’Île inconnue de Grivel23.

  • 24 Garnier, tome XIII, p. 121 et sq.
  • 25 Voyage, naufrage et conservation miraculeuse de Richard Castelman, Garnier, Tome XI, p. 367.
  • 26 Garnier, tome XII, p. 211 et sq.

21Toutefois si le Pacifique, encore vierge pour une part, sollicite bel et bien l’imaginaire des auteurs, il est, et de très loin, devancé par un océan Atlantique sillonné de toutes parts et en tous sens. Lorsqu’on dresse une cartographie des trajets qui concernent sa traversée, dix-neuf textes se déroulent, pour une part ou complètement, sur ses bords. Et si l’on ajoute aux romans les récits de naufrage présentés comme réels dans les deux tomes de supplément, cette prégnance augmente encore. On s’élance à la conquête du monde atlantique depuis l’Angleterre, la France ou l’Espagne, et l’on se dirige davantage vers l’Amérique Centrale et celle du Sud (alors effectivement bien davantage colonisées) que vers l’Amérique du Nord. Trois textes seulement se réfèrent directement à cette dernière : on se souvient que Cyrano atterrit d’abord à la Nouvelle France avant de repartir vers la Lune24 ; le Voyage de Richard Castelman25 est une découverte de la Pennsylvannie depuis Charlestown et prend la forme d’un récit de voyage non fictif centré sur la description des pays découverts, et non sur des vies héroïques. Enfin, le Naufrage et aventures de Pierre Viaud26 (présenté comme un récit fictif par l’éditeur Garnier, mais non par son auteur) rapporte un premier récit d’anthropophagie aux larges des côtes de la Nouvelle York, suite à un naufrage, afin d’authentifier le second, qui se déroule sur plusieurs semaines entre Cuba et les Appalaches.

  • 27 Le Nouveau Gulliver, ou Voyages de Jean Gulliver, fils du Capitaine Lemuel Gulliver, Garnier, tome (...)

22Tous les autres textes « atlantiques » se déroulent sur les côtes Est et Ouest de l’Amérique du Sud car, si le Cap Horn est encore peu fréquenté, moins en tout cas que celui de Bonne Espérance (trois occurrences contre six), il est devenu franchissable. Ainsi de Gulliver et de sa descendance : le premier vit ses aventures entre Mer de Chine et Atlantique quand son rejeton, imaginé par l’Abbé Desfontaines, circumnavigue et traverse le Pacifique pour revenir par l’Ouest27. Ainsi les espaces maritimes cessent-ils d’être inéluctablement séparés : la terre s’unifie par ses eaux et les fictions du voyage en rendent parfaitement compte.

  • 28 Voyage d’Alcimédon ou voyage qui conduit au port, Garnier, tome X.
  • 29 Garnier, tome X, p. 101 et sq.

23Dans ce cadre, la Méditerranée, qui pourrait, par comparaison, sembler minuscule en termes d’espace maritime, est pourtant largement mobilisée. Plus de vingt-cinq textes, dans toutes les sections des Voyages Imaginaires, évoquent directement ou indirectement l’espace méditerranéen. Ce dernier bénéficie d’un double mode d’ancrage dans les récits. D’une part, la Méditerranée est la topique initiale, la matrice de tous les grands récits. On l’a vu, elle demeure le lieu des tempêtes, des monstres et des défis qu’évoquait Horace. Elle incarne la tradition du voyage dans ses dimensions épiques et culturelles ; elle est, depuis l’Odyssée et Les Argonautiques, la matrice des grands récits maritimes. Par ses multiples îles, elle peut aussi accueillir de nombreuses utopies aux connotations antiquisantes. Le tome X des Voyages Imaginaires en est un merveilleux exemple. Il débute par une brève utopie dans laquelle un philosophe dénommé Alcimédon découvre l’île de Philos, où règne un amour épuré et raisonnable, qui amène les jeunes filles à préférer les vieillards à leurs congénères (sic !)28. Dans ce bref récit, pas d’indications géographiques sérieuses mais un ton uniformément antiquisant grâce au jeu des épigraphes, à la constante mobilisation de l’onomastique classique ainsi que des conventions bucoliques, ensemble de traits si marqués qu’ils finissent par rendre le texte parodique. Le second récit, intitulé Les Îles Fortunées ou les aventures de Bathylle et de Cléobule29, est l’œuvre d’un répétiteur de grec, Moutonnet de Clairfons, qui n’ignore rien du roman alexandrin et de la place qu’il accorde aux aventures maritimes. La Méditerranée, non dans sa réalité géographique, mais dans ses connotations littéraires, ne cesse d’être convoquée. Il est logique que, dans cette somme qui souhaite aussi fonctionner comme une généalogie du genre, elle apparaisse surreprésentée au regard de sa dimension géographique.

Méditerranée et Atlantique : continuités, contiguïtés, disparités

  • 30 Voir à ce sujet Juliette Vion-Dury, « Tanger ou le partage des eaux », in Bertrand Westphal (dir.), (...)
  • 31 Voir Pierre Vidal-Naquet, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Le (...)
  • 32 Garnier, tome XIII, p. 3.

24Cet effet de distorsion est paradoxalement renforcé par la conquête moderne des espaces océaniques. Alors qu’autrefois les infranchissables colonnes d’Hercule venaient clore la Méditerranée, désormais les voyages transatlantiques l’ouvrent. C’est un second mode d’ancrage dans la somme des récits qui favorisent la présence de la Méditerranée. L’Antiquité propose déjà des formes de contiguïté entre le domaine méditerranéen et le monde atlantique30. Mais ce dernier n’est alors qu’un non-lieu : au-delà des colonnes d’Hercule s’étendent les mondes inconnus et mystérieux, interdits aux marins antiques soucieux de rester près des côtes. Domaine de l’Atlantide31 et de L’Histoire véritable, le monde atlantique de l’Antiquité fonctionne comme l’espace de la genèse des mythes et des utopies. Lucien, dont la traduction par Perrot d’Ablancourt est rééditée au début du tome XIII comme étant l’archétype des « Voyages Imaginaires merveilleux », affirme la dimension fictionnelle de son récit avant même de le commencer : « un jour, touchés d’un noble désir de voir et d’apprendre des choses nouvelles, nous nous embarquâmes cinquante que nous étions dans un vaisseau bien équipé et fourni d’un bon pilote, et cinglâmes vers les colonnes d’Hercule et vers la mer atlantique, pour découvrir la grandeur de l’océan et voir s’il y avait quelques peuples au-delà »32. La Méditerranée n’a jamais été un lac et, depuis l’Antiquité, l’Atlantique en est le prolongement merveilleux et inquiétant.

  • 33 Garnier, tomes X, p. 297 et sq.

25Toutefois, les récits modernes vont établir des liens de nature différente entre les deux espaces ; ces derniers vont s’inscrire dans un récit continu : l’Atlantique devient alors un espace réel, un espace du réel qui peut faire écho à l’espace bien connu de la Méditerranée. Cette dernière, désenclavée grâce à ces nouvelles routes maritimes qui partent des Îles Fortunées et du Sud de l’Espagne pour rejoindre aussi bien les côtes de l’Afrique que celle de l’Amérique du Sud, sert alors d’ouverture aux grands voyages océaniques. Elle devient un espace brièvement initiatique, ou plus modestement un lieu de répétition générale avant qu’une aventure plus grande, plus dangereuse, plus fondatrice, ne vienne définitivement consacrer le héros. L’archétype des romans d’aventure que constitue Robinson Crusoë et qui inaugure, aux tomes I, II et III, l’entreprise éditoriale de C.A. Garnier, fonctionne sur ce modèle. Avant de se retrouver sur son île déserte, Robinson a d’abord connu le sort d’un prisonnier des pirates de Salé, face à Rabat. Une fois évadé, il réembarque par appât du gain, en mauvais fils qu’il est, aussi ingrat envers son propre père qu’à l’égard de la Providence divine qui l’avait pourtant délivré d’un premier danger. Cette structure, dont la valeur allégorique est soulignée par Defoe à de multiples reprises, se retrouve dans d’autres textes comme Les Voyages de Robert Boyle33, qui ne prennent pas toujours le soin de l’expliciter mais ne se privent pas de la réactiver. Dans ce classique roman d’aventures maritimes, le héros éponyme commence ses périples entre Barbarie et Turquie, Maroc et ville de Naples avant, par désespoir amoureux, de devenir gentilhomme de fortune aux larges des côtes de Saint-Domingue et de Mexico. Mais la Terre, au XVIIIe siècle, est vraiment devenue ronde ; elle l’est aussi dans le monde des romans d’aventures modernes dont rendent compte Les Voyages Imaginaires. Une fois à Lima, Robert Boyle rentre en contournant le continent américain, en rejoignant ensuite la Turquie puis le port d’Ostie avant de se rendre en Angleterre pour découvrir le pays de sa bien-aimée dont la perte l’a laissé inconsolable. Le récit fonctionnant lui aussi comme une périégèse, le héros voit son tourment amoureux trouver un heureux dénouement une fois qu’il est parvenu en Angleterre, où il finit par retrouver, à la suite de multiples coïncidences, Melle de Villars, l’héroïne qu’il avait crue noyée avant de fuir l’espace méditerranéen par désespoir. Le texte se termine par un long récit rapporté de la jeune femme, entièrement inscrit dans la tradition du récit barbaresque. Ainsi l’espace atlantique ouvre-t-il le roman à des aventures renouvelées, l’élargit-il en le faisant passer du récit de pirates du XVIIe siècle au roman d’aventures et de flibuste qui trouvera ses lettres de noblesse au siècle suivant. Pour autant, l’esthétique demeure encore classique, et c’est bien l’espace méditerranéen qui a le dernier mot ; il est celui du dénouement, du dévoilement et de l’ordre reconstruit.

  • 34 « La sombre tristesse où mes parents me voyaient plongé les engagea à me faire voyager », Garnier, (...)
  • 35 Voir à ce sujet Jean-Claude Laborie, « Les ordres rédempteurs et l’instrumentalisation du récit de (...)
  • 36 « Je suis fâché d’être obligé de dire que les anciens habitants gagnaient beaucoup par leurs pirate (...)

26Il en va de même pour Les Aventures d’un Espagnol, tiré des Mémoires de Don Varasque de Figueroas. Le texte commence ex abrupto, au moment même où s’engage le voyage qui fera l’objet du récit34, choix qui insiste une fois de plus sur la cohérence et la précision de l’entreprise éditoriale. Alors que le jeune homme n’est parti que pour un modeste voyage d’agrément entre Carthagène et Gênes, la mutinerie qui survient sur le navire où il se trouve l’entraîne dans les espaces plus dangereux et plus tourmentés de l’Atlantique. Les mutinés, n’ayant d’autre choix que de devenir pirates et craignant d’être arrêtés s’ils reviennent sur les côtes européennes, se jettent dans la traversée de l’Atlantique, la jugeant la seule forme d’échappatoire à leur portée. Les aventures du narrateur seront nombreuses, du large des côtes brésiliennes à la Jamaïque, mais, comme Robert Boyle, le héros finira par revenir dans l’espace méditerranéen ; c’est à Venise qu’il rentre avec son inséparable ami, mais ce dernier meurt. Le narrateur, désespéré, se retire dans un quelconque hameau où il pourra méditer sur ses malheurs et son dégoût de la vie, mûri prématurément par ses nombreuses aventures. Dans ce texte, le recours narratif au domaine Atlantique amplifie, en même temps qu’il authentifie, le récit. En effet, si la Méditerranée reste dangereuse du fait des raids barbaresques, elle n’est cependant pas un pur espace de sauvagerie. Même les situations des captifs en terre d’Islam sont soumises à des règles et à des compromis35. C’est bien pourquoi les mutinés partent dans un espace moins policé et soumis à des conflits qui s’expriment avec d’autant plus de violence qu’ils sont éloignés des sièges des puissances régnantes. Dans cet espace, la sauvagerie est double. Elle peut être primitive quand les cannibales cernent le héros au point que l’Européen risque de finir lui-même contaminé par cette sauvagerie des lieux : c’est au large des îles d’Amérique Centrale que Viaux se voit contraint de manger son esclave… Elle est également perverse car les hommes blancs qui ont colonisé ces nouveaux États ne sont, bien souvent, que des aventuriers et des hors-la-loi prêts à toutes les formes de violence36 et soumis à tous les désirs : ainsi le viol est-il présent dans la plupart de ces récits. En Atlantique, bien souvent, rien ne sauve les jeunes femmes quand, en Méditerranée, ruse des alliés, tempête opportune ou encore naïveté du barbaresque confinant à la bêtise, parviennent toujours à sauver in extremis la situation et à préserver la virginité de l’héroïne.

Espaces et esthétiques : une tentative de renouvellement

  • 37 Cf. Alain-Michel Boyer, « Pour une typologie du roman d’aventures maritimes (Aux origines du roman (...)

27Finalement, l’espace méditerranéen reste soumis aux normes du récit héroïque et baroque ; l’idéalisation y fonctionne encore largement. Il est d’ailleurs très largement dominant dans les espaces du merveilleux et de l’allégorique. En revanche, dans le cadre du roman d’aventures, la Méditerranée n’est plus qu’un des pôles mobilisés. Elle incarne alors la tradition du roman baroque et de ses sources alexandrines, mais le roman d’aventures, lorsqu’il se tourne vers l’Atlantique, se conjugue avec d’autres formes littéraires et va chercher ailleurs ses topiques37. Il est, en particulier, souvent contaminé par le récit de voyage proprement dit (longues descriptions de peuples, de villes, de côtes, d’éléments naturels). En instaurant le romanesque dans un espace bien moins connu que la Méditerranée, l’auteur se doit de favoriser l’illusion référentielle en apportant au lecteur, encore peu au fait de ces réalités, de quoi alimenter sa curiosité et son adhésion. On peut alors lire ces récits, non comme des monstres hétéronormés, mais bien comme des tentatives de passer d’un régime idéal à un régime réaliste du roman.

28Les espaces maritimes convoqués peuvent alors être perçus comme les indices maladroits d’une modification esthétique : à la Méditerranée, l’idéal classique d’une mer qui est une pure topique et qui n’est jamais ou quasi jamais décrite ; à l’Atlantique, un nouveau régime de véridicité encore à construire. C’est ainsi que l’espace maritime construit par les Voyages Imaginaires, s’il ne fait pas l’objet d’une herméneutique explicite, devient, au sein de l’entreprise éditoriale, aussi bien le cadre de création d’un imaginaire collectif, que le vecteur d’un horizon d’attente renouvelé. En se proposant de faire le bilan de deux siècles de récits de voyage fictifs, Garnier offre à son lecteur, dans la durée et par l’accumulation des textes qu’il soumet à sa lecture, un microcosme révélateur. Il lui tend essentiellement le miroir d’un imaginaire classique encore vivace, mais qui va bientôt disparaître, et dont la somme constitue un ultime témoin.

29Mais, en même temps, elle montre des bouleversements sous-jacents qui donnent naissance à des œuvres hybrides qui n’ont pas trouvé nécessairement leur place dans une esthétique définie, mais qui ont pu constituer des tentatives émouvantes et originales. Bientôt, la Méditerranée et l’Atlantique verront leur traitement esthétique unifié par un autre choix, encore inaperçu chez Garnier, celui du subjectivisme romantique : Chateaubriand n’est-il pas à la fois l’homme d’Atala et celui de L’Itinéraire de Paris à Jérusalem ? Ce sont, là aussi, pour une bonne part, des voyages imaginaires, mais d’une bien autre nature…

Haut de page

Bibliographie

C.A. GARNIER, Voyages imaginaires contenant un recueil de naufrages véritables pour faire suite aux naufrages apocryphes qui sont dans la première division, À Amsterdam, MDCCLXXXIX, tomes I à XXXVI.

C.A. GARNIER, Voyages imaginaires, romanesques, merveilleux, allégoriques, amusants, comiques et critiques, suivis des Songes et visons et des Romans cabalistiques, À Amsterdam, MDCCLXXXVII, tomes XXXVII à XXIX.

HORACE, Odes, textes traduits du latin et présentés par C.A. Tabart, Paris, Orphée / La Différence, 1992.

LABORIE Jean-Claude, « Les ordres rédempteurs et l’instrumentalisation du récit de captivité : l’exemple des trinitaires entre 1630 et 1650 », in François MOUREAU (dir.), Captifs en Méditerranée (XVIe-XVIIIe siècles). Histoires, récits, légendes, Paris, P.U.P.S., 2008, pp. 93-102.

VIDAL-NAQUET Pierre, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

VION-DURY Juliette, « Tanger ou le partage des eaux », in Bertrand WESTPHAL (dir.), Le Rivage des mythes. Une géocritique méditerranéenne, Limoges, Pulim, 2001, pp. 321-338.

Haut de page

Notes

1 Voyages imaginaires, romanesques, merveilleux, allégoriques, amusants, comiques et critiques, suivis des Songes et visons et des Romans cabalistiques, À Amsterdam, MDCCLXXXVII. Bien que ce texte soit paru sans nom d’auteur, nous le nommerons désormais [Garnier] en notes.

2 Voyages imaginaires contenant un recueil de naufrages véritables pour faire suite aux naufrages apocryphes qui sont dans la première division, À Amsterdam, MDCCLXXXIX.

3 Dans la première classe, on distingue une première division, « Les voyages imaginaires romanesques » (tomes I à XII), une seconde, « Les voyages imaginaires merveilleux » (tomes XIII à XXV) ; la troisième est intitulée « Les voyages imaginaires allégoriques » et la quatrième « Voyages amusants, comiques et critiques » (tomes XXVIII à XXX). La seconde classe est consacrée aux « Songes et visions » (tomes XXXI et XXXII) et la troisième et dernière aux « Romans cabalistiques », allant des tomes XXXIII à XXXVI.

4 Garnier, Tome I, 9.

5 Ibid., 1.

6 L’auteur insiste sur la nécessité de ce choix dans le cadre logique de la somme : « On a fait suivre cet ouvrage de L’Histoire des Troglodytes. Nommer l’illustre Montesquieu, c’est faire le plus bel éloge du morceau que nous imprimons et que nous tirons des Lettres Persannes (sic). On verra que cet épisode tenait trop intimement à notre plan pour que nous ne nous empressassions pas de l’adopter », Garnier, X, p. X.

7 Ici la justification relève de ce même souci de critérisation : « Nous ne donnons point ici un choix de toutes les Allégories ou Romans, Contes et Nouvelles allégoriques, mais de celles seulement qui ayant pour objet la description d’un peuple imaginaire rentrent sous ce point de vue dans notre plan. C’est ainsi que nous avons parcouru dans le volume précédent le Royaume de Romancie », Garnier, XXVII, p. V.

8 Dans Description de l’Île de Portraiture et de la ville des Portraits, Charles Sorel précise : « On dira que sa situation est justement au milieu du monde afin qu’elle semble être comme la reine des autres îles », Garnier, XXVI, p. 339.

9 Dans Histoire de Monsieur Oufle par l’Abbé Bordelon, retouchée et réduite par M.G., qui se veut une satire des récits merveilleux alors en vogue, la convention est immédiatement brisée avec insouciance : « On ne dira point de quel pays était Monsieur Oufle ni dans quelle ville il s’était fait un établissement ; on permet aux lecteurs de placer où il leur plaira les scènes extravagantes dont ils verront les représentations dans cet ouvrage », Garnier, XXXVI, p. 13.

10 Garnier, XII, p. 385 et sq.

11 Garnier, XXX, p. 163 et sq.

12 Garnier, XXV, p. 223 et sq.

13 Garnier, XX et XXI.

14 Garnier, VI.

15 Garnier, XV, p. 367 et sq.

16 Garnier, Tome XV, p. 375.

17 Garnier, Tome XXII.

18 Avertissement de l’éditeur, Garnier, tome I, pp. 3-4.

19 « Illi robur et aes triplex/ circa pectus erat qui fragilem truci/ commisit pelago ratem/ primus […] Audax omnia perpeti/ gens humana ruit per uetitum nefas (…) Nil mortalibus ardui est/ caelum ipsum petimus stultitia (…) Il avait donc du chêne et trois lames de bronze/ Autour du cœur, celui qui le premier livra / Un frêle esquif à la farouche mer (…) La race humaine, à toute épreuve,/ S’ élance sur la route impie du sacrilège (…) Il n’est rien de trop haut/ Pour les mortels, et le ciel même/ nous y voulons atteindre , insensés que nous sommes », Horace, Odes, textes traduits du latin et présentés par C.A. Tabart, Paris, Orphée/La Différence, 1992, I, 3, v. 6-9, 25-26, 37-38.

20 Voyage de Nicolas Klimius dans la région souterraine, Garnier, tome XIX, p. 16.

21 Garnier, tome XIX, p. 367 et sq.

22 Garnier, tome XIX.

23 Garnier, tomes VII, VIII et IX.

24 Garnier, tome XIII, p. 121 et sq.

25 Voyage, naufrage et conservation miraculeuse de Richard Castelman, Garnier, Tome XI, p. 367.

26 Garnier, tome XII, p. 211 et sq.

27 Le Nouveau Gulliver, ou Voyages de Jean Gulliver, fils du Capitaine Lemuel Gulliver, Garnier, tome XV.

28 Voyage d’Alcimédon ou voyage qui conduit au port, Garnier, tome X.

29 Garnier, tome X, p. 101 et sq.

30 Voir à ce sujet Juliette Vion-Dury, « Tanger ou le partage des eaux », in Bertrand Westphal (dir.), Le Rivage des mythes. Une géocritique méditerranéenne, Limoges, Pulim, 2001, pp. 321-338.

31 Voir Pierre Vidal-Naquet, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

32 Garnier, tome XIII, p. 3.

33 Garnier, tomes X, p. 297 et sq.

34 « La sombre tristesse où mes parents me voyaient plongé les engagea à me faire voyager », Garnier, tome XII, p. 7.

35 Voir à ce sujet Jean-Claude Laborie, « Les ordres rédempteurs et l’instrumentalisation du récit de captivité : l’exemple des trinitaires entre 1630 et 1650 », in François Moureau (dir.), Captifs en Méditerranée (XVIe-XVIIIe siècles). Histoires, récits, légendes, Paris, P.U.P.S., 2008, pp. 93-102.

36 « Je suis fâché d’être obligé de dire que les anciens habitants gagnaient beaucoup par leurs pirateries et que, même, quelques-uns de ceux qui possédaient les meilleures plantations dans le temps n’avaient guère été d’abord autre chose que des écumeurs de mer » dit R. Castelman à propos des Bermudes, avant de montrer que la reine Anne d’Angleterre a tenté, mais quasi en vain, de réguler ces espaces, Garnier, tome XI, p. 375.

37 Cf. Alain-Michel Boyer, « Pour une typologie du roman d’aventures maritimes (Aux origines du roman moderne) », in Marie Blain et Pierre Masson, (dir.), Rêveries marines et formes littéraires, Nantes, Éditions Pleins Feux, 2001, pp. 60-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Jacques, « Topographie imaginaire, topographie des imaginaires. Méditerranée et Atlantique dans l’espace des Voyages Imaginaires (1787-1789) édités par C.A. Garnier », Babel, 29 | 2014, 57-74.

Référence électronique

Martine Jacques, « Topographie imaginaire, topographie des imaginaires. Méditerranée et Atlantique dans l’espace des Voyages Imaginaires (1787-1789) édités par C.A. Garnier », Babel [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/3603 ; DOI : 10.4000/babel.3603

Haut de page

Auteur

Martine Jacques

Université de Bourgogne - CPTC EA 4178

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org