Navigation – Plan du site
Varia
En guise d’envoi

Le multiliguisme poétique de Jacques Darras prouvé par l’exemple

André Ughetto
p. 209-215

Texte intégral

1D’une « résidence » récente à Gênes, avions-nous annoncé dans notre introduction, le poète Jacques Darras a ramené des textes farcis d’italien, (et parfois d’autres langues), ou écrits complètement en italien, avec le secours d’amis également poètes (Claudio Pozzani, Viviane Ciampi, Gigi Boero) qui pouvaient (r)assurer le débutant autant sur la grammaticalité que sur la musicalité de ses phrases. La joyeuse poésie darrassienne, qui touche souvent à l’humour quand ce n’est pas à un comique proche du burlesque, malgré le sérieux de ses engagements humanistes, nous a paru merveilleusement propre à illustrer l’ouverture qui résulte pour nous des questions que nous nous sommes posées sur le bilinguisme en matière de poésie. On ne s’attardera pas en commentaires sur l’évidente fécondité de la démarche. Le monde est tel qu’il réclame au moins des poètes une amicale compréhension entre ressortissants de langues différentes, qu’une vie d’homme ne permet pas évidemment d’apprendre toutes, mais que les anneaux concomittants de la chaîne humaine font circuler en se passant mots et poèmes dont se perçoit le son avant le sens, mais grâce auxquels s’établit le caractère humain de la rencontre. La découverte par cet homme du Nord et grand angliciste qu’est Jacques Darras des séductions de l’italien, lui a fait produire un recueil réjouissant où le grand homme d’Etat de la République de Gênes, Andrea Doria (1468-1560), confronté avec un chat sur le tableau d’un peintre anonyme, justifie que le poète s’identifie à l’homme, à l’animal, à l’esprit d’une ville très riche en souvenirs de poésie, et s’ébatte avec délices dans un jeu de phonèmes nouveaux, jardin de plaisance prometteur de plaisanteries et de plaisir.

A.U.

Extraits de Andrea Doria avec un chat à Gênes1

Dans la gorge de la voix

2Genova s’écrit Genova.
On n’entend pas l’italien dans l’écriture de l’italien.
L’écriture de l’italien est ainsi faite.
On n’entend pas l’italien dans l’écriture de l’italien
surtout si l’on est Français.
Moi, Andrea Doria, suis à moitié Français.
Italo6Français.
Les accents du français font ouvrir plus ou moins la bouche.
« É », « È », « À », « Â », « Ô ».
Le français est une langue essentiellement faciale.
La bouche française découpe son ouverture dans la face lunatiquement.
« Au clair de la lune mon ami Pierrot ».
Sentez vous-même comme la bouche grimace d’avant en arrière.
Français il faut une gymnastique d’assouplissement des muscles faciaux.
Français il faut se laver plusieurs fois par jour les dents les joues.
Et les dents et les joues.
Et les dents et les joues.
AAAAAAAHHHHHHH !
Ah ! luette gentille luette.
Ah ! luette je te plumerai.
La langue italienne n’est pas faciale de la même façon.
La langue italienne a des mimiques.
On peut parler avec le visage en italien.
On peut parler italien avec le visage.
Avec le visage les mains les épaules.
On peut parler italien sans parler.
En français il faut obligatoirement passer par la bouche si vous voulez parler.
Le bon français est un français facial.
Elégamment efficacement facial.
La langue française est une façade équilibrée.
La bouche la porte doit garder l’équilibre avec les yeux les fenêtres.
Le français est une juste proportion d’air de lumière dans la pièce du langage.
Pas de gradins d’amphithéâtre palladien s’il vous plaît.
Pas de phrases en forme de fresques.
Pas de cascades avec tritons naïades.
Pas d’extases mortelles devant la baie de Naples.
Pas de soupirs en forme de coupole vaticane.
L’italien le vertige.
L’italien la pente à voyelles laissez-vous glisser.
L’italien fléchissez les genoux.
La neige vocalique est parfaite ce matin.
Genova neige neuve.
Fléchissez les genoux les tibias les chevilles.
Dites Djêêênova.
Djêêêê’nova.

X. Città delle gatte

3Micio !
Micio !
Micia !
Micia !
Ricominciamo !
Ricominciamo !
Dal micio !
Dalla micia !
La mia gatta
La mia piccola gattina.
Stamattina.
Tu sarai la mia micia
La mia amicia.
Facciamo amicizia.
Nella mia città.
Che giovinezza
La Genovezza
Ho visto una gatta
Che mi farà
Ricominciare
Dall uovo.
Dal nuovo.
Dal nubbio.
Dalle nuvole
Mi chiamo Andrea
E tu
Come ti chiami ?
Come ti mici ?
Vorrei mescelarmi.
Vorrei miscelarmi.
Con te.
Con te.
Lasciamo andare le cose.
Lasciamo andare il mare.
Come ti chiami ?
Mi chiamo Andrea.
Mia cara micia
Mia cara micia.
Il tuo sorriso mi piace.
Mi piace tanto.
Mi miace mi miace mi miace tanto.
Ricominciamo.
Ricomiciamiciamiciamo.
Dall’originuove.

XVII. Piazza Spiaggia

4La Place !
La Place !
Sur une Place il y a la place. sur la Place.
Il y a la Place et il y a la place sur la Place
Place et place.
C’est différent ça ne l’est pas.
Pour une fois qu’un même mot a deux fois la même signification.
Ne pas s’en priver.
Place est public place est commun place est à tous.
Les vraies places sont publiques.
C’est pourquoi je compatis je pleure.
Je Médicisse de la fontaine Bassinne de la Concorde
mais dix fois si fois six.
Avec les langues qui n’ont pas deux fois le même mot pour dire les deux.
L’anglais par exemple.
Où est « place » en anglais.
Demandez : ouate is ze vord for « place » ?
On vous répond : « room ».
Chacun chacune rentre dans son sa « room ».
Chacun dans l’intériorité de soi-même avec sa glace son couvre-pied.
Ou bien on vous répond : « square ».
Le minusculissime carré.
Deux touffes d’herbe un platane une très grande grille autour.
Sorry we have no room we are squaresqueezed.
Il n’y a pas de place pour vous.
Juste pour quelques uns.
Mon frère ma sœur moi et le platane.
We happy few.
Traduction officielle.
« Ne trespassez pas avec vos pieds sur le gazon de ma tonte
s’il vous plait. »
En anglais plus expéditif : piss off !
Une langue sans place pour le mot place est un naufrage permanent.
Trafalgar Square Monsieur Nelson votre yacht n’a pas le droit de stationner.
Piazza.
Place.
Playa.
Platz.
Alexander Platz.
Alexandre veut danser faires-lui de la platze il va danser la valtze.
Nicht raum !
Achso nicht raum ?
Raus !
Was wollen sie sagen, bitte, platze immédiatze à la valtze d’Alexander.
Schnell schnell sinon Alexander vous remettre vous à votre platze !

Jacques Darras

Haut de page

Notes

1 Éditions Lanore, Paris, 2003. Nos remerciements vont à l’éditeur comme au poète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Ughetto, « Le multiliguisme poétique de Jacques Darras prouvé par l’exemple », Babel, 18 | 2008, 209-215.

Référence électronique

André Ughetto, « Le multiliguisme poétique de Jacques Darras prouvé par l’exemple », Babel [En ligne], 18 | 2008, mis en ligne le 08 octobre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://babel.revues.org/306 ; DOI : 10.4000/babel.306

Haut de page

Auteur

André Ughetto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org