Navigation – Plan du site

Pierre Charmoz : La montagne à seins nus, un roman érotique de montagne, ou de la destruction du mythe alpin par le langage

Pierre Charmoz: La Montagne à seins nus, or, the Debunking of the Alpine Myth trough Language
Pierre Charmoz, La Sierra de los pechos desnudos o la destrucción del mito alpino por el lenguage
Michel Mestre
p. 133-146

Résumés

La Montagne à seins nus de Pierre Charmoz est l'un des rares romans de montagne dans lequel l'érotisme joue un rôle important. C'est également une tentative de remise en cause des mythologies sur lesquelles le roman de montagne s'appuie, pour n'en garder que l'aspect léger et humoristique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression est de Gian Piero Motti, 1994, et s’applique à l’alpiniste anglais Edward Whymper,
  • 2 Traduction de l’anglais « where there is a will, there’s a way » : il s’agit de la première partie (...)

1Alpinisme, langage de l’esprit, alpinisme, langage du corps ? La première partie de cette assertion a été largement et abondamment illustrée par les alpinistes eux-mêmes et les exégètes du mouvement alpin. Les spécialistes du roman de montagne, entre autres, comme Michel Ballerini ou Max Chamson, n’ont pas manqué non plus de le souligner. Et les ouvrages de littérature montagnarde sont légion, dans lesquels l’alpinisme est considéré avant tout comme une gymnastique intellectuelle et / ou sentimentale. Ainsi l’alpiniste n’y apparaît certainement pas comme un athlète, sportif à la musculature impressionnante et à la résistance hors du commun, même si toute entreprise alpine sous-entend la mise en branle d’une mécanique corporelle complexe, mais plutôt comme une force qui va, une volonté, qui ne peut qu’être de fer, ou mieux d’acier. Cette tendance à « l’alpinisme comme lutte titanesque1 » va culminer dans la phrase devenue ce poncif très répandu dans le milieu alpin, que « là où est une volonté, il y a un chemin2 », marquant nettement le primat de l’intellect sur le corps.

2Ce langage issu de l’esprit ne peut qu’être l’apanage justement d’un bel esprit, d’un être cultivé, appartenant de préférence à un milieu bourgeois, ou même mieux, aristocratique, et lorsque cet esprit supérieur, je n’ose écrire d’élite, se propose de mettre par écrit ses expériences, ses sentiments, ses espoirs et ses peurs, il ne peut le faire qu’au travers d’un langage noble, parfois poétique, souvent épique, mais jamais commun, vulgaire ou même simple. C’est essentiellement de là que viennent les images transmises depuis des décennies par des alpinistes écrivains / écrivant et c’est également là qu’est né l’imaginaire de la haute montagne, duelle car elle renvoie au haut, comme au bas, à Dieu comme au Diable, à la beauté comme à la laideur, à l’extase comme à la souffrance (extatique elle aussi, bien souvent).

  • 3 Voir le célébrissime roman de Roger Frison-Roche.
  • 4 Odon Vallet, 1975, p. 173-174.
  • 5 GEM, p. 600.
  • 6 Voir les ouvrages de Felicitas von Reznicek, 1967 et Cicely Williams, 1979.

3Dans ce contexte il est une thématique privilégiée par bien des auteurs, que l’on peut résumer sous le terme « d’amitié virile ». Le héros alpin est un homme, fort, cela va de soi, même si sa force n’est pas, comme nous l’avons vu, simplement physique, mais surtout morale : par le biais de la corde, il est relié à un autre homme, avec lequel il partage joie et peine, facilité et difficulté, avec qui il constitue plus qu’une équipe, une cordée (corde = cordon, ombilical bien entendu). Et la littérature alpine fourmille d’hymnes à la cordée qui culminent dans le personnage du guide « premier de cordée3 ». Ainsi donc l’alpinisme sera surtout présenté « comme un symbole de pureté, d’abnégation, de désintéressement et d’héroïsme4 ». Dans toute cette production la femme n’a que peu de place, que ce soit dans l’alpinisme classique des années 1850-1918, puis, par la suite, dans la révolution sestogradiste des années 30 et ce jusqu’à l’époque plus récente des conquêtes féministes et de l’éclatement de l’alpinisme en diverses pratiques sportives, au premier rang desquelles figure l’escalade. Le comte Alain de Chatellus, alpiniste français du début du XXe siècle, est à cet égard quasiment un modèle : son livre Alpiniste, est-ce toi ? suscite des réactions antinomiques. Pour la Grande encyclopédie de la montagne c’est un « ouvrage qui explore en profondeur la psychologie de l’alpiniste5 » et il est typique d’une lignée d’alpinistes, que l’on peut qualifier de purs et durs, c’est-à-dire intransigeants sur les principes d’éthique de l’alpinisme comme sur ceux d’une morale que nous qualifierons de civile. Pour d’autres, entre autres pour beaucoup d’auteurs féminins, on a affaire à ce que l’on peut lire de plus rétrograde et de plus réactionnaire en matière de réflexion sur la place de la femme dans un groupe social. Car là où l’intransigeance est la plus complète c’est bien au sujet de la femme. Point de salut pour elle en montagne, car ni son âme ni son corps ne sont en définitive adaptés à ce milieu. Peu d’auteurs ont généralement dépassé une telle thèse, sauf des femmes, alpinistes bien souvent, pour qui une telle opinion allait à l’encontre de toute une philosophie de libération, libération de l’esprit par l’accès à la connaissance et à la culture, et libération du corps par l’évolution des mœurs. Que l’on songe que les premières alpinistes femmes, des Britanniques presqu’exclusivement, allaient en montagne avec un équipement plus adapté à une soirée mondaine qu’à une pratique sportive, et qu’une des premières femmes à porter des pantalons lors de ses ascensions, les mettait et les enlevait à bonne distance de tout lieu habité, le départ et l’arrivée se faisant en robe et en crinoline, comme il sied à une dame alpiniste ! Le langage du corps avait donc un sexe, masculin comme il se doit, surtout pas féminin6.

  • 7 Eugen Guido Lammer, 1935, Guido Rey, 1920.
  • 8 Tita Piaz, 1977.
  • 9 Georges Livanos, 1979.

4Le corollaire de cette mythologie spécifique à l’alpinisme est le ton particulier adopté par la majorité des « écrivains » alpinistes : froid, digne d’une rédaction de fiche technique, c’est l’exigence des premiers alpinistes britanniques, ceux qui ont créé la discipline, et qui l’ont imposée, dans un premier temps, aux autres nations. Il ne s’agissait alors que de décrire, de livrer des informations à caractère scientifique, même si, très vite, les auteurs de récits vont faire sauter ce cadre étroit pour y introduire leurs propres préoccupations. Le style en sera aussi lyrique, emphatique, ampoulé souvent, et ce sera essentiellement la tendance des mystiques de la montagne, comme Eugen Guido Lammer dans Jungborn [ = Fontaine de jouvence, pour la traduction française] ou de l’Italien Guido Rey7. Il y aura également le récit docte et professoral, représentatif de toute une catégorie d’alpinistes issus des milieux universitaires ou de la haute fonction publique. Mais d’humour, point, ou très peu, et dans cette catégorie deux livres, deux auteurs s’imposent. L’un est italien et se nomme Giambattista Piaz. Guide célèbre et recherché, personnage à l’engagement politique affirmé (Piaz, né autrichien en 1879 dans le Trentin, irrédentiste convaincu, deviendra italien après la Première Guerre mondiale, mais aura maille à partir avec les fascistes à cause de ses idées socialistes}, son livre, Le diable des Dolomites, fourmille d’anecdotes toutes plus savoureuses les unes que les autres et est écrit dans un style alerte et agréable à lire8. L’autre est français, il s’agit de Georges Livanos, et son livre Au-delà de la verticale, illustre, dès le titre, l’humour très particulier de son auteur9. Mis à part ces deux exemples, peu, ou pas, d’excès humoristiques. L’alpinisme est un domaine qui prête peu à sourire, et quasiment pas à rire. Tout au plus y tolère-t-on l’humour, de préférence s’il se manifeste à rencontre des « touristes », des non-initiés, ou de quelques travers de comportement des alpinistes eux-mêmes.

5Mais s’il est un domaine qui est totalement absent des préoccupations des écrivains montagnards, c’est bien celui de la relation sexuelle (et non pas amoureuse) : aucun texte ne l’aborde, aucun ne la mentionne, nous nous trouvons face au vide le plus complet, au tabou intégral, c’est l’oubli freudien par excellence.

  • 10 Interview de l’auteur in Alpinisme et Randonnée, n° 67, juin 1984, p. 10.
  • 11 Les « géhachems » sont une allusion très perfide aux membres du célèbre Groupe de haute Montagne, c (...)

6C’est alors qu’apparaît Pierre Charmoz. L’homme est mystérieux, le nom Charmoz, qui fait référence à une série de sommets célèbres de Chamonix, est un pseudonyme. De l’auteur je sais ce qu’il a bien voulu confier lors de quelques interviews et ce que m’a transmis au téléphone son éditeur, en fait peu de choses : après tout ce n’est pas l’essentiel. Car Charmoz s’est spécialisé dans l’écriture de textes non conformes aux canons habituels de la littérature ayant trait à l’alpinisme, usant, abusant même, du pastiche, de la dérision, de la provocation et du deuxième, voire du troisième degré, ce qui est un comble pour un alpiniste, car Charmoz est (était ?) un pratiquant assidu. L’inconvénient toutefois de ce genre littéraire est la difficulté de lecture pour les non-initiés, ceux à qui le milieu alpin et ses polémiques sont étrangers. Dans Cime et Châtiment il parodie à la fois le roman policier à tendance pornographique, du type des célèbres romans de gare (SAS ou la série des OSSexe), et le roman d’amour en montagne. Avec L’Héroïque aventure d’Henriette de Tourville sur la cime du mont Blanc, selon moi bien meilleur, il pastiche les romans libertins du XVIIIe, jouant avec les poncifs de l’imaginaire alpin et, surtout, avec le corps de ses héroïnes. Il lance surtout un premier gros pavé dans la mare du conformisme, faisant de deux jeunes femmes particulièrement délurées les premières ascensionnistes du mont Blanc. Balmat et Paccard doivent en verdir de rage, à moins que ce ne soit la vérité ! Dans Première ascension népalaise de la tour Eiffel, il s’en prend aux récits des grosses expéditions himalayennes, « un genre extrêmement déplaisant et impérialiste10 ». Par un renversement complet de la perspective, ce sont les Népalais qui deviennent les « sahibs » et les Européens, ici les Français baptisés « géhachems », sont de pauvres porteurs voués à toutes les avanies11. Parmi ces ouvrages La montagne à seins nus s’avère être le plus subversif, justement, peut-être, parce que son titre n’est pas équivoque et qu’il aborde de front la question du sexe en alpinisme, en faisant du plaisir le moteur fondamental de sa pratique.

  • 12 L.M., P. 10.
  • 13 L.M., p. 32.
  • 14 L.M., p. 12 et 25.
  • 15 L.M., p. 21.
  • 16 L.M., p. 32.

7L’histoire met en scène Marcellin Le Dahu (allusion au mythique animal possédant des pattes de différentes longueurs), « à la réputation de guide consciencieux », à la tête de toute une clientèle de femmes « pour la plupart singulièrement riches et aux mœurs scandaleusement libres12 ». La philosophie de Marcellin est l’hédonisme conçu comme étant « la réalité reconnue et recherchée du plaisir de l’escalade conjugué à l’escalade incessante du plaisir13 ». Face à lui se dresse Oscar Grenouillard, dit le Grand Derche, à la tête des « jaunistes » (passer en jaune signifie, en escalade sur parois, grimper sans toucher certains pitons. L’expression viendrait d’un très fort grimpeur belge, Claudio Barbier, 1938-1977). Les jaunistes sont adeptes « d’un culte déviant qui prétend - contre toute logique - allier montagne et ascétisme et extirper de la pratique de l’escalade tout soupçon de plaisir ». La secte se caractérise donc par un discours fondamentaliste, très moralisateur. « Il [Oscar] exhorte les jaunistes à ne toucher les prises que du bout des doigts, à ne pas mettre la main dans les fentes trop allusives, à boycotter les arrondis trop suggestifs et à vider leur esprit et leurs corps de toute trace de concupiscence14 », Ils vénèrent la déesse Dalle (une dalle est, en escalade, un mur vertical, souvent très lisse et difficile) qui sert à tester les capacités en escalade des impétrants, et accessoirement à procurer au chef, « par ailleurs un beau gaillard aux muscles souples et au sexe batailleur15 », un contingent de mignons dévoués. Le Grand Derche est secondé par un suppôt de Satan, le fanatique Bousier. « De toute évidence la démarche des jaunistes est aux antipodes de nos préoccupations » dira Marcellin16.

  • 17 L.M., p. 27.

8Charmoz raconte ensuite comment Marcelline le Dahu, sœur ô combien accorte de Marcellin, va espionner la secte des jaunistes. En butte au discours primaire et machiste du Grand Derche (« Vous savez que notre saint ordre est interdit à la gent féminine, espèce inférieure dont les capacités ascensionnelles sont limitées par la nature à une perpétuelle excitation de tous les sens, ce qui réduit considérablement leur aptitude à la Connaissance des Voies lumineuses [...] Bref, elles sont tout juste bonnes... à faire cuire la tambouille du bivouac17. »), Marcelline va pourtant battre les grimpeurs jaunistes sur leur propre terrain et séduire le Grand Derche par la même occasion. Mais les jaunistes, menés par l’immonde Bousier contre-attaquent, s’emparent de Marcelline et d’Oscar.

9Interviennent alors Marcellin et ses belles clientes qui attaquent les jaunistes, dans une mêlée digne du rabelaisien « marché de Brive-la-Gaillarde » de Georges Brassens. Afin d’éviter des pertes trop lourdes, les deux parties décident toutefois d’un duel d’escalade Marcelline / Bousier. Marcelline est précipitée dans le vide, et, bizarrement, Bousier disparaît : fin de la première partie.

  • 18 Le Pelvoux, ou plutôt mont Pelvoux, est un célèbre sommet du massif des Ecrins, à l’ouest de Brianç (...)

10La deuxième partie commence par une nouvelle bataille homérique, destinée à venger Marcelline, dont les hédonistes sortent vainqueurs, quand soudain la Déesse-Dalle fait surgir de façon impromptue une prédiction incitant tous les protagonistes à aller faire l’ascension du Pelvoux18.

  • 19 L.M., p. 75-76.
  • 20 L.M., p. 91

11Lors de l’ascension, on assiste à la réapparition miraculeuse de Marcelline, à ses explications alambiquées sur son sauvetage et on y apprend l’existence d’un vieux manuscrit annonçant la présence d’un second sommet du Pelvoux, inconnu jusqu’alors, « abritant un curieux monastère priapique, peuplé de moines paillards et de nonnes friponnes, pratiquant des rites secrets mêlant l’amour des cimes vierges à celui des gouffres inexplorés19 ». On décide donc d’ascensionner la montagne, et nos héros découvrent bel et bien un monastère hédoniste où ils passent leur temps « à boire, manger, ripailler, ribauder, ainsi que l’exige la sévère règle de ce couvent20 ».

  • 21 L.M., p. 95.
  • 22 L.M., p. 102.

12Mais une nouvelle fois le mal apparaît, sous la forme cette fois des psychalpinistes, emmenés par Bousier « l’infect, le méchant, l’immonde, l’insane, l’abominable, le pernicieux, le détestable, l’exécrable petit crapaud bavard21 » bizarrement réapparu. Il s’ensuit une nouvelle bataille entraînant la disparition des psychalpinistes, puis de Bousier, et l’histoire se termine, ou presque, par « une bringue à tout casser22 ».

  • 23 R.S, « Du frisson sur la roche », Dauphiné Libéré, 27-7-1985.

13Quant au fond il s’agit essentiellement d’un règlement de comptes, un peu ésotérique, à qui ignore tout de la montagne et du milieu alpin, écrit dans les années 80, au moment où la polémique entre les grimpeurs classiques, partisans de l’emploi des pitons, mousquetons et cordes, et les « nouveaux » grimpeurs « ascétiques, masochistes, misogynes et ennemis des pitons23 », battait son plein.

  • 24 L.M., p. 92.
  • 25 L.M., p. 92 et 93.
  • 26 L.M., p. 93.

14Dans la foulée, les exégètes de la montagne et de l’alpinisme en prennent pour leur grade dans l’épisode des psychalpinistes, définis comme « une effroyable hérésie ! un blasphème épouvantable ! un chancre ravageur sur un rocher foireux ! une crevasse purulente ! un égout des cimes ! [...] ces gens prétendent expliquer tous nos mouvements, nos aspirations, nos motivations par l’existence d’un Père des Cimes - appelé parfois papa Freud ou tonton Jung, - perdu dans les temps reculés de la petite enfance et que, inconsciemment, nous essayons tous de retrouver. [...] Ce sont des emmerdeurs24 ! ». Mais en plus ces gens-là sont dangereux ; ils « ont ravagé toute la vallée », questionné de « malheureux randonneurs » sur leurs divans portatifs, les réduisant « à l’état de loque humaine » : « il ne reste plus que ruines fumantes, cerveaux tordus, population terrorisée, grimpeurs angoissés se jetant la tête la première dans le vide, en mal d’identification25 ». Leurs exactions sont telles « qu’il va sans dire que ces gens-là sont les ennemis les plus acharnés de notre doctrine », c’est-à-dire de l’hédonisme26. Si la charge est rondement menée, elle n’a vraiment d’intérêt que pour le pratiquant, éventuellement lui-même partie prenante dans ce débat, ou pour l’historien de l’alpinisme.

15Le livre apparaît aussi comme un roman à clefs et on peut s’amuser à deviner qui est qui, encore que maintenant beaucoup des protagonistes de l’époque ont un peu vieilli, et leurs conceptions avec. Mais l’essentiel est, pour nous, ailleurs, il est dans le pouvoir dynamitant du livre qui se présente comme l’anti-ouvrage de montagne par excellence, et cela par l’utilisation de trois éléments fondamentaux : la déstructuration, la démythification, la mystification.

16La déstructuration est déjà présente dans le format même du livre, très particulier. Des feuilles A4 pliées en trois selon la verticale et écrites recto-verso, sur papier bleu, donnent un texte difficile à lire, ce qui a incité Charmoz a avertir le lecteur de bien suivre les numéros des pages « pour ne pas dévisser dans le texte », comme un randonneur doit se fier au balisage sur un sentier peu évident à suivre.

  • 27 Ph. B., La Gazette de Lausanne, 2 sept. 1985.

17La déstructuration est aussi celle du texte même, aux antipodes du récit de montagne classique, à l’organisation souvent calquée sur la course en montagne, à savoir les prémisses, la course, la réflexion. Où sont les « glorieux » anciens, les spécialistes d’un texte léché et construit comme une dissertation d’agrégation : « chers étudiants, n’oubliez jamais, le plan comporte trois parties, composées chacune de trois sous-parties, comprenant chacune, si possible, trois paragraphes ! » Où êtes-vous, Etienne Brühl, Max Chamson, Paul Guiton, Samivel, vous les champions du beau français ? Ici on est plongé dans une histoire extrêmement compliquée, « totalement loufoque27 » qui ressemble, par bien des points, aux tortueuses aventures des chevaliers du Moyen Age. Point de logique, ou si peu, dans le déroulement de l’histoire, mais une suite, ou plutôt une juxtaposition d’épisodes et de péripéties, où le merveilleux et l’incroyable priment. Point de linéarité, mais le foisonnement des grands romans baroques, et j’y ai retrouvé le même souffle épique que dans le Simpìicissimus de Grimmelshausen. Point de rigueur, mais la légèreté d’un Candide, un chaos rebondissant au gré de l’imagination de l’auteur.

  • 28 René Desmaison, 1971, Pierre Mazeaud, 1971.
  • 29 L.M., p. 93.

18La démythification apparaît dès le titre, reprise biaisée de La Montagne à mains nues de René Desmaison, avec un petit relent de Montagne pour un homme nu de Pierre Mazeaud28, d’ailleurs cité en compagnie de Tintin, ou de Lionel Terray ! Comme par hasard apparaît aussi un certain Pierre Mazoch ! Le titre fait aussi référence à une expression à la mode dans les années 80, où il était beaucoup question de grimper à mains nues, expression abusive s’il en est, tant on voit mal les alpinistes grimper avec des moufles, sauf en hivernale, et encore. Démythification aussi dans les noms des personnages, tant l’imagination de Charmoz les triture. On y rencontre ainsi le célèbre Roger Frison-Roche, devenu pour la circonstance, les « ingénieurs, messieurs Frisson et Roche29 » ; avec Jolly Whimper, « une amazone batailleuse », on a affaire à une sorte de mot-valise, combinaison que Charmoz a l’air d’affectionner, entre Jolly Jumper, le cheval du héros de bande dessinée bien connu, Lucky Luke, et Edward Whymper, le premier vainqueur du Cervin en 1865, connu pour sa résistance hors du commun en montagne et le sérieux, dont il se départissait rarement. Moins réussi me semble être le nom de la princesse des Neiges, Belle-Hélène, fille de monsieur Poire !

  • 30 L.M., p. 61.
  • 31 L.M., p. 71.

19Et rien ne résiste à cette dérision : elle est partout et c’est elle qui fait éclater la thématique. Par exemple, la montagne : elle est ici ramenée à son unique laideur. « La voici enfin cette montagne, accessible aux seuls initiés. Elle dévoile peu à peu devant nous sa nudité lépreuse, ses glaciers enfiévrés, ses crevasses malsaines, ses éboulis foireux. Majestueuse et grandiose sur les bouquins, parce que les photographes sont des tricheurs et les écrivains des menteurs, elle étale ses mesquineries quotidiennes : avalanches, chutes de pierres sur des cordées troisième âge, cônes de détritus, transistors, étrons disséminés dans tous les coins, flics vachards et curés rondouillards30. » On est loin de Maurice Chappaz et des chantres des « belles descriptions » : on y voit plutôt « ce décor sévère de neige inhumaine, d’alpinistes morts en montagne, de détritus de toute sorte encombrant le sommet31 ».

  • 32 L.M., p. 67.
  • 33 L.M., p. 76.

20Dans cette montagne désacralisée, ridicule, plus rien n’a de sens, ou plutôt tout en a un : mais il est autre. Ainsi de l’ambiance en refuge, aux antipodes des recommandations que l’on y trouve dans la réalité. « Le juke-box », y écrit Charmoz, « crachait ses Valdas, danses typiquement montagnardes (Le Ranz des vaches ; Montagnes Pyrénées ; Tyrol bien aimé [...] François la nuit tombe et je n’ai pas rentré le linge ; La Limace du refuge32 ». Ainsi du sacro-saint équipement de l’alpiniste, qui devient un bric à brac, digne d’un inventaire à la Prévert : « ... un important matériel de montagne était éparpillé un peu partout : bikinis, crème solaire, lunettes en écaille, canard gonflable, Guide Bleu, bref de quoi entreprendre une longue et périlleuse aventure33 ».

21Mais c’est en abordant deux thèmes bien particuliers que Charmoz franchit un degré de plus (et en escalade c’est important !) dans son entreprise de démolition.

  • 34 Cf. Jean-Michel Asselin, 1993, Anderl Heckmair, 1949, Toni Hiebeler, 1965, Eugen Guido Lammer, 1935 (...)
  • 35 L.M., p. 45.

22Le premier est la mort, car l’alpiniste, tout au moins celui de haut niveau, vit avec la présence constante de la mort. Thème récurrent et obsessionnel dans la littérature alpine, sacralisée, érigée en critère valorisant, ou rejetée, souvent provoquée et même parfois réclamée, personnifiée, apprivoisée, la mort est omniprésente chez certains écrivains comme Lammer, dans les récits, souvent horribles, des tentatives à la face nord de l’Eiger dans les années 30, et a inspiré à Reinhold Messner un livre qui lui est entièrement consacré34. On conçoit aisément qu’une activité sportive qui a, à certaines époques, provoqué la mort de dizaines de personnes n’ait pu laisser indifférents les auteurs de récits de montagne. Mais dans La Montagne à seins nus on meurt différemment, allègrement, joyeusement, comme dans une BD, et cela n’a aucune importance, puisqu’on peut réapparaître quelques pages plus loin. De plus ce sont essentiellement les méchants qui meurent, alors ! Ou bien la distance est telle entre l’horrible et son commentaire que tout sentiment en est détruit. Face au cadavre de la belle Thérèse « agonisant sous un monceau de jaunistes démembrés », percée de deux piolets, pour lesquels Charmoz n’hésite pas un instant à nous dévoiler la marque, Marcellin « conclut sombrement - l’alpinisme est un sport dangereux35 ».

  • 36 Hans Dülfer est un célèbre grimpeur allemand du début du XXe siècle, auteur d’un nombre important d (...)
  • 37 L.M., p. 63.

23Quant au second thème, il s’agit, bien sûr, du sexe : il est omniprésent, envahissant, gai. Il est dans la beauté des grimpeuses, de ces Josiane, Caroline, Thérèse, professeur de philosophie appliquée à l’École Nationale de Synthèse Alpine (l’ENSA = École nationale de ski et d’alpinisme, forme à Chamonix tous les guides de haute montagne français), qui passent leur temps à escalader, nues, ou à « s’amuser comme des folles » ! On le trouve dans tous les mouvements d’escalade ; il ne s’agit pas d’oublier que la grimpe est aussi gymnastique, position, comme il existe des positions répertoriées et décrites dans le Kamasoutra. A cet égard les explications de Marcellin sur « les subtilités de la Dülfer » sont éclairantes36. Il est aussi dans la comparaison, mais cela est facile à imaginer, entre le corps de la femme, ou de l’homme, et les accidents du terrain en montagne où toute fissure, corniche surplombante, poignard à glace ou piolet, bombement et autre point d’ancrage sont toujours employés à double sens. Il est surtout dans l’utilisation permanente du jeu sexuel avant, ou après, une escalade, comme moyen de combattre, de punir ou de récompenser. Il culmine dans quelques scènes orgiaques, « spectacle[s] inoubliable[s]. Le foutre coula à flots, la salive, les excrétions diverses et réjouissantes ne furent pas ménagées37 ». Si Sade est nommé, on est cependant loin du sadisme, et beaucoup plus proche en fait d’un érotisme débridé digne des Onze mille verges d’Apollinaire.

24C’est en tout cas par le sexe que Charmoz s’oppose le plus à l’imagerie traditionnelle du récit d’alpinisme, caractérisé, soit par une absence totale de notation sexuelle, soit par une condamnation pure et simple de la sexualité. Et au centre de cette attitude, la position de la femme est tout particulièrement pertinente. Absente de l’alpinisme au début de son histoire, puis cantonnée, après bien des discussions au sein des très misogynes clubs alpins, à un rôle subalterne, reconnue uniquement à partir du moment où sa féminité fait place à une masculinité acceptée {principe : bien que femme, elle agit en homme), la femme de Charmoz est, au contraire, figure centrale, positive, bisexuelle par opposition aux jaunistes, homosexuels, uniquement masculins, et censés représenter la virilité mythique tant prônée par la littérature alpine. Ce seront d’ailleurs les femmes qui initieront ensuite ces pauvres jaunistes aux béatitudes de l’hédonisme. Il y a là un renversement complet des schémas traditionnels des relations homme / femme dans l’alpinisme, qui s’oppose aux attitudes très puritaines et à la misogynie du milieu.

  • 38 L.M., p. 114.

25Ce petit ouvrage (il n’a qu’une centaine de pages qui, compte tenu du format spécifique de l’ouvrage, en représentent en fait une trentaine) est donc une vaste mystification qui fut bien accueillie, dans l’ensemble, par la critique, moins bien, et cela paraît assez évident, par le milieu des alpinistes. Pierre Charmoz l’a-t-il senti qui a ajouté à son livre un épilogue livrant la clef de ce magma d’écriture : reprenant la première scène décrite au tout début, mais dans une optique « réaliste », il fait dire au guide Marcellin, de retour de la classique traversée du Pelvoux : « J’ai fait un rêve curieux, cette nuit, au refuge38... » ! Tout cela n’était donc qu’un rêve. Mais le procédé est si trivial que Charmoz ajoute en dessous de son épilogue, comme s’il avait honte de recourir à un tel artifice : « à ne lire que si vous tenez à être déçus ». Depuis que l’alpinisme existe, les alpinistes eux-mêmes et les profanes se sont demandés pourquoi des hommes escaladaient les montagnes et toutes les réponses possibles ont été envisagées. David Belden, alpiniste, photographe et philosophe, a posé un jour dans un ouvrage la question de savoir si l’alpinisme n’était pas en définitive qu’un jeu ? Pour Charmoz c’est une évidence : l’alpinisme est jeu avec l’esprit, le corps, avec l’histoire, avec la mort, avec le langage, avec le sexe. La Montagne à seins nus n’est certainement pas appelée à devenir un de ces grands classiques de la littérature alpine, dont on cite avec ferveur quelques citations (de préférence toujours les mêmes) et qui vaut à son auteur notoriété et déférence. Mais il représente, pour paraphraser une publicité pour des chocolats, « quelques grammes de finesse dans un monde de brutes », et c’est pourquoi il m’a plu d’en parler.

Haut de page

Bibliographie

Écrits de Pierre Charmoz

Pierre Charmoz, Cime et Châtiment, La Brigandine, 1982.

Pierre Charmoz, Calembour, Éd. du Fourneau, 1984.

Pierre Charmoz, Véridique relation de la première ascension népalaise de la tour Eiffel, suivie de L’Indicateur Bertrand, Deleatur, 1984 (2e édition, 1995).

Pierre Charmoz, La Montagne à seins nus, Deleatur, 1985.

Pierre Charmoz, L’Héroïque Aventure d’Henriette de Tourville sur la cime du mont Blanc, J. Gendrault éd., 1986.

Pierre Charmoz, Mon Bicentenaire, Deleatur, 1987.

Pierre Charmoz, Notes d’exploration dans les monts du Lieu commun, Le Lézard, 1988.

Pierre Charmoz, « Première ascension de Dieu par la face nord », in Passages, Glénat, 1988.

Pierre Charmoz, L’abominable, Deleatur, s.d.

Pierre Charmoz, Anne Françoise Couloumy, Les contes de Ricou, Le Polygraphe, Angers, 1991.

Ouvrages cités et / ou consultés

Guillaume Apollinaire, Les onze mille verges, L’or du temps, Régine Deforges, Paris, 1970.

Jean-Michel Asselin, Les parois du destin, Glénat, Grenoble, 1993.

Michel Ballerini, Le roman de la montagne en France, Arthaud, Paris, 1973.

David Beiden, L’alpinisme : un jeu ?, L’Harmattan, Paris, 1994.

Jean-Paul Bozonnet, Des monts et des mythes, l’imaginaire social de la montagne, PUG, 1992.

Max Chamson, Le roman de la montagne. Ed. Christian de Bardillat, 1987.

Maurice Chappaz, La haute route, Hoëbeke, Paris, 1995.

Alain de Chatellus, Alpiniste, est-ce toi ?, Arthaud, Paris, 1953.

René Desmaison, La Montagne à mains nues, Flammarion, Paris, 1971.

Roger Frison-Roche, Premier de cordée, Arthaud, Grenoble, 1941, réédité depuis quantité de fois.

Grande encyclopédie de la montagne, Éd. Atlas Paris, 8 vol. 1976-1979.

Paul Guiton, Le livre de la montagne, Arthaud, Grenoble / Paris, 1943.

Anderl Heckmair, Die drei letzten Probleme der Alpen, Bruckmann, München, 1949.

Toni Hiebeier, Combats pour l’Eiger, Arthaud, Paris, 1965.

René Jantzen, Montagnes et symboles, Presses universitaires Lyon, 1988.

Philippe Joutard, « La haute-montagne. Des récits des origines à sa mise en littérature », in Haute montagne, Vision et représentations, Centre alpin et rhodanien d’Ethnologie, Grenoble, 1988.

Eugen Guido Lammer, Jungborn, Bergverlag Rudolf Rother, München, 1935.

Georges Livanos, Au-delà de la verticale, Éd. Slatkine, Genève, 1979.

Pierre Mazeaud, Montagne pour un homme nu, Arthaud, Paris, 1971.

Reinhold Messner, Grenzbereich - Todeszone, Kiepenheuer / Witsch, 1978.

Michel Mestre, Histoire de l’alpinisme. Les Alpes, Edisud, Aix-en-Provence, 1996.

Gian Piero Motti, La storia dell’alpinismo (2 vol. ), L’Arciere Vivalda, Cuneo / Torino, 1994.

Tita Piaz, Le diable des Dolomites, Éd. Slatkine, Genève, 1977.

Felicitas von Reznicek, Von der Krinoline zum sechsten Grad, Das Bergland Buch, Salzburg / Stuttgart, 1967.

Guido Rey, Récits et impressions d’alpinisme, Dardel, Chambéry, 1920.

Samivel, « L’alpinisme et son énigme », Revue alpine, mars 1968, p. 19-22.

Myrtil Schwartz, ...Et la montagne conquit l’homme... , Lib. Fischbacher, Paris, 1931.

Odon Vallet, Hommes et nature. Les Hautes-Alpes, Berger-Levrault, Paris, 1975.

Cicely Williams, Dames alpinistes, Arthaud, Paris, 1979.

Haut de page

Notes

1 L’expression est de Gian Piero Motti, 1994, et s’applique à l’alpiniste anglais Edward Whymper,

2 Traduction de l’anglais « where there is a will, there’s a way » : il s’agit de la première partie du titre d’un livre des alpinistes anglais E.S. Kennedy et C. Hudson, paru en 1856. La suite en est « an ascent of mont Blanc by a new route and without guides. »

3 Voir le célébrissime roman de Roger Frison-Roche.

4 Odon Vallet, 1975, p. 173-174.

5 GEM, p. 600.

6 Voir les ouvrages de Felicitas von Reznicek, 1967 et Cicely Williams, 1979.

7 Eugen Guido Lammer, 1935, Guido Rey, 1920.

8 Tita Piaz, 1977.

9 Georges Livanos, 1979.

10 Interview de l’auteur in Alpinisme et Randonnée, n° 67, juin 1984, p. 10.

11 Les « géhachems » sont une allusion très perfide aux membres du célèbre Groupe de haute Montagne, créé juste après la première guerre mondiale et qui regroupe l’élite des alpinistes français et étrangers : le principe de l’admission est celui de la cooptation sur la base des performances. Il s’agit donc d’un club très fermé.

12 L.M., P. 10.

13 L.M., p. 32.

14 L.M., p. 12 et 25.

15 L.M., p. 21.

16 L.M., p. 32.

17 L.M., p. 27.

18 Le Pelvoux, ou plutôt mont Pelvoux, est un célèbre sommet du massif des Ecrins, à l’ouest de Briançon : il culmine à 3946 m et fut, paradoxalement, un des premiers sommets du massif à être conquis, en 1828, par le capitaine Adrien Durand, pour cause de triangulation.

19 L.M., p. 75-76.

20 L.M., p. 91

21 L.M., p. 95.

22 L.M., p. 102.

23 R.S, « Du frisson sur la roche », Dauphiné Libéré, 27-7-1985.

24 L.M., p. 92.

25 L.M., p. 92 et 93.

26 L.M., p. 93.

27 Ph. B., La Gazette de Lausanne, 2 sept. 1985.

28 René Desmaison, 1971, Pierre Mazeaud, 1971.

29 L.M., p. 93.

30 L.M., p. 61.

31 L.M., p. 71.

32 L.M., p. 67.

33 L.M., p. 76.

34 Cf. Jean-Michel Asselin, 1993, Anderl Heckmair, 1949, Toni Hiebeler, 1965, Eugen Guido Lammer, 1935, Reinhold Messner, 1978.

35 L.M., p. 45.

36 Hans Dülfer est un célèbre grimpeur allemand du début du XXe siècle, auteur d’un nombre important de premières de très haut niveau et qui a donné son nom à une façon de remonter des fissures en opposition, c’est-à-dire en effectuant une traction sur les bras, pendant que les pieds, au contraire, « repoussent » la paroi.

37 L.M., p. 63.

38 L.M., p. 114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mestre, « Pierre Charmoz : La montagne à seins nus, un roman érotique de montagne, ou de la destruction du mythe alpin par le langage », Babel, 1 | 1996, 133-146.

Référence électronique

Michel Mestre, « Pierre Charmoz : La montagne à seins nus, un roman érotique de montagne, ou de la destruction du mythe alpin par le langage », Babel [En ligne], 1 | 1996, mis en ligne le 24 mai 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://babel.revues.org/3122 ; DOI : 10.4000/babel.3122

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org