Navigation – Plan du site
Odyssées...

Les Méditerranéens et l’Atlantique dans l’Antiquité : géographies et anthropologie

Jean Peyras
p. 13-55

Résumés

L’étude s’inscrit dans la période qui s’étend de l’époque archaïque grecque (VIIIe av.) à l’époque antonine (IIe s.), principalement à partir des sources grecques et latines. La première partie est consacrée à la géographie hellénique, alexandrine surtout, fondée sur les mathématiques et l’astronomie, et à la géopolitique romaine, qui repose sur un imperium universel s’exerçant sur un monde clos pour lequel l’Atlantique constitue une des limites, bien en phase avec les géographies régionales ou encyclopédiques. Les deux visions sont conceptuellement différentes, mais ne s’opposent pas dans la pratique. La deuxième partie envisage les périples : dans l’Atlantique méridional, vers l’Ouest et vers le Nord. L’imaginaire des zones ignées ou glacées, considérées comme inhabitables, côtoie la réalité de voyages vers l’Afrique Noire et le Nord-Ouest de l’Europe, mais les renseignements certains ne dépassent guère la vallée du Sous au Maroc et l’Écosse, limites de la puissance romaine. La troisième partie étudie le pur imaginaire : mythes de l’Odyssée, de l’Atlantide, d’Héraklès, Histoire véritable de Lucien. Si la dernière se présente comme une fable, tout en mettant en scène la possibilité d’une terre fermée sur elle-même où se rejoignent Dionysos et Héraklès, les mythes soulignent l’importance restreinte qu’eut l’Atlantique pour les Anciens.

Haut de page

Texte intégral

1La reconnaissance de l’Atlantique par les Méditerranéens caractérise l’Antiquité, le mouvement inverse, le Moyen Âge occidental. Des Méditerranéens pas uniquement Hellènes et Romains, même si ce sont à peu près les seuls à avoir produit une littérature sur la question. Et c’est dans ces deux langues que nous sont parvenus les textes dont il est sûr qu’ils concernent l’Atlantique. En effet, si la Bible contient des passages suggérant une possible connaissance de l’Extrême Occident, ce savoir que, selon Hérodote et Platon, les prêtres égyptiens auraient possédé, n’a pas laissé de trace directe. Je serai donc conduit à privilégier les témoignages des auteurs grecs et latins, envisagés chronologiquement – plus sûr moyen de suivre les progrès de la connaissance géographique –, bien que cela ne soit ni toujours possible, ni même souhaitable tant les connaissances objectives sont gauchies par fables et préjugés, idéologies ou projets politiques, tandis que les mythes transcendent le temps. Mon étude ne dépassera pas les époques flavienne et antonine car, si Septime Sévère fut Britannicus, comme son fils Caracalla, ils revêtirent ce titre pour avoir défendu les murs d’Hadrien et d’Antonin et rétabli l’ordre dans la province, tandis que les périodes ultérieures ne virent pas progresser la connaissance.

2On ne saurait pourtant se contenter d’examiner le rôle joué par les Grecs et les Romains. Si le récit des migrations des Perses que livre Salluste est légendaire, en revanche, le périple de Sataspès, entre 478 et 465, sous Xerxès, montre que l’Achéménide atteignit le Maroc méridional. Il est vrai que les Perses ne furent Méditerranéens que par leurs conquêtes. Les Phéniciens et les Puniques quant à eux connurent l’Atlantique, dont ils défendirent l’accès aux Hellènes. Les témoignages archéologiques sont nombreux et probants. Des récits d’une certaine ampleur, qui nous sont parvenus en grec, concernent l’Atlantique au Sud de Gibraltar : périples d’Hannon, de Scylax et de Polybe, circumduction de l’Afrique par des marins phéniciens au service du Pharaon Néchao. Et l’on sait que le Carthaginois Himilcon et le Marseillais Pythéas avaient exploré une partie de l’Atlantique au-delà des Colonnes d’Hercule.

3Une difficulté surgit : si les Grecs et les Romains à coup sûr, les Puniques et les Égyptiens probablement, ont laissé des textes sur l’Atlantique, il n’en est rien pour les populations qui vivaient sur ses rivages ou dans ses îles : Mechtoïdes des Canaries, Éthiopiens, Protoméditerranéens, Ibères, Celtes, Germains... Il en sera pourtant nécessairement question au cours de cet exposé qui traitera d’abord de la connaissance géographique, grecque et romaine (cartes grecques et idéologie politique romaine, ou l’emprise de la rationalité sur une réalité de mieux en mieux connue) avant d’aborder les périples, où réel et imaginaire se combinent, puis le seul imaginaire, qu’il relève du mythe ou de la fable : Odyssée d’Homère, Atlantide de Platon, geste d’Héraklès, Histoire véritable de Lucien.

  • 1 G. Camps, Les Berbères, Mémoire et identité, Paris, Errance, 1997, pp. 27-28.

4Il convient de cerner quelles populations vivaient au Sud des Colonnes d’Hercule à l’époque des voyages des Phéniciens, des Perses, des Carthaginois, des Grecs et des Romains, des établissements puniques, du royaume maure et de la province de Maurétanie Tingitane : les Mechtoïdes en premier lieu : ces hommes de « Mechta el Arbi » (Constantinois) qui ont peuplé les îles Canaries au Néolithique, s’ils ne constituent plus que 3 % des Maghrébins, sont très présents sur le littoral atlantique dans la Préhistoire et l’Antiquité1 ; les Éthiopiens, mélanodermes, nombreux sur les rivages atlantiques de part et d’autre de l’Oued Sous et plus au Sud ; les Libyens, protoberbères, dont les successeurs berbères, venus très majoritairement de l’Orient en vagues successives, constituent l’écrasante majorité de la population actuelle. La présence d’Éthiopiens constitue, par rapport au reste du Maghreb, une originalité souvent mésestimée. L’exclusivité mechtoïde des îles Canaries en est une autre. Il s’agit de caractéristiques anthropiques, et non linguistiques. Les habitants des îles utilisaient dans l’Antiquité, non seulement l’écriture libyque, mais la langue libyenne, comme sans doute les Éthiopiens.

  • 2 G. Camps, Aux origines de la Berbérie, op. cit., p. 32.

5La région de Tanger est influencée dès le haut Néolithique par la civilisation cardiale de l’Espagne méridionale, après quoi l’influence ibérique s’étend sur le Maroc atlantique. La zone atlantique demeure à part : royaume maure des Bocchus, discontinuité entre la Maurétanie Tingitane et les autres provinces romaines de l’Afrique du Nord, contacts permanents entre Maroc et Péninsule ibérique au Moyen Âge, indépendance envers l’Empire ottoman qui contrôlait le reste du Maghreb. Quant aux îles Canaries, elles appartiennent à la civilisation berbère comme l’indiquent inscriptions libyques et toponymes. Il s’agit d’une acculturation, les Guanches étant issus des hommes de Mechta el Arbi, qui n’avaient pas entièrement disparu du Maroc à la fin du Néolithique, les Canaries n’étant atteintes qu’au début de l’Âge des Métaux2.

  • 3 Salluste, Bellum Iugurtinum, XVII.

6Sur l’origine des populations nord-africaines, Salluste rapporte, sans s’engager, l’exposé du roi Hiempsal3 :

  • 4 Ibid., XVIII.

Les premiers habitants de l’Afrique furent les Gétules et les Libyens, gens farouches et sauvages, qui se nourrissaient de la chair des bêtes sauvages, et des aliments fournis par la terre à la manière des troupeaux4.

7Faut-il rendre l’expression humi pabulum comme nous le faisons ou, avec Alfred Ernout, par « de l’herbe des prés », interprétation qui fait des premiers Africains des êtres biologiquement hors de l’humanité ? La suite de l’exposé exclut d’aller dans le sens d’une espèce biologiquement différente et Salluste a probablement voulu décrire une vie de chasse et de cueillette, antérieure à l’agriculture, comme le ferait un anthropologue.

8Ces peuplades de la Préhistoire se divisent en deux groupes : Getuli et Libyes. Les difficultés sont légion : à quoi correspond l’Africa de Salluste ? Au continent tel qu’on le connaissait ? Dans ce cas, pourquoi certains peuples connus, tels les Éthiopiens, ne sont-ils pas mentionnés ? Gétules et Libyens seraient donc plutôt les populations blanches du Nord du continent, en phase avec les idées actuelles qui, rejoignant en partie celles de bien des auteurs anciens, font une place aux mélanodermes appelés Éthiopiens.

9L’identification avec des leucodermes est à retenir, mais la division en deux groupes fait problème. Les Gétules devraient constituer un sous-groupe au sein des Libyens, dérivés du grec Libyê qui, désignant le continent africain, est synonyme d’Africa. L’incertitude est d’autant plus grande que le passage de l’historien ne peut être rattaché à aucun texte antérieur. Poursuivons :

Ils n’étaient gouvernés ni par la coutume, ni par la loi, ni par un maître ; errant à l’aventure, dispersés, ils s’arrêtaient simplement où les surprenait la nuit.

10Ces populations forment l’image inversée du peuple romain, populus groupé dans une ciuitas. Salluste décrit une forme de nomadisme dont l’originalité serait de n’avoir aucun itinéraire défini. En réalité, les Gétules et les Libyens n’étaient pas seulement des images inversées des populi et des ciuitates, ils n’étaient pas même parvenus au stade de nombre de nationes ou de gentes.

Mais après la mort d’Hercule en Espagne – c’est du moins l’opinion des Africains – son armée, composée de peuples divers, privée de son chef, et tiraillée entre plusieurs rivaux qui tous voulaient le commandement, ne tarda pas à se débander. Dans le nombre, les Mèdes, les Perses, et les Arméniens passèrent en Afrique sur des vaisseaux et occupèrent des contrées voisines de notre mer. Les Perses toutefois tirèrent plus vers l’Océan (...). Peu à peu ils se mêlèrent aux Gétules par voie de mariage ; et comme dans leurs différentes tentatives pour trouver un territoire convenable, ils s’étaient souvent déplacés, ils se donnèrent eux-mêmes le nom de Nomades. (...) Aux Mèdes et aux Arméniens se joignirent les Libyens – car ils habitaient plus près de la mer d’Afrique, les Gétules étant plus près du soleil, non loin de la zone torride – et ils eurent de bonne heure des villes fortes ; car n’étant séparés de l’Espagne que par un détroit, ils avaient établi avec ce pays un commerce d’échanges. Le nom des Mèdes fut peu à peu altéré par les Libyens, qui dans leur langue barbare y substituèrent la forme Maures. La puissance des Perses s’accrut rapidement ; et plus tard, sous le nom de Numides, une colonie de jeunes gens, que le surpeuplement contraignit d’abandonner le foyer paternel, prit possession du pays voisin de Carthage qu’on appelle Numidie. Puis l’ancien et le nouveau peuple, se prêtant un mutuel appui, soumirent par les armes et par la crainte les pays limitrophes, et se procurèrent renom et gloire, surtout ceux qui s’étaient avancés du côté de notre mer, car les Libyens étaient moins belliqueux que les Gétules. Finalement presque toute la partie inférieure de l’Afrique tomba en possession des Numides ; les vaincus prirent le nom du vainqueur, avec lequel ils se confondirent.

11L’information ici rapportée est originale, qui a été diversement interprétée. L’ambiguïté géographique intéresse notre sujet avec des Perses-Gétules placés sur l’Océan, mais dans un secteur suffisamment méridional pour qu’ils puissent être plus près du soleil et nomades. Est implicitement décrite ici la coupure climatique, qui correspond en gros au futur limes qui court du Sud marocain à la grande Syrte. Au Nord de cette ligne, les Mèdes-Arméniens-Libyens qui seront intégrés dans les provinces romaines, dont la Maurétanie Tingitane, en bordure de l’Atlantique.

  • 5 Zozime, Histoire nouvelle, II, 33. J. Peyras, « Espaces sacrés et imaginaire antique », Ailleurs im (...)
  • 6 J. Ferguson, « Classical contacts with West Africa », in Africa in classical Antiquity, in L. Thomp (...)

12Si les Romains n’ont occupé que la Tingitane et, si l’on suit Zozime5, n’ont contrôlé Cernè que par la voie maritime, ce n’est pas la technique maritime qui est en cause dans le relatif désintérêt de Rome pour la côte atlantique de l’Afrique (ses bateaux étaient supérieurs à ceux de ses prédécesseurs et Rome a bien connu l’océan Indien), mais un blocage psychologique né d’un rapport dialectique entre fin et moyens : le Sud marocain et la côte méridionale qui lui fait suite sont des bouts du monde pour les Romains, les colons manquent qui permettraient d’occuper les rivages, les effectifs militaires sont insuffisants, le relief et le climat sont répulsifs. Mieux vaut commercer en utilisant des intermédiaires plutôt que de se lancer soi-même dans l’aventure6.

  • 7 G. Camps, Aux origines de la Berbérie, op. cit., p. 15.

13Quant aux identifications, elles sont peu claires et peu sûres : peut-on admettre, comme l’a fait Gabriel Camps, que le témoignage de Salluste sur la présence des Perses dans la partie occidentale de la Maurétanie, qui se situerait plus exactement entre l’Atlas, le Draa et le Guir, puisse correspondre à celle de peuplades qui portent le nom de Pharusii et de Perorsi ? La carcasse consonantique est, certes, la même que celle des Persæ, et le savant pouvait s’appuyer sur Pline l’Ancien (V, 46), qui affirmait que les Pharisii ou Perusii « étaient autrefois des Perses »7. Mais ailleurs, le Naturaliste remet en cause ce rapprochement (V, 9-10), rapportant une phrase du Périple de Polybe : « Puis c’est le fleuve Salsum, au-delà duquel on trouve les Éthiopiens Perorsi et, derrière eux, les Pharusii ». Or, ni les Perses ni les Gétules n’étaient des Éthiopiens, soit des mélanodermes.

14La tradition que rapporte Salluste ne connaît ni l’origine des populations, ni leur langue (elle sait pourtant qu’elle ne se confond pas avec le punique), ni leur mode de vie. Mais la division en deux groupes ne le conduit pas à commettre l’erreur historique qui aurait séparé ceux qui s’opposèrent à Rome de ceux qui n’eurent pas de conflits avec elle : Salluste sait qu’« une grande partie des Gétules (...) obéissait à Jugurtha », que « tous les Maures étaient sous l’autorité du roi Bocchus qui, sauf le nom, ignorait tout du peuple romain, et avec qui nous n’avions pas davantage de relations, pacifiques ou hostiles » (XIX). « Derrière les Gétules », ajoute-t-il, sont « les Éthiopiens, enfin les régions embrasées par les ardeurs du soleil » (XIX).

15En somme, nous avons affaire, du Nord au Sud, à proximité de la côte ou un peu à l’intérieur, à des Maures, qui sont des Libyens, dont la culture a été influencée par l’Ibérie, avec un probable métissage hispanique, et à des Éthiopiens eux aussi influencés par la culture libyenne et qui ont reçu du sang gétule, les Gétules étant des protoberbères nomades. On pourrait s’étonner du manque de précision de Salluste, mais les Anciens ne divisaient pas les populations en races. Pour eux, la différence entre Libyens et Éthiopiens reposait sur une couleur de peau liée à la plus ou moins grande proximité du soleil. Il n’y a aucun exotisme à rechercher sur la côte atlantique de l’ancien Maroc. Reste qu’il semble nécessaire d’insister sur un fait trop occulté : des populations mélanodermes étaient présentes dans l’Antiquité dans les vallées des oueds Sous, Massa et Noun. Différentes du groupe soudanais, population aujourd’hui dominante à partir du Sénégal, elles y constituaient des peuplades autonomes et n’avaient pas pour origine la traite.

16Historien et homme politique, exposant la puissance numide et la guerre de Jugurtha, Salluste en donne une présentation ethnologique distanciée. Ancien gouverneur de la Numidie, peut-être désire-t-il signaler le danger africain ? Les hommes politiques et les historiens romains ne raisonnent pas autrement que les anthropologues modernes, qui n’admettent pas l’existence d’hommes biologiquement différents. Pour cela, il faut s’adresser aux encyclopédistes, aux poètes, aux romanciers. Pour César, rien ne sépare les Libyphéniciens des Massaliotes ou des Bretons, tous peuples à utiliser ou à dominer. Le franchissement du bras de mer entre la Gaule et l’île de Bretagne est un problème technique, non une aventure sur l’Océan. L’océan Atlantique ne correspond à rien de particulier. Pour Auguste, les circumductions des îles Britanniques et la pénétration dans la Baltique ferment le monde en affirmant la toute-puissance de Rome. Il n’y a pas d’au-delà mais imperium de Rome sur « l’orbe des terres ». Auguste a établi la paix sur l’ensemble du monde, présenté aux yeux de tous, Vrbi et Orbi, par la carte d’Agrippa.

  • 8 Socrate disait déjà dans le Phédon : « Je suis persuadé que la Terre est immense et que nous, qui l (...)

17Mais, dira-t-on, ne savait-on pas que le monde dominé par Rome n’était qu’une petite fraction de la planète ? Les savants alexandrins avaient élaboré une géographie qui révélait les dimensions de la Terre8, laquelle était connue et se perfectionnait. Et des ouvrages de réflexion politique, comme La République de Cicéron (52-51), avaient relativisé les proportions de l’Empire :

  • 9 Cicéron, De la République, Des lois, VI, XVI.

La terre elle-même me parut si petite que j’eus le chagrin de voir notre empire qui n’en occupait qu’un point9.

  • 10 Ibid., VI, XX.

Deux [régions de la Terre] sont habitables, dont l’une, la zone australe où sont nos antipodes, n’a rien de commun avec notre race. Quant à cette autre que vous habitez au nord, vois combien est petite la partie qui vous concerne. Toute cette terre, votre demeure, qui va en se rétrécissant aux pôles, se renflant au centre, n’est qu’une petite île de cette grande mer que vous autres terriens nommez Atlantique, Grande mer, Océan10.

  • 11 Ibid.

18Un océan qui n’est pas un appel à l’aventure : « Quelle petite chose c’est pour un nom pareil ! »11.

19Savoir quelle conception Grecs et Romains se sont fait de l’Atlantique n’est pas chose aisée. Cela suppose de connaître les rapports entre géopolitique romaine et géographie savante. Très critique envers explorateurs et géographes, la Géographie de Strabon aboutit à une diminution de la surface des terres, du moins des terres habitées, ce qui va dans le sens de la vision géopolitique du Principat, auquel il s’était rallié, comme nombre d’intellectuels qui ont tant désiré la paix intérieure qu’ils œuvrent pour un système qui place Rome au centre d’un empire universel qui doit permettre de mettre fin à un siècle de guerres civiles. Il décrit une Rome occupant les régions les plus productives et les plus habitées, nombre de celles qui échappent à sa domination étant « inhabitées » et « stériles ». Ce qui ne signifie pas que Strabon n’ait pu avoir une attitude critique par esprit scientifique et qu’il n’ait pas été sincère quand il a récusé certains récits.

Pythéas qui, dit [Polybe], a induit en erreur tant de monde, soit en prétendant avoir visité tous les endroits accessibles de Bretagne, soit en débitant tant de fables sur Thulé et ces régions où l’on ne trouve plus ni terre proprement dite, ni mer, ni air, mais une matière composée de ces divers éléments, qui ressemble fort à la méduse et dans laquelle, à ce qu’il dit, la terre, la mer et tous les éléments restent en suspension : c’est une espèce de gangue qui tient toutes les choses ensemble et sur quoi on ne peut ni cheminer ni naviguer. En fait, cette matière semblable à la méduse, il l’aurait vue de ses yeux : le reste, il n’en parlerait que par ouï-dire. C’est là ce que raconte Pythéas et aussi que, revenu de là, il aurait visité le littoral océanique de l’Europe depuis Gadeira jusqu’au Tanaïs.

Si l’on en croit Polybe, il est invraisemblable qu’un simple particulier, un homme sans ressources, ait parcouru de telles distances à la fois sur mer et sur terre. Or Ératosthène, après s’être longtemps demandé s’il fallait croire à ces histoires, s’y est fié néanmoins à propos de la Bretagne, et aussi de Gadeira et de l’Ibérie (...). Pythéas prétend avoir atteint les limites de l’univers et reconnu tout le nord de l’Europe, ce qu’on ne pourrait même pas croire d’Hermès s’il alléguait chose pareille (II, 4.2, C 104).

20À ce propos, Pythéas le Massaliote prend Thulé, la plus septentrionale des îles bretonnes, comme limite extrême, la plaçant à l’endroit où le tropique d’été se confond avec le cercle arctique. Or, aucune source ne m’autorise à dire ni qu’il existe une île du nom de Thulé, ni si les contrées habitables s’étendent jusqu’à l’endroit où le tropique d’été devient cercle arctique. Je considère donc que la limite septentrionale du monde habité passe beaucoup plus au sud ; en effet, les auteurs actuels ne trouvent rien à signaler au-delà d’Ierné, située au nord de la Bretagne, que des individus complètement sauvages, qui mènent une existence misérable par suite du froid : aussi considéré-je que c’est là qu’il faut placer la limite en question (II, 5.8, C. 114-115).

  • 12 Platon, Théétète, 208b.

21Les deux premiers paragraphes rapportent la pensée de Polybe, dont la position était très tranchée, et d’Ératosthène. Le dernier repose sur l’état des connaissances et sur une construction rationnelle. Pour parler comme les Anciens, la position de Strabon est « une opinion droite accompagnée de raison »12. Il y manque l’expérimentation directe : le voyage. Polybe, à la fois homme d’action et navigateur expérimenté au fait de l’importance de la logistique pour de telles explorations, écartait les révélations de Pythéas dont certaines assertions lui paraissaient invraisemblables. Quant à Ératosthène, avant tout tourné vers la géographie géométrique et bien plus conscient de l’immensité de la Terre que Polybe et que Strabon, il avait fini par accepter ce qu’écrivait Pythéas pour les parties les mieux connues de l’Atlantique, du Sud de l’Ibérie à l’île de Bretagne. Les points de vue diffèrent, mais obéissent tous à des logiques que l’on peut dire scientifiques, en ce sens qu’il n’y a place pour le merveilleux ni l’exotisme. Les confins de l’Atlantique Nord ne sont peuplés ni de dieux ni d’êtres mi-hommes mi-bêtes. Sur ce point, la géographie rejoint la géopolitique romaine.

22C’est là qu’il faudrait savoir si le concept d’imperium avait, avant Auguste, la même signification d’universalité que sous le Principat. Car si l’inégalité entre Rome et tout autre entité remonte à des temps immémoriaux, ce principe ne s’appliquait avant Auguste qu’à la résolution d’un problème particulier, non pour proclamer, avec Virgile (Énéide, VI, 851), que les dieux avaient confié aux Romains la mission de gérer la Terre : Tu regere imperio populos, Romane, memento. Paradoxalement, cela signifie que les temps de l’expansion indéfinie sont clos. Le Principat a fait peu de conquêtes. Sur l’Atlantique Nord, les opérations qui avaient mené jusqu’à l’embouchure de l’Elbe ne furent pas reprises. Seule l’île de Bretagne, où César avait établi des contacts fructueux, fut l’objet d’une conquête, de Claude à Domitien. Au Sud des Colonnes d’Hercule, le même Claude créa le municipe de Volubilis et une Mauritanie Tingitane de dimensions modestes.

23L’Atlantique est une limite. Rome est parvenue sur ses rivages. L’océan limite le monde, sur lequel s’étend l’imperium. L’empereur sera le conservator totius orbis terrarum, la locution désignant « l’oïkouméné, c’est-à-dire la partie habitable et connue de la terre » suivant Agennius Urbicus, qui s’inspire des Grecs. Point de vue d’autant plus pertinent que, pour la pensée hellénique, la limite est condition de perfection.

24Sur l’Atlantique, l’imperium peut être assumé directement, grâce aux provinces, ou dans le cadre d’alliances avec des peuples fédérés. Les conceptions géographiques concourent au succès de cette idéologie du pouvoir, jouant d’une certaine confusion entre le Sud et la partie méridionale de l’Atlantique à partir de la notion de « zone torride » qui, pour beaucoup, limite la terre et rend compte de la couleur des Éthiopiens et des Indiens, et d’une ambiguïté entre l’Ouest et le Nord, des Celtes aux Hyperboréens, peuples de l’obscurité et du froid. Finalement, il ne peut y avoir de population dense et de civilisation que dans un ensemble régional limité qui est celui que domine ou dominera Rome. Tous les poètes du cercle d’Auguste abondent en ce sens, condamnant les voyages maritimes, navigation et commerce œuvrant à la corruption des mœurs :

  • 13 Horace, Odes, III, XXIV, v. 33-41.

À quoi servent les lois, vaines sans les mœurs, si la partie du monde qu’enferment les chaleurs torrides, si la zone de Borée et les neiges durcies sur le sol ne rebutent pas le marchand, si l’adresse des matelots triomphe des flots soulevés ?13.

  • 14 Ibid., III, XXIV, v. 21-28.

Vainement un dieu, dans sa prévoyance, mit entre les terres, pour les désunir, la barrière de l’Océan puisque, malgré tout, des esquifs impies franchissent de leurs bonds l’étendue inviolable des eaux. Dans son audace à tout endurer, la race humaine s’élance sur la voie interdite du sacrilège14.

25Mais il ne faudrait pas croire que le nouvel ordre augustéen a réalisé sans peine cette construction harmonieuse qui se heurte à la tradition de la République où l’homme politique doit être un imperator, un général vainqueur qui accroisse les possessions romaines. Les empereurs seront ainsi conduits à étendre l’empire de Rome. La paix augustéenne est une paix civile qui ne peut avoir cours sur les frontières, sauf à intérioriser définitivement le déclin moral qui menace Rome. Vaincre des peuples fiers, guerriers, qui ont su préserver leurs vertus et conserver des structures qui sont celles-là mêmes de la Rome primitive, c’est le moyen d’échapper à la crise qui risque d’emporter Rome.

  • 15 Tacite, Vie d’Agricola, XXX.

26C’est Tacite qui livre le mieux le fond de cette thèse à laquelle il donne deux points d’application : l’île de Bretagne et la Germanie. Il n’y repère pas de populations qui seraient différentes des autres peuples que Rome avait soumis et si la description ne cache pas leur originalité, elle n’en fait pas des monstres : à bien des égards, ils ressemblent à ce qu’avaient été les Romains. Tacite ne cache pas son admiration pour ces gens qui ont su se garder du déclin. La conquête est le défi que Rome doit assumer pour, justement, éviter ce déclin. Ce sont des nations qui méritent considération, comme le montre la harangue que prête l’historien au chef calédonien Calgacus15 au moment où va se déclencher la bataille du Mons Graupius, qui scellera le pouvoir romain en bordure de l’Océan :

Placés aux confins du monde et de la liberté, nous avons été précisément défendus jusqu’à ce jour par cet éloignement et par le mystère qui couvrait notre nom ; or tout ce qui est inconnu passe pour prodigieux. Mais aujourd’hui, l’extrémité de la Bretagne est ouverte à l’ennemi ; au-delà nul autre peuple, rien que les flots, les rochers, et, plus dangereux encore, les Romains, dont on chercherait en vain par la soumission et la réserve à éviter l’insolence.

Brigands du monde, depuis que, dévastant tout, ils n’ont plus de terres à ravager, ils fouillent la mer ; avides de posséder, si l’ennemi est riche, de tyranniser, s’il est pauvre, ni l’Orient, ni l’Occident, ne les a rassasiés ; seuls entre tous ils convoitent avec la même ardeur l’opulence et l’indigence. Voler, massacrer, ravir, voilà ce que leur vocabulaire mensonger appelle autorité, et faire le vide, pacification.

27Diatribe extraordinaire qui aurait dû être prononcée en 93 lors des funérailles d’Agricola et ne fut publiée qu’en 98, après la disparition de Domitien, coupable, selon Tacite, d’avoir failli au devoir impérial de conquête.

28Un lecteur d’aujourd’hui, replaçant le texte dans un contexte de lutte pour la libération des peuples, pourrait hâtivement faire du chef breton un défenseur de la liberté et de Tacite un opposant à la politique romaine. Il n’en est rien. Le général romain opposé à Calgacus n’était autre qu’Agricola, beau-père de Tacite. La bataille du Mons Graupius est un chef-d’œuvre d’anéantissement et Tacite crédite Agricola d’avoir réalisé ce que l’empereur n’avait su faire. La parole de Calgacus touche juste si Rome n’accomplit pas son destin. Agricola a, dans la région qu’on lui a confiée, atteint les limites de la Terre. Il n’y a plus au-delà que flots et rochers. Mais cela n’a pas été réalisé ailleurs à cause de la carence impériale. Qu’il n’en soit pas de même sous le nouveau régime. Le discours paraît sous Trajan, la voie est ouverte pour la soumission de nouveaux peuples et la réhabilitation morale des Romains.

29On peut se demander, dans un tel contexte, s’il reste une place à l’imaginaire ou si politique et idéologie n’occupent pas la totalité du champ. Pourtant, « tout ce qui est inconnu passe pour prodigieux ». Et ce milieu si particulier qu’est l’océan, avec la puissance de ses flots, l’aspect sauvage de ses rivages et son étrange humanité s’ouvre aisément au domaine du sacré, du religieux, de la magie, où agissent druides et prophétesses : ce sont les rites nocturnes des forêts de l’île sacrée de Mona où siège le haut collège des druides, de l’île de Sena où un collège de neuf vierges maîtresses de la Nature se livrait à des cérémonies secrètes, de l’îlot de l’embouchure de la Loire où des Namnètes coiffés du lierre accomplissaient d’antiques rituels. La Nature originelle, les forêts primitives, les rites nocturnes, la virginité et la vigueur des prêtresses, les îles étranges de l’Océan et de ses abords troublaient les soldats romains. Présents dans la religion romaine, ces éléments y correspondent à des aspects très anciens, étroitement contrôlés. Les découvrir aux abords d’un océan mystérieux ne pouvait qu’inquiéter des soldats qui restaient sensibles au religieux. C’était une des tâches des officiers de leur permettre de surmonter ces craintes, comme le montre le manuel d’Onosander, rédigé sous Néron. Et ces invocations à des divinités inconnues, ces actes de divination prenaient vite un tour politique quand la Bructère Velléda prophétisait la fin de l’empire romain en 69 et l’avènement d’un empire gaulois lors de la révolte du Batave Civilis en 70, conduisant à la fédération de nombreuses tribus de Germains, ou quand la reine Boudicca en appelait à la déesse Andraste avant d’anéantir la colonie romaine de Camulodunum, le municipe de Verulanium et la ville de Londinium.

30Il semble qu’il y ait eu un décalage entre dirigeants et historiens et une partie des soldats et du grand public, plus sensibles à l’atmosphère singulière qui serait propre à l’océan Atlantique septentrional. César et ses officiers n’ont aucune sensibilité à cet égard. L’Océan diffère de la Méditerranée : les Vénètes et autres peuples de l’Armorique comme les tribus de l’île de Bretagne présentent telle ou telle caractéristique, ont telle force et telle faiblesse, autant de questions techniques à résoudre. Il n’y a ni état d’âme, ni croyance à quelque intervention que ce soit de forces surnaturelles.

  • 16 J. Peyras, « L’île et le sacré dans l’Antiquité », in J.-C. Marimoutou, J.-M. Racault (éds.), L’Ins (...)
  • 17 « Aucun scrupule religieux ne lui fit jamais abandonner ou différer une seule de ses entreprises », (...)

31C’est un peu différent chez Tacite ou chez Dion Cassius16, qui n’ignorent pas l’exotisme. Sans qu’il faille trop tirer dans le sens de l’imaginaire. Sans atteindre le degré d’indifférence religieuse de César17 et de ses officiers où les épicuriens étaient nombreux, comme les gouvernants, les historiens considéraient les terres que baignait l’Océan comme des régions à intégrer dans l’Empire, propres à fournir soldats, tributs, esclaves, produits miniers et marchandises, point de vue purement romain ne varietur quelle que soit la région concernée, hors le monde hellénique. Aussi le sens du merveilleux est-il réduit et ne faut-il pas trop insister sur l’aspect religieux de cette domination. En dépit du vers fameux de Virgile, le message religieux n’est pas premier chez les historiens.

32La politique et l’histoire sont enrôlées par le Pouvoir et ce sont d’autres disciplines, plus sensibles aux émotions et aux sentiments, la poésie et le théâtre, mais aussi la géographie et l’encyclopédie, qu’il faut solliciter. Pomponius Mela et Pline l’Ancien décrivent des êtres mi-hommes mi-bêtes, comme l’avaient fait Homère et Hérodote. Pour eux, qui croient à l’existence d’êtres fabuleux, comme le feront après eux les Pères de l’Église, il ne s’agit pas de contes ni de légendes.

  • 18 P. Trousset, « La “carte d’Agrippa” : nouvelle proposition de lecture », DHA, 19.2, 1993, pp. 137-1 (...)

33Pour éclairer les rapports entre la géopolitique romaine et la géographie savante, on regrette l’absence de représentation de la carte d’Agrippa, qui aurait permis de visualiser directement ce que le Principat, à ses débuts, donnait à voir aux Romains. Pour Pol Trousset18, la carte présentait l’Empire afin que son universalité fût directement lisible. L’océan Atlantique constituait donc une limite avec, sur ses rivages continentaux et ses îles, le nom des peuples soumis. Carte de point de vue, elle empruntait à l’art gromatique le procédé de réalisation. Jusqu’à un certain point du moins, car son établissement sur un portique implique la mise en œuvre des trois dimensions d’un espace qui n’a pas la simplicité d’un plan de géomètre. En choisissant l’axe horizontal de Gibraltar emprunté à un passage de Pline l’Ancien, l’érudit est obligé de placer Rome, qui devrait avoir une place centrale, sur un des côtés, ce qui fait problème. En revanche, la perspective et le jeu des directions cardinales qu’il propose permettent de réduire la dimension de la Terre dans le sens d’une appropriation acceptable.

  • 19 Ibid., p. 153.
  • 20 J. Peyras, Documents de l’Antiquité tardive, Besançon, PUFC, 2013, pp. 5-6, et n. 2.

34Mais puisque, de l’aveu même du savant, « la restitution proposée n’est que jeu de l’imagination »19, ne faudrait-il pas placer Rome sur le point focal de l’espace gromatique conformément aux documents d’arpentage qui posent que « Les limites maritimes seront mis en place à Rome, à partir de la Ville »20 ? Mais quelle organisation spatiale régit cet espace à trois dimensions qui n’est plus celui, pratique et purement rationnel, que construit la groma ? Quelques éléments aident à y voir clair : Rome, centre du monde ; un espace sacré construit avec ses limites maritimi et son pomœrium, cette enceinte sacrée qu’un demi-siècle plus tard Claude agrandit pour solenniser la conquête de l’île de Bretagne ; le dieu protecteur d’Octavien Auguste, Apollon, rayonnant sur l’orbe des terres ; une invitation pour l’homme à « devenir ce qu’il est », levant la tête pour considérer l’œuvre de Rome accomplie sur l’ordre des dieux, et auquel il se doit de participer en tant que citoyen romain, l’être le plus accompli de l’espèce maîtresse de la nature, contemplant la vraie réalité, celle que donne la Raison. Ce qui ressort de cette représentation, c’est l’Vrbs placée sur la partie supérieure du portique avec, autour d’elle, l’Europe, et sur les côtés perpendiculaires au sol, les deux autres continents.

  • 21 « Le monde habité d’après Strabon », dans Ch. Jacob, Géographie, p. 113. Il s’agit là d’une constru (...)
  • 22 Sur le plan intellectuel, l’époque romaine est celle de la vulgarisation et des encyclopédies. La d (...)

35Cette carte de l’Empire ne pouvait que différer de la représentation de la Terre élaborée par les Grecs, même réduite à un ensemble des trois continents, Europe, Libye et Asie, entourés de tous côtés par l’océan Atlantique ou Mer extérieure21. Pourtant, on ne trouve pas trace de conflit entre une représentation officielle du monde confondue avec l’Empire romain et la géographie savante. En fait, les deux visions du monde sont conciliables : toujours à suivre Strabon, contemporain d’Auguste, la limite est atteinte sur « l’Atlantique », soit non seulement l’océan occidental, mais celui qui encercle les terres. Vers l’Est, seul lieu où pourrait surgir une difficulté, il suffit de fixer la limite en Inde, censée être soumise aux Romains22.

  • 23 Auteur d’un traité de géographie mathématique et physique perdu, L’Océan, ce savant et philosophe s (...)

36Preuve de cette absence de conflit, la théorie des mondes multiples qu’avait exposée Cicéron d’après les travaux de Poseidonios23 est reprise par Pomponius Mela sous les Julio-Claudiens et, surtout, dans un manuel scolaire rédigé par Ampelius, sous les Antonins semble-t-il. Un passage d’Agennius Urbicus, écrit au IVe siècle, est à cet égard décisif :

  • 24 Agennius Urbicus, Controverses sur les terres, Corpus des arpenteurs romains VI, Napoli, Conzorsio (...)

La terre s’y divise (...) en quatre parties. L’une, entre l’Atlantique et la mer orientale, est fermée par l’Océan du midi et l’Océan septentrional : elle est habitable et connue ; on l’appelle en grec “oïkouméné”. Par conséquent, les autres se conçoivent par comparaison avec la partie habitable. La partie opposée à l’oïkouméné est limitée par l’océan Atlantique et par l’océan oriental et enfermée entre l’océan du midi et l’océan austral : on l’appelle “antioïkouméné”. Après l’océan septentrional et l’océan austral, il y a deux parties de la terre, séparées par l’océan du midi : la plus proche de l’austral a été appelée en grec la région des “antichtones” ; l’autre, la plus proche du septentrion, celle des antipodes, parce qu’elle occupe l’autre côté de l’hémisphère et que, par rapport au quart habitable du zodiaque, on y marche en se tenant debout en sens contraire. Quant à l’oïkouméné (...) c’est grâce à l’accroissement des ombres qu’on la ramène à des distances que l’on connaît. Elle est définie en largeur par un axe qui va de l’orient à l’occident et sa hauteur est marquée par un “cardo” septentrional ; à l’intérieur de cet espace, elle est bornée par les deux océans. On y distingue, en une division tripartite, les régions suivantes : l’Europe, la Libye et l’Asie (...). À partir de là, on pourra connaître et démontrer la condition des climats à l’intérieur desquels s’étend sur une vaste aire le territoire de l’empire romain24.

  • 25 Ibid., pp. 20-21.

37S’il n’y eut pas conflit entre la géopolitique romaine et la géographie antique, l’Atlantique y constituant une limite, deux conceptions de la géographie se heurtèrent : une chorographie, « géographie régionale » qui n’a pas fait l’objet de cartes, et une géographie plus ancienne où la description s’accompagne de la carte géométrique et, pour une large part, en dépend. Agennius Urbicus, trois siècles plus tard, y demeure fidèle : « Le monde, selon la doctrine stoïcienne, est conçu comme un ; mais les questions de nature et de grandeur qui le concernent sont élucidées par les recherches de la géométrie »25.

38Depuis Anaximandre, au VIe s. avant, la géographie, découvertes aidant, ne cessa de s’améliorer. Elle reposait sur deux principes, l’un purement mathématique et astronomique, l’autre sur la prise en compte des voyages. Aussi ne faut-il pas s’étonner qu’Ératosthène (ca 275-193), directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, utilise le livre de Pythéas, alors même qu’il calcule la dimension de la Terre. Cette démarche ouvre sur la Géographie de Ptolémée, vers 125, dont le texte autorise, grâce à l’indication de la latitude et de la longitude des lieux, la reconstitution de la carte. À l’inverse, la géographie de Polybe et de Strabon est purement descriptive. Tous deux s’élèvent contre la géographie alexandrine, qui a l’avantage de livrer une représentation visuelle qui paraît, du moins de nos jours, indispensable à la discipline.

  • 26 Ch. Jacob, Géographie, p. 50 ; Hérodote, L’Enquête, livres I à IV.

39Cette divergence n’avait pas d’incidence majeure sur la représentation de l’Atlantique. Ses dimensions pouvaient varier mais, comme on ne connaissait pas de terres au-delà de Thulé, de la Britannia, de l’Hibernia et des Îles Fortunées, on pouvait penser la limite du monde atteinte, après quoi il n’y avait qu’un immense Océan. Cette connaissance elle-même ne put s’établir qu’au fur et à mesure des découvertes et de leur mise en forme par les textes et les cartes. Or, nous manquons de jalons pour suivre progrès des découvertes ou abandon d’hypothèses, nombre de documents majeurs ayant été perdus : livres d’Hécatée, de Pythéas ou sources puniques. On sait qu’Hérodote, au Ve s. avant, n’eut qu’une idée partielle de l’Atlantique. S’il connaît les Celtes, il ne sait rien d’une mer ; il cite Tartessos, Gadeira et les colonnes d’Héraklès qu’il situe sur l’axe de l’« équateur », non loin de l’angle droit qu’il forme avec la ligne joignant les « tropiques » qui limite, très géométriquement, l’océan à l’Ouest. Plus au Sud, il voit les sources du Nil clôturer la Libye non loin de l’extrémité occidentale occupée, ainsi que les régions situées au Sud de la Libye, par un désert que bornait la mer Érythrée26. À l’Ouest, à vingt jours de marche des Garamantes, qui occupaient une partie de la Libye actuelle, il signale « une montagne qu’on appelle Atlas », qui « a donné son nom aux habitants du pays : on les appelle les Atlantes » :

Si jusqu’aux Atlantes, je puis nommer les peuples qui habitent la région des dunes, au-delà, cela m’est impossible. Cependant les dunes se prolongent jusqu’aux Colonnes d’Héraklès, et même plus loin ; elles portent, de dix jours en dix jours de marche, un gisement de sel et des habitants. Les habitations y sont faites de blocs de sel, car cette partie de la Libye ne reçoit déjà plus de pluie (IV, 185).

40Tout comme le passage consacré aux zones parallèles de la Libye, Méditerranée, région des Libyens, Grecs et Phéniciens, région des bêtes sauvages, désert de sable (II, 32), la connaissance géographique est approximative : l’ethnographie mêle des éléments de merveilleux à des renseignements objectifs, mais Hérodote raille la carte géométrique telle qu’elle avait été conçue à Milet par Anaximandre : « Ils dessinent l’Océan entourant de son cours la terre entière, qui serait toute ronde, comme faite au tour » (IV, 36).

41Cette carte ionienne admet un monde circulaire. Son équateur traverse la Méditerranée des colonnes d’Héraklès au Taurus, passant par la Sicile et par Delphes, ombilic du monde. C’est encore elle qui sert implicitement de référence à Aristote dans les Météorologiques, rédigés vers 334, qui ne retiennent ni des changements proposés par Démocrite et Eudoxe de Cnide en faveur d’une carte oblongue, ni des Histoires d’Hérodote :

Quant aux zones au-delà de l’Inde et en dehors des Colonnes d’Hercule, elles ne semblent pas, à cause de la mer, se rejoindre de façon à former, par une suite continue, un ensemble de terres habitées (362b).

42C’est ainsi que la géographie la plus spéculative, celle d’un Lycée à ses débuts, encore sous l’influence de l’Académie, sera à l’origine du voyage de Colomb. Cela donne à méditer sur le principe que l’homme utilise pour se rendre maître de la nature, lequel consiste en une projection de l’esprit en fonction d’un modèle mathématique indifférent à la réalité, simplifiée à l’extrême, lui-même étant prisonnier de l’Idée, hors du temps, dans un espace abstrait. Si nous sommes là en plein imaginaire, il n’a rien de romantique.

  • 27 J. Peyras, « Frontières du principat et arpentage : sources du droit, qualités des terres, écosystè (...)

43La géographie alexandrine n’a pas modifié cette façon de voir, ni celle de Polybe et de Strabon. Bien sûr, celui-ci a, cinq siècles plus tard, une vision plus juste des régions atlantiques : il connaît, dans la partie européenne, l’Ibérie, la Celtique et la Germanie, les îles Cassitérides de Bretagne et Ierné ; en Afrique, Tingis, Zelis, Lixos et Linx. Sa vision de l’Atlantique et du monde intègre ce qu’il considère comme sûr après élimination de tout ce qui n’est pas prouvé à ses yeux. Singulièrement réductrice, elle est en harmonie avec une vision impérialiste du monde tout aussi simplificatrice que la géographie ionienne et qui, comme elle, correspond à une vision mathématique de la réalité. La géographie romaine, c’est le limes en marche, cette force qui va, perçant les défenses ennemies et structurant l’espace conquis27. Quant à la géographie alexandrine, elle a organisé géométriquement la géographie, se contentant d’intégrer les données relevées sur le terrain dans le lacis du réseau des latitudes et des longitudes. Si Ératosthène est un savant exceptionnel qui tient compte des renseignements donnés par Pythéas et d’autres voyageurs, c’est d’abord un astronome et un mathématicien. C’est dans le cadre de la conception qu’il avait de l’univers et de la terre que tout devait s’ordonner.

  • 28 Ch. Jacob, Géographie, p. 126.
  • 29 Claudii Ptolomaei Cosmographia, tabulae, édition des planches du manuscrit latin VF. 32 (XVe siècle (...)

44Trois siècles et demi plus tard, Claude Ptolémée rédige une géographie qui connaît une singulière fortune, constituant « le point d’aboutissement de la géographie alexandrine »28 et la référence pour les siècles à venir, en grec, en latin, en arabe. Des cartes sont élaborées à partir des données chiffrées. L’originalité du travail réside dans le fait que l’auteur a indiqué la latitude et la longitude de nombreux toponymes. S’il était conscient de la nécessité d’utiliser des mesures précises, seuls, d’après Lelio Pagani, 400 lieux, sur 8000 résultent d’une observation gnomonique ou de latitude précises, alors qu’il n’avait pas à sa disposition d’indications de longitude exactes29. Qui plus est, l’évaluation des dimensions de la Terre est réduite par rapport à celle qu’avait calculée Ératosthène, beaucoup plus proche de la vérité.

  • 30 Ch. Jacob, Géographie, pp. 130-131.

45C’est un document à la fois capital et difficile à manier. Le premier support plat (pinax), que Ptolémée a décrit en détail pour l’Irlande : contours du côté Nord (localisation de cinq points), du côté Ouest (neuf), du côté méridional qui vient ensuite (quatre), du côté oriental (dix), villes de l’intérieur, îles, montre que la démarche traditionnelle consiste à suivre les rivages et à énumérer les points remarquables, la nouveauté à fournir des données chiffrées permettant l’établissement d’une carte30.

46Examinons deux exemples, celui de la partie Nord de l’île de Bretagne, correspondant en gros à l’Écosse, et celui de la côte atlantique de la Maurétanie.

  • 31 Cf. Map of Roman Britain, Scale: Sixteen Miles to One Inch, published by The Ordnance Survey, Chess (...)

47Ce qui frappe d’emblée, c’est le basculement vers l’Est accompli sur le territoire des Damnonii où fut construit le mur d’Antonin, entre le Firth of Clyde et le Firth of Forth31. Dans ces régions où la présence romaine fut faible ou inexistante, la documentation reste importante : onze peuples sont nommés au-delà des Damnonii, neuf agglomérations sont citées (trois dans l’Itinéraire Antonin), nombre d’estuaires et de fleuves sont désignés, leur identification se faisant sur la côte, sans qu’on puisse connaître leur cours à l’intérieur. Entre les Creones et les Carnonacae, tout au Nord, et les Caledonii, Ptolémée situe « La Forêt Calédonienne » (II, 3, 12), vaste étendue sauvage. C’est la région des Lochs, dont le Loch Ness, entre le Firth of Lorne et le Moray Firth. Difficile de ne pas admettre la valeur des renseignements donnés par le géographe dont la connaissance du territoire paraît sûre.

48La côte atlantique de l’Afrique est décrite avec précision et les difficultés d’interprétation tiennent à la connaissance des sources auxquelles le géographe fait appel comme à celle des capacités des navires antiques. La Géographie y articule trois espaces : la région qui va des Colonnes d’Héraklès à Cernè ; celle qui conduit de la vallée du Sous aux environs du Cap Roxo – c’est là que s’arrêteraient les connaissances de Ptolémée, sous 5°15’ de latitude, en réalité 12° selon Mannert – ; un espace au-delà, inconnu du géographe, où commencerait le voyage imaginaire.

49Ce qu’a cherché la culture gréco-romaine, c’est d’arriver à une limite. L’Atlantique en est une. Elle a mobilisé à cet effet la géométrie abstraite des Hellènes et le mythe de souveraineté des Romains. L’imaginaire social de ces peuples unis dans la même civilisation établit une unité à l’intérieur d’un monde clos, il est facteur d’intégration. Pour cela, il modélise, simplifie, rectifie, classifie, encadre.

  • 32 G. Germain, « Qu’est-ce que le Périple d’Hannon ? Document, amplification littéraire ou faux intégr (...)
  • 33 J. Carcopino, Le Maroc antique, 1947, pp. 73-163 ; G. Charles-Picard, Vie et mort de Carthage, Pari (...)
  • 34 J. Peyras, « L’exotisme et l’Afrique du Nord antique », in A. Busine, N. Dodille et C. Duchet (dir. (...)
  • 35 M. L. Marcus, Géographie ancienne, p. 622.

50Venons-en aux périples. Tâche complexe qui, dès l’Antiquité, a divisé les commentateurs, la difficulté consistant à distinguer domaines du réel et de la fable. L’exemple le plus connu, le Périple d’Hannon, polarise ainsi trois points de vue modernes : le récit est un faux (Gabriel Germain)32 ; il est authentique (Jérôme Carcopino, Charles-Gilbert Picard, Pierre Lévêque33) ; il est crédible jusqu’à Cernè, mais pas au-delà (Jehan Desanges). Voici quelques années, je me rangeai à cette dernière opinion34. Pour la partie située au-delà de Cernè, plusieurs marqueurs d’exotisme m’apparaissaient : l’esprit d’aventure et de découverte, le pittoresque, le merveilleux, qui peut demeurer dans les limites de l’humanité, mais aussi déboucher sur le mystère sacré car, à la lecture, on demeure frappé de la facilité avec laquelle s’opèrent ces passages. Ce qui n’empêche nullement que l’on considère le récit comme pleinement authentique, s’essayant à replacer sur une carte les indications fournies35. L’Hesperion Keras constituait le point de séparation entre la Libye méridionale et la Libye occidentale. Ce que le Périple d’Hannon plaçait au Sud de ce lieu, comme Le Char des Dieux ou la Corne du Sud, était marqué vers l’Est, formant la côte méridionale de la Libye jusqu’aux confins de l’Éthiopie. Ce qui était au Nord de la Corne du Couchant formait la côte Ouest de la Libye, qui se projetait obliquement, depuis l’Hesperion Keras jusqu’aux Colonnes d’Hercule, vers le Nord-Ouest. C’est, par exemple, ce qu’écrit Pline (VI, 51) : Promontorium quod uocatur Hesperion ceras ; inde primum circumagente se terrarum fronde in occasum et mare Atlanticum. En revanche, d’autres auteurs anciens refusèrent tout crédit à ce récit. Ainsi Athénée :

  • 36 Athénée, Deipn. III, 83 c.

Ayant jeté les yeux sur eux, Démocrite dit : “Si Juba raconte quelque chose de tel, qu’il aille se promener avec les livres sur la Libye et, qui plus est, avec les errances d’Hannon”36.

51Et Ælius Aristide, se moquant d’Euthymène le Marseillais :

  • 37 J. Desanges, Recherches, pp. 390-392.

Je me suis bien diverti de la mer d’eau douce qui coule au-delà de la Libye vers l’intérieur sous l’action des vents étésiens et aussi des crocodiles de cette mer et des fables massaliotes, succédané des sybariques. Car, très plaisant Euthymène, à supposer qu’Ephore dise vrai en t’attribuant cette doctrine, si tu ne t’aperçois pas que tu ne résous pas une difficulté, mais en suscites une plus grande et plus absurde qu’à l’origine, comment ne dira-t-on pas à juste titre, en raillant, que tu as l’esprit au-delà des Colonnes et de Gadès ?37.

  • 38  Contra, cf. R. Mauny, Les Navigations médiévales sur les côtes sahariennes antérieures à la découv (...)
  • 39 Pomponius Mela, Chorographie, III, 93-95. Mela était originaire de Tingentera, proche de Gadès.

52Il y a donc deux manières de lire le Périple pour la partie qui est au Sud de Cernè. Sans que les deux interprétations s’excluent d’ailleurs forcément. Si l’on accepte le voyage comme réel, il faut admettre qu’un bateau ait pu remonter le long de la côte jusqu’à Cernè. Or, faire de l’impossibilité de remonter la côte un principe me semble excessif38. Quant au côté exotique du Périple, qu’on croie ou non à la réalité du voyage, il est indéniable : thème du feu qui rappelle les Enfers homériques, enceintes emboîtées qui évoquent l’Atlantide, musique nocturne qui glace le sang, féminité à la limite de l’humain... Mais le récit demeure dans le cadre du possible et jamais ne débouche sur l’irréel, bien plus acceptable pour un esprit moderne que Pomponius Mela quand il prétend que ces femmes sont « fécondes d’elles-mêmes sans le secours des mâles » et qu’il évoque le « domaine des Pans et des Satyres »39.

  • 40 J. Peyras, « Espaces sacrés et imaginaire antique », loc. cit., pp. 109-114.

53Qu’en est-il de Cernè ? J’ai déjà proposé une lecture qui tienne compte de l’histoire, de la géographie, de la linguistique et de l’imaginaire religieux des Carthaginois40.

  • 41 Proposition de J. Carcopino, Le Maroc antique, op. cit., pp. 117-119, également rejetée par J. Desa (...)
  • 42 C’est un phénomène pan-libyque et pan-berbère (S. Chaker, Un parler berbère d’Algérie (Kabylie), sy (...)

54- Je refusais de faire du fleuve Annona un général ou un périple !41 Dans le contexte linguistique libyque, le mot paraît classiquement composé d’un nom, « Non », et d’un préfixe masculin singulier a-, sorte d’article agglutiné au mot ayant perdu son autonomie et sa valeur42. Si l’on réduit l’hydronyme à sa forme nominale simple, s’impose le fleuve « Non » ou « Noun ».

  • 43 Palaiphatos, Des choses invraisemblables, XXXI.

55- Celui-ci est au Sud de l’oued Sous et au Sud de Cernè (si, comme on le propose, elle se confond avec l’île de Mogador). Certes, il n’y a pas d’île près du fleuve Noun, en revanche, la même population peut se retrouver à la fois dans l’île et sur le continent. C’est ce qu’on lit dans Palaiphatos : « Les Cernéens sont un peuple éthiopien ; ils habitent l’île de Cernè en dehors des colonnes d’Héraklès et cultivent la Libye près du fleuve Annon(a), à l’aplomb de Carthage »43. Les Éthiopiens Cernéens de Palaiphatos, désignés d’après le nom donné à l’île par les Carthaginois, peuvent être tout aussi bien les Éthiopiens Perorsi de la région.

  • 44 N. Ph. Sander, I. Trenel, Dictionnaire hébreu-français, Genève, Slatkine Reprints, 1982, p. 656 ; D (...)

56- Les Carthaginois laissèrent des colons sur une île qu’ils nommèrent Cernè. Je cherchai donc à comprendre Cernè en punique. La racine KRN ne donnant pas de résultats, j’avais substitué à l’occlusive sourde kappa la palatale emphatique sourde qôph. En effet, le grec ne disposant pas de ce phonème, remplaçait le Q par un k, comme on fait aujourd’hui de l’arabe au français. On obtient donc QRN, vocalisé Kernè. Or, la racine trilitère QRN permet de construire les mots signifiant l’extrémité, le bout du monde, ou bien les cornes44. La première acception montre que Cernè fut pour les Puniques le lieu le plus avancé d’un établissement durable.

57- Mais la seconde acception est capitale puisqu’elle renvoie à l’imaginaire religieux de Carthage : le Bou Kornine, en arabe tunisien Bû Qûrnaïn, est la montagne aux deux sommets, aux deux cornes, siège du dieu solaire Ba’al Qarnaïm, le Saturne Balcaranensis de l’époque romaine.

58- Cette acception est d’ailleurs largement sémitique. D’autre part, c’est à partir de cette racine qu’ont été obtenus, par une traduction en grec, Hespérou Keras, la Corne de l’Occident, Notou Keras, la Corne du Sud, qui sont autant de Cernè, des extrémités sacralisées de la Terre.

59Deux sujets retiennent particulièrement : le peuplement éthiopien d’une partie des rivages ; la possibilité d’une circumduction de l’Afrique.

  • 45 G. Camps, Les Berbères, op. cit., p. 83.
  • 46 Ibid., p. 36.

60Le premier semble n’avoir pas été résolu. Gabriel Camps a proposé la division qui suit : « On pourrait tout aussi bien dire que l’Éthiopie commence au Nord avec les oasis, ou que la Gétulie se poursuit au Sud jusqu’aux limites du nomadisme blanc »45, qui présente l’avantage de ne pas rejeter au Sud du Sahara les populations mélanodermes, comme on le fait trop souvent. Or Diodore de Sicile situe des noirs en Kroumirie, dans le Nord-Ouest de l’actuelle Tunisie, et, dans le Sahara, des Équidiens éleveurs de chevaux, qui ont conquis « le Sahara en asservissant les Éthiopiens »46.

61À en croire les périples, sur la façade atlantique de la Maurétanie antique comme à l’intérieur de l’actuel Maroc, les populations mélanodermes constituaient des peuplades nombreuses.

  • 47 Périple d’Hanon, in J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 392-395.

Sur les rives [du fleuve Lixos], des nomades, les Lixites faisaient paître des troupeaux (...). Au-dessus d’eux, habitaient les Éthiopiens inhospitaliers, occupant une terre pleine d’animaux sauvages, traversée par de grandes montagnes d’où sort, dit-on, le Lixos47.

  • 48 Ibid., p. 394.

Nous naviguâmes de [Cernè] vers le Midi, douze jours, en serrant la côte tout entière occupée par des Éthiopiens qui fuyaient sans nous attendre. Ils parlaient une langue inintelligible, même pour les Lixites qui étaient avec nous48.

  • 49 Pline, HN, VI, 197.

Dans le milieu [de l’Éthiopie], une montagne élevée dominant la mer brûle de feux (...). À quatre jours de navigation (...) se trouve le promontoire appelé Corne de l’Occident : il touche à l’Afrique au voisinage des Éthiopiens Occidentaux49.

  • 50 Les navigations d’Eudoxe de Cyzique d’après Strabon II, 3, 4-5.

[Eudoxe] reprit la mer sur une distance assez longue pour rencontrer des hommes qui prononçaient les mêmes mots que ceux qu’il avait jadis transcrits. Il apprit que les hommes de ce pays étaient de la même race que les autres Éthiopiens et qu’ils étaient limitrophes du royaume de Bogus50.

62Ils y constituaient des peuples autonomes, produisant et commerçant.

  • 51 J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 396-397.

Les Cernéens sont un peuple éthiopien. Ils habitent l’île de Cernè en dehors des Colonnes d’Héraklès et cultivent la Libye près du fleuve Annon(a), à l’aplomb de Carthage. Ils sont cousus d’or (Palaiphatos)51.

  • 52 Périple du Pseudo-Scylax, 95 F 112.

À partir du cap Soleis, il y a un fleuve nommé Xion. Aux alentours de ce fleuve habitent les Éthiopiens occidentaux. Dans cette région, il y a une île nommée Cernè (...). Ce sont, ces Éthiopiens, les plus grands de tous les hommes que nous connaissons : ils dépassent quatre coudées ; il y en a même parmi eux qui ont cinq coudées. Ils portent la barbe et de longs cheveux ; ce sont les plus beaux de tous les hommes. Et celui qui règne sur eux, c’est celui qui se trouve être le plus grand. Ce sont des cavaliers, des lanceurs de javelot et des archers et ils usent des traits durcis au feu. (...) Ces Éthiopiens sont des mangeurs de viande et des buveurs de lait ; ils font beaucoup de vin du produit de leurs vignes. (...) Ils ont aussi une grande ville que les commerçants phéniciens gagnent par voie de mer. Certains disent que ces Éthiopiens ont un habitat sans interruption de là jusqu’à l’Égypte et que cette mer est continue, la Libye n’étant qu’une pointe52.

  • 53 Périple de Polybe d’après Pline, HN, V, 9-10.

Puis c’est le fleuve Salsum, au-delà duquel on trouve les Éthiopiens Perorsi et, derrière eux, les Pharusii. Font suite à ces derniers, dans l’intérieur des terres, les Gétules Darae ; en revenant sur la côte, on trouve les Éthiopiens Darathitae, le fleuve Banbotum plein de crocodiles et d’hippopotames53.

63Deux questions demeurent :

  • 54 Pour le pseudo-Scylax, l’habitat des Éthiopiens s’étend de l’oued Sous à l’Égypte, dans la zone ste (...)

64- les Éthiopiens occidentaux formaient-ils une branche d’un groupe qui allait de l’Atlantique à la Corne de l’Afrique, comme le suggèrent les navigations d’Eudoxe ou Le périple du pseudo-Scylax54 que ne contredisent ni l’archéologie ni la linguistique ? Des études d’anthropologie physique permettraient de le dire.

  • 55 Ibid., p. 142.
  • 56 Hérodote, IV, 43.
  • 57 Périple d’Hannon, Pomponius Mela, III, 93-95.

65- Les Éthiopiens étaient-ils, comme on le croit, les mélanodermes de toute l’Afrique ? Seuls sont ainsi nommés les riverains de l’Atlantique qui se trouvent à un maximum de dix-sept jours de Cernè (vers La Corne de l’Occident, en croisant le Périple d’Hannon et Pline, VI, 197), soit au Cap Juby, face aux Canaries55. Au-delà, il n’est plus question que « de petits hommes dont les vêtements usuels étaient faits de palmier »56, d’« hommes sauvages » et de femmes nommées « Gorilles »57. Les ethnies soudanaises et guinéennes à partir desquelles on fait de nos jours commencer, du Nord au Sud, les populations noires du continent, ne sont pas nommées.

66Les limites méridionales ont été différemment perçues dans l’Antiquité. La circumduction du continent, qu’auraient réalisée des marins phéniciens, nous est connue par un court récit d’Hérodote :

  • 58 J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 386-388.

Ces Phéniciens partis de la mer Érythrée, naviguaient vers la mer Australe ; quand venait l’automne, ils abordaient et ensemençaient le sol, à l’endroit de la Libye où ils se trouvaient chaque année au cours de leur navigation, et ils attendaient l’époque de la moisson ; le blé récolté, ils prenaient la mer, si bien qu’au bout de deux ans, ils doublèrent la troisième année les Colonnes d’Héraklès et arrivèrent en Égypte. Et ils racontaient – chose que, quant à moi, je ne crois pas – que, pendant qu’ils accomplissaient le périple de la Libye, ils avaient eu le soleil à droite. Voilà comment on sut d’abord ce qu’il en est de la Libye58.

67Hérodote y voit la première attestation de ce que l’Afrique « est tout entourée par la mer, sauf ce qui en confine en Asie ». La remarque des marins est pertinente : ils ont eu le soleil à droite en passant de l’océan Indien dans l’Atlantique. Constatation « naïve » mais essentielle pour eux, puisqu’elle marquait la « remontée ».

68Les autres expéditions partirent des Colonnes d’Héraklès. Elles n’aboutirent pas à une circumduction du continent et livrèrent des renseignements souvent considérés comme fabuleux : Hannon, d’après le manuscrit de Heidelberg, aurait navigué le long de la côte jusqu’à un lieu que les modernes les plus optimistes placent au Cameroun, mais que Pline situait vers l’Arabie. Mais, pour Arrien :

  • 59 Arrien, XVIII, 11-12.

Quant au Libyen Annon, parti de Carthage, il franchit les Colonnes d’Hercule. Il navigua au-delà vers la Mer Extérieure, ayant la Libye à bâbord, et jusqu’à ce que sa navigation s’effectuât vers le soleil levant, cela fit en tout trente-cinq jours. Mais quand il se détourna vers le sud, il rencontra de grandes difficultés : l’eau manquait, la chaleur était étouffante, des ruisseaux de feu se déversaient dans la mer59.

69La version de Heidelberg corrèle le retour au manque de vivres. Arrien mêle des éléments venus du Périple (chaleur, ruisseaux de feu) à une indication qui ne s’y trouve pas (manque d’eau). Il évalue à 35 jours le temps de navigation vers l’Est. Le décompte fait sur le Périple aboutit à 33 jours ½, mais ce décompte ne concerne que la période de l’exploration et le voyage vers l’Orient et rien n’est dit de la durée du retour.

70Le plus étonnant concerne l’orientation : pendant 35 jours, il a l’Afrique à sa gauche tandis qu’il navigue vers l’Est avant de cingler vers le Sud. Cette conception correspond à une vision tronquée du continent, amputé de sa plus grande part. Elle peut être mise en rapport avec l’idée d’une zone ignée qui rend presque impossible la possibilité de toute vie, soutenue par Parménide (Strabon, II, 2, 2), tandis qu’Aristote (Météor., II, 5, 11) croyait que l’espace intertropical était interdit à l’homme. La navigation est interrompue bien plus tôt dans le Pseudo-Scylax :

  • 60 Ibid., p. 415.

Au-delà de l’île de Cernè, on ne peut plus naviguer en raison du peu de profondeur de la mer, de la vase et des algues. Les algues sont d’une palme et leur pointe est si aiguë qu’elle transperce (...). Certains disent que ces Éthiopiens ont un habitat qui s’étend sans interruption de là jusqu’à l’Égypte et que cette mer est continue, la Libye n’étant qu’une pointe60.

  • 61 Hérodote, L’Enquête, IV, 181.

71Ce qui suggère que le continent s’étendait au Sud de la région du Sous à l’Égypte. C’est là la conception d’Hérodote : « C’est la région des dunes, qui va de Thèbes en Égypte aux Colonnes d’Héraklès »61. L’océan borderait donc cette région, réduisant considérablement la dimension de l’Afrique. L’idée d’un océan extérieur est très nette dans les vers de Poséidonios rapportés par Strabon :

  • 62 Strabon, II, 3, 5.

Aucune ceinture de continent ne le sangle, Il déverse à l’infini ses eaux que rien ne souille62.

72Une circumduction, des voyages le long de la côte africaine à partir des Colonnes d’Héraklès, l’existence d’un océan extérieur enveloppant le continent et aboutissant à l’Asie, l’impossibilité de poursuivre le voyage au-delà de Cernè, de franchir la zone ignée, toutes ces thèses se côtoient, se superposent, se heurtent parfois, un scepticisme moqueur, voire agressif constituant une position courante. Finalement, les Méditerranéens n’ont pas découvert en profondeur le continent africain, ni même ses côtes.

73On ne peut clore cet aperçu géographique sans rappeler que la question des sources du Nil fut débattue par les Anciens. D’aucuns les cherchèrent au Sud de l’Égypte ; Euthymène, explorateur massaliote de la seconde moitié du VIe s. avant, aurait proposé une origine maritime. Pour Sénèque :

  • 63 Sénèque, N. Q., IV a, 2, 22.

Nous avons à ce sujet le témoignage d’Euthyménès de Marseille : “J’ai navigué, dit-il, sur la mer Atlantique. Le Nil en découle. Il monte, tant que les vents étésiens soufflent en leur saison. La mer est chassée sous l’impulsion de ces vents. Elle se calme, quand ils ont cessé et le Nil coule avec une moindre masse d’eau. Cette mer a d’ailleurs la saveur de l’eau douce et des animaux semblables à ceux du Nil63.

  • 64 Ælius Aristide, Orat., XXXVI, 95-96.
  • 65 J. Desanges, Recherches, op. cit., a réfuté ces assertions, pp. 17-27.
  • 66 Wikipedia, l’encyclopédie libre, s.v. « Niger (fleuve) ».

74Les Anciens ont critiqué cette assertion qu’Ælius Aristide qualifie de « contes de nourrice pour endormir les enfants qui ne trouvent pas le sommeil »64. Mais l’époque moderne l’a souvent prise au sérieux, d’aucuns identifiant le Nil au Sénégal65. La confusion originelle repose sur la forme donnée à l’Afrique et sur la difficulté de distinguer les nombreux cours d’eau portant ce nom. Cette difficulté demeure, et ce d’autant que des érudits croient que les Anciens ont non seulement longé les côtes atlantiques jusqu’au Cameroun, mais traversé le Sahara jusqu’au Niger. Ainsi a-t-on pu dire du Girin, que porte la Table de Peutinger : « Ce fleuve est nommé Grin, d’autres l’appellent Nil. On dit qu’il coule sous l’Éthiopie ( = l’Afrique) et qu’il se jette dans le lac du Nil »66.

75Que l’hydronyme ait un sens en berbère touareg est une chose, qu’on affirme qu’Etyopium signifie Africa en est une autre, difficilement acceptable. En réalité, les idiomes chamito-sémitiques sont bien représentés aussi dans l’Est du continent (98 % des parlers éthiopiens). Aussi est-il raisonnable de rechercher dans la Corne de l’Afrique les indications du document latin, d’autant que les Romains, s’ils ont peu pénétré le centre et l’Ouest du continent, ont été très actifs en Mer Rouge et dans l’océan Indien.

76Je terminerai cet examen en revenant sur un passage du Périple d’Hannon qui n’a guère ému les Modernes, ni d’ailleurs les auteurs anciens qui ont recueilli l’information :

  • 67 J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 396-397.

Beaucoup plus nombreuses étaient les femmes (gunaîkes). Elles avaient le corps velu et les interprètes les appelaient Gorilles Des femmes, nous en saisîmes trois qui, mordant et griffant ceux qui les entraînaient, ne voulaient pas les suivre. En conséquence, les ayant tuées, nous les écorchâmes et rapportâmes les peaux à Carthage67.

  • 68 Th. Savage et J. Wyman, « Notice of the external Characters and Habits of Troglodytes Gorilla, a ne (...)

77Les femmes – et les hommes – de l’île appartenaient au genre humain, cela ne fait aucun doute. Si en 1847, on qualifie de gorillas un grand singe du Gabon68, cela ne fait pas des primates de ces femmes, tuées pour avoir tenté d’échapper à la capture. Pourquoi les Puniques, qui n’avaient jusqu’alors attaqué personne, voulurent-ils s’en emparer ? Parce qu’elles étaient velues. Pomponius Mela (III, 93-95) et Pline (VI, 200) se sont fixés sur ce point. Que voulait-on en faire ? Les exhiber comme les animaux des zoos ? Les sacrifier ? Les deux probablement. Que la mort ait dû survenir, c’est ce que donne à penser le fait que leurs peaux rejoignent le « temple de Junon » (i.e. de Tanit), où on pouvait les voir jusqu’à la prise de Carthage, d’après Pline (VI, 200).

78Les Colonnes d’Héraklès sont l’expression la plus attestée. Correspondaient-elles au détroit de Gibraltar, soit à un secteur compris entre Algesiras et Ceuta, Tarifa et Tanger ? Hérodote les concevait sans doute ainsi, qui ignore Gadeira (IV, 42-43), les bateaux longeant exclusivement la côte africaine. En revanche, Ælius Aristide semble avoir confondu les Colonnes et le secteur de Gadeira, parlant de « Carthaginois qui ont navigué à l’extérieur de Gadeira » (Orat., XXXVI, 93), alors que les sources indiquent que les navires ne passaient pas par ce port dans les relations avec l’Afrique. Pline emploie l’expression détroit de Gadès, qui semble se confondre avec les Colonnes d’Hercule car il n’y a pas à proprement parler de détroit de Gadès (HN, V, 9-10) et indique de quelle distance il était séparé de Lixus, signe que des relations directes existaient entre les deux ports.

79Géographiquement, les Colonnes d’Héraklès et Gadeira marquent les limites occidentales de l’oikoumène, au bout de l’axe qui traverse la Méditerranée pour aboutir en Asie. Elles sont aussi le point d’appui vers un au-delà qui diverge en trois directions : la côte africaine ; l’Ouest, comme le montre le Périple d’Himilcon ; la côte ibérique, gauloise, germanique, les mers de l’Europe occidentale et les îles. Elles marquent donc une limite, qui correspond à l’Ouest de la Méditerranée ; point de départ vers l’Atlantique, elles sont aussi un trait d’union entre les deux.

80La tradition veut que Gadir ait été fondée en 1100 avant par les Phéniciens de Tyr. Utique aurait été créée à la même date. Les Tyriens auraient donc fondé des établissements en longeant les côtes méridionales de la Méditerranée. Une première option consiste à recevoir cette date, replaçant cette expansion dans le contexte général du développement commercial du monde égéen à partir du XIIIe s., mettant en relation la fondation phénicienne avec le royaume de Tartessos, riche en argent et en cuivre, avec les besoins en métaux, abondants sur les côtes ibériques et au-delà. Une autre conduirait à rappeler la fondation de Carthage en 814 et à faire de Gadir une fondation punique, Carthage qui a pris le contrôle de Gadir, alors en pleine décadence, à la suite de la chute de Tyr en 574. Alors, jusqu’à la fin de la seconde guerre punique (201), la métropole punique contrôle les Colonnes d’Héraklès et exploite à son profit les ressources régionales.

  • 69 F. Destaing, Étude sur le Tachelhît du Sous, Vocabulaire français-berbère, Paris, Bibliothèque de l (...)

81On ne sait comment les Phéniciens, puis les Carthaginois, nommaient la ville. La racine trilitère GDR est certaine, et probable l’origine phénicienne du nom. Elle est pansémitique, et même chamito-sémitique, comme le montre agadir, le fort en berbère69, Gadir signifiant sans doute le fort de pierre.

  • 70 Pline l’Ancien, II, 67, 169, trad. J. Desanges.

82C’est dans ce contexte qu’intervient le Périple d’Himilcon, au milieu du Ve s. avant : « alors que la puissance de Carthage était florissante, Hannon, après avoir effectué un périple depuis Gadès jusqu’aux bornes de l’Arabie, fit de cette navigation une relation écrite, tout comme Himilcon, envoyé à la même époque pour reconnaître la façade extérieure de l’Europe »70.

  • 71 B. Cunliffe, The Extraordinary Voyage of Pytheas the Greek, New York, Penguin Books, 2003, p. 40.

83C’est l’interprétation la plus courante, qui fait admettre qu’Himilcon avait exploré les côtes atlantiques. Rien n’empêche pourtant qu’on donne à Europeæ une signification autre pour comprendre : « tout comme Himilcon, envoyé à la même époque pour reconnaître les espaces extérieurs à l’Europe ». C’est ce qu’a pensé Barry Cunliffe quand il a traduit : « to explore the parts beyond Europe »71.

  • 72 Ibid., pp. 38-40.

84Il faut donc remonter à la source que constitue le poème Ora maritima de Rufus Festus Avienus. Description des côtes, le poème va au-delà, non point seulement parce qu’il évoque des îles, mais parce que ce texte est un composé complexe de sources diverses où, dans le cas qui nous occupe, les renseignements donnés par un document qui traitait du Périple d’Himilcon furent introduits artificiellement dans le corps du texte en trois endroits (v. 117-129, 380-389, 406-415)72. Contentons-nous du second, qui est décisif :

Poursuivant dans la région occidentale à partir de ces Colonnes (porro in occiduam plagam ab his columnis), Himilcon rapporte que la houle se déroule à l’infini, que la mer s’étend au loin, que l’eau salée s’allonge sans fin. Personne n’a jamais approché ces eaux, personne n’y a amené son navire parce qu’il n’y a aucune brise qui donne une impulsion, ni aucun souffle d’air qui aide le bateau. De ce fait, parce qu’une brumaille couvre l’air d’une sorte de vêtement, un nuage toujours tient la houle et persiste tout au long d’une journée plutôt humide (380-389).

85C’est bien vers l’Ouest, vers la pleine mer, au cœur donc de l’Atlantique, que le document fait aller Himilcon, deux mille ans avant Christophe Colomb.

  • 73 B. Cunliffe, The Extraordinary Voyage, op. cit., p. 40.
  • 74 P. Lévêque (Empires et barbaries, op. cit., p. 7) suggérait que les îliens découverts par Euphémos (...)
  • 75 Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, VII.

86Il ne faut donc pas confondre les voyages d’Himilcon et de Pythéas, qu’il faut placer vers 325, source d’un livre désormais perdu, Sur l’Océan, qui fut utilisé par Érathostène, Artémidore et Strabon. Le premier pénétrait au cœur de l’Océan ; le second visait l’Europe atlantique. Le but du Carthaginois est difficile à connaître : recherche du jardin des Hespérides73, reprise d’une voie frayée par le Grec Euthyménos ? Si d’aucuns croyaient que des terres existaient vers le couchant74, le dessein de Pythéas est d’abord économique : Massalia était confrontée à des difficultés d’approvisionnement dues aux confrontations traditionnelles qui l’opposaient aux Puniques et aux Étrusques comme aux bouleversements du monde celtique pendant la période de la Tène. Comme le pense B. Cunliffe, il est probablement passé par l’isthme Agde-Bordeaux, via le corridor parcouru de nos jours par le Canal du Midi, par Toulouse et Bordeaux. Les raisons qu’il avance nous semblent décisives : contrôle carthaginois du détroit de Gibraltar et de la côte ibérique, distance réduite de plus de cinq sixièmes. La suite du voyage mène vers Kyrtôma (Péninsule Armoricaine), Ouexisame (Ouessant), Belerion (Land’s End, dans les Cornouailles), la plus proche source d’étain, ce métal indispensable à la fabrication du bronze dont on connaissait depuis des temps reculés un lieu d’extraction, les îles Cassitérides, évaluation d’Albion à 4875 milles romains, Thulé enfin, probable Islande. Si les renseignements que livrent les sources sont crédibles : recherche de l’or et de l’ambre, descriptions de phénomènes naturels ou scientifiques (soleil de minuit, cercle polaire, sphéricité et obliquité terrestres, marées, détermination de la latitude, formation de la banquise), deux points invitent à la prudence. Le premier est récurrent en histoire ancienne : manque le livre de l’explorateur. Le second procède d’attaques virulentes d’auteurs qui refusent des réalités inconcevables pour eux : la possibilité de vivre hors des zones tempérées, « De l’Afrique brûlée en Thulé froidureuse »75.

87Si bien des incertitudes demeurent, il apparaît que les périples atlantiques ont été le fait des Phéniciens, des Puniques, des Grecs, des Perses, les Romains, quant à eux, se contentant de contrôler les mers où ils règnent en maîtres dès le IIIe siècle avant, encerclant symboliquement les terres et créant des bases militaires portuaires là où ils ne dominaient pas l’hinterland. Vltima Cernè, extrema Thulé, la limite du monde de l’imperium universel était atteinte sur l’Océan. Le scepticisme du principal géographe, Strabon, qui acheva, semble-t-il, sa Géographie sous Tibère, repose le plus souvent, pour ce qui est de l’Atlantique, sur des documents très antérieurs, y compris pour des secteurs facilement accessibles. Il faut donc examiner son œuvre avec prudence.

88Nous en venons à l’imaginaire, aux mythes transmis par Homère et par Hésiode. Dans La Théogonie, Océan est l’aîné des six Titans, fils de Gaia, divinité issue du Chaos primordial, et d’Ouranos, lui-même lié à Gaia. Océan est le seul Titan qui ne soit pas entré en guerre contre Zeus et les Olympiens. Le mythe est clair, qui retrace le cheminement de l’Origine à l’Ordre, en passant par la Terre qui engendre le Ciel auquel elle s’unit, Océan, qui a son origine dans la Terre-mère dont tout dépend, entrant dans le dessein de mise en ordre du Monde. Dans L’Iliade en revanche, Océan est l’entité primordiale. Deux mythes opposés, l’un transmis par un paysan qui condamne le trafic maritime dans Les travaux et les jours, l’autre par un poète ionien en phase avec la mer.

89Faut-il s’en tenir à une explication aussi simple ? Ou continuer de distinguer fable et mythe, quitte à introduire une catégorisation moderne ? Car nul ne croit plus au voyage d’Ulysse, à l’Atlantide, au séjour de Jonas dans la baleine, à la geste d’Héraklès. En revanche, les modernes considèrent autrement les fables, telle L’Histoire véritable de Lucien qui déclare lui-même avoir tout inventé, et le mythe, porteur de significations sociétales. Qu’en était-il pour les Anciens ? « Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? », s’interrogeait Paul Veyne.

  • 76 J. Peyras, « L’exotisme et l’Afrique du Nord antique », loc. cit., p. 409. Le Livre de Jonas fut ré (...)

90Si un esprit sceptique peut lire dans l’histoire de Jonas fuyant vers Tarsis, « loin de la Face de Yahvé » (I, 3), la limitation du pouvoir divin, ce pouvoir s’arrêtait un peu au-delà du détroit de Gibraltar, au niveau de Gadir et de Tarsis-Tartessos76. En tout cas, l’odyssée du prophète est riche de résonances théologiques et morales : pour les Israélites, qui lisent le livre le jour du Yom Kippour, il rappelle que le pardon peut se substituer au châtiment, et que cette décision de l’Eternel doit être un exemple pour l’humanité ; pour les chrétiens, Jonas préfigure le Christ dans la théologie des Pères de l’Église qui privilégiaient la typologie, démarche prisée par l’orthodoxie.

91Est-ce transposable sur les mythes grecs ? La réponse ne va pas de soi. L’Odyssée, directement concernée par l’errance d’Ulysse, est un texte dont on ne connaît pas le but premier. Le poème devint important à l’époque hellénistique dans le cadre de la paidéia, important mais non fondateur comme L’Iliade. Quand Alexandre chevauchant sur les traces de Dionysos se chercha un modèle ce fut Achille, et ce fut Alexandre qu’on plaça près du temple d’Héraklès à Gadès. Ulysse quant à lui, n’y est pas attesté, bien qu’on ait cru dans l’Antiquité à sa venue sur les bords de l’Atlantique. Le mythe existe, mais son efficacité est relative.

  • 77 Platon, Œuvres complètes, XIV, Lexique de la langue philosophique et religieuse de Platon par Edoua (...)

92Il n’y a, en revanche, aucune difficulté pour assigner au mythe de l’Atlantide la signification de « récit allégorique à portée philosophique »77. Ce type de mythe, dans l’œuvre de Platon, est destiné à faire comprendre une pensée complexe.

  • 78 F. Hartog, « Ulysse et ses marins », L’Histoire, 52, 1-1983.
  • 79 V. Bérard, Les Navigations d’Ulysse, Paris, Armand Colin, 1927-1929.
  • 80 Homère, L’Iliade, L’Odyssée, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1995, p. 701.

93L’analyse de François Hartog a fait date78 : on ne croit plus à la réalité du voyage d’Ulysse, comme toute une génération admirative des travaux de Victor Bérard79 et Louis Bardollet a montré l’absence de repères géographiques dans l’errance du héros80. Faut-il pour autant admettre qu’Homère ne savait rien de l’Océan et que ses connaissances fondaient à mesure qu’il s’éloignait des côtes grecques, comme l’indique la pertinence des déplacements de Télémaque et le flou de ceux de Ménélas ? Ulysse, parvenant sur les rives d’Océan, échappe à la colère de Poséidon, à l’origine de ses tribulations. Tout se passe comme si la souveraineté de l’Olympien était limitée par le domaine du Titan Océan, comme en réponse au mythe d’Hésiode, Océan étant récompensé par sa neutralité lors de la Titanomachie. Transposé sur le plan du réel, cela tend à montrer que, dès Homère, on n’ignorait pas que la Méditerranée était bornée par l’Océan.

  • 81 Chant X.

94Homère n’en savait certainement pas plus. Les indications données par Circé au fils de Laërte le montrent : Borée doit permettre au héros de franchir l’Océan « aux tourbillons profonds » pour qu’il pénètre « dans la fangeuse demeure d’Hadès » après que sa nef aura abordé près d’« un petit promontoire » et d’« un bois de Perséphone, avec de grands peupliers et des saules dont périssent les fruits »81. La rupture se produit ici.

  • 82 Chant XI.

La nef atteignit les limites du cours profond de l’Océan. Là se trouvait le pays et la cité des Cimmériens, recouverts de vapeurs et de nuées. Jamais sur eux ne descend le regard rayonnant du lumineux soleil82.

  • 83 Tacite, La Germanie, III.

95Si l’on tient au rapport au réel, il importe que Borée soit un vent du Nord et les Cimmériens, dans la littérature, plutôt des peuples du Nord ou de l’Est. Une tradition rapporte « qu’Ulysse aussi dans ces longues et merveilleuses erreurs, porté jusqu’en cet Océan, a rendu visite aux terres de Germanie et qu’Asciburgium, ville située au bord du Rhin et aujourd’hui encore habitée, fut par lui fondée et dénommée ; bien plus, un autel consacré par Ulysse et où l’on avait aussi gravé le nom de Laërte son père aurait été jadis découvert au même endroit »83, ajoutant aux incertitudes s’il fallait chercher chez Homère un rapport avec une géographie réelle au-delà de la distinction entre la Méditerranée et un Océan que l’aède se représente mal, mais où il place un peuple organisé dans le cadre de la cité, bien qu’il relève du monde des ténèbres que les Anciens plaçaient de préférence dans le Nord. Nous sommes dans un marais, comme dans L’Énéide. Mais Virgile a donné à l’épisode des Enfers une tout autre dimension. C’est là qu’Énée, qui sort transfiguré de son séjour, reçoit la révélation du destin de Rome. Ulysse, lui, se contentera de rentrer à Ithaque reprendre un pouvoir contesté, hors de toute dimension eschatologique.

96Et l’Atlantide ? On hésite à accepter que cette terre ait un rapport avec la réalité. Qu’il y ait eu un continent dont l’effondrement se serait produit voici 10.000 ans est une chose, que le souvenir, conservé chez les Égyptiens, ait été transmis aux Grecs en est une autre, douteuse. Si l’on ne prendra pas position dans un débat resté sans issue, c’est que l’intérêt du mythe ne réside pas dans son rapport avec la réalité historique : il n’y a pas eu de guerre entre Athéniens et Atlantes.

  • 84 Platon, Timée, 25 b.

97S’il existe un mythe de l’Atlantide que les chercheurs ont cherché à décrypter, il n’y a pas dans le récit de Critias de mythe de l’Atlantique. Ce n’est pas au-delà des Colonnes d’Héraklès qu’il faut chercher la cité idéale. Elle ne pouvait s’y réaliser, malgré une géométrisation de l’espace imputable à Poséidon pour les cercles, à ses enfants mortels pour les lignes droites, faute d’être gouvernée par des philosophes formés à la contemplation des Idées. Manque à l’Atlantide l’Épistémè platonicienne. Les dirigeants auraient-ils conservé une vie droite qu’ils n’auraient pu réaliser La République. C’est l’essentiel. S’y ajoute l’incapacité des dirigeants atlantes à se limiter, qui les pousse à des conquêtes que rien ne justifie. L’écho est clair de ces textes, écrits vers 358-356, au traité de Xénophon Les revenus, rédigé vers 355, où l’auteur donne une leçon de bon sens aux dirigeants de la cité : l’impérialisme ne sert qu’au malheur et aux guerres destructrices, quand Athènes pourrait aisément se suffire. Démesure qui conduit les Atlantes à leur perte face à l’armée civique de cette Athènes des origines qui avait déjà construit, d’après Critias, la cité idéale. Les sacrifices chthoniens des rituels religieux évoquent celui d’Ulysse traversant l’Océan et parvenu à l’entrée de l’Hadès. La signification de ces actes religieux perpétrés par la race de Poséidon a interrogé. On peut les penser liés au fait que Poséidon avait établi l’Atlantide sur un domaine qui pouvait lui être contesté aussi bien par l’Océan, qui encerclait ses terres, que par l’Hadès, sur lequel il reposait et les sacrifices chthoniens sont bien ceux qui sont dus au maître des Enfers. Aussi « l’île Atlantide s’abîma dans la mer et disparut »84. Océan avait repris ce que Poséidon lui avait dérobé.

98Le mythe de l’Atlantide ne concerne pas l’Atlantique. Miroir de l’Autre, il renvoie à la cité idéale que fut l’Athènes des origines et qui doit être l’Athènes du futur.

  • 85 C. Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir, mythe et histoire, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

99La présence d’Héraklès sur les bords de l’Atlantique est liée au jardin des Hespérides et à sa victoire sur Géryon. C. Jourdain-Annequin observe qu’Hésiode est « le premier qui donne à voir, pareillement situés au-delà de l’illustre Océan », les Hespérides et Géryon, protagonistes du héros dans les « deux épreuves que la tradition prête à Héraklès, lorsque s’achève la série des athloi, imposés par Eurysthée : épreuves toutes deux localisées aux confins des terres habitées ou supposées telles et dont la structure symétrique – qu’elle soit géographique ou symbolique – ne manquera pas de nous retenir »85. Force est de constater que le mythe s’est heurté à la géographie : le héros s’est arrêté sur les bords de l’Atlantique, les temples de Gadeira, de Tanger et de Lixos marquant les limites de sa marche vers l’Ouest. Alors que Dionysos s’enfonce vers l’Orient pour conquérir l’Inde, Héraklès, dans la tradition la plus courante, remonte en solitaire vers le Nord. C’est l’origine de cette voie héracléenne que suivit Hannibal en direction de l’Italie. Si le héros passe ensuite en Italie suivant la tradition la mieux attestée, d’autres le signalent plus au Nord, aussi bien chez les Germains d’après une tradition rapportée par Tacite (La Germanie, III) que sur la côte des Cornouailles selon Ptolémée (II, 3, 15).

100L’analyse du mythe fait ressortir un échec. Rien ne dit que le héros doive bifurquer vers le Nord ou que son armée doive se disperser dans l’actuel Maghreb. Bien au contraire, recherchant les Hespérides, il aurait dû s’avancer dans l’Atlantique :

  • 86 Hésiode, Théogonie, la naissance des dieux, 211-216.

Nuit enfanta (...). C’est sans dormir avec aucun des dieux que la Nuit obscure eut ces enfants. Puis ce furent les Nymphes du soir, les Hespérides, qui, au-delà de l’illustre fleuve-Océan, ont le souci des belles pommes d’or et des arbres portant ce fruit86.

101La géographie d’Hésiode est erronée :

  • 87 Ibid., 287-294.

Chrysaor Glaive-d’Or eut pour enfant Géryon aux trois têtes, de son union avec Callirhoè Belles-Eaux, fille de l’illustre Océan. Celui-là, Héraklès le Violent le tua et le dépouilla, près de ses bœufs tourne-pieds dans Ertythie la Rouge battue des flots, en ce jour où, justement, il poussa devant lui les bœufs au large front jusqu’à la sainte Tirynthe, franchissant le gué du Fleuve-Océan, après avoir tué Orthos, et le bouvier Eurytion, dans leur parc à bestiaux brumeux, au-delà de l’illustre Océan87.

  • 88 Tacite, La Germanie, Paris, Les Belles Lettres, 1983, p. 70.

102Le rapport entre le Jardin des Hespérides et Héraklès est plus tardif, mais l’incertitude géographique n’a pas été corrigée. Héraklès aux portes du soir. En réalité, l’horizon de l’Ouest demeurera toujours une énigme : « L’immense Océan de là-bas, situé pour ainsi dire de l’autre côté de l’univers, est rarement visité par des navires venus de notre monde »88, écrivait Tacite en 98, à une époque où était pourtant achevée, du moins officiellement, la conquête de la Britannia et où Trajan était, depuis un an, Germanicus, ce qui n’empêchait pas l’historien d’écrire :

  • 89 Ibid., pp. 70-71.

Et qui donc, sans parler des périls d’une mer âpre et inconnue, quittant l’Asie, l’Afrique ou l’Italie, ferait voile vers la Germanie, vers ses pays sans forme, son ciel rude, triste à habiter comme à voir, à moins qu’elle ne soit la patrie ?89.

103Héraklès est arrivé aux limites du monde antique. Il n’est pas allé au-delà, poursuivant sa quête en remontant vers le Nord.

104Il est finalement très différent de Dionysos. Si tous deux sont fils de Zeus et d’une mortelle, placés à deux extrémités du monde, la ressemblance s’arrêta là. Dionysos marche triomphalement sur l’Inde, dans un enthousiasme et une exubérance où se manifeste l’énergie de la Nature. Héraklès est un héros solitaire qui a à accomplir ce qu’on exige de lui. Destructeur des monstres qui peuplent l’oikoumène, il sert l’ordre divin, celui de Zeus ou, devenu Hercule, de Jupiter et de son substitut terrestre, Rome.

105Héraklès gagne l’Atlantique après avoir accompli maints exploits dans le monde hellénique, en Méditerranée, terme général qui cache un compartimentage très marqué chez les Anciens, malgré l’expression latine mare nostrum, qui ne date que des Flaviens. Une divinité punique, Melqart, était déjà présente sur ces bords. Qu’Héraklès se soit substitué à Melqart est une réalité. Mais, héros européen, il est autre. Sa geste se situe en Grèce, en Espagne, en Italie, en Germanie, en Grande-Bretagne. Melqart, en revanche, présidait à des explorations des côtes méridionales que n’a pas repris Héraklès et rien ne rapproche la divinité carthaginoise du héros solitaire et souffrant au service de l’ordre divin et humain.

106Comme les explorateurs, Héraklès a buté sur l’immensité de l’Océan, sur cet horizon de flots déchaînés tout ensemble hors de l’ordre olympien et des possibilités humaines d’alors. Ni Madère, ni les Açores n’étaient connues des Méditerranéens. Quant aux Canaries, si elles échangent avec le continent pendant la période historique de l’Antiquité, elles n’ont connu aucun changement ethnique depuis le Néolithique. Plus au Nord, les Anciens avaient des contacts étroits avec les îles Britanniques et atteignirent probablement l’Islande. Mais le voyage d’Himilcon, si, comme nous le croyons, il se déroula au cœur de l’Atlantique, resta sans lendemain.

107Un auteur grec pourtant, a imaginé, au IIe s., un tel voyage. Imaginé, puisque Lucien déclare d’emblée entasser « mille mensonges divers ». Les deux livres de L’Histoire véritable parodient largement des ouvrages antérieurs sur l’océan et bien des passages sont directement en prise avec notre sujet.

un jour, partant des Colonnes d’Hercule, le cap à l’ouest, vers l’Océan, je m’embarquai, par un vent favorable. La cause de mon voyage et son intention étaient l’activité de mon esprit et mon désir de choses nouvelles, ainsi que la volonté de savoir où s’arrêtait l’Océan et quels étaient les hommes qui habitaient sur l’autre rive. Pour accomplir mon dessein, je fis provision d’une grande quantité de vivres, je mis à bord suffisamment d’eau, j’enrôlai cinquante de mes camarades animés du même désir que moi-même, je préparai quantité d’armes et, après m’être assuré, à prix d’or, les services du meilleur pilote possible, je fis mettre mon bateau (qui était un brigantin) en état de supporter une navigation longue et difficile. Donc, pendant une nuit et un jour, nous naviguâmes avec le vent, mais sans faire beaucoup de route, car la terre restait en vue ; le lendemain, au lever du soleil, la brise fraîchit, la mer devint forte, le temps sombre et il ne fut même pas possible de carguer la toile. Nous nous abandonnâmes donc au vent, nous laissant pousser par lui, et nous allâmes ainsi pendant soixante-dix-neuf jours. Le quatre-vingtième, le soleil se montra brusquement et nous vîmes, à quelque distance, une île élevée et boisée, entourée d’une barre assez faible ; d’ailleurs, déjà, le plus fort de la tempête était passée.

  • 90 Lucien, Histoire véritable, dans Romans grecs et latins, Paris, Gallimard, 1958, pp. 1346-1348.

Nous abordâmes donc et nous débarquâmes (...). Nous nous étions éloignés de la mer, à travers bois, d’environ trois stades lorsque nous vîmes une stèle de bronze, portant une inscription en caractères grecs, effacés et usés par le temps, disant : “Jusqu’ici sont venus Héraclès et Dionysos”90.

  • 91 Ibid., p. 1345.

108Lucien avertit que son récit est mensonger. Mais un récit n’est mensonger que si l’auteur cherche à tromper les lecteurs. Il aurait « bien donné les noms » de ceux « qui ont composé des livres remplis de choses qui tiennent du prodige et de la légende », mais chacun doit « les reconnaître soi-même sans ambiguïté en lisant ». En revanche, il dénonce « par exemple, Ctésias (...) qui a beaucoup écrit sur l’Inde et ce qui s’y trouve, alors qu’il ne l’a jamais vue et n’en a jamais entendu parler par quelqu’un qui lui ait dit la vérité », et « Iamboulos », qui, « lui aussi, a écrit beaucoup de récits merveilleux concernant la Grande Mer »91. Pourquoi ces deux auteurs, qui ne traitent pas du même sujet que lui, le premier décrivant l’Orient, le second les mers du Sud par delà l’Afrique ?

  • 92 C’était déjà le rêve d’Alexandre de parvenir aux Colonnes d’Hercule par l’Océan oriental.

109On peut penser que Lucien rapporte des éléments qui faisaient débat, justement en rapport avec l’Atlantique. Ainsi les Anciens avaient mis à la voile vers l’Ouest, pensant y découvrir terres et êtres vivants, humains inclus. La sphéricité de la Terre était alors une hypothèse admise par beaucoup. Que les explorateurs découvrent en un même lieu Héraclès, héros du Couchant, et Dionysos, dieu du Levant, met cette idée en scène. Ils sont attestés sur cette île occidentale, Dionysos ayant atteint le bout du monde par l’Orient, où il touche à la terre découverte par un Héraclès qui a mis cap à l’Ouest92. Que Lucien ait fait de l’île découverte à quatre-vingt jours du détroit de Gibraltar le point de rencontre des deux découvreurs serait-il une manière de dire que, s’il y a là matière à réflexion, la parodie que constitue le roman n’est pas nécessairement éloignée, sinon de la vérité, du moins du possible ?

110Il ressort de cette enquête qu’il faut envisager d’une part le mythe, de l’autre géographie et ethnographie, politique et voyages de découverte que seul Lucien vient unir, autour du mythe de l’île des Bienheureux qui touche au réel sous couvert de fable.

111Qu’en est-il des mythes qui entourent l’Atlantique ? L’Océan, qu’Homère et Hésiode regardaient comme un fleuve, est un lieu qu’on pénètre ou franchit. Dans L’Odyssée, il ouvre l’accès à un autre monde, celui des Enfers, royaume d’Hadès et de Perséphone, soustrait à la puissance de Poséidon et remet sur la voie du foyer et de la patrie. Chez Hésiode, il mène au jardin des Hespérides, lieu d’un bonheur éternel. Dans les deux cas, l’Océan est un dieu-fleuve qui participe de l’ordre du monde olympien tout en jouissant dans ce cadre d’une large autonomie.

112Chez Platon, on retrouve ce conflit entre Océan et Poséidon. L’effondrement de l’Atlantide manifeste la victoire du premier, mais l’Atlantide n’a qu’un rôle secondaire dans le mythe. Repoussoir, il fait comprendre a contrario ce que doit être la cité idéale au point de vue économique et moral.

113Complexe, la geste d’Héraklès est tissue de traditions multiples. On y retrouve le jardin des Hespérides, la mise en ordre du monde, la souffrance d’un héros qui doit accomplir des missions qu’il n’a pas choisies. Héraklès, successeur de Melqart sur les rivages atlantiques, bute sur l’immensité maritime, s’en détourne, remontant vers le Nord. Comme c’est le cas ailleurs, l’Ouest fait place au Nord, tous deux signifiant les ténèbres et le froid, comme déjà chez Homère.

114L’Atlantique a-t-il eu une signification forte ? Il ne semble pas. Il est symboliquement lié à la mort qui, chez la plupart des Grecs et des Romains, ne laisse qu’une ombre habitée par le regret. L’apothéose d’Héraklès est celle d’un individu solitaire. S’il existe bien une spiritualité liée au Couchant, plus ou moins marquée selon qu’il est question du voyage d’Ulysse liée à la paidéia, de l’Atlantide dans les commentaires néoplatoniciens qui faisaient du Timée le couronnement de la progression mystique, des interprétations israélites et chrétiennes du livre de Jonas, du parcours initiatique d’Héraklès, elle ne concerne pas directement l’Atlantique.

115Que représente l’Atlantique dans le cadre de l’histoire ? Les voyages de découverte précèdent le contrôle de la Méditerranée par Rome. L’imperium aboutit à une conquête de la plupart des rivages et des îles de l’Atlantique Nord, et d’une mince partie de la côte africaine. Nul explorateur romain n’est allé aussi loin que les navigateurs puniques et grecs. Il est vrai que la réalité de ces voyages fut âprement débattue. Si le refus crispé que professent nombre d’auteurs grecs et latins, en phase avec la géopolitique du Principat, peut irriter, il signale deux difficultés d’ordre intellectuel : le recours à la critique de livres parfois vieux de plusieurs siècles, l’absence d’un contrôle de la réalité spatiale contemporaine. On traite Pythéas de menteur, on se moque de Hannon, mais on se garde bien d’aller voir sur place, même dans des provinces romaines. C’est pourquoi il faut toujours en revenir à la géographie alexandrine, d’Érathostène à Ptolémée. Ils n’ont pu résoudre les problèmes que posait la connaissance de l’Océan, mais ils ont calculé la dimension de la terre, établi la latitude par des calculs astronomiques, la longitude par les périples.

  • 93 Friedrich Nietzsche, La Naissance de la tragédie, chap. XVIII.

116Ainsi apparaît la faible part que joue l’Atlantique dans l’imaginaire des Grecs et des Romains. Simple limite du monde qui se confond avec l’Empire qu’ils dominent pour les Romains, les mythes grecs se brisent sur ces rivages océaniques. Seuls les Alexandrins prennent en compte une réalité dont les éléments s’ordonnent dans un cadre mathématique qui permet de construire des cartes accompagnées de légendes pertinentes. Il y a donc bien imaginaire : géopolitique dans un cas, mathématique dans l’autre. Imaginaire, parce qu’il se range dans l’illusion « socratique ou alexandrine » dont parlait Nietzsche93, celle d’une civilisation dominée par une froide rationalité qui simplifie le réel pour le structurer.

Haut de page

Notes

1 G. Camps, Les Berbères, Mémoire et identité, Paris, Errance, 1997, pp. 27-28.

2 G. Camps, Aux origines de la Berbérie, op. cit., p. 32.

3 Salluste, Bellum Iugurtinum, XVII.

4 Ibid., XVIII.

5 Zozime, Histoire nouvelle, II, 33. J. Peyras, « Espaces sacrés et imaginaire antique », Ailleurs imaginés, Cahiers CRLH-CIRAOI, 6, 1990, p. 110.

6 J. Ferguson, « Classical contacts with West Africa », in Africa in classical Antiquity, in L. Thompson, J. Ferguson (ed.), Ibadan University Press, 1969, pp. 1-25.

7 G. Camps, Aux origines de la Berbérie, op. cit., p. 15.

8 Socrate disait déjà dans le Phédon : « Je suis persuadé que la Terre est immense et que nous, qui l’habitons du Phase aux Colonnes d’Hercule, nous n’en occupons qu’une petite partie, répandus autour de la mer comme des fourmis ou des grenouilles autour d’un étang, et qu’il existe beaucoup d’autres peuples qui habitent ailleurs en beaucoup d’endroits semblables ».

9 Cicéron, De la République, Des lois, VI, XVI.

10 Ibid., VI, XX.

11 Ibid.

12 Platon, Théétète, 208b.

13 Horace, Odes, III, XXIV, v. 33-41.

14 Ibid., III, XXIV, v. 21-28.

15 Tacite, Vie d’Agricola, XXX.

16 J. Peyras, « L’île et le sacré dans l’Antiquité », in J.-C. Marimoutou, J.-M. Racault (éds.), L’Insularité, thématique et représentations, Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 32-35.

17 « Aucun scrupule religieux ne lui fit jamais abandonner ou différer une seule de ses entreprises », Suétone, Vie des douze Césars, I. César, LIX.

18 P. Trousset, « La “carte d’Agrippa” : nouvelle proposition de lecture », DHA, 19.2, 1993, pp. 137-157.

19 Ibid., p. 153.

20 J. Peyras, Documents de l’Antiquité tardive, Besançon, PUFC, 2013, pp. 5-6, et n. 2.

21 « Le monde habité d’après Strabon », dans Ch. Jacob, Géographie, p. 113. Il s’agit là d’une construction moderne, l’auteur n’ayant pas cartographié sa géographie.

22 Sur le plan intellectuel, l’époque romaine est celle de la vulgarisation et des encyclopédies. La découverte et la recherche scientifiques « fondamentales » sont closes. En revanche, la géographie devient plus attentive aux réalités régionales.

23 Auteur d’un traité de géographie mathématique et physique perdu, L’Océan, ce savant et philosophe stoïcien séjourna à Gadès.

24 Agennius Urbicus, Controverses sur les terres, Corpus des arpenteurs romains VI, Napoli, Conzorsio Interuniversitario Gérard Boulvert, 2005, pp. 22-29, trad. O. Behrends et al.

25 Ibid., pp. 20-21.

26 Ch. Jacob, Géographie, p. 50 ; Hérodote, L’Enquête, livres I à IV.

27 J. Peyras, « Frontières du principat et arpentage : sources du droit, qualités des terres, écosystèmes », in R. Bedon, E. Hermon (éds.), Concepts, pratiques et enjeux environnementaux dans l’Empire romain, Caesarodunum XXXIX, 2005, pp. 197-251.

28 Ch. Jacob, Géographie, p. 126.

29 Claudii Ptolomaei Cosmographia, tabulae, édition des planches du manuscrit latin VF. 32 (XVe siècle) de la Bibliothèque Nationale de Naples, Orasamaggiore Torriana-Paris et Bookking International, 1990, p. V.

30 Ch. Jacob, Géographie, pp. 130-131.

31 Cf. Map of Roman Britain, Scale: Sixteen Miles to One Inch, published by The Ordnance Survey, Chessington Surrey, England, 1956.

32 G. Germain, « Qu’est-ce que le Périple d’Hannon ? Document, amplification littéraire ou faux intégral ? », Hespéris, 1957, XLIV, pp. 207-248.

33 J. Carcopino, Le Maroc antique, 1947, pp. 73-163 ; G. Charles-Picard, Vie et mort de Carthage, Paris, 1975, pp. 118-122 ; P. Lévêque, Empires et barbaries, IIIe siècle avant J.-C.–Ier siècle après J.-C., Paris, Librairie Générale Française, 1996, p. 301.

34 J. Peyras, « L’exotisme et l’Afrique du Nord antique », in A. Busine, N. Dodille et C. Duchet (dir.), L’Exotisme, Cahiers CRLH-CIRAOI, 5, 1998, pp. 410-413.

35 M. L. Marcus, Géographie ancienne, p. 622.

36 Athénée, Deipn. III, 83 c.

37 J. Desanges, Recherches, pp. 390-392.

38  Contra, cf. R. Mauny, Les Navigations médiévales sur les côtes sahariennes antérieures à la découverte portugaise (1434), Lisbonne, 1960, pp. 10-19 ; J. Desanges, Recherches, p. 9. Contra, J. Peyras, « L’aventure maritime dans l’Antiquité », in J.-M. Racault (éd.), L’Aventure maritime, Cahiers CRLH, 12, 2000, pp. 19-21.

39 Pomponius Mela, Chorographie, III, 93-95. Mela était originaire de Tingentera, proche de Gadès.

40 J. Peyras, « Espaces sacrés et imaginaire antique », loc. cit., pp. 109-114.

41 Proposition de J. Carcopino, Le Maroc antique, op. cit., pp. 117-119, également rejetée par J. Desanges, Recherches, op. cit., p. 46.

42 C’est un phénomène pan-libyque et pan-berbère (S. Chaker, Un parler berbère d’Algérie (Kabylie), syntaxe, Aix-en-Provence, 1983, p. 84).

43 Palaiphatos, Des choses invraisemblables, XXXI.

44 N. Ph. Sander, I. Trenel, Dictionnaire hébreu-français, Genève, Slatkine Reprints, 1982, p. 656 ; D. Reig, Dictionnaire arabe-français, français-arabe, Paris, As-Sabil, Larousse, 1983, 4239, 4240.

45 G. Camps, Les Berbères, op. cit., p. 83.

46 Ibid., p. 36.

47 Périple d’Hanon, in J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 392-395.

48 Ibid., p. 394.

49 Pline, HN, VI, 197.

50 Les navigations d’Eudoxe de Cyzique d’après Strabon II, 3, 4-5.

51 J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 396-397.

52 Périple du Pseudo-Scylax, 95 F 112.

53 Périple de Polybe d’après Pline, HN, V, 9-10.

54 Pour le pseudo-Scylax, l’habitat des Éthiopiens s’étend de l’oued Sous à l’Égypte, dans la zone steppique et désertique bordée par la mer. C’était déjà la représentation que s’en faisait Hérodote.

55 Ibid., p. 142.

56 Hérodote, IV, 43.

57 Périple d’Hannon, Pomponius Mela, III, 93-95.

58 J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 386-388.

59 Arrien, XVIII, 11-12.

60 Ibid., p. 415.

61 Hérodote, L’Enquête, IV, 181.

62 Strabon, II, 3, 5.

63 Sénèque, N. Q., IV a, 2, 22.

64 Ælius Aristide, Orat., XXXVI, 95-96.

65 J. Desanges, Recherches, op. cit., a réfuté ces assertions, pp. 17-27.

66 Wikipedia, l’encyclopédie libre, s.v. « Niger (fleuve) ».

67 J. Desanges, Recherches, op. cit., pp. 396-397.

68 Th. Savage et J. Wyman, « Notice of the external Characters and Habits of Troglodytes Gorilla, a new Species of Orang from the Gaboon River », Proceedings of the Boston Society of Natural History, X, 1847, p. 417.

69 F. Destaing, Étude sur le Tachelhît du Sous, Vocabulaire français-berbère, Paris, Bibliothèque de l’École des Langues Orientales Vivantes, Librairie Ernest Leroux, 1938, p. 132.

70 Pline l’Ancien, II, 67, 169, trad. J. Desanges.

71 B. Cunliffe, The Extraordinary Voyage of Pytheas the Greek, New York, Penguin Books, 2003, p. 40.

72 Ibid., pp. 38-40.

73 B. Cunliffe, The Extraordinary Voyage, op. cit., p. 40.

74 P. Lévêque (Empires et barbaries, op. cit., p. 7) suggérait que les îliens découverts par Euphémos de Carie aient été originaires des Antilles et rappelait que les Gaulois Boïens avaient livré à un proconsul des Indiens naufragés sur les côtes de Germanie. Sur le plan mythique, il y a le jardin des Hespérides et l’énigme de l’Atlantide.

75 Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques, VII.

76 J. Peyras, « L’exotisme et l’Afrique du Nord antique », loc. cit., p. 409. Le Livre de Jonas fut rédigé entre 500 et 450.

77 Platon, Œuvres complètes, XIV, Lexique de la langue philosophique et religieuse de Platon par Edouard des Places, S.J., Paris, Les Belles Lettres, 1989, p. 355.

78 F. Hartog, « Ulysse et ses marins », L’Histoire, 52, 1-1983.

79 V. Bérard, Les Navigations d’Ulysse, Paris, Armand Colin, 1927-1929.

80 Homère, L’Iliade, L’Odyssée, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1995, p. 701.

81 Chant X.

82 Chant XI.

83 Tacite, La Germanie, III.

84 Platon, Timée, 25 b.

85 C. Jourdain-Annequin, Héraclès aux portes du soir, mythe et histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1989, pp. 11-12.

86 Hésiode, Théogonie, la naissance des dieux, 211-216.

87 Ibid., 287-294.

88 Tacite, La Germanie, Paris, Les Belles Lettres, 1983, p. 70.

89 Ibid., pp. 70-71.

90 Lucien, Histoire véritable, dans Romans grecs et latins, Paris, Gallimard, 1958, pp. 1346-1348.

91 Ibid., p. 1345.

92 C’était déjà le rêve d’Alexandre de parvenir aux Colonnes d’Hercule par l’Océan oriental.

93 Friedrich Nietzsche, La Naissance de la tragédie, chap. XVIII.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Peyras, « Les Méditerranéens et l’Atlantique dans l’Antiquité : géographies et anthropologie », Babel, 29 | 2014, 13-55.

Référence électronique

Jean Peyras, « Les Méditerranéens et l’Atlantique dans l’Antiquité : géographies et anthropologie », Babel [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://babel.revues.org/3585 ; DOI : 10.4000/babel.3585

Haut de page

Auteur

Jean Peyras

Université de Nantes - CRHIA (EA 1163)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org