Navigation – Plan du site

Avant-propos

Patrick Hubner et José García-Romeu
p. 7-11

Texte intégral

1C’est par la figure du prisme, qui renvoie à la vision d’une réalité déformée, qu’il serait possible d’envisager les représentations littéraires des Amériques depuis cinq siècles. Il y a d’abord l’invention au sens fort de l’Amérique, par la geste de Colomb, soucieux d’évangéliser le Nouveau Monde en une croisade dont il rend compte aux Rois catholiques. Les noms de baptême des anciennes Antilles traduisent cette vision chrétienne d’une Terre de Promission, qui devient vite Terre de Perdition avec les exactions des Conquistadors tantôt loués tantôt honnis par la tradition littéraire. Par ailleurs c’est d’après le nom d’un navigateur, successeur de Colomb, Amerigo Vespucci, que les cosmographes de Saint Dié ont baptisé ce continent sorti des brumes de l’ignorance, officiellement à la fin du XVe siècle, plus secrètement dès le IXe siècle.

2Intervient ensuite la vague de colonisation de l’Amérique du Nord qui porte dans son onomastique les traces de cette succession, voire de la superposition, des occupations espagnole, puis anglaise et française, jusqu’à leur concurrence par-delà l’Indépendance des États-Unis. Il est significatif que se trouve, en Californie du Sud, la plus vieille mission, celle de San Juan Capistrano, et que les noms de lieux dans le Sud des Etats-Unis, de la Californie à la Floride en passant par l’Arizona et le Nouveau Mexique, gardent les traces de cette colonisation espagnole que la guerre de 1846-48 contre le Mexique n’aura pas effacées. Dans son ouvrage intitulé The New Golden Land : European Images of America from the discoveries to the present time (London, Allen Lane, 1976), significativement consacré aux représentations iconographiques des Amériques, l’historien Hugh Honour souligne la forte rémanence de la première colonisation espagnole, nourrie des relations des missionnaires franciscains et jésuites, sur l’image de l’Amérique du Nord et leurs imitateurs anglais et français, jusqu’à provoquer la confusion des deux Amériques dans sa description.

3Dans une perspective comparatiste, européenne et franco-américaine, ce mélange, voire ce métissage, se retrouve dans les écrits de Voltaire avec la figure du Huron dans L’Ingénu, jusqu’à l’image de l’Indien européanisé dans le cycle américain de Chateaubriand, que Butor met en relief dans son approche critique. Tandis qu’en Angleterre se développe aussi à la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle l’Amérique modèle de l’Enlightenment comme l’illustre la formule de John Locke reposant sur une Amérique abstraite et rêvée : In the Beginning all the world was America (The Second Treatise on Civil Government, London, 1690). Par ailleurs, c’est aussi l’avènement de l’Amérique européenne et méditerranéenne au XIXe et au XXe siècle, avec le tourisme international, qui conduira Fitzgerald à plonger dans une Amérique intérieure et dangereuse, en une manière de miroir qui revient au bord de la Méditerranée.

4La définition de ces trois domaines (Amérique de la Découverte espagnole / Amérique des croisements coloniaux / Amérique comme modèle et miroir européen) qui constitue le trièdre du prisme américain, avec ses formes et ses déformations successives dans les modes de représentations littéraires, pourra être complétée transversalement par une approche conjointe des contre-cultures : ainsi Borges a parodié la culture populaire nord-américaine dans certains de ses textes fondateurs, alors que Kerouac, Ginsberg et Burroughs, les trois apôtres de la Beat Generation, ont subverti le modèle américain des années 1960 pour essayer d’échapper à la matérialité d’une société vers la spiritualité d’autres horizons, achevant de déformer la réalité dans la parabole des Clochards célestes. Tandis que la réaffirmation des minorités culturelles se traduit par la tentation de l’indianisme en Amérique latine comme en Amérique du Nord avec la figure omniprésente du chaman ou le retour à un tellurisme précolombien, doivent encore être prises en compte les revendications d’autres minorités sociales et politiques, génériques et ethniques, dans le champ des déformations littéraires du prisme américain.

5C’est en trois mouvements voisins que se regroupent les contributions du présent numéro à l’image des trois faces du prisme américain. D’abord l’Amérique latine avec l’article de Geneviève Dragon éclairant à partir de La Frontière de verre de Carlos Fuentes le prisme d’une identité culturelle et nationale morcelée entre la mémoire et l’oubli, dans un Mexique qui est l’illustration d’un métissage complexe depuis l’Europe latine de la conquête au miroir déformant de l’influence nord-américaine. Cette problématique croisée se retrouve dans la réflexion de José Garcia-Romeu consacrée à l’Argentine confrontée à l’immigration massive d’Europe à partir de 1860 qui en modifie profondément le paysage. D’une part, cette immigration radicalise la pensée nationaliste et xénophobe, mais d’autre part, elle ouvre la possibilité de l’image positive d’un homme nouveau issu du métissage entre les vieux créoles et les Européens récemment débarqués. Dans le prolongement de cette réflexion mais appliquée à l’Amérique centrale, se situe la question posée par Lobna Mestaoui de l’héritage africain lié à la révélation de l’identité créole et l’appartenance à l’aire caraïbe. L’assimilation précédente à l’Occident est ainsi contredite par la revendication de l’indigénisme et la négritude pour dépasser cette « ruine intérieure » dénoncée par Chamoiseau dans une confrontation violente et l’éclatement du prisme littéraire.

6Ensuite le passage à l’Amérique du Nord se fait dans une perspective culturelle comparable grâce à l’étude d’Ophélia Claudel exploitant la voix de Toni Morrison pour doubler la rébellion de la minorité afro-américaine par le cri de libération du corps féminin, dans une posture inspirée de Virginia Woolf pour marquer le caractère universel de ce corps-à-corps de la femme avec l’écriture. Dans un autre esprit, ce parallèle mettant l’Amérique au miroir se retrouve transposé dans l’étude d’Aurélie Dell’olio sur le récit d’une croisière maritime de l’américaine Edith Wharton en Méditerranée comparée au récit de l’écrivain anglais D. H. Lawrence, dans la différenciation de deux regards, de deux visions culturelles entre un écrivain du Nouveau Monde et un écrivain du Vieux Monde par rapport à la culture du voyage. Une autre facette du prisme américain se voit marquée par une comparaison entre l’œuvre phare de Kerouac, On the Road, publiée en 1957, récemment adaptée au cinéma, et la mise en fiction d’un fait divers tragique avec le Voyage au bout de la solitude paru sous le titre original d’Into the Wild en 1996 sous la plume du journaliste écrivain Jon Krakauer, transposée pour les écrans par Sean Penn, relatant l’histoire vraie d’un jeune homme ayant trouvé la mort pour avoir abandonné la civilisation pour la nature sauvage du Grand Nord. C’est toute une parabole de l’enchantement au désenchantement qui définit ainsi un demi-siècle de littérature et de cinéma américains.

7Enfin, le dernier mouvement de ce numéro accorde une large place à l’Amérique au miroir de la littérature et de la culture françaises. Ainsi Laure Lévêque s’interroge sur l’Amérique comme avenir d’une illusion des promesses de la jeune République à l’expansionnisme de la nation moderne qui se révèle brutalement. Ce qui provoque une distorsion entre l’image positive portée par les principes premiers qui ont inspiré la Révolution française et les réalités politiques, sociales et économiques dénoncées par les écrivains du Vieux Monde, en un prisme déformant laissant place à des fantômes. Cette ambivalence, David Maurry va même jusqu’à en trouver l’expression dans l’enchantement angoissé de Chateaubriand, par delà la révélation qui n’est autre que celle de l’écriture, de ce non-lieu où l’écrivain se rêve quelque part hors de l’Histoire, qu’il s’agisse de l’Amérique coloniale révolue ou alors d’une Amérique anticipée par-delà l’Histoire, en tout cas l’Amérique comme ailleurs source d’enchantement littéraire chez un écrivain hanté par l’angoisse de l’Histoire. Pour clôturer ce dernier mouvement, Isabelle Perreault montre cette autre ambivalence devant l’américanisme qui apparaît très présent en France dès les années vingt, en se basant sur les représentations de la musique jazz dans la production littéraire de l’époque. La musique américaine servira alors de prisme à travers lequel la culture française cherche à se redéfinir sur le plan esthétique et, de cette rencontre, naîtra une nouvelle manière de penser l’art.

8En marge de ce numéro thématique comme en un autre prisme possible s’inscrit l’article de fond que James Dauphiné, fondateur de la revue Babel et du Laboratoire du même nom consacre à la Collégiale de Clans, humble monument religieux de l’arrière-pays niçois mais dont la profonde signification symbolique est révélée par cette importante étude qui dévoile les correspondances secrètes de pareille architecture sacrée. L'artiste niçois Moya, qui a décoré de peintures originales les murs plus récents de la petite chapelle Saint Jean Baptiste un peu à l'écart du village, a accepté de revenir vers le monument emblématique de la Collégiale en nous offrant un beau dessin à l'encre, tout en grâce et en légèreté, autre façon d'écrire la pluralité que notre publication cultive avec entêtement. Qu’il en soit chaleureusement remercié. Enfin, fermant le volume, Sangoul Ndong fait dialoguer Le Discours des misères de Ronsard et Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné afin de démontrer comment ce dernier s’inspire du maître de la poésie française tout en renversant ses intentions grâce à une rhétorique combative qui joue contre Catherine de Médicis et pour la défense des Protestants.

9Pour conclure, nous souhaitons remercier également Laure Lévêque et Ana-Célia García-Romeu pour leur participation au travail d’édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Hubner et José García-Romeu, « Avant-propos  », Babel, 28 | 2013, 7-11.

Référence électronique

Patrick Hubner et José García-Romeu, « Avant-propos  », Babel [En ligne], 28 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://babel.revues.org/3437

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org